Page 1
République Tunisienne
Ministère des Finances
Rapport sur la dette publique


























Page 2
Table des matières
Résumé……………………………………………………………………………………………………...4
Introduction Générale ............................................................................................................................ 13
Conjoncture internationale en 2018 ........................................................................................................ 15
Conjoncture nationale en 2018 ............................................................................................................... 19
Chiffres clés : ........................................................................................................................................ 22
Les indicateurs de la dette publique ........................................................................................................ 22
Première partie : La dette publique ......................................................................................................... 27
1.L'état des finances publiques ............................................................................................................... 28
2.. Financement du budget de l'Etat ........................................................................................................ 29
Financement du budget de l’Etat pour 2018 ........................................................................................... 30
Financement du budget de l'Etat : ressources d'emprunt nettes ................................................................ 31
3.Tirages et émissions ............................................................................................................................ 31
Dette intérieure : Tirages et émissions .................................................................................................... 33
Dette extérieure : Tirages et émissions ................................................................................................... 36
Tirages et émissions nets ........................................................................................................................ 41
4. Service de la dette publique ................................................................................................................ 41
Principal de la dette publique ................................................................................................................. 43
Intérêts de la dette publique ................................................................................................................... 43
5. L'encours de la dette publique ............................................................................................................ 45
Evolution de l'encours de la dette ........................................................................................................... 45
Structure de la dette publique ................................................................................................................. 46
6.Dynamique de la dette publique : les facteurs d'accumulation .............................................................. 52
L'effet du taux de change : ..................................................................................................................... 53
Des signes d'amélioration en 2019 : l'évolution du taux de change .......................................................... 56
7. Indicateurs du coût et des risques de la dette publique ........................................................................ 57
Le coût de la dette publique ................................................................................................................... 57
Dette publique à taux variable ................................................................................................................ 57
Le risque de refinancement .................................................................................................................... 58
8. Gestion active de la dette publique ..................................................................................................... 60
Gestion active de la dette publique intérieure ......................................................................................... 60
Gestion active de la dette publique extérieure ......................................................................................... 60
Deuxième Chapitre : Prêts accordés par l'Etat aux Institutions Publiques ................................................ 62
1. Les engagements ................................................................................................................................ 63
2





Page 3
2. Les recouvrements ............................................................................................................................. 68
3. Les entreprises publiques les plus endettées........................................................................................ 69
4. L'encours ........................................................................................................................................... 72
Conclusion ............................................................................................................................................ 73
Partie 3 : La dette garantie ..................................................................................................................... 75
1.Les garanties accordées par l'Etat ........................................................................................................ 77
2.L'encours de la dette garantie .............................................................................................................. 80
2.1.Encours de la dette extérieure garantie :............................................................................................ 81
2.2.Encours de la dette intérieure garantie : ............................................................................................ 84
3..La mise en jeu de la dette garantie ...................................................................................................... 86
3.1.
.La dette extérieure garantie ............................................................................................................. 86
3.2.
.La dette intérieure garantie .............................................................................................................. 87
Partie 4 : Recommandations pour garantir la soutenabilité de la dette et orientations de la stratégie de la
dette publique ......................................................................................................................... 89
1. Recommandations pour assurer la soutenabilité de la dette ................................................................. 90
2.Les orientations de la stratégie de la dette publique ............................................................................. 94
Annexes……………………………………………………………………………………………………96
Annexe 1 : Financement du budget de l'Etat: Ressources d'emprunt et du Trésor .................................... 97
Annexe 2 : Evolution du taux moyen pondéré sur les Bons du Trésor Assimilables ................................ 98
Annexe 3 : Encours de la dette publique extérieure par bailleur de fonds .............................................. 100
Annexe 4 : Encours de la dette publique par devise .............................................................................. 101
Annexe 5 : Evolution de l'encours de la dette garantie .......................................................................... 102
Glossaire …………………………………………………………………………………………………104
3






Page 4
Résumé
4

































Page 5
Résumé
Partie 1 : La dette publique
*Tirage et émissions (en millions de dinars)
Au cours de l'année 2018, des tirages ont été effectués pour un montant de 9043,4 MD,
répartis entre les emprunts extérieurs pour 7346,6 MD, et les emprunts intérieurs pour 1696,8
MD. Les tirages et émissions, pour l'année 2018, ont connu une baisse de plus de 20% par
rapport à ceux enregistrés fin 2017 (11371,5 MD).
MDT
Emprunts Intérieurs
1.1 Bons du Trésor
Bons du Trésor 52 Semaines
Bons du Trésor Assimilables
1.2 Dette Intérieure en Devises
Prêt Syndiqué
La Part des Bons du Trésor dans
le financement du budget (%)

2016
3 888,6
2017
2 680,7
2018
1 696,8
Aout 2019
2 304,0
3884.0
1946.8
1696.8
1 115,1
76,5
89,2
26,6
3 807,5
1 857,6
1 670,2
4,7
(2010)
47.6
733,8
(2017)
18.9
-
17
347,7
767,4
1 188,9
(2019)
-
5










Page 6
MDT
2016
2017
2018
Tirage et Emission de la Dette
Extérieure
4013,5
8690,9
7346.6
Aout
2019

6167,0
Les Prêts Affectés
1042,7
1141,8
1229,1
675,9
* Projets de l’Etat
772,7
921,2
980,9
636,3
* Prêts Rétrocédés
027 ,0
220,6
248,3
39,6
Appui Budgétaire
2970,8
7549,1
6117,5
5491,0
*Service de la dette publique (principal et intérêts)
Au terme de l'année 2018, le service de la dette publique (la principal et les intérêts) a atteint
7928,4 MD, enregistrant ainsi une augmentation de 923,4 MD par rapport à l’année 2017
(7005,0 MD), contre 5199,1 MD en 2016.
Pour l'année 2019, le service de la dette publique est estimé atteindre 9874,0 MD, dont
6621,0 MD au titre de principal et 3253,0 MD au titre des intérêts. A la fin août 2019, un
remboursement a été effectué au titre du service de la dette, pour un montant de 7568,1 MD,
dont 5484,7 MD au titre de la dette extérieure et 2083,4 MD au titre de la dette intérieure.
Nous présentons, ci-dessous, les principaux emprunts dont le remboursement a été effectué
depuis le début de l'année :
6










Page 7
- La première tranche de l’emprunt obligataire émis sous la forme d'une souscription privée de
la QNB en 2017 (le principal s'élève à 250 millions de dollars US et les intérêts sont de l’ordre
de 17,5 millions de dollars US),
- L’emprunt obligataire conclu en 2012 bénéficiant de la garantie des États-Unis d'Amérique,
pour un montant de 485 millions de dollars US, remboursé en juillet,
- Près de 130 millions d'unités de Droits de Tirage Spéciaux sur le prêt du FMI dans le cadre de
l'accord de confirmation conclu en 2013,
- Les bons du Trésor assimilables de la ligne mars 2019, pour un montant de 648,4 MD.
*L’encours de la dette publique
A la fin de l’année 2018, l’encours de la dette publique a augmenté de 13515 MD par rapport à
2017, dont 9417 MD résultent de la dépréciation du taux de change du dinar par rapport aux
principales devises. Le taux d'endettement a, ainsi, atteint 77,08% du PIB fin 2018.
Pour l'année 2019 et jusqu'à fin août, l’encours de la dette publique a atteint 81710 MD, ce qui
équivaut à 73,19% du PIB. D'après les prévisions, cette tendance baissière devrait se poursuivre,
le taux d'endettement ne devrait pas dépasser les 75% du PIB à la fin de l’année 2019.
*Dynamique de la dette publique : les facteurs d'accumulation de
l’encours de la dette
Plusieurs facteurs expliquent la hausse du taux d'endettement, dont les plus importants
demeurent le creusement du déficit budgétaire et les effets négatifs de la dépréciation du taux de
change du dinar.
En effet, l’effet cumulé du taux de change sur l’encours de la dette publique durant les trois
dernières années 2016-2018 est environ 18697,9 millions de dinars, cet effet est dû au glissement
accéléré du dinar contre l'euro et le dollar.
En % du PIB
Impact du taux change sur le principal
Impact du déficit budgétaire
2015
1,01%
2016
4,39%
2017
5,53%
2018
8,92%
Impact du déficit Primaire du budget
Impact des Intérêts de la Dette Publique
2,44%
1,94%
3,20%
2,22%
3,51%
2,34%
1,78%
2,65%
Impact de la croissance du PIB
Taux de croissance du PIB réel
Déflateur du PIB
Autres facteurs (mise en jeu de la garantie de
l’Etat…)
-0,53%
-1,79%
1,53%
-0,52%
-2,52%
-1,10%
-3,47%
-1,61%
-4,29%
0,23%
0,94%
-0,54%
Total
4,60%
7,00%
7,75%
6,91%
7












Page 8
Partie 2 : Prêts de l'Etat aux entreprises publiques
Certains investissements du secteur public sont financés par l'Etat, conformément aux
exigences de la loi de finances et de l’article 62 du code de la comptabilité publique.
Recouvrements
a
procédé
au
titre des différentes
Le Trésor Public
recouvrement au
échéances de prêt qui sont les suivantes :
2016 : Recouvrement d’un montant de
110,2 MD
2017 : Recouvrement d’un montant de
119,3 MD
2018 : Recouvrement d’un montant de
156,9 MD
2019 (jusqu’au 31 août) : Recouvrement
d’un montant de
102,7 MD
Engagements
Le Ministère des Finances a conclu, durant ces trois
dernières années (2016-2018),
30 accords de prêts
aux
selon différentes
entreprises publiques
catégories, présentés comme suit :
2016 : 7 accords de prêts ont été conclus pour
96,4MD
2017 : 14 accords de prêts ont été conclus pour
715,6 MD
2018
: 9 accords de prêts ont été conclus pour
97,9MD
2019
(jusqu’au 31 août) : 9 accords de prêts ont été
conclus pour
102 MD
Arriérés
Les arriérés des institutions publiques, au titre des versements arrivés à échéances, ont enregistré
une hausse :

2016 : 600,7 MD
2018 : 818 MD
2017 : 700 MD
2019
(Jusqu’au 31 août) : 800 MD
Partie 3 : La dette garantie
La garantie de l'État est accordée au profit des entreprises publiques et des établissements
publics non administratifs à
titre de financement des projets économiques et de
développement qui s'inscrivent dans le cadre des stratégies de l'État déjà établis par les plans
de développement. Cette garantie permet d'obtenir les fonds nécessaires à des conditions
financières préférentielles.
La garantie de l'État est accordée en fonction des demandes des entreprises et établissements
publics pour le financement de leurs projets. Au cours des années 2016, 2017 et 2018, ces
demandes n’ont pas dépassé le montant maximum autorisé par la loi de finances, fixé à 3000
millions de dinars. Suite à l’importance des demandes, l'Etat tunisien s’est trouvé obligé à
réviser à la hausse le plafond à 4500 MD dans le cadre la loi de finances 2019. Et il pourra
être ramené à 5000 MD en 2020.
8























Page 9
Le tableau suivant résume l'octroi de la garantie de l'Etat au cours de la période 2016-2019 :
Année
Montant annuel autorisé
par la loi de finances
Montant accordé
2016
3000
2362,2
Dette extérieure garantie
877,3
Dette intérieure garantie
1484,9
2017
3000
2659,2
1818,2
841
2018
3000
2592,7
734,9
1857,8
En Millions Dinars
Juin
2019
4500
3757,4
1761,5
1995,9
L’encours de la dette avec la garantie par l’Etat a connu une forte évolution, ces dernières
années. Cette hausse est expliquée par les interventions successives de l’Etat en tant que
Garant pour aider les entreprises publiques et les établissements publics à obtenir des prêts
pour la réalisation de leurs projets d'investissement, et par la dépréciation du dinar et son
impact sur le niveau de la dette externe.
Le tableau suivant résume l'évolution de l'encours de la dette garantie par l’Etat pour la
période 2016-2018, ainsi que les estimations pour le premier semestre 2019 :
En Millions Dinars
Dettes garanties
2016
2017
2
018
2019*
Extérieure
Intérieure
Total
En % du PIB
9 261,90
2 007,60
11 269,50
12,58%
11 302,80
2 369,00
13 671,80
14,14%
13 719,20
2 994,20
16 713,40
15,84%
13 981,20
3 284,20
17 265,40
15,68%
*Données provisoires
Concernant la mise en jeu de la garantie de l'Etat, elle s’est limitée aux prêts intérieurs
uniquement.
Pour les prêts extérieurs : Aucun cas de défaut de paiement n’a été enregistré par les
institutions bénéficiant de la garantie de l'Etat au cours des années 2016 et 2017, mais à
partir de l'année 2018, plusieurs difficultés sont apparues au niveau de la capacité de
certaines institutions à rembourser leurs échéances dans les délais. L'Etat est intervenu à
plusieurs reprises pour les soutenir lors des opérations de paiement de certaines
échéances, en leur accordant soit des prêts du Trésor, soit des avances du Trésor.
Pour les prêts intérieurs : le recours à la mise en jeu de la garantie ne se fait que dans le
cadre des lois de finances (à titre d’exemple l’application de l’article 24 de la loi de finances
9









































Page 10
de 1999), ou en application des décisions ministérielles (comme c'est le cas des crédits de
l’Office National de l’Huile).
Les montants de la mise en jeu de la garantie de l'Etat, au cours de la période 2016-juillet
2019, sont répartis comme suit :
Année
Montant de
la mise en jeu
201
6
93,9
2017
10,5
2018
Premier semestre 2019
En Millions Dinars
7,5
3,9
Afin d'éviter la mise en jeu de la garantie extérieure ou intérieure de l'État, il est recommandé
de trouver des solutions et de mettre en place des réformes pour rétablir les équilibres
financiers des entreprises publiques par:
- la restructuration des institutions publiques confrontées à des difficultés financières
structurelles
- approuver l'augmentation progressive et continue des tarifs de prestation de services pour
certaines institutions publiques, telles que la Société Nationale d'Exploitation et la
Distribution des Eaux, la société Tunisie Autoroutes et les sociétés de transport public.
-ou d'autres réformes que les structures concernées considèrent comme des solutions radicales
pour sauver ces institutions.
Partie 4 : Recommandations pour la soutenabilité de
la dette et orientations de la stratégie de la dette
publique
*Recommandations pour la soutenabilité de la dette
Gagner la bataille de la croissance
L'enjeu de rehausser le taux de croissance demeure l'objectif primordial pour éviter de sombrer
dans un « cercle vicieux » de l'endettement et pour pouvoir renouer avec un « cercle vertueux »
qui offre plus de marge de manœuvre aux finances publiques.
Nous pouvons repérer les effets positifs du retour de la croissance sur la dette à travers
plusieurs canaux :
Le retour de la croissance aura un impact positif et direct sur le niveau d'endettement, dans
la mesure où la hausse du produit intérieur brut entraine automatiquement la chute du taux
d'endettement.
10






Page 11
Le retour de la croissance contribuera à renforcer le pouvoir de négociation du
gouvernement tunisien avec les bailleurs de fonds internationaux. L’augmentation du taux
de croissance va réduire le poids de la masse salariale par rapport au PIB, permettant ainsi
d’obtenir des financements étrangers à des conditions favorables.
Le retour de la croissance renforcera les ressources fiscales de l'Etat, ce qui réduira le
niveau du déficit budgétaire et limitera le recours à l'emprunt.
Le retour de la croissance est nécessaire pour créer de nouvelles opportunités d'emploi et
diminuer le taux de chômage. Une dynamique créatrice d'emplois pourra jouer un rôle
central pour réduire le niveau de déficit des caisses sociales, et alléger les pressions sur les
finances publiques, contribuant ainsi à la réduction du déficit budgétaire et à une baisse des
besoins de l’Etat en ressources d’emprunt.
Gagner la bataille de l’instauration de la bonne gouvernance dans les entreprises
et les établissements publics
Instaurer les règles d’une bonne gouvernance dans le processus de gestion des entreprises serait
déterminant pour une amélioration de la performance afin que les états financiers de ces
institutions puissent renouer avec des résultats positifs.
L'impact de l'ancrage des pratiques de bonne gouvernance dans les entreprises et établissements
publics sur la dette publique pourra se transmettre aux indicateurs de dette via trois canaux :
La réduction des pertes va réduire les pressions sur les finances publiques et réduire,
par conséquent, le déficit budgétaire.
La baisse des pertes va permettre aux entreprises et établissements publics de réduire
leurs besoins, ce qui limitera leur recours à l'emprunt et aux garanties de l'Etat.

La baisse des pertes des entreprises et des établissements publics, va
limiter
l’insuffisance de la liquidité dans le secteur financier, l’abondance de la liquidité
poussera le taux d'intérêt à la baisse et limitera le recours au financement extérieur.
Gagner la bataille des marchés extérieurs
S'engager dans une dynamique de hausse des exportations est l'un des moyens les plus efficaces
pour limiter le recours au financement extérieur, dans la mesure où la hausse des exportations
améliore le déficit de la balance commerciale et génère un impact positif :
sur le niveau des réserves en devises, ce qui permettra ainsi de limiter le recours à
l’endettement extérieur.
11





Page 12
et sur le taux de change du dinar, en favorisant une stabilité de la monnaie nationale qui
permettra de neutraliser l'impact de "l’effet de change" négatif sur le niveau de
l'endettement.
Renforcer les mécanismes de recouvrement fiscal
Face à une augmentation des taux d’endettement, un effort de mobilisation de ressources
fiscales additionnelles via le renforcement du contrôle et l'élargissement de l'assiette fiscale
devra être engagé, il est impératif d'accélérer la marche vers la digitalisation de l'administration
et des activités économiques et renforcer le contrôle fiscal. En effet, la hausse des recettes
fiscales permettra de maîtriser le déficit budgétaire et de limiter le recours à l’emprunt.
La poursuite de la réforme fiscale, l’élargissement de l’assiette imposable et la lutte contre
l’évasion fiscale restent les plus importants défis de la période pour rompre avec le cercle
vicieux de l’endettement.
Les orientations stratégiques de la dette publique
Les orientations générales de la stratégie de la dette publique à moyen terme sont les
suivantes :
- diversifier les sources de financement et encourager la recherche de sources de financement
alternatives.
- allonger l’échéance de remboursement de la dette publique, pour réduire les risques liés au
refinancement.
- renforcer la part de la dette intérieure dans la limite du possible, notamment le recours au
marché domestique afin de réduire le risque de change,
- privilégier les emprunts en euros, pour ce qui est de la dette extérieure, afin garantir une
gestion naturelle du risque de change.
12












Page 13
Introduction Générale
13
























Page 14
Rapport sur la Dette Publique
Introduction générale
Le rapport sur la dette publique s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des exigences de
l’article 46 de la loi n° 15 - 2019 du 13 février 2019 portant sur la loi Organique du Budget.
Le rapport précité contient quatre parties les parties suivantes :
- La Dette de l'Etat
- Les Prêts de l'Etat accordés aux entreprises publiques
- La Dette garantie
- Les Recommandations pour assurer la soutenabilité de la dette publique et les orientations
futures de la dette publique.
Le rapport sur la dette publique comprend une analyse de l'évolution de la dette publique sur
la période 2016-2018.
La Direction Générale de la Gestion de la Dette et de la Coopération Financière Internationale
veille à atteindre les objectifs fondamentaux de la stratégie de la gestion de la dette publique
tunisienne qui consiste à mobiliser les ressources d'emprunt pour le budget de l’Etat au
moindre coût et avec un minimum de risques, afin de permettre au gouvernement de mettre en
place les politiques économiques et sociales les plus adéquates et réussir la réalisation des
investissements publics et ceci par:
- la mobilisation des ressources d'emprunts internes et externes inscrits dans la loi de finances
dans le but de financer le déficit budgétaire (prêts extérieurs affectés aux projets, prêts
rétrocédés aux institutions et prêts d'appui budgétaire)،
- le remboursement du service de la dette publique dans les délais,
- l’accord de la garantie de l'Etat aux prêts des institutions publiques et des institutions
financières et en assurant le suivi des prêts garantis, en plus de l'octroi des prêts du Trésor et
des prêts du titre II du budget de l’Etat.
- le suivi de la régularisation des dépenses sur les prêts extérieurs affectés aux projets.
14




Page 15
Rapport sur la Dette Publique
Conjoncture internationale en 2018
15


























Page 16
Rapport sur la Dette Publique
Conjoncture internationale en 2018
Après la croissance rapide enregistrée en 2017, nous avons observé un net recul du commerce
international et de la production industrielle, débouchant sur une perte de confiance des
investisseurs dans les perspectives de croissance.
L'embellie de 2017 s'est rapidement essoufflée, en 2018, avec la montée des pratiques
protectionnistes engagées par les grandes puissances économiques (les tensions commerciales
entre la Chine et les Etats-Unis, la menace de mesures protectionnistes américaines ciblant le
secteur automobile européen, le risques liés au Brexit ... ). Le retour du protectionnisme et ses
collatéraux sur le commerce mondial couplé aux fortes turbulences des marchés financiers
n'ont pas cessé d'alimenter les incertitudes dans le climat des affaires, et d'assombrir les
perspectives économiques.
D'autres facteurs ont pesé négativement sur la croissance de 2018 : Les mouvements sociaux
en France, les difficultés budgétaires de l'Italie, les contraintes encaissées par le secteur
automobile européen avec l'introduction des nouvelles normes anti-pollution, les restrictions
sur les crédits en Chine, …
Au niveau des politiques monétaires, l’année est marquée par la prudence. Malgré un
contexte caractérisé par la multiplication des mesures protectionnistes, l'économie américaine
tire son épingle du jeu avec une croissance rapide en 2018. Ce climat favorable pour le retour
des tentions inflationnistes a amené la Réserve Fédérale à augmenter ses taux directeurs à
plusieurs reprises pour le ramener dans la fourchette 2.25% - 2.50%, et à diminuer davantage
la taille de son bilan, mettant ainsi un terme à une décennie d’expansion monétaire pour
renouer avec la croissance.
Un resserrement monétaire justifié par la bonne santé économique américaine (un taux de
chômage à 3,7 % à son plus bas niveau depuis cinq décennies, un rythme d'augmentation des
salaires plus vite que l'inflation et une croissance dépassant les 3%). Toutefois, le
durcissement monétaire de la Fed (neuf fois de suite dont quatre en 2018) ne s'est transmis
que partiellement aux taux longs américains. La forte demande des titres du Trésor américain
a atténué l'impact des taux courts sur les taux longs.
16

Page 17
Rapport sur la Dette Publique
Dans la zone euro, le secteur manufacturier, surtout en Allemagne, demeure sous pression. Ce
qui n'est pas le cas pour le secteur des services qui a enregistré des bons indicateurs. La BCE
pour sa part, inquiète de la stagnation de l'inflation à un niveau faible, semble de plus en plus
favorable à un assouplissement plus prononcé de sa politique monétaire.
La faiblesse de l'inflation qui reste en dessous de 2% et de sa composante sous-jacente qui
peine à se stabiliser au-delà de 1%, justifient la prudence de la BCE.
Au niveau du marché obligataire, la volatilité est à l'ordre du jour. L'année 2018 a été
marqué par une nette remontée des rendements des bons du Trésor américains de 10 ans. Le
cycle de resserrement de la FED (4 hausses en 2018), la nette amélioration des fondamentaux
de l'économie ont fortement pénalisé les rendements américains.
De même, la menace d'adoption d'une politique ultra-expansionniste, lancée par le président
Donald Trump, a nourri la défiance à l'égard des titres du Trésor, renforçant ainsi la tendance
haussière des taux d'intérêt américains. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans franchit la
barre de 3% pour atteindre 3.24%. Un niveau jamais atteint avant 2011.
Il a fallu attendre le mois de novembre pour observer un net repli du rendement du bon du
Trésor américain à 10 ans en dessous de 3%, pour terminer l'année à 2.68%.
Sur le marché européen, les titres obligataires enregistrent une nette baisse. Ils continuent de
séduire les investisseurs internationaux en raison des tensions politiques internationales et de
la faiblesse des chiffres de l'inflation dans la zone euro.
Au niveau du marché de change, la vigueur de l'économie américaine et la hausse des taux
de la FED a provoqué l'appréciation du dollar par rapport aux autres devises (+4.7% contre
l'euro). Le dollar continu de jouer son rôle historique de monnaie de refuge profitant du
retour de la croissance et de la normalisation des taux d'intérêt.
Pour ce qui est de l'euro, les indicateurs macroéconomiques de la zone euro confirment la
fragilité de la reprise et les difficultés pour la BCE de rattraper l'objectif d'inflation de 2%.
Une situation qui plombe davantage la zone dans la politique du Quantitative easing
(assouplissement quantitatif) et pénalise fortement la monnaie unique.
17

Page 18
Rapport sur la Dette Publique
Du côté des pays émergents, l'année 2018 a été marquée par le durcissement des conditions
d'emprunt. L'augmentation des taux longs, la hausse du dollar, le manque d'appétit pour le
risque émergent, …, expliquent le changement de contexte.
Le spread souverain émergent, calculé par J.P. Morgan Emerging Markets Bond Index à partir
de l'écart entre le rendement EMBI et le rendement des titres du Trésor américain assorties
d'échéances comparables, montre une nette flambée en 2018par rapport à 2017 : une
augmentation du spread de +350 pb pour l'Argentine, de + 150 pb pour la Turquie, de +100
pour l'Afrique du Sud et le Mexique ; de +50pb pour la Russie…
Malgré un environnement favorable pour le monde émergent, marqué par la faiblesse des
rendements internationaux dans les grands pays développés et fort profitable pour les actifs
émergents, les entrées nettes de capitaux demeurent en territoire négatif depuis mi-2018.
18












Page 19
Rapport sur la Dette Publique
Conjoncture nationale en 2018
19






















Page 20
Rapport sur la Dette Publique
Conjoncture nationale en 2018 :
L'année 2018 a confirmé le retour de la croissance, 2.5% contre 1.9% en 2017. Cependant,
ce niveau de croissance reste insuffisant pour inverser la courbe du chômage dont le taux
global demeure stable à 15.5%. La reprise dans le secteur touristique et les bons résultats
enregistrés dans l'agriculture (surtout la récolte exceptionnelle de l'huile d'olives), ont
contribué fortement dans l’amélioration du taux de croissance de 2018.
Par contre, le secteur
industriel continue de souffrir du blocage de la production de phosphate et ses dérivés et du
recul de la production des hydrocarbures qui ont influencé négativement le niveau des
réserves en devises. De même, la croissance embryonnaire dans la zone euro a eu un impact
négatif sur les exportations des produits manufacturiers.

Du côté de la demande, la croissance demeure fort dépendante de la demande intérieure.
La formation brute de capital fixe (FBCF) enregistre un taux de croissance aux prix constant
de 2% contre 0.3% en 2017. Cependant, la consommation publique croît au même rythme en
2017 et 2018 (0.3%), alors que la consommation privée a enregistré une baisse (2.1% contre
2.4% en 2017). Le gap de financement entre l'investissement et l'épargne n'a pas cessé de
baisser ces dernières années. Le taux d'investissement suit sa tendance baissière pour atteindre
18.5% en 2018 contre 18.8% en 2017. Du côté de l'épargne, nous retrouvons la même
tendance. Le taux d’épargne demeure encore faible sous la barre des 10% du revenu national
disponible brut (9% en 2018 contre 8,9% en 2017).
Au niveau des paiements extérieurs, le creusement du déficit courant continue de peser sur
les avoirs en devises (84 jours d'importations pour fin 2018 contre 93 jours en 2017). En % du
PIB, le déficit courant atteint un nouveau record historique de 11.1% contre 10.2% en 2017, et
ceci malgré les bons chiffres des recettes touristiques (+46.3%) et les transferts des tunisiens
de l'étranger (+10.1%). En effet, le déficit de la balance énergétique (près du tiers du déficit
commercial) explique l'essentiel de la tendance haussière du déficit courant.
Sur le marché de change, le contexte demeure très pénalisant pour le dinar tunisien, qui s'est
déprécié en 2018 de 14.4 % contre l'euro et de 18.0 % contre le dollar américain. D'où
l'accroissement des besoins de financement et de l'encours de la dette extérieure (57.06 % du
PIB en 2018 contre 48.45 % en 2017).
20


Page 21
Rapport sur la Dette Publique
Concernant l'inflation, son taux a enregistré une nette accélération (taux de croissance moyen
de 7,3% en 2018 contre 5,3% en 2017). Plusieurs facteurs expliquent cette tendance haussière
: la dépréciation du dinar vis-à-vis des principales devises étrangères, les mesures fiscales
portées par la loi des finances 2018 et l'ajustement à la hausse des prix des carburants.
La BCT a été très réactive pour contrecarrer le dérapage inflationniste. D'une part, elle a été
amenée à adopter une politique monétaire restrictive, en relevant à deux reprises son taux
directeur (en mars et en juin 2018). D'autre part, l'autorité monétaire a introduit un nouvel
instrument macro-prudentiel (le ratio Loan to Deposit ou le ratio crédit/dépôt) qui vise à
freiner la consommation via l'évolution des crédits bancaires. Cependant, la BCT reste
vigilante sur les risques que peuvent générer une politique de resserrement monétaire sur
l'investissement et la croissance, mais aussi sur la qualité du portefeuille des banques de la
place avec la montée des impayés. De son côté, le gouvernement a pris un certain nombre de
mesures pour contrecarrer les pressions haussières des prix à la consommation : renforcer le
contrôle des prix et des circuits de distribution, contrôler les frontières pour limiter les
importations sauvages et le poids du marché parallèle, rationnaliser certains produits importés
pour soutenir le dinar et neutraliser ainsi la composante importée de l’inflation.
Pour ce qui est de la liquidité bancaire, les pressions n'ont pas cessé de s'accentuer.
Les besoins des banques en refinancement frôlent les 16 milliards de dinars en décembre 2018
contre moins de 11 milliards de dinars au même mois de 2017, reflétant un assèchement de la
liquidité en dinars.
Concernant les finances publiques, l'année 2018 a enregistré une nette amélioration des
ressources propres de l’Etat. Les mesures introduites au niveau de la Loi des Finances 2018
ont renforcé la tendance haussière de ces recettes. Avec l’effort déployé par l’Etat pour
maîtriser les dépenses, le déficit budgétaire est ramené à 4.8% en 2018 contre 6.1% du PIB en
2017.
21





Page 22
Rapport sur la Dette Publique
Chiffres clés :
Les indicateurs de la dette publique
22





















Page 23
Rapport sur la Dette Publique
Chiffres Clés
Ratio d’endettement :
Dette publique en % PIB
Dette Extérieure en % PIB
Dette Intérieure en % PIB
2016
62,42%
40,65%
21,78%
2017
70,17%
48,45%
21,72%
2018
Aout 2019
77,08%
57,06%
20,02%
73,19%
52,59%
20,60%
Graph 3 : Répartition de la Dette Extérieure par Devises (pour l’année 2018)
23









Page 24
Rapport sur la Dette Publique
Indicateurs de Coût et de Risque :
*Coût de la dette publique :
Coût d’intérêt
Intérêt en % PIB
2016
4.10%
2017
3.99%
2018
4.05%
2.22%
2.34%
2.65%
*Risque de Refinancement :
Graph 4 : La Durée de Vie Moyenne du portefeuille de la dette publique (exprimée en nombre
d’années)

*Risque de taux d’intérêt :
Dette à Taux Variable
La part de la Dette Extérieure à taux variable
La part de la Dette Intérieure à taux variable
2016
24.7%
23.9%
26.3%
2017
25.8%
25.3%
26.8%
2018
28.7%
28.2%
30.3%
24





















Page 25
Rapport sur la Dette Publique
Le processus des réformes engagées pour le développement du marché domestique des Bons de Trésor :
La 1ére émission
d’un emprunt
obligataire
Emission des Bons
d’Equipements
Emission
Inaugurale des
BTA et BTCT
Emission
Inaugurale des
BTA à 15 ans
Entrée en vigueur du
nouveau
cahier des
charges
signé avec les SVT
Lancement Officiel de
la Courbe des Taux
des Bons de Trésor
1962
1986
1991
1993
1997
2006
2007
2013
2014
2016
2017
Emission des
Bons de Trésor
Cessibles

Conversion des
BTC en BT
négociable à la
Bourse.
Emission des
Bons de Trésor
Zéro Coupon

Loi n°2013-30 du
30 Juillet 2013
relative aux
Sukuk
Islamiques.
Première émission
d’un Emprunt
National
25















Page 26
Rapport sur la Dette Publique
Notation du Risque Souverain de la Tunisie (2010-2018)
Année
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
Les
Agences
de Ratings
Fitch
Ratings

BBB
Perspectives
stables

BBB-
Perspectives
négatives

(2 Mars 2011)
BB+
Perspectives
négatives

(12 Décembre

2012
BB-
Perspectives
négatives
(30 Octobre 2013)
BB-
Perspectives
négatives
(24 Octobre
2014)

BB-
Perspectives
stables
(25 Septembre
2015)

MOODY’
S

Baa2
Perspectives
stables

Baa3
Perspectives
négatives
(19 Janvier
2011)

Baa3
Perspectives
négatives
(28 Septembre
2012)

Ba3
Perspectives
négatives
(25 Novembre 2013)
Ba3
Perspectives
négatives
(4 Juin 2014)
Ba3
Perspectives
stables
(25 Mai 2015)
(R&I)
A-
Perspectives
stables
(S&P)
BBB
Perspectives
stables

BBB
Perspectives
négatives
(7 Septembre
2011)

BBB -
Perspectives
négatives
(28 Juillet
2011)

BBB-
Perspectives
stables
(1 Novembre
2012)

BBB-
Sous surveillance
avec des implications
négatives
(27 Novembre 2013)
BBB-
Perspectives
négatives
(
15 Octobre
2014)

BB+
Perspectives
négatives
(24 Décembre
2015)

BB
Perspectives
stables
(23 Mai 2012)
B
Perspectives
négatives
(16 Aout 2013)
-
-
BB-
Perspectives
négatives
(
26 Aout 2016)
Ba3
Perspectives
négatives
(
22 Novembre
2016)

-
-
B+
Perspectives
stables
(
17 Novembre
2017)

B+
Perspectives
négatives
(11 Décembre
2018)

B+
Perspectives
négatives
(27 Juin 2019)
B1
Perspectives
négatives
(18 Aout 2017)
B2
Perspectives
négatives
(
16 Octobre 2018)
BB
Perspectives
stables
(01 Mai 2017)
BB
Perspectives
négatives
(
18 Octobre 2018)
BB
Perspectives
négatives
(4 Septembre
2019)

-
-
26





















Page 27
Première partie :
La dette publique
27


























Page 28
1. L'état des finances publiques
Au terme de l'année 2018, le déficit budgétaire de l'Etat hors dons, privatisation et
confiscations, était de 4,8% du PIB (soit 5056 millions de dinars) contre 6,1% enregistré en
2016 et 2017. L'intégration des dons et des revenus des opérations de privatisation et de
confiscations ramène le déficit budgétaire, en 2018, à 4682 MD (soit 4,4% du PIB), dont 2802
MD au titre des intérêts de la dette publique.
Environ 5127 MD ont été remboursés au titre du principal. Il en résulte un besoin de
financement du budget de 9809 MD en 2018 (soit 9,3% du PIB) contre 9700 MD selon les
prévisions de la loi de finances complémentaire pour l’année 2018 (9,1% du PIB).
Pour satisfaire les besoins de financement du budget de l’Etat, un montant d’emprunt de
9497,1 MD a été mobilisé. Ces ressources mobilisées sont réparties entre des emprunts
externes d'un montant de 7064,0 MD et des emprunts internes de 2433,1 MD.
28






Page 29
2. Financement du budget de l'Etat
Financement du Budget de l’Etat : Ressources d’Emprunt et de Trésorerie
MDT
Ressources d’Emprunt et de
Trésorerie

Ressources d’Emprunt
Part des ressources d’Emprunt dans
le financement du budget (%)
Ressources d’Emprunt Extérieur
2016
8066,6
2017
10400,1
2018
9809,4
Aout 2019
834 ,0
7
8
156,9
10
284,3
9498,2
7
834 ,0
27.5
30.0
25.2
26.8
4
268,3
8
337,5
7065,1
5
530 ,0
Ressources d’Emprunt Intérieur
3888,6
1946,8
2
433,1
2
304 ,0
Ressources de Trésorerie
-90,3
115,8
311,2
0,0
Les ressources d'emprunt et de Trésorerie ont augmenté au cours de la période 2016-2018,
notamment en 2017, et cela pour répondre aux besoins croissants du financement du budget
de l’Etat. Ces ressources ont atteint 9809,4 MD fin 2018, enregistrant une baisse de 590,7 MD
par rapport à 2017 (10 400,1 MD).
En 2017, la part des ressources d'emprunt extérieur a connu une augmentation significative,
en effet, cette dernière a doublé (pour atteindre 8 337,5 MD) par rapport à 2016 (où elle était
de l'ordre de 4 268,3 MD). En revanche, la part des ressources d'emprunt intérieur a diminué
au cours de l'année 2017, en raison de l’assèchement de liquidité des institutions bancaires.
29
Graphique 1 4 : Evolution annuelle du besoin de financement entre 2016 et 2018 (en % du PIB) 9.00%10.80%9.20%0.00%2.00%4.00%6.00%8.00%10.00%12.00%












Page 30
Financement du budget de l’Etat pour 2018
En 2018, Les ressources totales d'emprunt et de trésorerie, utilisées pour financer le budget de
l'Etat, se sont élevées à 9809,4 MD, dont 9498,2 MD au titre des utilisations de ressources
d’emprunt et 311,2 MD au titre de ressources de Trésorerie (voir annexe1).
Les ressources d'emprunt sont réparties entre les emprunts extérieurs, soit environ 7065,1
MD, et les emprunts intérieurs d'un montant de 2433,1 MD.
Ressources d'emprunts externes :
Les ressources d’emprunts extérieurs utilisées pour l'année 2018 sont réparties entre les prêts
extérieurs affectés pour le financement des projets de l’Etat dans la limite de 706,7 MD, les
prêts rétrocédés pour une valeur de 125,0 MD, les émissions sur les marchés financiers
internationaux pour un montant de 1685,8 MD, et les prêts d'appui budgétaire qui s'élèvent à
4547,7 MD. Ces derniers proviennent principalement des bailleurs de fonds multilatéraux et
se répartissent comme ci-dessus :
Prêts d’appui budgétaire :
Banque Mondiale
Banque Africaine de Développement
Fonds Monétaire International
KfW
Fonds Monétaire Arabe
4547,7 MD
1422,5 MD
357,6 MD
2046,6 MD
301,8 MD
303,1 MD
En outre, au cours de l’année 2018, il y a eu l’utilisation des ressources du compte spécial en
devises au titre du prêt de la Banque Mondiale dédiée pour le financement du projet du
développement urbain « PDUGL », tiré en 2017 pour un montant de 39,42 millions d'euros
(soit l’équivalent de 116,0 MD).
Ressources d'emprunt internes :
À la fin de l'année 2018, les ressources d'emprunt internes utilisées s'élevaient à 2433,1 MD,
et sont réparties entre les émissions de bons du trésor pour un montant de 1696,8 MD, et
l'utilisation du crédit bancaire syndiqué en devise conclu le 24 novembre 2017 pour un
montant de 240 millions d’euros, soit 736,3 millions de dinars.
30





Page 31
Financement du budget de l'Etat : ressources d'emprunt nettes
Les ressources d'emprunt nettes (ce sont les ressources d’emprunt totales pour l'année moins
le principal de la dette publique qui a été remboursé au cours de l'année) sont restées
relativement stables au cours de ces dernières années, cependant, les ressources d’emprunt
interne nettes ont connu une baisse significative, en particulier en 2018 (552,7 MD) par
rapport à 2016 (soit 2058,8 MD).
Financement du Budget de l’Etat : Emprunt Net
MDT
Ressources d’Emprunt Net
2016
4944,2
2017
5539,0
2018
4 371,7
Aout 2019
2622,7
Ressources d’Emprunt Extérieur
Ressources d’Emprunt Intérieur
2885,4
4720,9
3 819,0
1227,9
2058,8
818,0
552,7
1394,8
3. Tirages et émissions
MDT
Tirage et Emission
Emprunt Extérieur
Emprunt Intérieur
2016
7902,1
4013,5
3888,6
2017
11371,5
8690,9
2680,7
2018
9043,4
Aout 2019
8471,0
7346,6
6167,0
1696,8
2304,0
Au cours de l'année 2018, le montant des tirages et émissions ont atteint 9043,4 MD, réparties
entre des emprunts extérieurs dans la limite de 7346,6 MD, et des emprunts intérieures pour
un montant de 1696,8 MD. Les tirages et émissions pour l'année 2018 ont connu une baisse de
plus de 20% par rapport aux tirages et émissions enregistrés fin 2017 (11371,5 MD).
Ces émissions ont permis au Trésor de renforcer la liquidité du compte courant du Trésor
pour l'année 2018, ainsi le solde moyen du compte courant pour l’année 2018 a atteint environ
518,6 MD, alors que le solde du compte courant pour la fin de l'année était de 667,9 MD.
31







Page 32
32
Graphique 1 5 : Moyenne mensuelle des Soldes du Compte Courant du Trésor CCT entre 2016 et 2018 (en MDT)
Graphique 1 6 : Situation de la Liquidité : Solde du Compte Courant du Trésor CCT (en MD)





Page 33
Dette intérieure : Tirages et émissions
MDT
Emprunts Intérieurs
1.1 Bons du Trésor
Bons du Trésor 52 Semaines
Bons du Trésor Assimilables
1.2 Dette Intérieure en Devises
Prêt Syndiqué
La Part des Bons du Trésor dans
le financement du budget (%)

2016
3888,6
2017
2680,7
3884.0
1946.8
76,5
89,2
2018
1696,8
1696.8
26,6
3807,5
1857,6
1670,2
4,7
(2010)
47.6
733,8
(2017)
18.9
-
17
Aout 2019
2304,0
1115,1
347,7
767,4
1188,9
(2019)
-
Au cours de l'année 2018, les tirages et émissions sur emprunts intérieurs ont continué de
baisser, pour atteindre 1696,8 MD, enregistrant une baisse de 36,7% par rapport au niveau de
2017 (où les ressources d'emprunts intérieures mobilisées ont été de l’ordre de 2680,7 MD) et
une diminution de 56% par rapport au niveau enregistré en 2016. Cette baisse est attribuée à
un emprunt intérieur limité sur les bons du Trésor en 2018, tandis qu'en 2017, il y a eu un
recours à l'endettement en devises par un crédit syndiqué en devises, auprès des banques de la
place, qui a permis la mobilisation de 240 millions d’euros, soit 733,8 millions de dinars.
Emissions de bons du trésor : une baisse du volume des émissions
Le volume des émissions des bons du trésor sur le marché financier intérieur, pour l'année
2018, était d'environ 1696,8 MD (équivalent à 1,6% du PIB), répartis entre 26,6 MD bons du
Trésor à court terme et 1670,2 MD de bons du Trésor assimilables. Alors que pour l’année
2017, le volume des émissions des bons du Trésor était de l’ordre de 1946,8 MD (soit environ
2% du PIB pour l'année). Pour l’année 2016, le volume des émissions était de 3883,9 MD
(soit environ 2,8% du PIB), dont 3807,5 MD en bons du Trésor assimilables, soit environ
98% des bons du Trésor à moyen et long terme.
Les bons du Trésor ont contribué au financement du déficit budgétaire, à hauteur de 17% en
2018, contre 18,9% en 2017 et 47,6% en 2016. Cette faiblesse de la part du marché intérieur
dans le financement du budget s’explique notamment par les éléments suivants :
- le risque d'un impact négatif sur le financement de l'économie, étant donné que le Trésor ne
peut pas mobiliser des montants importants de bons du Trésor, compte tenu du problème de
liquidité dont souffre le secteur bancaire, la première source de financement de l'économie.
33








Page 34
Rappelons que la montée des pressions sur la liquidité bancaire dont souffre le système
bancaire depuis quelques années, s'explique en partie par la hausse de la demande de
financement des secteurs public et privé, par la politique restrictive menée par la Banque
centrale de Tunisie pour contrecarrer les pressions inflationnistes, et enfin, par la faiblesse de
l'épargne nationale.
Le problème de liquidité que connait le secteur bancaire impacte négativement les montants
proposés par les spécialistes en valeurs du Trésor (10 spécialistes, dont 9 banques) lors des
opérations d'appels d'offres de souscription aux émissions des bons du Trésor. La demande des
SVT sur les obligations souveraines, à la fin de l'année 2018, a connu une baisse importante par
rapport aux années 2017 et 2016, et cela avec une concentration sur les lignes à moyen et court
terme.
Le volume total de la demande des investisseurs pour les bons du Trésor (sans compter les
opérations de gestion active de la dette interne) était de 2098,4 MD fin décembre 2018, contre
3558,1 MD fin décembre 2017 et 4403,5 MD fin 2016.
34
Graphique 1 7 : Evolution de loffre mensuel des Spécialistes en Valeurs de Trésor en 2016, 2017 et 2018



Page 35
Concernant la demande des SVT par maturité, au cours de l’année 2018, elle était portée sur les
bons du Trésor d’une échéance inférieure ou égale à 5 ans. Le volume de la demande pour ces
maturités a atteint 1268,2 MD, soit environ 60,4% de la demande totale, contre 21,3% en 2017
et moins de 1% en 2016. La plupart des offres se sont orientées vers la ligne 6,1% novembre
2021 et la ligne 6,3% décembre 2023.
35
Graphique 1 8 : Evolution de la demande des SVT par terme (entre 2016 et 2018)
Graphique 1 9 : Répartition des souscriptions des Bons du Trésor Assimilables en 2018 par Ligne (MDT)




Page 36
La demande des investisseurs pour les bons du trésor à long terme (échéance supérieure ou
égale à 8 ans), a connu une baisse significative pour atteindre un montant de 731,9 millions de
dinars à la fin 2018 (environ 34,9% de la demande totale) contre 2545,3 millions de dinars en
2016 (soit environ 57,5% de la demande totale).
Hausse des taux d’intérêt sur les émissions du Trésor
- Plus de références et documents sur Legaly Docs
La baisse des émissions de bons du Trésor s’explique notamment par la hausse des taux
d’intérêts acceptée par le Trésor (voir annexe 2), d’où une baisse des cours qui en résulte lors
des opérations d'appels d'offres. Un niveau de taux qui traduit l'ampleur des besoins en
liquidités du compte courant du Trésor. Cette situation explique la chute des montants adjugés
chaque année par le Trésor.
Bons du Trésor Assimilables Montant Annoncé Montant Offert Retenu/Annoncé
2016
2017
2018
550,0
3
2350,0
2470,0
807,5
3
857,6
1
670,5
1
107,2%
%79
%67
Dette extérieure : Tirages et émissions
Les tirages sur les emprunts extérieurs, au cours de l'année 2018, ont atteint environ 7346,6
MD, enregistrant une baisse de 15,5% par rapport à l’année 2017 (8690,9 MD). Ces tirages
sont répartis à hauteur de 17% sous la forme de prêts affectés (1229,1 MD) destinés au
financement des projets de l’Etat et des prêts rétrocédés destinés aux institutions publiques et
bancaires, et 83% sous forme de prêts non affectés, principalement des tirages, sur des prêts
d'appui budgétaire et des émissions sur le marché financier international.
MDT
2016
2017
2018
Tirage et Emission de la Dette Extérieure
4013,5
8690,9
7346.6
Aout
2019

6167,0
Les Prêts Affectés
1042,7
1141,8
1229,1
675,9
* Projets de l’Etat
772,7
921,2
980,9
636,3
* Prêts Rétrocédés
270,0
220,6
248,3
39,6
Appui Budgétaire
2970,8
7549,1
6117,5
5491,0
36















Page 37
Pour ce qui est de l'année 2019, le montant des tirages et émissions de la dette extérieure à fin
août s'élevait à 6167,0 MD, dont 675,9 MD sont des prêts affectés et 5491,0 MD sont des
émissions sur le marché financier international et des prêts d’appui budgétaire.
Prêts non affectés à fin août 2019
Appui Budgétaire
Marchés financiers internationaux
5491,0 MD
3268,0 MD
2223,0 MD
Prêts non affectés :
À la fin de l'année 2018, les tirages réservés à l’appui budgétaire ont atteint 6117,4 MD, dont
1685,8 MD sous la forme d'émissions sur le marché financier international, soit 23% du total
des tirages annuels sur la dette extérieure, contre plus de 51% en 2017 et 27% en 2016. En
octobre 2018, une émission a été effectuée sur le marché financier international en euros pour
un montant de 500 millions d'euros remboursable infinie après 5 ans, au taux d'intérêt de
6,75%. En février 2017, une émission sur le même marché pour un montant de 850 millions
d'euros avec un taux d'intérêt de 5,625%, le remboursement serait effectué in fine au terme de
7 ans.
37
0.396%5.354% 0.4%6.35% 5.75 % 6.75 %10 février 2017 31 octobre 2018 850 millions €7 ans500 millions €5 ans Taux de référencePrime de risqueouSpread
Swap MarketFonds Monétaire International
Notation souveraine
$ Bons du Trésor US* Politique monétaire* Politique budgétaire* Liquidité sur le marché obligataire Au niveau domestique Marchés Financiers internationaux * Fondamentaux économiques* Stabilité politique* Paix sociale Encadré n°2 : Détermination du taux dintérêt sur le marché international







Page 38
Par ailleurs, au cours de la même année, 1000 millions de dollars ont été mobilisés sous la
forme d'une souscription privée du Qatar. Ce prêt serait remboursé sur 5 ans, dont un an de
grâce et sur 4 versements égaux avec un taux d'intérêt préférentiel de 3,5%.
38
Graphique 1 10 : Appui Budgétaire pour l’année 2018
Graphique 1 11 : Appui budgétaire pour l’année 2017







Page 39
En revanche, les tirages sur les prêts d’appui budgétaire accordés par les créanciers
multilatéraux, se sont élevés à 4129,8 MD à fin 2018, contre 3070,3 MD en 2017 et 1873,1
MD en 2016. Notons que le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale sont au
premier rang dans le classement des bailleurs de fonds multilatéraux (plus de 84%), tandis
que les tirages des prêts accordés par les créanciers bilatéraux réservés à l’appui budgétaire se
sont élevés à 301,8 MD en 2018, et sont accordés par la KFW. Il est à signaler que ce type de
crédit n’existait pas au cours des années précédentes (2016 et 2017).
En ce qui concerne l’année 2019, et jusqu’à fin août, le montant des tirages sur les prêts de
type appui budgétaire a atteint 3268,0 MD, dont 1772,9 MD accordés par des bailleurs
multilatéraux et 1495,2 MD par l’Arabie Saoudite.
Prêts d’appui budgétaire
Banque Mondiale pour la Reconstruction et le Développement
Fonds Monétaire International
Union Européenne
Agence Française pour le Développement
KFW
Arabie Saoudite
3268,0 MD
70,2 MD
713,0 MD
484,4 MD
172,5 MD
332,8 MD
1495,2 MD
39
Graphique 1 12 : Appui budgétaire pour l’année 2016






Page 40
Prêts extérieurs affectés (prêts rétrocédés et prêts pour le financement de projets
publics)

Le montant des tirages sur prêts rétrocédés aux établissements publics a atteint un montant de
248,3 MD à la fin de 2018. Ces tirages ont permis principalement de financer les projets
suivants :
- Un projet d'extension des réseaux de gaz naturel dans le nord-ouest d'un montant de 71,7 MD,
accordé par l’Arabie saoudite, et rétrocédé au profit de la Société Tunisienne de l’Electricité et
de Gaz (STEG).
- Des lignes de crédits au profit des petites et moyennes entreprises d'un montant de 75 MD,
accordés par le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social, et rétrocédés au
profit de la Banque Centrale de Tunisie.
Quant aux prêts extérieurs affectés au financement des projets de l’Etat, le montant des tirages
s’est élevé à 980,9 MD, et il a permis principalement le financement des projets de
réhabilitation de l’infrastructure pour 518,0 millions de dinars, le secteur agricole pour 300,0
millions de dinars, et des projets liés à la réforme du secteur éducatif de 62,0 millions de dinars.
40
Graphique 1 13 : Répartition sectorielle des prêts de financement des projets (2018)




Page 41
Tirages et émissions nets
En Millions Dinars
Tirage et Emission
Emprunt Extérieur
Emprunt Intérieur
2016
2017
7902,1
11371,5
4013,5
3888,6
8690,9
2680,7
2018
9043,4
7346,6
1696,8
Aout 2019
8471,0
6167,0
2304,0
Tirage et Emission nets
4689,4
6626,2
3916,9
3259,7
Emprunt Extérieur
2630,6
5074,3
Emprunt Intérieur
2058,8
1551,9
4100,5
-183,7
1864,9
1394,8
Les tirages et les émissions nets de la dette publique (tirages et émissions totales de l'année
moins le principal de la dette publique remboursé au cours de l'année) ont diminué de 2709 MD
à la fin de 2018, alors qu'ils ont atteint 6626,2 MD en 2017 contre 3916,9 MD pour l'année
2018.
Les tirages et les émissions nets de la dette intérieure ont connu une forte baisse au cours de
l'année 2018. Le principal qui a été remboursé au cours de l'année (1880,5 MD) a dépassé le
volume des émissions de bons du Trésor (1696,8 MD). Ainsi, le montant de l'emprunt intérieur
net a atteint -183,7 MD, alors qu'il était de 1551,9 MD en 2017, et de 2058,8 MD en 2016.
Quant à la dette extérieure, les tirages et les émissions nets, à la fin de l'année 2018,
représentaient 55,8% des emprunts extérieurs (équivalent à 4100,5 MD), tandis que le reste des
émissions et des tirages extérieurs ont été utilisés pour rembourser le principal de la dette
extérieure de l'année, qui s'élevait à 3246,1 MD.
4. Service de la dette publique
À la fin de l'année 2018, le service de la dette publique (principal et intérêts) a atteint 7928,4
MD, enregistrant ainsi une augmentation de 923,4 MD par rapport à 2017 (7005,0 MD),
contre 5199,1 MD en 2016.
Selon le type de dette, nous constatons que le service de la dette publique intérieure a
augmenté de 1015,0 MD pour atteindre 3399,4 MD à la fin de l’année 2018 contre 2384,4
MD à la fin 2017 et 2995,1 MD à la fin 2016. Alors que le service de la dette extérieure a
enregistré une légère baisse de 91,5 MD par rapport à 2017, pour atteindre 4529,0 MD à la fin
de l'année 2018. Cette diminution résulte de la conjonction de deux effets : la baisse du
principal de la dette publique extérieure de 370,4 MD et l’augmentation des intérêts de 287,9
MD.
41




Page 42
Pour l'année 2019, le service de la dette publique devrait atteindre 9874,0 MD, dont 6621,0 MD
pour le principal et 3253,0 MD pour les intérêts. A fin Août, 7568,1 MD ont été remboursés au
titre du service de la dette, dont 5484,7 MD pour la dette extérieure et 2083,4 MD pour la dette
intérieure et parmi les prêts remboursés les plus importants depuis le début de l'année, nous
pouvons repérer :
- La première tranche de l’emprunt obligataire émis sous la forme de souscription privée de la
Qatar National Bank (QNB) en 2017 (le principal est d’un montant de 250 millions de dollars
US et le montant des intérêts est de 17,5 millions de dollars US)
- Un emprunt obligataire conclu en 2012, avec la garantie des États-Unis d'Amérique pour un
montant de 485 millions US, qui a été remboursé en juillet 2019.
- Un emprunt auprès du FMI pour un montant de près de 130 millions de Droits de Tirage
Spéciaux (DTS), dans le cadre de l'accord de confirmation (Stand by) du FMI conclu en 2013.
- Des bons du Trésor Assimilables (ligne mars 2019) pour un montant de 648,4 MD.
42
Graphique 1 14 : Service de la Dette Publique 220 20, 2 8 , 2 ,12 8 , , 208 , 1 ,1 00 28, 8,12016201720182019 Aout Dette Intérieure Dette Extérieure Service de la dette






Page 43
Principal de la dette publique
Le principal de la dette publique, pour l'année 2018, s'élevait à 5126,5 MD, soit une
augmentation de 381,2 MD par rapport à l'année 2017. Le principal a connu une augmentation
continue, depuis 2016, en raison de l'augmentation du principal de la dette extérieure.
Le principal de la dette publique extérieure remboursé, à la fin de l'année 2018, s'élevait à
3246,1 MD, soit environ 63% du total du principal de la dette publique. Il convient de noter que
le principal de la dette extérieure a connu une augmentation importante, en particulier au cours
des deux dernières années 2017-2018. En effet, cela est dû principalement au remboursement in
fine de 500 millions de dollars US, au mois d’avril 2017, au titre du prêt qatari conclu au cours
de l'année 2012 (équivalent à 1419,9 millions de dinars), en plus du remboursement des
tranches du prêt du Fonds Monétaire International (604,0 millions de dinars en 2017 et 1234, 0
millions de dinars en 2018).
Le remboursement du principal de la dette publique intérieure a également connu une
augmentation, à fin 2018 par rapport à l'année précédente, pour atteindre 1880,5 MD. Le
remboursement de la ligne des Bons du Trésor Assimilables 5,3% de janvier 2018 d'un montant
de 479,0 MD, et 5,5% d’octobre 2018 d'un montant de 700,7 MD.
En Millions Dinars
Principal
2016
3212,7
Dette Extérieure
1382,9
Dette Intérieure
1829,8
2017
4745,3
3616,5
1128,8
2018
Aout 2019
5126,6
3246,1
1880,5
5211,3
4302,1
909,2
Intérêts de la dette publique
Les intérêts de la dette publique, remboursés en 2018, ont enregistré une augmentation de plus
de 40% par rapport au niveau de 2016, pour atteindre 2801,9 MD, soit 2,6% du PIB. Une nette
augmentation qui trouve son explication dans la hausse à la fois des intérêts de la dette
intérieure et de la dette extérieure.
Au cours des dernières années, les intérêts de la dette publique ont été caractérisés par une
tendance haussière continue qui est due principalement à la hausse des taux d'intérêt sur la dette
publique intérieure, résultant de la hausse des taux d'intérêt offerts sur les titres du Trésor (voir
annexe n ° 2) et de l'augmentation des taux d'intérêt de référence du marché monétaire qui ont
impacté le taux d'intérêt moyen du marché monétaire (TMM).
43





Page 44
En ce qui concerne les intérêts de la dette publique extérieure, ces derniers ont connu une
augmentation à partir de l'année 2015, malgré la baisse des taux d'intérêt sur l'euro (Euribor
négatif). L’augmentation des intérêts s’explique principalement par l’appréciation des devises
dans lesquelles est libellée la dette extérieure par rapport au dinar tunisien, la hausse des
marges (spread) sur certains emprunts multilatéraux et la hausse de l’encours de la dette.
En Millions Dinars
Intérêt
Dette Extérieure
Dette Intérieure
2016
1986,4
821,1
1165,3
2017
2018
Aout 2019
2259,6
2
801 ,9
1004,0
1282,9
1255,6
1519,0
2356,8
1182,6
1174,1
Intérêt en % PIB
2,2%
2,3%
2,6%
2,02%
44
Graphique 1 15 : Evolution du taux d’intérêt de référence du marché monétaire (2016-2018)





Page 45
5. L'encours de la dette publique
Evolution de l'encours de la dette
Vers la fin de l’année 2018, l'encours de la dette publique a augmenté de 13515 MD par rapport
à 2017, dont 9417 MD résultent de la dépréciation du taux de change du dinar par rapport aux
principales devises étrangères. Le taux d'endettement a atteint 77,08% du PIB en 2018, contre
70,17% en 2017 et 62,42% en 2016.
La baisse du taux de change du dinar par rapport aux principales devises a engendré
l'augmentation de l’encours de la dette extérieure. Ce dernier, ayant atteint environ 40,65% du
PIB en 2016 (soit 36412,5 MD), a continué sa hausse à 48,45 % du PIB en 2017 (soit 46832,7
MD), pour atteindre 57,06% en 2018 (soit 60213,5 MD). Alors que l’encours de la dette
publique intérieure a maintenu un rythme de croissance stable, ne dépassant pas 1% pour
atteindre 21131,7 MD fin 2018 contre 20997,3 MD à fin 2017 et 19508,1 MD à fin 2016.
45
Graphique 1 16 : Encours de la Dette Publique(entre 2016 et 2018) 12, 8 2, 021 , 1 08,120 , 211 1, 20, 8 0 81 ,1201620172018 Dette Intérieure en MDT Dette Extérieure en MDT Encours de la dette Publique






Page 46
Le rythme de croissance de l’encours de la dette a enregistré un changement significatif au
cours de ces dernières années (en particulier entre 2016 et 2018), principalement en raison de
l'impact de la baisse du taux de change du dinar contre devises les plus importantes, du
creusement du déficit budgétaire et de la baisse du taux de croissance.
Pour l'année 2019 et jusqu’ à fin août, l’encours de la dette publique a atteint 81710 MD, soit
73,19% du PIB et il est fort probable que le ratio d'endettement sera inférieur à 75% du PIB à la
fin de l'année.
Structure de la dette publique
Part de la dette extérieure dans la dette publique%
65,1%
68,9%
74,0%
2016
2017
2018
Août
2019

71,9%
Part de la dette intérieure dans la dette publique%
34,9%
31,1%
26,0%
28,1%
La structure de la dette publique se caractérise par la prédominance de la dette publique
extérieure, qui a atteint 74 % en 2018, contre 26,0% pour la dette intérieure. La part de la dette
publique extérieure connaît une croissance continue, puisque en 2017 elle a atteint 69% de la
dette publique totale, contre 65% en 2016.
Composition de la dette publique extérieure :
Part de la dette extérieure
en% de la dette publique
Crédits multilatéraux
en% de la dette publique extérieure
Crédits bilatéraux
en% de la dette publique extérieure
Marchés financiers internationaux
en% de la dette publique extérieure
2016
2017
2018
65,1%
68,9%
74,0%
Août
2019

71,9%
49,86%
49,85%
50,07%
47,98%
16,52%
14,31%
13,18%
15,77%
33,61%
35,85%
36,75%
36,25%
Composition de la dette publique extérieure selon les créanciers
Au cours de ces dernières années, la composition de la dette publique extérieure a été
caractérisée par la prédominance de la dette multilatérale. Ainsi, l’encours de la dette auprès
des créanciers multilatéraux a atteint 50% de la totalité de la dette extérieure en 2018, soit
30146,3 millions de dinars.
46
















Page 47
La dette contractée auprès des bailleurs multilatéraux repose sur trois principaux créanciers, qui
sont la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International et la Banque Africaine de
Développement. Ils détiennent à eux seuls près de 80,0% de la dette multilatérale. Comme dans
les années précédentes, la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement
(BIRD) reste le prêteur multilatéral le plus important avec un encours de dette de 10149,3 MD,
soit 33,0% de la totalité de la dette multilatérale et 16,86% de l’ensemble de la dette publique
extérieure, suivie par la Banque Africaine de Développement avec un encours de dette de
8267,8 MD, soit 27,4% de la totalité de la dette multilatérale (voir annexe n ° 3).
Concernant la dette exigible aux Fonds Arabes et Islamiques, la dette accordée par le Fonds
Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES) occupe la première position,
avec un montant de 1682,6 MD (5,5% de la dette multilatérale), suivie de la dette due à la
Banque Islamique de Développement avec 262,0 MD.
À la fin de l'année 2018, l’encours de la dette publique extérieure vis-à-vis des créanciers
bilatéraux s'élevait à 7937,8 MD, soit 13,2% de la dette publique extérieure totale, et ce
pourcentage a connu une baisse remarquable ces dernières années, puisqu’en 2015 il était de
l'ordre de 18, 5% de la dette extérieure totale.
47
Graphique 1 17 : Répartition de la dette publique extérieure par Bailleur de fonds (Fin 2018) Crédits Multilatéraux; 50,09%Crédits Bilatéraux; 13,14%Marchés Financiers Internationaux; 36,77%




Page 48
La part la plus importante de la dette publique extérieure au niveau des créanciers bilatéraux
reste celle de la France avec 35,0%. En effet, elle est considérée comme le plus grand créancier
au niveau bilatéral, tandis que les pays arabes détiennent collectivement 23,0% et le Japon
15,0% (voir annexe n ° 3).
En revanche, la part de la dette émise sur les marchés financiers internationaux s'élevait à
36,8% de l’encours de la dette publique extérieure à la fin de l'année 2018, soit environ 22129,4
MD, contre 16788,7 MD en 2017 et 12239,3 MD en 2016. Cette évolution significative est due
au double effet de la baisse du dinar vis à vis à l'euro et au dollar et de la hausse des émissions
sur les marchés internationaux au cours des trois dernières années :
En 2016 : Emission d’emprunt obligataire avec la garantie des Etats-Unis pour un montant de
500 millions de dollars US sur les marchés financiers internationaux.
En 2017 : Emission d’emprunt obligataire sur le marché financier européen pour un montant de
850 millions d'euros.
En 2017 : Emission de 1000 millions de dollars d’emprunt obligataire sous la forme de
souscriptions privées pour l'Etat du Qatar (QNB).
En 2018 : Emission d'un emprunt obligataire de 500 millions d'euros sur le marché européen.
Structure de la dette extérieure selon les principales devises
% de la dette publique extérieure
2016
2017
2018
Euro
Dollar US
Yen
Août
2019

54,26%
43,15%
50,35%
52,01%
36,30%
32,07%
30,57%
28,36%
14,58%
11,85%
11,46%
11,48%
Autres devises
5,97%
5,73%
5,96%
5,90%
Une bonne gestion de la dette publique suppose une structure de la dette en devises qui reflète
la structure des échanges commerciaux, ce qui protégerait le portefeuille de la dette publique de
l'exposition au risque de change et réduirait ses effets sur le service et l’encours de la dette
extérieure.
Le portefeuille de la dette publique extérieure se caractérise, depuis de nombreuses années, par
la dominance de l’euro, et cela par l’application de la stratégie de gestion de la dette publique
visant à assurer une couverture naturelle, compte tenu de l'importance des relations
économiques de la Tunisie avec les pays de l'Union européenne, puisque ce dernier est le
premier partenaire commercial de la Tunisie (comme indiqué par les deux tableaux suivants).
48








Page 49
Exportations de la Tunisie selon les principales devises :
% des exportations
2012
2013
2014
201
5
2016
2017
totales
Euro
67,3%
68,8%
71,0%
78,3%
77,7%
78,9%
Dollar US
28,3%
26,8%
25,4%
17,9%
18,2%
17,3%
Dinar tunisien
3,5%
3,5%
2,9%
3,0%
3,4%
3,0%
convertible
Livre sterling
Yen
Autres devises
0,4%
0,1%
0,3%
0,4%
0,2%
0,4%
0,5%
0,1%
0,2%
0,4%
0,1%
0,3%
0,3%
0,0%
0,3%
0,4%
0,1%
0,3%
Importations de la Tunisie selon les principales devises :
% des importations
totales
Euro
2012
2013
2014
201
5
2016
2017
53,3%
54,9%
54,5%
55,6%
57,9%
58,0%
Dollar US
44,4%
43,1%
43,6%
42,5%
40,4%
40,2%
Dinar tunisien
convertible
Livre sterling
Yen
Autres devises
0,7%
0,4%
0,4%
0,7%
0,5%
0,4%
0,4%
0,6%
0,4%
0,5%
0,4%
0,6%
0,5%
0,6%
0,4%
0,4%
0,5%
0,5%
0,4%
0,4%
0,4%
0,4%
0,4%
0,6%
Source : Rapport de la BCT de 2017
Rappelons que la part de la dette extérieure libellée en euro a connu une baisse au cours des
années 2014-2016. Elle n'a pas dépassé les 43,0% à la fin de l'année 2016. Toutefois, une nette
amélioration a été enregistrée à la fin de l'année 2018, puisqu’elle a dépassé les 52,0% du total
de la dette publique extérieure. La baisse de la part de la dette extérieure en euro s’explique par
la multiplicité des émissions en dollars au cours de ces dernières années :
2016 : Un emprunt obligataire de la Tunisie, émis sur les marchés financiers
-
internationaux pour un montant de 500 millions de dollars US avec une garantie du
gouvernement américain.
2016 : Les Droits de tirages Spéciaux du FMI datant du 20 mai 2016, dans le cadre de la
-
«Facilité élargie de crédit» du FMI d'un montant de 2045,625 millions de DTS.
2017 : Souscription privée au profit de l'Etat du Qatar pour un montant de 1000 millions
-
de dollars américains.
49
















Page 50
En conséquence, la part de la dette libellée en dollars américains est passée de 30,9% en 2014 à
36,3% en 2016, tandis que la part de la dette libellée en euros a diminué de 46,0% à 43,15%,
respectivement. Cependant, cette tendance qui pénalise l'euro dans la composition de la dette
tunisienne, s'est inversée à partir de l'année 2017, dans le cadre de l’application d’une stratégie
d'endettement basée sur le choix des devises qui vise à assurer une couverture naturelle des
risques de change via une adéquation de la monnaie d'émission aux besoins des paiements en
devises (voir annexe n ° 4).
La part de la dette extérieure en euro continue d'augmenter, atteignant à fin 2019 plus de 54%
de la dette publique extérieure. Cette augmentation s'explique par :
- l’émission d'un emprunt obligataire de 695 millions d'euros en juillet 2019,
- le tirage de la deuxième tranche du prêt du programme d’assistance macrofinancière de
l’Union européenne « AMF II », pour un montant de 150 millions d’euros en juillet 2019,
- le tirage de la sixième tranche du « Mécanisme Elargi De Crédit » (MEDC) du FMI d’un
montant de 216 millions d’euros.
Composition de la dette publique intérieure
Part de la dette intérieure
En % de la dette publique
Bons du Trésor
En % de la dette publique intérieure
Dépôts au Trésor
En % de la dette publique intérieure
Autres dettes
En % de la dette publique intérieure
2016
34,9%
2017
31,1%
2018
26,0%
Août 2019
28,1%
63,98%
63,50%
64,02%
60,22%
32,71%
30,50%
30,76%
30,51%
3,31%
6,00%
5,22%
9,27%
La dette publique intérieure est principalement constituée d’émissions de bons du Trésor.
L’encours des bons du Trésor représente 64% du portefeuille total de la dette intérieure, et
environ17% du portefeuille total de la dette tunisienne (pour l'année 2018). La partie restante
de la dette publique intérieure est répartie entre les dépôts du Trésor public et autres dettes
intérieures, le plus souvent libellées en devises étrangères.
50









Page 51
Bons du Trésor
MDT
Bons du Trésor
Bons du Trésor 52 Semaines
Bons du Trésor Assimilables
2016
12482,1
2017
13441,0
2018
13587,1
Août 2019
13846,9
76,5
96,2
26,6
347,7
11370,9
12484,6
12975,1
13094,1
Bons du Trésor à zéro coupon
Emprunt national
88,9
945,8
94,6
765,5
-
-
585,3
405,1
Les bons du Trésor assimilables (BTA) accaparent la part la plus importante du stock des titres
du trésor (de l'ordre de 95%), atteignant un montant de 12975,1 MD à fin 2018 et répartis sur
les lignes suivantes :
51
Graphique 1 18 : Répartition des lignes des BTA pour fin 2018




Page 52
Dépôts auprès du Trésor…
Les dépôts auprès du Trésor ont représenté, annuellement, environ le tiers de la dette publique
intérieure, atteignant 6437,1 MD à la fin de 2018, un niveau très proche de celui enregistré à la
fin des années précédentes (2016 et 2017), soit respectivement 6380,5 MD et 6285,8 MD. Ces
dépôts proviennent principalement des dépôts des comptes spéciaux d'épargne en dinars
ouverts chez la Caisse d’Epargne Nationale Tunisienne, pour un montant de 5643,9 MD en
décembre 2018 contre 4980,4 MD à fin 2017 et 4377,8 MD à la fin de l’année 2016.
Autres dettes…
Parmi les dettes les plus importantes, nous citons celles libellées en devises et conclues entre
l'Etat tunisien et un groupe de banques locales. Le volume de ces dettes a atteint 842,5 MD à la
fin de l'année 2018, 983,5 MD à la fin de 2017 et 336,6 MD en 2016. Les autres dettes se
composent du prêt syndiqué conclu en 2017, pour un montant de 240 millions d’euros, avec un
groupe de banques résidentes, et de l’encours du prêt syndiqué contracté en 2010 pour un
montant de 185 millions de dinars.
Le volume des autres dettes a connu une augmentation en 2019, suite à l’octroi et au tirage d'un
nouveau crédit bancaire en devises en mai 2019, d'un montant de 356 millions d'euros.
6. Dynamique de la dette publique : les facteurs
d'accumulation
À partir de 2016, le rythme d'évolution du taux d'endettement a été marqué par une croissance
significative par rapport aux années précédentes. Ce ratio a enregistré un taux de croissance
annuel moyen de plus de 7,0% au cours des trois dernières années, contre 4,6% pour la période
2014-2015 et 4,26 % pour 2013 et 2014.
Part de la dette en % du PIB
Part de la dette extérieure en %
du PIB

Part de la dette intérieure en %
du PIB

Accumulation de la dette en %
2016
62,42%
2017
70,17%
2018
77,08%
Août 2019
73,19%
40,65%
48,45%
57,06%
52,59%
21,77%
21,72%
20,02%
20,60%
7,00%
7,75%
6,91%
-3,89%
52




Page 53
L'effet du taux de change :
Plusieurs raisons expliquent l’augmentation du taux d'endettement, toutefois la plus importante
reste le glissement du dinar dont l'impact a engendré une hausse de l'encours de la dette au
cours des trois dernières années 2016-2018, d’un montant s'élevant à 18697,9 millions de
dinars, alors que cet effet n'a pas dépassé 2734 millions de dinars au cours des trois années
précédentes 2013-2015.
MD
Impact de l’évolution du
taux de change
2013
883,8
2014
994,8
2015
855,0
201
6
2017
2018
3936,2
5345,0
9416,7
2733,6 MD
18696,9 MD
En conséquence, le taux d'endettement a augmenté pour atteindre 77,08% du PIB fin 2018
contre 46,56% fin 2013, soit une augmentation globale dépassant 30,5% du PIB, dont 18,84%
résulte de "l'effet-change" observé au cours des trois dernières années. L'effet du taux de
change a atteint respectivement 4,39% du PIB en 2016, 5,53% du PIB en 2017 et 8,92% du PIB
en 2018.
Cet effet est dû au glissement du dinar par rapport aux principales devises composant le
portefeuille de la dette extérieure, à savoir l'euro et le dollar. Ces deux devises représentent, en
2018, plus de 82,0% du total de la dette publique extérieure.
Rappelons que le dinar a connu une baisse importante par rapport aux monnaies américaine et
européenne au cours de la période 2010-2018 (en particulier de 2016 à 2018).
53














Page 54
54
Graphique 1 19 : Taux de change EUR/TND 1,921,942,052,262,262,202,432,943,433,171,91,952,012,152,252,172,362,703,103,35201020112012201320142015201620172018Aout 2019 fin période moyenne
Graphique 1 20 : Taux de change USD/TND 1,441,501,551,641,862,022,302,463,002,871,441,41,561,621,71,952,132,392,632,97201020112012201320142015201620172018Aout 2019 fin période moyenne






Page 55
Outre l'impact du taux de change, qui est le facteur le plus important derrière la hausse du taux
d'endettement durant la période 2016-2018, le déficit budgétaire est un autre facteur clé de la
hausse du taux d'endettement. En effet, malgré les mesures prises dans le cadre de la politique
budgétaire pour rationaliser les dépenses publiques et améliorer les recettes fiscales,
l’aggravation du déficit budgétaire continue d’alourdir le niveau de la dette publique (la
contribution de l’effet cumulé du déficit primaire dans la hausse du taux d'endettement au
cours des trois dernières années (2016-2018) a été estimée à 8,49% du PIB ( l’effet du déficit
primaire du budget de l’Etat de : 3,20% du PIB en 2016, 3,51% du PIB en 2017 et 1,78% du
PIB en 2018) avec un taux annuel moyen de 2,83% du PIB)).
Le taux de croissance réel, sur la même période, a permis, dans une faible mesure, de réduire la
dette à un taux annuel moyen de 1,08% du produit intérieur brut, soit une croissance cumulée
totale de 3,23% du PIB au cours des trois dernières années.
*Impact du taux de change sur l’encours de
la dette
*Impact du déficit budgétaire
Déficit Primaire du budget
Intérêts Dette Publique
*Impact de la croissance du PIB
Taux de croissance réel
Déflateur du PIB
*Autres facteurs (mise en jeu de la
garantie…)
Total accumulation de l’endettement
2015
1,01%
2016
4,39%
2017
5,53%
2018
8,92%
2,44%
1,94%
-0,53%
-1,79%
1,53%
3,20%
2,22%
-0,52%
-2,52%
0,23%
3,51%
2,34%
-1,10%
-3,47%
0,94%
1,78%
2,65%
-1,61%
-4,29%
-0,54%
4,60%
7,00%
7,75%
6,91%
55
Graphique 1 21 : Déficit Budgétaire entre 2016 et 2018 (en MD) 2867,43395,218801986,42259,62798,3201620172018 Déficit Primaire Intérêts












Page 56
Des signes d'amélioration en 2019 : l'évolution du taux de change
Depuis mars 2019, le taux de change du dinar par rapport à l'euro a connu une tendance
haussière, après avoir été proche du seuil de 3,50 dinars contre un euro sur le marché
interbancaire. Ainsi, le dinar a récupéré plus de 25 points de la valeur perdue par rapport à
l’euro, pour passer de 3,43 fin 2018 à 3,17, soit une amélioration de plus de 8,0%. Le taux de
change du dinar par rapport au dollar américain a également connu une appréciation relative,
pour atteindre 2,87 dinars par dollar en août 2019 contre 3 dinars fin 2018.
Selon la Banque centrale de la Tunisie, la récente reprise du dinar tunisien contre les
principales devises étrangères s'explique principalement par des facteurs internes au marché de
changes :
- Premièrement : la situation de la liquidité en devises sur le marché domestique des changes
Le surplus de liquidités en devises a créé une dynamique positive permettant de renforcer la
hausse du dinar. Ces excédents en devises, en 2019, sont principalement dus à :
*l’amélioration des revenus du tourisme.
*les revenus provenant de la privatisation de la Banque Zitouna et Zitouna Takaful.
*les entrées importantes de devises sous la forme de tirages sur des lignes de financement
extérieurs, effectués par les banques locales et les sociétés de leasing.
*le retour de la Société de Phosphate Gafsa sur le marché de change à travers une augmentation
des ventes de devises grâce à la reprise des exportations de phosphate.
-Deuxièmement : les anticipations des opérateurs économiques
L'entrée du dinar dans un cycle de hausse a permis, dans un premier temps, de tempérer les
anticipations négatives des opérateurs économiques sur le dinar, et de déclencher dans un
deuxième temps, des anticipations de hausse de la monnaie tunisienne, poussant ainsi certains
opérateurs, en besoin de dinars, à vendre des devises étrangères en puisant dans leurs comptes
professionnels.
56







Page 57
7. Indicateurs du coût et des risques de la dette
publique
Le coût de la dette publique
Au cours de ces dernières années, l'Etat tunisien a pu maîtriser le coût des intérêts de la dette
publique. Malgré le changement de la structure du portefeuille de la dette publique et la
multiplicité des risques qui en résultent, le coût des intérêts de la dette a été maintenu à un
niveau assez stable au cours des dernières années. Le coût total de la dette publique s'est
stabilisé autour de 4,05% en 2018, alors qu'il était autour de 4,5% en 2010. Cette stabilité est
principalement due à la baisse du coût de la dette extérieure, qui a atteint 2,74% à la fin 2018,
alors qu'il était autour de 4,04% en 2010.
2016
2017
2018
Coût de la dette publique
4,10%
3,99%
4,05%
Coût de la dette extérieure
2,75%
2,76%
2,74%
Coût de la dette intérieure
6,28%
6,2%
6,81%
Au cours de ces trois dernières années, le coût de la dette extérieure est resté stable, profitant
de la tendance à la baisse des taux d'intérêt au niveau mondial, notamment la baisse de
l’Euribor à 6 mois, observée ces quatre dernières années.
Concernant la dette intérieure, son coût a poursuivi sa tendance à la hausse, atteignant 6,81%
en 2018 contre 6,28% fin 2016, en raison du niveau élevé des taux d’intérêt pondérés sur les
émissions. Le niveau élevé de ce taux s’explique par la faiblesse de l’offre des Spécialistes en
Valeurs du Trésor (SVT) lors des adjudications mensuelles. Une telle faiblesse puise ses
racines dans l'assèchement de la liquidité bancaire et le niveau élevé des taux d'intérêt sur le
marché monétaire.
Dette publique à taux variable
La dette libellée à taux d'intérêt fixe domine le portefeuille de la dette publique avec plus de
70% du total. Tandis que la dette publique à taux variable, qui est exposée aux risques des
variations de taux d'intérêt, représente 28,74% du portefeuille de la dette publique totale, avec
30,29% de la dette publique intérieure et 28,19% de la dette publique extérieure.
57












Page 58
2016
2017
2018
Part de la dette publique à taux variable
24,7%
25,8%
28,74%
Part de la dette intérieure à taux variable
26,3%
26,84%
30,29%
Part de la dette extérieure à taux variable
23,9%
25,3%
28,19%
Compte tenu de la composition du portefeuille de la dette publique, environ 34,8% de la dette
publique sera concernée par la refixation du taux d'intérêt dans un horizon d'un an, et 66,3%
de la dette publique totale sera refixée dans cinq ans. Il convient de noter que 77,5% de la
dette publique intérieure sera refixée dans 5 ans, en raison de la prédominance des émissions
sur les lignes à court et moyen terme au cours des dernières années.
2016
2017
2018
Part de la dette
à
refix
er
dans un
an
31,7%
31,0%
34,8%
Part de la dette intérieure à refixer dans un an
Part de la dette extérieure à refixer dans un an
32,2%
35,63%
34,6%
31,5%
29,03%
34,81%
2016
2017
2018
Part de la dette à refixer dans 5 ans
58,9%
61,4%
66,3%
Part de la dette intérieure à refixer dans 5 ans
60,6%
69,5%
77,5%
Part de la dette extérieure à refixer dans 5 ans
57,9%
58,0%
62,3%
Le risque de refinancement
(en nombre d’années)
Durée moyenne du remboursement de la dette publique
Durée moyenne du remboursement de la dette intérieure
Durée moyenne du remboursement de la dette extérieure
2016
2017
2018
7,0
6,9
6,8
6,2
7,1
5,9
7,4
5,8
7,4
L'évaluation du risque de refinancement est principalement liée à la durée moyenne du
remboursement de la dette publique. Cet indicateur a connu une nette amélioration à la fin de
l’année 2016 puisqu’il a atteint 7 ans après avoir été de l'ordre de 6,3 ans à fin 2014.
Cependant, il a de nouveau enregistré une baisse pour revenir à 6,8 ans en 2018.
58



































Page 59
Cette baisse s'explique principalement par la chute de la durée moyenne de remboursement
des emprunts obligataires. En effet, la dégradation de la note souveraine de la Tunisie et
l'étroitesse du marché financier international pour les transactions en euros, ont favorisé le
recours à des crédits à moyen terme.
En résumé, les objectifs de la stratégie de gestion de la dette publique adoptée reposent
principalement sur la maîtrise des risques affectant le portefeuille de la dette publique, qui se
caractérise principalement par :
-
la réduction de la part de la dette extérieure dans le total de la dette publique,
la diversification des devises pour les emprunts, tout en tenant compte de la conformité
-
des devises des nouveaux emprunts aux besoins de la balance des paiements,
et la réduction du coût de la dette et surtout l’allongement de la durée de remboursement
-
dans la limite du possible .
59
Graphique 1 22 : Durée Moyenne de la Dette Publique et des Emprunts Obligataires (2014-2018) 6,36,876,96,85,75,85,75,34,720142015201620172018 Dette Publique Emprunts Obligataires




Page 60
8. Gestion active de la dette publique
Gestion active de la dette publique intérieure
Dans le cadre de la volonté de maîtriser les risques de refinancement et de réduire les
pressions sur le compte courant du Trésor, la Direction Générale de Gestion de la Dette
Publique et de la Coopération Financière cherche depuis quelques années à adopter une
gestion active de la dette publique intérieure et cela en menant des opérations d’échange des
bons du Trésor qui arrivent à échéance au cours de l'année. Il s’agit d’opérations de rachat ou
de remboursement des bons du Trésor Assimilables dont l’échéance est arrivée à maturité
pour les remplacer par de nouvelles obligations pour des lignes existantes.
L'échange aurait lieu avant la date d'échéance et en coordination avec les Spécialistes en
Valeurs du Trésor pour déterminer les lignes et les montants qui seront échangés (soit à leur
profit ou au profit de leurs clients).
En 2018, la Direction Générale de la Gestion de la Dette Publique et de la Coopération
Financière a procédé à trois opérations de gestion active de la dette publique interne portant
sur le remboursement anticipé d’une partie des lignes suivantes :
Ligne à échanger
Janvier 2018
Bons du Trésor Assimilables
5,3%
Janvier 2018
Montant
167,85
Taux d’intérêt
5,32%
Bons du Trésor Assimilables
5,5%
Octobre 2018
Montant
23,65
Taux d’intérêt
6,99%
Bons du Trésor Assimilables
5,5%
Octobre 2018
Août 2018
Septembre
2018
Ligne offerte
Bons du Trésor Assimilables 6,6%
Mars 2027
Montant
124,88
Taux d’intérêt
7,50%
Bons du Trésor Assimilables
6%
Juin 2021
Montant
51,74
Taux d’intérêt
6,58%
Bons du Trésor Assimilables 6%
Juin 2023
Montant
27,08
Bons du Trésor
Assimilables 7%
Juillet 2028
Bons du Trésor
Assimilables 6,5%
Juin 2025
Taux d’intérêt
8,55%
Bons du Trésor Assimilables
6,3%
Décembre 2023
Montant
103,96
Taux d’intérêt
8,68%
Montant
105,88
Taux
d’intérêt
5,35%
Montant
8,56
Taux
d’intérêt
9,504%
Montant
10,54
Taux
d’intérêt
8,97%
Gestion active de la dette publique extérieure
Les opérations de gestion active de la dette extérieure visent à alléger le coût de la dette sur
les finances publiques et tentent de limiter les effets des risques financiers liés aux
fluctuations des taux de change et aux variations des taux d'intérêt.
Dans ce contexte, la Direction Générale de la Gestion de la Dette Publique et de la
Coopération Financière du Ministère des Finances assure le suivi de l'évolution des taux de
Swap et des taux d'intérêt de référence sur les marchés financiers internationaux, à l'aide d'une
60






Page 61
application fournie par "Thomson Reuters", dans le but de réaliser des opérations de
couverture et de prendre des décisions de fixation du taux variable au bon moment.
De plus, ces dernières années ont connu une multiplication des opérations de recyclage ou de
conversion des dettes extérieures en projets de développement, notamment avec la France,
l'Allemagne, l'Italie et la Belgique.
*Avec la France
En 2016, un accord a été conclu pour la conversion d'une partie de la dette tunisienne envers
la France pour un montant de 60,0 millions d’euros, afin de contribuer au financement du
projet de l’hôpital universitaire multi-spécialités dans le gouvernorat de Gafsa.
Par ailleurs, le 31 janvier 2018, un avenant a été signé entre les parties tunisienne et française,
pour augmenter de 30,0 millions d'euros le montant de la dette qui sera transféré pour financer
les projets de développement suivants :
- Un montant supplémentaire de 20 millions d’euros pour financer le projet de l'hôpital
universitaire de Gafsa,
- et 10 millions d’euros pour financer le projet des universités et instituts supérieurs d'études
technologiques.
* Avec l'Allemagne
Les années 2012 et 2013 ont été respectivement marquées par la conclusion de deux accords
de recyclage de la dette tunisienne avec l'Allemagne d'un montant total de 60,0 millions
d’euros, pour financer des projets liés à l'approvisionnement en eau potable (30 millions
d’euros). 20 millions d’euros pour l’Office National de l’Assainissement, 5 millions d’euros
pour le Fonds de Dépollution FODEP et 5 millions d’euros pour la réhabilitation du Centre de
Traitement des Déchets Dangereux. A fin juin 2017, la dette a été recyclé dans son intégralité,
avec un montant qui s'élève à 130 960 MD, dont un tirage de 84, 532 MD.
*Avec l'Italie
Fin décembre 2016, la Tunisie a pu conclure un accord pour la conversion d'une partie de la
dette tunisienne envers l’Italie à hauteur de 25 millions d'euros. Le 30 avril 2019, un avenant à
cet accord de conversion a été conclu pour une deuxième tranche de 25 millions d'euros,
portant le montant total du recyclage à 50 millions d'euros. Ces montants ont ciblé les secteurs
de la santé, de l'éducation de base et de l’infrastructure dans les régions défavorisées. De plus,
ces montants visent la création des emplois et le développement des petites entreprises grâce
au microcrédit.
61


Page 62
Deuxième Chapitre : Prêts
accordés par l'Etat aux Institutions
Publiques
62


















Page 63
1. Les engagements
Au cours de l’année 2018, le Ministère des Finances a conclu 9 accords de prêts avec des
Entreprises Publiques pour un montant global de 97.9 M.D contre 15 accords de prêts en 2017
dont la valeur est égale à 715.6 M.D et 7 accords de prêts ont été conclus pour un montant total
de 96,4 M.D en 2016.
En effet, le volume des engagements qu'a connu l'année 2017 est due, essentiellement, à la
conclusion de trois accords de rétrocession d’un montant global de 601.56MD à savoir : la
rétrocession du crédit du Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe
(FKDEA) au profit de la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux
(SONEDE) dont le montant est de 22 millions de dinars Koweitien, soit l’équivalent de 164.3
MD. La conclusion d’une convention de rétrocession du prêt accordé par le Fonds Saoudien
de Développement au profit de la (STEG), d’un montant de 483.75 millions de Ryal
Saoudien, soit environ 312.2 MD, et aussi l’octroi d’un crédit du budget de l’Etat à la Banque
Tunisienne de Solidarité (BTS) d’un montant de 125 M.D.
Evolution des prêts accordés aux entreprises publiques
Le ministère des Finances a également conclu 9 accords de prêts au cours des huit premiers
mois de 2019, pour une valeur de 102 millions de dinars.
63





Page 64
Les crédits accordés aux entreprises publiques au cours de l’année 2016, 2017, 2018 et 2019
(jusqu’au 31 août) sont répartis selon les entreprises bénéficiaires comme suit :
*Année 2016 (en MD)
Catégorie Bénéficiaires Montant
Objet
Taux INT Remboursement
Prêts du
Trésor
El Fouledh
1.181
SNCPA
ONH
ONH
29
20
15
Licenciement de 35
agents
Financement de besoin
de liquidité
Achat huile d’olive
saison 2015-2016
Achat huile d’olive
saison 2016/2017
Sans
intérêt
Sans
intérêt

5%
5%
Du 30 juin 2017 au 30
juin 2021
Payable en une seule
fois le 31/12/2016

Payable en une seule
fois le 30/09/2016

2 échéances
mensuelles du
30/09/2017 au
31/10/2017, après 9
mois de grâce

Prêts
Titre II du
budget de
l’Etat
Total
RNTA
15
Financement de besoin
de liquidité
Sans
intérêt

Du 31/03/2016 au
31/05/2017
MTK
15
3%
Remboursement d’une
partie de sa dette envers
certains fournisseurs de
tabacs
95.181
Du 30/06/2016 au
31/08/2017
SEACN SFAX
1.3
Dépenses études suivi
des travaux
Sans
intérêt

Payable en une seule
fois du produit de la
vente des terrains
1.3
96.481
64





























Page 65
*Année 2017 (en MD)
Catégorie
Bénéficiaires Montant
Objet
Taux INT Remboursement
Rétrocession SONEDE
STEG
L’équivalent en MD
22 millions de
dinars Koweitien
483.7 millions de
Riyal Saoudiens
476.56
Réhabilitation des
systèmes d’eaux potable
Financement du projet
station Mornaguia
2%
2%
Du 01/03/2023 au
01/09/2042
Du 15/05/2022 au
15/11/2035
Trésor
SNCPA
15
SNCPA
15
SCIOK
3.5
ONH
ONH
OCT
ELLOU
-HOUM
30
12
7
4
SITEP
10.31
MTK
SCH
12
3
111.83
Titre II du
budget de
l’Etat
SEPTS
1
SEACN SFAX 1.3
BTS
125
Total
127.3
715.66
Financement de
l’exploitation
Sans
intérêt
Financement de besoin de
liquidité
Sans
intérêt

Participation au capital
SCIT KEF 74%
Sans
intérêt

Achat huile d’olive 2017-
2018
Achat huile d’olive
2017/2018
Besoin de liquidité
Paiement d’une partie de
ses créances envers les
fournisseurs
80% de la part de l’Etat
au puits 407-8

Achat des cigarettes
étrangères
Remboursement des prix
des propriétaires des
chevaux
5%
5%
3%
5%
Sans
intérêt

3%
5%
Jusqu’au
rétablissement de sa
situation financière
Jusqu’au
rétablissement de sa
situation financière

Du revenu provenant
de l’activité de la
société de gestion
dans SCIT KEF

Payable en une seule
fois le 31/07/2018

Payable en une seule
fois le 30/09/2018

Du 31/12/2018 au
30/06/2020
Du 31/10/2020 au
30/04/2025
Revenus
d'exploitation
Du 31/08/2017 au
31/08/2020
du 30/09/2019 au
31/08/2020
Dépenses d'entretien et
protection du projet
Sans
intérêt

Payable du produit de
vente des terrains
Dépenses études suivi des
travaux côtes nord Sfax
Sans
intérêt

Payable du produit de
vente des terrains
Financement petit projet
et crédit saisonnier
Sans
intérêt

15 ans après 5 ans de
grâce
65