Page 1
REPUBLIQUE TUNISIENNE
CODE DU TRAVAIL
Publications de l’
2010
Page 2
Page 3
Loi n° 66-27 du 30 avril 1966, portant promulgation du
code du travail
*.
Au nom du peuple,
Nous, Habib Bourguiba, président de
la République
Tunisienne,
L’Assemblée Nationale ayant adopté,
Promulguons la loi dont la teneur suit :
Article premier
Les textes publiés ci-après relatifs au droit du travail
constituent le code du travail. Ce dernier entrera en vigueur le
1
er mai 1966.
Article 2
A titre transitoire, demeurent en vigueur les conventions
collectives conclues en application du décret du 4 août 1936
relatif aux conventions collectives de travail, sauf dénonciation,
renonciation ou résolution dans les formes prévues par ce
décret.
Article 3
Le paiement de salaires inférieurs aux minima fixés par les
dispositions législatives ou réglementaires, les conventions
collectives, accords ou sentences arbitrales rendues obligatoires,
est passible des peines prévues à l’article 234 du Code du
Travail.
Tout paiement de salaires insuffisant donnera lieu, en outre,
de la part de l’employeur, au versement au budget de l’Etat pour
*Travaux préparatoires : Discussion et adoption par l’assemblée nationale dans ses
séances des 27, 28 et 29 avril 1966.
3

Page 4
être pris en recette au titre II et versé au compte du fonds des
accidents du travail, d’une somme égale au triple de la partie du
salaire insuffisamment payé sans préjudice, le cas échéant, de la
réparation à laquelle le salarié peut prétendre.
Le versement sus-indiqué sera opéré au vu des rôles établis
par le secrétaire d’Etat au Plan et à l’Economie Nationale à
l’aide des éléments qui lui auront été fournis par le chef
d’Administration compétent et sera exigible nonobstant toute
opposition.
Les sommes versées en exécution de l’alinéa précédent sont
exclues des charges de l’employeur pour le calcul des impôts et
prélèvements dûs par lui en fonction de ses bénéfices.
En cas de récidive, l’amende sera portée au double sans
préjudice du recouvrement de l’amende administrative prévue
au 2ème alinéa du présent article.
Article 4
Sont abrogées, toutes les dispositions antérieures contraires
au présent Code et notamment les textes suivants :
- décret du 15 juin 1910 déterminant les conditions spéciales
du travail des enfants du sexe masculin âgés de moins de 16 ans
dans les travaux souterrains des mines et carrières,
- décret du 27 mars 1919 portant réglementation des
établissements dangereux, insalubres ou incommodes,
- décret du 20 avril 1921 instituant le repos hebdomadaire
dans les établissements industriels et commerciaux,
- décret du 20 février 1930 réglementant l’immigration des
travailleurs en Tunisie,
- décret du 18 septembre 1930 sur la surveillance et la police
sanitaire des chantiers,
- décret du 14 août 1936 instituant la semaine de 40 heures
dans les établissements industriels et commerciaux,
4
Page 5
- décret du 29 avril 1937 sur la fixation des salaires et le
règlement des conflits du travail dans l’agriculture,
- décret du 11 août 1937 portant statut des journalistes
professionnels,
- décret du 28 juillet 1938, rendant applicables à la Tunisie,
les dispositions de la loi française sur le statut professionnel des
voyageurs et représentants de commerce,
- décret du 7 février 1940 réglementant le paiement des
salaires des ouvriers et employés,
- décret du 14 novembre 1940 sur le contrôle des
et
établissements
industriels
dans
les
licenciements
commerciaux,
- décret du 18 mars 1943 sur le salaire des ouvriers du
commerce et de l’industrie lors de leur embauchage et sur la
responsabilité du nouvel employeur en cas de rupture abusive
du contrat de travail,
- décret du 4 septembre 1943 relatif à la révision des
salaires, modifié par le décret du 19 juin 1947,
- décret du 8 septembre 1943 instituant un comité du travail,
- décret du 9 mars 1944 instituant les congés payés dans
l’agriculture,
- décret du 16 mars 1944 sur le réembauchage des salariés
licenciés en raison des circonstances économiques,
- décret du 25 juillet 1946, relatif à la rémunération des
heures supplémentaires de travail,
- décret du 25 juillet 1946 portant refonte de la législation
sur les congés payés dans le commerce, l’industrie et les
professions libérales,
- décret du 5 novembre 1949 relatif aux conventions
collectives du travail,
- décret du 6 avril 1950 relatif à l’hygiène, à la sécurité et à
l’emploi des femmes et des enfants dans les établissements du
commerce, de l’industrie et des professions libérales,
5
Page 6
- décret du 3 août 1950 relatif au certificat de travail, à la
garantie des droits du personnel salarié en cas de cession ou de
transformation juridique des entreprises,
- décret du 15 janvier 1953 relatif aux effets de louage de
services dans le cas où l’une des parties est appelée à accomplir
certaines obligations militaires,
- décret du 18 février 1954 relatif à l'emploi des femmes et
des enfants dans l'agriculture,
- décret du 18 février 1954 relatif à la protection des travailleurs
employés par les sous-entrepreneurs de main-d’œuvre,
- décret du 25 février 1954 réglementant le paiement des
salaires dans l’agriculture,
- décret du 20 septembre 1955 relatif à la médecine du
travail, modifié par la loi n° 59-3 du 9 janvier 1959,
- décret du 12
janvier 1956 relatif à
la formation
professionnelle,
- décret du 30 avril 1956 fixant les conditions générales de
rémunération et d’emploi des ouvriers agricoles,
- décret du 6 septembre 1956 établissant une carte d’identité
professionnelle à l’usage des voyageurs et représentants de
commerce,
- décret du 25 octobre 1956 instituant des services médicaux
dans les entreprises du commerce, de l’industrie et des
professions libérales,
- décret du 25 octobre 1956,
instituant
la carte
professionnelle des ouvriers boulanger,
- loi n° 58-117 du 4 novembre 1958 portant refonte du décret
du 19 janvier 1950 instituant des conseils de prud’hommes,
- loi n° 59-4 du 10 janvier 1959 portant statut des syndicats
professionnels en Tunisie,
- loi n° 59-6 du 13 janvier 1959 relative à la médaille du travail,
- loi n° 59-128 du 7 octobre 1959 relative aux vêtements de
travail dans l’industrie, le commerce et les professions libérales,
6
Page 7
- article 2 de la loi n° 60-18 du 27 juillet 1960 relative aux
relations du travail et modifiant la loi n° 58-117 du 4 novembre
1958, instituant des conseils de prud’homme,
- loi n° 60-31 du 14 décembre 1960 organisant les relations
du travail au sein des entreprises,
- loi n° 60-32 du 14 décembre 1960 relative à la déclaration
des établissements,
- loi n° 63-55 du 30 décembre 1963 relative aux jours fériés,
chômés et payés,
- loi n° 65-28 du 24 juillet 1965 relative à la main-d’œuvre
étrangère,
La présente loi sera publiée au Journal Officiel de la
République Tunisienne et exécutée comme loi de l’Etat.
Fait à Tunis, le 30 avril 1966
Le Président de la République Tunisienne
HABIB BOURGUIBA
7
Page 8
Page 9
CODE DU TRAVAIL
DISPOSITIONS GENERALES
Article premier
Le présent code s’applique aux établissements de l’industrie,
du commerce, de l’agriculture et à leurs dépendances, de
quelque nature qu’ils soient, publics ou privés, religieux ou
laïques, même s’ils ont un caractère professionnel ou de
bienfaisance.
Il s’applique également aux professions libérales, aux
établissements artisanaux, aux coopératives, aux sociétés
civiles, syndicats, associations et groupements de quelque
nature que ce soit.
Article 2
Sont considérés comme établissements industriels, notamment :
1- les mines, carrières et industries extractives de toute
nature;
2-
les entreprises dans
lesquelles des produits sont
manufacturés, modifiés, nettoyés, réparés, décorés, achevés,
préparés pour la vente, ou dans lesquelles les matières subissent
une transformation y compris la construction des navires, les
entreprises de démolition de matériel, les entreprises artisanales,
ainsi que les entreprises de production, de transformation et de
transmission de l’électricité et de la force motrice en général;
9
Page 10
3-
les entreprises de
transport de personnes ou de
marchandises par route, voie ferrée, voie d’eau ou voie
aérienne, y compris la manutention des marchandises dans les
docks, quais, warfs, entrepôts et aéroports.
Article 3
Sont considérées comme agricoles, les entreprises publiques
ou privées, les coopératives et les associations se livrant
notamment aux activités suivantes :
céréaliculture, culture du lin, du coton, du tabac, du riz, des
pommes de terre, de la betterave, des plantes médicinales et
aromatiques, des
légumineuses, viticulture, horticulture
maraîchère et florale, agrumiculture, oléiculture, arboriculture
fruitière, phoeniculture, sylviculture, production de semences et
de plants, production de fourrages, élevage, production du lait,
cuniculture, aviculture, apiculture.
Sont considérés comme travailleurs agricoles, les salariés
occupés :
1- à tous travaux concourant directement à l’exercice des
activités ci-dessus énumérées;
2- au menu entretien des bâtiments et du matériel
d’exploitation;
3- à la collecte, au conditionnement et à l’emballage des
produits de l’exploitation.
Ne sont pas considérés comme entreprises agricoles et sont
assimilés aux établissements industriels ou commerciaux, même
s’ils ont la forme de coopératives agricoles :
1) les établissements d’assurance et de crédit;
10

Page 11
2) les entreprises de génie rural;
3) les salines;
4) les entreprises de défonçage, de moisson, de battage, de
ramassage, de transport ou de stockage, à l’exception de celles
réservées au fonctionnement d’un domaine agricole,
5) les huileries, caves, distilleries, laiteries, fromageries,
conserveries, et plus généralement tous établissements ou
parties d’établissements de transformation de produits agricoles,
même annexés à une exploitation agricole, à l’exception de
ceux qui ne mettent en œuvre que des moyens artisanaux de
traitement de la matière première;
6) les activités forestières (abattages et coupe de bois, récolte
de liège..), à moins qu’elles ne s’exercent sur des boisements
appartenant à l’exploitant.
N’est pas considéré comme
le
personnel administratif des entreprises agricoles qui est assimilé
au personnel correspondant du commerce et de l’industrie.
travailleurs agricoles,
Article 4
Est réputé salarié, tout conducteur de véhicule automobile
affecté au transport public de personnes ou de marchandises qui
n’est pas propriétaire du véhicule ou titulaire de la licence de
transport.
Article 5
Les dispositions du présent code sont étendues aux
catégories de travailleurs ci-après :
1- les personnes qui, dans une entreprise industrielle ou
commerciale, sont chargées par le chef d’entreprise ou avec son
11
Page 12
agrément, de se mettre à la disposition des clients durant le
séjour de ceux-ci dans
locaux ou dépendances de
l’entreprise, en vue de recevoir d’eux dépôt de vêtements ou
d’autres objets ou de leur rendre des services de toute nature.
les
2- les personnes dont la profession consiste essentiellement,
soit à vendre des marchandises ou denrées de toute nature, des
titres, des volumes, publications ou billets de toute sorte qui
leur sont fournis exclusivement ou presque exclusivement par
une seule entreprise industrielle ou commerciale, soit à
recueillir des commandes ou à recevoir des objets à traiter,
manutentionner ou transporter, pour le compte d’une seule
entreprise industrielle ou commerciale, lorsque ces personnes
exercent leur profession dans un local fourni ou agréé par cette
entreprise et aux conditions et prix imposés par ladite
entreprise.
Le chef d’entreprise industrielle ou commerciale qui fournit
les marchandises, denrées, titres ou billets, ou pour le compte de
laquelle sont recueillies les commandes ou sont reçus les objets
à
toujours
responsable, au profit des personnes visées à l’alinéa précédent,
de la réglementation des salaires.
traiter, manutentionner ou
transporter, sera
Il ne sera responsable des autres dispositions que si les
sécurité dans
travail, d’hygiène et de
conditions de
l’établissement ont été fixées par lui ou soumises à son
agrément. Dans le cas contraire, les personnes visées sont
assimilées à des directeurs d’établissements et la réglementation
du travail ne leur est applicable que dans la mesure où elle
s’applique aux chefs d’établissements, directeurs ou gérants.
En ce qui concerne le personnel placé sous les ordres des
personnes définies ci-dessus, celles-ci ne sont responsables au
12
Page 13
lieu et place du chef d’entreprise industrielle ou commerciale
avec lequel elles ont contracté, de l’application de la législation
du travail à l’égard du personnel, que si elles ont toute liberté en
matière d’embauchage, de licenciement et de fixation des
conditions de travail dudit personnel.
Article 5. bis ( Ajouté par la loi n° 93-66 du 5 juillet 1993)
Il ne peut être fait de discrimination entre l’homme et la
femme dans l’application des dispositions du présent code et
des textes pris pour son application.
13
Page 14
Page 15
LIVRE PREMIER
FORMATION DES RAPPORTS DE TRAVAIL

TITRE PREMIER
LE CONTRAT DE TRAVAIL
Chapitre Premier
Formation du contrat
Article 6 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Le contrat de travail est une convention par laquelle l’une
des parties appelée travailleur ou salarié s’engage à fournir à
l’autre partie appelée employeur ses services personnels sous la
direction et le contrôle de celle-ci moyennant une rémunération.
La relation de travail est prouvée par tous moyens.
Article 6-2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Le contrat de travail est conclu pour une durée indéterminée
ou pour une durée déterminée.
Le contrat de travail à durée déterminée peut comporter une
limitation de la durée de son exécution ou l’indication du travail
dont l’accomplissement met fin au contrat.
15
Page 16
Article 6-3 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996)
Les travailleurs recrutés par contrats de travail à durée
indéterminée sont soumis en ce qui concerne la période d’essai
et la confirmation aux dispositions légales ou contractuelles qui
leur sont applicables.
Article 6-4 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
1- Le contrat de travail à durée déterminée peut être conclu
dans les cas suivants :
- l’accomplissement de travaux de premier établissement ou
de travaux neufs;
- l’accomplissement de travaux nécessités par un surcroît
extraordinaire de travail;
- le remplacement provisoire d’un travailleur permanent
absent ou dont le contrat de travail est suspendu;
- l’accomplissement de travaux urgents pour prévenir des
accidents imminents, effectuer des opérations de sauvetage ou
pour réparer des défectuosités dans le matériel, les équipements
ou les bâtiments de l’entreprise;
- l’exécution de travaux saisonniers ou d’autres activités
pour lesquelles ne peut être fait recours, selon l’usage ou de par
leur nature, au contrat à durée indéterminée.
2- le contrat de travail à durée déterminée peut également
être conclu, dans des cas autres que ceux indiqués au
paragraphe précédent, sur accord entre l’employeur et le
travailleur et à condition que la durée de ce contrat n’excède pas
quatre ans y compris ses renouvellements, tout recrutement du
travailleur concerné après l’expiration de cette période sera
effectué à titre permanent et sans période d’essai. Dans ce cas,
le contrat est conclu par écrit en deux exemplaires, l’un est
conservé par l’employeur et l’autre délivré au travailleur.
16
Page 17
3- les travailleurs recrutés par contrat de travail à durée
déterminée perçoivent des salaires de base et des indemnités qui
ne peuvent être inférieurs à ceux servis, en vertu des textes
réglementaires ou convention collectives, aux travailleurs
permanents ayant la même qualification professionnelle.
Article 7
L’emploi de
les
travailleurs étrangers est
dispositions réglementant l’entrée, le séjour et le travail des
étrangers en Tunisie.
régi par
Article 8
Le travailleur qui a dû quitter son travail parce qu’il a été
appelé sous les drapeaux à un titre quelconque a droit à
reprendre son emploi ou un emploi de même catégorie
professionnelle chez le même employeur.
Lorsqu’il connaît la date de sa libération du service militaire
et au plus tard dans le mois suivant celle-ci, le travailleur qui
désire reprendre l’emploi occupé par lui au moment où il a été
appelé sous les drapeaux doit en avertir son ancien employeur
par lettre recommandée avec accusé de réception.
Le travailleur qui a manifesté son intention de reprendre son
emploi comme il est dit à l’alinéa précédent, est repris dans
l’entreprise à moins que l’emploi occupé par lui ou un emploi
de la même catégorie professionnelle que le sien ait été
supprimé.
Lorsqu’elle est possible, la reprise du travail doit avoir lieu
dans le mois suivant la réception de la lettre dans laquelle le
travailleur a fait connaître son intention de reprendre son
emploi. Le travailleur bénéficie de tous les avantages acquis au
moment de son départ.
17
Page 18
Un droit de priorité à l’embauchage, valable pendant une
année à dater de sa libération, est réservé à tout travailleur qui
n’aura pu être repris dans l’établissement où il travaillait au
moment de son départ.
En cas de violation des paragraphes précédents par l’employeur,
le travailleur a droit à des dommages-intérêts.
Toute stipulation contraire est nulle de plein droit.
Article 9. - (Abrogé par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Chapitre II
Les obligations du salarié
Article 10
Le salarié est responsable des conséquences de l’inexécution
des instructions qu’il a reçues, lorsqu’elles sont formelles et
qui n’a aucun motif grave de s’en écarter.
Lorsque ces motifs existent, il doit en avertir l’employeur et
attendre ses instructions s’il n’y a péril en la demeure.
Article 11
Le salarié est tenu de veiller à la conservation des choses qui
lui ont été remises pour l’accomplissement des services dont il
est chargé. Il doit les restituer après l’accomplissement de son
travail et il répond de la perte ou de la détérioration imputables
à sa faute.
Cependant, lorsque les choses qu’il a reçues ne sont pas
nécessaires à l’accomplissement de son travail, il n’en répond
que comme simple dépositaire.
18
Page 19
Article 12
Il ne répond pas de la détérioration et de la perte provenant
d’un cas fortuit ou de force majeure, sauf le cas où il serait en
demeure de restituer les choses qui lui ont été confiées.
La perte de la chose, en conséquence des vices ou de
l’extrême fragilité de la matière, est assimilée au cas fortuit, s’il
n’y a faute de l’ouvrier.
Article 13
Le salarié est responsable du vol ou de la disparition des
choses qu’il doit restituer à son employeur, sauf s’il prouve
qu’il n’a commis aucune négligence.
Chapitre III
Fin du contrat de travail
Article 14. - (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Le contrat de travail à durée déterminée prend fin par
l’expiration de la durée convenue ou par l’accomplissement du
travail objet du contrat.
Le contrat à durée indéterminée prend fin par l’expiration du
délai de préavis.
Le contrat de travail à durée déterminée ou à durée
indéterminée prend fin :
a) par l’accord des parties;
b) par la volonté de l’une des parties suite à une faute
grave commise par l’autre partie;
19

Page 20
c)
en cas d’empêchement d’exécution résultant soit d’un
cas fortuit ou de force majeure survenu avant ou pendant
l’exécution du contrat, soit du décès du travailleur;
d) par la résolution prononcée par le juge dans les cas
déterminés par la loi;
e) dans les autres cas prévus par la loi.
Article 14 bis. (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Le préavis de rupture du contrat de travail à durée
indéterminée est notifié par lettre recommandée adressée à
l’autre partie un mois avant la rupture du contrat.
Les travailleurs sont autorisés à s’absenter durant toute la
deuxième moitié de la durée du préavis en vue de leur permettre
de chercher un autre emploi. La durée d’absence est considérée
comme travail effectif et n’entraîne aucune réduction de salaires
ou d’indemnités.
Le tout sans préjudice des prescriptions plus avantageuses
pour le travailleur résultant de dispositions spéciales prévues
par l’accord des parties, la convention collective ou l’usage.
Article 14 ter. (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
l’employeur qui a l’intention de licencier un travailleur est
tenu d’indiquer les causes du licenciement dans la lettre de
préavis.
Est considéré abusif
intervenu sans
l’existence d’une cause réelle et sérieuse le justifiant ou sans
ou
respect
conventionnelles.
réglementaires
licenciement
procédures
légales,
des
le
20
Page 21
Article 14 quater. (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21
février 1994).
La faute grave est considérée comme l’une des causes réelles
et sérieuses justifiant le licenciement.
Peuvent être considérés comme fautes graves selon les
circonstances dans lesquelles ont été commises notamment les
cas suivants :
1) l’acte ou la carence volontaire de nature à entraver le
fonctionnement de l’activité normale de l’entreprise ou à lui
causer un dommage au patrimoine;
2) la réduction du volume de production ou de sa qualité due
à une mauvaise volonté évidente;
3) l’inobservation des prescriptions d’hygiène et de sécurité,
durant le travail ou la négligence de prendre les mesures
nécessaires pour assurer la sécurité du personnel dont il est
responsable ou pour sauvegarder les objets qui lui sont confiés;
4) le refus injustifié d’exécuter les ordres relatifs au travail
émanant formellement des organes compétents dans l’entreprise
employant le travailleur ou de son supérieur;
5) le fait d’avoir d’une façon illicite obtenu des avantages
matériels ou accepté des faveurs en rapport avec le fonctionnement
de l’entreprise ou au détriment de celle-ci;
6) le vol ou l’utilisation par le travailleur, pour son propre
intérêt ou pour celui d’une tierce personne, de fonds, de titres
ou d’objets qui lui sont confiés en raison du poste de travail
qu’il occupe;
7) le fait de se présenter au travail en état d’ébriété manifeste
ou de consommer des boissons alcoolisées pendant la période
de travail;
21
Page 22
8) l’absence ou l’abandon du poste de travail d’une façon
l’autorisation préalable de
injustifiée et sans
évidente,
l’employeur ou de son représentant;
9) le fait de se livrer, pendant son travail ou sur les lieux du
travail, à des actes de violence ou de menace dûment constatés
contre toute personne appartenant ou non à l’entreprise;
10) la divulgation d’un des secrets professionnels de
l’entreprise hormis les cas autorisés par la loi;
11) le refus dûment établi de prêter assistance en cas de
danger imminent touchant l’entreprise ou les personnes qui s’y
trouvent.
Article 14 quinter (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21
février 1994)
Il appartient au juge d’apprécier l’existence du caractère réel
et sérieux des causes du licenciement et le respect des
procédures légales ou conventionnelles y afférentes, et ce, sur la
base des éléments de preuve qui lui sont présentés par les
parties au conflit. Il peut à cet effet ordonner toute mesure
d’instruction qu’il estime nécessaire.
Article 15
Le contrat de travail subsiste entre le travailleur et
l’employeur en cas de modification de la situation juridique de
ce dernier, notamment par
fusion,
transformation de fonds et mise en société.
succession, vente,
Article 16
La faillite de l’employeur n’est pas une cause de résiliation
du contrat et la masse des créanciers est subrogée aux droits et
obligations qui en résultent.
22
Page 23
Article 17
Lorsqu’à l’expiration du terme établi, le salarié continue à
rendre ses services sans opposition de l’autre partie, le contrat
se transforme en un contrat à durée indéterminée.
Article 18
Dans tout contrat de travail, la durée de la période d’essai
résulte des conventions collectives ou particulières, de l’usage
ou de la loi.
Le temps de l’instruction prémilitaire obligatoire ou du
service sous les drapeaux ne compte pas dans les délais impartis
pour la dénonciation, à quelque titre que ce soit, du contrat de
travail.
Cette disposition s’applique tant aux employeurs qu’aux
salariés, sauf dans le cas où l’entreprise viendrait à cesser ses
activités.
Les femmes en état de grossesse peuvent quitter le travail
sans délai-congé et sans avoir, de ce fait, à payer une indemnité
de rupture.
Article 19
Le fait de séjourner dans un camp d’instruction ou d’être
sous les drapeaux à un titre quelconque ne peut être une cause
de rupture du contrat de travail.
Article 20
La maladie suspend le contrat de travail. Elle ne constitue un
motif de rupture que si elle est suffisamment grave ou
prolongée et si
l’entreprise obligent
l’employeur à remplacer le salarié malade.
les nécessités de
La suspension du travail par la femme pendant la période qui
précède et suit l’accouchement ne peut être une cause de
23
Page 24
rupture, par l’employeur, du contrat de travail, et ce à peine de
dommages-intérêts au profit de la femme. Celle-ci devra avertir
l’employeur du motif de son absence.
Au cas où l’absence de la femme à la suite d’une maladie
attestée par certificat médical comme résultant de la grossesse
ou des couches, mettant l’intéressée dans l’incapacité de
reprendre son travail, se prolongeait au-delà du terme fixé à
l’article 64 de ce code sans excéder douze semaines,
l’employeur ne pourrait lui donner congé pendant cette absence.
Article 21. (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Tout employeur qui à l’intention de licencier ou de mettre en
chômage pour des raisons économiques ou technologiques tout
ou partie de son personnel permanent, est tenu de la notifier au
préalable à l’inspection du travail territorialement compétente.
La notification doit comprendre les indications suivantes :
- le nom et l’adresse de l’entreprise, les nom et prénom de
son responsable, la date de démarrage de son activité et la
nature de celle-ci,
- les raisons de la demande de licenciement ou de mise en
chômage.
La notification doit être également accompagnée par les
justifications nécessaires de la demande de licenciement ou de
mise en chômage et par la liste de tous les travailleurs de
l’entreprise avec indication de leur état civil, de la date de leur
recrutement et de leurs qualifications professionnelles ainsi que
des travailleurs concernés par le licenciement ou la mise en
chômage.
Article 21-2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996)
Lorsque la notification concerne des travailleurs appartenant
à des filiales d’une entreprise situées dans deux gouvernorats ou
24
Page 25
plus, cette lettre doit être adressée à la direction générale de
l’inspection du travail selon les mêmes conditions indiquées à
l’article 21 du présent code.
Article 21-3 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
L’inspection du travail territorialement compétente ou la
Direction Générale de l’Inspection du Travail, selon le cas, doit
procéder à une enquête concernant la demande de licenciement
ou de mise en chômage et tenter la conciliation des deux parties
concernées et ce, dans un délai de quinze jours à partir de la
date de sa saisine. L’employeur doit présenter à l’inspection du
travail toutes les informations et tous les documents nécessités
par l’enquête.
A défaut de conciliation, l’inspection du travail ou la
Direction Générale de l’Inspection du Travail doit soumettre le
dossier du licenciement ou de la mise en chômage, selon le cas,
à la commission régionale ou à la commission centrale de
contrôle du licenciement, et ce, dans les trois jours qui suivent
l’accomplissement de la tentative de conciliation.
La commission régionale ou la commission centrale de
contrôle du licenciement est tenue de donner son avis sur le
dossier du licenciement ou de la mise en chômage dans un délai
n’excédant pas quinze jours à partir de la date de sa saisine. Ce
délai peut toutefois être prolongé par accord des deux parties.
Article 21-4 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La commission régionale de contrôle du licenciement est
présidée par le chef de l’inspection du travail territorialement
compétente. Elle comprend en outre :
- un représentant de l’organisation syndicale des travailleurs
la plus représentative des travailleurs concernés, membre ;
25
Page 26
- un représentant de l’organisation professionnelle des
l’employeur concerné,
laquelle appartient
employeurs à
membre ;
Lorsqu’il s’agit d’une entreprise publique, le représentant de
l’organisation professionnelle des employeurs est remplacé par un
représentant du ministère qui exerce la tutelle sur l’entreprise.
La commission peut, à la demande de son président, inviter
toute personne dont elle juge la présence utile.
L’inspection du travail territorialement compétente assure le
secrétariat de la commission.
Article 21-5 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La commission centrale de contrôle du licenciement est
présidée par le Directeur Général de l’Inspection du Travail.
Elle comprend en outre :
- un représentant de l’organisation syndicale centrale des
travailleurs la plus représentative des travailleurs concernés,
membre ;
- un représentant de l’organisation professionnelle centrale
des employeurs à laquelle appartient l’employeur concerné,
membre,
Lorsqu’il s’agit d’une entreprise publique, le représentant de
l’organisation professionnelle des employeurs est remplacé par
un représentant du ministère exerçant la tutelle sur l’entreprise.
La commission peut, à la demande de son président, inviter
toute personne dont elle juge la présence utile.
La Direction Générale de l’Inspection du Travail assure le
secrétariat de la commission.
26
Page 27
Article 21-6 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La commission régionale ou la commission centrale de
contrôle du licenciement se réunit en présence de tous ses
membres. Si ce quorum n’est pas atteint, les réunions
ultérieures auront lieu quel que soit le nombre des membres
présents.
La commission émet son avis à la majorité des voix. En cas
d’égalité des voix, celle du président est prépondérante.
Article 21-7 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La commission régionale ou la commission centrale de
contrôle du licenciement peut demander à l’employeur de lui
fournir les informations et les documents en rapport avec le
dossier du licenciement ou de la mise en chômage.
Les membres de la commission sont tenus au secret
professionnel en ce qui concerne toutes les informations et tous
les documents qu’ils obtiennent à l’occasion de l’exercice de
leurs fonctions.
Article 21-8 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Toute déclaration sciemment inexacte ou fausse faite par
l’employeur est passible des sanctions prévues par les articles
234, 236 et 237 du présent code.
Article 21-9 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La commission régionale ou la commission centrale de
contrôle du licenciement examine le dossier du licenciement ou
de la mise en chômage, au vu de l’état général de l’activité dont
relève l’entreprise et de la situation particulière de celle-ci et
propose notamment :
27
Page 28
a) le rejet motivé de la demande;
b) la possibilité d’établir un programme de reconversion ou
de recyclage des travailleurs;
c) la possibilité d’orienter l’activité de l’entreprise vers une
production nouvelle nécessitée par les circonstances;
d) la suspension provisoire de toute ou d’une partie de
l’activité de l’entreprise;
e) la révision des conditions de travail telle que la réduction
du nombre des équipes ou des heures de travail;
f)
la mise à la retraite anticipée des travailleurs qui
remplissent les conditions requises;
g) l’acceptation motivée de la demande de licenciement ou
de mise en chômage. Dans ce cas, la commission tient compte
des éléments suivants :
1-
la qualification et
la valeur professionnelle des
travailleurs concernés,
2- la situation familiale,
3- l’ancienneté dans l’entreprise.
Article 21-10 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Au cas où la demande de licenciement est acceptée, la
commission émet son avis sur la gratification de fin de service
prévue par la législation en vigueur et s’emploie à concilier les
deux parties concernées sur le montant de cette gratification et à
faire procéder au règlement immédiat de celle-ci. Elle examine
également la possibilité d’emploi des travailleurs licenciés dans
d’autres entreprises.
Article 21-11 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Le procès-verbal d’accord intervenu entre les deux parties
concernées par le biais de l’inspection du travail, de la
commission régionale ou de la commission centrale de contrôle
du licenciement a force exécutoire entre les deux parties.
28
Page 29
A défaut d’accord, les deux parties conservent leur droit de
recours aux tribunaux compétents.
Article 21-12 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Sont abusifs, le licenciement ou la mise en chômage
intervenus sans l’avis préalable de la commission régionale ou
la commission centrale de contrôle du licenciement, sauf cas de
force majeure ou accord entre les deux parties concernées.
Article 21-13 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les travailleurs dont les contrats de travail auront été résiliés
du fait de la suppression de leurs emplois pour des raisons
économiques ont le droit de priorité à l’emploi selon les mêmes
conditions de rémunération dont ils bénéficiaient avant leur
licenciement, au cas où l’entreprise procède au recrutement de
travailleurs de la même catégorie professionnelle.
Ce droit s’exerce durant une année à partir de la date du
licenciement et pour en bénéficier, les procédures prévues à
l’article 8 du présent code doivent être observées.
Le réembauchage des travailleurs licenciés se fait en
fonction de leur ancienneté dans l’entreprise. Cette ancienneté
est majorée d’une année par enfant âgé de moins de 16 ans à la
date du licenciement.
L’employeur est tenu d’informer par écrit l’Inspection du
intention de
territorialement compétente de son
Travail
réembaucher les travailleurs.
La preuve que la demande de réintégration dans l’entreprise
a été présentée par le travailleur dans le délai imparti peut être
apportée par tous les moyens et notamment par la production du
récépissé d’envoi d’une lettre recommandée.
29

Page 30
Article 22 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Tout travailleur lié par un contrat à durée indéterminée,
licencié après l’expiration de la période d’essai, bénéficie, sauf
le cas de faute grave, d’une gratification de fin de service
calculée à raison d’un jour de salaire par mois de service
effectif dans la même entreprise, sur la base du salaire perçu par
le travailleur au moment du licenciement, compte tenu de tous
les avantages n’ayant pas le caractère de remboursement de
frais.
Cette gratification ne peut excéder le salaire de trois mois
quelle que soit la durée du service effectif, sauf dispositions
plus favorables prévues par la loi ou par les conventions
collectives ou particulières.
Article 23 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
La rupture abusive du contrat du travail par l’une des parties
ouvre droit à des dommages-intérêts qui ne se confondent pas
avec l’indemnité due pour inobservation du délai de préavis ou
avec la gratification de fin de service visée à l’article 22 du
présent code.
Il n’est pas permis de renoncer préalablement au droit
éventuel de demander des dommages-intérêts en vertu du
présent article.
Toute demande en vue d’obtenir des dommages-intérêts pour
rupture abusive du contrat de travail par l’une des parties doit
être, à peine de déchéance, introduite auprès du greffe du
conseil de prud’hommes dans l’année qui suit la rupture.
30
Page 31
Article 23 bis (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
En cas de licenciement abusif, le préjudice donne lieu à des
dommages-intérêts dont le montant varie entre le salaire d’un
mois et celui de deux mois pour chaque année d’ancienneté
dans l’entreprise sans que ces dommages-intérêts ne dépassent
dans tous les cas le salaire de trois années. L’existence et
l’étendue du préjudice résultant de ce licenciement sont
appréciées par
la
qualification professionnelle du travailleur, de son ancienneté
dans l’entreprise, de son âge, de son salaire, de sa situation
familiale, de l’impact du dit licenciement sur ses droits à la
retraite, du respect des procédures et des circonstances de fait.
tenu notamment de
juge compte
le
légales ou conventionnelles,
Toutefois, dans le cas où il s’avère que le licenciement a eu
lieu pour une cause réelle et sérieuse mais sans respect des
procédures
le montant des
dommages-intérêts varie entre le salaire d’un mois et celui de
quatre mois. L’évaluation des dommages-intérêts est effectuée
compte tenu de la nature des procédures et des effets de celles-
ci sur les droits du travailleur.
Il est tenu compte, pour la détermination des dommages -
intérêts, du salaire perçu par le travailleur au moment du
licenciement compte tenu de tous les avantages n’ayant pas le
caractère de remboursement de frais.
Article 24 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les dommages-intérêts dus pour rupture abusive du contrat
de travail à durée déterminée du fait de l’employeur sont fixés à
un montant égal au salaire correspondant à la durée restante du
contrat ou au travail restant à accomplir.
31
Page 32
Article 25 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
En cas de suspension ou de rupture du contrat de travail,
lorsque intervient une décision administrative ou judiciaire
prononçant à titre de sanction la fermeture temporaire ou
définitive d’une entreprise ou l’interdiction pour le chef de cette
entreprise d’exercer sa profession, ce dernier doit continuer à
payer à son personnel, pendant la durée de cette fermeture ou de
cette interdiction ; les salaires, indemnités et rémunérations de
toute nature auxquels il avait droit jusqu’alors sans que cette
obligation puisse s’étendre au delà de trois mois.
Si la fermeture ou l’interdiction doit excéder trois mois, le
chef d’entreprise est en outre tenu de payer à son personnel
toutes gratifications de fin de service prévues par la loi ou par
les conventions collectives ou particulières ou par les usages,
sans préjudice des dommages-intérêts auxquels il peut être
éventuellement condamné.
Article 26
Lorsqu’un salarié, ayant rompu abusivement un contrat de
travail, engage à nouveau ses services, le nouvel employeur,
quand il a embauché ce salarié le sachant déjà lié par un contrat
de travail, est solidairement responsable du dommage causé à
l’employeur précédent.
Article 26-2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Un accord peut être conclu entre l’employeur et le travailleur
en vertu duquel ce dernier s’engage à poursuivre son travail
l’entreprise en contrepartie de son bénéfice d’une
dans
formation ou d’un perfectionnement professionnel à la charge
de l’employeur, pour une durée minimale proportionnelle aux
frais de cette formation ou de ce perfectionnement sans que
cette durée n’excède dans tous les cas quatre années.
32
Page 33
l’employeur peut exiger de ce dernier
Dans le cas où cet accord n’est pas respecté par le
travailleur,
le
remboursement des frais de formation ou de perfectionnement
d’un montant proportionnel à la période restante de l’exécution
de l’accord.
Article 27
de
son
employeur
Tout salarié peut, à l’expiration du contrat de travail,
contenant
exiger
exclusivement la date de son entrée, celle de sa sortie, la
nature de
le cas échéant, des emplois
successivement occupés, ainsi que les périodes pendant
lesquelles ces emplois ont été tenus.
l’emploi, ou,
certificat
un
Sont exempts de timbre et d’enregistrement, les certificats de
travail délivrés aux salariés encore qu’ils contiennent d’autres
mentions que celles prévues à l’alinéa précédent, toutes les fois
que ces mentions ne renferment ni obligation, ni quittance, ni
aucune convention donnant lieu au droit proportionnel.
La formule « libre de tout engagement » et toute autre
constatant l’expiration du contrat de travail, les qualités
professionnelles et les services rendus, sont compris dans
l’exemption. Dans les cas prévus à l’article 15, le dernier
employeur est
tenu de délivrer au salarié qui quitte
l’entreprise un certificat de travail unique faisant état de ses
services depuis son entrée dans l’établissement. Le salarié ne
peut renoncer par avance au droit éventuel de demander des
dommages et intérêts en vertu des dispositions du présent
article.
33
Page 34
TITRE II
SOUS - ENTREPRISE DE MAIN - D’ŒUVRE
Article 28
Lorsqu’un chef d’entreprise industrielle ou commerciale
passe un contrat pour l’exécution d’un certain travail ou la
fourniture de certains services, avec un entrepreneur qui recrute
lui-même la main-d’œuvre nécessaire, il encourt, dans les cas
suivants et nonobstant
les
toute
responsabilités ci-après indiquées :
stipulation contraire,
1- Si les travaux sont exécutés ou les services fournis dans
son établissement, ou dans les dépendances de celui-ci, le chef
d’entreprise, en cas d’insolvabilité de l’entrepreneur, est
substitué à ce dernier, en ce qui concerne les travailleurs que
celui-ci emploie, pour le paiement des salaires et des congés
payés, la réparation des accidents du travail et des maladies
professionnelles et les charges résultant des régimes de sécurité
sociale.
2- S’il s’agit de travaux exécutés dans des établissements
autres que les siens, le chef d’entreprise qui se trouve désigné
sur l’affiche prévue à l’article 30 ci-dessous est, en cas
d’insolvabilité de l’entrepreneur, responsable du paiement des
salaires et des congés dus aux travailleurs occupés par celui-ci,
ainsi que du versement des allocations familiales.
Dans les cas ci-dessus visés, le salarié lésé et la caisse
nationale de sécurité sociale auront en cas d’insolvabilité de
l’entrepreneur, une action directe contre le chef d’entreprise
pour qui le travail aura été effectué.
34
Page 35
Article 29
responsable avec
Le chef d’entreprise est
le sous-
entrepreneur de main-d’œuvre de l’observation de toutes les
prescriptions de la législation concernant les conditions du
travail, l’hygiène et la sécurité, la durée du travail, le travail de
le repos
travail des femmes et des enfants,
nuit,
hebdomadaire et les jours fériés, à l’occasion de l’emploi, dans
ses ateliers, magasins ou chantiers, de salariés du sous-
entrepreneur, comme s’il s’agissait de ses propres ouvriers et
employés et sous les mêmes sanctions.
le
Article 30
Dans le cas où un sous-entrepreneur fait exécuter des
travaux dans les ateliers, magasins ou chantiers autres que ceux
de l’entrepreneur principal qui lui a confié ces travaux, il doit
apposer dans chacun de ces ateliers, magasins ou chantiers, une
affiche indiquant le nom et l’adresse de la personne de qui il
tient les travaux.
Quel que soit le lieu ou s’exécutent les travaux, les sous-
entrepreneurs sont tenus de porter sur les bulletins de paie qu’ils
délivrent à leur personnel, outre leur propre nom et adresse,
ceux de la personne ou des personnes de qui ils tiennent les
travaux pour l’exécution desquels les salaires ont été payés.
35
Page 36
TITRE III
LES CONVENTIONS COLLECTIVES
Chapitre Premier
Dispositions générales
Article 31
La convention collective de travail est un accord relatif aux
conditions de travail conclu entre, d’une part, des employeurs
organisés en groupement ou agissant individuellement et
d’autre part, une ou plusieurs organisations syndicales de
travailleurs. Elle doit être écrite à peine de nullité.
tout
Dans
établissement
compris dans
champ
d’application d’une convention, les dispositions de cette
convention s’imposent aux rapports nés des contrats individuels
ou d’équipe, sauf si les clauses de ces contrats sont plus
favorables aux travailleurs que celles de la convention.
le
Dans
les établissements soumis à
l’application d’une
convention collective, un avis doit être affiché par les soins du
chef d’entreprise dans les lieux où le travail est effectué ainsi
que dans les locaux où se fait l’embauchage et sur la porte de
ces derniers. Cet avis doit indiquer l’existence de la convention
collective, les parties signataires, la date et le lieu de son dépôt.
Un exemplaire de la convention sera tenu à la disposition du
personnel. En ce qui concerne les travailleurs agricoles, ceux
des professions libérales, les travailleurs isolés ou à domicile,
seul est exigé l’affichage à la municipalité du lieu de leur
résidence ou à défaut au siège de la Délégation par les soins de
la partie employeur à la convention.
36
Page 37
Article 32
La convention collective de travail peut être conclue, soit
pour une durée indéterminée, soit pour une durée déterminée ne
pouvant excéder cinq ans.
A défaut de stipulation contraire, la convention à durée
déterminée, qui arrive à expiration, continue à produire ses
effets comme une convention collective à durée indéterminée.
Article 33
La convention collective de travail à durée indéterminée
peut toujours cesser au gré de l’une des parties, et à son égard
seulement, à charge pour elle de notifier, au moins un mois à
l’avance, sa volonté à toutes les autres parties au contrat.
Article 34
Les groupements de travailleurs ou d’employeurs liés par
une convention collective de travail sont tenus de ne rien faire
qui soit de nature à en compromettre l’exécution loyale. Ils sont
garants de l’exécution de la convention par leurs membres.
Article 35
Les groupements régulièrement constitués, liés par une
convention collective de travail, peuvent en leur nom propre,
intenter une action en dommages-intérêts aux autres
groupements, à leurs propres membres ou à toutes personnes
liées par la convention, qui violeraient les engagements
contractés.
Article 36
Les personnes liées par une convention collective de travail
peuvent intenter une action en dommages-intérêts aux autres
personnes ou aux groupements liés par la convention qui
violeraient à leur égard les engagements contractés.
37
Page 38
Chapitre II
Conventions Collectives Agréées
Article 37 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Lorsqu’une convention collective a pour objet de régler les
rapports entre employeurs et travailleurs de l’ensemble d’une
branche d’activité, sa conclusion est subordonnée à
la
détermination de son champ d’application
territorial et
professionnel par un arrêté du Secrétaire d’Etat à la Jeunesse,
aux Sports et aux Affaires Sociales, pris après avis de la
"Commission Nationale du Dialogue Social".
Article 38
La convention collective, définie à l’article précédent, doit
être conclue entre les organisations syndicales, patronales et
ouvrières, les plus représentatives de la branche d’activité
intéressée, dans le territoire où elle doit s’appliquer. Ses
dispositions s’imposent à tous les employeurs et à tous les
travailleurs des professions comprises dans son champ
d’application à compter du jour où elles reçoivent, à la requête
de la partie la plus diligente, l’agrément du Secrétaire d’Etat à la
Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales.
Celui-ci statue par un arrêté d’agrément, ou par un refus
motivé d’agrément, sans pouvoir modifier le texte de la
convention qui lui est soumise. L’agrément ne peut être refusé
qu’après avis motivé de la commission visée à l’article
précédent.
Si la convention n’est pas agréée, elle ne peut avoir d’effet,
même entre les parties contractantes.
38

Page 39
Article 39 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Au cas où un différend s’élèverait au sujet du caractère de la
plus grande représentativité d’une ou plusieurs organisations
syndicales, un arrêté du Secrétaire d’Etat à la Jeunesse, aux
Sports et aux Affaires Sociales, pris après avis de "la
Commission Nationale du Dialogue Social", déterminera celles
de ces organisations qui, dans le cadre de la branche d’activité
et dans le territoire considéré, seront appelées à conclure la
convention collective.
Article 40
La décision d’agrément est rendue publique par l’insertion
au « Journal Officiel de la République Tunisienne » de l’arrêté
d’agrément, portant en annexe le texte de la convention
collective agréée.
La décision du refus d’agrément est notifiée par le Secrétaire
d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales aux
parties contractantes.
Article 41 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Le secrétaire d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires
Sociales peut, soit de sa propre initiative, soit à la demande
d’une organisation syndicale de travailleurs ou d’employeurs
intéressée, retirer l’agrément donné à une convention collective
par arrêté pris après avis motivé de "la Commission Nationale
du Dialogue Social".
Article 42
Les conventions collectives visées à l’article précédent
doivent au moins contenir des dispositions concernant :
39
Page 40
a) la liberté syndicale et la liberté d’opinion;
b) les salaires applicables par catégories professionnelles et
la procédure de classement des travailleurs entre lesdites
catégories;
c) les conditions d’embauchage et de licenciement des
travailleurs, sans que les dispositions prévues puissent porter
atteinte à la liberté syndicale ou à la liberté d’opinion;
d) le délai-congé;
e) les modalités de fonctionnement d’une commission
paritaire chargée de régler les difficultés nées de l’application
de la convention.
Article 43
Les organisations syndicales qui sont parties à une
convention collective de travail agréée, conclue pour une durée
indéterminée et qui usent de leur droit de dénonciation prévu à
l’article 33, doivent faire parvenir au Secrétaire d’Etat à la
Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales copie de la
notification qu’elles adressent aux autres parties, et ce, dans les
mêmes délais.
Chapitre III
Des conventions collectives d’établissement
Article 44
Sauf dérogation prévue par arrêté du Secrétaire d’Etat à la
Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales, il ne peut être
conclu de conventions collectives concernant un établissement
ou un groupe d’établissements que lorsqu’une convention
collective agréée est déjà applicable à l’établissement ou au
groupe d’établissements considérés.
Les conventions collectives d’établissement ne peuvent
contenir des dispositions moins favorables pour les travailleurs
que celle de la convention collective agrée qui est applicable à
l’établissement.
40
Page 41
Article 45
Les conventions collectives d’établissement ne sont
applicables qu’a partir du jour qui suit celui de leur dépôt en
triple exemplaire au greffe de la juridiction compétente en
matière prud’homale du lieu où elles ont été conclues.
Ce dépôt est effectué par la partie la plus diligente.
Deux exemplaires du texte de la convention collective,
signés par les parties, sont adressés dans les deux jours suivant
son dépôt, par le secrétaire ou le greffier de la juridiction en
question, l’un au Secrétaire d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et
aux Affaires Sociales,
l’Inspection du Travail
l’autre à
territorialement compétente.
Il est donné gratuitement, au secrétariat ou greffe de la
juridiction où a lieu le dépôt, communication à toute personne
intéressée des conventions collectives de travail. Des copies
certifiées conformes pourront lui être délivrées à ses frais.
Article 46
Toute organisation syndicale de travailleurs ou d’employeurs
ou tout autre groupement d’employeurs, ou tout employeur qui
n’est pas partie à la convention collective d’établissement, peut
y adhérer ultérieurement avec le consentement des parties
contractantes.
Cette adhésion n’est valable qu’à partir du jour qui suit celui
de sa notification ainsi que celle du consentement des parties,
au greffe où le dépôt de la convention a été effectué en vertu de
l’article 45.
Article 47
Sont liés par la convention collective d’établissement, outre
les employeurs qui sont engagés directement, les employeurs et
les travailleurs membres d’un groupement partie si, dans un
41
Page 42
délai de huit jours à compter du dépôt de la convention ou de la
notification de l’adhésion prévus à l’article précédent, ils n’ont
pas donné leur démission de ce groupement et n’ont pas signifié
celle-ci au greffe où le dépôt a été effectué.
Article 48
Toute partie à une convention collective d’établissement
conclue pour une durée indéterminée, qui désire user du droit de
dénonciation prévu à l’article 33, doit notifier sa décision au
greffe où la convention est déposée, en même temps qu’elle la
notifie aux autres parties.
Articles 49 et 50 (Abrogés par l’article 5 de la loi n° 96-62
du 15 juillet 1996).
Article 51
A titre transitoire et jusqu’à une date qui sera fixée par
décret, les conventions collectives ne pourront contenir aucune
disposition relative aux salaires ou aux indemnités accessoires
du salaire. Elles ne pourront pas non plus contenir des
dispositions relatives à la classification professionnelle ou au
classement individuel des travailleurs dans chaque catégorie
professionnelle
*.
Article 52
Pendant
la période prévue à
les
règlements de salaires, rendus obligatoires en vertu des textes
antérieurs, resteront en vigueur
*.
l’article précédent,
* Les dispositions de cet article ne sont plus en vigueur après la publication du décret
n°73-247 du 26 mai 1973 relatif à la procédure de fixation des salaires.
42

Page 43
LIVRE II
L’EXECUTION DU TRAVAIL
TITRE I
LES CONDITIONS DU TRAVAIL
Chapitre Premier
L’admission au travail
Section 1 - Age minimum
Article 53 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Les enfants de moins de 16 ans ne peuvent être employés
dans toutes les activités régies par le présent code, sous réserve
des dispositions spéciales prévues par ce code.
Article 53-2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les dispositions de
l’article 53 du présent code ne
s’appliquent pas au travail des enfants dans les écoles
d’enseignement général, professionnel ou technique et dans les
autres établissements de formation.
43
Page 44
Elles ne s’appliquent pas également au travail exercé dans
les entreprises par les personnes âgées de 14 ans au moins
lorsque ce travail constitue une partie fondamentale :
a) d’un cycle d’étude ou de formation dont la responsabilité
incombe principalement à l’école ou à l’établissement de
formation;
b) un programme de formation professionnelle agréé par les
autorités publiques compétentes et exécuté en grande partie ou
entièrement dans une entreprise;
c) un programme d’information ou d’orientation visant le
choix de la profession ou la nature de la formation.
Article 54 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
L’emploi des enfants âgés de moins de 16 ans est autorisé dans
les établissements où sont seuls occupés les membres de la famille
sous l’autorité du père, de la mère ou du tuteur à condition que
l’emploi de ces enfants n’ait aucun effet négatif sur leur santé, leur
développement physique et mental et leur scolarité.
Les dispositions du paragraphe précédent ne s’appliquent
pas aux travaux visés à l’article 58 du présent code et qui, par
leur nature ou les conditions dans lesquelles ils sont exercés,
sont dangereux pour la vie, la santé et la moralité des personnes
qui y sont affectées.
Article 55 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
L’âge d’admission des enfants au travail est abaissé à 13 ans
dans les travaux agricoles légers non nuisibles à la santé et au
développement normal des enfants et ne portant pas préjudice à
leur assiduité et aptitude scolaire ni à leur participation aux
programmes d’orientation ou de formation professionnelle
agréés par les autorités publiques compétentes.
44
Page 45
Article 56 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Dans les activités non industrielles et non agricoles :
légers non nuisibles à
1- Les enfants âgés de 13 ans peuvent être occupés à des
travaux
leur
développement et non préjudiciables à leur assiduité et aptitude
scolaires et à leur participation aux programmes d’orientation
ou de formation professionnelles agréés par les autorités
publiques compétentes;
leur santé et à
2- Aucun enfant âgé de moins de 16 ans ne peut être occupé
à des travaux légers pendant plus de deux heures par jour, aussi
bien les jours de classe que les jours de vacances ni consacrer à
l’école et aux travaux légers plus de sept heures par jour au
total;
3- Un décret détermine la nature des travaux légers et les
premières précautions à prendre au moment de l’emploi des
enfants à ces travaux. Il détermine également le nombre
d’heures de travail des enfants âgés entre 16 et 18 ans occupés à
des travaux légers;
4- L’emploi des enfants à des travaux légers pendant les
jours de repos hebdomadaire et les fêtes est interdit.
Article 57 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Dans l’intérêt de l’art, de la science ou de l’enseignement et
nonobstant les dispositions des articles 53 à 56 du présent code, le
chef de l’Inspection du Travail peut accorder des autorisations
individuelles d’emploi afin de permettre aux enfants de paraître
dans les spectacles publics, ou de participer, comme acteurs ou
figurants, à des prises de vue cinématographiques.
Un Arrêté du Ministre chargé des Affaires Sociales, pris après
consultation des organisations professionnelles des employeurs et
45
Page 46
des travailleurs intéressées, détermine l’âge minimum à partir
duquel des autorisations individuelles d’emploi peuvent être
accordées. Le même arrêté détermine les précautions à prendre en
vue de sauvegarder la santé, le développement et la moralité des
enfants et de leur garantir un bon traitement, un repos convenable
et la continuation de leur scolarité.
Article 58 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Ne peut être inférieur à dix huit ans l’âge minimum
d’admission dans n’importe quel type de travail susceptible, de par
sa nature ou les circonstances dans lesquelles il est exécuté,
d’exposer la santé, la sécurité ou la moralité des enfants au danger.
Les types de travaux visés au paragraphe précédent sont
déterminés par Arrêté du Ministre chargé des Affaires Sociales
pris après consultation des organisations professionnelles les
plus représentatives des employeurs et des travailleurs.
travail
Nonobstant les dispositions du premier paragraphe du
présent article, l’inspection du travail peut, après avis de
l’inspection médicale du
consultation des
organisations les plus représentatives des employeurs et des
travailleurs, autoriser l’emploi des enfants dans ces travaux à
partir de l’âge de 16 ans, à condition que leur santé, leur
sécurité et leur moralité soient pleinement sauvegardées et
qu’ils aient reçu une instruction spécifique et adéquate, ou une
formation professionnelle dans la branche d’activité concernée.
et
Article 59 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Chaque employeur doit tenir un registre indiquant les noms
et dates de naissance de toutes les personnes de moins de 18 ans
occupées par lui, la nature de leurs travaux, le nombre de leurs
heures de travail, les périodes de leur repos et leur certificat
d’aptitude au travail qui ne doit pas comprendre des indications
médicales.
46
Page 47
Ce registre est présenté aux agents de l’inspection du travail
et de l’inspection médicale du travail et aux représentants du
personnel, sur leur demande.
Article 60 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
L’inspection médicale du travail peut, sur sa propre
initiative ou à la demande de l’inspection du travail, procéder à
l’examen médical des enfants de moins de 18 ans admis au
travail à l’effet de constater si le travail dont ils sont chargés
excède leurs capacités. Si c’est le cas, il sera ordonné que
l’enfant cesse ce travail.
Section II - Examen médical d’aptitude des adolescents
à l’emploi
Article 61 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
toutes
Les enfants de moins de 18 ans ne peuvent être employés
les activités qu’après un examen médical
dans
approfondi justifiant leur aptitude d’effectuer le travail dont ils
seront chargés. Cet examen comporte le cas échéant les
examens cliniques, radioscopiques et de laboratoire.
Toutefois, certaines travaux non industriels peuvent être
exclus de l’application des dispositions du paragraphe précédent
et ce par décret pris après consultation des organisation
professionnelles d’employeurs et de travailleurs concernées.
L’examen médical d’aptitude à
l’emploi est effectué
gratuitement par le médecin du travail et doit être mentionné au
registre visé à l’article 59 du présent code. Le certificat
médicale d’aptitude à l’emploi peut prévoir des conditions
déterminées d’emploi. Il peut être également délivré pour
effectuer un travail déterminé ou un ensemble de travaux ou
pour une durée déterminée.
47

Page 48
Le travailleur est tenu de conserver le certificat médical
d’aptitude à l’emploi et de le tenir à la disposition de
l’inspection du travail et de l’inspection médicale du travail.
Article 62 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
L’aptitude des enfants à l’emploi qu’ils occupent doit faire
l’objet d’un contrôle médical poursuivi jusqu’à l’âge de 18 ans.
L’enfant ne peut être maintenu dans son emploi que moyennant
renouvellement de l’examen médical au cours de chaque
semestre.
L’inspection du travail et l’inspection médicale du travail
peuvent exiger des renouvellements spéciaux de l’examen
médical.
Article 63 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Pour les travaux qui représentent des risques pour la santé,
l’examen médical d’aptitude à l’emploi et ses renouvellements
successifs ont lieu jusqu’à 21 ans au moins.
Un arrêté du Ministre chargé des Affaires Sociales, pris
après avis des ministres compétents et des organisations
professionnelles des employeurs et des travailleurs concernées,
l’examen médical
détermine
d’aptitude à l’emploi est exigé jusqu’à 21 ans.
travaux pour
lesquels
les
Article 63-2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les enfants de moins de 18 ans ne peuvent être chargés
d’effectuer des heures supplémentaires au delà de la durée
normale du travail à laquelle ils sont soumis.
48
Page 49
Chapitre II
Protection de la maternité
Article 64
Dans les entreprises de toute nature, à l’exception des
établissements où sont exclusivement employés les membres
d’une même famille, la femme :
a) aura droit à l’occasion de son accouchement, sur
production d’un certificat médical, à un congé de repos de 30
jours.
Ce congé peut être prorogé, chaque fois, d’une période de 15
jours, sur justification de certificats médicaux.
b) aura droit dans tous les cas, si elle allaite son enfant et
pendant une année à compter du jour de la naissance, à deux
repos d’une demi-heure chacun durant les heures de travail pour
lui permettre l’allaitement.
Ces deux repos sont indépendants des repos prévus à
l’article 89. l’un est fixé pendant le travail du matin, l’autre
pendant l’après-midi. Ils peuvent être pris par les mères aux
heures fixées d’un accord entre elles et les employeurs. A défaut
d’accord, ces repos sont placés au milieu de chaque période.
Ces repos sont considérés comme heures de travail et ouvrent
droit à rémunération.
Une chambre spéciale d’allaitement doit être aménagée dans
tout établissement occupant au moins cinquante femmes.
Un arrêté du Secrétaire d’Etat à la Jeunesse, au Sports et aux
Affaires Sociales, pris après avis des organisations professionnelles
intéressées, détermine les conditions auxquelles doit satisfaire cette
chambre d’allaitement.
49
Page 50
Chapitre III
Travail de nuit des femmes et des enfants
Section I - Dans les activités non agricoles
Article 65
Les enfants de moins de quatorze ans ne doivent pas être
employés la nuit pendant une période d’au moins quatorze
heures consécutives qui doit comprendre l’intervalle s’étendant
entre huit heures du soir et huit heures du matin.
Des arrêtés du Secrétaire d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et
aux Affaires Sociales, pris après avis des organisations
syndicales intéressées, peuvent, en raison des conditions locales
ou des circonstances, substituer à cet intervalle un autre
intervalle de douze heures qui ne peut commencer après huit
heures trente du soir ni se terminer avant six heures du matin.
Article 66 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Les enfants de plus de 14 ans et de moins de 18 ans et les
femmes ne doivent pas être employés la nuit pendant une
période d’au moins 12 heures consécutives qui doit comprendre
l’intervalle entre 10 heures du soir et 6 heures du matin.
Toutefois, dans certaines régions, industries, entreprises ou
branches d’industries ou d’entreprises, le Ministre chargé des
Affaires Sociales peut, par Arrêté pris après consultation des
organisations syndicales concernées, prescrire des intervalles de
temps différents pendant lesquels l’emploi des enfants est
interdit à condition que le repos de nuit comprenne l’intervalle
s’étendant entre 11 heures du soir et 7 heures du matin.
50
Page 51
Article 67 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Nonobstant les dispositions précédentes, les enfants de seize
ans révolus et de moins de dix-huit ans peuvent être occupés la
nuit dans les cas ci-après :
a) en cas de force majeure,
b) pour les enfants occupés dans les boulangeries, lorsque
leur apprentissage ou leur formation professionnelle l’exigent,
la période comprise entre neuf heures du soir et quatre heures
du matin est substituée à la période comprise entre dix heures
du soir et six heures du matin.
c) lorsque les besoins de leur apprentissage ou de leur
formation professionnelle l’exigent, dans les industries ou
occupations déterminées qui nécessitent un travail continu, le
chef de l’inspection du travail territorialement compétente peut,
après avis des organisations syndicales concernées, accorder des
autorisations individuelles limitées dans le temps pour l’emploi
des enfants à condition qu’ils bénéficient , entre deux périodes
de travail, d’un repos d’au moins treize heures consécutives.
d)
travail
le chef de
l’inspection du
territorialement
compétente peut accorder des autorisations
individuelles
limitées dans le temps pour permettre aux enfants de plus de
quatorze ans et de moins de dix-huit ans de paraître comme
artistes en soirée dans des spectacles publics ou de participer la
nuit en qualité d’acteurs à des prises de vue cinématographique.
Aucune autorisation n’est octroyée lorsque cette parution ou
cette participation présente un danger pour la vie, la santé ou la
moralité de l'enfant. En outre, la période d’emploi ne peut
excéder minuit et l'enfant doit jouir d'un repos de quatorze
heures consécutives au moins.
51
Page 52
Article 68
L’interdiction du travail de nuit des femmes n’est pas
appliquée :
a) en cas de force majeure;
b) dans le cas où le travail s’applique, soit à des matières
premières soit à des matières en élaboration, qui seraient
susceptibles d’altération très rapide, lorsque cela est nécessaire
pour sauver ces matières d’une perte inévitable;
c) aux femmes qui occupent des postes de direction, ou de
caractère technique impliquant une responsabilité;
d) aux femmes occupés dans les services sociaux et qui
n’effectuent par normalement un travail manuel.
Article 68-2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
L’intervalle de nuit pendant lequel les femmes ne peuvent
être employées prévu par l’article 66 du présent code peut être
modifié et l’interdiction du travail de nuit des femmes prévue
par le même article peut être levée et ce, dans les cas suivants :
1- dans une branche d’activité déterminée ou une profession
déterminée, par arrêté du Ministre chargé des Affaires Sociales,
pris après accord des organisations professionnelles représentant
les employeurs et les travailleurs concernés,
2- dans une ou plusieurs entreprises non couvertes par un
arrêté pris en application du paragraphe 1, sur autorisation du
chef de l’inspection du travail territorialement compétente
52
Page 53
octroyée sur la base d’un accord conclu entre le chef
d’entreprise et les représentants syndicaux des travailleurs
concernés et, à défaut, les représentants du personnel dans
l’entreprise et ce après consultation des organisations
professionnelles
représentatives des employeurs et des
travailleurs concernés,
3- dans une entreprise non couverte par un arrêté pris en
application du paragraphe 1 et dans laquelle un accord n’a pas
été conclu concernant la modification de l’intervalle de nuit ou
la levée de l’interdiction du travail de nuit des femmes, sur
autorisation du chef de l’inspection du travail territorialement
compétente octroyée après avis de l’inspection médicale du
travail et dans les conditions suivantes :
- consultation des organisations professionnelles représentatives
des employeurs et des travailleurs concernés,
- vérification de l’existence des garanties suffisantes dans
l’entreprise pour les travailleuses en ce qui concerne la santé et
la sécurité au travail, les services sociaux et l’égalité de chances
et de traitement,
- vérification de
l’existence des garanties suffisantes
concernant les déplacements de la femme du fait du travail,
- fixation de la durée de l’autorisation qui peut être
renouvelée selon les mêmes conditions.
Article 68-3 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Il est interdit d’appliquer les dispositions de l’article 68-2 à
la femme travailleuse pendant une période de seize semaines au
minimum avant et après l’accouchement, dont au moins huit
avant la date probable de l’accouchement.
53
Page 54
Cette interdiction peut être levée par une autorisation du chef
de l’inspection du travail territorialement compétente après avis
de l’inspection médicale du travail. Cette autorisation est
octroyée sur la base d’une demande écrite de la femme
travailleuse concernée à condition que sa santé et celle de son
enfant ne soient pas exposées au danger.
L’interdiction prévue au premier paragraphe du présent
article s’applique durant d’autres périodes sur présentation de
certificats médicaux indiquant que l’interdiction pendant ces
périodes est nécessaire pour la santé de la mère et de son enfant.
Ces périodes se situent pendant la grossesse ou pendant une
période déterminée prolongeant la période post-natale prévue au
premier paragraphe du présent article.
Article 68-4 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
L’application des dispositions de l’article 68-3 du présent
code ne peut constituer une raison de rupture du contrat de
travail.
Article 69 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
L’inspection du travail territorialement compétente doit être
avisée immédiatement de la levée de l’interdiction du travail de
nuit des enfants et des femmes en application des articles 67
(paragraphe a) et 68 (paragraphe a et b).
Article 70
Un arrêté du Secrétaire d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et
aux Affaires Sociales, pris après avis des organisations
syndicales intéressées, peut fixer, pour les femmes et les
enfants, une période de repos de nuit et un intervalle
d’interdiction du travail plus courts que ceux prévus aux articles
54
Page 55
précédents, lorsque le travail de jour est particulièrement
pénible en raison de la période de l’année, à condition qu’un
repos compensateur soit accordé pendant le jour.
Article 71
Lorsqu’en raison de circonstances particulièrement graves,
l’intérêt national l’exige, l’interdiction du travail de nuit pour
les enfants de seize ans à dix huit ans et les femmes peut être
suspendue par décret.
Article 72
Les attributions, dévolues par le présent chapitre au
Secrétaire d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires
Sociales et concernant les branches d’activités soumises au
contrôle des Secrétaires d’Etat chargés de l’industrie, du
transport et des PTT, sont exercées par le Secrétaire d’Etat à la
Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales en collaboration
avec les secrétaires d’Etat intéressés.
Article 73
Dans toutes les activités non agricoles, les employeurs
doivent tenir un registre indiquant les nom et date de naissance
de toutes les personnes de moins de dix-huit ans qu’ils
occupent, leurs heures de travail ainsi que toutes autres
informations relatives aux conditions d’emploi des enfants. Ce
registre est tenu à la disposition de l’Inspection du Travail.
Les enfants et les adolescents travaillant sur la voie publique
doivent porter un document reproduisant les mentions figurant
sur le registre sus-indiqué.
55
Page 56
Section II - Dans les activités agricoles
Article 74
Les enfants de moins de dix-huit ans doivent bénéficier
d’une période de repos de nuit ne comprenant pas moins de :
a) douze heures consécutives pour les enfants de moins de
seize ans,
b) dix heures consécutives pour les enfants de seize à dix-
huit ans, à condition qu’un repos compensateur leur soit
accordé pendant le jour.
Les enfants de moins de dix-huit ans ne peuvent être
employés à aucun travail entre dix heures du soir et cinq heures
du matin.
Chapitre IV
Exécution du travail
Article 75
Les locaux des entreprises de toute nature dans lesquels les
marchandises et objets divers sont manutentionnés ou offerts au
public par un personnel féminin doivent être, dans chaque salle,
munis d’un nombre de siège égal à celui des femmes qui y sont
employées.
Article 76
Les chefs des entreprises dans lesquelles sont employés des
enfants de moins de dix-huit ans ou des femmes, doivent veiller
au maintien des bonnes mœurs et à l’observation de la décence
publique.
56

Page 57
Article 76-2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Pour nécessité de service, le travailleur peut être chargé
d’effectuer des travaux d’une catégorie inférieure ou supérieure
à sa catégorie.
Les modalités d’application des dispositions du paragraphe
précédent sont fixées par les conventions collectives, les
contrats individuels ou par arrêté du Ministre chargé des
Affaires Sociales pris après consultation des organisations
professionnelles d’employeurs et de travailleurs concernées.
Chapitre V
Travaux spéciaux
Section unique - Travaux souterrains et récupération
des vieux métaux

Article 77 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Les femmes quelque soit leur âge et les enfants de moins de
18 ans ne peuvent être employés à des travaux souterrains dans
les mines et carrières.
Article 77-2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les dispositions des articles 59 à 62 du présent Code sont
applicables aux enfants âgés de 18 à 21 ans et employés à des
travaux souterrains dans les mines et carrières.
57
Page 58
L’examen médical visé à l’article 61 du présent code doit
comprendre des radiographies des poumons et une expertise
fonctionnelle de la respiration.
Article 78
Il est interdit d’employer ou de laisser employer les enfants
de moins de dix-huit ans et les femmes dans les établissements,
parties d’établissements et chantiers où s’effectuent
la
récupération, la transformation ou l’entreposage des vieux
métaux.
Chapitre VI
Durée du travail
Section I - Régime normal
Article 79 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996)
La durée du travail effectif ne peut excéder 48 heures par
semaine ou une limitation équivalente établie sur une période de
temps autre que la semaine sans que la durée de cette période ne
puisse être supérieure à une année.
Cette durée peut être réduite sans qu’elle puisse être
inférieure à 40 heures par semaine ou une limitation équivalente
établie sur une période de temps autre que la semaine et ne
dépassant pas une année et ce par les conventions collectives ou
par des textes réglementaires, pris après consultation des
organisations syndicales des employeurs et des travailleurs.
58
Page 59
Articles 80 et 81 (Abrogés par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Article 82 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
La durée hebdomadaire de présence fixée conformément aux
dispositions de l’article 79 du présent code peut être portée, pour
certaines entreprises ou certaines catégories du personnel, à 64
heures au maximum afin de tenir compte de la perte de temps
résultant de l’interruption du travail ou de la nature du travail et ce,
par Arrêté du Ministre chargé des Affaires Sociales.
Article 83 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
A titre exceptionnel, l’inspection du travail territorialement
compétente peut :
1- autoriser l’employeur à prolonger la durée du travail dans
certaines circonstances exceptionnelles pour l’exécution de
travaux urgents en cas d’accidents, de réparations nécessaires
ou de sauvetage.
2- autoriser l’employeur à prolonger la durée du travail en
cas de surcroît extraordinaire de travail sans que la durée
journalière n’excède 10 heures.
Dans les deux cas sus-indiqués, les prolongations de la durée
du travail doivent être compensées durant l’année par des
heures de repos équivalentes.
Cette compensation s’effectue par réduction de la durée de
travail d’une heure au moins. Si elle n’est pas effectuée au cours
de l’année, elle se fait au cours du premier trimestre de l’année
suivante avant toute utilisation d’une nouvelle autorisation.
3- admettre certaines dérogations permanentes à la durée
journalière du travail pour certaines catégories de personnel
employées à des travaux préparatoires ou complémentaires qui
59
Page 60
doivent être exécutés en dehors de la limite assignée au travail
général sans que la durée journalière n’excède 10 heures.
Article 84
En application d’arrêtés des Secrétaires d’Etat compétents,
constatant la nécessité de cette dérogation et sans qu’il y ait lieu
de procéder aux consultations prévues à l’article 81, les
établissements exécutant des travaux dans l’intérêt de la sûreté
et de la défense nationale peuvent prolonger au-delà de neuf
heures par jour la durée du travail de leur personnel.
Article 85 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Les salariés ne peuvent être employés que conformément
aux indications d’un horaire précisant, pour chaque journée et
éventuellement pour chaque semaine ou chaque mois, la
répartition des heures de travail. Cet horaire fixe les heures
auxquelles commence et finit la durée du travail.
Des heures différentes de travail et de repos peuvent être
prévues pour les catégories de salariés auxquelles s’appliquent
les dérogations permanentes prévues à l’article 82 et au
paragraphe 3 de l’article 83.
Toute modification de la répartition des heures de travail
donne lieu, avant l’application, à une rectification de l’horaire
précédemment établi.
Cet horaire, daté et signé par le chef d’entreprise ou par la
personne à laquelle il aura délégué ses pouvoirs à cet effet, est
affiché en caractères lisibles et apposé de façon apparente dans
tous les lieux de travail auxquels il s’applique ou, en cas de
personnel occupé en dehors de l’entreprise dans le local auquel
le personnel intéressé est affecté.
60
Page 61
Un double de l’horaire et de toute modification qui y serait
apportée éventuellement doit être préalablement adressé à
l’inspection du travail territorialement compétente.
Article 86
En cas d’organisation du travail par équipes, la liste
nominative de chaque équipe est affichée dans les conditions
prévues à l’article précédent.
Doivent être également affichés les noms des salariés
auxquels s’appliquent les dérogations permanentes prévues à
l’article 83, 2°).
Le chef d’entreprise ou, sous sa responsabilité, la personne
à laquelle il aura délégué ses pouvoirs à cet effet, doit être en
mesure de faire la preuve, devant l’agent chargé de l’Inspection
du travail, de l’identité des salariés dont les noms sont portés
sur les listes ci-dessus, sans préjudice du droit pour cet agent de
demander aux salariés de prouver leur identité.
Article 87
Tout chef d’entreprise qui veut, conformément à l’arrêté
concernant sa profession, user des facultés prévues à l’article
83,1°), est tenu d’adresser au préalable à l’Inspection du Travail
une déclaration sous pli recommandé datée spécifiant la nature
et la cause de la dérogation, le nombre de salariés pour lesquels
la durée du travail est prolongée, les jours où il est fait usage de
ladite faculté, les heures de travail et de repos prévues.
Le chef d’établissement doit, en outre, tenir à jour un tableau
sur lequel sont inscrites, au fur et à mesure de l’envoi des avis à
l’Inspection du Travail, les dates des jours où il est fait usage de
ces dérogations avec indication de leur durée. Ce tableau est
affiché dans l’établissement dans les conditions déterminées à
l’article 85 et il y reste apposé pendant l’année courante et
jusqu’au 15 janvier de l’année suivante.
61
Page 62
Article 88
Dans les entreprises agricoles, la durée légale du travail est
fixée à deux mille sept cents heures par an au maximum pour
trois cents jours de travail effectif.
Des arrêtés conjoints du Secrétaire d’Etat à la Jeunesse, aux
Sports et aux Affaires Sociales et du Secrétaire d’Etat au Plan et
à
l’Economie Nationale, pris après consultation des
«commissions du travail agricole », déterminent la répartition
journalière de cette durée par période, par région et
éventuellement par mode de culture.
Les dispositions du paragraphe premier ne sont pas
applicables aux gardiens et aux bergers. Un arrêté du Secrétaire
d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales et du
Secrétaire d’Etat au Plan et à l’Economie Nationale déterminera
la durée légale du travail de cette catégorie de travailleurs et
après consultation des centrales syndicales intéressées.
Article 89
Dans les entreprises de toutes natures, la journée de travail
doit être coupée par un ou plusieurs repos pendant lesquels le
travail est interdit. Ces repos ne peuvent avoir une durée totale
inférieure à une heure.
Ils doivent être fixés de façon que le personnel ne puisse être
employé à un travail pendant plus de six heures consécutives
sans une interruption d’une demi-heure au moins.
Cependant si la durée du travail effectif dans le courant de la
même journée ne dépasse pas sept heures, le travail peut être
fait sans interruption.
Le travail journalier de toute personne doit être suivi d’un
repos ininterrompu dont la durée ne peut être inférieure à dix
heures sans préjudice des dispositions spéciales concernant les
femmes et les enfants.
62
Page 63
En cas d’organisation du travail par postes ou équipes
successives le travail de chaque équipe doit être continu, sous
réserve des dispositions des paragraphes précédents.
Section II - Heures supplémentaires
Sous section 1- Dans les activités non agricoles
Article 90 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996)
Sont considérées comme heures supplémentaires les heures
de travail effectuées au-delà de la durée hebdomadaire normale.
Ces heures sont rémunérées par référence au salaire de base
horaire majoré selon les taux suivants :
- pour le régime de travail à plein temps de 48 heures par
semaine : 75%,
- pour les régimes de travail à plein temps inférieurs à 48
heures par semaine : 25% jusqu’à 48 heures et 50% au-delà de
cette durée,
- pour les régimes de travail à temps partiel : 50%.
Article 91
En vue d’accroître la production, l’inspection du travail peut,
après avis des organisations syndicales ouvrières intéressées,
autoriser les chefs des établissements à effectuer des heures
supplémentaires en plus de celles qui sont déjà prévues par la
réglementation sur la durée du travail.
63

Page 64
Article 92
Les heures perdues par suite d’interruption collective de travail
dans un établissement ou dans une partie d’établissement, peuvent
être récupérées dans les deux mois suivant l’interruption du travail.
Les heures ainsi récupérées sont payées au taux normal.
L’Inspection du Travail est préalablement informée par le
chef d’établissement des interruptions collectives de travail et
des modalités de la récupération. Toutefois, si le travail est
interrompu par un événement imprévu, avis lui en est donné
immédiatement.
Les heures perdues par suite de grève ou de lock-out ne
peuvent être récupérées, sauf accord des parties.
Article 93
L’exécution d’heures supplémentaires ou la récupération
d’heures perdues ne peuvent avoir pour effet de porter à plus de
soixante heures, non comprises les heures de dérogations
permanentes, la durée hebdomadaire du travail, sauf en cas de
travaux urgents dont l’exécution immédiate est nécessaire pour
prévenir des accidents imminents ou organiser des mesures de
sauvetage.
La faculté de récupérer
les heures perdues et celle
d’effectuer des heures supplémentaires, peuvent, en cas de
chômage, être suspendues dans certaines professions, après
consultation des organisations syndicales intéressées, soit sur
l’ensemble du territoire, soit dans une ou plusieurs régions, par
arrêté du secrétaire d’Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux
Affaires Sociales, soit pour des établissements déterminés par
décision de l’Inspecteur Divisionnaire du Travail.
64
Page 65
Sous section2- Dans les activités agricoles
Article 94
Les heures de travail effectuées à la demande de l’employeur
et pour les besoins de l’exploitation, au delà de la durée
journalière définie en application de l’article 88, sont payées au
salaire normal majorées de vingt cinq pour cent (25%).
Section III - Travail à temps partiel
Article 94-2 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet 1996).
Le contrat de travail à durée déterminée ou indéterminée
peut être conclu pour un travail à temps partiel.
Est considéré comme travail à temps partiel le travail
effectué selon une durée de travail ne dépassant pas 70% de la
durée normale de travail applicable à l’entreprise.
Article 94-3 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet 1996).
Le contrat de travail à temps partiel doit être écrit et indiquer
notamment la qualification professionnelle du travailleur, les
éléments de la rémunération, la durée du travail et la modalité
de sa répartition sur la semaine, le mois ou l’année.
Article 94-4 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Les travailleurs à temps partiel ont les mêmes droits et
obligations prévus par les textes législatifs, réglementaires et
conventionnels au profit des travailleurs employés à plein temps
dans des conditions similaires, sous réserve des dispositions
particulières au travail à temps partiel.
65
Page 66
Article 94-5 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Le salaire du travailleur à temps partiel et les indemnités
auxquelles a droit au titre du congé annuel payé, des jours fériés
chômés et payés, du congé de maternité et du licenciement, sont
proportionnels à la durée du travail à laquelle est soumis ce
travailleur.
Article 94-6 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet 1996).
Sont considérées heures
les heures
effectuées par le travailleur à temps partiel au delà de la durée
normale de travail fixée par le contrat de travail.
supplémentaires
L'exécution des heures supplémentaires nécessite l'accord
des deux parties sans que toutefois le nombre de ces heures ne
dépasse le tiers de la durée du travail fixée par le contrat de
travail et que
total de cette durée et des heures
supplémentaires n'excède la durée normale du travail applicable
au travailleur à plein temps dans la même entreprise.
le
Article 94-7 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Les travailleurs à temps partiel sont soumis au régime de
sécurité sociale et au régime de réparation des préjudices résultant
des accidents du
travail et des maladies professionnelles
conformément à la législation en vigueur.
Article 94-8 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Les travailleurs à temps partiel sont pris en compte dans le
calcul de l'effectif de l'entreprise comme s'ils étaient des
travailleurs à plein temps, en ce qui concerne les obligations de
l'employeur liées au nombre des travailleurs et prévues au
présent code.
66
Page 67
Article 94-9 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet 1996).
En cas de recrutement pour pourvoir des postes de travail à
plein temps vacants ou créés, la priorité est donnée aux
travailleurs à temps partiel désirant passer au régime à plein
temps et ayant les mêmes qualifications professionnelles et
aptitudes requises.
La priorité est également donnée, lors du recrutement pour
pourvoir des postes de travail à temps partiel vacants ou créés,
aux travailleurs à plein temps désirant passer au régime du
travail à temps partiel et ayant les mêmes qualifications et
aptitudes requises.
Le passage du travailleur du régime à plein temps au régime
à temps partiel ou vice-versa ne peut avoir lieu qu'avec l'accord
écrit de ce travailleur.
Article 94-10 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Les travailleurs à plein temps qui sont passés au régime de
travail à temps partiel pour des raisons de grossesse ou
nécessité de s'occuper d'un enfant âgé de moins de 6 ans ou d'un
membre de la famille handicapé ou malade ont le droit de
réintégrer le régime de travail à plein temps, en cas de vacance
de postes de travail à plein temps correspondant à leurs
qualifications professionnelles.
Article 94-11 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Les employeurs doivent, en temps opportun, informer les
travailleurs des postes de travail à plein temps et des postes de
travail à temps partiel vacants ou crées dans leurs entreprises.
Article 94-12 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Le cumul du travail à plein temps et du travail à temps
partiel est interdit.
67
Page 68
Article 94-13 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Chaque employeur occupant des travailleurs à temps partiel
doit tenir un registre dans lequel sont inscrits les noms et dates
de naissance de ces travailleurs. Ce registre est mis à la
disposition des inspecteurs du travail.
Article 94-14 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Les infractions aux dispositions des articles 94-4, 94-5, 94-
6, 94-7, 94-8, 94-9, 94-10, 94-11, 94-12 et 94-13 du présent
code sont passibles des sanctions prévues aux articles 234, 235,
236 et 237 du même code.
Chapitre VII
Le repos hebdomadaire
Section I. - Dans les activités non agricoles
Article 95 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996)
Les entreprises non agricoles ou leurs dépendances, de
quelque nature qu'elles soient, sont tenues de donner à leur
personnel, sous réserve des dérogations prévues aux articles ci-
après, un
repos hebdomadaire de vingt-quatre heures
consécutives.
Ce repos est donné le vendredi, le samedi ou le dimanche. Il
peut être accordé pendant un autre jour de la semaine sur accord
des deux parties dans l'entreprise ou par autorisation du
gouverneur de la région lorsque la nécessité du travail l'exige.
68
Page 69
Chaque établissement fait connaître le jour qu'il choisit à
l'Inspection du Travail territorialement compétente.
Article 96
Sont admis de droit à donner le repos hebdomadaire par
les établissements appartenant aux catégories
roulement,
suivantes :
1) Fabriques de produits alimentaires destinés à
la
consommation immédiate;
2) Hôtels, restaurants et débits de boissons;
3) Débits de tabac et magasins de fleurs naturelles;
4) Hôpitaux, cliniques, asiles, maisons de retraite, dispensaires,
maisons de santé, pharmacies, drogueries, magasins d'appareils
médicaux et chirurgicaux;
5) Etablissements de bains et établissements hydro-thérapiques;
6) Entreprises de location de livres, de chaises, de moyens
de locomotion;
7) Entreprises de journaux, d'informations et de spectacle,
musées et expositions;
8) Entreprises d'éclairage et de distribution d'eau ou de force
motrice;
9) Entreprises de transport, de chargement et de déchargement;
10) Industries où sont mises en oeuvre des matières
susceptibles d'altération très rapide;
11) Industries dans lesquelles toute interruption de travail
entraînerait la perte ou la dépréciation du produit en cours de
fabrication.
69
Page 70
Article 97 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Le gouverneur peut, à la demande de l'une des organisations
la plus
syndicales des employeurs ou des
représentative de la profession dans la région, fixer, après
consultation des autres organisations professionnelles, les
modalités d'application du repos hebdomadaire pour une
profession, un ensemble de professions dans la région, une ville
ou une localité déterminée. Il peut à cet effet :
travailleurs
1) décider que, pour une profession ou un ensemble de
professions, le repos sera pris le même jour de la semaine dans
la région entière ou seulement dans certaines localités,
2) fixer pour le repos un autre jour que le vendredi, le
samedi ou le dimanche,
3) décider que le repos aura lieu :
a) à compter de midi d'un jour de la semaine jusqu'à midi du
jour suivant.
b) le vendredi, le samedi ou le dimanche après-midi avec un
repos compensateur d'une autre demi-journée pris par roulement
et chaque semaine.
c) par roulement de tout ou partie du personnel.
4) autoriser les entreprises d'une profession déterminée à
accorder le repos suivant un roulement préétabli pour toutes les
entreprises concernées.
Les modalités d'application du repos hebdomadaire sont
fixées par arrêté du Ministre chargé des Affaires Sociales
lorsque ce repos concerne tout le territoire de la République.
Article 98
En cas de travaux urgents dont l'exécution immédiate est
nécessaire pour organiser des mesures de sauvetage, pour
70
Page 71
prévenir des accidents imminents ou réparer des accidents
survenus au matériel, aux installations ou aux bâtiments de
l'établissement, le repos hebdomadaire peut être suspendu pour
le personnel nécessaire à l'exécution de ces travaux.
Cette faculté de suspension s'applique non seulement aux
ouvriers de l'entreprise où les travaux urgents sont nécessaires
mais aussi à ceux d'une autre entreprise faisant les opérations
pour le compte de la première.
Dans ces entreprises, chaque ouvrier doit jouir d'un repos
compensateur d'une durée égale au repos supprimé.
Les dérogations prévues par le présent article ne sont pas
applicables aux garçons de moins de seize ans et aux filles de
moins de vingt ans.
Article 99
Dans tout établissement qui a le repos hebdomadaire au
même jour pour tout le personnel, ce repos peut être réduit à
une demi-journée pour les personnes employées à la conduite
des générateurs et des machines motrices, au graissage et à la
visite des transmissions, au nettoyage des locaux industriels,
magasins ou bureaux, ainsi que pour les gardiens et concierges.
Les personnes touchées par cette mesure doivent bénéficier
d'un repos compensateur d'une durée égale au repos supprimé.
La dérogation prévue par le présent article n'est pas
applicable aux garçons de moins de seize ans et aux filles de
moins de vingt ans.
Article 100 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les établissements de vente de denrées alimentaires au
détail, ont le droit de ne donner le repos hebdomadaire que
71
Page 72
l'après-midi du
pendant
jour choisi conformément aux
dispositions de l'article 95 du présent code avec un repos
compensateur d'une demi-journée par roulement au cours de la
semaine.
Article 101
Dans les entreprises minières ou dans les chantiers éloignés
des centres urbains, les jours de repos hebdomadaire peuvent
être groupés pour être donnés en une seule fois dans le mois.
Article 102
Dans toutes les catégories d'entreprises où les intempéries
déterminent des chômages, les repos forcés qui surviennent au
cours du mois sont déduits des jours de repos hebdomadaire.
Article 103
Les industries de plein air, celles qui ne travaillent qu'à
certaines époques de l'année, peuvent suspendre le repos
hebdomadaire quinze fois par an.
Article 104
Les industries qui emploient des matières périssables, celles
qui ont à répondre à certains moments à un surcroît
exceptionnel de travail et qui ont fixé le repos hebdomadaire au
même jour pour tout le personnel, peuvent également suspendre
ce repos quinze fois par an. Mais pour ces deux catégories
d'industries, le salarié doit jouir au moins de deux jours de repos
par mois.
Article 105
Le secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires
Sociales et les Secrétaires d'Etat chargés d'une Administration
technique où la loi prévoit que l'Inspection du Travail est
72
Page 73
confiée à des agents propres à ces Départements, prennent,
chacun en ce qui le concerne ou de concert entre eux, des
arrêtés pour assurer l'application des dispositions de la présente
section. Ces arrêtés déterminent :
1) le mode et l'organisation du contrôle des jours de repos
pour tous les établissements, que le repos soit collectif ou qu'il
soit organisé par roulement;
2) les conditions du préavis qui doit être adressé à
l'inspection du Travail par le chef de tout établissement
bénéficiant dérogations prévues aux articles 98, 99, 100, 102,
103 et 104 ci-dessus;
3) les dérogations particulières au repos des spécialistes
occupés dans les usines à feu continu;
4) la nomenclature des industries comprises dans les
catégories figurant sous les 10 et 11 de l'article 96 ainsi que les
autres catégories d'établissements qui pourront bénéficier du
droit de donner le repos hebdomadaire par roulement;
5) la nomenclature des industries particulières qui doivent
être comprises dans les catégories générales énoncées aux trois
articles précédents.
Section II. - Dans les activités agricoles
Article 106 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les employeurs sont tenus de donner à leurs personnel
permanent ou occasionnel, un repos hebdomadaire de vingt-
quatre heures consécutives sauf en cas de travaux urgents et
dans cette hypothèse la compensation se fait dans les trente
jours qui suivent.
73
Page 74
Ce repos sera donné le vendredi, le samedi, le dimanche ou
le jour de marché hebdomadaire. Il peut être octroyé un autre
jour de la semaine sur accord des deux parties dans l'entreprise
ou par autorisation du gouverneur de la région lorsque la
nécessité du travail l'exige.
Chapitre VIII
Jours fériés, chômés et payés
Article 107 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les jours fériés, chômés et payés sont fixés par décret ou par
les conventions collectives.
Il ne doit pas résulter de l'octroi de ces jours l'arrêt de
l'activité de l'entreprise pendant plus de 48 heures consécutives.
Les modalités d'application de ces dispositions sont fixées par
arrêté du Ministre chargé des Affaires Sociales pris après
consultation des organisations professionnelles des employeurs
et des travailleurs.
Article 108
Le chômage intervenu dans les circonstances prévues à
l'article précédent ne peut être une cause de réduction des
traitements et salaires mensuels, bimensuels ou hebdomadaires.
Les salariés, rémunérés à l'heure, à la journée, à la part, à la
tâche ou au rendement, ont droit à une indemnité égale au
salaire qu'ils ont perdu du fait de ce chômage. Cette indemnité,
qui est à la charge de l'employeur, est calculée sur la base de
l'horaire de travail et de la répartition de la durée hebdomadaire
du travail habituellement pratiquée dans l'établissement.
74

Page 75
Article 109
Dans les activités où le travail ne peut être interrompu, les
salariés occupés pendant les journées fériées, chômées et payées
ont droit, à la charge de leur employeur et en plus du salaire
correspondant au travail effectué, à une indemnité égale au
montant de ce salaire.
Article 110
Les heures de travail perdues en raison du congé des
journées fériées, chômées et payées peuvent être récupérées
dans les conditions prévues aux articles 92 et 93.
Article 111
Les enfants de moins de dix-huit ans et les femmes ne
peuvent être employés dans les établissements où sont exercées
les activités prévues à l'article 109 pendant les journées fériées,
chômées et payées, même pour rangement d'atelier.
Chapitre IX
Congés annuels payés
Section I. - Dans les activités non agricoles
Article 112
Tout salarié a droit, chaque année, à un congé payé à la
charge de l'employeur dans les conditions fixées ci-après.
75


Page 76
Article 113 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Tout travailleur qui, au cours de l'année de référence, justifie
avoir été occupé chez le même employeur pendant une période
de temps équivalente à un minimum d'un mois de travail effectif
a droit à un congé dont la durée est déterminée à raison d'un
jour par mois de travail sans que la durée totale du congé
exigible puisse excéder une période de quinze jours comprenant
douze jours ouvrables.
La durée du congé fixée à l'alinéa précédent est portée pour
les salariés de moins de dix huit ans au 31 décembre de chaque
année à deux jours par mois de travail, sans que la durée totale
du congé exigible puisse excéder une période de trente jours
dont vingt-quatre jours ouvrables.
La durée du congé est également portée à un jour et demi par
mois de travail pour les salariés âgés de dix huit à vingt ans au
31 décembre de chaque année, sans que la durée totale du congé
exigible puisse excéder vingt-deux jours dont dix-huit jours
ouvrables.
Les travailleurs visés aux deux alinéas précédents ont droit
s'ils le demandent, au congé maximum déterminé ci-dessus,
quelle que soit leur ancienneté dans l'entreprise. Ils ne peuvent
exiger aucune indemnité de congé payé pour les jours de repos
dont ils réclament le bénéfice en sus de ceux qu'ils ont acquis,
au titre du travail accompli au cours de la période de référence.
Article 114 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Sont considérées comme un mois de travail effectif, pour la
détermination de la durée du congé annuel, les périodes
équivalentes à vingt-six jours ouvrables. Sont assimilées à une
période de travail effectif les périodes de congés payés, la
76
Page 77
période de congé de maternité prévu à l'article 64 du présent
code et les périodes pendant lesquelles l'exécution du contrat de
travail est suspendue pour cause d'accident de travail au cours
d'une période ininterrompue ne dépassant pas une année.
Article 115
La durée du congé ainsi fixée est augmentée à raison d'un
jour ouvrable par période entière, continue ou non, de cinq ans
de services chez
le même employeur, sans que cette
augmentation puisse porter à plus de dix-huit jours ouvrables la
durée considérée ou se cumuler avec l'augmentation résultant,
soit des stipulations des conventions collectives ou des contrats
individuels de travail, soit des usages.
Les périodes pendant lesquelles l'exécution du contrat de
travail a été suspendue sans que le contrat ait été résilié,
notamment pour cause de maladie, d'accident de travail, de
chômage, sont, pour l'application des dispositions de l'alinéa
précédent, assimilées à des périodes de travail effectif. La durée
des
services, ouvrant droit au congé complémentaire
d'ancienneté, est appréciée, soit à l'expiration de la période de
référence afférente au congé normal, soit à la date d'expiration
du contrat lorsque la résiliation de ce contrat ouvre droit à
l'attribution d'une indemnité compensatrice du congé.
Sous la réserve formulée au premier alinéa ci-dessus, les
dispositions qui précèdent ne portent pas atteinte, soit aux
stipulations des conventions collectives ou des contrats
individuels, soit aux usages qui assurent des congés payés de
plus longue durée.
Article 116 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La date de départ de la période prise en considération pour
l'appréciation du droit au congé est fixée au 1er janvier de
chaque année.
77
Page 78
Article 117 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Le congé annuel est octroyé au cours de la période du 1er
juin au 31 octobre de chaque année. Il peut être octroyé au
cours d'une autre période de l'année en vertu d'accords collectifs
ou individuels ou par l'employeur lorsque la nécessité du travail
l'exige et après avis de la commission consultative d'entreprise
ou des délégués du personnel.
des
fixe
après
départs
la
l'ordre
consultation de
congé
en
L'employeur
éventuellement
commission
consultative d'entreprise ou des délégués du personnel compte
tenu des exigences de la nécessité du travail et de la position du
bénéficiaire du congé du point de vue situation familiale et
ancienneté dans le travail . L'ordre des départs en congé doit
être affiché dans l'entreprise au moins 15 jours avant sa date
d'entrée en application.
Article 118
Le congé payé ne dépassant pas six jours ouvrables doit être
continu.
Le congé d'une durée supérieure à six jours ouvrables peut
être fractionné par l'employeur, avec l'agrément du salarié.
Dans le cas où le congé s'accompagne de la fermeture de
l'établissement,
le fractionnement peut être effectué par
l'employeur sur avis conforme des délégués du personnel, s'il en
existe.
Au cas de fractionnement, une fraction doit être de six jours
ouvrables au moins, comprise entre deux jours de repos
hebdomadaire. Les autres fractions ne peuvent être inférieures à
un jour entier.
Ne sont plus comptés dans le congé annuel payé :
78
Page 79
a) les jours fériés légaux;
b) les interruptions de travail dues à la maladie ou à
l'accident.
Article 119 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Le travailleur perçoit pendant son congé une indemnité
calculée sur la base de la durée du congé à laquelle il a droit
d'une part, et
indemnités qu'il percevait
habituellement pendant l'exercice effectif du travail, d'autre
part.
le salaire et
Dans les professions où d'après le contrat du travail la
rémunération est constituée en partie ou en totalité de
pourboires versés par la clientèle, la rémunération à prendre en
considération pour la détermination de l'indemnité de congé est
évaluée conformément à la législation relative aux régimes de
sécurité sociale.
Les dispositions qui précèdent ne portent pas atteinte aux
avantages prévus par les dispositions contractuelles ou les
usages.
Au cas de fermeture de l'établissement ou d'une partie de
celui-ci pour une durée supérieure à celle du congé annuel,
l'employeur est tenu pour chacun des jours ouvrables de
fermeture excédant ledit congé, de verser au personnel concerné
une rémunération qui ne peut être inférieure à l'indemnité
journalière de congé payé.
Article 120
Le salarié dont le contrat de travail est résilié avant qu'il ait
pu bénéficier de la totalité du congé auquel il avait droit, doit
recevoir, pour la fraction de congé dont il n'a pas bénéficié, une
indemnité compensatrice déterminée d'après les dispositions de
79
Page 80
l'article précédent. L'indemnité n'est pas due si la résiliation du
contrat de travail, est provoquée par une faute lourde du salarié.
Dans le cas de résiliation du contrat de travail d'un salarié
qui, par suite de l'ordre fixé pour les départs en congé, a pris un
congé comportant une indemnité d'un montant supérieur à celle
à laquelle, au moment de la résiliation, il aurait pu prétendre à
raison de la durée de ses services, ce salarié doit rembourser le
trop-perçu à l'employeur. Le remboursement n'est pas dû si la
résiliation du contrat de travail est provoquée par une faute
lourde de l'employeur.
Les dispositions qui précèdent ne sont, toutefois, pas
applicables dans le cas où l'employeur est tenu d'adhérer à la
caisse nationale de sécurité sociale par application de l'article
121. Dans cette hypothèse, à l'occasion de la résiliation du
contrat de travail, et quelles qu'en soient les circonstances,
l'employeur délivre au salarié un certificat justificatif de ses
droits à congé, compte tenu de la durée des services.
L'action en paiement des indemnités prévues à l'article 119
et au présent article se prescrit par un an.
Article 121
Dans les activités où les salariés ne sont pas habituellement
occupés d'une façon continue chez un même employeur au
cours de la période retenue pour l'appréciation du droit au
congé, les employeurs doivent verser des cotisations à la caisse
nationale de sécurité sociale selon des taux et des modalités
fixés par arrêté du Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, au Sport et
aux Affaires Sociales. Cette caisse est chargée de servir aux
salariés dans ce cas, aux époques prévues audit arrêté, des
indemnités correspondantes à leur droit à congé.
80
Page 81
La caisse nationale de sécurité sociale est tenue, en vue de la
détermination du droit au congé et du calcul de l'indemnité à
verser aux ayants droit, de faire état, dans le décompte des
services sur le vu des justifications nécessaires, de la durée des
services accomplis, le cas échéant, chez les employeurs dont
l'affiliation à la caisse nationale de sécurité sociale est
obligatoire.
La caisse nationale de sécurité sociale peut nommer des
contrôleurs chargés de collaborer à
la surveillance de
l'application, par les employeurs intéressés, de la législation sur
les congés payés.
Pour les établissements qui ne sont pas obligatoirement
affiliés à la caisse nationale de sécurité sociale pour le service
des indemnités de congés payés, la charge des indemnités,
afférentes aux congés accordés aux
travailleurs,
incombe, dans le cadre de sa compétence professionnelle, à la
caisse nationale de sécurité sociale à concurrence de la moitié
en ce qui concerne les bénéficiaires de moins de dix-huit ans et
du tiers en ce qui concerne les bénéficiaires de dix-huit à vingt
ans. L'indemnité de congé est payée en totalité par l'employeur
et lui est remboursée dans la proportion sus-indiquée par la
Caisse Nationale de Sécurité Sociale.
jeunes
La Caisse Nationale de Sécurité Sociale doit faire figurer le
montant des remboursements ainsi effectués et le nombre des
bénéficiaires sur le rapport annuel de son activité qu'elle doit
produire avant le 1er avril de chaque année au secrétariat d'Etat
à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales.
Article 122
L’époux salarié a droit à un congé supplémentaire d’un jour
à l’occasion de chaque naissance.
81
Page 82
Ce congé doit être pris après entente entre l’employeur et le
bénéficiaire, soit le jour de la naissance, soit au cours des 7
jours qui suivent.
Dans ce cas,
indemnité
équivalente à la rémunération qu’il aurait perçue s’il avait
travaillé le même jour.
le bénéficiaire perçoit une
L’avance en est faite par l’employeur le jour de la paye qui
suivra immédiatement l’expiration de ce congé.
Cette avance lui sera remboursée, sur production des pièces
justificatives, par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.
Section II. - Dans les activités agricoles
Article 123 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les travailleurs ont droit, à condition de compter au moins
six mois de services continus chez le même employeur, à un
jour ouvrable de congé par mois écoulé depuis leur entrée en
service, sans que la durée totale de ce congé, puisse excéder
quinze jours dont douze jours ouvrables.
La durée du congé fixée au paragraphe précédent est portée
à 2 jours par mois de service effectif pour les travailleurs âgés
de moins de 18 ans à la date du 31 décembre de chaque année
sans que le total du congé dû ne puisse excéder 30 jours dont 24
jours ouvrables.
La durée du congé est également portée à un jour et demi par
mois de service effectif pour les travailleurs âgés de 18 à 20 ans
au 31 décembre de chaque année sans que la durée totale du
congé dû ne puisse excéder 22 jours dont 18 jours ouvrables.
82
Page 83
La durée des services continus se calcule conformément aux
dispositions de l’article 114 du présent code.
Article 124
Les bénéficiaires d’un congé doivent en jouir, s’il s’agit d’un
congé de quinze jours, dans l’année qui suit la date d’ouverture
du droit à congé ; s’il s’agit d’un congé de moins de quinze
jours, dans les six mois qui suivent cette même date.
Article 125
Le congé annuel payé peut être fractionné en périodes d’un
ou plusieurs jours jusqu’à concurrence de la moitié de sa durée
totale.
Sont réputés jours ouvrables pour la jouissance d’un congé
annuel payé, les jours normalement consacrés au travail dans
l’établissement, même s’ils sont chômés temporairement, en
totalité ou en partie, par suite de morte saison ou d’intempéries,
à l’exception des jours de repos hebdomadaire et des jours
féries prévus aux articles 107 à 111.
Ne peuvent être imputés sur le congé annuel, les jours de
maladie, les repos des femmes en couches, les périodes
obligatoires d’instruction militaire.
Article 126
L’ordre du départ en congé doit être communiqué à chaque
bénéficiaire une semaine avant son départ. Il est déterminé par
l’employeur, et s’il y a lieu, par roulement dans l’ensemble de
l’établissement ou pour certaines catégories d’emplois, après
consultation des membres du personnel intéressé ou de ses
délégués, en tenant compte de la situation de famille des
bénéficiaires, de la durée de leurs services dans l’établissement
et de la nécessité d’assurer d’une façon convenable l’exécution
des différents travaux dans ledit établissement.
83
Page 84
Article 127
L’indemnité journalière versée au salarié au titre de congé
payé est égale au salaire moyen journalier qu’il a ou aurait
perçu pendant l’année, dans l’établissement, pour une période
équivalente à celle du congé, toutes indemnités ou primes
comprises.
Les avantages en nature dont les bénéficiaires du congé ne
continueraient pas à jouir pendant la durée de celui-ci, doivent
être évalués en espèces et la somme ainsi évaluée, doit être
versée en plus de l’indemnité journalière déterminée à l’alinéa
précédent.
Article 128
Lorsque le contrat de travail d’un salarié, ayant au moins six
mois de services continus dans la même entreprise, est résilié
par le fait de l'employeur, avant que ledit salarié ait pu
bénéficier de son congé annuel payé, et sans que cette
résiliation soit provoquée par une faute lourde du travailleur, ce
dernier a droit à une indemnité correspondante au nombre des
jours de congé dont il aurait dû bénéficier en raison de la durée
des services continus accomplis au moment où le contrat est
résilié et dont il n'a pas encore joui.
Article 129
Dans les établissements qui assurent des congés payés de
durée plus longue que les minima fixées par la présente section,
les conditions d'attribution de ces congés restent déterminées
par les usages ou les dispositions des conventions collectives de
travail en vertu desquelles les congés sont donnés.
Toutefois, pour la partie de ces congés qui correspond aux
minima légaux, les dispositions de la présente section sont
84
Page 85
applicables à moins que les usages ou les conventions
collectives précitées ne prévoient des dispositions plus
favorables.
Section III. - Dispositions communes à toutes les activités
Article 130
Les employeurs doivent, en vue du contrôle de l'application
du présent chapitre, tenir un registre portant leur nom et leur
adresse où sont indiqués :
1) la période ordinaire des vacances dans l'établissement;
2) la date d'entrée en service de chaque salarié;
3) la durée du congé annuel des ayants-droit;
4) la date de leur départ en congé;
5) le montant de l'indemnité versée à chacun d'eux pour la
durée de leur congé, en précisant les éléments qui ont servi au
calcul de cette indemnité.
Ce registre doit être signé par les bénéficiaires du congé et
tenu à la disposition des Inspecteurs du Travail.
Article 131
Est nul, tout accord comportant la renonciation par le salarié
au congé prévu par les dispositions du présent chapitre, même
contre l'octroi d'une indemnité compensatrice.
Article 132
Lorsqu'un contrat de travail est conclu pour une durée
déterminée, l'employeur doit, sou peine de dommages-intérêts,
85
Page 86
faire bénéficier le salarié de son congé dans des conditions
telles que ce congé soit achevé une semaine au moins avant
l'expiration dudit contrat.
Article 133
Est considéré comme ne donnant pas le congé légal,
l'employeur qui fait travailler un salarié, même en dehors de
l'établissement où il travaille habituellement, pendant la période
fixée pour son congé annuel payé.
86
Page 87
TITRE II
LE SALAIRE
Chapitre Premier
De la détermination des salaires
Article 134 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La rémunération des travailleurs de toutes catégories est
déterminée, soit par accord direct entre les parties, soit par voie
de convention collective, dans le respect du salaire minimum
garanti fixé par décret. La rémunération des travailleurs relevant
de secteurs non régis par des conventions collectives peut être
fixée par décret.
Les décrets prévus au paragraphe précédent sont pris après
consultation des organisations syndicales les plus représentatives
des employeurs et des travailleurs.
Article 134 - 2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Il est entendu par rémunération, ce qui est dû au travailleur
en contrepartie du travail réalisé au profit de son employeur.
La rémunération comprend le salaire de base quel que soit le
mode de son calcul et ses accessoires constitués d'indemnités et
d'avantages en espèces ou en nature quel que soit leur caractère,
fixe ou variable, générale ou spécifique, à l'exception des
indemnités ayant le caractère de remboursement de frais.
Il est entendu par salaire minimum garanti, le seuil minimum
au dessous duquel il n'est pas possible de rémunérer un
87
Page 88
travailleur chargé d'accomplir des travaux ne nécessitant pas
une qualification professionnelle.
Article 134 - 3 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Une partie de la rémunération peut être fixée sur la base de
la productivité en vertu d'accords conclus au sein de l'entreprise
entre l'employeur et les représentants des travailleurs.
Ces accords comprennent notamment les normes adoptées
pour l'amélioration du rendement et les mesures susceptibles
d'accroître la production et d'améliorer sa qualité. Toutefois, la
rémunération peut être fixée en totalité selon le rendement, à la
pièce ou à la tâche pour les travaux qui sont habituellement
rémunérés sur cette base.
Il ne peut, en aucun cas, résulter de l'application des
dispositions précédentes le paiement de salaires inférieurs à
ceux fixés par les textes réglementaires ou les conventions
collectives sectorielles.
Articles 135 et 136 (Abrogés par la loi n° 96-62 du 15
juillet 1996).
Article 137 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Il est institué pour les activités agricoles et au siège de
chaque gouvernorat, une commission régionale du travail
agricole. La composition, le fonctionnement et la compétence
de cette commission sont fixés par décret.
Article 138 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les produits de la ferme sont vendus aux travailleurs pour
la
leur consommation personnelle, au prix de vente à
production.
88
Page 89
Chapitre II
Du paiement des salaires
Article 139 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La rémunération des travailleurs de toutes catégories doit
être payée en monnaie ayant cours légal en Tunisie, sauf
dispositions légales ou réglementaires contraires.
Cependant, des avantages en nature peuvent être servis
conformément aux dispositions réglementaires ou conventionnelles.
Ces avantages ne peuvent, en aucun cas, être déduits des salaires
minimums payés en espèces.
Article 140 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les salaires des travailleurs payés à l'heure ou à la journée
sont payés une fois par semaine au moins, ceux des travailleurs
mensuels sont payés une fois par mois. Les commissions dues
aux voyageurs, représentants de commerce et placiers donnent
lieu à un règlement au moins tous les trois mois. Toutefois, les
salaires des travailleurs payés à l'heure ou à la journée et,
occupés sur les chantiers éloignés des centres urbains, peuvent,
sur autorisation écrite de l'inspecteur du travail, être payés une
seule fois par mois.
Pour tout travail à la pièce, au rendement ou à la tâche, dont
l'exécution dure plus d'une semaine, les dates de paiement
peuvent être fixées par accord entre les parties à condition que
le travailleur reçoive des acomptes chaque semaine et qu'il soit
intégralement payé dans la semaine qui suit la livraison de
l'ouvrage.
89
Page 90
Article 141 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les travailleurs rémunérés au mois ne peuvent subir, au cas
de chômage à l'occasion des jours de fêtes chômés, d'autres
réductions de salaires que celles résultant de la suppression des
heures supplémentaires qui auraient été effectuées si ces jours
n'avaient pas été chômés.
Article 142
Le paiement ne peut être effectué le jour où l'ouvrier ou
l'employé a droit au repos, soit en vertu de la loi, soit en vertu
de la convention. Il ne peut avoir lieu dans les débits de
boissons ou magasins de vente, sauf pour les personnes qui y
sont normalement occupées.
Article 143 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
L'employeur doit délivrer aux travailleurs à l'occasion du
paiement de leur rémunération, une pièce justificative dite
"bulletin de paie" indiquant :
1) le nom et l'adresse de l'employeur ou la raison sociale de
l'établissement,
2) le numéro sous lequel l'employeur verse ses cotisations à
la Caisse de Sécurité Sociale,
légales ou
telle qu'elle
3) le nom du salarié et l'emploi occupé par lui ou la
résulte des
qualification professionnelle
réglementaires, des conventions
dispositions
collectives, des sentences arbitrales ou des décisions des
commissions paritaires prévues à l'article 42 du présent code
ainsi que son numéro d'immatriculation à la caisse de sécurité
sociale,
90
Page 91
4) la période et le nombre des heures ou des journées de
travail auxquels correspond
la rémunération versée, en
distinguant les périodes payées au taux normal de celles qui
comportent une majoration au titre des heures supplémentaires,
le taux du salaire de base horaire, journalier, hebdomadaire ou
mensuel, ou s'il s'agit de travail à la tâche ou aux pièces, les prix
unitaires de façon et le nombre de pièces confectionnées pour
chaque prix ou tout autre élément de calcul du salaire
correspondant à la nature du travail accompli,
5) l'énumération des indemnités et avantages s'ajoutant au
salaire et leurs montants,
6) le montant de la rémunération brute due au travailleur,
7) la nature et le montant des retenues opérées sur la
rémunération brute,
8) le montant de la rémunération nette perçue effectivement
par le travailleur,
9) la date de paiement de la rémunération.
Article 144
Les mentions portées sur le bulletin visé à l'article précédent,
sont obligatoirement reproduites sur un livre dit de paie dont les
inspecteurs du travail peuvent à tout moment exiger la
communication.
Le travailleur signe le livre de paie, au moment de chaque
paiement, en regard de son nom; s'il ne peut ou ne sait signer, le
paiement doit être certifié par deux témoins choisis par lui.
Le livre de paie est tenu par ordre de date, sans blanc,
lacune, rature, surcharge ni apostille qui ne soient approuvés du
salarié.
91
Page 92
Article 145 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
L'acceptation d'un bulletin de paie sans protestation ni
réserve par le travailleur, ne peut valoir de sa part renonciation
au paiement de tout ou partie du salaire, des indemnités et
accessoires de salaires qui lui sont dûs, en vertu des dispositions
légales,
résultant des
conventions collectives, des sentences arbitrales et des
décisions des commissions régionales du travail agricole.
réglementaires, contractuelles ou
Elle ne peut valoir non plus "compte arrêté et réglé".
Article 146 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les formes légales, selon lesquelles doit s'effectuer le
paiement aux travailleurs de leurs droits, ne font pas obstacle à
l'application des règles prévues par le Code des Obligations et
des Contrats en matière de preuve.
Article 147
Toutes les actions de quelque nature qu’elles soient entre
employeurs, salariés, organismes gérant les prestations sociales,
découlant des relations de travail, se prescrivent par un délai
d’un an.
Article 148
Lorsqu'il s'agit d'actions entre employeurs et salariés, la
prescription court à compter de la fin des relations de travail. En
ce qui concerne les prestations sociales, le point de départ de la
prescription est déterminé par les textes particuliers régissant le
droit en question.
92
Page 93
Article 149
La compensation ne joue pas au profit des employeurs entre
le montant des salaires dûs par eux à leurs ouvriers et employés
et les sommes qui leur seraient dues à eux-mêmes pour
fournitures diverses, quelle qu'en soit la nature à l'exception
toutefois :
1) des outils et instruments nécessaires au travail;
2) des matières ou matériaux dont l'ouvrier a la charge et
l'usage;
3) des sommes avancées pour l'acquisition de ces mêmes
objets.
Article 150 (modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Tout employeur qui fait une avance en espèces en dehors du
troisième cas de l'article précédent, ne peut se rembourser qu'au
moyen de retenues successives ne dépassant pas le dixième du
montant des salaires dûs.
Chapitre III
De la saisie-arrêt, de la cession
et de certains privilèges

Article 151 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La saisie-arrêt sur les salaires des travailleurs et la cession de
ces salaires sont effectuées conformément aux dispositions du
code de procédure civile et commerciale et aux lois en vigueur.
93
Page 94
Article 151 - 2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La partie insaisissable des salaires fixée à l'article 354 du
code de procédure civile et commerciale est payée avant les
autres créances quelque soit leur rang de privilège. Le reste des
salaires et autres droits des travailleurs seront payés avant les
créances revenant au trésor public.
TITRE III
HYGIENE ET SECURITE DES TRAVAILLEURS
Article 152 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les prestations de santé et de sécurité au travail couvrent
toutes les entreprises et activités régies par le présent code.
les frais nécessités par ces prestations sont supportés par
l'employeur.
La nature des prestations et les conditions de leur octroi sont
déterminées par des
les
conventions collectives, conformément aux dispositions du
présent titre.
réglementaires ou par
textes
Article 152 - 2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Tout employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires
la
la protection des
et appropriées pour
prévention des risques professionnels. Il doit notamment :
travailleurs et
94
Page 95
- veiller à la protection de la santé des travailleurs sur les
lieux du travail,
- garantir des conditions et un milieu de travail adéquats,
- protéger
les
travailleurs des risques
inhérents aux
machines, au matériel et aux produits utilisés,
- fournir les moyens de prévention collective et individuelle
adéquats et initier les travailleurs à leur utilisation,
- informer et sensibiliser les travailleurs des risques de la
profession qu'ils exercent.
Article 152 - 3 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Le travailleur est tenu de respecter les prescriptions relatives
à la santé et à la sécurité au travail et de ne pas commettre
aucun acte ou manquement susceptible d'entraver l'application
de ces prescriptions. Ils est tenu notamment de ce qui suit :
- exécuter les instructions relatives à la protection de sa santé
et de sa sécurité ainsi que celles des salariés travaillant avec lui
dans l'entreprise,
- utiliser les moyens de prévention mis à sa disposition et
veiller à leur conservation,
- participer aux cycles de formation et aux activités
d'information et de sensibilisation relatives à la santé et à la
sécurité au travail que l'entreprise organise ou y adhère,
-
informer
immédiatement son chef direct de
toute
défaillance constatée susceptible d’engendrer un danger à la
santé et à la sécurité au travail,
- se soumettre aux examens médicaux qui lui sont prescrits.
95
Page 96
Article 153 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Dans toute entreprise employant 500 travailleurs au moins,
l'employeur est tenu de créer et d'équiper un service de
médecine du travail propre à cette entreprise. Les entreprises
employant moins de 500 travailleurs sont tenus soit d'adhérer à
un groupement de médecine du travail soit de créer un service
autonome de médecine du travail.
Certaines activités ou entreprises peuvent, compte tenu de la
nature des risques professionnels, être dispensées de l'obligation
de créer un service autonome de médecine du travail ou
d'adhérer à un groupement de médecine du travail et ce par
décret pris après consultation des organisations professionnelles
concernées.
Article 153 - 2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les services de médecine du travail, qu'ils soient autonomes ou
sous forme de groupements, assument un rôle essentiellement
préventif dans le domaine de la santé au travail. Ils sont chargés
notamment de l'examen et du suivi de la santé des travailleurs et de
leurs aptitudes physiques à effectuer les travaux exigés d'eux, aussi
bien au moment de l'embauche, qu'au cours de l'emploi ainsi que
de leur protection contre les risques auxquels leur santé peut être
exposée du fait de leur profession.
le
L'organisation et
fonctionnement des services de
médecine du travail sont fixés par décret pris après consultation
des organisations professionnelles d'employeurs et de
travailleurs concernées.
96
Page 97
Article 154 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les groupements de médecine du travail sont des personnes
morales d'intérêt public dotées de la personnalité civile et de
l'autonomie financière et régies par les dispositions du présent
titre.
Ces groupements comprennent les entreprises visées à
l'article 153 du présent code et entrant dans leur domaine
d'activité.
Article 154 -2 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Chaque groupement de médecine du travail procède, lors de
sa création, à l'élaboration de son statut particulier conformé-
ment à un statut-type qui sera fixé par décret.
Ce statut est soumis, avant son entrée en vigueur, au visa de
l'inspection médicale du travail territorialement compétente.
Article 154 -3 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les groupements de médecine du travail sont créés à
l'initiative des entreprises ou des organisations professionnelles
d'employeurs concernées.
Ces groupements sont soumis aux procédures d'enregistrement
au registre du commerce. A cet effet, une copie du statut visé
conformément aux dispositions de l'article 154-2 du présent code
est déposée au greffe du tribunal de la circonscription où se trouve
les procédures
le siège principal du groupement. Toutes
administratives et
la création du
judiciaires exigées pour
groupement sont accomplies par l'une des parties ayant pris
l'initiative de demander la création du groupement.
97
Page 98
Article 154 - 4 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les ressources du groupement de médecine du travail sont
constituées des contributions des entreprises, des recettes
provenant de son activité, des revenus de ses biens, des dons et
legs et de toutes autres ressources qui peuvent lui être accordées
en vertu des lois et règlements en vigueur.
Les contributions des entreprises sont fixées par décret et
sont versées directement aux groupements.
Les économies pouvant être réalisées par les groupements de
médecine du travail sont affectées au développement de leurs
activités, il ne peut résulter de l'activité de ces groupements la
distribution de bénéfices.
Article 154 - 5 (Ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Le chef d'entreprise est tenu de désigner un responsable de la
sécurité au travail au sein de l'entreprise, qui sera chargé
notamment :
- de veiller à
légales,
réglementaires et conventionnelles relatives à la sécurité au
travail,
l'application des dispositions
- de superviser l'exécution des programmes de sécurité au
travail,
- de contrôler les lieux de travail pour détecter les sources
de danger et les signaler afin de prévenir la survenance des
risques et de s'assurer de l'utilisation des moyens de prévention,
- d'identifier les causes d'accidents de travail et de présenter
les propositions visant à les prévenir et à garantir la sécurité des
travailleurs dans l'entreprise,
- d'initier les travailleurs à l'utilisation des équipements de
prévention;
98
Page 99
- de procéder à la sensibilisation et à la diffusion de
l'éducation préventive auprès des travailleurs.
Le responsable de la sécurité au travail exerce cette fonction
à plein temps ou en sus de son travail principal.
Les catégories d'entreprises
tenues de désigner un
responsable de sécurité au travail et les conditions devant être
remplies par celui-ci sont fixées par décret pris après
consultation des organisations professionnelles d'employeurs et
de travailleurs concernées.
Article 155 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les médecins des services de médecine du travail sont
recrutés, sauf empêchement, parmi les médecins spécialistes en
médecine du travail. Le recrutement est soumis à l'approbation
de l'inspection médicale du travail territorialement compétente.
travail
territorialement compétente, après avis de
Tout licenciement d'un médecin du travail envisagé par
l'employeur doit être soumis par celui-ci à l'inspection médicale
du
la
commission consultative d'entreprise ou du délégué du
personnel. Le médecin inspecteur du travail émet un avis
motivé dans un délai n'excédant pas 10 jours à compter de la
date de sa saisine.
Est considéré abusif, le licenciement intervenu sans respect
de la procédure prévue au deuxième paragraphe du présent
article.
Est également considéré abusif, le licenciement intervenu
contrairement à l'avis du médecin inspecteur du travail, sauf s'il
est établi auprès des tribunaux compétents l'existence d'une
cause réelle et sérieuse justifiant ce licenciement.
Article 156 (Abrogé par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
99
Page 100
Page 101
LIVRE III
TITRE UNIQUE
REPRESENTATION DU PERSONNEL
DANS LES ENTREPRISES
Article 157 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Il est
institué dans chaque entreprise régie par
les
dispositions du présent code et employant au moins quarante
travailleurs permanents, une structure consultative dénommée
"commission consultative d'entreprise".
Article 158 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
La commission consultative d'entreprise est composée d'une
façon paritaire de représentants de la direction de l'entreprise
dont le chef d'entreprise et de représentants des travailleurs élus
par ces derniers.
La commission est présidée par le chef d'entreprise ou, en
cas d'empêchement, son représentant dûment mandaté.
Article 159
Sont considérés comme salariés, pour l'application des
dispositions du présent chapitre, les travailleurs à domicile sans
101
Page 102
qu'il ait lieu de rechercher s'il existe entre eux et leur employeur
un lien de subordination juridique, ni s'ils travaillent sous la
surveillance immédiate et habituelle de l'employeur, ni si le
local où ils travaillent et l'outillage qu'ils emploient leur
appartiennent, ni s'ils se procurent eux-mêmes les fournitures
accessoires, tous ceux qui satisferont aux conditions suivantes :
ou
d'un
plusieurs
1) exécuter moyennant une rémunération forfaitaire pour le
compte
industriels,
commerciaux, artisanaux, de quelque nature qu'ils soient, même
s'ils ont un caractère d'enseignement professionnel ou de
bienfaisance, un travail qui leur est confié soit directement, soit
par un intermédiaire;
établissements
2) n'utiliser d'autres concours que ceux de leurs conjoints et
de leurs enfants à charge, au sens de l'article 54 de la loi du 14
décembre 1960 relative à l'organisation de la sécurité sociale.
Conserve la qualité d'ouvrier à domicile, toute personne qui,
en même temps que le travail, fournit tout ou partie des
matières mises en œuvre, lorsque ces matières premières lui
sont vendues par un donneur d'ouvrage qui acquiert ensuite
l'objet fabriqué ou par un fournisseur indiqué par le donneur
d'ouvrage et auquel elle est tenue de s'adresser.
Sont seuls considérés comme faisant partie des entreprises,
les travailleurs visés aux paragraphes précédents qui effectuent
habituellement et régulièrement des travaux à domicile, soit
d'une manière continue, soit à certaines époques de l'année
seulement.
S'ils remplissent les conditions ci-dessus à l'égard de
plusieurs entreprises, ils seront considérés comme appartenant à
celle qui leur aura versé la rémunération la plus élevée pendant
l'année précédant celle au cours de laquelle a lieu la désignation
des membres de la commission consultative d'entreprise.
102
Page 103
Dans le cas où le travailleur à domicile travaille pour un
sous-entrepreneur qui n'est pas inscrit au registre du commerce
et qui n'est pas propriétaire d'un fonds de commerce, ce
travailleur est considéré comme faisant partie du personnel de
l'entreprise pour le compte de laquelle agit le sous-entrepreneur.
Article 160 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
La commission consultative d'entreprise est consultée sur les
questions suivantes :
a)
l'organisation du
travail dans
l'entreprise en vue
d'améliorer la production et la productivité;
b) les questions se rapportant aux œuvres sociales existantes
dans l'entreprise au profit des travailleurs et de leurs familles,
c) la promotion et le reclassement professionnel,
d) l'apprentissage et la formation professionnelle;
e) la discipline, et dans ce cas la commission s'érige en
conseil de discipline et applique la procédure fixée par les textes
législatifs,
régissant
l'entreprise.
réglementaires ou
conventionnels,
Article 161 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
les
La commission consultative d'entreprise examine
questions relatives à la santé et à la sécurité au travail. A cet
effet, il est constitué une sous-commission technique dénommée
"comité de santé et de sécurité au travail", comprenant :
- le chef d'entreprise ou son représentant, président;
103
Page 104
- deux représentants des
travailleurs choisis par
les
la commission
représentants du personnel au sein de
consultative d'entreprise et parmi eux, membres;
- le médecin du travail relevant de l'entreprise ou la
supervisant, membre;
- le responsable de la sécurité relevant de l'entreprise ou la
supervisant s'il existe, membre.
La mission de ce comité consiste notamment à :
- élaborer les projets de règlements et de prescriptions
relatifs à la santé et à la sécurité au travail dans l'entreprise;
- assurer les tâches d'information, de sensibilisation et de
formation dans le domaine de la santé et de la sécurité au
travail;
- proposer les programmes de prévention des risques
professionnels au sein de l'entreprise et assurer le suivi de
l'exécution des programmes adoptés;
- effectuer les enquêtes à l'occasion de chaque accident de
travail grave ou maladie professionnelle et proposer les mesures
nécessaires pour la maîtrise de ses causes.
Article 161 bis (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
La commission consultative d'entreprise tient compte, dans
l'accomplissement de ses missions, des intérêts économiques et
sociaux de l'entreprise. A cet effet, l'employeur informe la
commission de la situation économique et sociale de l'entreprise
et de ses programmes futurs.
104
Page 105
Article 162 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Dans les entreprises ayant plusieurs filiales employant
chacune un nombre de travailleurs permanents égal ou supérieur
à quarante, il est créé dans ces filiales des commissions
consultatives dont la composition et le fonctionnement sont
identiques à ceux de la commission consultative d'entreprise et
ayant les mêmes attributions que celle-ci dans la limite des
pouvoirs conférés aux chefs des dites filiales.
Il est créé également une commission consultative centrale
d'entreprise ayant pour mission la coordination entre les actions
des commissions consultatives des filiales et l'examen des
questions nécessitant une étude au niveau central. Cette
commission
les
travailleurs élus par les représentants du personnel dans les
commissions consultatives des filiales et parmi eux et des
membres représentant la direction de l'entreprise désignés par
celle-ci et ce, compte tenu du principe de parité.
comprend des membres
représentant
Article 163 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Il est élu un délégué titulaire du personnel et un délégué
suppléant dans les entreprises employant un nombre de
travailleurs permanents égal ou supérieur à vingt et inférieur à
quarante.
Article 164 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Le délégué du personnel exerce les mêmes attributions que
la
celles confiées aux représentants du personnel dans
commission consultative d'entreprise.
Les réunions entre
le chef d'entreprise, ou, en cas
d'empêchement, son représentant dûment mandaté et le délégué
du personnel tiennent lieu de réunions de la commission
consultative d'entreprise.
les responsables de la santé et de la sécurité au travail
relevant de l'entreprise ou la supervisant s'ils existent, doivent
105
Page 106
être associés au moment de l'examen des questions de santé et
de sécurité au travail .
Article 165 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
L’employeur est tenu d’accorder aux membres de la
commission consultative d’entreprise et au délégué du
personnel les facilités nécessaires pour l’exercice de leurs
fonctions compte tenu des besoins de cette commission et du
délégué du personnel, ainsi que des besoins, de l’importance et
des possibilités de l’entreprise sans que l’octroi de ces facilités
n’entrave le fonctionnement efficace de l’entreprise, pour autant
qu’ils agissent conformément à la loi et aux conventions
collectives.
(Modifié par la loi n° 2007-19 du 2 avril 2007).
Il est tenu également de laisser aux membres représentant les
travailleurs au sein de la commission et au délégué du personnel
le temps nécessaire pour l'exercice de leurs fonctions et ce,
entre 8 et 15 heures par mois pour l'ensemble des représentants
des travailleurs à la commission, et 5 heures pour le délégué du
personnel, sauf circonstances exceptionnelles, ils seront payés
pour ces heures comme s'ils avaient effectué un travail effectif.
La répartition des heures accordées aux membres de la
commission est fixée par décret selon le nombre des travailleurs
de l'entreprise.
Article 166 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février 1994
et par la loi n° 2007-19 du 2 avril 2007).
ou
Tout licenciement d’un membre titulaire
suppléant
représentant le personnel au sein de la commission consultative
d’entreprise envisagé par l’employeur, doit être soumis par
celui-ci à la commission consultative d’entreprise pour requérir
l’avis de ladite commission à cet effet. L’employeur doit
ensuite soumettre le licenciement au directeur général de
l’inspection du travail et de la conciliation qui émet un avis
106
Page 107
motivé dans un délai n’excédant pas dix jours à compter de la
date de sa saisine.
Tout licenciement d’un délégué titulaire ou suppléant du
personnel envisagé par 1’employeur, doit être soumis
directement au directeur général de l’inspection du travail et de
conciliation qui émet un avis motivé dans le même délai fixé à
l’alinéa précédent.
Sont considérés abusifs, les licenciements intervenus sans
respect des procédures prévues aux premier et deuxième alinéas
du présent article. Ces licenciements sont également considérés
abusifs, lorsqu’ils interviennent contrairement à l’avis du
directeur général de l’inspection du travail et de la conciliation,
sauf s’il est établi auprès des tribunaux compétents l’existence
d’une cause réelle et sérieuse justifiant ces licenciements.
L’employeur et le travailleur concernés conservent leur droit de
recourir aux tribunaux compétents.
Article 166 bis (Ajouté par la loi n° 2007-19 du 2 avril
2007)
La priorité au maintien en emploi est accordée aux
représentants du personnel, qu’ils soient membres de la
commission consultative d’entreprise, délégués du personnel ou
représentants syndicaux, à l’occasion de licenciement ou de
mise en chômage pour des
raisons économiques ou
technologiques
Article 167 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
En cas de faute grave commise par un membre représentant
le personnel au sein de la commission consultative d'entreprise
ou par un délégué du personnel, le chef d’entreprise a la faculté
de suspendre immédiatement l'intéressé avec privation partielle
ou totale de son salaire. L'intéressé doit en être informé dans un
délai indiquant la date et les raisons de la suspension. La
décision définitive concernant l'intéressé doit être prise dans un
107
Page 108
délai ne dépassant pas un mois à compter de la date de sa
suspension du travail.
Lorsque la décision définitive ne comporte pas une sanction
de licenciement ou de privation de salaire, le travailleur sera
rétabli dans tous ses droits, et si cette décision comporte une
privation de salaire pour une période inférieure à celle de la
suspension, il aura le droit de percevoir le salaire correspondant
à la durée de suspension dépassant celle de la sanction.
Article 168 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les membres de la commission consultative d'entreprise et
les délégués du personnel, titulaires ou suppléants, sont tenus au
secret professionnel, pour tous les renseignements de nature
confidentielle qu'ils acquièrent pendant l'exercice de leurs
fonctions et pour toutes les questions se rapportant aux procédés
de fabrication. En cas d'infraction, ils sont passibles des
sanctions prévues aux articles 138 et 254 du Code Pénal.
Article 169 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
La composition et le fonctionnement de la commission
consultative d'entreprise ainsi que les modalités d'élection et
d'exercice des missions des délégués du personnel sont fixés par
décret.
Article 169 bis (Ajouté par la loi n° 2007-19 du 2 avril
2007)
Les dispositions de l’alinéa premier de l’article 165 et les
dispositions des articles 166 et 167 du code du travail
s’appliquent aux représentants syndicaux.
Article 169 ter (Ajouté par la loi n° 2007-19 du 2 avril
2007)
Les facilités accordées aux représentants syndicaux sont
fixées dans les conventions collectives
108
Page 109
LIVRE IV
L'INSPECTION DU TRAVAIL

Article 170 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les agents de l'Inspection du Travail sont chargés de veiller
à l'application des dispositions légales, réglementaires et
conventionnelles organisant les relations du travail ou qui en
découlent, dans tous les domaines d'activité prévus à l'article
premier du présent code.
Ils sont également chargés de fournir des informations et des
conseils techniques aux employeurs et aux travailleurs sur les
moyens les plus efficaces d'appliquer la législation du travail.
Ils doivent porter à l'attention des autorités compétentes
toute déficience ou abus qui n'est pas spécifiquement couvert
par les dispositions légales en vigueur.
Article 171 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
L'Inspection du Travail est exercée par des fonctionnaires
relevant du Ministère des Affaires Sociales.
La mission d'inspection du travail peut être confiée par des
lois spéciales à des fonctionnaires relevant d'autres ministères.
Article 172
Les agents chargés de l'Inspection du Travail assistent les
gouverneurs dans la mission de conciliation qui leur est
dévolue.
109
Page 110
Ils peuvent effectuer, à la demande des gouverneurs, toutes
enquêtes relatives aux rapports nés du travail ou pouvant avoir
une répercussion sur le volume de l’emploi de la main-d’œuvre
dans leur circonscription.
Article 173
Les agents chargés de l'Inspection du Travail prêtent le
serment prévu par le décret du 6 août 1884 tel qu'il a été
modifié par la loi n° 58-103 du 7 octobre 1958 et relatif à la
prestation de serment des agents de l'Etat, des communes et des
établissements publics et à la rédaction des procès-verbaux.
Par la même occasion, ils prêtent également serment de ne
point révéler, même après avoir quitté le service, les secrets de
fabrication et en général les procédés d'exploitation dont ils
pourraient prendre connaissance dans l'exercice de leurs
fonctions.
Les agents de l'Inspection du Travail doivent traiter, comme
absolument confidentielle, la source de toute plainte leur
signalant un défaut dans les installations d'une entreprise ou une
infraction aux dispositions légales ou réglementaires et doivent
s'abstenir de révéler à l'employeur ou à son représentant qu'il a
été procédé à une visite d'inspection comme suite à une plainte.
Toute violation des obligations énoncées ci-dessus est
passible des peines prévues à l'article 254 du code pénal.
Article 174 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les agents chargés de l'Inspection du Travail, munis d'une
pièce justificative de leurs fonctions, sont autorisés :
1) à pénétrer librement sans avertissement préalable, à toute
heure du jour et de la nuit, dans tout établissement assujetti au
contrôle de l'inspection;
110
Page 111
2) à pénétrer de jour dans tous les locaux qu'ils peuvent
avoir un motif raisonnable de supposer être assujettis au
contrôle de l'inspection ;
3) à pénétrer de jour dans tous les locaux où les travailleurs à
domicile effectuent des travaux qui leur sont confiés par les
chefs d'entreprises ;
Toutefois, lorsque les travaux sont exécutés dans des locaux
habités, les agents chargés de l'inspection du travail ne peuvent
pénétrer dans ces locaux qu'après avoir été autorisés par les
personnes qui les occupent.
4) à procéder à tout examen, contrôle ou enquête jugés
nécessaires pour s'assurer que les dispositions légales ou
réglementaires sont effectivement observées et notamment :
a) interroger, soit seuls, soit en présence de témoins,
l'employeur ou le personnel de l'entreprise sur toutes les matières
relatives à l'application des dispositions légales, réglementaires ou
conventionnelles. Les réponses des travailleurs ne constituent pas
une divulgation du secret professionnel;
b) demander communication de tous livres, registres et
documents dont la tenue ou la conservation est prescrite par la
législation du travail en vue d'en vérifier la conformité avec les
dispositions légales ou réglementaires et de les copier ou d'en
établir des extraits;
Pour les besoins des enquêtes générales ou particulières dont
ils peuvent être chargés, ils ont qualité, pour exiger tous
documents
les
employeurs notamment en matière financière et touchant à la
gestion des entreprises et des exploitations.
justificatifs des déclarations
faites par
111
Page 112
Les agents des différents administrations et établissements
publics sont déliés de l'obligation du secret professionnel à
l'égard des agents de l'inspection du travail lors de l'exécution
de leur mission et pour les besoins de celle-ci.
c) exiger l'affichage des avis dont l'apposition est prévue par
les dispositions légales ou réglementaires;
d) emporter, aux fins d'analyse, des échantillons de matières
et substances utilisées ou manipulées, pourvu que l'employeur
ou son représentant soit averti que des matières ou substances
ont été prélevées et emportées à cette fin. Ces prélèvements
peuvent porter sur les gaz, vapeurs et toutes autres matières
diluées dans l'atmosphère des lieux du travail. En vue de
constater les infractions ou les dangers présentés pour la santé
des travailleurs par les matières, les prélèvements doivent être
faits comme pour le cas de la répression des fraudes;
e) procéder au constat de la grève ou du lock-out.
A l'occasion d'une visite d'inspection, l'inspecteur devra
informer de sa présence l'employeur ou son représentant, à
moins qu'il n'estime qu'un tel avis risque de porter préjudice à
l'efficacité du contrôle.
Les agents de l'inspection du travail peuvent, en leur qualité
d'officiers de police judiciaire, requérir l'assistance des agents
de la force publique à l'occasion de l'exercice de leur mission
chaque fois qu'ils le jugent nécessaire.
Article 175 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les agents chargés de l'Inspection du Travail peuvent
prescrire des mesures destinées à éliminer les défectuosités
constatées dans une installation, un aménagement ou des
112
Page 113
méthodes de travail qu'ils peuvent avoir un motif raisonnable de
considérer comme une menace à la santé ou à la sécurité des
travailleurs.
A cet effet, ils peuvent mettre en demeure l'employeur
d'apporter aux installations dans un délai qui ne saurait être
inférieur à 4 jours, les modifications nécessaires pour assurer
l'application stricte des dispositions légales, réglementaires ou
conventionnelles concernant
la sécurité des
travailleurs. L'employeur peut, avant l'expiration du délai, saisir
le ministère dont relève l'agent d'une réclamation qui est
suspensive.
la santé et
Ce Ministère peut désigner, le cas échéant, un médecin de
l'inspection médicale du travail ou un expert à l'effet de faire un
rapport sur la question. La décision du ministre doit intervenir
dans le mois suivant la réclamation.
Lorsque des transformations importantes, notamment celles
portant sur le gros œuvre de l'établissement, sont jugées
nécessaires, le délai finalement imparti pour les réaliser ne
saurait excéder dix huit mois.
Nonobstant les dispositions précédentes, les agents chargés
de l'Inspection du Travail peuvent prescrire des mesures
immédiatement exécutoires dans le cas de danger imminent
pour la santé et la sécurité des travailleurs.
Lorsque ces dispositions nécessitent la suspension partielle
ou totale de l'activité de l'entreprise, le Chef de l'Inspection du
Travail territorialement compétente saisit l'autorité judiciaire
compétente pour statuer en référé en vue de prendre une
décision.
113
Page 114
Article 176 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Le Ministre des Affaires Sociales ou le ministre compétent
en application de l'article 171 du présent Code, peut charger des
experts de missions temporaires concernant l'application des
dispositions relatives à l'hygiène et à la sécurité des travailleurs.
Ces experts sont choisis parmi une liste fixée par arrêté du
Premier ministre. Ils jouissent, pour l'exécution de leur mission,
des mêmes droits et prérogatives conférés aux inspecteurs du
travail en application de l'article 174 du présent code.
Article 177 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les agents chargés de l'Inspection du Travail constatent les
infractions par procès-verbaux qui font foi jusqu'à preuve du
contraire.
Ces procès-verbaux sont
les chefs des
inspections du travail territorialement compétentes au procureur
de la République aux fins de poursuites. Leur rédaction se fait
conformément aux dispositions du code de procédure pénale.
transmis par
Article 178
Les autorités de Police et de la Garde Nationale conservent
leurs attributions d'une manière concurrente pour la recherche et
la répression des infractions à la législation du travail.
Article 179
Les agents chargés de l'Inspection du Travail ont pour
mission, en dehors de la surveillance dont ils sont chargés,
d'établir des statistiques de
les
conditions de travail et de l'emploi dans les secteurs de l'activité
économique soumis à leur contrôle.
toute nature concernant
114
Page 115
Article 180
Ces mêmes agents vérifient en outre les clauses insérées
dans les marchés de l'Etat et des collectivités publiques
relativement aux relations de travail et à l'emploi de la main
d'œuvre.
Ils doivent
fournir, chaque
rapports
circonstanciés sur l'application des dispositions dont ils sont
chargés d'assurer l'exécution.
trimestre, des
Ces rapports doivent mentionner notamment les accidents
graves dont les ouvriers ont été victimes et leurs causes, les
motifs réels des conflits collectifs et individuels du travail, ainsi
que tous les éléments pouvant aider à la relance de l'économie
régionale ou générale, au développement des rapports sociaux
du travail et à l'accroissement du niveau de vie de la population.
Article 181 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
La Direction Générale de l'Inspection du Travail assure à la
fin de chaque année
l'élaboration d'un rapport général
comprenant des indications concernant l'activité de ses services
et résumant avec des commentaires ce que les agents de
l'inspection du travail ont présenté comme observations.
Ce rapport est publié par le Ministre des Affaires Sociales
dans un délai ne dépassant pas six mois à partir de la fin de
l'année concernée.
Article 182 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Le statut particulier des agents de l'Inspection du Travail est
fixé par décret.
115
Page 116
Page 117
LIVRE V
LES CONFLITS INDIVIDUELS DU TRAVAIL
*
TITRE UNIQUE
LES JURIDICTIONS PROFESSIONNELLES*
Chapitre Premier
Institution et attributions des conseils
de prud'hommes
*
Article 183 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Les conseils de prud'hommes ont pour attributions de
résoudre les conflits individuels qui peuvent surgir entre les
parties contractantes à l'occasion de l'exécution des contrats de
travail ou d'apprentissage dans les activités régies par les
dispositions du présent code. Leur compétence s'étend
également aux différends nés entre salariés à l'occasion du
travail.
Cependant, ils ne peuvent connaître des actions fondées sur
des accidents du travail et des maladies professionnelles ainsi
que des litiges relatifs aux régimes de sécurité sociale.
* Les intitulés du livre V et du chapitre premier ont été modifié en vertu de
l’article 3 de la loi n°94-29 du 21 février 1994.
117

Page 118
Ils doivent donner leurs avis sur les questions qui leur sont
soumises par l'autorité administrative.
Article 184 (Alinéa 3 m modifié par le décret n° 2006-18
du 2 mai 2006).
Les Conseils de Prud'hommes sont établis par décret pris sur
proposition du secrétaire d'Etat à la Justice après avis des
secrétaires d'Etats intéressés.
Il détermine également, s'il y a lieu, les sections du conseil et
leur composition.
Le décret d'institution détermine le ressort du conseil, le
nombre des prud'hommes salariés et patrons.
Les conseils peuvent être divisés en sections. Chaque section
est autonome.
Article 185
En l'absence du n conseil de prud'hommes compétent, les
tribunaux de droit commun statuent en matière prud’homale
selon la procédure prévue au présent titre.
Chapitre II
De l'organisation des conseils de prud'hommes
Article 186 (Modifié par le décret n° 2006-18 du 2 mai
2006).
Le Conseil de Prud'hommes, ou sa section est présidé par un
magistrat de deuxième grade ayant fonction de vice-président,
et comprend un prud'homme patron et un prud'homme salarié.
118
Page 119
Article 187 (Modifié par la loi n°77-55 du 3 août 1977).
Les conseillers, employeurs et travailleurs sont désignés
pour deux ans. Néanmoins si le mandat des conseillers
sortants vient à expiration avant l'époque fixée pour la
réception de leurs successeurs, ils restent en fonction jusqu'à
cette réception.
Le mandat des prud'hommes sortants est renouvelable.
Article 188 (Abrogé par la loi n° 2006-18 du 2 mai
2006).
Article 189
Il est attaché à chaque conseil un secrétaire, et s'il y a lieu,
un ou plusieurs secrétaires adjoints.
les fonctions de
secrétaire et de secrétaire adjoint sont assurées par les
greffiers ou commis-greffiers désignés par le Secrétaire
d'Etat à la Justice.
Article 190
Le secrétaire ou le secrétaire adjoint assiste et tient la plume
aux audiences. En cas d'empêchement, ils peuvent être suppléés
par un greffier ou un commis-greffier, désigné par le Procureur
de la République territorialement compétent.
Article 191 (Modifié par la loi n° 77-55 du 3 août
1977).
Les conditions et les modalités de désignation ainsi que le
régime disciplinaire des conseillers prud'hommes sont fixées
par décret.
119

Page 120
Chapitre III
De la discipline des conseils de prud'hommes
Article 192
Chaque Conseil de Prud'hommes prépare en assemblée
générale un règlement pour son régime intérieur.
Ce règlement n'est exécutoire qu'après approbation par le
Secrétaire d'Etat à la Justice, et qu'après celle du Secrétaire
d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales, en ce
qui concerne les attributions administratives et consultatives du
conseil.
Article 193
Les employeurs sont tenus de laisser aux salariés de leur
entreprise, membres d'un conseil de prud'hommes, le temps
nécessaire pour participer aux séances, aux enquêtes et aux
réunions dudit conseil.
Le temps passé par les salariés aux différentes séances du
conseil de prud'hommes et des commissions en dépendant, ne
leur est pas payé comme temps de travail. Ce temps peut être
récupéré.
La suspension du travail prévue au présent article ne peut
être une cause de rupture par l'employeur du contrat de travail,
et ce, à peine de dommages-intérêts au profit du salarié.
Article 194
Les conseillers prud'hommes exercent gratuitement leurs
fonctions vis-à-vis des parties, ils ne peuvent leur réclamer
aucun frais pour les formalités remplies par eux.
120
Page 121
Article 195
Le montant des indemnités et droits alloués aux conseillers
et témoins des conseils de prud'hommes ainsi que l'imputation
et le mode de règlement des dépenses de fonctionnement de ces
juridictions sont déterminés par décret.
Article 196
Pour l'application des dispositions du code pénal, les
conseillers prud'hommes sont assimilés aux fonctionnaires
publics. Ils sont, notamment, passibles des peines prévues aux
articles 83 à 115 du Code Pénal en cas d'infractions commises
par eux dans l'exercice de leurs fonctions.
Article 197
L'assesseur qui, régulièrement convoqué, s'est abstenu sans
motif valable, peut être condamné par le président à une
amende équivalente au montant de l'indemnité qu'il aura perçue
s'il avait siégé.
Cette peine est doublée en cas de récidive dans l'année.
Chapitre IV
De la procédure devant les conseils de
prud'hommes

Article 198
En cas de défaillance d'un conseiller prud'homal, l'assesseur
de l'autre catégorie siège et le magistrat président peut juger
l'affaire.
121
Page 122
Article 199
Les jugements du conseil et de la section sont rendus par le
magistrat président. Les conseillers ont voix consultative au
sein du conseil ou de la section. Le président peut ordonner
toute mesure d'instruction qui paraîtrait nécessaire. Il a la police
de l'audience.
Article 200
Les séances du conseil ou de la section sont publiques. Si les
débats sont de nature à porter atteinte à l'ordre public ou aux
bonnes mœurs, le président peut prononcer le huis clos.
Le prononcé du jugement doit toujours avoir lieu en audience
publique.
Article 201 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
L'instance est introduite par une requête écrite présentée au
greffier du conseil de prud'hommes. Il est aussitôt délivré une
convocation portant le numéro de l'affaire et la date de
l'audience. La requête doit comporter les nom, prénom,
profession et domicile du demandeur et du défendeur, l'objet de
la requête et les demandes du requérant.
La
lettre
requête peut être également adressée par
recommandée au greffe du conseil. Dans ce cas, la convocation
est envoyée au demandeur ou au mandataire choisi par lui, par
lettre recommandée jouissant de la franchise postale.
Le greffier du conseil doit inscrire cette requête, le jour de sa
réception, sur le registre consacré à cet effet et la présenter au
président du conseil.
122
Page 123
Article 202 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Le défendeur est convoqué devant
le Conseil de
prud'hommes par lettre recommandée avec accusé de réception
jouissant de la franchise postale ou par voie administrative.
La lettre doit contenir les jour, mois et an, les nom, prénom,
profession et domicile du demandeur, l'indication des différents
chefs de la demande, le jour et l'heure de la comparution. Le
délai de comparution est de huit jours. Le Président du Conseil
de Prud'hommes peut autoriser la convocation pour un délai
plus court et même d'heure à heure.
En cas d'inobservation du délai ci-dessus, la convocation est
nulle, toutefois, cette nullité est invalidée par la comparution du
défendeur.
Le Président du Conseil de Prud'hommes peut de sa propre
initiative ou à la requête du demandeur faire citer le défendeur par
huissier-notaire.
(Modifié par la loi n° 2006-18 du 2 mai 2006).
Lorsque le défendeur n’a pas reçu personnellement la
convocation, le président du conseil de prud’hommes ordonne
la citation du défendeur par huissier de justice.
(Alinéa 5 ajouté
par la loi n° 2006-18 du 2 mai 2006).

Article 203
Les parties peuvent toujours se présenter volontairement
devant le Conseil de Prud'hommes et, dans ce cas, il est procédé
à leur égard comme si l'affaire avait été introduite par une
demande déposée ou adressée au secrétariat.
Article 204 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les parties peuvent se faire assister ou se faire représenter
devant le Conseil de Prud'hommes, soit par un salarié ou par un
employeur exerçant la même profession, soit par un avocat.
123
Page 124
Le Président du Conseil peut ordonner la comparution
personnelle des parties.
Sont considérés comme comparaissant personnellement, les
chefs d'entreprises qui se font représenter par le directeur gérant
ou par un employé de l'établissement.
Le mandataire doit être porteur d'un mandat rédigé sur
papier libre ou au bas de l'original ou de la copie de
l'assignation.
L'avocat est dispensé de présenter une procuration.
Article 205 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Si le demandeur ou son mandataire reçoit la convocation
directement du greffe du Conseil de Prud'hommes et ne
comparait pas au jour fixé dans cette convocation, l'affaire est
rayée et ne peut être réintroduite qu'après 8 jours.
Si
le demandeur est convoqué par voie postale ou
administrative et ne comparait pas au jour fixé par cette
convocation, il sera procédé à une nouvelle convocation. Et en
cas de non-comparution, l'affaire est rayée du rôle et ne peut
être réintroduite qu'après 8 jours.
Le défendeur a cependant le droit de requérir un jugement
sur le fond en cas de non-comparution du demandeur après sa
convocation directe ou sa deuxième convocation selon le cas.
Si le demandeur réintroduit l'affaire, il perd la possibilité de
se prévaloir des dispositions de l'article 212 du présent code et il
est assujetti aux mêmes obligations concernant les actions
relevant de la compétence des tribunaux du droit commun selon
la nature de la demande.
124
Page 125
Article 206
Si, bien que régulièrement cité, le défendeur ne comparaît
pas ni personne ayant qualité pour lui, il sera passé outre aux
débats.
Article 207 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Le Conseil de Prud'hommes doit avant de statuer tenter la
conciliation entre les parties en chambre de conseil. Il est fait
mention de cette tentative dans le jugement, à peine de nullité.
L'affaire ne peut être ajournée plus de deux fois aux fins de
conciliation sans que cet ajournement ne dépasse chaque fois 15
jours.
Les parties de la demande reconnues exactes par le
défendeur doivent être immédiatement réglées et seules les
parties contestées sont soumises au jugement. Au cas où le
débiteur refuserait le paiement immédiat, l'extrait du procès-
verbal de la séance, signé par le Président et le greffier, vaut
jugement non susceptible d'appel quelle que soit la somme
reconnue.
Article 208 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Dans
les cas urgents,
le Président du Conseil de
Prud'hommes peut émettre des ordonnances sur les requêtes qui
lui sont présentées en vue de prendre les mesures conservatoires
nécessaires pour empêcher que les objets donnant lieu à une
réclamation ne soient enlevés, déplacés ou détériorés.
Article 209
S'il y a lieu à enquête, elle se poursuivra devant le Conseil
de Prud'hommes, à l'audience ordinaire ou à une audience
spécialement fixée.
125
Page 126
Les témoins sont appelés dans les mêmes formes et délais
que le défendeur.
Article 210 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les parties peuvent déposer toutes conclusions par écrit. En
vue d'échange des conclusions, l'affaire peut être ajournée
chaque fois pour une nouvelle période ne dépassant pas 15
jours.
Article 211
L'assistance judiciaire peut être accordée devant les conseils
de prud'hommes dans les mêmes formes et conditions que
devant les tribunaux de droit commun.
Article 212
Les actes de procédure, les exploits, les jugements, et tous
leur exécution sont dispensés
les actes nécessaires à
d'enregistrement et de timbre.
Les frais nécessités par les expertises, et notamment les
honoraires des experts, sont avancés par le Trésor dans les
conditions fixées par la loi sur les accidents du travail et les
maladies professionnelles.
Ces dispositions sont applicables aux causes portées devant
les juridictions d'appel ou devant la Cour de Cassation, jusque
et y compris les significations des arrêts définitifs.
Elles le sont aussi pour toutes les causes qui seraient de la
compétence des Conseils de Prud'hommes et dont les juges
cantonaux ou les tribunaux de première instance sont saisis dans
les lieux où il n'y a pas de Conseil de Prud'hommes.
L'exécution des jugements est assurée par les huissiers-
notaires qui ne perçoivent les sommes leur revenant que par
prélèvement sur le produit de l'exécution.
126
Page 127
Article 213
La partie qui succombe est condamnée envers le Trésor aux
frais avancés par lui ainsi qu'aux autres dépenses.
Chapitre V
De la compétence des conseils de prud'hommes et
des voies de recours contre leurs décisions
Article 214 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les conflits sont portés devant le conseil de prud'hommes
dans le ressort duquel est située l'entreprise où le travail est
effectué.
En cas d'exécution du travail en dehors de l'entreprise, le
conflit est porté devant le conseil de prud'hommes dans le
ressort duquel se situe le lieu du domicile du travailleur.
le travailleur peut dans tous les cas introduire l'action devant
le conseil de prud'hommes du lieu où le contrat de travail a été
conclu.
Lorsque le conseil de prud'hommes est divisé en sections, la
section compétente est déterminée selon l'activité de l'entreprise
quelle que soit la nature de celle-ci.
Les tribunaux de droit commun saisis de tels conflits en
application de l'article 185 du présent code appliquent les
mêmes règles prévues au présent article.
127
Page 128
Article 215 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les conseils de prud'hommes sont seuls compétents pour
connaître des différends visés à l'article 183 quelque soit le
montant de la demande.
Les tribunaux de droit commun saisis de tels différends
conformément à l'article 185 du présent code appliquent leurs
propres règles de compétence.
Article 216 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les conseils de prud'hommes statuent en premier ressort
dans toutes les actions relevant de leur compétence quelque soit
le montant de la demande. Cependant, ils statuent en dernier
ressort dans les actions relatives à la délivrance des pièces que
l'employeur est tenu de fournir au travailleur conformément aux
dispositions légales ou conventionnelles.
Les tribunaux de droit commun saisis des différends
conformément à l'article 185 du présent code, appliquent les
mêmes règles prévues par le présent article.
Article 217
Les conseils de prud'hommes connaissent de toutes les
demandes reconventionnelles ou en compensation qui, par leur
nature, rentrent dans leur compétence, ainsi que des demandes
en dommages-intérêts fondées sur les demandes principale ou
reconventionnelle.
Article 218
L'exécution provisoire des jugements des conseils de
prud'hommes est de droit dans les cas prévus à l'article 125 du
Code de Procédure Civile et Commerciale.Elle est facultative
dans les cas prévus à l'article 126, alinéa 1, 2 et 7 de ce code.
128
Page 129
Article 219
Le défendeur condamné à l'exécution provisoire peut saisir,
par la voie du référé, le Président du Tribunal d'Appel, à l'effet
de faire ordonner la suspension de cette exécution provisoire
conformément aux dispositions de l'article 146 du code de
Procédure Civile et Commerciale jusqu'à ce qu'il ait été statué
en appel.
Les parties sont convoquées à cette instance de référé par le
greffier de la Juridiction d'Appel, dans les délais les plus brefs,
dans les formes prévues à l'article 202 précité.
Article 220
Le Président du Conseil des Prud'hommes du lieu d'exécution,
ou lorsqu'il n'en existe pas, le juge cantonal de ce lieu, est
compétent pour statuer sur les difficultés relatives à l'exécution des
décisions rendues par les conseil de prud'hommes.
Article 221 (Modifié par la loi n° 2006-18 du 2 mai 2006).
L'appel des jugements des conseils de prud'hommes rendus
en premier ressort est porté devant les cours d’appel.
Article 222 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
L'appel est formulé par requête écrite signée par l'auteur du
pourvoi ou par son avocat et présentée au greffe de la
juridiction d'appel compétente, dans les délais applicables
auprès des tribunaux de droit commun.
129
Page 130
La requête comprend les indications prévues au deuxième
paragraphe de l'article 130 du code de procédure civile et
commerciale.
Article 223 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Le greffier de la juridiction d'appel inscrit l'appel sur un
registre ad-hoc, en délivre récépissé à son auteur et une
convocation à la séance du jugement et dont la date ne doit
dépasser 15 jours à partir de la réception de la demande d'appel.
Il convoque ensuite le défendeur à la même séance selon la
procédure prévue à l'article 202 du présent code et ce, huit jours
avant la tenue de la séance.
Article 224 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
la
Le greffier de
juridiction d'appel doit aviser
immédiatement le greffier du conseil de prud'hommes ayant
rendu le jugement de la demande d'appel et lui demande la
transmission du dossier de l'affaire accompagné d’une copie
administrative du jugement attaqué. Il procède dès l'arrivée du
dossier à son inscription sur un registre ad-hoc et le transmet au
président qui désignera le juge appelé, le cas échéant, à rédiger
un rapport.
Article 225
Les parties peuvent comparaître en personne, ou se faire
assister ou représenter conformément aux dispositions de
l'article 204.
Leur comparution personnelle peut toujours être ordonnée.
Article 226
Le président ouvre et dirige les débats.
130

Page 131
Jusqu'à la clôture des débats, les parties ou leurs avocats
peuvent présenter toutes conclusions écrites précisant leurs
moyens d'appel, après en avoir communiqué un exemplaire aux
adversaires ou à leurs avocats.
Dans ce cas, il peut être demandé au Tribunal une remise de
l'affaire pour y répondre.
Le Tribunal déclare les débats clos lorsqu'il s'estime
suffisamment éclairé.
Article 227 (Alinéa premier modifié par la loi n° 2006-18
du 2 mai 2006).
Les jugements rendus en dernier ressort par les conseils de
prud'hommes, en application de l'article 216 et les jugements
rendus par les cours d’appel, en application des dispositions de
l'article 221, peuvent faire l’objet d’un pouvoir en cassation,
conformément aux procédures de droit commun.
Les parties sont dispensées de la consignation de l'amende.
Chapitre VI
Des récusations
Article 228
Les membres du Conseil de Prud'hommes, y compris le
magistrat président, peuvent être récusés dans les cas prévus par
l'article 248 du Code de Procédure Civile et Commerciale et, en
outre, s'ils sont patrons ou salariés de l'une des parties en cause.
131


Page 132
Article 229
La partie qui veut récuser un conseiller prud'homme, est
tenue de former la récusation avant tout débat et d'en exposer
les motifs dans une déclaration verbale ou écrite faite ou
déposée au secrétariat qui en délivre un récépissé.
Article 230
Le prud'homme récusé est tenue de donner au bas de la
déclaration, dans le délai de deux jours, sa réponse par écrit,
portant ou son acquiescement à la récusation ou son opposition
avec ses observations sur les moyens de récusation.
La déclaration est alors transmise au président du tribunal de
première instance par les soins du secrétaire du conseil de
prud'hommes.
Article 231
Sous réserve des dispositions des deux articles précédents,
les demandes de récusation sont introduites et jugées par le
tribunal de première instance, conformément au droit commun.
La décision doit intervenir dans les quinze jours suivant la
demande.
Chapitre VII
Dispositions communes
Article 232 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les dispositions du code de procédure civile et commerciale
qui ne sont pas contraires à celles du présent titre sont
applicables aux conseils de prud'hommes.
132
Page 133
LIVRE VI
DES PENALITES

Article 233 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les sanctions prévues au présent code s'appliquent aux chefs
d'établissements, directeurs ou gérants qui ont commis les
infractions prévues par le même code.
Article 233 bis (Ajouté par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les justices cantonales sont compétentes pour connaître de
toutes les infractions prévues par le présent code quelle que soit
la sanction correspondante à ces infractions.
Article 234 (Modifié par la loi n° 69-16 du 27 mars 1969,
puis par la loi n° 93-66 du 5 juillet 1993 puis par la loi n° 94-
29 du 21 février 1994).

Est puni d'une amende de 24 à 60 dinars, quiconque a
contrevenu aux articles 5 bis, 8, 9, 21, 27 à 29, 31, 53 à 56, 61 à
67, 74 à 80, 88 à 90, 93 à 95, 98, 99, 104, 106, 108,; 109, 111 à
113, 115, 119 à 123, 127 à 129, 132, 133, 139 à 144, 149, 150,
153 à 157, 159 à 166 et 193 du présent code.
Article 234 bis (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Est puni d'une amende de 12 à 30 dinars, quiconque a
contrevenu aux dispositions des articles 30, 59, 69, 73, 85 à 87,
92, 110, 117, 118, 124 à 126 et 130 du présent code.
133
Page 134
Article 235 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Sont punies des mêmes peines prévues à l'article 234 du
présent code, les infractions aux décrets et aux arrêtés pris en
application des articles précédents du présent code.
Article 236 (Modifié par la loi n° 69-16 du 27 mars 1969
et par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
La même amende prévue aux articles 234 et 234 bis du présent
code est appliquée pour chaque travailleur employé dans les
conditions contraires aux dispositions légales, réglementaires ou
conventionnelles, sans toutefois que le total des amendes puisse
excéder cinq mille dinars.
Article 237 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
En cas de récidive, la peine prévue est portée au double.
Est considérée récidive, au sens du présent code, lorsqu'une
infraction identique à la première a été commise au cours de
l'année suivant la date du prononcé du jugement définitif.
Article 238
S'il s'agit d'une contravention aux dispositions relatives à
l'hygiène et à la sécurité des travailleurs, le juge, en prononçant
la condamnation, peut ordonner des mesures de sécurité ou de
salubrité et fixer un délai pour leur exécution. Passé ce délai, si
elles n'ont pas été exécutées, il peut ordonner la fermeture de
l'établissement.
Article 239
Les employeurs sont civilement responsables des amendes et
des dommages-intérêts prononcés contre leurs représentants
auteurs de l'infraction, ainsi que des frais.
134
Page 135
Article 240 (Modifié par la loi n° 69-16 du 27 mars 1969
et par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Quiconque met obstacle à l'accomplissement de la mission
d'un agent chargé de l'inspection du travail, est puni d'une
amende de 144 à 720 dinars, sans préjudice de l'application des
dispositions du code pénal qui répriment l'outrage à l'égard d'un
fonctionnaire public dans l'exercice de ses fonctions.
En cas de récidive, la sanction est portée au double.
Article 241 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Est puni d'une amende de 30 à 300 dinars et d'un
emprisonnement de six jours à un an ou de l'une de ces deux
peines seulement, quiconque a entravé intentionnellement soit la
libre désignation des membres de la commission consultative
d'entreprise ou des délégués du personnel, soit le fonctionnement
normal de cette commission ou des délégués du personnel.
En cas de récidive, l'emprisonnement est toujours prononcé.
135
Page 136
Page 137
LIVRE VII
DISPOSITIONS SPECIALES

Chapitre I
Les syndicats professionnels
Article 242
Des syndicats ou associations professionnels de personnes
exerçant la même profession, des métiers similaires ou des
professions connexes concourant à l'établissement de produits
déterminés, ou la même profession libérale, peuvent se
constituer librement.
Les mineurs âgés de plus de 16 ans peuvent adhérer aux
syndicats, sauf opposition de leur père ou tuteur.
Peuvent continuer à faire partie d'un syndicat professionnel,
les personnes qui ont quitté l'exercice de leur fonction ou de
leur profession si elles l'ont exercée au moins un an.
Article 243
Les syndicats professionnels ont exclusivement pour objet
l'étude et la défense des intérêts économiques et sociaux de
leurs adhérents.
Article 244
Les syndicats professionnels jouissent de la personnalité
civile.
137
Page 138
Ils ont le droit d'ester en justice et d'acquérir dans les termes
du droit commun, à titre gratuit où à titre onéreux, des biens.
Ils peuvent, devant toutes les juridictions, exercer tous les
droits réservés à la partie civile, relativement aux frais portant
un préjudice direct ou indirect à l'intérêt collectif de la
profession qu'ils représentent.
Article 245
Les syndicats professionnels peuvent affecter une partie de
leurs ressources à la création d'habitations à bon marché et à
l'acquisition de terrains pour centres de repos, loisirs, éducation
physique ou hygiène.
Ils peuvent librement créer et administrer des offices de
renseignements pour les offres et demandes de travail, créer,
administrer ou subventionner des oeuvres de prévoyance,
laboratoires, champs d'expériences, oeuvres d'éducation
scientifique, agricole ou sociale, de formation professionnelle,
cours et publications intéressant leurs activités.
leurs bibliothèques et à
Les immeubles et objets mobiliers nécessaires à leurs
réunions, à
leurs cours, sont
insaisissables. Il en est de même des fonds de leurs caisses
spéciales de secours mutuels et de retraites en ce qui concerne
les rentes et les capitaux assurés jusqu'à concurrence des taux
de rentes et des capitaux assurés par les sociétés mutualistes
selon la législation en vigueur.
Article 246
Les syndicats peuvent subventionner des sociétés coopératives
de production, de consommation et de services.
Article 247
Les syndicats peuvent passer des contrats ou conventions
avec tous autres syndicats, sociétés ou entreprises. Tout contrat
138
Page 139
ou convention visant les conditions collectives du travail est
passé dans les conditions déterminées par les dispositions
régissant les conventions collectives.
Article 248
Les syndicats peuvent être consultés sur tous les différends
et toutes les questions se rattachant à leur spécialité.
Dans les affaires contentieuses, les avis des syndicats sont
tenus à la disposition des parties, qui peuvent en prendre
communication et copie.
Article 249
Il n'est dérogé en aucune façon aux dispositions spéciales
qui auraient accordé aux syndicats des droits non visés dans le
présent chapitre.
Article 250
Les fondateurs de tout syndicat professionnel doivent, dès sa
constitution, déposer ou adresser, par pli recommandé avec
accusé de réception, en cinq exemplaires, au siège du
Gouvernorat ou de la Délégation dans laquelle se trouve son
siège :
1) ses statuts;
2) la liste complète des personnes chargées à un titre
quelconque de son administration ou de sa direction. Cette liste
indique les nom, prénom, nationalité, filiation, date et lieu de
naissance, profession et domicile des intéressés.
Toute modification aux statuts ou à la composition de la dite
liste donne immédiatement lieu à un nouveau dépôt de ces
documents, selon les mêmes modalités.
139
Page 140
Un exemplaire de tous ces documents est conservé au siège
du Gouvernorat ou de la Délégation où a lieu le dépôt. Le
gouverneur fait parvenir un exemplaire au Secrétaire d'Etat à
l'Intérieur, un autre au Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux Sports
et aux Affaires Sociales, et un troisième au procureur de la
République près du tribunal de première instance auquel ressort,
le syndicat d'après son siège. Le dernier exemplaire, revêtu de
la date du dépôt par l'autorité qui l'a reçu, est immédiatement
remis ou adressé aux déposants.
Article 251
Les membres de tout syndicat professionnel, chargés de
l'administration ou de la direction de ce syndicat, doivent être
de nationalité tunisienne, originaire ou acquise depuis au moins
cinq ans, âgés de 20 ans au moins et jouir de leurs droits civils
et politiques.
Toutefois, des étrangers peuvent être désignés ou élus à un
poste d'administration ou de direction d'un syndicat à condition
d'avoir obtenu l'agrément du Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux
Sports et aux Affaires Sociales, 15 jours au moins avant la
constitution du syndicat ou le renouvellement du conseil
d'administration par voie d'élection ou autrement. Cet agrément
n'est donné qu'après avis des Secrétaires d'Etat intéressés.
Les fonctions de direction ou d'administration de tout
syndicat professionnel sont interdites :
1) aux individus qui ont été condamnés par quelque
juridiction que ce soit, sauf pour infraction inspirée par un
mobile d'ordre politique ou syndical ou pour blessures ou
homicides involontaires, à une peine supérieure à 3 mois
d'emprisonnement.
140
Page 141
2) aux individus qui ont été condamnés pour :
- vol ;
- escroquerie ;
- abus de confiance ;
- abus de blanc seing ;
- abus de l'inexpérience, de la légèreté ou des besoins d'une
personne ne disposant pas de ses biens pour les déterminer à
souscrire sans avantage correspondant une opération pécuniaire
ou tout autre acte engageant ses biens, réprimé par l'article 301
du Code Pénal.
- soustraction ou détournement commis par un dépositaire de
deniers publics;
3) aux interdits;
4) aux notaires, huissiers-notaires et greffiers destitués;
5) aux individus déclarés en faillite, soit par les tribunaux de
Tunisie, soit par un jugement rendu à l'étranger mais exécutoire
en Tunisie, et non réhabilités.
Article 252
Des unions de syndicats, régulièrement constituées d'après
les prescriptions du présent chapitre peuvent être formées
comme ces syndicats eux-mêmes et en vue des mêmes buts. Les
dispositions des articles 243 à 251 inclus leur sont applicables.
Outre leurs statuts et la liste complète des personnes
chargées de leur administration ou de leur direction, ces unions
doivent procéder au dépôt de la liste des syndicats qui les
composent.
141
Page 142
Leurs statuts doivent déterminer les règles selon lesquelles
ces syndicats sont représentés dans le conseil d'administration et
dans les Assemblées Générales de chacune d'elles.
Article 253
Aucun syndicat ne peut se constituer comme une section d'une
organisation syndicale étrangère, dépendant administrativement de
celle-ci. Est réputé inexistant, le syndicat constitué en violation des
prescriptions du présent article.
Article 254
Tout membre d'un syndicat professionnel peut se retirer à
tout instant de l'association, nonobstant toute clause contraire,
sans préjudice du droit pour le syndicat de réclamer la
cotisation afférente aux six mois qui suivent
le retrait
d'adhésion.
Toute personne qui se retire d'un syndicat conserve le droit
d'être membre des sociétés de secours mutuels et de retraites
constituées par un syndicat et à l'actif desquelles elle a
contribué par des cotisations ou versements de fonds.
Article 255
Au cas de dissolution, les biens du syndicat sont dévolus
conformément aux statuts ou, à défaut de dispositions
statutaires, suivant les règles déterminées en assemblées
générales. En aucun cas, ils ne peuvent être répartis entre les
membres du syndicat.
Article 256
Les syndicats, qui ne sont pas constitués conformément aux
dispositions du présent chapitre ou qui s'écartent de leur rôle
corporatif et professionnel, ou dont l'activité est contraire aux
lois, peuvent, à la requête du Ministère Public, être dissous par
142
Page 143
un jugement du tribunal de première instance du lieu de leur
siège.
La liquidation est confiée à l'administration des finances et
la décision judiciaire déterminera si le solde de l'actif ira à l'Etat
ou à tel organisme gérant des prestations sociales au profit des
personnes exerçant la même profession que les membres du
syndicat dissous.
En cas de dévolution au profit de l'Etat, les biens provenant
de dons et legs faits aux syndicats depuis moins d'un an pour les
meubles et moins de dix ans pour les immeubles, à compter de
la date de dissolution et qui se retrouvent dans le solde de l'actif,
peuvent être revendiqués par le donateur ou ses ayants droit.
Article 257 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les infractions aux dispositions du présent chapitre sont
poursuivies contre les fondateurs, directeurs ou administrateurs
des syndicats et punies d'une amende de 30 à 300 dinars. En cas
de récidive, les délinquants sont passibles d'une amende de 60 à
600 dinars et d'un emprisonnement de six jours à un an ou de
l'une de ces deux peines seulement.
En cas de fausse déclaration relative aux statuts et aux noms,
qualités et nationalités des administrateurs ou directeurs, le
maximum de l'amende est porté à 600 dinars. L'article 53 du
Code Pénal peut être appliqué dans ce cas.
Chapitre II
Emploi de la main-d'œuvre étrangère
Article 258 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les dispositions du présent chapitre fixent les conditions
d'emploi des étrangers en Tunisie compte tenu des conventions
conclues entre la République Tunisienne et les pays étrangers et
des dispositions légales spécifiques.
143
Page 144
Article 258-2 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Tout étranger, qui veut exercer en Tunisie un travail salarié
de quelque nature qu'il soit, doit être muni d'un contrat de
travail et d'une carte de séjour portant la mention "autorisé à
exercer un travail salarié en Tunisie".
Le contrat de travail est conclu pour une durée n'excédant
pas une année renouvelable une seule fois. Toutefois, le contrat
de travail peut être renouvelé plus d'une fois lorsqu'il s'agit
d'emploi d'étrangers dans leurs entreprises exerçant en Tunisie
dans le cadre de la réalisation de projets de développement
agrées par les autorités compétentes.
Ce contrat et son renouvellement doivent être visés par le
ministre chargé de l'emploi.
Le modèle de ce contrat et les conditions de sa délivrance et
de son renouvellement sont fixés par Arrêté du Ministre chargé
de l'Emploi.
Le recrutement d'étrangers ne peut être effectué lorsqu'il
les spécialités
tunisiennes dans
existe des compétences
concernées par le recrutement.
Article 259 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Aucun employeur ne peut recruter ou conserver à son
service un travailleur étranger non muni des pièces prévues à
l'article 258-2 du présent code. Il ne peut également recruter ou
conserver à son service un travailleur étranger dans une
profession ou un gouvernorat non indiqués dans le contrat de
travail.
144
Page 145
Article 260
Des décrets d'application, pris sur proposition du secrétaire
d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales, après
avis du Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères, peuvent
édicter des régimes spéciaux, en matière d'utilisation de la main
d'œuvre étrangère. Ils peuvent prévoir notamment, pour tout ou
partie du territoire, pour certaines catégories professionnelles,
certaines activités dans leur ensemble ou pour certaines
le pourcentage de main-d'œuvre
entreprises déterminées,
étrangère susceptible d'être employée ainsi que les délais
impartis aux employeurs pour régulariser leur situation.
Article 261 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Tout employeur ayant recruté un travailleur étranger est tenu
de l'inscrire dans un délai de 48 heures, sur un registre spécial
conforme au modèle fixé par arrêté du ministre chargé de
l'emploi. Ce registre est obligatoirement présenté aux agents de
l'Inspection du Travail à chaque demande.
Article 262 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Aucun employeur ne peut recruter un travailleur étranger
avant l'expiration du contrat de travail le liant à l'employeur
précédent.
Nonobstant
les sanctions pour
inobservation de cette
interdiction, des actions de réparation du préjudice causé par
cette inobservation peuvent être intentées.
Le travailleur étranger peut cependant, conclure un nouveau
contrat après avoir justifié que son contrat précédent a été résilié
à l'amiable ou par voie judiciaire.
145
Page 146
L'employeur doit informer le ministère chargé de l'emploi du
départ de tout travailleur étranger employé dans son entreprise.
Article 263 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Le travailleur étranger bénéficie des mêmes droits et est
soumis aux mêmes obligations résultant des relations du travail
et applicables au travailleur tunisien.
Article 264 (Abrogé par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Article 265 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les infractions aux dispositions des articles 259, 261 et 262
du présent chapitre sont punies d'une amende de 12 à 30 dinars
par jour et par travailleur à compter de la date où l'infraction a
commencé jusqu'à celle où elle a été constatée.
Les procès-verbaux dressés par les agents désignés à l'article
270 ci-après devront préciser les circonstances de l'infraction
constatée et la date de son début en se basant notamment sur les
documents prévus par la législation du travail et sur les
déclarations faites par l'entreprise ou les travailleurs concernés à
la caisse de sécurité sociale.
Article 266 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les travailleurs étrangers indûment employés doivent être
mis à pied dès la constatation de l'infraction sur réquisition des
agents désignés à l'article 270 du présent code.
Dans le cas où l'employeur considéré n'exécute pas les
instructions de mise à pied susvisée, il encourt le double des
peines prévues à l'article 265. Le travailleur qui continuerait à
travailler, malgré la réquisition notifiée par l'un des agents
désignés à l'article 270, sera puni d'une peine de 1 à 15 jours de
146
Page 147
prison et d'une amende de 120 à 300 dinars ou de l'une de ces
deux peines seulement.
Article 267 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les
travailleurs
aux
étrangers qui
dispositions des articles 258-2 et 266 du présent code peuvent
faire l'objet d'une mesure de refoulement du territoire tunisien
par décision du Directeur chargé de la sûreté Nationale.
contreviennent
La décision fixe en outre les délais accordés aux travailleurs
concernés pour quitter le pays.
Article 268 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Tout défaut de présentation de registre ou de tout autre
document dont la tenue, la détention ou la fourniture sont
prévues par la législation en vigueur, est puni d'une amende de
60 à 300 dinars.
En cas de récidive, la sanction est portée au double.
Article 268-2 (Ajouté par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Les infractions aux dispositions de l'article 262 du présent
code sont punies conformément aux dispositions des articles
234 et 236 du même code.
Article 269 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les dispositions de l'article 53 du code pénal ne sont pas
applicables à toutes les sanctions prévues aux articles 266, 267,
268 et 268 -2 du présent code.
147
Page 148
Article 270 à 277 (Abrogés par la loi n° 96-62 du 15
juillet 1996).
Chapitre IV
Déclaration des établissements
Article 278 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Tout employeur, dans toutes les activités autres que les
professions domestiques, qui occupe ou envisage d'occuper des
travailleurs permanents ou non permanents, à plein temps ou à
temps partiel et quel que soit leur nombre et le mode de leur
recrutement, est tenu de déclarer son établissement auprès de
l'inspection du travail territorialement compétente.
Cette déclaration adressée sous pli recommandé en trois
exemplaires, doit être datée et signée par l'employeur.
La déclaration comporte obligatoirement les indications
suivantes :
a) raison sociale, siège et activité de l'entreprise, adresse des
locaux de travail et leurs dépendances,
b) nom, âge, nationalité et adresse du directeur de
l'établissement ou de son gérant,
c) numéro d'affiliation de l'établissement au régime de
sécurité sociale,
d) nombre des emplois permanents, saisonniers et
occasionnels existants à la date de la déclaration et nom, âge,
nationalité et qualification professionnelle des travailleurs
occupant ces emplois.
148
Page 149
Pour les travailleurs étrangers doivent être également
indiqués le numéro de la carte de séjour, la date de sa délivrance
et la durée de sa validité.
Article 279 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La déclaration doit être faite dans un délai d'un mois :
a) à compter du démarrage effectif de l'activité pour les
établissements nouvellement crées,
b) à compter du changement partiel ou total de l'activité de
l'établissement ou du transfert de son siège,
c) à compter de la modification de la situation juridique de
l'employeur, notamment par succession, vente, location, fusion,
transformation de fonds ou de mise en société,
d) à compter du
remplacement du directeur de
l'établissement ou de son gérant. La déclaration doit être
également faite un mois avant la date de cessation de l'activité
de l'entreprise.
Article 280 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les travailleurs, qu'ils soient permanents ou non permanents,
sont recrutés soit par l'intermédiaire des bureaux publics de
placement, soit directement.
Tout employeur est tenu d'informer le bureau public de
placement territorialement compétent de tout recrutement dans
un délai n'excédant pas 15 jours à partir de la date du
recrutement.
Les attributions et le fonctionnement des bureaux publics de
placement sont fixés par décret.
149
Page 150
Article 281 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Toute personne recherchant un emploi peut requérir son
inscription au bureau public de placement.
Article 282 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les annonces des offres et des demandes d'emploi par la
voie des moyens d'information sont autorisées.
Article 283 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
L'employeur n'est pas obligé de recruter le travailleur qui lui
est présenté par le bureau de placement. Le travailleur n'est pas
également obligé d'admettre l'emploi qui lui est présenté par ce
bureau.
Article 284
Dans le cas où un chef d'établissement ou son gérant
responsable charge un préposé de la mission d'embaucher le
personnel considéré dudit établissement, il doit faire connaître
au Bureau Public de Placement ou à défaut à l'Inspection
régionale du travail territorialement compétente, les nom,
prénom, nationalité et adresse du préposé.
L'embauchage par l'intermédiaire de toute autre personne
que celles visées ci-dessus, notamment par les caporaux, est
interdit.
Article 285
Les bureaux de placement, privés, gratuits ou payants, sont
supprimés.
150
Page 151
Article 286 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
L'employeur est tenu de justifier, à tout moment aux agents
chargés de l'application des dispositions du présent chapitre,
avoir fait les déclarations énoncées aux articles 278 et 280 du
présent code.
Il doit également justifier avoir fait ces déclarations chaque
fois qu'il se mettra en instance auprès d'une administration ou
d'un établissement public, à l'effet d'obtenir le bénéfice d'une
disposition légale ou réglementaire.
Article 287 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février 1994
puis par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Les infractions aux dispositions des articles 278, 279 280,
284 et 286 du présent code sont punies d'une amende de 30
dinars, appliquée autant de fois qu'il y a de travailleurs
intéressés sans que le total des amendes n'excède 5000 dinars.
En cas de récidive, cette amende est portée au double.
Article 288 (Abrogé par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996).
Chapitre V
La médecine du travail
Article 289 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
L'inspection médicale du
travail est assurée par des
médecins fonctionnaires relevant du Ministère chargé des
Affaires Sociales et constituant le corps de l'inspection médicale
du travail.
151
Page 152
Article 290 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Le statut particulier du corps de l'inspection médicale du
travail est fixé par décret.
Article 291 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les médecins inspecteurs du travail sont chargés notamment
de :
1) veiller à l'application de la législation relative à la santé et
à la sécurité au travail en coordination avec les inspecteurs du
travail;
2)
fournir aux employeurs et aux
les
renseignements et conseils techniques sur les moyens les plus
efficaces pour l'application de la législation relative à la santé et
à la sécurité au travail et informer les autorités compétentes des
déficiences ou abus qu'ils ont pu constater dans ce domaine;
travailleurs
3) collecter et exploiter les données statistiques en vue
d'améliorer la protection de la santé et de la sécurité des
travailleurs;
4) contrôler les services et les groupements de médecine du
travail et agréer les locaux qui leur sont réservés;
5) contribuer à la préparation d'un fichier physiopatho-
logique de la main d'œuvre;
6) statuer sur les litiges concernant les examens médicaux
des travailleurs;
7) contrôler les soins fournis aux victimes d'accidents du
travail et de maladies professionnelles.
152
Page 153
Article 292 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Les dispositions des articles 173, 174, 175, 177 et 240 du
présent code relatives à l'Inspection du Travail, sont étendues
aux médecins inspecteurs du travail.
En vue de la prévention des maladies professionnelles, les
médecins inspecteurs du travail procèdent à l'examen des
travailleurs et à
tous
prélèvements portant notamment sur les matières mises en
oeuvre et les produits utilisés.
la prise aux fins d'analyses, de
Chapitre VI
Les établissements dangereux, insalubres ou
incommodes

Section I
Classification des établissements dangereux, insalubres ou
incommodes
Article 293
Les manufactures, ateliers, usines, magasins, chantiers et
d'une manière générale, tous les établissements qui présentent
des causes de danger ou des inconvénients, soit pour la sécurité,
la salubrité ou la santé du personnel qui y est occupé, soit pour
la santé publique, soit encore pour l'agriculture, sont soumis à la
surveillance de l'autorité administrative dans les conditions
fixées par le présent chapitre.
153
Page 154
Article 294
Ces établissements sont classés en trois catégories, suivant
les dangers ou la gravité des inconvénients inhérents à leur
exploitation.
La première catégorie comprend les établissements qui
doivent être éloignés des centres urbains et des habitations
particulières.
La deuxième catégorie comprend ceux dont l'éloignement
des habitations n'est pas rigoureusement nécessaire, mais dont
l'exploitation ne peut être autorisée qu'à la condition que des
mesures soient prises pour prévenir les dangers ou les
incommodités visés à l'article 293.
Dans la troisième catégorie sont placés les établissements
qui ne présentent pas d'inconvénients graves ni pour la santé
publique, ni pour le voisinage, sont seulement soumis, sous la
surveillance administrative, à des prescriptions générales
édictées dans l'intérêt du voisinage ou de la santé publique.
Article 295
La nomenclature des établissements dangereux, insalubres
ou incommodes détermine les activités auxquelles s'applique le
présent chapitre et le classement de ces dernières dans les
différentes catégories prévues à l'article 294.
Cette nomenclature est établie par arrêté du secrétaire d'Etat
au Plan et à l'Economie Nationale, après avis d'un comité
ou
spécial
incommodes, constitué par décret.
établissements
dangereux,
insalubres
des
154
Page 155
Section II
Dispositions générales relatives aux établissements
dangereux, insalubres ou incommodes
Article 296
Les établissements classés, à quelque catégorie qu'ils
appartiennent ne peuvent être ouverts que sur autorisation
accordée par arrêté du Secrétaire d'Etat au Plan et à l'Economie
Nationale dans les conditions déterminées par décret.
Article 297
Des arrêtés ultérieurs peuvent toujours intervenir, soit pour
atténuer certaines prescriptions des autorisations, soit pour en
imposer de nouvelles au cas où des mesures complémentaires
seraient jugées nécessaires pour la sauvegarde des intérêts
mentionnés à l’article 293.
Article 298
Dans le cas où il s’agit d’une industrie nouvelle ou de
procédés nouveaux, ou d’un établissement à ouvrir sur un
terrain dans le voisinage duquel des transformations sont à
prévoir relativement aux conditions d’habitation ou au mode
d’utilisation des emplacements, l’arrêté d’autorisation n’est
accordé qu’avec limitation de durée.
Article 299
l'outillage ou du
Tout transfert d'un établissement classé sur un autre
emplacement, toute transformation dans l'état des lieux, dans la
toute extension de
nature de
l'exploitation
entraînant une modification notable des
dispositions intérieures ou extérieures, doivent faire l'objet
d'une autorisation préalable, délivrée dans les conditions
prévues à l'article 296.
travail,
155
Page 156
Article 300
Lorsqu'un chef d'établissement veut ajouter à
son
exploitation première, quelle que soit la classe dans laquelle elle
rentre, une autre activité classée, même d'une catégorie
inférieure, il est tenu de se pourvoir d'une nouvelle autorisation.
Article 301
L'arrêté autorisant l'ouverture ou la transformation d'un
établissement classé cessera de produire effet quand
l'établissement n'aura pas été ouvert ou la transformation
effectuée dans le délai de deux ans, ou n'aura pas été exploité
pendant deux années consécutives sauf cas de force majeure.
Article 302
la situation
Toute modification dans
juridique d'un
établissement classé doit faire l'objet d'une déclaration sur
timbre, revêtue de la signature dûment légalisée des parties.
Cette déclaration est adressée, sous pli recommandé dans le
mois qui suit la modification, à l'ingénieur, chef du service des
mines. Il en est délivré récépissé.
Article 303 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
La surveillance des établissements dangereux, insalubres ou
incommodes classés ou non est exercée par des agents
spécialisés relevant des ministères chargés de l'industrie, de la
santé publique, de l'environnement et de l'aménagement du
territoire et par les inspecteurs du travail et les médecins
inspecteurs du travail.
Les propriétaires, directeurs ou gérants des établissements
sus-indiqués sont tenus de permettre à tout moment aux agents
précités de faire, en leur présence ou après avoir été dûment
156
Page 157
requis, les constatations nécessaires ou de prendre connaissance
à toute réquisition, des arrêtés d'autorisation des établissements
ou des titres en tenant lieu.
Article 304
A défaut par le propriétaire d'un établissement classé de se
conformer, après mise en demeure, aux mesures à lui prescrites
en conformité des dispositions du présent chapitre ou des textes
pris pour son application, le Secrétaire d'Etat au Plan et à
le
l'Economie Nationale peut suspendre provisoirement
fonctionnement de l'établissement, sans préjudice des peines
prévues à la section V de ce chapitre.
Article 305 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
Lorsque l'exploitation d'un établissement non compris dans
la nomenclature des établissements classés risque d'engendrer
un danger ou un préjudice à la sécurité, à la santé, au bien-être
des travailleurs ou du voisinage ou à la santé publique, le
ministre chargé de l'industrie peut, après avis du comité spécial
des établissements dangereux, insalubres ou incommodes,
mettre le chef de cet établissement en demeure pour faire
disparaître les dangers ou les préjudices dûment constatés.
Faute par le chef de l'établissement de se conformer à cette mise
en demeure dans le délai imparti, le ministre chargé de
l'industrie peut suspendre provisoirement le fonctionnement de
l'établissement, sans préjudice des sanctions prévues à la
section 5 du présent chapitre.
Article 306
En cas de danger imminent, les agents chargés de la
insalubres ou
surveillance des établissements dangereux,
incommodes prennent immédiatement les mesures nécessaires
157
Page 158
pour faire cesser le danger. Ils peuvent, s'il y a lieu, adresser, à
cet effet, toutes les réquisitions aux autorités locales, qui sont
tenues de leur prêter aide sans délai.
Article 307
Tout établissement classé maintenu en chômage pendant
quatre semestres consécutifs, sans justifications suffisantes, est
considéré comme abandonné. Il ne peut être remis en activité
qu'après obtention d'une autorisation nouvelle dans
les
conditions prévues à l'article 296.
Article 308
Lorsque par suite d'un incendie, d'une explosion ou de tout
autre accident résultant des travaux techniques d'exploitation
d'un établissement classé, celui-ci a été détruit et mis
momentanément hors d'usage, une nouvelle autorisation est
nécessaire pour rétablir et remettre en activité cet établissement.
Article 309
Aucune
indemnité n'est due aux propriétaires des
établissements faisant l'objet du présent chapitre pour tout
préjudice résultant de l'exécution de mesures ordonnées par
l'administration en conformité des dispositions du présent
chapitre et des textes pris pour son application.
Article 310 (Modifié par la loi n° 96-62 du 15 juillet
1996).
le
Dans
le cas où
fonctionnement d'établissements
industriels dûment autorisés, d'établissements dont l'existence
est antérieure au classement de l'industrie à laquelle ils
appartiennent ou d'établissements industriels non compris dans
la nomenclature des établissements classés, présente un
préjudice ou un danger graves pour les travailleurs ou le
voisinage ou pour la santé publique, que les mesures prévues au
158
Page 159
présent chapitre et aux textes pris pour son applications ne
seraient pas susceptibles de faire disparaître, ces établissements
peuvent être fermés définitivement par arrêté du ministre chargé
de
l'industrie, pris après avis du comité spécial des
établissements dangereux, insalubres ou incommodes.
Section III
Formalités relatives aux demandes d'ouverture des
établissements classés
Article 311
Les formalités relatives aux demandes d'ouverture des
établissements classés sont fixées par décret.
Article 312
Toute demande d'ouverture d'un établissement dangereux,
insalubre ou incommode, donne lieu au versement dans les
caisses du trésor d'un droit fixe qui est fixé par décret.
Ce droit fixe est exigible lors même que la demande viserait
seulement la réouverture d'un établissement précédemment
fermé en vertu des articles 304, 305 et 306.
Section IV
Taxe de contrôle et de surveillance
des établissements classés
Article 313
Tout établissement actif ou en service, classé dans l'une des
catégories, est assujetti au paiement d'une taxe annuelle de
contrôle et de surveillance dont le taux et les modalités de
perception sont fixés par une loi.
159
Page 160
Un établissement est considéré comme actif et, comme tel,
soumis à la taxe annuelle, quelle que soit la durée de son
fonctionnement pendant cette année.
Tout établissement qui comporte plusieurs industries est
assujetti à une taxe annuelle distincte pour chaque nature
d'industrie classée.
Article 314
La
taxe est à
la charge des propriétaires ou chefs
d'établissements ou, à défaut de propriétaires connus, à celle des
possesseurs ou exploitants ou occupants des établissements
imposables.
En cas d'association pour l'exploitation de l'établissement,
les associés sont solidaires pour le paiement de la taxe, sauf
leurs recours contre leurs co-débiteurs pour ce qu'ils auraient pu
payer à leur décharge.
Les héritiers ou
leurs représentants et
légataires et
successeurs peuvent être poursuivis solidairement et chacun
pour tous, à raison des taxes dues pour ceux dont ils ont hérité
ou auxquels ils ont succédé.
Article 315
Les demandes en décharge ou réduction sont formulées par
lettre recommandée à l'ingénieur, chef de service des mines, qui
en délivre récépissé.
Un avis individuel informe ultérieurement les intéressés de
la suite donnée à ces demandes par le Secrétaire d'Etat au Plan
et à l’Economie Nationale.
Tout contribuable qui n'accepte pas la décision du Secrétaire
d'Etat au Plan et à l’Economie Nationale, peut se pourvoir devant
le tribunal compétent du lieu de la situation de l'établissement.
160
Page 161
Le pourvoi judiciaire, doit à peine de déchéance, être
introduit dans le délai d'un mois à courir de la notification de la
décision et être accompagné du récépissé de dépôt de la
demande en décharge ou réduction.
La décision du tribunal compétent n'est susceptible d'aucun
appel.
Il est sursis, jusqu'à l'examen de la demande adressée à
l'ingénieur, chef de service des mines, et, s'il y a lieu, jusqu'à
solution de l'instance, au recouvrement des cotes pour lesquelles
un pourvoi en décharge, réduction ou transfert a été introduit.
Il en est de même dans le cas de révision de la côte par le
tribunal compétent ou par le Secrétaire d'Etat au Plan et à
l'Economie Nationale; ce dernier fait procéder à l'admission en
non-valeur, par voie d'annulation, des sommes indûment
constatées au rôle.
Article 316
Les propriétaires d'établissements imposables, qui ont été
omis au rôle, sont tenus d'en faire la déclaration par lettre
recommandée à l'ingénieur, chef de service des mines, dans le
délai de quinze jours à compter de la date de l'insertion au
Journal Officiel de la République Tunisienne de l'avis de dépôt
du rôle à la recette. A défaut de ce faire, ils sont passibles d'une
amende égale au montant de la taxe exigible.
Le Secrétaire d'Etat au Plan et à l'Economie Nationale peut,
néanmoins, accorder sur demande timbrée, la remise totale ou
partielle de cette amende. L'amende ou la portion d'amende
maintenue est payable en une seule fois, et elle est recouvrée en
même temps que le principal de la taxe, sans autres formalités.
161
Page 162
Article 317
Les poursuites en vue du paiement de la taxe sont exercées
suivant la procédure instituée pour le recouvrement des autres
impôts directs par le décret du 13 juillet 1899.
Article 318
Le privilège général du Trésor sur les immeubles et les
meubles des débiteurs de la taxe s’exerce conformément aux
dispositions des articles 5 et 6 du décret précité du 13 juillet
1899.
L'acquéreur d'un établissement doit, en conséquence du
privilège général du Trésor, s'assurer que la taxe grevant cet
établissement a été payée jusqu'au jour de la vente. Dans la
négative et sauf stipulation contraire,
il est autorisé à
précompter le montant des arriérés sur le prix de l'aliénation.
Il devient en tout état de cause responsable personnellement
des dits arriérés et des frais de poursuite. Cette obligation
s'applique même aux adjudicataires d'établissements vendus par
autorité de justice.
Article 319
Il y a prescription pour la demande de la taxe de contrôle et
de surveillance trois ans après l'expiration de l'année à laquelle
s'applique la côte.
Les dispositions de l'article 3 du décret du 14 septembre
1903 sont applicables aux cotes de la taxe de contrôle et de
surveillance.
162
Page 163
Section V - Pénalités
Article 320
Les infractions aux dispositions du présent chapitre ou des
textes pris pour son exécution sont constatées par les officiers
de police judiciaire, les agents du service des mines et tous
autres agents commissionnés à cet effet par le Secrétaire d'Etat
au Plan et à l'Economie Nationale.
Les procès-verbaux dressés en exécution du présent chapitre
et des textes pris pour son application font foi, en justice,
jusqu'à preuve du contraire.
A quelque service qu'appartiennent les agents verbalisateurs,
les procès-verbaux sont tous obligatoirement transmis d'urgence
par la voie hiérarchique à l'ingénieur, chef du service des mines,
qui les fait parvenir à l'autorité judiciaire avec son avis, dans les
dix jours de leur date.
Article 321 (Modifié par la loi 94-29 du 21 février 1994).
Toute infraction aux dispositions du présent chapitre ou des
textes pris pour son application est punie d'une amende de 24 à
60 dinars et d'un emprisonnement de un à trois jours ou de l'une
de ces deux peines seulement.
En cas de récidive, le contrevenant est puni d'une amende de
48 à 120 dinars et d'un emprisonnement de seize jours à deux
mois ou de l'une de ces deux peines seulement.
Article 322 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Est puni d'une amende de 144 à 720 dinars et d'un
emprisonnement de seize jours à deux mois, ou de l'une de ces
deux peines, quiconque a mis obstacle à l'accomplissement des
la surveillance des
services des personnes chargées de
163
Page 164
établissements en vertu de l'article 303, quiconque a exploité
sans autorisation préalable un établissement classé et quiconque
a continué l'exploitation d'un établissement dont la fermeture
provisoire a été ordonnée en application des articles 304 et 305.
Dans les deux derniers cas, le tribunal peut également
ordonner l'apposition des scellés sur les appareils, les machines
et les portes de l'établissement.
En cas de récidive, le délinquant est condamné au maximum
des peines d'amende et d'emprisonnement prévues au présent
article, ou de l'une de ces deux peines. Les peines peuvent être
portées au double.
Pour les délits auxquels s'applique le présent article, un
procès-verbal peut être dressé chaque jour contre l'exploitant.
Article 323
Le bris des scellés apposés en application de l'article 322 est
puni des peines prévues à l'article 153 du code pénal.
Article 324
L'article 53 du code pénal est applicable aux condamnations
prononcées en vertu des dispositions du présent chapitre et des
textes pris pour son exécution.
Chapitre VII
Surveillance et police sanitaire des chantiers
Articles 325 à 332 (Abrogés par la loi n°96-62 du 15
juillet 1996).
164
Page 165
Chapitre VIII
Les vêtements de travail
Article 333
Dans toutes les activités où les salariés sont soumis à la
législation du travail, les employeurs doivent fournir à chaque
membre de leur personnel permanent, le 1er mai de chaque
année, deux complets de travail, deux chemises, une paire de
chaussures et un couvre-chef du modèle couramment admis
dans la profession.
Les frais occasionnés par ces fournitures sont supportés
moitié par l'employeur, moitié par le salarié, au moyen de
retenues sur son salaire, échelonnées sur quatre mois au moins.
Il n'est en rien dérogé aux dispositions plus favorables aux
salariés résultants, soit des règlements, de la convention
collective ou des usages.
Article 334 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Toute infraction aux dispositions de l'article 333 est punie
conformément aux articles 234, 236 et 237 du présent code.
Le tribunal fixe un délai au condamné pour délivrer les
vêtements de travail et de protection aux salariés qui y ont
droit.
165

Page 166
Chapitre IX
La commission nationale du dialogue social(1)
Article 335 (Modifié par la loi n°96-62 du 15 juillet 1996).
Il est créé auprès du Ministère chargé des affaires sociales
une commission dénommée «Commission Nationale du
Dialogue Social » chargée d’émettre son avis sur les questions
relatives au travail qui lui sont soumises et notamment celles
concernant la législation du travail, les normes internationales
du travail, les salaires, la classification professionnelle, les
négociations collectives et le climat social.
La composition et le fonctionnement de cette commission
sont fixés par décret.
Art. 336 et 337 (Abrogés par la loi n°96-62 du 15 juillet
1996).
Chapitre X(2)
La formation professionnelle
Section I
Définition et champ d'application
Article 338
Les dispositions du présent chapitre ont pour objet
formation
l'organisation
professionnelle dans les différents secteurs de l'industrie, du
commerce et de l'agriculture.
réglementation de
la
et
la
(1) Intitulé modifié par la loi n°96-62 du 15 juillet 1996.
(2) Les dispositions du code de travail relatives à la formation professionnelle
et contraire à la loi n° 93-10 du 17 février 1993 portant loi d’orientation de la
formation professionnelle, ont été abrogées en vertu de l’article 60 de cette loi.
Il y a lieu par conséquent en lisant les articles de ce chapitre de se référer aux
dispositions de la dite loi, figurant parmi les annexes du code.
166

Page 167
Article 339
La formation professionnelle comprend :
1) pour
jeunes
exceptionnellement pour les adultes, l'apprentissage;
jeunes gens,
les
les
filles
et
2) pour les jeunes travailleurs et les travailleurs adultes;
a) le perfectionnement professionnel;
b) le reclassement professionnel;
c) la formation professionnelle accélérée.
L'apprentissage
comporte une
formation d'ensemble
comprenant
l'acquisition d'éléments essentiels de culture
générale et celle d'une technique professionnelle, théorique et
pratique.
Le perfectionnement professionnel a pour but de donner à
tout travailleur la possibilité de s'élever dans la hiérarchie
l'acquisition des éléments de culture
professionnelle par
générale et technique indispensables.
Le reclassement professionnel vise à récupérer le personnel
rendu disponible par la diminution d'activité de sa profession
d'origine ou devenu inapte à l'exercice de cette profession.
La formation professionnelle accélérée vise à couvrir les
certaines
extraordinaires de main-d'œuvre de
besoins
professions ou de certains corps de métiers.
Section II
Conseil de la Formation Professionnelle
Article 340
Il est créé un Conseil de la Formation Professionnelle chargé
de formuler des avis dans le cadre des directives données par le
167
Page 168
Comité Supérieur de l'Emploi sur les questions relatives à la
formation professionnelle des apprentis, des jeunes travailleurs
et des travailleurs adultes, telle qu'elle est définie à l'article 339.
Article 341
Le conseil de la formation professionnelle comprend, outre
le Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires
Sociales, président :
- un représentant du Secrétaire d'Etat à la Présidence ;
- le secrétaire d'Etat au Plan et à l'Economie Nationale ou
son représentant ;
- le secrétaire d'Etat à l'Education Nationale ou son
représentant ;
- le secrétaire d'Etat aux Travaux Publics et à l'Habitat ou
son représentant ;
- six représentants des chefs d’entreprises dont au moins un
artisan ;
- six représentants des ouvriers ou employés qualifiés ;
- un représentant de
l'association des
ingénieurs et
techniciens tunisiens.
Les représentants patronaux et ouvriers sus-visés doivent
exercer leur activité professionnelle depuis au moins 3 ans,
apprentissage non compris, et justifier de leur inscription sur la
liste électorale du conseil des prud'hommes dont ils relèvent.
Les membres non fonctionnaires du conseil sont désignés
pour deux ans par arrêté du secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux
Sports et aux Affaires Sociales sur
la proposition des
organisations syndicales, patronales et ouvrières les plus
représentatives et de l'Association des Ingénieurs et Techniciens
Tunisiens régulièrement déclarée.
168
Page 169
Le président du conseil de la formation professionnelle peut
convoquer, à titre consultatif, de sa propre initiative ou à la
demande de l’un des membres de cet organisme, toutes
personnes qu’il lui paraît utile d’associer aux travaux du
conseil.
Article 342
Le conseil de la formation professionnelle se réunit sur
convocation de son président et le secrétariat permanent en est
assuré par le service compétent du Secrétariat d'Etat à la
Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales.
Section III - Le contrat d'apprentissage
Article 343
Le contrat d'apprentissage est celui par lequel un chef
d'entreprise, pris en qualité de maître, s'oblige à donner ou à
faire donner une formation professionnelle méthodique et
complète à une autre personne et par lequel celle-ci, appelée
apprenti, s'oblige, en retour, à se conformer aux instructions
qu'elle recevra et à exécuter les ouvrages qui lui seront confiés
en vue de sa formation professionnelle.
Article 344
Le contrat d'apprentissage doit être constaté par écrit, à peine
de nullité.
Il doit être rédigé au plus tard dans la quinzaine de sa mise à
exécution.
Il doit être établi en trois originaux, un pour l'employeur, un
pour l'apprenti ou pour son représentant légal, le troisième pour
le service compétent du secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux
Sports et aux Affaires Sociales.
169


Page 170
L'employeur adresse obligatoirement les trois originaux au
service compétent du Secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux Sports
et aux Affaires Sociales qui lui retourne les deux originaux
destinés aux parties après les avoir visés.
Le contrat acquiert date certaine et produit son plein effet
juridique par le visa que lui donne le service compétent du
secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires
Sociales.
Le contrat d'apprentissage est exempt de tous droits de
timbre et d'enregistrement.
Article 345
Le contrat d'apprentissage est établi en tenant compte des
usages et des coutumes de la profession.
Il doit contenir :
1)
les nom, prénom, nationalité, date de naissance,
profession, domicile du maître ou raison et siège social de
l'entreprise;
2) les nom, prénom, nationalité, date de naissance et
domicile de l'apprenti;
3) si l'apprenti est mineur : les nom, prénom, nationalité,
profession et domicile de ses père et mère, de son tuteur ou de
la personne autorisée par les parents ou, à leur défaut, par le
juge compétent en matière de statut personnel de l'apprenti;
4) dans le cas où le maître ne donne pas lui-même la
formation professionnelle,
le contrat d'apprentissage doit
indiquer dans quelles conditions et par qui cette formation
professionnelle doit être donnée;
5) la durée du contrat;
170
Page 171
6) la désignation exacte de la profession faisant l'objet du
contrat;
7) les conditions de rémunération de l'apprenti, de nourriture,
de logement et toutes autres arrêtées entre les parties ;
8) l’indication, le cas échéant, des cours professionnels ou
d’instruction générale que le chef d’établissement s’engage à
faire suivre à l’apprenti, soit dans l’établissement, soit en
dehors ;
9) l'indication que l'indemnité éventuelle à payer en cas de
rupture du contrat, sera fixée par le conseil de prud'hommes ou,
à défaut, par le juge de droit commun compétent.
Le contrat d'apprentissage doit être signé par le maître, par
l'apprenti s'il est majeur ou par son représentant légal s'il est
mineur. Il doit être daté.
Article 346
Nul ne peut recevoir des apprentis mineurs s'il n'est âgé de
moins de 20 ans.
Aucun apprenti âgé de moins de 14 ans ou de plus de 18 ans
ne peut entrer en apprentissage s'il n'y est autorisé par le service
compétent du secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux
Affaires Sociales.
Un arrêté du secrétaire d'Etat à la jeunesse, aux sports et aux
affaires sociales fixe les conditions d'application du paragraphe
précédent, notamment en ce qui concerne le contrôle médical
des apprentis de moins de 14 ans.
Article 347
Aucun maître, s'il est célibataire ou en état de veuvage ou
divorcé ou séparé de corps, ne peut loger, comme apprenties,
des jeunes mineures.
171
Page 172
Article 348
Sont incapables de recevoir les apprentis :
- les individus qui ont subi une condamnation pour crime;
- ceux qui ont été condamnés pour attentat aux mœurs ;
- ceux qui ont été condamnés pour abus des besoins, des
faiblesses ou des passions d'un mineur, ou abus de
l'inexpérience de la légèreté ou des besoins d’une personne ne
disposant pas de ses biens pour la déterminer à souscrire, sans
avantages correspondants, une opération pécuniaire ou tout
autre acte engageant ses biens, réprimé par l'article 301 du code
pénal;
- les interdits;
- les officiers publics destitués;
- les individus déclarés en faillite;
- les individus qui ont été condamnés, sauf pour délit
politique ou syndical ou pour blessures ou homicides
involontaires, à un emprisonnement d'une durée égale ou
supérieure à 3 mois.
L'incapacité résultant de l'application de cet article peut être
levée par le secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux
Affaires Sociales, après enquête et avis des autorités locales
quand le condamné, après l'expiration de sa peine, a résidé
pendant 3 ans dans la même localité.
Article 349
Les deux premiers mois de l'apprentissage sont considérés
comme un temps d'essai, pendant lequel le contrat peut être
annulé par la volonté de l'une des parties. Dans ce cas, aucune
indemnité n'est due à l'une ou l'autre partie, à moins de
convention écrite expresse.
172
Page 173
Article 350
Le contrat d'apprentissage est résolu de plein droit :
1) par la mort de l'apprenti ou la disparition de l'entreprise;
2) si le maître ou l'apprenti vient à être frappé de l'une des
peines ou à être l'objet de l'une des décisions énumérées à
l'article 348;
3) pour les filles mineures logées chez le maître, au cas de
divorce de celui-ci, de séparation de corps ou de décès de son
épouse.
Article 351
Le contrat peut être résilié sur accord des parties ou à la
demande de l'une d'elles :
1) en cas de mort ou de changement de profession du maître,
si la demande est formulée dans un délai de 3 mois ;
2) si l'apprenti ou le maître est appelé au service militaire;
3) dans le cas où l'une des parties manquerait aux
stipulations du contrat d'apprentissage ;
4) pour cause d'infractions graves ou habituelles aux
prescriptions du présent chapitre ou des arrêtés pris pour son
exécution ;
5) dans le cas d'inconduite habituelle, de mauvaise volonté
tenace ou d'incapacité notoire de l'apprenti ;
6) si le maître transfert sa résidence dans une localité autre
que celle qu'il habitait lors de la convention.
Néanmoins, la demande de résiliation du contrat, fondée sur
ce motif, n'est recevable que pendant 3 mois, à compter du jour
où le maître aura changé de résidence.
173
Page 174
7) si le maître ou l'apprenti encourait une condamnation
comportant un emprisonnement de plus d'un mois;
8) dans le cas ou l'apprenti viendrait à contracter mariage et
sur sa demande.
La partie qui prend la décision de demander la résiliation du
contrat pour l'une des causes prévues au présent article doit la
notifier par écrit à l'autre partie ou à son représentant ainsi qu'au
service compétent du Secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux Sports
et aux Affaires Sociales.
Article 352
Le maître est tenu de délivrer à l'apprenti ou à son
représentant à la fin de l'apprentissage, un certificat constatant
l'exécution du contrat.
Article 353
Toute personne convaincue d'avoir employé sciemment en
qualité d'apprentis, d'ouvriers ou d'employés, des jeunes gens de
moins de 18 ans n'ayant pas rempli les engagements de leur
contrat d'apprentissage, ou n'étant pas régulièrement déliés, est
indemnité prononcée au profit du chef
passible d'une
d'établissement ou d'atelier abandonné.
Tout nouveau contrat d'apprentissage conclu sans que les
remplies
obligations du précédent
complètement, ou sans que le précédent contrat ait été résolu ou
résilié pour les raisons ou dans les formes visées aux articles
350 et 351, est nul de plein droit.
contrat
aient
été
Article 354
Les réclamations qui peuvent être dirigées contre les tiers en
vertu de l'article 353 ci-dessus, sont portées devant le conseil de
prud'hommes de leur domicile.
174
Page 175
Article 355
Les différends qui peuvent s'élever à l'occasion du contrat
d'apprentissage tel qu'il est défini ci-dessus, entre les patrons et
leurs représentants et les apprentis et leurs représentants légaux,
relèvent de la compétence du conseil de prud'hommes du lieu
de l'exécution du contrat.
Article 356
Le maître ou toute personne à qui il aura confié la formation
professionnelle, doit se conduire envers l'apprenti mineur, en
bon père de famille. En tous lieux où celui-ci demeure sous sa
dépendance, il doit surveiller sa conduite et ses mœurs et avertir
ses parents ou leurs représentants de ses fautes graves ou de ses
penchants vicieux. Il doit les prévenir sans retard, en cas de
maladie, d'absence ou de tout autre fait de nature à motiver leur
intervention.
Il doit protéger l'apprenti contre les mauvais traitements de
la part de ses compagnons de travail ou d'autres personnes.
Si l'apprenti âgé de moins de 18 ans ne sait pas lire, écrire,
et compter, le maître est tenu de lui laisser prendre, sur la
journée de travail, le temps et la liberté nécessaires pour son
instruction. Néanmoins, ce temps ne peut excéder deux heures
par jour.
Article 357
Le maître doit donner à
l'apprenti un enseignement
progressif et complet de l'art du métier ou de la profession
spéciale qui fait l'objet du contrat.
Il ne peut employer l'apprenti, sauf convention contraire
écrite, qu'aux travaux et services qui se rattachent à l'exercice de
sa profession.
175
Page 176
Article 358
L’apprenti doit à son maître et, le cas échant, à la personne
que celui-ci a chargée de sa formation professionnelle, fidélité,
obéissance et respect, il doit l’aider par son travail dans la
mesure de ses aptitudes et de ses forces. Il est tenu de
remplacer, à la fin de l’apprentissage, le temps qu’il n’a pu
employer par suite de maladie ou d’absence, ayant duré plus de
15 jours.
Article 359
Des décrets pris après avis des secrétaires d'Etat intéressés,
consultation de la commission des salaires compétente et avis
du conseil de la formation professionnelle :
1) déterminent pour chaque branche d'activité visée par un
règlement de salaires ou une convention collective :
la
a)
liste des activités
individuelles comportant un
apprentissage méthodique et complet et pour chacune d'elles la
durée maximum de l'apprentissage;
b) les rapports maxima entre le nombre des apprentis
employés dans une même entreprise et celui des ouvriers ou
employés qualifiés (le nombre des apprentis de chaque
établissement est fixé en fonction du rapport maximum
applicable à l'activité de cet établissement).
Les décrets pris conformément au 1) du présent article
peuvent fixer les rapports minima obligatoires entre le nombre
des apprentis et celui des ouvriers ou employés qualifiés
travaillant dans l'entreprise.
Les sanctions prévues à l'article 367 sont applicables dans
les trois mois qui suivent la parution des décrets visés au
présent article;
176
Page 177
2) instituent des cours professionnels et d'enseignement
général dont la fréquentation sera rendue obligatoire aux
apprentis et aux jeunes travailleurs âgés de moins de 15 ans
appartenant à des corps de métiers déterminés à l'exception de
ceux qui pourraient être déclarés inaptes à toute éducation
professionnelle par le directeur du cours professionnel.
L'horaire de ces cours sera fixé par arrêté.
Article 360
Il est interdit :
1) d'employer un apprenti non muni d'un contrat
d'apprentissage visé par le service compétent du Secrétariat
d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales;
2) d'établir un contrat d'apprentissage pour une activité autre
que celles figurant sur la liste dressée conformément aux
dispositions prévues à l'article 359;
3) d'employer un nombre d'apprentis supérieur à celui
résultant du rapport maximum fixé par le décret prévu à l'article
359.
A titre provisoire, en attendant la publication de la liste sus-
visée, le service compétent du Secrétariat d'Etat à la Jeunesse,
aux Sports et aux Affaires Sociales peut rejeter tout contrat
d'apprentissage établi pour une profession ne comportant pas
d'après les usages un apprentissage méthodique et complet. Un
recours peut être exercé contre cette décision devant le
Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires
Sociales.
Article 361
Dans les entreprises visées à l'article 338 du présent chapitre,
l'enseignement méthodique et complet de certains métiers ou de
certaines professions, entrant dans le cadre normal de l'activité
177
Page 178
de ces entreprises, ne peut être organisé que selon les
prescriptions d'un décret pris après avis des Secrétaires d'Etat
intéressés et du Conseil de la Formation Professionnelle.
Ce décret, détermine obligatoirement les conditions dans
lesquelles l'enseignement professionnel en cause doit être
organisé ainsi que les modalités du recrutement des jeunes gens
à qui la formation professionnelle est ainsi donnée.
Article 362
Des centres de
formation professionnelle, organisés
conformément aux dispositions de l'article 361, peuvent être
crées soit par une entreprise, soit par un groupement
d'entreprises.

Ils s'adressent aux jeunes gens âgés de plus de 18 ans au 1er
janvier qui précède l'entrée dans le centre.
Les centres ainsi crées sont agréés par arrêté du chef
d'administration compétent et du Secrétaire d'Etat à la Jeunesse,
aux Sports et aux Affaires Sociales.
Article 363
A défaut de contrat d'apprentissage, les dispositions des
articles 346 à 358 sont applicables au contrat né de l'inscription
des jeunes gens aux cours professionnels ou aux centres
respectivement visés aux articles 359 et 362.
Section IV
La taxe de formation professionnelle
Article 364
Toute personne physique ou morale, exerçant une activité
prévue dans le cadre du champ d’application défini à l’article
338 et soumise à l’impôt de la patente, à l’exception des
178
Page 179
assujettis à la patente forfaitaire visés à l’article 5 du décret du
30 décembre 1923 tel qu’il a été modifié par les textes
subséquents, est passible d’une taxe dite de «formation
professionnelle » dont le produit, inscrit au budget de l’Etat,
contribue aux dépenses nécessaires au développement de la
formation professionnelle telle qu’elle est prévue par le présent
chapitre
(1).
Article 365
Un décret fixe le taux, les modalités d'établissement, de
taxe de formation
recouvrement et de contrôle de
professionnelle ainsi que l'affectation de son produit. La
répression des infractions aux dispositions du présent chapitre,
l'exécution des poursuites, l'instruction et le jugement des
instances, sont effectués comme en matière de patente.
la
Les inexactitudes, omissions et défauts de déclaration,
relevés à l'encontre des redevables de la taxe de formation
professionnelle, sont frappés, au titre de cette taxe, d'une
pénalité égale au double de la taxe éludée.
Le secrétaire d'Etat au plan et à l'économie nationale est
habilité à accorder la remise entière ou partielle des pénalités
visées ci-dessus.
Section V
Contrôle et sanctions
Article 366
Les agents chargés de l'Inspection du Travail ainsi que les
sont chargés,
l'enseignement
technique
inspecteurs de
(1) Le décret du 30 décembre 1923 n’étant plus en vigueur il y a lieu de se
referer au code de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt
sur les sociétés promulgué par la loi n°98-114 du 30 décembre 1989.
179

Page 180
concurremment avec les officiers de police judiciaire, de veiller
à l'exécution des prescriptions du présent chapitre et des textes
pris pour son application.
Article 367
Toute infraction aux dispositions des articles 346, 347, 348
et 360 ci-dessus et à celles des textes prévus aux articles 359,
361 et 362 pris pour leur application, est punie conformément
aux articles 234, 236, 237 et 239 du code du travail.
Article 368
L'infraction n'est pas punissable si elle est le résultat d'une
erreur provenant de la production d'actes de naissance, livrets,
certificats ou documents contenant de fausses énonciations ou
délivrées par une autre personne.
Article 369
Sont maintenus les arrêtés pris antérieurement et concernant
l'organisation de l'apprentissage ainsi que les dispositions non
contraires aux dispositions du présent chapitre et contenues
dans les règlements de salaires ou des conventions collectives
appliquées aux apprentis.
Chapitre XI
Conditions générales d'emploi des salariés
agricoles
Article 370
Tout salarié, lors de son embauchage, doit être avisé s'il est
engagé à titre permanent ou saisonnier ou occasionnel.
180
Page 181
Le salarié permanent est celui qui est recruté pour une durée
indéterminée en vue de participer à toutes opérations du cycle
agricole normal de l'exploitation et à qui l'employeur assure un
travail régulier.
Au cours de la période d'essai prévue par les usages, mais
dont la durée ne peut en tout état de cause être supérieure à
trente jours, le contrat de travail peut être rompu sans préavis.
Une fois la période d'essai terminée, la durée du préavis ne
peut être inférieure à 8 jours pleins, sauf faute grave du salarié.
L'interruption momentanée du travail d'un ouvrier permanent
pour cause de maladie, d'accident du travail, d'intempérie et
toute autre cause fortuite ou de force majeure, ne rompt pas le
contrat du travail si cette interruption est inférieure à trois mois.
Pour obtenir le bénéfice de cette disposition, l'ouvrier est tenu,
dans un délai de quinze jours, d'aviser son employeur des motifs
de son absence. Au delà du troisième mois d'interruption
motivée, l'ouvrier conserve un droit de priorité d'embauchage
pendant un nouveau délai d'un an.
Les dispositions des paragraphes 3, 4 et 5 du présent article
ne sont pas applicables aux ouvriers saisonniers ou occasionnels
recrutés pour l’exécution d’un travail d’une durée variable mais
limitée, nécessité par les besoins saisonniers ou exceptionnels
de l’exploitation et dont le contrat prend fin lorsque le travail
est terminé.
Article 371
Au cas de licenciement d'un ouvrier permanent, intervenu
une fois la période d'essai expirée, pour quelque motif que ce
soit, sauf celui de faute grave, insuffisance professionnelle ou
insuffisance de rendement due à une mauvaise volonté évidente,
il est dû à celui-ci une indemnité de licenciement calculée
comme suit :
181
Page 182
- de un à trois mois d'ancienneté : trois jours de salaire;
- de trois à six mois d'ancienneté : sept jours de salaire;
- de six mois à un an d'ancienneté : quinze jours de salaire;
- au delà d'un an d'ancienneté : quinze jours de salaire par
année.
le montant total de l'indemnité de licenciement ne peut
dépasser quatre vingt dix jours de salaire.
Les dispositions du présent article ne font pas obstacle à la
fixation par, les tribunaux de dommages et intérêts plus élevés,
au cas de licenciement abusif.
Chapitre XII
Emploi des femmes et des enfants dans
l'agriculture

Article 372
Le présent chapitre s'applique aux établissements agricoles
et à leurs dépendances de quelque nature qu'ils soient.
Article 373
Les chefs des établissements visés à l'article 372 ci-dessus,
sont tenus de veiller au maintien des bonnes mœurs et de la
décence publique dans tous les lieux, mêmes non clôturés, où
sont appelés à travailler des femmes ou des enfants de moins de
16 ans.
Article 374
les
Les enfants ne peuvent être employés dans
établissements visés à l'article 372, s'ils n'ont pas l'aptitude
physique nécessaire pour l'exécution des travaux qui leur sont
confiés.
182
Page 183
Les inspecteurs du travail ont toujours le droit d'exiger,
lorsque le travail confié à des enfants de 13 à 16 ans employés
dans les établissements susvisés excède leurs forces, qu'ils
soient écartés de ces travaux.
Ils ont la même faculté, si ces enfants sont atteints d'une
maladie ou d'une infirmité apparentes, sous réserve de l'avis
conforme d'un médecin qualifié et après examen contradictoire
si les parents le réclament.
Article 375
Des arrêtés conjoints du Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux
Sports et aux Affaires Sociales et du Secrétaire d'Etat au Plan et
à l'Economie Nationale, peuvent subordonner à des conditions
spéciales l'autorisation de faire exécuter aux femmes et aux
enfants de moins de seize ans certains travaux agricoles
présentant des risques particuliers.
Chapitre XIII
Règlement des conflits collectifs de travail
Article 376 (Modifié par la loi n° 76-84 du 11 août 1976
puis par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Toute difficulté surgie entre l'employeur et les travailleurs,
susceptible de provoquer un conflit collectif, doit être soumise à
la commission consultative d'entreprise en vue de lui trouver
des solutions convenant aux deux parties au conflit.
Si le conflit n'a pas été résolu au sein de l'entreprise, il sera
obligatoirement soumis par la partie la plus diligente au bureau
régional de conciliation et à défaut à l'inspection du travail
territorialement compétente.
183
Page 184
Article 376 – bis (Ajouté par la loi n°76-84 du 11 août
1976).
Toute décision de grève ou de lock-out doit être précédée
d'un préavis de 10 jours, adressé par la partie intéressée à l'autre
partie et au bureau régional de conciliation ou, à défaut, à
l'Inspection Régionale du Travail territorialement compétente.
Le délai de préavis commence à courir à partir de la saisine du
Bureau Régional de Conciliation ou de l'Inspection Régionale
du Travail.
En outre, la grève ou le lock-out doit être approuvé par la
centrale syndicale ouvrière ou par l'organisation centrale des
employeurs.
Article 376 - ter (Ajouté par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Le préavis est adressé en même
temps aux parties
concernées par lettre recommandée avec accusé de réception.
Le préavis doit contenir les indications suivantes :
- le lieu de la grève ou du lock-out;
- la date d'entrée en grève ou en lock-out;
- la durée de la grève ou du lock-out;
- le motif de la grève ou du lock-out;
Les parties au conflit peuvent convenir au cours de la durée
du préavis de reporter la date d'entrée en grève ou en lock-out.
En cas de notification d'un deuxième préavis au cours de la
durée de premier préavis, ce dernier est considéré nul.
184
Page 185
Article 377 (Modifié par la loi n° 76-84 du 11 août 1976,
puis par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Le bureau régional de conciliation ou à défaut l'Inspection
du Travail territorialement compétente procède, après avoir
recueilli les données, à la soumission de l'objet du conflit à la
commission régionale de conciliation.
Cette commission est présidée par le Gouverneur de la
région ou son représentant, assisté par le chef du Bureau
Régional de la conciliation ou à défaut par le chef de
territorialement compétente. Elle
l'Inspection du Travail
comprend en outre.
- deux représentants des syndicats concernés des travailleurs
dont un représentant l'organisation syndicale centrale;
- deux représentants des employeurs ou des syndicats
concernés d'employeurs dont un représentant l'organisation
syndicale centrale;
Au cas où le conflit concerne une entreprise publique, le
représentant de l'organisation syndicale centrale d'employeurs
est remplacé par un représentant du ministère exerçant la tutelle
sur l'entreprise.
Article 378 (Modifié par la loi n°76-84 du 11 août 1976
puis pour la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Au cas où la grève ou le lock-out s'étend sur deux ou
plusieurs gouvernorats, le préavis est notifié par la partie
concernée à l'autre partie et au bureau central de conciliation ou
à défaut à la direction générale de l'inspection du travail.
Le préavis prend effet à partir de sa notification au bureau
central de conciliation ou à défaut à la Direction Générale de
l'Inspection du Travail qui procède, après avoir recueilli les
données à la soumission de l'objet du conflit à la commission
centrale de conciliation.
185
Page 186
Cette commission est présidée par le Ministre des Affaires
Sociales ou son représentant, assisté par le chef du bureau
central de conciliation ou à défaut par la Directeur Général de
l'Inspection du Travail, elle comprend en outre :
- quatre
représentants des syndicats concernés des
travailleurs dont deux représentants l'organisation syndicale
centrale,
- quatre représentants des employeurs ou des syndicats
concernés d'employeurs dont deux représentants l'organisation
syndicale centrale.
Au cas où le conflit concerne une entreprise publique, les
représentants de l'organisation syndicale centrale d'employeurs
sont remplacés par des représentants du Ministère exerçant la
tutelle sur l'entreprise.
Sont fixés par décret les attributions, l'organisation et le
fonctionnement du bureau central et des bureaux régionaux de
conciliation ainsi que le statut particulier des agents de
conciliation.
Article 379 (Modifié par la loi n° 76-84 du 11 août 1976).
La commission régionale ou la commission centrale de
conciliation peut faire procéder à toutes les enquêtes et
s'entourer de tous les avis qu'elle juge utiles.
Article 380 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
La Commission Régionale ou la Commission Centrale de
Conciliation doit proposer une solution au conflit dans un délai
n'excédant pas 8 jours à compter de la date d'effet du préavis.
186
Page 187
Article 381 (Modifié par la loi n°76-84 du 11 août 1976
puis pour la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Si la solution proposée par la commission régionale ou la
commission centrale de conciliation n'est pas acceptée par l'une
des parties, celles-ci peuvent convenir par écrit de soumettre le
conflit à l'arbitrage.
Article 381 – bis (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les conventions collectives ou les accords collectifs peuvent
contenir une clause compromissoire en ce qui concerne les
conflits qui pourraient surgir. Dans ce cas, le conflit est porté
directement par la partie la plus diligente devant les conseils
d'arbitrage conformément aux procédures prévues par le présent
code, sauf dispositions particulières contenues dans
les
conventions collectives ou accords collectifs.
Article 381 - ter (Ajouté par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Au cas où le conflit concerne un service essentiel, sa
soumission à l'arbitrage peut être décidée par Arrêté du Premier
ministre.
Est considéré comme service essentiel, le service ou
l'interruption du travail mettrait en danger la vie, la sécurité ou
la santé des personnes dans l'ensemble ou dans une partie de la
population.
La liste des services essentiels est fixée par décret.
Article 382 (Modifié par la loi n°76-84 du 11 août 1976
puis par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
Le dossier du conflit est soumis à l'arbitrage, selon le cas,
soit par le chef du bureau central de conciliation ou à défaut le
Directeur Général de l'Inspection du Travail, soit par le chef du
187
Page 188
bureau régional de conciliation ou à défaut le chef de
l'Inspection du Travail territorialement compétente et ce, dans
un délai n'excédant pas 48 heures à compter de la date de
l'accord sur l'arbitrage.
Le dossier comprend l'accord sur l'arbitrage et tous les
documents relatifs au conflit.
Article 382 - bis (Ajouté par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
la soumission du conflit à l'arbitrage suspend toute grève ou
lock-out.
Est considéré illégal toute grève ou lock-out intervenu au
cours de la procédure d'arbitrage et se rapportant aux questions
soumises à l'arbitrage.
Article 383 (Modifié par la loi n°76-84 du 11 août 1976
puis pour la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
L'arbitrage est assuré par des Conseils Régionaux et un
Conseil Central d'Arbitrage.
Le Conseil Régional d'arbitrage examine les conflits qui lui
sont soumis et qui surgissent dans la région.
le Conseil Central d'Arbitrage examine les conflits qui lui sont
soumis et qui s'étendent sur deux ou plusieurs gouvernorats.
Le fonctionnement des Conseils Régionaux et du Conseil
Central d'Arbitrage est fixé par décret.
Article 384 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Le Conseil Régional d'Arbitrage comprend :
- un président désigné par décret,
188
Page 189
- un arbitre désigné par la partie patronale : membre,
- un arbitre désigné par la partie ouvrière : membre.
Le Conseil Central d'Arbitrage comprend :
.- un président désigné par décret,
- un arbitre désigné par la partie patronale : membre,
- un arbitre désigné par la partie ouvrière : membre.
Les Bureaux Régionaux de Conciliation et à défaut les
inspections du travail territorialement compétentes assurent le
secrétariat des Conseils Régionaux d'Arbitrage.
Le bureau central de conciliation et à défaut la Direction
Générale de l’Inspection du Travail assure le secrétariat du
Conseil Central d’Arbitrage.
Article 384 - bis (Ajouté par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les Présidents des Conseils Régionaux et du Conseil Central
les
les
les magistrats ou
d’Arbitrage sont nommés parmi
responsables de
l’administration publique ou parmi
personnes ayant une compétence dans le domaine du travail.
Les membres sont choisis par les parties au conflit parmi les
personnes ayant une compétence dans le domaine du travail et
qui n’ont pas un intérêt direct dans le conflit.
Le choix est effectué par écrit dans un délai maximum de 48
heures à partir de la date de l’accord sur le recours à l’arbitrage.
Au cas où le conflit concerne une entreprise publique,
l’arbitre choisi par la partie patronale est remplacé par un
représentant du ministère exerçant la tutelle sur l’entreprise.
Les arbitres sont tenus au secret professionnel pour toutes
informations ou documents à caractère confidentiel dont ils
peuvent obtenir à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions.
189
Page 190
Article 385 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Les Conseils Régionaux et le Conseil Central d’Arbitrage ne
peuvent statuer que sur les points litigieux soumis à l’arbitrage.
Les Conseils d'Arbitrage appliquent dans leurs sentences les
règles de droit en ce qui concerne les conflits portant sur
l'interprétation ou
légales,
réglementaires ou conventionnelles, ils appliquent les règles de
justice et d'équité pour ce qui est des conflits portant sur
d'autres sujets.
l'application des dispositions
Les Conseils d'Arbitrage ont
les pouvoirs
d'investigation nécessaires à
leurs
missions. Ils peuvent se faire assister par des experts et par
toutes personnes dont l'avis pourrait les éclairer.
tous
l'accomplissement de
Article 385 – bis (Ajouté par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les sentences arbitrales sont rendues dans un délai ne
dépassant pas 10 jours à partir de la date de soumission du
dossier du conflit au Conseil d'Arbitrage.
La sentence arbitrale est rendue à la majorité des voix. A
défaut de majorité, l'avis du président du conseil est adopté. La
sentence doit être motivée.
Des copies de la sentence arbitrale sont notifiées aux parties
au conflit dans un délai de 24 heures après son prononcé.
L'original de la sentence arbitrale est déposé au bureau
central de conciliation et à défaut à la direction générale de
l'Inspection du Travail si cette sentence est rendue par le conseil
190
Page 191
central d'arbitrage ou au bureau régional de conciliation et à
défaut à l’Inspection du Travail territorialement compétente si
elle est rendue par le bureau régional de conciliation.
Article 386 (Modifié par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
La sentence arbitrale est exécutoire pour les parties et ne
peut faire l'objet de recours.
L'inobservation des dispositions de la sentence arbitrale est
punie conformément aux articles 234, 236 et 237 du présent
code.
Article 386 - bis (Ajouté par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Le Conseil d'Arbitrage peut sur sa propre initiative ou à la
demande de l'une des parties au conflit, au cours de sept jours à
partir de la sentence arbitrale, corriger une erreur matérielle
dans le texte de la sentence.
Le Conseil d'Arbitrage peut également, sur demande
présentée par l'une des parties au conflit au cours de sept jours à
partir de la réception de la sentence arbitrale et après avoir avisé
l'autre partie, expliquer les dispositions de la sentence ou rendre
une sentence arbitrale complémentaire sur une question omise
dans la sentence.
Le Conseil d'Arbitrage rend
la sentence correctrice,
explicative ou complémentaire au cours de trois jours à partir de
sa saisine. Cette sentence constitue une partie intégrante de la
sentence arbitrale initiale.
191
Page 192
Article 386 - ter (Ajouté par la loi n°94-29 du 21 février
1994).
Sont exonérées des droits de timbre et d'enregistrement
toutes les formalités accomplies et exigées par la procédure
d'arbitrage ainsi que les sentences arbitrales.
Article 387 (Modifié par la loi n°76-84 du 11 août 1976
puis par la loi n°94-29 du 21 février 1994).
En cas d'inobservation des dispositions du présent chapitre et
notamment celles des articles 376, 376 bis et 376-3 du présent
code, la grève ou le lock-out est illégal.
Les relations de travail sont rompues du fait de la partie
responsable de l'inobservation des dispositions du présent
chapitre.
Article 388 (Modifié par la loi n°73-77 du 8 décembre
1973).
I - Lorsque la grève ou le lock-out sont illégaux, quiconque
aura incité à la poursuite de la grève ou du lock-out, ou y aura
participé, sera passible d'un emprisonnement de trois à huit
mois et d'une amende de cent à cinq cent dinars.
En cas de récidive, ces peines sont portées au double.
II. - Quiconque aura occupé les lieux de travail, pendant la
grève ou le lock-out illégaux, sera passible des peines prévues
au paragraphe précédent.
III. - Quiconque aura utilisé les machines, appareils ou
instruments appartenant à l'entreprise, à des fins autres que
celles pour lesquels ils sont destinés, est passible des peines
prévues au paragraphe I du présent article, lorsque cette
utilisation a pour effet, soit de perturber le fonctionnement de
l'entreprise, soit de porter atteinte à l'ordre public.
192
Page 193
IV. - Quiconque aura détérioré ou tenté de détériorer,
pendant la grève ou le lock-out, tous objets, machines, matières,
à
marchandises,
l'entreprise, sera passible des peines prévues par l'article 137 du
Code Pénal. L'article 53 dudit code n'est pas applicable.
appareils ou
appartenant
instruments
V. - La procédure applicable pour réprimer les délits prévus
par le présent article est celle du flagrant délit.
Article 389 (Modifié par la loi n°73-77 du 8 décembre
1973 puis par la loi n° 94-29 du 21 février 1994).
La réquisition de l'entreprise ou de son personnel peut être
décidée par décret lorsqu'une grève ou un lock-out décidé ou
déclenché est de nature à porter atteinte au fonctionnement
normal d'un service essentiel.
La réquisition est notifiée individuellement aux intéressés
par les officiers de police judiciaire au dernier domicile
enregistré auprès de l'entreprise.
Lorsque la réquisition concerne une entreprise ou l'ensemble
du personnel d'une entreprise, la notification peut avoir lieu par
voie d'affichage dans l'entreprise concernée ou par les moyens
d'information.
Article 390 (Modifié par la loi n° 73-77 du 8 décembre
1973).
Quiconque n'aura pas déféré aux mesures de réquisition sera
passible d'un emprisonnement d'un mois à un an et d'une
amende de cent à cinq cents dinars ou de l'une de ces deux
peines seulement.
En cas de récidive, ces peines sont portées au double.
193
Page 194
Chapitre XIV
Contrôle des licenciements collectifs dans les
établissements industriels, commerciaux,
coopératifs et artisanaux

Article 391 à 396 (Abrogés par la loi n° 96-62 du 15
juillet 1996).
Chapitre XV
Statut des journalistes professionnels
Article 397
Le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation
principale, régulière et rétribuée, l'exercice de sa profession
dans une publication périodique, dans une
agence
d'informations ou dans un établissement de radiodiffusion, de
télévision ou d'actualités cinématographiques, et qui en tire le
principal de ses ressources.
Est également journaliste professionnel, le correspondant
Tunisien ou à l'étranger qui remplit les conditions prévues à
l'alinéa précédent.
Sont assimilés aux
journalistes professionnels,
leurs
collaborateurs directs tels que : rédacteurs - traducteurs,
sténographes - rédacteurs, rédacteurs-réviseurs, reporters -
dessinateurs, reporters - photographes, reporters - cinéastes, à
l'exclusion des agents de publicité et de tous ceux qui
n'apportent, à un
titre quelconque, qu'une collaboration
occasionnelle.
194
Page 195
Article 398
En cas de résiliation d'un contrat de louage de services fait
sans détermination de durée, le préavis est, pour l'une et l'autre
partie et sous réserve du cas prévu à l'article 400, d'un mois si le
contrat a reçu exécution pendant trois ans ou d'une durée
moindre et de deux mois si le contrat a été exécuté pendant plus
de trois ans.
Article 399 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994)
Si le congédiement provient du fait de l’employeur, une
gratification est due. Elle ne peut être inférieure à la somme
représentant un mois par année ou fraction d’année de
collaboration, des derniers appointements, le maximum des
mensualités est fixé à 15.
Un conseil de prud’hommes est obligatoirement saisi pour
déterminer la gratification due, lorsque la durée des services
excédera 15 années.
Article 400
Les dispositions de l’article 399 sont applicables dans les cas
où la résiliation du contrat survient par le fait de l’employé
lorsque cette résiliation est motivée par l’une des circonstances
ci-après
:
- cessation pour quelque cause que ce soit,
- et changement notable dans le caractère ou l’orientation du
journal ou de l’entreprise, si ce changement crée pour la
personne employée une situation de nature à porter atteinte à
son honneur, à sa réputation ou, d’une manière générale, à ses
intérêts moraux.
Dans ce dernier cas, le préavis n’est pas dû.
195
Page 196
Article 401
Tout travail non prévu dans les accords constituant le contrat
de louage de services, comporte une rémunération spéciale.
Article 402
Tout travail commandé ou accepté et non publié doit être
payé.
Le droit de faire paraître dans des organes différents les
articles ou autres œuvres littéraires ou artistiques dont les
personnes mentionnées à l’article 397 sont les auteurs, est
obligatoirement subordonné à une convention expresse qui doit
indiquer les conditions dans lesquelles sera autorisée la
reproduction.
Article 403
Les journalistes professionnels et assimilés ont droit au
repos hebdomadaire.
Article 404
Un congé annuel payé est accordé aux
journalistes
professionnels et assimilés. Ce congé est fixé à un mois pour les
journalistes employés depuis un an au moins et à cinq semaines
pour les journalistes dont le contrat de louage de services reçoit
exécution depuis 10 ans au moins.
Article 405
Peuvent seules se prévaloir de la qualité de journaliste, soit à
l’occasion de l’établissement d’un passeport ou de tout acte
administratif, soit en vue de bénéficier des dispositions prises
en faveur des représentants de la presse par les autorités
administratives, les personnes énumérées à l’article 397 et
titulaires d’une carte d’identité professionnelle.
196
Page 197
Les conditions dans lesquelles sont délivrées ces cartes, la
durée de leur validité, les conditions et les formes dans
lesquelles elles peuvent être retirées, sont déterminées par
décret pris sur proposition du Secrétaire d’Etat à l’Information
et à l’Orientation.
Article 406
Dans le courant du mois de janvier de chaque année, le
secrétaire d’Etat à l’information et à l’orientation établit une
liste des entreprises de presse qui auront pris, pour la durée de
l’année considérée, l’engagement
:
1) de payer aux journalistes employés par eux et d’une
manière générale à toute personne mentionnée à l’article 397,
qui est à leur service, des salaires non inférieurs à ceux qui sont
fixés pour chaque catégorie professionnelle et pour chaque
région, par décision d’une commission mixte comprenant des
représentants des entreprises de presse et des représentants des
journalistes.
Cette commission, composée à égalité de représentants du
personnel et de représentants des patrons, trois au moins de
chaque côté, est chargée d’établir pour la région considérée le
tableau des salaires minima.
Elle est présidée par un haut fonctionnaire, désigné par le
Secrétaire d’Etat à l’Information et à l’Orientation, qui dirige
les débats sans prendre part au vote.
La commission peut, en cas de disproportion notoire
constatée entre l’importance des entreprises de presse dans une
même ville, établir des catégories - trois au maximum - dans
lesquelles elle range les entreprises envisagées.
197
Page 198
Le tableau des salaires minima est expressément déterminé
pour chaque catégorie par la commission mixte.
Les représentants siégeant à cette commission recourent, au
cas où un désaccord définitif se présente, à l’arbitrage d’une
personnalité choisie d’un commun accord.
En cas d’impossibilité de désigner sous la forme qui précède
le tiers arbitre, celui-ci est désigné d’office par le Président du
Tribunal de Première Instance de Tunis parmi les hauts
fonctionnaires en activité ou retraités, autant que possible de
l’ordre judiciaire et résidant dans la localité ou la région.
La décision de cet arbitre ne peut être frappée d’appel.
2) de verser à leurs personnels, en cas de maladie autre que
celle résultant d’un accident de travail, une indemnité égale au
salaire mensuel s’il s’agit d’un journaliste attaché à leur
entreprise depuis six mois au moins et un an au plus; égale aux
trois premiers mois au moins, s’il s’agit d’un journaliste attaché
à leur entreprise depuis plus d’un an, de verser en outre des
indemnités égales au demi-salaire mensuel pendant les deux
mois suivants ou les trois mois suivants, selon que ce journaliste
est attaché à leur entreprise depuis plus de six mois au moins ou
un an au plus, ou depuis plus d’un an.
En cas de manquement de la part de l’entreprise de presse, le
personnel a une action directe contre l’entreprise en question
pour exiger l’application des conditions ci-dessus.
Article 407
Peuvent seules bénéficier de la répartition des sommes
affectées aux dépenses de publicité faites par l’Etat, les
collectivités et établissements publics, et
les entreprises
concessionnaires de services publics, à l’occasion d’appels au
crédit public, les entreprises figurant sur la liste établie
conformément aux dispositions de l’article 406.
198
Page 199
Article 408
Les dispositions des articles 397 à 405 inclus sont d’ordre
public.
Chapitre XVI
Statut professionnel des voyageurs et représentants
de commerce

Article 409
Les
entre
industriels
conventions
et
intervenues
commerçants, d’une part, et voyageurs, représentants et placiers
d’autre part, sont des contrats de louage de services lorsque les
voyageurs, représentants ou placiers, travaillant pour le compte
d’une ou plusieurs maisons, rémunérés par des remises
proportionnelles ou des appointements fixes, exercent d’une
façon exclusive et constante leur profession, ne font aucune
opération pour leur compte personnel, sont liés à la maison
qu’ils représentent par un contrat indiquant la nature des
marchandises à vendre, la région dans laquelle ils doivent
exercer leur activité, le taux des rémunérations, commissions ou
remises proportionnelles qui leur sont allouées.
Les dispositions du présent chapitre ne s’appliquent pas aux
employés chargés occasionnellement avec
travail à
l’intérieur d’une entreprise, de démarches auprès de la clientèle,
rémunérés
exclusivement ou principalement par des
appointements fixes, ayant des frais de déplacement à la charge
de l’entreprise et dont l’activité est dirigée et journellement
contrôlée par l’employeur.
leur
199
Page 200
Les contrats peuvent, pour leur durée, contenir l’interdiction
pour le voyageur, représentant ou placier, de représenter des
maisons ou des produits déterminés.
Lorsque les contrats ne contiennent pas cette interdiction, ils
doivent, à moins que les parties n’y renoncent pas une
stipulation expresse, contenir, s’il y a lieu, la déclaration des
maisons ou produits que les voyageurs, représentants ou
placiers représentent déjà et l’engagement de ne pas prendre au
cours de contrat de nouvelles représentations sans autorisation
préalable de l’employeur.
Article 410
Les contrats ci-dessus définis doivent être écrits.
Ils sont au choix des parties, soit d’une durée déterminée, soit
d’une durée indéterminée; ils doivent dans ce dernier cas, stipuler
un délai-congé dont la durée sera au moins égale à celle qui est au
moins égale par des conventions collectives de travail ou, à défaut,
par les usages. Elle ne sera jamais inférieure à un mois durant la
première année d’application, à deux mois durant la deuxième
année et trois mois au-delà de la deuxième année.
Le délai-congé des représentants et voyageurs employés hors
de Tunisie est augmenté de la durée normale du voyage de
retour lorsque la résiliation de leur contrat entraîne leur retour
en Tunisie.
Il peut être stipulé une période d’essai dont la durée ne
saurait être supérieure à trois mois.
Article 411
Les conséquences de la rupture du contrat de travail par la
volonté d’une seule des parties, sauf faute grave de l’autre
partie, sont réglées comme suit
:
200
Page 201
1) quand la rupture intervient au cours de la période d’essai,
il n’est dû aucune indemnité,
2) dans les autres cas, quand la rupture est le fait de
l’employeur, il est dû à l’employé :
A. - S’il s’agit d’un contrat à durée indéterminée :
a) en cas d’inobservation du délai-congé fixé par les usages
ou à défaut par une convention collective, à titre de salaire, le
montant évalué en argent de tous les avantages directs et
indirects qu’il aurait recueillis pendant le délai-congé,
b) en cas d’observation du délai-congé, une indemnité pour
résiliation abusive, s’il y a lieu.
Pour la fixation de l’indemnité à allouer le cas échéant, il est
tenu compte des usages, de la nature des services engagés, de
l’ancienneté des services combinée avec l’âge de l’intéressé,
des retenues opérées et des versements effectués en vue d’une
pension de retraite et, en général, de toutes les circonstances qui
peuvent
l’étendue du
préjudice causé.
l’existence et déterminer
justifier
S’il survient une modification dans la situation juridique de
l’employeur notamment par
fusion,
transformation du fonds, mise en société, tous les contrats de
louage de services, visés à l’article 409 alinéa I, et en cours au
jour de la modification, subsistent entre le nouvel entrepreneur
et les voyageurs, représentants et placiers attachés à la maison.
succession, vente,
La cessation de l’entreprise, sauf le cas de force majeure, ne
libère pas l’entrepreneur de l’obligation de respecter le délai-
congé.
Les parties ne peuvent renoncer par avance au droit éventuel
de demander des dommages-intérêts, en vertu des dispositions
201
Page 202
ci-dessus qui seront applicables même au cas où l’employé est
lié par des contrats de louage de services à plusieurs
employeurs.
Le privilège établi par l’article 1630-4° du Code des
Obligations et des Contrats s’étend aux indemnités prévues ci-
dessus, soit à raison de l’inobservation du délai-congé, soit à
raison de la résiliation abusive du contrat *.
B. - S'il s'agit de la rupture anticipée d'un contrat à durée
déterminée :
a) à titre de salaire, le montant des avantages directs ou
indirects qu'il aurait recueillis jusqu'à l'expiration normale du
contrat, compte tenu des avantages que l'employé trouvera par
suite de la rupture du contrat;
b) une indemnité pour résiliation abusive s'il y a lieu.
Article 412
Quelles que soient la cause et la date de la cessation des
services de l'employé, même lorsqu'elle se produit à l'expiration
du contrat à durée déterminée, l'employé a toujours droit, à titre
de salaire, aux commissions et remises sur les ordres non encore
transmis à la date de son départ de l'établissement, mais qui sont
la suite directe des échantillonnages et des prix faits
antérieurement à l'expiration du contrat.
Sauf clause contraire, ce droit sur
les commissions
n'excédera pas la durée normale consacrée par les usages de
chaque profession.
*
L'article 1630 du code des obligations et des contrats est abrogé par la loi n° 65-5 du
12 février 1965, portant promulgation du code des droits réels et le privilège visé au § 5
de l'article 199 du code.
Il est également signalé que l'article 199 précité a été implicitement modifié par l'article
151-2 du code du travail, ajouté par la loi n° 96-62 du 15 juillet 1996.

202

Page 203
Article 413
En cas de résiliation d'un contrat fait sans détermination de
durée par le fait de l'employeur et lorsque cette résiliation n'est
pas provoquée par une faute du voyageur, représentant ou
placier, ainsi que dans le cas de cessation du contrat par suite
d'accident ou de maladie entraînant une incapacité permanente
totale de travail du voyageur, représentant ou placier, celui-ci
aura droit à une indemnité pour la part qui lui revient
personnellement dans l'importance en nombre et en valeur de la
clientèle apportée, créée ou développée par lui, compte tenu des
rémunérations spéciales accordées en cours de contrat pour le
même objet, ainsi que les diminutions qui pourraient être
constatées dans la clientèle préexistante et provenant du fait du
voyageur, représentant ou placier.
Tout contrat de durée déterminée comporte un droit à la
même indemnité pour le cas où, sans faute du voyageur,
représentant ou placier, et du fait de l'employeur, le contrat
serait rompu avant son échéance ou le contrat venu à expiration
ne serait pas renouvelé.
L'indemnité prévue au paragraphe précédent ne se confondra
aux
ni avec celle qui pourrait être due conformément
dispositions ci-dessus, ni avec celle qui pourrait être due en cas
de rupture anticipée pour l'inexécution des obligations nées du
contrat de durée déterminée.
Cette
ne
forfaitairement à l'avance.
indemnité
pourra
pas
être
déterminée
Article 414
Les réparations prévues par la législation des accidents du
travail sont dues, sous réserve des dispositions ci-après, aux
voyageurs, représentants ou placiers du commerce et de
203
Page 204
l'industrie, pour les accidents survenus par le fait ou à l'occasion
de leur travail, notamment au cours des déplacements et visites
qu'ils effectuent en exécution de leur contrat de louage de
services conclu dans les conditions de l'article 409.
Article 415
Les délais impartis aux chefs d'entreprises par l'article 40 de
la loi n° 57-73 du 11 décembre 1957 relative au régime de
réparation des accidents du
travail et des maladies
professionnelles, pour la déclaration des accidents survenus aux
voyageurs, représentants ou placiers, hors des locaux de
l'établissement principal, ne commencent à courir que du jour
où ils ont été informés de l'accident par lettre recommandée
avec avis de réception émanant de la victime, de son
mandataire, de ses ayants droit ou de ses représentants et faisant
connaître le lieu et les circonstances de l'accident.
La déclaration de l’accident, au poste de police ou de la Garde
Nationale du poste du lieu où il s’est produit, peut être faite sous
forme de lettre recommandée adressée dans le délai légal, le
récépissé postal justifiant du jour de l’envoi de cette lettre.
Si la déclaration est faite conformément à l'article 43 de la
loi du 11 décembre 1957 précitée, par la victime ou ses
représentants, dans les deux années suivant l'accident, elle doit
être accompagnée du récépissé postal de la lettre recommandée
et de l'avis de réception visés au paragraphe premier du présent
article *.
* La loi n° 57-73 du 11 décembre 1957 est abrogée et remplacée par la loi n° 94-28 du
21 février 1994, portant régime de réparation des préjudices résultant des accidents du
travail et des maladies professionnelles. Il y a lieu par conséquent de se référer aux
dispositions de la nouvelle loi.

204

Page 205
Article 416
Lorsqu’un voyageur, représentant ou placier est victime d’un
accident au cours de visites ou de déplacements effectués pour
le compte de plusieurs entreprises,
réparation des
conséquences de l’accident incombe solidairement à tous les
chefs de ces entreprises.
la
Article 417
Chaque employeur a la faculté de s’exonérer de cette
obligation solidaire, par l’exécution d’un mandat, par lui donné
au voyageur, représentant ou placier, de conclure pour son
compte une police d’assurance garantissant le paiement des
rentes et indemnités prévues par la loi du 11 décembre 1957
précitée
(*).
Dans ce cas, les primes afférentes à ladite police sont
remboursées au voyageur ou acquittées directement par chaque
employeur, proportionnellement au montant des rémunérations
payées par chacun d’eux au voyageur par rapport au total des
rémunérations déclarées par le souscripteur de la police.
Article 418
Dans tous les cas, et quelle que soit l'entreprise reconnue
responsable, le salaire servant de base à la fixation des rentes et
indemnités dues, s'entend de l'ensemble des rémunérations
reçues par le voyageur, représentant ou placier, des différentes
entreprises qu'il représente, pendant la période de douze mois
qui précède l'accident.
(*) La loi n° 57-73 du 11 décembre 1957 est abrogé et remplacé par la
loi n° 94-28 du 21 février 1994, portant régime de réparation des
préjudices résultant des accidents du tribunal et des maladies
professionnelles. Il y a lieu par conséquent de se référer aux
dispositions de la nouvelle loi.

205

Page 206
Pour ceux qui ont travaillé pendant moins de douze mois
avant l'accident, il doit s'entendre du total des rémunérations
qu'ils ont effectivement reçues, augmentées de celles qu'ils
auraient reçues pendant la période nécessaire pour compléter les
douze mois, s'ils avaient normalement exercé leur profession
dans les mêmes conditions pendant ladite période.
Article 419
Pour l'application de la législation sur les congés payés, le
voyageur, représentant ou placier, qui exerce sa profession dans
les conditions fixées par l'article 409 ci-dessus, a droit, pour son
congé, à la rémunération moyenne qu'il a reçue pour une
période de même durée dans l'année qui a précédé son congé,
sans que l'allocation de cette indemnité puisse entraîner une
réduction du montant des commissions auxquelles il a droit,
dans les conditions prévues à son contrat, en raison de son
activité antérieure à son départ en congé.
Chapitre XVII
Carte d'identité professionnelle à l'usage des
voyageurs et représentants de commerce
Article 420
le
tunisien
territoire
Toute personne exerçant sur
la
profession de voyageur ou de représentant de commerce et dont
l'occupation exclusive et constante est de servir d'intermédiaire
pour la vente entre producteurs, industriels, commerçants et
lorsque ces marchandises sont
toutes autres personnes
nécessaires à l'exercice de la profession des acheteurs, est tenue
de justifier de la possession d'une carte professionnelle
d'identité établie dans les conditions prévues aux articles
suivants.
206


Page 207
Article 421
La carte d'identité professionnelle doit être signée du
titulaire et indiquer son signalement descriptif, ses nom,
prénom, date et lieu de naissance, sa nationalité originaire, et
acquise s'il y a lieu, ainsi que son domicile.
La carte doit porter, en outre, la photographie du titulaire
oblitérée par le sceau de l'autorité qui l'aura délivrée.
Toutes pièces d'état civil et toutes autres pièces justificatives
utiles doivent être fournies à l'appui de ses déclarations.
Le requérant doit également produire l'attestation écrite qui lui
est obligatoirement délivrée par les producteurs, industriels et
commerçants qui l'emploient ou le représentant général de ceux-ci,
s'il est un collaborateur ou employé de ce représentant général.
Cette attestation doit être visée, après examen et vérification
des pièces fournies, par la chambre de commerce dans le ressort
de laquelle se trouve la maison représentée ou son principal
établissement et par la chambre de commerce du domicile du
requérant si celui-ci est domicilié dans le ressort d'une autre
chambre.
La production de cette attestation avec les visas qu'elle
comporte doit être mentionnée sur la carte.
Dans le cas de rupture de l'engagement entre l'employeur et
l'employé, les deux parties sont tenues d'en donner avis dans le
délai d'un mois à l'autorité qui a délivré la carte.
Article 422
Si la maison représentée est située dans un pays lié à la
Tunisie par une convention, les déclarations de l'établissement
employeur doivent être visées par la chambre de commerce
dans le ressort de laquelle se trouve la maison représentée.
207
Page 208
Article 423
Les cartes d'identité professionnelle sont délivrées par le
Gouverneur du domicile du requérant et, s'il y a lieu, par le
Délégué du Gouverneur ou le Président de la Municipalité.
L'autorité qui délivre la carte, pourra également établir, à
défaut de carte d'identité, la pièce qui en tiendra lieu
provisoirement.
Article 424
La carte d'identité professionnelle doit être renouvelée tous
les ans dans les conditions fixées aux articles précédents et sur
la production des mêmes justifications.
Toutes modifications apportées aux déclarations consignées
à la carte d'identité professionnelle doivent être l'objet d'une
déclaration faite au moment du renouvellement.
La délivrance des cartes d'identité professionnelle donne lieu
à la perception d'un droit annuel fixé par une loi.
Article 425 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Toute personne qui aura exercé la profession de voyageur ou
représentant de commerce sur le territoire tunisien sans pouvoir
justifier de la possession de la carte d'identité professionnelle ou
qui sciemment aura fait des déclarations inexactes pour obtenir
la délivrance de ladite carte, sera punie d'une amende de 72 à
288 dinars et en cas de récidive de 288 à 2880 dinars.
208
Page 209
Les mêmes sanctions seront appliquées à toute personne à
l'égard de laquelle a été constaté la délivrance des pièces ou
tout
d'attestations à
contrevenant aux dispositions de l'article 420 et du dernier
paragraphe de l'article 421 du présent code.
titre de complaisance, ainsi qu'à
Chapitre XVIII
Carte professionnelle des ouvriers-boulangers
Article 426
Les boulangers patentés, titulaires de la carte professionnelle
délivrée conformément à l'article 1er du décret du 19 janvier
1956 qui font appel à une main-d'œuvre salariée pour la
fabrication du pain, ne peuvent employer que des ouvriers-
boulangers titulaires de la carte professionnelle.
Article 427
La carte professionnelle d'ouvrier - boulanger est délivrée
par le Sectaire d'Etat au Plan et à l'Economie Nationale, sur avis
de la commission d'attribution de la carte professionnelle
d’ouvrier- boulanger. L’organisation, le fonctionnement et les
attributions de cette commission sont fixés par décret, sur avis
des Secrétaires d'Etat au Plan et à l'Economie Nationale et à la
Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales.
Article 428 (Modifié par la loi n° 94-29 du 21 février
1994).
Les infractions aux dispositions de l'article 426 sont punies
conformément aux articles 234, 236 et 237 du présent code.
209
Page 210
Chapitre XIX
Médaille du Travail
Article 429 (Modifié par la loi n° 70-20 du 30 avril 1970).
Une distinction honorifique dénommée "Médaille du travail"
est décernée pour récompenser la conscience et le rendement
professionnels apportés dans les services effectués par les
l’industrie, du
personnels salariés des établissements de
commerce, de l'agriculture et de leurs dépendances de quelque
nature qu'ils soient.
Elle est décernée également aux personnels salariés des
professions
libérales, des établissements artisanaux, des
coopératives, des sociétés civiles, syndicats, associations et
groupements de quelque nature que ce soit.
La médaille du travail peut être attribuée aux personnels de
l'Etat, des collectivités publiques locales et des établissements
publics à caractère administratif.
Article 430
La médaille du travail est décernée chaque année le 1er mai
par arrêté du Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux
Affaires Sociales.
Article 431 (Modifié par la loi n° 70-20 du 30 avril 1970).
La Médaille du Travail comprend 5 échelons :
- Echelon exceptionnel "Médaille d'or" qui est accordée sans
condition et à titre exceptionnel à certaines personnes ayant
rendu des services éminents dans le domaine du travail.
210
Page 211
- Echelon majeur "médaille d'or" qui est accordée après 30
ans de services effectifs.
-1er échelon "médaille de vermeil" qui est accordée après 25
ans de services effectifs.
- 2ème échelon "médaille d'argent" qui est accordée après 20
ans de services effectifs.
- 3ème échelon "médaille de bronze" qui est accordée après
15 ans de services effectifs.
Article 432
La médaille du travail est accordée à tout salarié tunisien
travaillant dans les établissements et entreprises visés à l'article
429, tirant de son occupation la principale de ses ressources et
apportant, par sa conscience et son rendement professionnels,
une contribution louable au développement économique du
pays dans les services effectués en Tunisie.
Article 433
Les salariés résidant et travaillant à l'étranger chez un
employeur tunisien ou dans une succursale ou agence d'un
établissement dont le siège social est en Tunisie, peuvent
obtenir la Médaille du Travail.
Article 434
La médaille du travail peut être attribuée à des travailleurs
étrangers ressortissants d'un état qui accorde la réciprocité aux
travailleurs tunisiens.
Par ailleurs, le secrétaire d'Etat à la jeunesse, aux sports et
aux affaires sociales peut octroyer la Médaille du Travail à des
travailleurs étrangers particulièrement méritants, sans condition
de nationalité.
211
Page 212
Article 435
La médaille du travail ne peut être accordée aux directeurs
généraux, directeurs et gérants de sociétés que s'ils sont
assujettis, en raison de leurs fonctions, à l'impôt sur les
traitements et salaires.
Article 436
La médaille du travail peut être attribuée aux mutilés du
travail dans la mesure où ils remplissent les conditions exigées
pour son octroi.
Elle peut être décernée à titre posthume :
1) sans condition aux ouvriers et employés victimes d'un
accident mortel survenu dans l'exercice de leur profession,
2) à condition que la demande ait été introduite dans un délai
de 2 ans, suivant la date de leur décès, aux ouvriers et employés
qui, au moment de leur décès, remplissaient les conditions
fixées aux articles 432 à 435.
Article 437 (Modifié par la loi n° 70-20 du 30 avril 1970).
La médaille du travail ne sera conférée qu'aux personnes
jouissant de leurs droits civils et politiques.
En cas de services discontinus, les interruptions ne doivent
pas avoir une cause contraire à la probité professionnelle ou à la
morale.
Article 438
La médaille du travail appartient à son titulaire, sa vie
durant.
Le titulaire ne peut être destitué à moins qu'il n'ait encouru une
condamnation à une peine privative de liberté pour crime ou délit.
212
Page 213
Les tribunaux devront transmettre à cet effet au Secrétariat d'Etat à
la Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales, la liste des
condamnés titulaires de la Médaille du Travail.
La radiation sera prononcée par le Secrétaire d'Etat à la
Jeunesse, aux Sports et aux Affaires Sociales.
Article 439
La médaille du
travail ne sera conférée, sauf cas
exceptionnel, qu'en commençant par l'échelon le moins élevé.
Il ne peut être prononcé de promotion à un échelon supérieur
que si l'intéressé compte au moins 5 ans dans l'échelon
inférieur, à moins de services exceptionnels rendus dans le
cadre du développement économique et social du pays.
Article 440 (Modifié par la loi n° 70-20 du 30 avril 1970).
Toute proposition à la médaille du travail doit être faite par
l'employeur de l'intéressé et adressée, sauf en ce qui concerne
les personnels de l'Etat, des collectivités publiques locales et
des établissements publics à caractère administratif, au
gouverneur de la circonscription dans laquelle est domicilié le
candidat. Elle doit comporter les pièces suivantes :
1) une demande rédigée sur papier libre par l'employeur et
indiquant les nom, prénom, date et lieu de naissance, profession
de l'intéressé, date exacte de l'entrée chez l'employeur et s’il y’a
lieu date de sortie, dates et motifs des interruptions ainsi que les
nom, profession et adresse de l’employeur. La demande devra
contenir un rapport de l'employeur, relatif aux faits qui justifient
de l'attribution de la Médaille du Travail au candidat proposé
par lui, elle devra mentionner, le cas échéant, l'échelon que
l'intéressé occupe déjà, ainsi que la date de sa dernière
promotion,
213
Page 214
2) un extrait du casier judiciaire du salarié ayant moins de
trois mois de date,
3) la demande doit comporter, le cas échéant, toutes
attestations nécessaires justifiant l'ancienneté du salarié.
Article 441
Lorsqu'un salarié est décédé des suites d'un accident du
travail, la médaille du travail pourra lui être conférée à titre
posthume par le Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et
aux Affaires Sociales sans qu'aucune proposition n'ait été
introduite par l'employeur.
Dans le cas prévu à l'alinéa 2 de l'article 436, une demande
faite sur papier libre pourra être adressée par un membre de la
famille du salarié décédé à son ancien employeur qui, s'il le
juge bon, se chargera de proposer, dans les formes prévues à
l'article 440 précédent, l'attribution de la médaille du travail à
titre posthume à l'intéressé.
Article 442
Les candidatures ou propositions sont instruites par les
gouverneurs qui font procéder à une enquête sur l'honorabilité
et la moralité du candidat. Ils transmettront avec leur avis les
dossiers au secrétaire d'Etat à la jeunesse, aux sports et aux
affaires sociales, avant le 31 janvier de chaque année.
Article 443
Toute proposition formée régulièrement et à laquelle aucune
suite n'a été donnée dans les 18 mois de son dépôt, doit être
renouvelée pour pouvoir être réexaminée selon les conditions
prévues à l'article 440.
214
Page 215
Article 444 (Modifié par la loi n° 70-20 du 30 avril 1970).
La liste des promus est publiée au Journal Officiel de la
République Tunisienne.
Les titulaires de la médaille du travail reçoivent, pour
chaque échelon, un diplôme et une décoration.
Le diplôme, signé par le secrétaire d'Etat auprès du Premier
Ministre, chargé des Affaires Sociales et de l'Habitat, prescrit
l'échelon auquel sont promus les récipiendaires ainsi que la date
de la promotion.
Les travailleurs promus reçoivent gratuitement la décoration
correspondante à leur échelon. Les frais de cette décoration,
sont pris en charge soit par l'autorité qui procède à la décoration
soit par l'employeur lorsque les récipiendaires ne sont pas
décorés par une autorité officielle.
Chapitre XX
Jours fériés, chômés et payés
Article 445 (Modifié par la loi n° 88-55 du 2 juin 1988
puis par la loi n° 91-15 du 25 février 1991).
Sont jours fériés payés, le 20 mars, le 1er mai, le 25 juillet,
le 7 novembre, le jour de l'aïd El Fitr et le jour de l'aïd El Idha.
Article 446
La rémunération et la récupération des heures ainsi perdues
s'effectuent dans les conditions fixées aux articles 108, 109 et
110 du Code du Travail.
215
Page 216
Page 217
TABLE DES MATIERES
Sujets
CODE DU TRAVAIL
………………………..
Loi n° 66-27 du 30 avril 1966, portant
promulgation du code du travail
…………..
Dispositions générales . .................................
LIVE I FORMATION DES RAPPORTS DE
TRAVAIL
.............…………………………
Titre I – Le contrat de travail . ............…...
Chapitre I – Formation du contrat . ..................
Chapitre II – Les obligations du salarié . ...........
Chapitre III – Fin du contrat de travail . ............
Titre II Sous-entreprise de main-
d'œuvre ………………………………..
Titre III Les conventions collectives...……
Chapitre I – Dispositions générales . ................
Chapitre II – Conventions collectives agréées ...
Chapitre III – Des conventions collectives
d’établissements ................................................
LIVRE II L'EXECUTION DU TRAVAIL
Titre I Les conditions du travail ....……….
Chapitre I – L’admission au travail . ................
Section1 – Age minimum . ........................….
Section2 – Examen médical d’aptitude des
adolescents à l’emploi .......................…….....

Chapitre II – Protection de la maternité ............
Chapitre III Travail de nuit des femmes et des enfants
Section 1 Dans les activités non agricoles
Section II – Dans les activités agricoles . ..

Articles
1 à 446
1 à 3
1 à 2
6 à 43
6 à 27
6 à 9
10 à 13
14 à 27
28 à 30
31 à 52
31 à 36
37 à 43
44 à 52
53 à 156
53 à 129
53 à 63
53 à 60
61 à 63
64
65 à 74
65 à 73
74
Ps
--
3
9
15
15
15
18
19
34
36
36
38
40
43
43
43
43
47
49
50
50
56
217
Page 218
Section unique -
Sujets
Chapitre IV – Exécution du travail ...................
Chapitre V – Travaux spéciaux . .......................
Travaux souterrains et
récupération des vieux métaux . ....................
Chapitre VI – Durée du travail . ........................
Section I - Régime normal ……………….
Section II - Heures supplémentaires .........
S/section 1. Dans
les activités non
agricoles . ..................................................
S/section 2. - Dans les activités agricoles ..
Section III - Travail à temps partiel . ........

Chapitre VII – Le repos hebdomadaire . ...........
Section I - Dans les activités non agricoles
Section II - Dans les activités agricoles ....

Chapitre VIII – Jours fériés, chômés et payés ....
Chapitre IX – Congés annuels payés . ...............
Section I - Dans les activités non agricoles
Section II - Dans les activités agricoles ....
Section III - Dispositions communes à
toutes les activités .....................................

Titre II – Le salaire …………………...
Chapitre I – De la détermination des salaires . ..
Chapitre II – Du paiement des salaires ..............
Chapitre III - De la saisie-arrêt, de la cession et
de certains privilèges .........................................
Titre III – Hygiène et sécurité des
travailleurs . ...........................................
LIVRE III Titre unique REPRESENTATION
DU PERSONNEL DANS LES ENTREPRISES ...

LIVRE IV - L'INSPECTION DU TRAVAIL . ..
Articles
75 à 76-2
77 à 78
77 à 78
79 à 94-14
79 à 89
90 à 94
90 à 93
94
94-2à 94-14
<