Page 1
Evaluation du cadre juridique et institutionnel 
relatif à l’écotourisme et aux aires protégées en 
Tunisie 
Pr. Wahid Ferchichi 
Professeur de Droit, Université Tunisienne 
Tunis 
 Novembre 2011 
1 
 
        




 
 
 
 
 
 




Page 2
Table des Matières 
Liste des abréviations ...................................................................................................................... 4 
Introduction .................................................................................................................................... 6 
Chapitre préliminaire : Écotourisme et aires protégées : Concepts et situation en Tunisie ............... 8 
I. 
Le tourisme en Tunisie ................................................................................................................ 8 
A.  État général du tourisme en Tunisie : ..................................................................................... 8 
B. 
Le tourisme durable en Tunisie ............................................................................................. 10 
II. 
L’état des aires protégées en Tunisie : ...................................................................................... 14 
A. 
Les aires protégées régis par le code forestier : .................................................................... 14 
B. 
Les aires protégées marines et côtières régies par la loi de 2009 ........................................ 19 
Chapitre I: Le cadre juridique et programmatoire de l’écotourisme dans les aires protégées ......... 21 
I. 
Les textes juridiques ayant trait à l’écotourisme ...................................................................... 21 
II. 
Les stratégies adoptées afin de promouvoir l’écotourisme ...................................................... 23 
III. 
Les acteurs publics intervenant dans la régulation de l’écotourisme ................................... 29 
A. 
Les acteurs centraux .............................................................................................................. 29 
B. 
Les établissements publics spécialisés : ................................................................................ 31 
Chapitre II: La participation du secteur privé à la promotion de l’écotourisme ............................... 34 
I. 
L’intervention des agents économiques dans l’écotourisme .................................................... 34 
A. 
Le cadre juridique de cette intervention ............................................................................... 34 
B. 
Les incitations financières et fiscales du secteur privé à investir dans l’écotourisme .......... 37 
II. 
L’intervention de la société civile .............................................................................................. 41 
A. 
Le rôle des associations ......................................................................................................... 41 
B. 
L’intégration des populations locales dans la gestion des projets écotouristiques............. 42 
Chapitre III : Vers le développement de l’écotourisme dans les aires protégées ............................. 46 
I. 
Les handicaps au développement de l’écotourisme ................................................................. 46 
A.  1. Sur le plan juridique ........................................................................................................... 46 
B. 
Sur le plan social .................................................................................................................... 49 
2 
 
  
Page 3
3. 
Sur le plan technique ............................................................................................................. 50 
II. 
Les  recommandations  pour  un  cadre  juridique  tunisien  de  l’écotourisme  dans  les  aires 
protégées ........................................................................................................................................... 50 
A.  1. Innovation juridique et programmatrice indispensable : .................................................. 50 
B. 
La promotion d’activités écotouristiques diversifiées ......................................................... 51 
C. 
La nécessité d’un marketing écotouristique ........................................................................ 53 
D.  Favoriser une culture écologique grâce au soutien des associations ................................... 54 
Bibliographie ................................................................................................................................. 65 
3 
 
 
 
Page 4
Liste des abréviations 
AFT: Agence Foncière Touristique 
AGCS : l’Accord Général du Commerce des Services 
AMCP: Aire Marine et Côtière Protégée  
AMVPPC : Agence de Mise en Valeur du Patrimoine et de Promotion Culturelle 
ANPE : Agence Nationale de Protection de l’Environnement 
APAL : Agence de Protection et de l’Aménagement du Littoral 
ATD TES : Association Tunisienne pour le Développement  du Tourisme Ecologique et des Sites 
ATPNE : Association Tunisienne pour la Protection de la Nature et de l’Environnement 
CII: Code des Incitations aux Investissements 
CITET: Centre International des Technologies de l’Environnement de Tunis 
CNDD : Commission Nationale du Développement Durable 
CRDA : Commissariat Régional du Développement Agricole  
DGF : Direction Générale des Forets 
DPM : Domaine Public Maritime 
EIE : Etude d’Impact sur l’Environnement 
FDCT : Fonds du Développement de la Compétitivité Touristique 
FPEE : Fonds de la Protection et de l’Esthétique de l’Environnement 
FPEEV : Fonds de la propreté, de l’Environnement l’esthétique des villes 
FPZT : Fonds de Protection des Zones Touristiques 
FST : Fonds Spéciaux du Trésor 
GIZC : Gestion Intégrée des Zones Côtières 
GOLD : Programmes de Gouvernance Locale pour le Développement 
JORT : Journal Officiel de la République Tunisienne 
4 
 
 
Page 5
JORF : Journal Officiel de la République Française 
MARH: Ministère de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques 
MEAT : Ministère d l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire 
MEDD : Ministère de l’Environnement et du Développement Durable 
OTED : observatoire tunisien pour l’environnement  durable 
ONTT: Office national du Tourisme Tunisien 
PEM : Plans d’Environnement Municipaux 
PGU : Programme de Gestion Urbaine 
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement 
PRE : Programme Régional pour l’Environnement 
PRED : Programme de Protection de l’Environnement et de Développement Durable 
UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature 
WWF : World Wildlife Fund  
5 
 
Page 6
Introduction 
Pour de nombreux pays, y compris la Tunisie, l’activité touristique constitue une manne pour l’emploi 
et pour les ressources en devises. Toutefois, cette activité  a démontré ses limites sur de nombreux 
plans : hégémonie spatiale, acculturation mais surtout impact néfaste sur l’environnement. Partant 
de ce constat, la communauté internationale a pris conscience de la nécessité de rationnaliser cette 
activité  pour  qu’elle  soit  en  harmonie  avec  le  souci  écologique.  De  ce  fait,  l’écotourisme  apparait 
comme étant l’équation privilégiée pour la réalisation d’un bon ménage entre le développement du 
secteur touristique (ressources en devisescréation d’emploi) et la protection de l’environnement.  
De  son  côté,  la  Tunisie  a  mis  en  place  des  mécanismes  juridiques,  institutionnels,  financiers,  et 
techniques pour intégrer le souci écologique dans sa politique générale du tourisme. Dans ce sens, 
les  unités  touristiques  ont  été  soumises  à  la  procédure  de  l’étude  d’impact  sur  l’environnement1. 
Actuellement, l’activité de l’unité soumise à l’étude  d’impact sur l’environnement ou au cahier des 
charges doit être conforme à la vocation de la zone d’implantation, aux plans d’aménagement et aux 
normes en vigueur relatives à la protection, conformément à l’article 4 du décret n 20051991 du 11 
juillet 2005 relatif à l’étude d’impact sur l’environnement. Ce décret a inscrit dans son annexe 1 les 
unités  soumises  obligatoirement  à  une  étude  d’impact,  parmi  lesquelles  figurent  notamment   des 
unités touristiques dévastatrices d’espaces et génératrice de pollution2 .  
Sur  un  autre  plan,  l’écotourisme  représente  un  atout  pour  intégrer  la  durabilité  dans  le  secteur 
touristique  et  pour  s’éloigner  des  modes  classiques  de  productivité  massive  dans  ce  secteur.  A  ce 
niveau, une étude sur l’écotourisme et les aires protégées ne manque pas d’utilité dans la mesure  
ces aires disposent d’une potentialité éco touristique d’une grande envergure. Il faut rappeler que la 
notion d’aire protégée n’a été introduite en droit tunisien que récemment. Le code forestier de 1988,  
considéré comme étant le droit commun des espaces naturels en Tunisie, n’a pas utilisé ce terme. Ce 
sont  d’autres  expressions  qui  sont  employées  par  le  législateur  tunisien  tels  que zone,  parc, 
réserve3  Ce  n’est  qu’à  partir  de  2009  que  cette  notion  a  été  introduite  en  droit  tunisien  et  ce,  à 
travers la loi relative aux aires protégées marines et côtières.  
1  Le  régime  de  l’EIE  existe  en  Tunisie  depuis  1988,  institué  par  l’article  5  de  la  loi  relative  à  l’Agence  nationale  pour  la 
protection  de  l’environnement,  qui  a  mis  une  étude  d’impact  environnementale  à  la  charge  de  toute  installation 
industrielle, agricole, ou commerciale nouvelle dont l’activité pourrait être génératrice de pollution ou de dégradation de 
l’environnement. Néanmoins, la lourdeur de cette procédure, notamment dans la manière dont elle avait été organisée par 
le  décret  n  91362  du  13  mars  1991  a  justifié  l’intervention  du  législateur  en  2001  pour  lui  apporter  quelques 
assouplissements  par  la  loi  n  200114  du  30  ‐12001  portant  simplification  des  procédures  administratives  relatives  aux 
autorisations délivrées par le ministère chargé de l’Environnement dans les domaines de sa compétence. 
2 Ce sont notamment les activités et unités suivantes :  
Les opérations d'aménagement des zones touristiques dont la superficie est comprise entre 10 et 30 hectares ; 
Les unités de déclassements de l’eau dans les unités industrielles et touristiques ; 
Les unités de thalassothérapie et de thermalisme ; 
Les unités d’hôtels d’une capacité supérieure à 300 lits ; 
Les projets d’aménagements des zones touristiques dont la superficie dépasse les 30 hectares ; 
3 Le code forestier a été promulgué par la loi n°8820 du 13 avril 1988, modifiée et complétée par la loi  200128  du 19 
mars 2001, ainsi que par la loi  200513 du 26 janvier 2005. Il a remplacé l’ancien code forestier de 1966. 
6 
 

                                                            
Page 7
La  création  d’aires  protégées  a  pour  objectif  primordial  la  préservation  de  la  biodiversité  mais 
également la création de paysages en transformant ces aires en espaces récréatifs notamment par le 
développement de l’écotourisme.  
Dans le cadre de ce projet, nous mettrons l’accent sur le cadre juridique de l’écotourisme dans ces 
espaces naturels. Nous ferons également état des différents acteurs intervenant dans la promotion 
de cette activité, le rôle des populations locales, les stratégies ainsi que les mécanismes mis en place 
pour  développer  l’écotourisme  dans  les  aires  protégées  en  Tunisie.  Enfin,  à  la  lumière  de  ce  cadre 
juridique et institutionnel, nous examinerons les perspectives de ce secteur ainsi que les mécanismes 
nécessaires pour son amélioration. 
7 
 
Page 8
Chapitre préliminaire : Écotourisme et aires protégées : Concepts et 
situation en Tunisie 
Le  tourisme  est  un  vecteur  essentiel  de  l’économie  nationale.  En  effet,  la  Tunisie  présente  une 
mosaïque très diversifiée de paysages naturels qui a encouragé l’émergence de cette activité, surtout 
dans  les  zones  côtières  du  territoire.  La  gestion  touristique  a  été  tout  d’abord  accentuée  sur  la 
promotion  du  tourisme  balnéaire.  Ensuite,  et  avec  l’intégration  de  la  notion  du  développement 
durable,  la  gestion  touristique  s’est  orientée  vers  le  développement  du  tourisme  écologique  et 
durable à travers l’ « écotourisme ». Les aires protégées qui ont été créées en Tunisie sont au cœur 
de cette nouvelle orientation.  
En premier lieu, nous étudierons l’encadrement du tourisme en Tunisie, avant d’analyser l’état actuel 
des aires protégées. 
I.
Le tourisme en Tunisie  
A. État général du tourisme en Tunisie : 
A  partir  de  l’indépendance  de  la  Tunisie,  l’Etat  a  consenti  des  efforts  importants  pour  le 
développement du tourisme. L’essor a été très rapide. En 1960, la Tunisie accueillait déjà 0,25 % des 
touristes fréquentant les rives de la méditerranée. Ce pourcentage s’est élevé à 1,5 % en 1990. Dès 
1960,  l’engagement  de  l’Etat  pour  la  promotion  de  ce  secteur  était  très  significatif,  le  tourisme 
occupait une place de choix dans les différents plans de développement : l’Etat intervenait déjà, dès 
1959, dans ce secteur en créant une première société d’Etat qui devint le premier opérateur dans le 
secteur avec 90 % de la capacité d’hébergement en 1962, sa part ayant progressivement régressé par 
la suite. Entre 1962 et 2000, le nombre d’hôtels touristiques a été multiplié par 10, il est passé de 74 
unités à 736 unités ; la capacité d’hébergement en lits a été multipliée par 50, elle est passée de 4000 
à près de 200.000 lits, le nombre de nuitées touristiques a été multiplié par plus de 80, passant de 
400.000 à plus de 33 millions. Le nombre de touristes étrangers a cru dans les mêmes proportions : 
de 52 000 en 1962, il a atteint aujourd’hui plus de 5 millions4. 
Dès cette époque, et jusqu’à nos jours, l’Etat s’est également impliqué dans le secteur à travers des 
encouragements  apportés  aux  promoteurs  touristiques.  Une  batterie  de  mesures  a  été  mise  en 
place :  des  mesures  législatives  ont  permis  d’encourager  la  production  hôtelière  et  touristique  et 
d’accorder des avantages au secteur du tourisme: décret du 2 septembre 1966, loi du 26 janvier 1969 
(Code  des  investissements).  L’Etat  a  aussi  multiplié  les  encouragements  indirects  aux  promoteurs 
touristiques  privés :  création  de  l’Agence  Foncière  Touristique  (A.F.T)  chargée  d’établir  des 
procédures  d’acquisition  des  terrains  par  achat  à  l’amiable  (droit  de  préemption)  ou  expropriation 
pour  clause  d’utilité  publique.  L’Etat  a  également  consenti  un  effort  important  pour  appuyer  la 
formation  professionnelle  dans  un  premier  temps  à  l’étranger  puis  en  Tunisie.  Enfin,  les  banques, 
notamment  paraétatiques,  ont  largement  contribué  au  financement  de  l’industrie  hôtelière  tout 
comme quelques groupes financiers moyensorientaux. 
4 Source ONTT. 
8 
 
                                                            
Page 9
Le développement du tourisme en Tunisie s’est renforcé à partir de la moitié des années 1980 grâce 
à  l’avènement    du  « package  tour ».  Cette  évolution  s’est  faite  parallèlement  à  l’intensification  des 
vols  « charters ».  Depuis,  l’infrastructure  hôtelière  continue  à  se  développer  à  cette  cadence.  La 
majorité  des  établissements  est  toujours  concentrée  en  bord  de  mer,  dans  les  premières  stations : 
Tunisbanlieue,  NabeulHammamet,  dans  le  Sahel  et  dans  la  région  de  Djerba/Zarzis.  Les  nouvelles 
zones  touristiques  sont  d’une  importance  secondaire.  L’intérieur  du  pays,  malgré  ses  nombreuses 
potentialités, reste marginalisé. 
Le tourisme crée de nombreux emplois directs et indirects, 40 000 emplois directs ont été crées dans 
l’hôtellerie en 2002, contre 1631 en 1961 et en tout, plus de 160 000 emplois ont été induits par ce 
secteur. 
Le tourisme a également contribué à l’établissement de structures urbaines de bonne qualité, avec 
un  renforcement  très  sensible  du  niveau  d’équipement  des  communes  touristiques.  Sur  le  plan 
démographique,  on  assiste  à  une  croissance  rapide  des  villes  littorales  et  à  une  intensification  des 
flux  migratoires  depuis  l’intérieur  des  terres  vers  les  zones  littorales.  Le  tourisme  a  également 
contribué  au  déploiement  d’un  large  éventail  d’industries  manufacturières  et  de  prestataires  de 
service. 
On observe d’abord une concentration quasiexclusive des équipements sur le littoral Est. Le reste du 
pays  est  souséquipé  et  reste  relativement  peu  fréquenté.  On  s’apercevra  également  que  la  quasi
totalité  des  unités  hôtelières  se  situe  sur  une  frange  étroite  le  long  du  trait  de  côte.  Ces 
aménagements ont entrainé la privatisation de vastes portions du littoral, une dégradation du milieu 
naturel  et  une  absence  d’intégration  des  hôtels  par  rapport  au  milieu  support,  les  hôtels  s’étant 
attribué des surfaces largement surdimensionnées.  
Le  fonctionnement  de  tels  aménagements  se  révèle  excessivement  coûteux  car  il  nécessite  la 
construction  de  plusieurs  centaines  de  kilomètres  de  routes,  de  conduites  d’eau,  de  lignes 
électriques et surtout une consommation d’eau excessive. 
Le coût des investissements nécessaires à l’aménagement des zones touristiques et des hôtels s’est 
révélé  très  élevé  d’où  la  dépendance  croissante  visàvis  des  capitaux  étrangers  et  des  tours 
opérateurs  internationaux,  et  d’où  l’obligation  pour  l’Etat  de  recourir  à  des  crédits  à  long  terme 
accordés  par  des  organismes  internationaux.  Les  tours  opérateurs  européens,  très  puissants, 
contrôlent l’essentiel des flux touristiques en Tunisie.  
A coté de cette dépendance du secteur touristique aux opérateurs étrangers, il faut noter la présence 
d’autres  insuffisances  de  ce  secteur  à  savoir  la  faible  diversification  des  produits  touristiques 
tunisiens  et  la  très  forte  saisonnalité  de  la  fréquentation  puisque  les  touristes  sont  en  général 
intéressés par la plage, le soleil, la qualité de l’hébergement et le coût réduit du séjour. Les contacts 
avec  la  population  sont  réduits,  presque  ignorés.  Les  flux  sont  très  fortement  concentrés  en  haute 
saison estivale. Par ailleurs, il est important de rappeler l’extrême fragilité du secteur à chaque crise 
sécuritaire ou économique5.  
5 Conflit israéloarabe de 1973 ; 1ère et 2ème guerre du Golfe ; attentat de Djerba, révolution du 14 janvier 2011. 
9 
 
                                                            
Page 10
B. Le tourisme durable en Tunisie 
Le  tourisme  durable est  un  tourisme  non  agressif  à  l’égard  de  l’environnement  tant  naturel  que 
culturel. C’est une notion large qui englobe plusieurs activités touristiques respectueuses des milieux 
la  nécessité  de  protéger 
et  qui  s’insèrent  dans  une  perspective  de  combinaison  entre 
l’environnement tout en encourageant le développement des activités touristiques écologiques qui 
sont  déjà  variées.  C’est  un  tourisme  responsable  destiné  à  respecter  le  milieu  d’où  se  manifeste 
l’idée  du  développement  durable.  Ce  genre  d’activité  est  basé  sur  la  promotion  d’une  activité 
économique,  prenant  toutefois  en  considération  la  préservation  du  milieu.  C’est  ainsi  par  exemple 
qu’un touriste, à travers les visites rendues aux sites culturels permet de réaliser un équilibre entre le 
bénéfice matériel et le souci de protéger le site puisqu’il ne vient pas pour consommer de cet espace 
mais  plutôt  pour  en  apprécier  son  originalité  d’où  l’idée  da  la  responsabilité  contrairement  au 
tourisme  balnéaire  concentré  sur  le  littoral  et  générateur  d’une  grande  pollution.  Dans  cet  ordre 
d’idées, on peut citer les activités touristiques suivantes : 
1. Le tourisme culturel  
 Au vu de l’intérêt accru porté au tourisme culturel dans le monde et à son rôle dans l’enrichissement 
la  Tunisie  s’est  employée  à  promouvoir  ce  secteur  au  service  du 
du  secteur  touristique, 
développement économique. Par conséquent, la Tunisie a choisi d’exploiter la culture au service du 
tourisme, dans le cadre d’une approche visant à intégrer la culture dans le circuit économique, tout 
en  veillant  à  préserver  les  attributs  de  l’identité  nationale  et  les  spécificités  culturelles  et 
traditionnelles.  
Les sites culturels et naturels, les ensembles historiques et traditionnels, les monuments historiques, 
ainsi que les musées attirent certes des touristes tout au long de l’année et permettent de créer une 
dynamique touristique destinée à rentabiliser le patrimoine archéologique et à promouvoir d’autres 
secteurs économiques tels que l’artisanat. Le patrimoine culturel est cependant protégé par le code 
du patrimoine archéologique, historique et des arts traditionnels de 1994. Il est placé sous la tutelle 
du ministère chargé de la culture. Afin de promouvoir une bonne intégration des biens culturels dans 
le  circuit  touristique,  l’exploitation  de  ce  patrimoine  est  confiée  à  l’Agence  de  mise  en  valeur  du 
patrimoine et de promotion culturelle (AMVPPC). Celleci a été créée en 1997 dans le but de mettre 
en  œuvre  les  programmes  de  mise  en  valeur  du  patrimoine  culturel,  y  compris  ceux  relatifs  au 
tourisme  culturel6  .  Dans  cet  ordre  d’idées,  l’AMVPPC  a  contribué  à  la  réalisation  de  la  stratégie 
nationale  de  promotion  du  tourisme  culturel  (20002004)  qui  a  été  mise  en  place  pour  garantir  la 
valorisation et l’exploitation à bien escient du patrimoine culturel dans le cadre d’une coordination 
étroite  entre 
les  ministères  et  établissements  en  charge  des  secteurs  de 
la  culture,  de 
l’environnement, et du tourisme. 
2. Le tourisme saharien  
Depuis 1997, on assiste en Tunisie à la promotion du tourisme saharien en tant qu’activité alternative 
et  complémentaire  par  rapport  aux  activités  classiques  de  tourisme  balnéaire.  Cependant,  les 
6 Loi n 9716 du 3 mars 1997 (JORT n°19 du 7 mars 1997, p.387). 
10 
 
                                                            
Page 11
opérateurs  qui  s’y  adonnent  ont  rencontré  une  série  de  difficultés,  ayant  justifié  l’adoption  des 
mesures de soutien de la part  de l’Etat (soutien financier et fiscal)7. 
3. Le tourisme de santé  (thermalisme et thalassothérapie)  
Le  tourisme  de  santé  s’insère  dans  le  cadre  de  la  diversification  du  produit  touristique  et  se 
manifeste  à  travers  le  thermalisme  mais  également  la  thalassothérapie.  Dans  cette  perspective,  la 
combinaison entre santé et tourisme pourrait tout aussi bien intégrer une troisième composante, à 
savoir la composante écologique. 
Thermalisme8 
Les investissements dans ce secteur sont réalisés librement sous réserve de déposer une déclaration 
d’investissement  auprès  des  services  de  l’office  National  du  Tourisme  Tunisien  (ONTT),  qui,  en 
contrepartie délivrent au promoteur une « Attestation de dépôt de déclaration d’investissement ». 
Les conditions d’exploitation d’un centre thermal figurent dans l’arrêté du 24 août 1999 du Ministre 
du  tourisme  et  de  l’artisanat  portant  approbation  du  cahier  des  charges  fixant  les  normes  et  les 
conditions d’agrément, d’organisation et d’exploitation d’un établissement thermal9.  
En matière de création d’établissements thermaux, l’office du Thermalisme, constitue l’interlocuteur 
privilégié ‐ mais non unique‐ des promoteurs souhaitant investir dans ce domaine10. En effet, ce sont 
ses services qui examinent le dossier de réalisation des unités thermales et qui proposent au ministre 
chargé du tourisme, conformément à la réglementation en vigueur, l’agrément (accord de principe) 
des  projets  relatifs  à  la  création  d’établissement  relevant  de  ce  secteur,  et  à  l’extension  ou  à  la 
reconversion  des  unités  existantes ;  après  vérification  de  l’accord  de  principe  émanant  du  Ministre 
chargé de l’Agriculture en ce qui concerne la concession de l’utilisation des eaux d’une source chaude 
ou minérale froide. 
Ainsi,  selon  l’arrêté  du  24  août  1999  du  Ministre  du  tourisme  et  de  l’artisanat  précité,  l’accord  de 
principe  pour  la  réalisation  d’un  établissement  thermal  ne  peut  être  délivré  qu’après  examen  du 
dossier  par  les  services  de  l’Office  du  Thermalisme,  qui  le  soumettent  au  comité  médical  pour 
approbation. 
7 L’importance de la question a d’ailleurs donné lieu à l’organisation d’un colloque international qui s’est tenu du 9 au 11 
novembre  2007  à  Tozeur,  dans  le  sud  tunisien,  portant  sur  le  thème  « Tourisme  saharien  et  développement  durable : 
enjeux  et  approches  comparatives ».    Communication  de  Mehdi  Marzouki  et  Géraldine  Forger  sur :  « Les  formes  de 
tourisme dans les régions Ouest de la Tunisie : enjeux, opportunités et limites ».  
8 En Tunisie, quelque soit le type de tourisme de santé choisi, les conditions d’exploitation figurent dans l’arrêté du ministre 
du tourisme et de l’artisanat du 16 juillet 1997 portant  approbation du guide des investisseurs et des promoteurs privés 
dans  le  secteur  du  tourisme ;  le  champ  d’application  s’étend  à  toute  personne  physique  ou  morale,  tunisienne  ou 
étrangère,  résidente  ou  nonrésidente  ou  en  partenariat  qui  peut  investir  librement  conformément  aux  conditions 
d’exercice dans les activités touristiques suivantes, telles que le thermalisme et/ou la thalassothérapie. 
9  Après  le  14  Janvier  2011  le  Ministère  chargé  du  tourisme  est  devenu  le  Ministère  du  commerce,  du  tourisme  et  arts 
traditionnels. 
10 Créé par la loi  7558 du 14 Juin 1975, telle que modifiée par la loi  89102 du 11 décembre 1989 ; son organisation 
administrative et financière est fixé par le décret  75655 du 20 septembre 1975 tel que modifié par le décret  91597 
du  30  avril  1991.  Le  décret  n°80811  du  24  Juin  1980  fixe  pour  sa  part  les  modalités  de  fonctionnement  des  centres 
thermaux.  
11 
 
 
                                                            
Page 12
Conformément  à  ce  cahier  des  charges,  c’est  l’Office  du  Thermalisme  qui  intervient  ensuite  en 
matière de contrôle11.  
L’ouverture au public de l’établissement se trouve de ce fait soumise à l’accord préalable de l’Office 
du Thermalisme, au même titre que sa réouverture dans le cas ou sa fermeture aurait été décidée 
pour travaux ou à titre de sanction. 
L’Office  du  Thermalisme  délivre  par  ailleurs,  les  attestations  de  formation  des  spécialistes  dans  le 
secteur  thermal,  conformément  à  l’arrêté  du  Ministre  du  Tourisme  et  de  l’Artisanat  du  23  février 
1995 fixant la liste des questions relatives aux prestations administratives relevant du Ministère du 
Tourisme, du Commerce et de l’Artisanat et des entreprises publiques sous tutelle et nécessitant une 
réponse  motivée  en  cas  de  refus12.D’ailleurs,  certains  parcs  naturels  en  Tunisie  contiennent  des 
ressources  thermales  qui  peuvent  être  exploité,  il  est  donc  souhaitable  d’intégrer  les  jeunes 
habitants de ces régions dans cette formation afin de pouvoir créer des emplois dans le domaine du 
thermalisme et attirer par conséquent un nombre considérable des visiteurs de ces aires protégées.  
Thalassothérapie  
Actuellement, la Tunisie occupe la 2ème position mondiale en matière de thalassothérapie, juste après 
la France13. Par conséquent, les potentialités en la matière méritent d’être exploitées au mieux des 
possibilités. 
La thalassothérapie avait été définie par l’article 1er du décret  921297 du 13 juillet 1992 fixant les 
normes et les conditions d’exploitation des centres de thalassothérapie, complété et modifié par le 
décret    20011081  du  14  mai  2001,  comme  étant :  « l’utilisation  simultanée  dans  un  site  marin 
privilégié, sous surveillance médicale et dans un but préventif ou curatif des éléments du milieu marin 
qui  sont  le  climat  marin,  l’eau  de  mer,  les  algues,  les  boues  marines,  les  sables  et  toutes  autres 
substances de celuici ». 
L’abrogation de ce texte par le décret  2006‐ 3174 du 30 novembre 2006 fixant les normes et les 
conditions  de  création  et  d’exploitation  des  centres  de  thalassothérapie  a  complété  la  définition 
précédente  en  disposant  que : « la  thalassothérapie  est  une  prestation  à  la  fois  thérapeutique, 
préventive et de promotion du bienêtre et de la santé, utilisant simultanément, dans un site marin 
privilégié,  sous  une  surveillance  médicale  et  avec  le  concours  d’un  staff  qualifié,  les  éléments  du 
milieu marin qui sont le climat marin l’eau de mer, les algues, les boues marines, les sables et toutes 
autres substances de celuici ». 
11  L’arrêté  précité  dispose  que : « nonobstant  les  inspections  et  les  contrôles  effectués  par  les  Ministères  chargés  de 
l’Agriculture, de la santé publique ou tout autre département intervenant dans le secteur, les infractions aux dispositions du 
présent cahier des charges sont constatées par les agents de l’office du thermalisme ». 
Dans  ce  but,  les  agents  de  l’Office  du  Thermalisme  chargés  de  l’inspection  de  l’établissement  doivent  dresser  un  procès 
verbal  dès  qu’ils  constatent  une  infraction  à  la  législation  en  vigueur,  notamment  dans  le  domaine  sanitaire,  ce  qui 
constitue également une prérogative du ministère de la santé publique. Il serait aussi judicieux de préciser les compétences 
de chaque catégorie d’agents pour harmoniser et coordonner leurs interventions. 
12  Dans  certains  cas  précisés  par  l’arrêté  conjoint  des  ministres  des  Affaires  sociales,  de  la  solidarité  et  des  tunisiens  à 
l’étranger, du tourisme et de la santé publique du 11 avril 2007, une partie des frais de soins et d’hébergement des assurés 
sociaux dans les stations thermales, est prise en charge par la Caisse Nationale d’Assurance maladie (CNAM), ce qui n’est 
pas le cas en matière de thalassothérapie. JORT n°32 du 20 avril 2007, p. 1253. 
13 Source « le tourisme tunisien vise la qualité totale », Le Manager, avril 2004 n°93, p.8. 
12 
 
                                                            
Page 13
Selon  l’article  4  de  ce  texte : «   Toute  création  d’un  centre  de  thalassothérapie  est  soumise  à  un 
accord de principe accordé par le ministre de la santé publique, après avis d’une commission dont la 
composition  est  fixée  par  arrêté  du  ministre  de  la  santé  publique ».  Par  ailleurs,  selon  l’alinéa  2 du 
même  article, « le  contenu  du  dossier  préliminaire  nécessaire  pour  la  création  d’un  centre  de 
thalassothérapie » est également fixé par un arrêté émanant de la même autorité. Sous l’empire du 
décret  92‐ 1297 du 13 juillet 1992, modifié en 2001, c’est l’arrêté du 27 juillet 2002 du ministre de 
la  santé  publique  qui  était  venu  fixer  la  liste  des  pièces  à  fournir    pour  la  constitution  du  dossier 
préliminaire à l’obtention de l’accord de principe pour l’exploitation d’un centre de thalassothérapie. 
Un arrêté du 28 mai 2001 du ministre de la santé publique avait pour sa part approuvé le cahier des 
charges relatif à l’extension et à la transformation des centres de thalassothérapie. Dans l’attente de 
l’adoption des nouveaux textes, ces derniers demeurent valables.  
4.  L’écotourisme  
L’écotourisme est une composante du tourisme durable. C’est le modèle authentique d’un tourisme 
respectueux de l’environnement, qualifié aussi du tourisme responsable, voir même éthique. 
Il  signifie de  « toute  forme  de  développement,  aménagement,  et  activité  touristique  qui  respecte  et 
préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles, sociales et  contribue de manière positive 
et équitable au développement économique et à l’épanouissement des individus qui vivent, travaillent 
et séjournent dans ces espaces14. » 
A  ce  niveau,  il  faut  distinguer  la  notion  d’écotourisme  de  celles  de  tourisme  vert  ou  tourisme  de 
nature  qui  ont  plutôt  pour  effet  de  consommer  l’espace  naturel  et  des  ressources  sans  véritable 
réflexion écologique. L’écotourisme devient lui, un développement touristique viable.  
Le terme « écotourisme » a été utilisé pour la 1ère fois en 1987 par l’architecte environnementaliste 
mexicain  Hector  Ceballoslascurain,  directeur  de  la  commission  écotourisme  de  l’UICN (Union 
Internationale pour la Conservation de la Nature) pour désigner un voyage de découverte dans une 
nature  préservée  et  mettant  l’accent  sur  l’éducation  et  la  sensibilisation  à  la  protection  de 
l’environnement. L’écotourisme constitue de ce fait «  un secteur du tourisme impliquant la visite de 
sites naturels relativement intacts avec le seul et unique objet d’admirer, d’étudier et de profiter de 
la beauté des lieux, des plantes et  animaux sauvages et de toutes les spécificités culturelles qu’on 
peut y découvrir».  
La définition d’Hector Ceballos‐ Lascurain  a ensuite été révisée en 1993 pour désigner une forme de 
tourisme «   responsable »  dans  des  zones  naturelles  peu  perturbées,  dans  le  but  d’admirer  et 
d’apprécier  la  nature (ainsi  que  toutes  les  caractéristiques  culturelles  du  lieu),  encourageant  la 
conservation,  ayant  peu  d’aspects  négatifs  et  garantissant  l’intégration  socioéconomique  des 
populations  locales.  L’écotourisme  est  une  notion  dynamique,  il  dépasse  les  limites  d’un  simple 
tourisme  écologique  se  contentant  de  respecter  les  milieux  et  les  coutumes  sans  rien  modifier. 
L’écotourisme se propose lui, tout en garantissant également ce respect, de faire évoluer les choses 
14 J.M Le Breton « Ecotourisme et développement durable », in « L’écotourisme, un nouveau défit pour la Caraïbe ? » ; série 
« Iles et pays d’outre‐ mer », édition Karthala, 2001, p.350. 
13 
 
 
                                                            
Page 14
dans  un  sens  positif  et  actif  pour  les  populations  et  les  milieux  puisqu’il  s’agit  d’une  « démarche 
d’espoir sur l’évolution possible de l’humanité 15». 
Il en résulte que l’écotourisme est une bonne illustration du développement durable puisqu’il inclut 
les  trois piliers de cette stratégie à savoir : le développement économique, le progrès social, et  la 
protection de l’environnement. 
En  Tunisie,  on  assiste  depuis  ces  dernières  années  à  la  prise  de  conscience  de  la  nécessité 
d’encourager 
l’écotourisme  considéré  comme  tourisme  durable,  contrairement  au  tourisme 
balnéaire qui a un impact négatif sur le littoral. 
Dans  cet  ordre  d’idées,  plusieurs  efforts  ont  été  déployés  afin  d’encourager  les  projets  éco 
touristiques spécialement dans les aires protégées. 
II.
L’état des aires protégées en Tunisie : 
A. Les aires protégées régis par le code forestier : 
Ce sont les parcs nationaux et les réserves naturelles 
1. Parc national : 
Selon  l’article  218  du  Code  forestier : « On  entend  par  parc  national,  un  territoire  relativement 
étendu  qui  présente  un  ou  plusieurs  écosystèmes  généralement  peu  ou  pas  transformés  par 
l'exploitation  et 
les  sites 
géomorphologiques et les habitats offrent un intérêt spécial du point de vue scientifique, éducatif et 
récréatif, ou dans lesquels existent des paysages naturels de grande valeur esthétique ». 
les  espèces  végétales  et  animales, 
l'occupation  humaine   
Il  apparaît  que  le  Code  forestier,  tel  que  refondu  en  1988,  tient  encore  compte  de  la  définition 
première d'un parc national donnée par l'UICN en 1969 lors de l'assemblée générale à New Delhi,  
il s'agissait de « territoire dans lequel la plus haute autorité compétente du pays a pris des mesures 
pour empêcher ou éliminer dès que possible toute exploitation ou occupation ».  
La révision de cette définition effectuée par l'UICN en 1990 nuance la précédente argumentation en 
apportant la notion d'occupation intensive.  
Cette  définition  de  l’UICN  présente  les  parcs  nationaux  (aires  de  la  catégorie  II)  comme  étant  « de 
vastes aires naturelles ou quasi naturelles mises en réserve pour protéger des processus écologiques 
de  grande  échelle,  ainsi  que  les  espèces  et  les  caractéristiques  des  écosystèmes  de  la  région,  qui 
fournissent  aussi  une  base  pour  des  opportunités  de  visites  de  nature  spirituelle,  scientifique, 
éducative  et  récréative,  dans  le  respect  de  l’environnement  et  de  la  culture  des  communautés 
locales ». 
15 P. Py : «  Du tourisme écologique à l’écotourisme », in les Cahiers Espaces : «Tourisme et environnement : du tourisme de 
nature à l’écotourisme »,  Hors Série ; éditions Touristiques européennes, Paris 1993, p. 51. 
14 
 
 
                                                            
 
Page 15
Les parcs nationaux constituent la majorité des aires protégées de Tunisie. Ils couvrent en effet 237 
000 hectares sur une superficie totale de 250 000 hectares d’aires protégées (correspondant à plus 
de 90%). 
Mis à part le parc national des Iles Zembra et Zembretta16, créé en 1977, la plupart de ces parcs ont 
été  créés  après  198017.On    compte  aujourd’hui  8  parcs  déjà  réalisés,  d’autres  sont  en  cours  de 
création18. 
La  liste  des  parcs  nationaux  révèle  que  chaque  parc  est  spécifique,  distinct  de  par  sa  situation 
géographique,  sa  faune,  sa  flore,  sa  diversité  biologique  et  paysagère  et  de  par  son  histoire, 
composantes  à  l’origine  de  la  richesse  de  son  patrimoine  naturel  et  culturel.  Ainsi,  les  parcs 
nationaux tunisiens représentent des écosystèmes variés, à l’image de la diversité des écosystèmes 
en  Tunisie.  Certains  parcs  naturels  se  situent  dans  des  espaces  géographiques  proches  des  zones 
touristiques. Ainsi, l’île de Zembra est située dans le golfe de Tunis. La terre la plus proche Le Ras El 
Ahmar, dans la presqu’île  de CapBon, est à 10 km de distance alors que les caps de Gammarth et 
Carthage sont séparés par une cinquantaine de kilomètres; entre l’île de Zembretta et le CapBon se 
trouve  l’île  de  Zembra.  Les  îles  sont  situées  dans  le  gouvernorat  de  Nabeul  qui  est  la  destination 
touristique  la  plus  attractive  en  Tunisie.  Un  tel  emplacement  géographique  favorise  l’attraction  de 
ces parcs par les touristes. D’un autre coté, certains parcs naturels sont situés dans des régions très 
peu fréquentées par les touristes. Il s’agit par exemple du parc national du Chambi qui se trouve à 15 
km à l’Est de Kasserine, à 35 km au nord de Feriana et à 50 km au sud de Thala dans le gouvernorat 
de Kasserine. 
Tous ces parcs ont été créés par décret mis en application par le Ministre de l'Agriculture. 
Le décret de classement constitue aussi un acte de classement des espaces couverts par le parc dans 
le  domaine  forestier  public  de  l’Etat.  Ce  classement  suit  une  procédure  assez  longue  (10  à  20  ans, 
voire  plus).  Cela  débute  par  la  phase  de  détermination  ou  de  localisation  des  espaces  objet  de 
classement.  A  ce  niveau,  ce  sont  les  scientifiques/  écologues  (chercheurs)  qui  sont  dans  la  plupart 
16 Décret no 77340 du 1er avril 1977, portant création d'un parc national des Iles Zembra et Zembretta comprenant les dites 
Iles, JORT  24 du 8 avril 1977, p. 899. 
17  Historiquement,  on  note  que  la  notion  de  réserve  de  chasse,  qui  permet  de  limiter  l’exploitation  d’une  zone  riche  en 
faune, existait déjà sous le régime beylical. A titre d’exemple, en 1936 le Bey Ahmed Bacha Bey, avait décrété le Bou Hedma 
comme parc d’Etat sur 5000 ha, réservant cet espace à son usage exclusif. Ces réserves n’étaient pas soumises à un système 
de  gestion  particulier ;  surveillées  par  un  ou  plusieurs  gardiens,  elles  n’étaient  accessibles  que  sur  autorisation  du  Bey. 
Consulter à ce niveau : 
‐  ZAIANE  (Salma),  Tourisme  et  loisirs  dans  les  parcs  nationaux,  L’exemple  du  Parc  national  d’Ichkeul,  Tunis,  CPU,  2004,  p. 
127 ; 
‐ ENNAIFER (Rachida), Les aires protégées en méditerranée, Mémoire en vue de l’obtention du DEA en Droit public, Faculté 
des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, 1999, p. 3. 
18Nous citons parmi ces projets :  
‐ 
Le parc national de Djebel Zaghouan qui s’étend sur une superficie de 1 920 ha ; 
‐ Le parc national de Dghoumes qui s’étend sur une superficie de 10 000 ha ; 
‐ Le parc national d’OumChieh qui s’étend sur  12 000 ha. 
15 
 
                                                            
Page 16
des cas les «localisateurs » de ces espaces et qui soumettent leurs avis au Ministère chargé des forêts 
(Ministère de l’Agriculture)19. 
Une  fois  la  localisation  achevée,  l’administration  entame  les  opérations  foncières  nécessaires  à  la 
création de l’espace concerné. Il s’agit en principe d’achat ou d’expropriation de terrains appartenant 
à  des  particuliers.  Dans  ce  dernier  cas  « l’indemnisation  des  propriétaires  sera  réglée  dans  les 
conditions analogues à celles adoptées en matière d’expropriation pour cause d’utilité publique…»20. 
Ainsi, les terrains situés dans les parcs nationaux (et les réserves naturelles) font partie du domaine 
forestier  public  de  l’Etat.  Cette  situation  foncière  se  reflète  au  niveau  du  déclassement  ou  de 
désaffectation des parcs21. 
Un  parc  national  est  donc  établi  par  décret  présidentiel.  Son  règlement  est  ensuite  fixé  par  arrêté 
(pris  par  le  ministre  de  l’Agriculture).  Le  parc  est  géré  par  un  conservateur  qui  est  chargé 
administrativement  de  l'aménagement,  de  la  conservation  et  du  fonctionnement  quotidien.  Ni  les 
décrets de création des parcs nationaux, ni leurs arrêtés de réglementation, ne comportent les règles 
réelles de fonctionnement et, aucune mention n'est faite concernant l'organigramme de gestion de 
ces  espaces.  De  plus,  ces  textes  ne  définissent  en  aucun  cas  les  attributions  des  gestionnaires  des 
parcs. Ces derniers se trouvent souvent confrontés à des difficultés issues du fait qu'ils n'ont pas la 
latitude de prendre certaines décisions relatives à la gestion du parc national. 
Au  regard  des  textes  juridiques,  les  parcs  nationaux  sont  placés  sous  la  tutelle  du  Ministère  de 
l'Agriculture.  
2. Les réserves naturelles 
Selon  l’article  218  du  Code  forestier :  « On  entend  par  réserve  naturelle,  un  site  peu  étendu  ayant 
pour  but  le  maintien  de  l'existence  d'espèces  individuelles  ou  de  groupes  d'espèces  naturelles, 
animales  ou  végétales,  ainsi  que  leur  habitat  et  la  conservation  d'espèces  de  faune  migratrice 
d'importance nationale ou mondiale ». 
Cette définition du droit tunisien, tout en rappelant celle de l’UICN, ne prend pas en considération la 
nuance introduite par l’UICN pour distinguer les deux souscatégories de la Catégorie I. 
En effet, la Catégorie I de l’UICN qui a pour objectif une protection intégrale de l’espace concerné se 
compose  de  deux  souscatégories :  I.a :  la  réserve  naturelle  intégrale  et  I.b :  la  zone  de  nature 
sauvage (voir le chapitre préliminaire sur les catégories de l’UICN).  
La définition du Code forestier tunisien ne retient qu’une seule souscatégorie : la réserve naturelle 
intégrale et elle ne fait pas allusion à une éventuelle distinction entre la réserve naturelle et les zones 
de  nature  sauvage.  Cependant,  au  niveau  des  faits,  les  réserves  naturelles  en  Tunisie  peuvent  être 
soumises à cette souscatégorisation. 
19 HEMISSI (H), Les instruments juridiques de la protection des parcs nationaux, Mémoire pour l’obtention du DEA en Droit 
des affaires, Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, 1998. 
20 Article 220 du Code forestier. 
21  En  droit  comparé  (droit  français)  la  propriété  des  terrains  des  parcs  nationaux  ou  des  réserves  naturelles  peut  être 
partagée entre les personnes publiques et les particuliers. 
16 
 
 
                                                            
Page 17
En effet, les critères de distinction sont de deux sortes : d’une part, l’étendue (I.b plus étendue que 
I.a) et, d’autre part, l’éventuelle utilisation de l’espace par les communautés locales (possibilité dans 
I.b et non dans I.a). 
En  se  basant  sur  ces  deux  critères  on  peut  penser  que  certaines  réserves  naturelles  en  Tunisie 
correspondant à la souscatégorie I.a et d’autres demeurent plus proche de la souscatégorie I.b. 
Selon le Code forestier tunisien la création de réserves naturelles trouve son fondement dans « des 
raisons  naturelles,  environnementales,  scientifiques,  culturelles,  éducatives,  récréatives  ou 
esthétiques, de [les] maintenir dans leur état naturel22». 
Cependant,  ces  raisons  de  création  ne  sont  pas  strictement  liées  aux  réserves  naturelles.  Elles 
constituent  des  raisons  communes  aux  trois  catégories  principales  du  Code  forestier :  les  parcs 
nationaux, les réserves naturelles et les forêts récréatives23. 
 Ainsi, les mêmes raisons peuvent servir à la création des trois catégories du Code. Ces recoupements 
dans les objectifs de création ont amené l’UICN à procéder à une distinction entre les catégories et 
au sein même de la catégorie pour ce qui est de la catégorie I consacrée aux réserves naturelles.  
Ainsi, et pour mieux apprécier la valeur de la réserve en tant que milieu de loisir, on peut citer à titre 
d’exemple  la  réserve  marine  du  Galiton  qui  se  caractérise  par  son  emplacement  géographique 
exceptionnel favorisant son attraction écotouristique. L’îlot du Galiton est d’une superficie du 27 ha, 
situé à 1,5 miles au sud ouest de l’île de la Galite. 
La Galite se trouve en face de Cap Negro sur le coté nord ouest de la Tunisie à 50 miles environ de 
Bizerte  (zone  touristique)  et  à  37  miles  environ  de  la  ville  de  Tabarka  (zone  touristique).  La 
particularité de cette réserve se manifeste sur le plan géologique, puisque c’est le seul endroit  on 
y  trouve  des  roches  granitiques  comparativement  aux  formations  continentales  exclusivement 
sédimentaires24.  Ces  atouts  d’ordre  géologique  ainsi  que  géographique  renforce  l’attraction  des 
visiteurs à ce milieu.  
En  se  basant  sur  ces  raisons  de  création,  le  gouvernement  a  procédé  à  la  création  de  19  réserves 
naturelles représentant la grande diversité des écosystèmes tunisiens25. 
Concernant la création de réserves naturelles, deux périodes doivent être distinguées: 
22  Article 219 du Code Forestier. 
23 En effet, selon l’article 219 du Code forestier : « Les régions ou sections de régions naturelles dont il importe peu pour des 
raisons  naturelles,  environnementales,  scientifiques,  culturelles,  éducatives,  récréatives  ou  esthétiques,  de  maintenir  dans 
leur état naturel, peuvent être érigées en parcs nationaux, réserves naturelles ou forêts récréatives». 
24Ridha Boukraa et Abdelhamid Karem, protection de la biodiversité et développement durable  « Le  modèle de la gestion 
des aires protégées en Tunisie » centre de publication universitaire, Tunis 2010 p.11 
25 Il s’agit des réserves suivantes : la réserve naturelle de la Galite ;  la réserve naturelle de Majen Jebel Chitana ; la réserve 
naturelle de la Grotte des chauvessouris d’El Haouaria ; la réserve naturelle de Jebel Khroufa ;  la réserve naturelle Jardin 
botanique  de  Tunis ;  la  réserve  naturelle  de  l’île  Chikly ;    la  réserve  naturelle  de  la  tourbière  de  dar  Fatma ;  la  réserve 
naturelle de Aïn Zana ; la réserve naturelle de Jebel Serrj ; la réserve naturelle de sebkhet el Kelbia ; la réserve naturelle des 
îles Kneiss ; la réserve naturelle de Ain Chrichira ; la réserve naturelle de Touati ; la réserve naturelle de Tella ; la réserve 
naturelle de Khchem el Kelb ; la réserve naturelle de Djebel Bouramli ; la réserve naturelle de Jbel Bent ahmèd ; la réserve 
naturelle de Oued Dakouk et  la réserve naturelle de Jebel Saddine. 
17 
 
                                                            
Page 18
(cid:153) Création par le biais d’arrêté ministériel avant 2005: 
L’ancien  article  21926  du  Code  forestier  disposait :  « la  création  d’une  réserve  naturelle  est  décidée 
par arrêté du Ministre de l’Agriculture ». En application de cette disposition a été créé une quinzaine 
de réserves naturelles en 1993 (14 réserves en tout)27 et en 1996 (une réserve naturelle)28. 
(cid:153) Création par décret présidentiel depuis 2005:  
Après  la  modification  du  Code  forestier  en  200529,  l’article  219  nouveau  dispose :  « Ces  parcs, 
réserves et forêts récréatives sont créés par décret pris sur proposition du Ministre chargé des forêts 
qui fixe leur organisation et leurs modalités de gestion ». 
Il s’agit  d’une unification du régime de création des différents espaces protégés prévus par le Code 
forestier. En  application de cette nouvelle disposition 3 nouvelles réserves naturelles ont  été  crées 
récemment30. 
L’unification du régime de création a pour effet positif de réduire les disparités procédurales entres 
les 3 catégories d’espaces protégés prévus par le Code forestier. De plus, cette unification élève les 
réserves au même rang (d’un point de vue juridique) que les parcs. 
A l’instar des parcs nationaux, le droit des espaces naturels en Tunisie confie la gestion des réserves 
naturelles à l’administration centrale, essentiellement la Direction générale des forêts du Ministère 
de l’Agriculture. 
26 Code forestier, loi  8820 du 13 avril 1988, portant refonte du Code forestier, JORT  30 du 3 mai 1988, pp. 678 et ss. 
27 Il s’agit des arrêtés du ministre de l’Agriculture du 18 décembre 1993, portant création des réserves suivantes : 
‐ 
Réserve naturelle à Djebel Khroufa de la délégation de Nefza du gouvernorat de Béja,  
‐ 
Réserve naturelle à Ettella de la délégation de Kasserine et Foussana du gouvernorat de Kasserine, 
‐ 
Réserve naturelle à Djebel Serj de la délégation de Bargou du gouvernorat de Siliana,  
‐ 
Réserve naturelle à Djebel Bouramii de la délégation de Gafsa Sud du gouvernorat de Gafsa, 
‐ 
Réserve naturelle aux lies de Kneîss de la délégation de Graîba du gouvernorat de Sfax,  
‐ 
Réserve naturelle à Majen Djebel Chitane de la délégation de Sedjenane du gouvernorat de Bizerte,  
‐ 
Réserve naturelle à Khechem El, Kelb de la délégation de Fériana du gouvernorat de Kasserine,  
‐ 
Réserve naturelle à Sebkhat Kelbia de la délégation de Sidi El Hani du gouvernorat de Sousse,  
‐ Réserve naturelle à Aïn Zana de la délégation de Bou Salem du gouvernorat de Jendouba,  
‐ Réserve naturelle à la grotte de chauvesouris de la délégation d'El Haouaria du gouvernorat de Nabeul, 
‐ Réserve naturelle à Djebel Touati de la délégation de Nasrallah du gouvernorat de Kairouan, 
‐ Réserve naturelle à la tourbière de Dar Fatma de la délégation de Ain Draham du gouvernorat de Jendouba,  
‐ 
Réserve naturelle à l'île de Chikly de la délégation de Bab Bhar du gouvernorat de Tunis, 
‐ 
Réserve naturelle à Aïn Cherichira de la délégation de Haffouz du gouvernorat de Kairouan,  
(JORT  100 du 31 décembre 1993, pp. 2389 à 2391) 
28  Arrêté  du  16  juillet  1996,  portant  création  d'une  réserve  naturelle  du  jardin  des  plantes  de  Tunis  à  la  délégation  d'ElKhadra, 
gouvernorat de Tunis, (JORT  61 du 30 juillet 1996, p. 1627). 
29  Code  forestier  ,  loi    8820  du  13  avril  1988,  portant  refonte  du  Code  forestier,  JORT    30  du  3  mai  1988,  p.  678, 
modifiée et complétée par la loi  200513 du 26 janvier 2005, JORT  9 du 1 février 2005, p. 260). 
30 Il s’agit des décrets suivants : 
‐ 
Décret  n°20091066  du  13  avril  2009,  portant  création  de  la  réserve  naturelle  de  Jbel  Bent  ahmèd,  gouvernorat  de 
Jendouba ; décret n°20091067 du 13 avril 2009, portant création de la réserve naturelle de Oued Dakouk, gouvernorat de 
Tataouine et  décret n°200910686 du 13 avril 2009, portant création de  la réserve naturelle de Jebel Saddine, gouvernorat 
du Kef. 
‐ 
Décret  20092305 du 31 juillet 2009, portant création d’une réserve naturelle à Thelja du gouvernorat de Gafsa. 
18 
 
                                                            
Page 19
Les  réserves  sont  gérées  par  un  conservateur  aidé  par  des  agents  techniques  du  Commissariat 
Régional au Développement Agricole (CRDA).  
A  ce  niveau,  l’article  3  des  décrets  du  13  avril  200931,  portant  création  de  3  nouvelles  réserves 
naturelles,  dispose  que :  « La  réserve  naturelle  est  gérée  par  les  services  forestiers  compétents 
relevant du Ministère de l’Agriculture et des ressources hydrauliques conformément aux dispositions 
du Code forestier. Toutefois, il est possible d’accorder certaines opérations de gestion à des personnes 
physiques  ou  morales  privées,  conformément  à  une  convention  conclue  entre  le  Ministère  de 
l’Agriculture  et  des  ressources  hydrauliques  et  les  personnes  concernées».    L’article  4  des  mêmes 
décrets,  dispose  que :  «  La  réserve  naturelle  est  administrée  par  un  conservateur  ayant  le  grade 
d’ingénieur  principal  spécialité  foresterie  désigné  par  arrêté  du  Ministre  de  l’Agriculture  et  des 
ressources 
hydrauliques.» 
Cependant, les attributions du conservateur ne sont pas juridiquement définies. 
B. Les aires protégées marines et côtières régies par la loi de 2009  
Avec  la  promulgation  de  la  loi  n°200949  du  21  juillet  2009,  relative  aux  aires  marines  et  côtières 
protégées,  la  Tunisie  s’est  enfin  dotée  d’un  cadre  juridique  spécifique  à  ces  espaces.  Cette  loi  a 
procédé à la définition de ces aires et à préciser leur régime juridique qui constitue un régime plus 
rigoureux que celui du littoral ou du domaine public maritime (DPM). 
L’article 2 de la loi du 21 juillet 2009, dispose : « Au sens de la présente loi on entend par « les aires 
marines  et  côtières  protégées»    les  espaces  désignés  par  la  loi,  en  vue  de  protéger  les  milieux 
naturels,  la  flore,  la  faune,  les  écosystèmes  marins  et  côtiers  présentant  un  intérêt  particulier  d’un 
point  de  vue  naturel,  scientifique,  instructif,  récréatif,  ou  éducatif  ou  qui  constituent  des  paysages 
naturels remarquables devant être préservés ».  
Cette définition large, voire floue, traduit la difficulté que rencontrent les instruments régionaux et 
internationaux  à  définir  les  aires  marines  protégées.  A  ce  niveau,  l’UICN  définit  le  concept  d’aire 
marine protégée au sens large comme étant « tout espace intertidal ou infra tidal, ainsi que ses eaux 
susjacentes  et  sa  flore,  sa  faune  et  ses  caractéristiques  historiques  et  culturelles,  que  la  loi  ou 
d’autres moyens efficaces ont mis en réserve pour protéger tout ou partie du milieu ainsi délimité»32. 
La définition tunisienne de l’aire marine et côtière protégée, mis à part le fait qu’elle s’applique au 
milieu marin et côtier, rappelle la définition du parc national et de la réserve naturelle. Ainsi, et pour 
donner  plus  de  consistance  à  cette  définition,  la  loi  de  2009  a  introduit  certains  paramètres  pour 
déterminer  l’aire  marine  et  côtière  protégée  (AMCP).  Il  s’agit  de  paramètres  relatifs  à  /  aux  
objectif(s) recherché(s) par la création de ces espaces. 
L’article 4 de la loi de 2009 dispose que : « L’aire marine et côtière protégée doit être d’une superficie 
suffisante pour assurer la préservation d’au moins un des éléments suivants : 
31 Il s’agit des décrets n°1066, 1067 et 1068 du 13 avril 2009, déjà cités. 
32 KELLEHER (G.), Guidelines for Marine Protected Areas, IUCN, 1999, xi. 
19 
 
 
                                                            
Page 20
1. les types d’écosystèmes marin et côtier et leur diversité biologique,  
2.  Les habitats menacés de disparition dans leur aire de répartition naturelle ou dont l’aire de 
répartition naturelle est réduite par sa nature même ou du fait de sa régression,  
3.  Les habitats nécessaires à la survie, la reproduction et la réinsertion d’une ou de plusieurs espèces 
animales ou végétales menacées d’extinction ou endémique,  
4. Les sites présentant une importance particulière en raison de leur intérêt scientifique, esthétique, 
instructif, récréatif ou éducatif ».  
La définition de l’aire marine et côtière et