Page 1
Ministère de
l’Environnement et du
Développement Durable
Direction Générale de la Qualité
de Vie
GTZ
Coopération Technique
Allemande
EETTUUDDEE SSTTRRAATTEEGGIIQQUUEE
SSUURR LLEE DDEEVVEELLOOPPPPEEMMEENNTT
DDEE LL
’’EECCOOTTOOUURRIISSMMEE EENN TTUUNNIISSIIEE
PPHHAASSEE 11 :: DDIIAAGGNNOOSSTTIICC
Version provisoire
Septembre 2007
Immeuble COMETE Immobilière
Avenue Hédi Karray 1082 Tunis
Mahrajène TUNISIE
Tél : (216) 71 707 800 / 71 707 900 / Fax : (216) 71 707 200
Email : dg@comete.com.tn
/ Site Web : www.comete.com.tn
Page 2
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
SOMMAIRE
ETUDE SUR LE DEVELOPPEMENT DE L’ECOTOURISME EN TUNISIE : OBJECTIFS
SPECIFIQUES ............................................................................................................................................... 3
CHAPITRE 1 : ECOTOURISME : CONCEPT ET MODE DE CONTRIBUTION A LA PROTECTION
DE L’ENVIRONNEMENT ET LA PROMOTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE.......................... 5
1.1. L’ECOTOURISME, NOTION CARREFOUR ET UN CONCEPT POLYSEMIQUE :........................ 5
1.2. PRINCIPES DE L’ECOTOURISME :.................................................................................................... 6
1.2.1 VALORISATION DE LA CONSERVATION ET DE LA PROTECTION DE LENVIRONNEMENT .............................. 6
1.2.2. C
ONTRIBUTION EQUITABLE AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL : ................................................ 7
1.2.3. P
RISE EN COMPTE DES BESOINS DES COMMUNAUTES HOTES : ................................................................. 8
1.2.4. P
ROMOTION DUNE EXPRESSION TOURISTIQUE AUTHENTIQUE ET RESPONSABLE : ................................... 8
1.3. MODES DE CONTRIBUTION DE L’ECOTOURISME AU DEVELOPPEMENT DURABLE :........ 9
1.3.1. LIEN ENTRE ECOTOURISME ET DEVELOPPEMENT DURABLE : .................................................................. 9
1.3.2. C
ONTRIBUTION DE LECOTOURISME DANS LA COMPOSANTE ENVIRONNEMENTALE DU DEVELOPPEMENT
DURABLE
: .................................................................................................................................................. 11
1.3.3. C
ONTRIBUTION DE LECOTOURISME DANS LA COMPOSANTE ECONOMIQUE DU DEVELOPPEMENT
DURABLE
: .................................................................................................................................................. 11
1.3.4. C
ONTRIBUTION DE LECOTOURISME DANS LA COMPOSANTE HUMAINE ET SOCIALE DU DEVELOPPEMENT
DURABLE : .................................................................................................................................................. 11
1.3.5. C
ONTRIBUTION DE LECOTOURISME DANS LA COMPOSANTE INSTITUTIONNELLE DU DEVELOPPEMENT
DURABLE
: .................................................................................................................................................. 11
1.4. CAS DE LA TUNISIE, APPORT DE L’ECOTOURISME A LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT ET A LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION:...................................... 12
CHAPITRE 2 : ANALYSE DES POTENTIALITES ECOTOURISTIQUES DE LA TUNISIE................ 14
2.1.
INVENTAIRE DES REGIONS PROPICES A L’ECOTOURISME............................................. 14
2.1.1. METHODOLOGIE DE LA SELECTION ET DE HIERARCHISATION DES SITES ................................................ 14
2.1.2. I
NVENTAIRE DES PRINCIPAUX SITES POTENTIELS POUR LA PRATIQUE DE LECOTOURISME EN TUNISIE .... 16
2.1.3. H
IERARCHISATION DES SITES ECOTOURISTIQUES ................................................................................ 39
2.3. COMPOSANTES DE L’OFFRE ECOTOURISTIQUE ....................................................................... 51
2.3. ACTEURS DE L’ECOTOURISME ...................................................................................................... 52
2.4
NATURELLES ET ORGANISATIONS SOCIO-ECONOMIQUES .......................................................... 54
DIAGNOSTICS DE QUELQUES SITES ECOTOURISTIQUES : RESSOURCES
2.4.1.
PARC NATIONAL DE L’ICHKEUL : OBSERVATION DE LA NATURE ET TREKKING.................................. 55
2.4.1.1. Potentialités écotouristiques du parc........................................................................................... 55
2.4.1.2. Activités écotouristiques actuelles et potentielles ....................................................................... 57
2.4.1.3. Retombées de l’écotourisme sur la protection de l’environnement et le bien-être des populations
locales
........................................................................................................................................... 58
2.4.2. P
ARC NATIONAL DE BOUHEDMA : OBSERVATION DE LA NATURE ET TREKKING..................................... 58
2.4.2.1 Potentialités écotouristiques du parc ........................................................................................... 58
2.4.2.2. Activités écotouristiques actuelles et potentielles ....................................................................... 59
2.4.2.3. Retombées de l’écotourisme sur la protection de l’environnement et le bien être des populations
locales
........................................................................................................................................... 60
2.4.3. P
ARC NATIONAL DE JEBIL : OBSERVATION DE LA NATURE, TREKKING ET RANDONNEES CHAMELIERES .. 61
2.4.3.1. Potentialités écotouristiques du parc........................................................................................... 61
2.4.3.2. Activités écotouristiques actuelles et potentielles ....................................................................... 62
2.4.3.3. Retombées de l’écotourisme sur la protection de l’environnement et le bien être des populations
locales
........................................................................................................................................... 63
2.4.4. PARC NATIONAL D’EL FEIDJA : RANDONNEES EQUESTRES, TREKKING ET OBSERVATION DE LA NATURE 63
2.4.4.1. Potentialités écotouristiques du parc........................................................................................... 63
2.4.4.2. Activités écotouristiques actuelles et potentielles ....................................................................... 64
1
Page 3
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
2.4.4.3. Retombées de l’écotourisme sur la protection de l’environnement et le bien être des populations
locales
........................................................................................................................................... 65
2.4.5. T
ABARKA ET LA PLONGEE SOUS-MARINE : .......................................................................................... 66
2.4.5.1. Potentialités écotouristiques....................................................................................................... 66
2.4.5.2. Infrastructures ........................................................................................................................... 66
2.4.5.3. Retombées de la plongée sous marine sur la protection de l’environnement : .............................. 67
CHAPITRE 3: ORGANISATION DU SECTEUR ET DISPOSITIFS INSTITUTIONNELS ET
INCITATIFS................................................................................................................................................. 68
3.1. REGLEMENTATION, INCITATIONS, PROMOTION ET PLANIFICATION DE
L’ECOTOURISME ...................................................................................................................................... 68
3.2. LES PROBLEMATIQUES DE BASE................................................................................................... 70
3.3. LES DIFFICULTES RENCONTREES DANS LE MONTAGE ET LA GESTION DE PROJETS
D’ECOTOURISME...................................................................................................................................... 71
CHAPITRE 4 : ANALYSE DE LA DEMANDE ECOTOURISTIQUE NATIONALE ET
INTERNATIONALE.................................................................................................................................... 74
4.1. ELEMENTS METHODOLOGIQUES.................................................................................................. 74
4.2. TENDANCES DU MARCHE TOURISTIQUE : PERCEE DU TOURISME RESPONSABLE ET DE
NATURE....................................................................................................................................................... 75
4.3. CARACTERISTIQUES DE LA DEMANDE ECOTOURISTIQUE.................................................... 75
4.3.1. SEGMENTS DU MARCHE...................................................................................................................... 75
4.3.2. P
ROFIL DES ECOTOURISTES ................................................................................................................ 76
4.3.2. M
OTIVATIONS ET ASPIRATIONS DES ECOTOURISTES............................................................................. 77
4.3.3. C
OMPORTEMENTS DOMINANTS DES ECOTOURISTES ............................................................................. 81
4.4. IMAGE ECOTOURISTIQUE DE LA TUNISIE .................................................................................. 83
CHAPITRE 5 : EXPERIENCES ECOTOURISTIQUES ETRANGERES : CAS FRANCE ET MAROC 85
5.1. STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT DE L’ECOTOURISME EN FRANCE................................ 85
5.1.1. ORGANISATIONS, ACTEURS ET PRODUITS ............................................................................................ 85
5.1.2. C
ADRE REGLEMENTAIRE ET POLITIQUES INCITATIVES.......................................................................... 89
5.1.3. F
ORMATION ...................................................................................................................................... 90
5.1.4. S
TRATEGIES PROMOTIONNELLES ........................................................................................................ 91
5.2. L’ECOTOURISME AU MAROC ......................................................................................................... 92
5.2.1. ORGANISATIONS, ACTEURS ET PRODUITS ............................................................................................ 92
5.2.2. C
ADRE REGLEMENTAIRE .................................................................................................................... 93
5.2.3. F
ORMATION ...................................................................................................................................... 94
5.2.4. S
TRATEGIES PROMOTIONNELLES ........................................................................................................ 94
ANNEXES..................................................................................................................................................... 95
2
Page 4
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
ETUDE SUR LE DEVELOPPEMENT DE LECOTOURISME EN TUNISIE : OBJECTIFS SPECIFIQUES
La promotion de l’écotourisme s’inscrit dans le cadre de cette étude, dans le sillage du
programme de lutte contre la désertification et la promotion des activités identifiées au sein
des Programmes d’Action Locaux de Lutte Contre la Désertification (PALLCD). L’objectif
visé consiste à promouvoir des activités écotouristiques respectant les impératifs du
développement durable et de la conservation de la nature. L’écotourisme doit satisfaire ainsi
plusieurs critères dont :
-
-
-
« la conservation, ainsi que la justification de la conservation, de la biodiversité et
de la diversité culturelle, à travers la protection des écosystèmes ;
l’encouragement du développement durable, en fournissant des emplois aux
populations locales et autochtones ;
le partage des bénéfices socio-économiques avec les communautés locales, en
obtenant leur accord et participation dans la gestion de l’activité écotouristique ».
L’écotourisme est appréhendé comme un moyen pouvant aider des populations localisées
dans des sites (aires protégées, parc nationaux…) ou à proximité de ces sites, à diversifier
leurs activités et par conséquent leurs revenus (réduction de la pauvreté). Le développement
de l’écoutourisme permettrait par ailleurs, la réduction de la pression sur les ressources
naturelles (terres, eau…) et la lutte contre la désertification.
Les retombées de l’écotourisme résideraient ainsi dans la protection de la nature et
l’amélioration du bien-être social et économique des populations locales. Il tend à minimiser
l’impact sur l’environnement naturel pour sa conservation à long terme, il implique également
une participation effective des populations locales dans la planification et la gestion des
activités écotouristiques, et dans la sauvegarde de la biodiversité et de leurs cultures. Les
écotouristes sont également acteurs de la sauvegarde du patrimoine naturel et culturel des sites
et lieux qu’ils visitent à travers diverses actions (reforestation, protection de la faune et de la
flore, dons financiers aux projets des communautés locales…).
Les objectifs de cette étude consistent justement à :
-
-
-
estimer le potentiel écotouristique de la Tunisie dans une perspective de
développement durable (Phase 1 : Diagnostic);
proposer des « modèles d’unités écotouristiques » viables et bénéfiques
socialement et économiquement pour les populations locales, et écologiquement
(Phase 2 : Orientations stratégiques)
proposer les moyens et les mesures nécessaires afin de permettre aux produits
écotouristiques
identifiés d’aboutir avec succès (incitations, organisation,
réglementation, sensibilisation et promotion, etc.) (Phase 3 : plan d’actions).
Le rapport de cette première phase établit un diagnostic détaillé des potentialités
écotouristique de la Tunisie. Afin de répondre aux exigences consignées dans les termes de
référence, le rapport a été structuré en cinq chapitres :
- Chapitre 1 : L’écotourisme : concept et mode de contribution à la protection de
l’environnement et la promotion du développement durable.
- Chapitre 2 : Analyse des potentialités écotouristiques de la Tunisie. Un inventaire
des sites potentiellement écotouristiques et une hiérarchisation de ses sites ont été
3
Page 5
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
élaborés et complétés par un diagnostic détaillé de quelques sites abritant quelques
expériences pilotes.
- Chapitre 3 : Organisation du secteur et dispositifs institutionnels et incitatifs
- Chapitre 4 : Analyse de la demande écotouristique nationale et internationale
- Chapitre 5 : Expériences écotouristiques étrangères : cas France et Maroc.
l’égide du Ministère de
Ce travail est le fruit d’une analyse des différentes études réalisées sur le thème de
l’Environnement et du
l’écotourisme principalement sous
Développement Durable, et de nombreuses investigations empiriques auprès des opérateurs
écotouristiques actuels et potentiels : entretiens directs conduits par les membres de l’équipe
(voir liste en annexes ainsi que certains comptes rendus d’entretiens) avec différents acteurs
du secteur (promoteurs, gestionnaires et conservateurs des parcs nationaux…) ; un focus
groupe a été également organisé au siège de Comete Engineering en présence d’une vingtaine
d’opérateurs de l’écotourisme (voir liste des participants en annexe).
4
Page 6
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
CHAPITRE 1 : ECOTOURISME : CONCEPT ET MODE DE CONTRIBUTION A LA PROTECTION DE
L
ENVIRONNEMENT ET LA PROMOTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE
1.1. L’écotourisme, notion carrefour et un concept polysémique :
La notion d’écotourisme existe depuis plus d’une vingtaine d’années, il s’agit d’un concept
qui correspond à des réalités et des interprétations assez mouvantes, avec souvent une
multitude d’interprétations. Ces interprétations cachent souvent une dimension idéologique,
non explicitée, et qui traduit, de différentes manières, une volonté de dépassement du
tourisme classique et de masse considéré de plus en plus comme ne prenant pas suffisamment
en compte l’environnement et les populations locales.
L’écotourisme a développé et traduit progressivement à travers son évolution de nouveaux
modes d’exploitation et de mise en valeur du patrimoine naturel et humain dans le cadre d’un
ancrage social assez marqué illustré par une implication réelle des populations concernées.
L’un des fondateurs de l’écotourisme, Ceballos-Lascurain a défini il y une dizaine d’années,
l’écotourisme comme (i) un tourisme responsable (ii) ayant un faible impact sur
l’environnement et qui (iii) procure des avantages aux populations locales.
Ces trois dimensions caractérisent donc l’écotourisme et constituent son fondement :
premièrement, le niveau de responsabilité apparaît à ce niveau par la recherche constante des
limites du milieu naturel et de la population que le projet touristique ne doit en aucun cas
dépasser sous peine de nuire à l’équilibre de la zone et de ses habitants, deuxièmement le
faible impact du projet touristique sur l’environnement et les ressources naturelles, et
troisièmement, l’idée nouvelle et spécifique réside dans sa dimension humaine et l’intérêt
économique accordé à la population locale à travers son implication dans la planification et la
gestion du projet.
Cette première définition de l’écotourisme a très rapidement évolué au cours de ces dernières
années et une multitude de définitions, de notions et de concepts a vu le jour. Nous avons
relevé à travers la littérature les principales composantes constitutives de l’écotourisme tel
qu’il est abordé par les différents concepteurs et réalisateurs de projets marquant ainsi sa
proximité avec d’autres formes de tourisme durable comme le tourisme solidaire ou le
tourisme éthique :
L’intérêt pour la nature
La contribution à la conservation
La création de parcs et d’aires protégées
La présence de bénéfice pour les populations locales sur un long terme
L’éducation environnementale
L’impact environnemental faible
La responsabilité éthique
La gestion intégrée de l’activité écotouristique
La durabilité de l’activité et de l’environnement
Le coté satisfait et plaisant pour le touriste
L’aspect culturel
L’aventure
L’échelle réduite du tourisme, petits projets et faible fréquentation.
5
Page 7
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Petit a petit l’écotourisme a commencé à apparaître comme une activité dont le capital
constitutif n’est autre que le patrimoine naturel et humain qui le caractérise et qui lui donne sa
raison d’être.
De ce fait les gestionnaires et les concepteurs des projets écotouristiques ont commencé à
comprendre progressivement que la réussite et la viabilité de leurs projets ne se limite pas à la
réduction des effets négatifs du projet sur l’environnement, mais au delà de ceci, le projet doit
être en lui-même et dans son mode de fonctionnement un agent de protection et de
valorisation du patrimoine naturel et humain.
Ainsi Ross et Wall en 1999 appréhendent l’écotourisme d’abord comme un moyen de
protéger la ressource naturelle et les milieux et ce par le biais de la création de revenus
découlant des activités écotouristiques, de l’éducation environnementale et de l’engagement
des communautés locales.
C’est la protection de la ressource environnementale qui
devient le centre de l’activité écotouristique.
C’est à ce moment que la notion de développement durable a commencé à se rattacher
progressivement à l’écotourisme du fait que la protection de l’environnement a commencé au
niveau de cette activité et à occuper une place de plus en plus importante, mais également à
cause de l’intérêt accordé aux populations locales tant actuelle que futures.
Ainsi et pour Lequin, en 2001, l’écotourisme est une approche de développement qui
favorise la conservation et la préservation des ressources naturelles pour les générations
futures tout en contribuant à l’amélioration des conditions et qualité de vie des
populations locales.
Dans le même ordre d’idée et toujours sous le chapeau du développement durable, certains
concepteurs de l’écotourisme privilégient la dimension sociale dans la mise sur pied de projets
écotouristiques à travers une démarche de développement local viable intégrant le social,
l’environnemental et l’économique maîtrisé par et pour la communauté hôte, c’est-à-dire celle
qui reçoit le projet ou l’activité afin de contribuer à une amélioration de ses conditions de vie.
L’écotourisme ne sera pas de ce fait viable s’il devait se résumer prioritairement à mettre sur
le marché une nouvelle forme touristique afin de répondre aux urbains en mal d’espaces verts
ou de découverte.
Le concept d’écotourisme engloberait donc, dans sa définition, l’appropriation par les
populations locales d’activités touristiques compatibles avec leur culture et avec les principes
de conservation de l’environnement.
1.2. Principes de l’écotourisme :
1.2.1 Valorisation de la conservation et de la protection de l’environnement
L’activité écotouristique n’est pas dommageable à l’environnement. La valorisation de la
conservation et de la protection de l’environnement constitue ainsi le principe de base de
l’écotourisme contrairement au tourisme de masse qui est souvent jugé dommageable pour
l’environnement. Une distinction importante est ainsi faite entre écotourisme et tourisme
classique et a fortiori tourisme de masse au niveau de l’impact de l’activité sur
6
Page 8
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
l’environnement. Pour le premier l’impact est nul sinon positif, pour le second l’impact est
négatif, voire réduit dans le meilleur des cas.
Dans ce sens et à ce niveau, l’écotourisme va plus loin que le tourisme durable, il ne s’évertue
pas seulement à maîtriser ses impacts sur l’environnement, il cherche à être avant tout un outil
de protection de l’environnement. Il se donne ainsi pour objectif,
de donner une valeur
économique à des espaces naturels soumis à une forme d’exploitation non durable
. Ainsi,
l’écotourisme pratiqué au sein de la forêt tropicale sert à empêcher la destruction de cette
dernière, en prouvant aux autorités qu’il peut rapporter plus d’argent sur le long terme. Outre
l’adoption de comportements responsables vis-à-vis de l’environnement, la contribution de
l’écotourisme à la préservation de l’environnement se matérialise aussi par la redistribution
d’une partie des gains générés dans la conservation et la protection des sites naturels.
L’écotourisme est de ce fait un tourisme écologique dont l’objectif principal est de profiter de
la nature, des paysages ou d’espèces particulières, tout en respectant les écosystèmes.
L’activité doit comporter une part d’éducation et d’interprétation, et aider à faire prendre
conscience de la nécessité de préserver le capital naturel et le culturel.
C’est pourquoi le projet dit d’écotourisme devrait responsabiliser le voyageur afin de
promouvoir la conservation environnementale à travers l’adoption d’un comportement
respectueux de l’environnement.
Toutefois et dans toute activité écotouristique basée sur l’exploitation d’un patrimoine naturel
donné à travers son observation, son étude ou autres, il est indispensable de définir
préalablement au démarrage du projet les limites du sites ou de l’aire de visite par exemple au
niveau du nombre de visiteurs et d’occupants afin de ne pas dépasser les capacités du milieu
et d’altérer ses spécificités.
C’est pourquoi la valorisation d’un site donné doit s’accompagner de mesures de
fréquentation touristique par le biais d’un indicateur de capacité de charge afin d’établir les
contraintes et les seuils de fréquentation et de contrôler par conséquent les impacts négatifs.
Ainsi, dans certains pays, les projets écotouristiques, mêmes petits, ainsi que leurs
exploitations sont soumis régulièrement à une procédure d’évaluation environnementale.
1.2.2. Contribution équitable au développement économique local :
La contribution équitable au développement économique local, à travers un projet, constitue
le deuxième principe de l’écotourisme.
Il s’agit d’un principe fondamental qui insère l’écotourisme dans une logique de marché
faisant de lui une activité nécessairement viable sur le plan économique tout en améliorant les
produits et services aux touristes, et en générant des emplois et ressources au plan local.
L’écotourisme devient ainsi un vecteur de développement justifiant la conservation de
l’environnement à des fins d’activités économiques.
Le mot équitable constitue l’une des différences de taille entre tourisme et écotourisme. Cela
implique que l’écotourisme n’est pas seulement une nouvelle forme de ponction, voire
d’exploitation des ressources naturelles et humaines, au seul profil d’un capital financier
7
Page 9
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
privé, mais qu’il présuppose une meilleure répartition des profits avec la communauté
d’accueil.
Antérieurement, et dans le cadre de projet de préservation de sites naturels, la mise à l’écart
de population locale ou leur cantonnement en dehors de ces aires sous le prétexte qu’ils sont
inaptes à contribuer au projet, ont toujours eu des effets négatifs sur le projet lui-même ainsi
que sur l’équilibre de la population concernée.
1.2.3. Prise en compte des besoins des communautés hôtes :
Ce principe implique que les communautés locales doivent être des partenaires privilégiés
dans l’équation écotouristique.
Les territoires, que les responsables ou les concepteurs ont décidé d’élever au rang de parcs
ou de sites écotouristiques, compte tenu de leur état exceptionnel, ont d’abord eu comme
gardiennes et protectrices les communautés locales du dit territoire.
Le principe évoqué à ce niveau suppose que, avant et au cours de la réalisation d’un projet
écotouristique, il est indispensable de tenir compte des besoins des communautés hôtes, de
soutenir leur bien être et d’améliorer leur condition de vie dans une perspective de
développement local.
Par conséquent, les communautés locales seront engagées dans la planification, le
développement et l’exploitation des activités écotouristiques.
Ainsi dans ce processus de renforcement des capacités, les communautés hôtes ne seront pas
passives ou vues comme un simple réceptacle ou un réservoir de main d’
(cid:176)uvre bon marché,
mais associées à la planification et la gestion des projets écotouristiques, avec une prise en
compte de leurs points de vue, de leurs valeurs et de leurs savoir-faire.
L’écotourisme pourrait de cette manière constituer un vrai projet de territoire et de
développement local pensé par et pour les communautés
.
Les paramètres sociaux doivent permettre d’évaluer dans quelle mesure les projets
touristiques peuvent s’insérer dans le milieu et les habitudes de vie des populations locales, de
manière à ce que le tourisme se développe parallèlement aux autres secteurs d’activités
économiques et concourt directement au développement local.
Pour ce qui est du touriste ou du visiteur, celui-ci et à travers ses activités écotouristiques
dispose de l’occasion de s’ouvrir sur le monde dans le respect des coutumes et des traditions
des populations locales. A leur contact, le touriste pourra acquérir de nouvelles connaissances
et prendre conscience des différences culturelles, il pourra également contribuer à leur bien-
être économique en choisissant de consommer leurs produits et services.
1.2.4. Promotion d’une expression touristique authentique et responsable :
L’écotourisme matérialisé par cette nouvelle relation entre le touriste et l’environnement
visité, dans une dynamique d’implication de la population locale, est une expérience nouvelle
et hautement significative dans l’esprit et le comportement du touriste traditionnel. Elle lui
offre l’opportunité de découvrir un système touristique nouveau dont l’espace et son occupant
8
Page 10
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
constituent ensemble et de manière intégrée le projet touristique lui-même et dans le quel le
touriste doit s’introduire et occuper une place sans bousculer les traditions et les spécificités
du milieu et des populations qui y vivent.
Le visiteur prend, le temps de son séjour, une place dans un milieu différent du sien et au quel
il est appelé à s’adapter, à le découvrir et à le connaître. L’écotourisme devient de ce fait un
véritable levier de nouvelles relations entre les cultures et les civilisations.
La promotion de telles activités écotouristiques pourrait influer le développement du tourisme
traditionnel et l’orienter progressivement vers les valeurs et les principes de l’écotourisme.
1.3. Modes de contribution de l’écotourisme au développement durable :
1.3.1. Lien entre écotourisme et développement durable :
Les principes de l’écotourisme présentent de grandes similitudes avec les fondements du
développement durable, à tel point que certains auteurs n’hésitent pas à confondre
l’écotourisme et développement durable.
L’écotourisme offre en effet une expérience touristique inscrite dans une dynamique de
protection et de préservation de l’environnement basée sur un processus de développement
économique et social qui prend en considération les spécificités et les réalités locales.
Au-delà de ces déclarations et afin de mieux positionner l’écotourisme dans la dynamique de
développement durable, il nous parait pertinent de croiser les principes de l’écotourisme avec
les quatre fondements du développement durable, l’environnemental, le social et l’humain,
l’économique et enfin l’institutionnel en terme de gouvernance et de politique.
9
Page 11
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Principes de
l’écotourisme
Environnement
Social
Economique
Fondements du développement Durable
L’environnement
est une valeur
cardinale
du
projet
L’environnement
ne subit pas de
prélèvement
sur
L’impact
l’environnement
est nul à positif
Protection
et
valorisation du
patrimoine
culturel pour
les générations
et
actuelles
futures
La
rentabilisation
économique
justifie
conservation
la
Développement
nouveaux
de
produits
et
consommation
Promotion du
secteur privé
Reconversion
de
population
locale
la
Création
d’emplois
Redistribution
et Partage des
en
bénéfices
faveur
du
développement
local
l’identité
et
Amélioration
de la qualité de
vie
Préservation
de
culturelle
des pratiques
Valorisation
du savoir local
Equité
et
justice
Touriste
responsable
Source
d’information
et d’éducation
Impact nul sur
l’environnement
Valorisation de
la conservation
de la nature
Contribution
équitable au
développement
économique
Réponses aux
besoins des
communautés
Promotion
d’une nouvelle
expression
touristique
authentique et
responsable
Gouvernance
Territoriale et
Planification
Maîtrise locale
sur
les
ressources
naturelles
Les
populations
sont
gardiennes des
milieux
naturels
Gestion
éthique
Intégration de
l’écotourisme
aux plans de
développement
te
des
Planification
intégrant
communauté
locale
besoins
touristes
Acceptation et
initiation des
projets par le
local
Participation
citoyenne
Atténuation
des usages et
rapports
des
conflictuels
10
Page 12
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
1.3.2. Contribution de l’écotourisme dans la composante environnementale du
développement durable :
L’environnement est une composante majeure du projet écotouristique, la protection des
écosystèmes et des ressources naturelles conditionne la pérennité de l’activité.
L’orientation, la définition et la planification d’un projet écotouristique doivent privilégier la
valorisation de l’environnement.
L’expérience écotouristique apparaît comme une solution de rechange à l’exploitation
abusive et non durable des ressources naturelles.
Les activités écotouristiques visent à être, non ou à la limite très peu, consommatrices des
ressources naturelles.
1.3.3. Contribution de l’écotourisme dans la composante économique du développement
durable :
Le développement durable suppose économiquement une modification du rythme et de la
manière d’exploiter les ressources naturelles afin d’assurer leur durabilité sur une longue
période de temps à des fins de croissances économiques plus durables.
Croisé à l’écotourisme, ce concept suppose que c’est la rentabilité économique du projet qui
justifierait la conservation, et ainsi le renforcement du développement de l’écotourisme
passerait par une équation entre avantages économiques et conservation de l’environnement.
Le principe de contribution positive et équitable au développement économique s’exprime
par la création de nouveaux produits pour les touristes et dans leur mise en marché par des
activités privées, l’écotourisme devient ainsi un secteur économique parallèle aux secteurs
traditionnels.
L’écotourisme s’exprime par la création d’emplois et de nouvelles sources de revenus.
1.3.4. Contribution de l’écotourisme dans la composante humaine et sociale du
développement durable :
La composante sociale et humaine du développement durable met l’homme au centre des
préoccupations du développement.
L’approche humaniste et sociale du développement durable tente de réduire les inégalités
entre les pauvres et les riches au niveau économique mais aussi au niveau de l’accès aux
ressources naturelles et aux services sociaux, il s’agit de privilégier les valeurs d’équité.
Cet objectif passe par un renforcement de l’engagement des populations locales dans les
projets écotouristiques tout en les considérant comme partenaire réel dans le développement
écotouristique.
Ce principe de contribution équitable au développement économique fait appel à la volonté
de créer un processus ouvert, équitable, transparent et démocratique de partage des
avantages de l’écotourisme.
L’écotourisme contribue également au niveau de la composante sociale et humaine à
l’amélioration de la qualité de vie, à la préservation de l’identité culturelle et la valorisation
du savoir local
1.3.5. Contribution de l’écotourisme dans la composante institutionnelle du
développement durable :
L’approche planificatrice ou de la gouvernance territoriale est l’un des fondements majeurs
du développement durable ;
11
Page 13
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Cette approche s’approprie les impératifs du développement durable et tente de les
appliquer sur une base territoriale en concertation avec les différents acteurs selon une
logique de projet et de démocratie participative.
Cette démarche prend en considération le fait que le patrimoine naturel et territorial, objet
d’un projet écotouristique, est approprié culturellement par la population locale. La viabilité
d’un projet dépend grandement de la vigilance dans le respect de cette constatation.
La planification d’un projet écotouristique doit s’intégrer dans une vison globale de
développement d’un territoire suivant une logique d’intégration aux autres activités
socioéconomiques présentes.
La réussite d’un projet écotouristique passe donc fondamentalement par son acceptation par
la population hôte.
1.4. Cas de la Tunisie, apport de l’écotourisme à la protection de l’environnement et à la
lutte contre la désertification:
La Tunisie se caractérise par un capital naturel limité et fragile ayant subi des pressions
importantes au cours des trente siècles de civilisation humaine que le pays a connu.
Aujourd’hui et dans un contexte de recherche d’un développement croissant, ce même capital
naturel se trouve soumis à des contraintes de plus en plus fortes afin de satisfaire une
population en croissance mais surtout de plus en plus consommatrice en ressources naturelles.
L’agriculture principal agent économique consommateur de ressources naturelles continue
d’occuper une place importante dans les processus de développement socioéconomique de la
Tunisie, une frange importante de la population fait encore de cette activité sa principale
source de revenus.
La majorité des terres agricoles ou potentiellement agricoles subissent encore régulièrement
des modes d’exploitation industrielles ou artisanales. Ces modes offrent à leurs exploitants
des produits alimentaires de valeur dans les zones relativement riches et correctement
aménagées et ne procurent dans la majorité des autres terres et particulièrement à l’intérieur
du pays que de faibles produits de subsistance à basse valeur ajoutée.
Cet acharnement sur des ressources naturelles fragiles et peu productrices ne peut
qu’aggraver leur état et diminuer leur pouvoir producteur et amplifier par conséquent le
phénomène de la désertification.
La lutte contre ce phénomène ne peut se faire qu’à travers un changement radical des modes
d’exploitation des ressources naturelles. Ce changement doit conduire quelque soient les
nouvelles pratiques retenues à réduire les pressions et les prélèvements que le développement
et particulièrement l’agriculture exerce sur les ressources naturelles à savoir, essentiellement,
l’eau, le sol et la biodiversité sous toutes ses formes.
Parmi les alternatives de réduction des pressions et des prélèvements exercés sur les
ressources naturelles, la reconversion d’une partie de la population, qui vit de l’exploitation
du capital naturel sans réellement en profiter économiquement mais en le dégradant sur le
plan environnemental, vers d’autres activités moins consommatrices en ressources naturelles,
parait comme une solution qui s’inscrit dans la logique de la durabilité.
12
Page 14
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
L’écotourisme peut contribuer, même de manière limitée, à ce processus de reconversion
d’une partie de la population.
Cette population qui jusqu’à présent ne tire profit de son environnement naturel qu’à travers
son exploitation pourra apprendre graduellement à le valoriser, le capitaliser et le
commercialiser en tant que richesse écotouristique au prix d’un effort de sensibilisation et un
appui technique et financier appropriés.
13
Page 15
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
CHAPITRE 2 : ANALYSE DES POTENTIALITES ECOTOURISTIQUES DE LA TUNISIE
2.1. Inventaire des régions propices à l’écotourisme
2.1.1. Méthodologie de la sélection et de hiérarchisation des sites
Afin de cerner l’offre potentielle en produits écotouristiques, nous avons été amenés à
identifier et sélectionner les sites potentiels de la Tunisie susceptibles de s’intégrer dans le
cadre des produits écotouristiques que nous proposerons au niveau de cette étude.
Pour cela, nous avons arrêté une méthodologie de choix et d’hiérarchisation des sites
potentiels. Cette méthodologie s’appuie d’une part sur l’examen détaillé de la bibliographie
disponible dans le domaine de l’écotourisme en Tunisie et d’autre part sur l’identification
d’un ensemble de critères de choix qui ont orienté notre sélection de sites.
Les critères que nous avons retenus prennent en considération essentiellement trois aspects
importants, il s’agit premièrement des potentialités naturelles du site, deuxièmement de
l’opportunité de réalisation d’un projet écotouristique sur le site en question et enfin de la
conformité de ce projet avec les objectifs majeurs de l’étude.
Pratiquement, ces critères de sélection et de classification se présentent ainsi :
Sélection en fonction des potentialités naturelles : Il s’agit de retenir au niveau de notre
liste l’ensemble des sites, qui par leurs spécificités et leurs caractéristiques naturelles ont
jusqu’à présent retenu l’attention des spécialistes nationaux et internationaux en matière
d’écotourisme d’une manière générale.
Cette matière écotouristique à la quelle nous nous sommes intéressée porte essentiellement
sur des aspects naturels et scientifiques mais également des aspects socioéconomiques à
connotation traditionnelle et qui sont en étroite relation avec le milieu naturel environnant.
Nous avons retenu dans ce cadre :
(cid:216) Les aires protégées, telles que les parcs nationaux et les réserves naturelles,
(cid:216) les forêts naturelles et artificielles présentant une spécificité particulière,
(cid:216) Les étendues agricoles traditionnelles typiques telles que les oasis et les forêts
d’oliviers,
(cid:216) Les zones humides préservées à intérêt ornithologique remarquable,
(cid:216) Les paysages remarquables,
(cid:216) Les sites géologiques à dimension internationale tels que Jebel Tébaga à Médenine et la
région d’El Haria au Kef,
(cid:216) Les régions présentant une activité socioéconomique traditionnelle typique telles que,
Sejenéne avec ses potiers, les villages berbères du sud avec l’artisanat du mergoum et
du tapis….
(cid:216) Les régions présentant une architecture typique, généralement en milieu naturel, et
ayant fonctionné en symbiose avec leur environnement, tel que les Ksours du Sud.
(cid:216) Certaines îles à cause d’une ou de plusieurs caractéristiques particulières
Sélection géographique :
14
Page 16
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Nous avons classé les sites retenus par région économique, nous avons retenu pour cela la
classification habituelle qui subdivise la Tunisie en 6 régions, Nord-Est, Nord-Ouest, Centre-
Est, Centre-Ouest, Sud-Est et Sud-Ouest.
Sélection en fonction des objectifs de l’étude :
Les projets écotouristiques à concevoir dans le cadre de cette expertise doivent répondre
globalement aux objectifs que l’étude s’est fixée en matière d’écotourisme.
Ainsi, les sites retenus au niveau de notre classification et sur les quels viendrait se
développer un projet écotouristique en utilisant et en valorisant leurs potentialités, doivent
s’intégrer d’une manière générale dans l’esprit des objectifs arrêtés au niveau des termes de
références de l’étude.
Ces objectifs peuvent se résumer de la manière suivante :
(cid:216) Lutte contre la désertification :
Un projet écotouristique tel que défini dans le cadre de cette étude doit apporter directement
ou indirectement une contribution à la lutte contre la désertification.
La lutte contre la désertification prend dans notre analyse la dimension qui lui est accordée
dans le cadre de la convention internationale de lutte contre la désertification des Nations
Unies à savoir la réduction des pressions excessives et abusives exercées sur les ressources
naturelles d’une manière générale en vue de protéger et de préserver la fonction biologique
des sols d’une manière particulière.
Ces pressions excessives et abusives sur les ressources naturelles se produisent souvent dans
un cadre socioéconomique marqué par une pauvreté notable ou bien par des modes
d’exploitation non rationnelles.
Un projet écotouristique permettrait de convertir partiellement les activités d’une frange de la
population vers des actions non consommatrices en ressources naturelles et d’alléger par
conséquent le poids qu’elles subissent traditionnellement.
(cid:216) Implication de la population locale :
Dans le même sens, un projet écotouristique, et dans une perspective d’allégement des
pressions sur les ressources naturelles, se doit d’impliquer la population locale.
Celle-ci traditionnellement orientée vers l’exploitation du capital naturel doit disposer des
capacités de reconversion nécessaires pour assurer la réussite du projet écotouristique. C’est
pour cela que l’activité écotouristique préconisée doit se placer en continuité avec les
traditions de la population locale sans rupture apparente.
(cid:216) Lutte contre la pauvreté :
Une implication socioéconomique réelle et équitable de la population dans un projet
écotouristique entraînera forcément une amélioration de son revenu et par conséquent une
réduction de son niveau de pauvreté.
15
Page 17
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Le site retenu, dans une vision de développement écotouristique, doit permettre de concrétiser
cette attente.
Sélection en fonction de l’opportunité de réalisation d’une activité écotouristiques :
Quatre activités écotouristiques principales ont été retenues au niveau de cette analyse,
l’observation de la nature, la randonnée et l’activité sportive, l’agritourisme, les arts et les
traditions populaires en relation avec le milieu et l’environnement immédiat.
Nous avons défini pour chaque site retenu le degré d’application de l’une de ces quatre
activités.
Hiérarchisation des sites et identification du degré de faisabilité d’un projet
écotouristiques :
Le degré de faisabilité d’un projet écotouristique sur un site donné est fonction
essentiellement de trois critères :
(cid:216) Sa conformité globale avec les objectifs de l’étude
(cid:216) La possibilité d’exercer au moins l’une des quatre activités retenues
(cid:216) La possibilité d’accéder au site
Nous avons attribué pour chaque site une valeur de faisabilité comprise entre 0 étoiles et 3
étoiles. Les valeurs 0 et 1 sont attribuées aux sites dont la faisabilité d’un projet écotouristique
est jugée peu réelle, les valeurs 2 et 3 sont attribuées par contre aux sites ayant de grandes
aptitudes pour abriter un projet écotouristique.
2.1.2. Inventaire des principaux sites potentiels pour la pratique de l’écotourisme en
Tunisie
L’inventaire ci-après (voir carte en annexe) des sites écotouristiques ou pouvant abriter des
activités écotouristiques présente de manière succincte les caractéristiques majeures des sites,
les activités écotouristique qui y sont pratiquées ou pouvant y être pratiquées (centre
d’intérêt), leur fréquentation et le volume d’activités, leur accessibilité, et les infrastructures
dont ils sont dotés dont les unités d’hébergement, de restauration et d’information
(écomusées) :
16
Page 18
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Inventaire des principaux sites potentiels d’écotourisme de la Tunisie
Gouvernorats du Nord Est : Grand Tunis, Bizerte, Nabeul, Zaghouan
Groupes
d’activités
Milieux/
lieux
Caractéristiques majeures
Centre d’intérêt
Fréquentation
Accessibilité
Infrastructures
Observation de
la nature
Issue d’un boisement artificiel
entamé à partir de 1914 dans le
but de fixer les dunes littorales
et protéger le milieu contre
l’ensablement, cette forêt est
constituée d’un mélange de pins
pignon et de pins d’Alep
Ce site est caractérisé par une
activité agriculture limitrophe à
la mer, une belle lagune
associée à une activité de
pêche, l’ensemble dans un
paysage pittoresque.
Site connu pour sa plage, son
paysage et son oliveraie
d’époque andalouse
1.La forêt
du
Remel
2.Le site
de Ghar
El
Melah
3.Le site
de
Metline
Ornithologie et
observation de la
flore
Confidentielle :
groupe de jeunes
(scoutisme) et
spécialistes
Facile pour la
partie proche de la
ville, interdite au-
delà (domaine
militaire)
Site intéressant,
l’activité balnéaire
réduit l’intérêt du site
en été, ornithologie,
agritourisme
Fréquentation
massive en été, pas
de motivation
écologique
De plus en plus
facile (bitumage)
Site intéressant,
l’activité balnéaire
réduit l’intérêt du site
en été,
Fréquentation
massive en été, pas
de motivation
écologique
Facile
Présence d’un
centre
d’hébergement et
de structure
d’animation et
d’information
Présence
embryonnaire de
structure
d’hébergement et
de restauration
mais pas de centre
d’information
Présence
embryonnaire de
structure
d’hébergement et
de restauration
mais pas de centre
d’information
17
Page 19
Observation de
la nature
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Réserve naturelle marine,
superficie 450 hectares. Zone
protégée, a conservée un aspect
naturel presque sauvage, idéal
pour la plongée.
Archipel volcanique,
pratiquement l’unique de la
Tunisie. Recèle une multitude
de traces de vestiges allant de
l’époque préhistorique à la fin
de l’antiquité.
Constitué d’une retenue
naturelle d’eau, dominant un
relief de collines boisées
abritant une faune sauvage et
une tourbière qui attribue au
site une valeur écologique et
scientifique
Composée de flore variée
dominée par le chêne liège. Le
site est riche également du point
de vue esthétique,
archéologique et culturel
4.La
réserve
naturelle
marine du
Galiton
5.L’île de
la Galite
6. La
réserve
naturelle
de Méjéne
Chitane
7. La
forêt de
Séjnane
Écosystème
exceptionnel,
ornithologie, sea
watching, plongée et
photo sous-marine,
observation de la
flore
Écosystème
exceptionnel,
ornithologie, sea
watching, plongée et
photo sous-marine,
observation de la
flore
Observation de la
flore
Fréquentation très
limité du faite du
classement en
réserve naturelle
(l’existence du
phoque moine
attraction
exceptionnelle est
à confirmer)
Fréquentation très
limité du faite du
classement en
réserve naturelle
(l’existence du
phoque moine
attraction
exceptionnelle est
à confirmer)
Fréquentation
confidentielle, très
scientifique
Observation de la
flore, et de la
géologie,
ethnographie
(existence de
monuments
funéraires), artisanat
(poterie)
Fréquentation
nationale et
internationale
interessante
motivée par l’achat
de produit artisanal
Difficulté d’accès
et d’accostage
Absence de
structure d’accueil,
pas de population
Difficulté d’accès
et d’accostage
Absence de
structure d’accueil,
bien qu’un
potentiel d’unité
d’hébergement soit
présent sur les lieux
Accès difficile,
seulement en
voiture tout terrain
Absence de
structure d’accueil
Accès facile
Absence de
structure d’accueil
18

Page 20
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Superficie 12600 hectares. Ce
site est propice au
développement d’une riche
végétation qui attire un très
grand nombre d’oiseaux
migrateurs. C’est un patrimoine
international de l’UNESCO
Côte rocheuse pittoresque et
relativement vierge dominée à
par une forêt dense, en très
grande partie artificielle (pins,
mimosas)
Ecosystème
exceptionnel,
ornithologie,
observation de la
flore et des
phénomènes
hydrogéologiques,
thermalisme
Trekking et
observation de la
flore et de la faune
Fréquentation
nationale
importante
essentiellement
scolaire
Fortement perturbé
par les
aménagements
hydrauliques et
l’activité humaine
Fréquentation
confidentielle
Facile
Relativement
facile, selon les
sections
Fréquentation
confidentielle
Difficulté d’accès,
restreint
Ecosystème
intéressant,
observation de la
faune et de la flore
marine et terrestre
Réserve naturelle marine. Riche
sur le plan floristique, 266
espèces végétales dont 11
endémiques, et faunistique,
troisième voie de migration des
oiseaux en méditerranée et
présence du lapin sauvage et du
mouflon de Corse. Caractérisée
également par un paysage
naturel à caractère sauvage
Observation de
la nature
8.Le parc
national de
l’Ichkeul
9.La côte
rocheuse
du
gouvernor
at de
Bizerte de
Cap
Angéla
jusqu’à
Cap Serrat
10. Le
parc
national de
Zembra et
Zembretta
Manque
d’encadrement,
écomusée vétuste et
très réduit, forte
déception des
visiteurs, la survie
même du site
comme écosystème
naturel est menacé.
Structures d’accueil
à l’état
embryonnaires,
zone très peuplée
dérangeant
l’observation
Absence de
structure d’accueil,
bien qu’un
potentiel d’unité
d’hébergement soit
présent sur les lieux
(quand l’île était
accessible)
19
Page 21
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Observation de
la nature
Observation des
oiseaux (il n’y en a
pratiquement plus et
le projet Sama Dubaï
ne va pas arranger les
choses)
Trekking et
observation de la
flore et de la faune
possibilité
d’association avec la
visite de Kerkouane
(site punique de
première importance)
Observation des
oiseaux
11. Lac Sud
de Tunis
12. Le
système
forestier de
Dar Chichou
et d’Oued
Abid
13. Les
lagunes de la
façade
orientale du
Cap Bon
Zone humide (avant), bien
qu’elle soit dans la capitale
elle recèle d’importants
potentiels avifaunistiques
surtout en hiver entre le port
de Tunis et celui de Radès
Ce système forestier du cap
Bon se distingue par son
caractère relativement
préservé et sa grande diversité
floristique et faunistique
Il s’agit d’une succession de
lagunes parallèles au trait de
côte quasiment continues
depuis Maamoura au Sud
Ouest, jusqu’à Kélibia au
Nord Est. Cet écosystème est
caractérisé par une
association de plantes et
d’oiseaux d’eau typiques.
Fréquentation par
des spécialistes
étrangers
Facile mais
problème
d’urbanisation de la
zone
Manque de centre
d’observation
Fréquentation
confidentielle par
des spécialistes
Facile
Manque de centre
d’accueil et
d’information
Fréquentation par
des spécialistes
étrangers
Facile mais
problème
d’urbanisation de la
zone, d’estivage et
de dépôt illégal
d’ordures et de
gravats
Manque de centre
d’observation
20
Page 22
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Massif montagneux en bord de
mer à paysages littoraux
caractéristiques, riche en
sources thermales
éperon rocheux à la face
extérieur du continent regardant
l’Italie, présence d’une riche
naturel vu l’importance du site
pour la migration des oiseaux et
de grottes de chauve souris.
Ceci en plus des vestiges des
carrières romaines
Outre sa richesse floristique et
faunistique, elle abrite plusieurs
sites archéologiques.
Superficie 2000 hectares une
for^tt relique de thuya unique
en Afrique du nord , avec une
richesse floristique spécifique
Trekking, observation
de la faune et de la
flore, observation des
phénomènes
géologiques,
thermalisme
Observation de la
migration des
oiseaux, observation
de la flore , trekking
et pêche, capture et
baguage de rapaces
Trekking, observation
de la faune et de la
flore, observation des
phénomènes
géologiques,
Trekking, observation
de la faune et de la
flore, observation des
phénomènes
géologique,
14. Le
massif de
Korbous
15. La
montagne
d’El
Haouaria
16. La
forêt de
Jebel
Abderrah
man
17. Le
parc
national de
Bou
Kornine
Bonne, avec les
nouvelles routes
Manque
d’encadrement et
d’information
Facile
Structure d’accueils
embryonnaires
Fréquentation
intense pour la ville
de Korbous
seulement
Grande réputation
nationale et
internationale
Fréquentation
confidentielle pour
les étrangers, mais
nationale et estivale
importante
Fréquentation
confidentielle
Facile
Manque
d’encadrement et
d’information
Facile, sauf la
partie haute (accès
interdit)
Manque
d’encadrement et
un écomusée fermé
au public
Fréquentation
confidentielle par
les étrangers, mais
par les nationaux
importante avec un
intérêt moindre
pour l’écologie du
site, extension de
l’urbanisation
Observation de
la nature
21
Page 23
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Observation de
la nature
Très riche floristiquement, il
offre un étagement altitudinal
bien diversifié de la végétation
ainsi qu’une nette opposition
des versants. Jebel Zaghouan
est l’une des trois uniques
stations à érable du pays.
Trekking,
spéléologie, escalade,
parapente observation
de la faune et de la
flore, observation des
phénomènes
géologiques,
Outre sa richesse géologique le
massif abrite une avifaune bien
spécifique et qui fait notoriété
(site de nidification de plusieurs
espèces de rapaces rares)
Trekking, escalade,
parapente,
observation de la
faune et de la flore,
observation des
phénomènes
géologiques
18. Le
massif et
la forêt du
Jebel
Zaghouan
19. Le
massif et
la forêt de
Jebel
Rassas
Fréquentation
confidentielle par
les étrangers, mais
par les nationaux
importante avec un
intérêt moindre
pour l’écologie du
site, extension de
l’urbanisation
Fréquentation
confidentielle par
les étrangers, mais
par les nationaux
importante avec un
intérêt moindre
pour l’écologie du
site, extension de
l’urbanisation
Facile, vocation
actuelle
d’excursions
surtout scolaires
Manque
d’encadrement et
un écomusée fermé
au public
Facile
Manque
d’encadrement et
d’information
22
Page 24
Groupes
d’activités
Milieux /lieux
20. La localité
de Djebba
et ses
jneins
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Inventaire des principaux sites potentiels d’écotourisme de la Tunisie
Fréquentation
Centre d’intérêt
Gouvernorats du Nord Ouest : Béja, Jendouba, Siliana, Le Kef
Caractéristiques
majeures
Village en flanc de montagne
connu pour ses jardins
d’arbres fruitiers et son
ancienne mine de plomb
exploité depuis l’époque
romaine. D’anciennes
cavernes creusées dans le
flanc du Jebel Ghoraa furent
jadis habitées par des
ermites. Connue pour sa
légende des 7 dormeurs.
Ethnographique,
agritourisme, ornithologique
et observation de la flore
Fréquentation par
des spécialistes et
par certains
groupes
(scolaires et
vadrouilleurs)
Accessibilité
Infrastructures
Relativement
facile
Structure
d’accueil est
encours
Observation
de la nature
21. Le domaine
agricole de
Thibar
Vaste domaine mis en valeur
par les pères blancs : vins
réputés, création de races
locales.
Agritourisme
Agréable paysage
montagneux exploité de
manière harmonieuse à des
fins agricoles. …..
22. Les monts
de
Téboursouk
et la vallée
de l’Oued
Khalled
Trekking et agritourisme
Fréquentation
faible (scolaire et
coopérants) et par
des spécialistes
Fréquentation
confidentielle et
par des
spécialistes
Facile
Facile
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration,
embryon de
structure
d’accueil et
d’information
(OTD)
Absence de
structure
d’information et
d’observation et
mise en valeur du
patrimoine
naturel et culturel
23
Page 25
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Observation
du
patrimoine
naturel et
culturel
23. La forêt
de Bélif
24. La
réserve
naturelle
du Jebel
Khroufa
25. La
réserve
naturelle
de Dar
Fatma
26. Aïn
Draham,
Le col des
ruines,
Beni
Métir et
Hammam
Bourguiba
27. Le site
du Jebel
Ghorra
Une des plus belles subéraies
du pays qui comporte une
végétation abondante tout le
long de cours d’eau
permanents.
Située à l’extrémité occidentale
du massif de Khroumirie,
présente un couvert végétal
dense parcouru par des cours
d’eaux, abrite plusieurs espèces
animales, le cerf de Berbérie.
Une des rares tourbières dans le
pays, présente un important
intérêt scientifique et
écologique
Forêts de chêne liége et chêne
zen, le plus ancien barrage
tunisien et dont sa retenue
d’eau est d’un atout majeur
pour la diversité écologique de
la région.
La région est connue aussi par
ses sources thermales
Culmine à 1250 mètres est
particulier, on y trouve le chêne
Afarès, le houx et d’autres
espèces tels que le cèdre de
l’Atlas, le cèdre de l’Himalaya
et le pin sylvestre.
-----
-----
-----
-----
Trekking
Observation de la faune et de
la flore
Fréquentation
confidentielle
Facile
Trekking
Observation de la faune et de
la flore
Randonnée équestre
Ethnographie
Thermalisme traditionnel
Importante
essentiellement
locale
estivage
Facile
Trekking
Observation de la faune et de
la flore
Randonnée équestre
Absence de
fréquentation
Difficile
Structure
d’accueil et
d’information en
cours
Absence de
structure
d’information
(un écomusée à
Dar Fatma est
encore au stade
de projet)
Absence de
structure
d’information
Absence de
structure
d’accueil
24
Page 26
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
28. Le parc
national
d’El
Feidja
29. La baie
de Corail
et les
aiguilles
de
Tabarka
30. La table
de
Jugurtha
31. Jebel
Bargou
32. Jebel
essadine
et forêt
de Neber
Superficie : 2600 hectares. On
y rencontre plusieurs espèces
endémiques de flore et de faune
tel que la forêt de chêne de
chêne liège, de chêne zen, le
cerf de Berbérie et de oiseaux
migrateurs
Important écosystème marin vu
ses richesses en biodiversité et
surtout la présence du mérou et
du corail
Le phénomène géologique du
flysch numidien est
spectaculaire
Monument naturel découpé
dans à pic, culmine à 1271 m, a
servi de forteresse au cours de
l’histoire à tous ceux en quête
d’un refuge sûr.
Ecosystème montagneux
culminant à 1288 m, verdoyant
renfermant une biodiversité
typique riche en traditions
agricoles.
Ecosystème spécifique de la
région du Kef érigé en réserve
naturelle
Ecosystème caractéristique par
la retenue d’eau du barrage
avec une pinède bien conservé
Trekking
Observation de la faune et de
la flore
Randonnée équestre
Ethnographie
Trekking
Plongée sous marine
Observation de la faune et de
la flore terrestre et marine
Cyclisme
Randonnée équestre
Trekking
Observation de la faune et de
la flore
Ethnographie
Trekking
Observation de la faune et de
la flore
Ethnographie
Trekking
Observation de la faune et de
la flore
Randonnée équestre
Fréquentation
confidentielle
par des
spécialistes
Essentiellement
scolaire
Fréquentation
moyenne par des
spécialistes
Essentiellement
estivage
scolaire et locale
Fréquentation
confidentielle
par des
spécialistes
Essentiellement
locale
Fréquentation
confidentielle
par des
spécialistes
Essentiellement
locale
Fréquentation
confidentielle
par des
spécialistes
Essentiellement
locale
Difficile
Facile
Difficile
Facile
Facile
Observation
du
patrimoine
naturel
Présence d’un
écomusée et d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration
Absence d’un
centre d’accueil
Présence de
structures
d’hébergement et
de restauration
Absence d’un
centre d’accueil
et de structure
d’hébergement et
de restauration
Absence d’un
centre d’accueil
et de structure
d’hébergement et
de restauration
Présence d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration
25
Page 27
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Phénomène géologique unique
au monde , une référence pour
les géologues dans les théories
de disparition des dinosaures
33.La coupe
spécifique
crétacée/
tertiaire
Observation géologique
Trekking
Observation de la faune et de
la flore
Fréquentation
confidentielle
par des
spécialistes
facile
Absence d’un
centre d’accueil
et de structure
d’hébergement et
de restauration
(un projet est
encours de mise
en forme)
Pratiques
traditionne
lles
34. Kesra et
ses
environs
35. La poterie
de Sejnane
La plus haute localité de
Tunisie, village berbère perché
à quelque 1200 m d’altitude
entouré de vergers typiques et
traditionnels et de forêts
abondantes.
Témoin d’un savoir faire
berbère ancestral
26
Page 28
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Inventaire des principaux sites potentiels d’écotourisme de la Tunisie
Gouvernorats du Centre Est : Sousse, Monastir, Mahdia, Sfax
Groupes
d’activités
Milieux
/lieux
Caractéristiques majeures
Centre d’intérêt
Fréquentation
Accessibilité
Infrastructures
36. Les forêts
d’oliviers du
Sahel
37. La plaine
d’Enfidha
38. Les îles de
Kerkennah
La plus importante oliveraie de
Tunisie, se développe
principalement autour des villes
de Sfax, Sousse, Mahdia et
Monastir. Que l’urbanisation
menace
Au sud du Jebel Zaghouan entre
la mer et la sebkha Kelbia, cette
plaine en plus de son intérêt
agricole ancestrale, est d’une
richesse naturelle importante
pour l’avifaune tunisienne
Caractérisée par une richesse
naturelle importante, quelques
vestiges archéologique avec une
activité de pêche et de
d’agriculture spécifique.
Observation
de la nature
39. Villages
berbères de
Takrouna,
Jéradou et
Zriba Alia
Les villages de Takrouna,
Jeradou et Zriba, présentent des
milieux naturels particuliers :
pitons rocheux qui ont
longtemps servi de refuge à la
population berbère
Ethnographie
Trekking
Observation de la
nature
thermalisme
Trekking,
Agritourisme
Fréquentation
confidentielle pour
le trekking mais
animation proposée
fréquente aux
groupes de touristes
en saison
Trekking,
ornithologie
Fréquentation par
les groupes de
spécialistes
Facile
Facile
Trekking, le cyclisme,
le sea watching,
ornithologie, écologie
marine, agritourisme,
ethnographie
Fréquentation
limitée par groupe
de spécialistes
En été tourisme
balnéaire classique
bien présent
Fréquentation par
des spécialistes et
par des groupes
scolaires
Très importante à
Zriba pour le
thermalisme local
Pas très facile
(traversée par
bac)
Assez ardue
Absence de structure
d’accueil et
d’information
Absence de structure
d’accueil et
d’information
Présence de structure
d’hébergement et
restauration
Absence de structure
d’accueil et
d’information
Présence de structure
d’hébergement,
restauration :
sommaire
Absence de structure
d’accueil
27
Page 29
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
40. Les îles
Kuriat
Observation
de la nature
41. Les îles
Kneiss
42. Les
marais
de
Maharè
s
43. Salines
de
Thyna
Situées à 2 km au large de
Monastir. Sur une surface
environ 350 hectares, ces îles
jouent un rôle important de
point de vue biodiversité, elles
constituent une escale pour une
avifaune d’importance
internationale, sont aussi l’un
des principaux sites de
nidification de la tortue de mer
au sud de la méditerranée.
Réserve naturelle d’une
première importance pour
l’avifaune méditerranéenne
la zone marine est très riche en
mollusques et autres faunes
aquatiques intertidales très
spécifiques du golfe de Gabès
Une zone de marais très riche
en mollusque et autres faunes
aquatiques intertidales très
spécifiques du golfe de Gabès.
Avec les îles Kneiss les marais
de Maharès abritent en hiver
70% de certaines espèces de
limicoles de la Méditerranée
orientale.
Il s’agit d’un milieu spécifique
pour les oiseaux hivernant
d’une part et pour les nicheurs
spécifique au cotés de l’Afrique
du nord
Ornithologie, biologie
marine, observation des
tortues marines
Fréquentation
confidentielle
(rare excursion à
partir de
Monastir)
Difficile et
pratiquement à
interdire
Ornithologie, biologie
marine,
Fréquentation
confidentielle
extrêmement
réduite à
quelques groupes
de spécialistes
Difficile
Ornithologie, biologie
marine,
Fréquentation par
des spécialistes
en hiver
Facile
Absence de structure
d’accueil et
d’information
Absence de structure
d’hébergement et de
restauration
Pas d’habitant
Absence de structure
d’accueil et
d’information
Absence de structure
d’hébergement et de
restauration
Pas d’habitant
Absence de structure
d’accueil et
d’information
Ornithologie
Fréquentation par
des spécialistes
en hiver
Facile mais
parfois perturbé
par les intrus
Absence de structure
d’accueil et
d’information
fonctionnelle
28
Page 30
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Observation
de la nature
44. Sebkha
El Kelbia
Réserve naturelle, d’une
importance spécifique en
hiver
45. Salines
de
Monastir
Importante zone humide sur
l’axe de la migration des
oiseaux
46. Lagune
de Hergla
et Oued
Essed
Importante zone humide sur
l’axe de la migration des
oiseaux
Ornithologie
Ornithologie
Ornithologie
Facile mais
parfois perturbé
par les intrus
notamment les
braconniers
Facile
Facile
Structure d’accueil et
d’information en cours
Absence de structure
d’hébergement et de
restauration
Absence de structure
d’accueil et
d’information
Absence de structure
d’accueil et
d’information
Fréquentation par
des spécialistes
en hiver
Fréquentation par
des spécialistes
en hiver
Fréquentation par
des spécialistes
en hiver et
quelques groupes
de touristes de
Sousse
29
Page 31
Groupes
d’activités
Milieux / lieux
Observation
de la nature
47. Le parc
National
de Bou
Hedma
48. Le parc
national
de
Chambi
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Inventaire des principaux sites potentiels d’écotourisme de la Tunisie
Gouvernorats du Centre Ouest : Kairouan, Kasserine, Sidi BouZid, Gafsa
Caractéristiques
majeures
Situé à distance presque égale
entre Sidi Bou Zid, Gafsa et
Sfax.
C’est une représentation du
biome aride et semi aride, il
est intégré au réseau
international des réserves de
la biosphère de l’Unesco,
MAB. Le parc héberge près
de 400 espèces végétales et
près de 120 espèces animales
Dans le gouvernorat de
Kasserine, d’une superficie de
6700 hectares. Erigé en parc
pour protéger une portion de
l’Atlas tunisien. Culmine à
1544 m, le plus haut sommet
de Tunisie. Connu pour sa
richesse floristique et
faunistique.
Centre d’intérêt
Fréquentation
Accessibilité
Infrastructures
Trekking
Observation de la faune
et de la flore
Randonnée équestre
Ethnographie
Trekking
Observation de la faune
et de la flore
Randonnée équestre
Ethnographie
Fréquentation
confidentielle par
des spécialistes
(conditions
d’accès difficile
vu les
autorisations
préalables
nécessaires)
Essentiellement
scolaire
Fréquentation
confidentielle par
des spécialistes
(conditions
d’accès difficile
vu les
autorisations
préalables
nécessaires)
Essentiellement
scolaire
Facile
Plus ou moins
facile
Présence d’un
écomusée et d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration
Présence d’un
écomusée et d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration
(projet)
30
Page 32
Observation
de la nature
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Dans les environs sud de la
ville de Gafsa.
D’une superficie de 260
hectares de forêt dont 90
hectares établis en réserves
naturelles pour plusieurs
espèces animales telles que la
gazelle de montagne,
l’autruche et le paon.
Dans les environs sud de la
ville de Gafsa , elle est située
sur une zone montagneuse
boisée, abritant de nombreuse
espèces de faune, s’étale sur
une superficie de 50 hectares
Vaste culture naturelle sur les
hauts plateaux de la Tunisie
du centre ouest exploitées
pour la fabrication de pâte à
papier.
Une zone montagneuse au
nord de la ville de Oueslatia
connue par sa formation
karstique (la plus grande
grotte de Tunisie, avec ses
formations spécifiques et sa
faune)
49. La
réserve
naturelle
du parc
de Orbata
50. La
réserve
naturelle
de Jebel
Bouramli
51. Les
nappes
alfatières
52. La
réserve
du Jebel
Sarj et le
plateau
de Kesra
Trekking
Observation de la faune
et de la flore
Randonnée équestre
Ethnographie
Fréquentation
confidentielle par
des spécialistes
(conditions
d’accès difficile
vu les
autorisations
préalables
nécessaires)
Essentiellement
scolaire
Difficile
Absence d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration
Trekking
Agritourisme
Observation de la faune
et de la flore
Randonnée équestre
Ethnographie
Spéléologie
Trekking
Agritourisme
Observation de la faune
et de la flore
Randonnée équestre
Fréquentation
confidentielle par
des spécialistes
Fréquentation
confidentielle par
des spécialistes
Facile
Facile
Absence d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration
Absence d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration
31
Page 33
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Observation
de milieu
53. Réserve
naturelle
du Jebel
Touati
54. Jebel
Trozza
Une retenue du barrage de
Sidi Saâd a permis la
reconstitution d’un
écosystème spécifique de
zone humide dans un milieu
aride, avec une richesse
faunistique importante et le
projet de réintroduction
d’espèces disparues de la
région comme la gazelle
dorcas
Massif montagneux de
1000 m de hauteur en
contradiction avec un
environnement aride connu
pour ses sources
thérapeutiques convoitées
par la population locale.
Pratiques
traditionnell
es
55. Les
activités
traditionnel
les tout
autour du
village d’El
Guettar
Moulins à grains
traditionnels et tissage
Le musée d’El Guettar
abrite une importante
collection préhistorique
telles que fossiles et
escargotières
Thermalisme
Observation de la
nature
Observation géologique
Fréquentation quasi
nulle
Fréquentation
locale importante
(non structurée)
Relativement
facile
Trekking
Agritourisme
Observation de la faune
et de la flore
Randonnée équestre
Ethnographie
Artisanat : fabrication
de moulin à grains
traditionnel et tissage
Fréquentation
confidentielle
et
exclusivement
locale
Facile
Absence d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration à
l’exception de
structure
sommaires
Absence d’un
centre d’accueil
Absence de
structure
d’hébergement et
de restauration
32
Page 34
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Inventaire des principaux sites potentiels d’écotourisme de la Tunisie
Groupes
d’activités
Milieux/lieux
Caractéristiques majeures
Centre
d’intérêt
Fréquentation
Accessibilité
Infrastructures
Gouvernorats du Sud Est : Gabès, Medenine
Observation de
la nature
Il s’agit de l’une des rares et
presque de la seule oasis littorale
de la Méditerranée, son état est
dégradé par l’urbanisation, la
pollution et l’accroissement de la
salinité. Constitue une entité
climatique, historique, sociale,
économique et culturelle
spécifique. Tout autour de la
ville de Gabès et des autres oasis
mitoyennes
La palmeraie, la grotte de jébel
Hdifa, les sources chaudes,
Sakhat El Hamma importante
zone humide abritant une riche
végétation et une colonie
d’oiseaux migrateurs
56. L’Oasis
littorale
de Gabès
57. El
Hamma
de Gabès
58. Le parc
national
de Sidi
Toui
Superficie 6100 hectares Dans le
gouvernorat de Médenine, un
exemple type des écosystèmes
arides et désertiques, abritant une
faune riche et une flore
spécifique.
Ornithologie,
Ornithologie,
thermalisme
Fréquentation
confidentielle par
les spécialistes,
mais perturbé par
la pollution,
l’urbanisme et
l’utilisation
folklorique pour
les touristes
Fréquentation
confidentielle par
les spécialistes et
le thermalisme
sociale
mais perturbé par
la pollution et
l’urbanisme
facile
Manque
infrastructure
d’information
facile
Manque
infrastructure
d’information
Observation de la
faune et de la
flore,
trekking
Fréquentation
confidentielle par
les spécialistes
Difficile vu son
statut et
l’autorisation
d’accès
Structure
d’information et
d’accueil
embryonnaire
33
Page 35
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
L’île de Djerba se caractérisait par
une harmonie entre nature, culture
et modes de développement, doté
d’un écosystème parfaitement
équilibré et d’une riche diversité
biologique mais aussi d’une culture
unique par son authenticité et ses
spécificités. L’île se distingue
également par la présence de
nombreux sites naturels bien
conservés de Bin El Oudiane, Lella
Hadhria et Ras Erremel.
Le développement touristique et
urbain observé depuis quelques
décennies sur l’île a rompu son
équilibre.
Un habitat original traduisant une
maîtrise de conditions climatiques
difficiles
Noyaux d’habitats sédentaires
nichés souvent aux pieds d’abrupt, à
architecture propre.
Constructions traditionnelles à
architecture typique. La fonction du
Ksar est essentiellement agricole, il
s’agit essentiellement d’un grenier
collectif au service des tribus, il est
le lieu d’ensilage et de dépôt de
céréales, d’olives, huile, figues
sèches, dattes…..
Observation
de la nature
59. L’île de
Djerba
Traditions
berbères
60. Les
troglodytes
de
Matmata
61. Les
villages de
montagnes
de la
chaîne du
Dahar
62. Les Ksours
de
Médenine
et
Tataouine
Observation de
la faune et de la
flore, trekking,
Randonnée
équestre
, sea watching,
écologie marine
Fréquentation
confidentielle par les
spécialistes, mais
grande fréquentation
touristiques
balnéaire
Facile
Présence d’une
structure
d’information et des
structures d’accueils
Ethnographie,
Ethnographie,
Fréquentation
importante
(excursion)
Fréquentation
importante
(excursion)
Ethographie,
Fréquentation
importante
(excursion)
Facile
Facile
facile
Manque de
structure
d’information
scientifique
Manque de
structure
d’information
scientifique
Manque de
structure
d’information
scientifique
34
Page 36
63. Le permien
de Tébaga
de
Médenine
64. L’artisanat
des tapis
(le
Margoum)
dans les
villages
berbères de
Montagne.
65. Agriculture
traditionnel
le dans le
massif du
Dahar
Pratiques
traditionnelles
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Il s’agit de la formation
géologique affleurante la plus
ancienne de Tunisie, c’est aussi
l’un des rares permiens marins
du monde.
Artisanat
Géologie
Fréquentation très
confidentielle
Facile
Manque de
structure
d’information
Agriculture basée sur une
gestion rationnelle et spécifique
de ressources naturelles rares et
capricieuses, eau et sol.
Technique des joussours
Agritourisme
Ethnographie
Observation de la
faune et de la
flore,
Trekking
Randonnée
équestre
Fréquentation
importante
(excursion)
facile
Manque de
structure
d’information
35
Page 37
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Inventaire des principaux sites potentiels d’écotourisme de la Tunisie
Gouvernorats du Sud Ouest : Tozeur, Kébili, Tataouine
Groupes
d’activités
Milieux/
lieux
66. Le parc
national
de Jébil
Observation
de la nature
67 Les ergs
et les
dunes de
sable
1. Les
Chotts
Caractéristiques majeures
C’est un milieu représentatif du
biome saharien et englobe trois
écosystèmes à végétation et faune
variées. Abrite une faune sauvage
caractéristique des zones de steppes
arides telle que l’outarde houbara, la
gazelle dorcas et la gazelle Rym. Le
parc est actuellement soumis à
plusieurs pressions comme la chasse
illégale et le déplacement motorisé
des touristes.
Accumulation de sable et de présence
de dunes
Essentiellement dans les régions de
Nafta et Herzaoua
Il s’agit d’une dépression servant à
accueillir les eaux de surfaces pendant
les époques pluvieuses. Elle est
presque constamment sèche faisant
apparaître de grandes accumulations
de sel. Disposés EST-OUEST entre la
frontière algérienne et le golf de
Gabes. Il s’agit essentiellement des
chotts du Jérid qui s’étend sur plus de
4600 Km² et El Gharsa qui s’étend
sur 600 Km².
Centre
d’intérêt
Fréquentation
Accessibilité
Infrastructures
Observation de
la faune et de la
flore
Trekking,
Fréquentation
confidentielle par des
spécialistes mais
fréquente par des
motards peu soucieux
de l’écologie
Observation de
la faune et de la
flore
trekking,
Fréquentation
confidentielle par des
spécialistes mais
fréquente par des
motards peu soucieux
de l’écologie
Observation de
la faune et de la
flore
Découverte
paysage et
oasis
trekking,
Fréquentation
confidentielle par des
spécialistes mais
fréquente par des
motards peu soucieux
de l’écologie
Moyenne
Structure d’accueil
et d’information
embryonnaire
Moyenne
Manque de structure
d’information
facile
Manque de structure
d’information
36
Page 38
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Caractérisées par des cultures en
étages, la plus haute étant celle du
palmier dattier, ensuite celle des
arbres fruitiers et enfin celle des
cultures maraîchères. Sur la plan
social, les Oasis sont
généralement des espaces habités
constituant des presque îles où se
concentrent des activités
socioéconomiques et culturelles
spécifiques. Nous distinguions
trois types d’Oasis : Les Oasis
traditionnelles comme celles de
Tozeur, Kébili, les Oasis de
montagnes situées à Tamerza
Midès, Chbika et les Oasis de
création récente à Rjim Maatoug
Présente un des écosystèmes
sahariens particuliers de la région,
Située sur la rive nord du Chott
Un site naturel qui présente la
transition entre le désert
sablonneux et le désert rocailleux.
ceci en plus d’une histoire riche
de l’époque romaine jusqu'à la
deuxième guerre mondiale.
Les eaux thermales ont apporté un
plus à la région
2. Les Oasis
3. La réserve
naturelle
de Jebel
Dghoumes
4. Ksar
Ghilane
Observation de la
faune et de la flore
Découverte
trekking,
Fréquentation
confidentielle par
des spécialistes
mais fréquente
par des touristes
peu soucieux de
l’écologie
Facile
Structure
d’accueil présente
mais structure
d’information
embryonnaire
Observation de la
faune et de la flore
Découverte
Trekking
Observation de la
faune et de la flore
Découverte
trekking,
thermalisme,
ethnographie
histoire
Fréquentation
confidentielle
Difficile
Fréquentation
confidentielle par
des spécialistes
mais fréquente
par des touristes
peu soucieux de
l’écologie
facile
Manque de
structures
d’accueil et
d’information
Structure
d’accueil présente
mais structure
d’information
embryonnaire
Observation de
la nature
37
Page 39
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Visite
géologique
5. Le
parc
des
dinosa
ures
A quelques kilomètres de Ksar
Hadada On peut y voir la couche
géologique qui contient les restes
des dinosaures fossilisés ainsi que
des bois silicifiés.
Observation des
phénomènes
géologiques
Fréquentation
confidentielle
Facile
Structure
d’information
présente
38
Page 40
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
2.1.3. Hiérarchisation des sites écotouristiques
La faisabilité des projets écotouristiques et leurs réussites sont fonction de la richesse des
ressources naturelles des sites et des régions mais aussi de la disposition des populations
locales à s’impliquer dans la planification et la gestion de ces projets. Dans le cadre de cette
étude, nous avons en plus conditionné la faisabilité des projets par leur capacité à lutter contre
la désertification et la pauvreté (au sens de la diversification des sources de revenus des
populations vulnérables) :
39
Page 41
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Gouvernorat du Nord Est : Grand Tunis, Bizerte, Nabeul, Zaghouan
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD2
Imp Pop3
LCP4
Ob Nt5
Rad & Act
Spt
6
Agrit7
Art & Trad
Pop
8
Degré de
Faisabilité
1
2
2
2
1
1
1
3
3
3
3
3
3
1
1
1
3
3
3
3
3
2
3
3
2
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
2
2
2
3
XX
XX
XX
X
X
XX
XXX
XXX
Potentiel écotouristique
1. La forêt de Remel
2. Le site de Ghar El
Mélah
3. Le site de Metline
4. La réserve naturelle
marine du Galiton
5. L’île de la Galite
6. La réserve naturelle
de Méjéne Chitane
7. La forêt de Séjnane
8. Le parc national de
l’Ichkeul
1 La faisabilité à ce niveau est fonction du potentiel naturel disponible sur le site ainsi que du niveau d’implication de la population locale, elle est élevée, moyenne et faible.
2 Lutte contre la désertification
3 Implication de la population
4 Lutte contre la pauvreté
5 Observation de la nature
6 Randonnées et activités sportives
7 Agritourisme
8 Arts et traditions populaires
40
Page 42
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Potentiel éco touristique
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD
Imp Pop
LCP
Ob Nt
Rad & Act
Spt
Agrit
Art & Trad
Pop
Degré de
Faisabilité
9. La côte rocheuse du
gouvernorat de
Bizerte de Cap Angéla
jusqu’à Cap Serrat
10. Le parc national de
Zembra et Zembretta
11. Le lac sud de Tunis
12. La forêt de Dar
Chichou et d’Oued
Abid
13. Les lagunes de la
façade orientale du
Cap Bon
14. Le massif de Korbous
15. La montagne d’El
Haouaria
16. La forêt de Jebel
Abderrahman
1
2
1
1
1
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
2
3
3
3
3
2
3
3
2
3
2
3
3
3
2
3
3
3
3
1
2
3
2
1
1
3
3
XXX
X
X
XXX
XX
XX
XXX
XXX
41
Page 43
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Potentiel éco touristique
17. Le parc national de
BouKornine
18. Le massif et la forêt
de Jébel Zaghouan
19. Le massif et la forêt
de Jébel Rassas
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD
Imp Pop
LCP
Ob Nt
Rad & Act
Spt
Agrit
Art & Trad
Pop
Degré de
Faisabilité
1
2
2
1
3
3
2
3
3
3
3
3
3
3
3
2
1
2
XX
XXX
XXX
42
Page 44
Potentiel éco touristique
20. La localité de Djebba
et ses jneins
21. Le domaine agricole
de Thibar
22. Les monts de
Téboursouk et la
vallée d’Oued Khalled
23. La forêt de Bélif
24. La réserve naturelle
de Jébel Khroufa
25. La réserve naturelle
de Dar Fatma
26. Ain Draham, le col
des ruines, Beni Mtir
et Hammam
Bourguiba
27. Le site de Jébel
Ghorra
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Gouvernorat du Nord Ouest : Béja, Jendouba, Siliana, Le Kef
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD
Imp Pop
LCP
Ob Nt
Rad & Act
Spt
Agrit
Art & Trad
Pop
Degré de
Faisabilité
2
2
3
3
3
3
2
2
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
2
3
2
2
3
2
3
2
3
2
2
2
3
3
3
3
2
3
3
1
XXX
XXX
XXX
XXX
XX
XX
3
XXX
XXX
43
Page 45
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD
Imp Pop
LCP
Ob Nt
Rad & Act
Spt
Agrit
Art & Trad
Pop
Degré de
Faisabilité
Potentiel éco touristique
28. Le parc national d’El
Feidja
29. La baie de corail et les
aiguilles de Tabarka
30. La table de Jugurtha
31. Jébel Bargou
32. Jebel Essadine et la
foret de Neber
33. La coupe géologique
spécifique Crétacée/
Tertiaire d’El Haria
Potentiel éco touristique
3
1
2
2
3
3
3
3
3
1
3
2
3
3
3
1
3
3
3
2
2
3
3
3
3
3
3
3
3
3
1
3
2
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD
Imp Pop
LCP
Ob Nt
34. Kesra et ses environs
3
35. La poterie de Sejnane
3
3
3
3
3
2
Rad & Act
Spt
3
3
Agrit
3
Art & Trad
Pop
XXX
XXX
XXX
XXX
XXX
XX
Degré de
Faisabilité
3
3
XXX
XXX
44
Page 46
Potentiel éco touristique
36. Les forêts d’oliviers
du Sahel
37. La plaine d’Enfida
38. Les îles de Kerkennah
39. Les villages berbères
de Takrouna, Jéradou
et Zriba Alia
40. Les îles Kuriat
41. les îles kneiss
42. Les marais de Mahres
43. Les salines de Thyna
44. Sebkhat El kalbia
45. Les salines de
Monastir
46. La lagune de Hergla
et Oued Essed
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Gouvernorat du Centre Est : Sousse, Monastir, Mahdia, Sfax
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD
Imp Pop
LCP
Ob Nt
Rad & Act
Spt
Agrit
Art & Trad
Pop
Degré de
Faisabilité
3
3
2
3
2
3
2
2
1
3
3
2
3
2
2
3
3
3
3
3
3
2
2
1
1
3
3
3
3
3
2
2
2
3
2
3
3
3
3
3
3
3
3
2
3
3
1
2
1
XX
XX
XXX
XXX
XX
X
XXX
X
XX
45
Page 47
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Potentiel éco touristique
Gouvernorat du Centre Ouest : Kairouan, Kasserine, Sidi Bou Zid, Gafsa
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD
Imp Pop
LCP
Ob Nt
Rad & Act
Spt
Agrit
Art & Trad
Pop
Degré de
Faisabilité
3
3
3
3
3
3
3
3
47. Le parc National de
Bouhedma
48. Le parc national de
Chambi
49. La réserve naturelle
du parc de Orbata
50. La réserve naturelle
de Jebel Bouramli
51. Les vastes nappes
alfatières
52. La réserve de Jebel
Sarj et le plateau de
Kesra
53. La réserve naturelle
de Jebel Touati
54. Jebel Trozza
55. Les activités
traditionnelles tout
autour du village d’El
Guettar
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
2
2
2
2
2
2
3
3
3
3
3
3
2
2
2
XXX
XXX
XXX
XXX
XXX
XXX
XXX
XX
XX
46
1
2
2
1
2
1
2
3
1
1
3
Page 48
Potentiel éco touristique
56. L’Oasis littorale de
Gabès
57. El Hamma de Gabès
58. Le parc national de
Sidi Toui
59. L’île de Djerba
60. Les troglodytes de
Matmata
61. Les villages de
montagnes de la
chaîne du Dahar
62. Les Ksours de
Médenine et
Tataouine
63. Le Permien de Tébaga
de Médenine
Etude stratégique sur le développement de l’écotourisme en Tunisie
Gouvernorat du Sud Est : Gabes, Medenine
Conformité avec les objectifs de l’étude
Opportunité de réalisation d’une activité éco
touristique
LCD
Imp Pop
LCP
Ob Nt
Rad & Act
Spt
Agrit
Art & Trad
Pop
Degré de
Faisabilité
2
2
3
3
1
1
2
1
3
3
3
3
3
3
3
1
3
3
3
3
3
3
3
3
1
2
3
3
3
3
1
3
1
2
3
3
3
3
1
3
1
2
3
3
3
3
2
1
3
3
3
3
XXX
XXX
XXX
XXX
XXX
XXX
XXX
X
47