Page 1
d
d
e
e
z
z
i
i
r
r
o
o
h
h
t
t
u
u
A
A
e
e
r
r
u
u
s
s
o
o
c
c
s
s
D
D
c
c
l
l
i
i
i
i
l
l
b
b
u
u
P
P
d
d
e
e
z
z
i
i
r
r
o
o
h
h
t
t
u
u
A
A
e
e
r
r
u
u
s
s
o
o
c
c
s
s
D
D
c
c
l
l
i
i
i
i
l
l
b
b
u
u
P
P
d
d
e
e
z
z
i
i
r
r
o
o
h
h
t
t
u
u
A
A
e
e
r
r
u
u
s
s
o
o
c
c
s
s
D
D
c
c
l
l
i
i
i
i
l
l
b
b
u
u
P
P
d
d
e
e
z
z
i
i
r
r
o
o
h
h
t
t
u
u
A
A
e
e
r
r
u
u
s
s
o
o
c
c
s
s
D
D
c
c
l
l
i
i
i
i
l
l
b
b
u
u
P
P
Document de
La Banque Mondiale
USAGE OFFICIEL SEULEMENT
Report No: 66441-TN
DOCUMENT D’EVALUATION DE PROJET
D’UNE
PROPOSITION DE SUBVENTION
FONDS POUR L’ENVIRONNEMENT MONDIAL (FEM)
AU MONTANT DE
US$ 4.27 MILLION
A LA
REPUBLIQUE DE TUNISIE
POUR UN PROJET
D’ÉCOTOURISME ET DE PRESERVATION DE LA BIODIVERSITÉ DÉSERTIQUE
22 Octobre, 2012
La distribution de ce document est restreinte et ne peut être utilisée que dans le cadre de l’exécution de
leurs taches officielles. Son contenu ne doit en aucun cas être divulgué sans l’autorisation de la Banque
Mondiale
.












































Page 2
EQUIVALENCE DES MONNAIES
(Taux d’Echange Effectif 1 Janvier, 2012)
Unité de Monnaie = USD
1 USD = 1.50 TND
1 TND = 0.67 USD
ANNÉE FISCALE
Janvier 1
– Décembre 31
ABBREVIATIONS ET ACRONYMES
AFD
AP
CCS
CD
CDN
CDP
CFI
CGES
CRDA
DGEQV
DGF
DRE
GDT
GEF
GF
GIRN
GT
MA
ME
MT
MENA-DELP
MENARID
MICI
MOP
ONG
ONTT
PGE
PGES
PN
PP
PSE
Agence Française de Développement
Aire Protégée
Commissions Consultative et Scientifique
Compte Désigné
Comité Directeur National
Comité Directeur de Projet
Corporation Financière Internationale
Cadre de Gestion Environnemental et Sociale
Commissariat Régional Pour le Développement Agricole
Direction Générale de l’Environnement et de la Qualité de la Vie
Direction Générale des Forêts
Département Régional de l’Environnement
Gestion Durable des Terres
Fonds pour L’Environnement Mondial
Gestion Financière
Gestion Intégrée des Ressources Naturelles
Gouvernement de Tunisie
Ministère de l’Agriculture
Ministère de l’Environnement
Ministère du Tourisme
Programme de Services Sociaux et des Ecosystèmes Désertiques du Moyen-
Orient et de l’Afrique du Nord
Programme de Gestion Intégrée des Ressources Naturelles Intégrées du
Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (GIRNMOAN)
Ministère de l’Investissement et de la Coopération Internationale
Manuel d’Opération de Projet
Organisations Non Gouvernementales
Office National du Tourisme Tunisien
Plan Gestion Environnemental
Plan de Gestion Environnemental et Sociale
Parc National
Plan de Procuration
Paiement pour les Services d’Ecosystèmes
ii







Page 3
RFIN
SC
SNC
SP
SPP
UCP
Rapport Financier Intérimaire Non-audité
Services de Consultants
Services Non-Consultatifs
Semaine Personnel
Subvention pour la Préparation du Projet
Unité de Coordination de Projet
Vice Président Régional:
Directeur Local:
Directeur de Secteur:
Manager de Secteur:
Chef d’Equipe:
Inger Andersen
Neil Simon M. Gray
Junaid Kamal Ahmad
Hoonae Kim
Taoufiq Bennouna
iii






Page 4
TUNISIE
Projet d’Écotourisme et de Préservation de la Biodiversité Désertique
TABLE DES MATIÈRES
Page
I.
STRATEGIC CONTEXT .................................................................................................1
A. Country Context ............................................................................................................ 1
B. Sectoral and Institutional Context ................................................................................. 3
C. Higher Level Objectives to which the Project Contributes .......................................... 5
II.
PROJECT DEVELOPMENT OBJECTIVES ................................................................7
A. PDO............................................................................................................................... 7
B. Project Beneficiaries ..................................................................................................... 8
C. PDO Level Results Indicators ....................................................................................... 8
III.
PROJECT DESCRIPTION ..............................................................................................9
A. Project Components ...................................................................................................... 9
B. Project Financing ........................................................................................................ 10
C. Lessons Learned and Reflected in the Project Design . Error! Bookmark not defined.
IV.
IMPLEMENTATION ......................................................... Error! Bookmark not defined.
A. Institutional and Implementation Arrangements ........................................................ 13
B. Results Monitoring and Evaluation ............................................................................ 16
C. Sustainability................................................................ Error! Bookmark not defined.
V.
KEY RISKS AND MITIGATION MEASURES ..........................................................18
A. Risk Ratings Summary Table ..................................................................................... 18
B. Overall Risk Rating Explanation ................................................................................ 19
VI.
APPRAISAL SUMMARY ..............................................................................................19
A. Economic and Financial Analyses .............................................................................. 19
B. Technical ..................................................................................................................... 19
C. Financial Management ................................................................................................ 20
D. Procurement ................................................................................................................ 20
E. Social (including Safeguards) ..................................................................................... 22
F. Environment (including Safeguards) .......................................................................... 22
iv



Page 5
G. Other Safeguards Policies Triggered (if required)...................................................... 24
Annex 1: Results Framework and Monitoring .........................................................................27
Annex 2: Detailed Project Description .......................................................................................31
Annex 3: Implementation Arrangements ..................................................................................49
Annex 4: Operational Risk Assessment Framework (ORAF) .................................................80
Annex 5: Implementation Support Plan ....................................................................................85
Annex 6: Incremental Cost Analysis ..........................................................................................88
v





Page 6
.
.
.
FICHE DE DONNÉES du DEP
Tunisie
Tunisie: Ecotourisme et Préservation de la Conservation of Désertique (P120561)
DOCUMENT D’EVALUATION DE PROJET
MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD
MNSSD
Date:
22-Octobre-2012
Données de Base
Secteurs: Administration Publique- Agriculture, pêche et
foresterie (50%), Agriculture Générale, Secteur
pêche et foresterie (50%)

Directeur de
Programme:

Neil Simon M. Gray
Thèmes:
Biodiversité (40%), Politiques Environnementales
et institutions (30%), Administration foncière et
gestion (30%)

Catégorie
EA:

B - Estimation Partielle
Manager/Directeur de
secteur:

ID Projet:
Hoonae Kim/Junaid
Kamal Ahmad

P120561
Instrument de Prêt: Don du Fond pour
l’Environnement
Mondial

Taoufiq Bennouna
Chef d’Equipe (s):
Joint IFC: No
.
Client: Gouvernement de Tunisie
Agence Responsable : Ministère de l’Environnement
Contact:
Salah Hassini
Titre: Directeur Général pour l’Environnement et
la Qualité de Vie
Téléphone No.:
(216-72) 870-679
Email: dgeqv@mineat.gov.tn
.
Période d’Exécution du
projet:

Date estimée de
lancement:

Date estimée de clôture:
Date de
lancement:

03/06/2013
28/12/2018
.
03/06/2013
Date de
Clôture:

04/06/2018
[ ] Prêt
[ X ] Subvention [ ] Autre
Données Financières du Projet (US$M)
vi



Page 7
[ ] Garantie
[ ] Crédit
Pour Prêts/Crédits/Autres
Cout Total du Projet (US$M): 9.05
4.78
Financement Total de la
Banque (US$M):

.
Source de Financement
EMPRUNTEUR
Fonds pour l’Environnement Mondial (GEF)
Total
.
Déboursements Prévus (en USD Million)
Amount(US$M)
4.78
4.27
9.05
Année
Fiscale

2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
Annuel
0.15
Cumulé
0.15
0.65
0.80
1.24
2.04
1.24
3.28
0.70
3.98
0.30
4.27
0.00
4.27
.
Objectif(s) Environnemental Mondial
L’Objectif Environnemental Mondial Proposé est de contribuer à la préservation de la biodiversité désertique
dans les trois parcs nationaux sélectionnés.

.
Composantes
Titre des Composantes
Promouvoir un environnement favorable à la gestion des espaces protégés, au renforcement de la
GDT et au développement de l’écotourisme

Appuyer la mise en œuvre de la gestion intégrée des ressources naturelles dans les3 Parcs
Nationaux sélectionnés et les zones adjacentes

Gestion de Projet
.
Politique
Respect des Règlements
Cost (USD)
1,40
2,37
0,20
Le projet s’écarte-il du CAS dans son contenu ou dans d’autres aspects
significatifs?

Oui [ ]
Non [ X ]
.
Le projet nécessite-t-il des exceptions en fonction de la Politique de la Banque?
Oui [ ]
Non [ X ]
Ont-elles été approuvées par la Direction de la Banque?
Oui [ ]
Non [ X ]
vii









Page 8
Est-il nécessaire d’obtenir une exception à la politique du Conseil
d’Administration?

Le projet s’accorde-t-il aux critères Régionaux pour la préparation à la mise en
oeuvre?

Oui [ ]
Non [ X ]
Oui [ X ] Non [ ]
.
Politiques de Garanties Déclenchées par le Projet
Évaluation de l’Environnement OP/BP 4.01
Habitats Naturels OP/BP 4.04
Forets OP/BP 4.36
Lutte antiparasitaire OP 4.09
Ressources Culturelles et Physiques OP/BP 4.11
Populations indigènes OP/BP 4.10
Réinstallation (Déplacement de population) OP/BP 4.12
Sécurité des barrages OP/BP 4.37
Projets sur des Eaux Internationales OP/BP 7.50
Projets dans des zones disputées OP/BP 7.60
Oui
X
X
X
X
Non
X
X
X
X
X
X
.
Accords Légaux
Nom
Description de l’Accord
.
.
Conditions
Répétition
Date Due
Fréquence
Nom
Préparation et approbation du Plan de Passation des marchés
Type
Négociations
Description de la Condition
Le client préparera le Plan de Passation des marchés pour les 18 premiers mois de la mise en œuvre du projet,
portant satisfaction à la Banque avant les négociations.

Nom
Adoption du Manuel d’Opérations de Projet (MOP)
Description de la Condition
Le client préparera un Manuel d’Opérations de Projet, satisfaisant à la Banque avant les négociations.
Type
Mise en œuvre
Nom
L’UCP a été mise en place, et est opérationnelle, avec un mandat, des
ressources et le personnel portant satisfaction à la Banque.

Type
Mise en œuvre
viii















Page 9
Description de la Condition
Le ME mettra en place l’UCP, avec un mandate, des ressources, et le personnel portant satisfaction a la
Banque, y compris: (i) un coordinateur de projet, un spécialiste en gestion financière, et un spécialiste en
passation des marchés, tous appuyer par la DGEQV; et (ii) un spécialiste en Suivi et Evaluation (S&E),
un spécialiste en sauvegardes environnementales et sociales et un spécialiste en écotourisme, tous
sélectionnés et recrutés selon la section III de l’Accord de Don Annexe 2.
Nom
Le Plan de Gestion pour chaque Parc National cible du Projet est finalisé,
portant satisfaction à la Banque.

Type
Effectiveness
Description of Condition
Le destinataire préparera et adoptera, en consultation avec les parties concernées, les plans de gestion
des parcs nationaux sélectionnés.

Nom
Le Comité de Pilotage National a été mis en place.
Description de la Condition
Le destinataire mettre en place un Comité de Pilotage portant satisfaction à la Banque.
Type
Mise en œuvre
Nom
Type
Description de la Condition
La Commission Scientifique et Consultative a été mise en place portant satisfaction a
la Banque.

Mise en Œuvre
Le bénéficiaire mettre en place pour chaque parc national la Commission Scientifique et Consultative a été mise
en place portant satisfaction a la Banque.

Staff de la Banque
Nom
Taoufiq Bennouna
Composition de l’Equipe
Titre
Spécialiste Senior en
Gestion des Ressources
Naturelles

Spécialisation
Chef d’Equipe
Lamyae Hanafi Benzakour Officier Financier
Officier Financier
Slaheddine Ben-Halima
Consultant
Procuration/Achats
Marie A. F. How Yew Kin Assistante au Programme
de Langues
Assistante au Programme
de Langues

Jean-Charles De Daruvar
Avocat-conseil
Avocat-conseil
Abdoul-Wahab Seyni
Spécialiste Senior en
Développement Social
Spécialiste Senior en
Développement Social
Unité
MNSEN
CTRLA
AFTPR
MNSSD
LEGAM
AFTCS
Moez Makhlouf
Consultant
Gestion Financière
MNAFM
ix






Page 10
Andrew Michael Losos
Spécialiste de
l’Environnement

Spécialiste de
l’Environnement

Viviane Wei Chen Clement Professionnelle Associée
Junior
Professionnelle Associée
Junior

Melanie Argimon
Sherif Arif
Junior Professionnelle
Associée

Junior Professionnelle
Associée

Consultant en Garanties
Environnementales et
Sociales

Consultant en Garanties
Environnementales et
Sociales

MNSEN
MNSEN
MNSEN
Bethesda
Michaela Pawliczek
Spécialiste en Ecotourisme Ecotourisme
Antananarivo 101
Michael Marx
.
Localisation
Pays
Tunisie
Tunisie
Tunisie
Tunisie
.
Spécialiste Senior en
Financement Rural

Spécialiste Senior en
Financement Rural

Première Division
Administrative

Localisation
Planifi
é

Actue
l

Commentaires
Gouvernorat de
Tozeur

Gouvernorat de
Tozeur

Gouvernorat de Sidi
Bou Zid

Gouvernorat de Sidi
Bou Zid

Gouvernorat de
Kebili

Gouvernorat de
Kebili

Gouvernorat de Gafsa Gouvernorat de Gafsa
X
X
X
X
X
X
X
X
x







Page 11
I. CONTEXTE STRATÉGIQUE
A. Contexte Local (du Pays)
1. Le secteur du tourisme joue un rôle important dans l'économie tunisienne, notamment en
termes de création d'emplois. La Tunisie reçoit généralement plus de 7 millions de touristes par
an, les touristes, surtout saisonniers, en provenance d'Europe (France, Allemagne, Italie,
Royaume-Uni), avec une contribution du marché du Maghreb. Le secteur contribue pour 7 pour
cent du PIB (2008), génère 17 pour cent du total des recettes en devises et emploie environ
380.000 personnes (95.000 directement), ce qui représente environ 10 pour cent de la population
active. Le tourisme constitue également l'activité la plus productive en termes des revenus pour
les municipalités, qui peuvent être canalisées vers des investissements locaux. Dans le sillage de
la révolution tunisienne de Janvier 2011, la création de moyens de subsistance durables et
inclusifs est plus importante que jamais auparavant. Les recettes touristiques ont chuté de 39,4
pour cent au cours des neuf premiers mois de 2011 par rapport à la même période en 2010, tandis
que les arrivées ont diminué de 35,4 pour cent (passant de 5,2 millions de visiteurs de début
Janvier à Septembre 2010, à 3.3 millions durant la même période en 2011).
Au cours du premier
trimestre 2012, les revenus touristiques se sont redressés pour s’établir autour de 80 à 90 percent
par rapport à 2010. La Tunisie a encore un taux de chômage relativement élevé à 14,7 pour cent
(ce qui représente plus du double des 6.4 pour cent couvrant tous les pays à revenu intermédiaire
en 2008). Le taux global masque une divergence frappante par âge, touchant en particulier les
jeunes de la population active. Il demeure également de grandes disparités entre les régions
côtières, plus riches, et les régions intérieures, les plus pauvres du pays.

2. Le tourisme balnéaire de masse constitue de loin la plus grande partie de l'activité et la
capacité touristique (environ 90 pour cent). La plupart des produits touristiques en Tunisie sont
offerts sous forme de paquets "Tous frais inclus" à haut volume, à faible valeur du tourisme dans
les zones côtières, et utilisent peu ou pas du tout les ressources culturelles, historiques et
naturelles importantes que l'intérieur du pays a à offrir. Le Gouvernement de Tunisie (GT)
envisage comment améliorer les produits de tourisme de masse du pays pour les rendre plus
attrayants au marché européen. L’énorme potentiel de la Tunisie pour le tourisme intérieur dans
le désert et les zones rurales n'a pas encore été réalisé. Par ailleurs, le tourisme crée à présent peu
de liens avec les collectivités locales.
Le GT est pour cela en train d’étudier les moyens
d’exploiter le potentiel de nouveaux produits touristiques tout particulièrement l’écotourisme,
étant donné l’intérêt accru par le marché Européen haut de gamme pour ce type de tourisme.
3. Les écosystèmes désertiques de la Tunisie possèdent des espèces animales et végétales
uniques ainsi que des communautés locales qui se sont adaptés pour survivre dans des conditions
extrêmes et un environnement fragile. Ils abritent une riche biodiversité d’espèces uniques et
hautement adaptée d'importance mondiale, en particulier dans les aires protégées. Selon la Liste
Rouge de l'UICN, ces espèces comprennent le chat de sable (
Felis margarita) (quasi menacée),
l'outarde houbara (
Chlamydotis undulata) (vulnérable), Oryx algazelle (Oryx dammah) (à l'état
sauvage), la Gazelle dorcas (
Gazella dorcas) (vulnérable), la Gazelle de Cuvier (Gazella cuvieri)
(en voie de disparition) et le mouflon (
Ammotragus lervia) (vulnérable). Dans un contexte agro-
écologique, les espèces indigènes, tels que
Tamarix, Thymelia hirsuta, et Retama raetam,
possèdent des propriétés de résistance à la sécheresse et à la chaleur utiles à leur survie.
Cependant, en raison des activités humaines, la biodiversité des écosystèmes désertiques
1



Page 12
tunisiens est actuellement de plus en plus menacée par l'empiètement des habitats et la
surexploitation des ressources naturelles, ainsi que le braconnage et la collecte illégale.
4. Les écosystèmes désertiques de la Tunisie ont un potentiel élevé pour aborder la
diversification économique rurale et des besoins de création d'emplois grâce à un modèle
d'écotourisme lié à la protection de la biodiversité dans les aires protégées gérées.
Les
écosystèmes arides de la Tunisie fournissent une opportunité pour un tourisme durable qui est
spécifique aux déserts, tenant compte de leurs caractéristiques particulières, leur fragilité, et de
leur diversité en ressources naturelles, humaines et culturelles. Le Ministère de l'Environnement
(ME), dans son étude, en 2009, sur le développement stratégique de l'écotourisme en Tunisie, a
élaboré des "circuits" d'écotourisme potentiels, construit autour des APs avec des liens aux
riches sites culturels et historiques des zones désertiques. La vulnérabilité de la biodiversité du
désert et des écosystèmes aux pressions anthropiques ne peut être assez soulignée. Donc la
création d'un modèle d'écotourisme attirant un faible volume mais des touristes à haute valeur,
combiné au développement d’activités écotouristiques pour la population locale, représenterait
un ajustement optimal pour le développement durable de ces zones, avec les avantages associés
de la préservation de la biodiversité.
5. Cela suggère que le renforcement des AP en Tunisie à travers les investissements nécessaires
en infrastructure et une meilleure gestion, avec la pleine participation des communautés
adjacentes, et l’implication du secteur privé, pourrait contribuer de manière significative à
l’objectif de préservation de la biodiversité sensible en améliorant les moyens de subsistances
dans le désert grâce à l’accroissement des services de maintien de l'écosystème. Une telle
approche permettrait également de promouvoir à la fois les pratiques de gestion des terres et des
ressources naturelles traditionnelles et novatrices au sein des agro-écosystèmes adjacents,
préservant ainsi la capacité d'adaptation des réactions des communautés locales
. En outre, la
création de régulation et de mécanismes de motivation financière adéquats pour
le
développement des activités d’écotourisme faciliterait la participation du secteur privé dans la
mise en place de projets d'écotourisme et le pilotage d'approches de gestion basées sur la
participation communautaire, et créerait des perspectives d'emploi.
6. Au vu des récents événements sociopolitique dans le pays, il y a à présent une opportunité
unique pour améliorer la gestion des AP ainsi que les activités d’écotourisme proposées par le
projet à intégrer dans le contexte d’une croissance plus vaste et inclusive, tout particulièrement
vis-à-vis des femmes. Dans le Rapport Global sur les Femmes et le Tourisme de 2010,
l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) constate que le tourisme offre aux femmes la
possibilité de diversifier leurs sources de revenus tant sur le marché du travail officiel que dans le
secteur non structuré. Le Rapport précise en outre que les emplois dans le secteur touristique sont
souvent flexibles et peuvent donc être réalisés en de nombreux endroits et ainsi le tourisme créé
donc un vaste éventail de possibilités pour les femmes grâce à l’émergence dans l’économie du
pays de destination d’une chaîne d’approvisionnement complexe. L’étude révèle notamment que
le tourisme permet d’améliorer le potentiel d’autonomisation des femmes dans les régions en
développement.
2





Page 13
7. Le projet d’Écotourisme et de Préservation de la Biodiversité Désertique concentrera ses
interventions sur trois parcs nationaux (PN) dans les zones désertiques sud – et Centre-Ouest de
la Tunisie: Dghoumes PN dans le gouvernorat de Tozeur, Jbil PN dans le gouvernorat de Kébili,
et Bouhedma PN dans les gouvernorats de Sidi Bouzid et Gafsa.
B. Contexte Sectoriel et Institutionnel
8. Le Gouvernement de la Tunisie (GOT) est en train d’élaborer des plans pour diversifier les
produits touristiques du pays afin de continuer à assurer une croissance durable et la création
d'emplois dans le secteur
, de même qu’une répartition plus équitable des bénéfices à l'intérieur
du pays.
Durant l’élaboration de la Stratégie Nationale du Tourisme proposée pour 2016, le
Ministère du Tourisme (MT) a préparé un diagnostic complet du secteur du tourisme, qui a
abouti à l'identification des principales forces et faiblesses du secteur. Les principales faiblesses
identifiées comprennent:
(i) la nature et le caractère saisonniers du produit touristique,
impliquant un manque de diversification et de capitalisation sur des emplois additionnels et sur la
génération de revenus potentiels. (ii) la baisse de la qualité du produit actuel, notamment en
termes de vieillissement des infrastructures d'hébergement de masse et la situation financière
critique de certaines entreprises.
(iii) le manque de capacité en termes de possibilités de
formation disponibles, contribuant à la baisse de la qualité des services, et (iv) la nécessité de
puiser dans l'ampleur des identités régionales liée à la réorganisation des stratégies de promotion
commerciale. La stratégie propose également cinq axes d'action prioritaires:
(a) la diversification
et l'innovation des produits touristiques offerts; (b) la promotion et la commercialisation; (c) le
cadre institutionnel; (d) la restructuration des finances du secteur; (e) de compatibilité du réseau
touristique. Dans l'axe de la diversification, les objectifs suivants ont été identifiés: (i)
développer la certification de qualité "Jasmin", (ii) encourager la promotion de l'innovation, (iii)
diversifier les types d’hébergements touristiques, et (iv) renforcer de la diversification des
produits offerts.

9. Entre-temps, depuis 2007, vingt nouvelles Aires Protégées (AP) ont été créées en Tunisie,
dont 9 parcs nationaux et 11 réserves naturelles. Le nombre de parcs en Tunisie s'élève
aujourd'hui à 44 zones terrestres et 5 zones marines et côtières qui représentent 7 pour cent de la
superficie nationale totale. Il convient de noter que bon nombre des espèces de la Liste Rouge
mentionnée ci-dessus se trouvent principalement - et dans certains cas seulement - dans les APs,
et sont surexploités ou chassés en dehors de ces zones. La vision nationale à long terme est de
créer un "réseau d'aires protégées», plutôt que de se concentrer uniquement sur quelques zones
pour le développement de l'écotourisme et créer un éventuel déséquilibre entre les zones. Un tel
réseau exigerait des contributions des différents partenaires et bailleurs de fonds, et les activités
devraient être complémentaires, y compris ceux du projet proposé. Le réseau contribuerait ainsi à
une harmonisation des activités entre les différents organismes gouvernementaux et leurs
partenaires financiers et techniques.
En ce sens, le projet proposé planifie de collaborer et de
coordonner son approche avec le projet mené par l'Agence Française de Développement (AFD)
dans le parc national Chaambi (financé par le Fonds pour l'Environnement Mondial Français et
Monaco) ainsi qu'avec la Société Financière Internationale (SFI), en particulier en ce qui
concerne le renforcement du cadre juridique et institutionnel pour le développement des aires
protégées et de l'écotourisme.
3



Page 14
10. Aujourd'hui, la plupart des anciennes et nouvelles Aires Protégées de la Tunisie ont besoin de
plan de gestion mis à jour, d’exécution pratique et applicable, ainsi que de financement durable
pour l’administration journalière des parcs, de même que des investissements en infrastructures
extrêmement nécessaires. Il convient de noter que la majorité des nouvelles et anciennes AP ont
également été mises en place sans consultation des parties prenantes pertinentes. En terme de
financement, le budget annuel du gouvernement central pour les aires protégées est actuellement
défini comme un pourcentage du budget du ministère responsable, (Direction Générale des
Forêts (DGF) au sein du ministère de l'Agriculture (MoA), et non pas en fonction des besoins
spécifiques de chaque AP. Cela signifie que les aires protégées manquent à la fois la capacité de
gérer et les ressources pour appliquer, ce qui conduit à la vulnérabilité de la biodiversité au sein
même des limites des AP, d'une part, et la détérioration des relations entre la communauté locale
et l'AP de l'autre.
Le statut juridique des anciennes AP ne permet pas la collecte de droits
d'entrée à tous, et même pour de nouvelles aires protégées les frais sont très bas, même pour les
étrangers, limitant ainsi les possibilités de générer des revenus. Il y a aussi une lourde charge
administrative pour les visiteurs potentiels, qui sont tenus d'appliquer à l'avance pour une
autorisation du gouvernement pour passer la nuit dans une AP. Les AP manquent également de
logements adéquats, d’installations sanitaires, de nourriture et d'eau, de signalisation, de routes
d'accès et de sentiers de randonnée, etc. Ces contraintes ont abouti au développement de maigres
produits et de services d'écotourisme autour des AP, avec les guides touristiques négligeant
souvent d'inclure les parcs nationaux dans leurs circuits.
11. Les communautés adjacentes ne sont actuellement pas impliquées dans le processus de
décision ou de gestion des aires protégées. Elles ne reçoivent pas d'avantages tangibles de la
préservation de la biodiversité et des APs et
n'ont ni les connaissances ni les ressources
nécessaires pour établir des activités génératrices de revenus connexes (par exemple, les
entreprises d'écotourisme) pour compléter leurs revenus à titre de compensation.
La possibilité
d'intégration des communautés locales en termes de l'utilisation des aires protégées (y compris la
co-gestion, les concessions, les partenariats, le droit de traverser les aires protégées via des routes
indiquées, etc.) n'est pas encore incluse dans un cadre réglementaire. Ces facteurs créent un
certain niveau d'incompréhension et de frustration au sujet des APs au sein des communautés
locales, menant à la dégradation de la biodiversité et des ressources naturelles, à la fois à
l’intérieur et à l’extérieur des APs.
12. Le cadre institutionnel et réglementaire ne favorise pas un développement optimal de
l'écotourisme. Un manque de vision commune entre les principaux acteurs et l'absence d'une
institution en tête de la promotion de mécanismes de coordination, couplé avec la faiblesse des
avantages offerts au secteur privé pour entamer des investissements de démarrage dans le
domaine de l'écotourisme, entrave le développement de ce nouveau produit.
La communication
et des actions simplifiées et intégrées entre les principaux acteurs sont un élément vital pour le
succès du développement de l'écotourisme, en particulier pendant les premières années. En outre,
l'absence d'un statut juridique clair pour les fournisseurs de l'écotourisme, peut rendre difficile
pour ces derniers le processus de demande de prêts bancaires. Par exemple, la législation en
vigueur (§ 2007 à 457, Mars 6, 2007) permet de nouvelles catégories d'hébergement, mais
n’inclus pas la catégorie des éco-logis spécifiquement. Ce manque de reconnaissance des vrais
fournisseurs de l'écotourisme peut également conduire à des questions de «mascarade
écologique».
4



Page 15
C. Objectifs plus élevés auxquels le Projet contribue
13. Le Projet proposé s'inscrit dans le plan Tunisie 2012-2013 visant à renforcer la gouvernance
et l'inclusion et à favoriser la croissance économique basée sur la création d'emplois durables à
moyen terme. Les trois domaines prioritaires pour l'ISN sont: (i) Poser les bases pour une
croissance durable retrouvée et la création d’emplois ; (ii) Promouvoir l'inclusion économique et
sociale, ; et (iii) Renforcer la gouvernance : Voix, Transparence et Responsabilité..
14. En vertu du Prêt pour de Développement de Politique de Gouvernance et d’Opportunité
signé en Juin 2011, avec le Gouvernement de la Tunisie, l'une des mesures de réforme identifiée
est l'amélioration des services aux entreprises et aux citoyens par la simplification des formalités
et l'amélioration de la transparence. Le secteur du tourisme en particulier, a été choisi pour ancrer
la crédibilité du processus. Il s'agira notamment d’évaluer, de cartographier, de réviser et
simplifier les procédures réglementaires et administratives actuelles relatives à l'entrée des
entreprises dans le secteur du tourisme et / ou l'exploitation du secteur. Les procédures qui seront
examinées en priorité sont celles pesant le plus sur le secteur privé, ainsi que celles qui
constituent les principaux obstacles dans les zones «niches» ou «ancres» afin de s'assurer que la
simplification de la réglementation renforce l'assistance technique fournie dans d'autres aspects
de la compétitivité du secteur du tourisme. Cela impliquera également la conception et la mise en
œuvre d'un «projet pilote d'investissement touristique en zone niche" en dehors des zones
côtières. Le projet proposé bénéficiera d'une étroite collaboration avec la SFI, qui mène cette
initiative, notamment en termes d'activités liées à la révision du cadre institutionnel et
réglementaire, l'engagement du secteur privé, et le pilotage des investissements dans le nouvel
environnement.
15. Le projet proposé permettra d'améliorer la prestation et les impacts du Programme Intégré de
Gestion des Ressources Naturelles au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENARID) du
FEM régional. L'objectif global du MENARID est double: (i) promouvoir la gestion intégrée des
ressources naturelles (GIRN) dans l’environnement productif de la région MENA et (ii)
améliorer la situation économique et le bien-être social des communautés ciblées par le biais de
la restauration et l'entretien des fonctions de l'écosystème et de la productivité.
Le MENARID se
penchera sur les contraintes mentionnées ci-dessus et travaillera à promouvoir la GIRN, à
améliorer la gouvernance des ressources naturelles et de l'eau (les eaux souterraines et les
systèmes d'eau transfrontières), et à coordonner les investissements. Ces investissements
permettront de: (a) promouvoir un environnement propice à l’intégration de l’agenda de la GIRN
à l’échelle nationale et régionale, et (b) générer des bénéfices mutuels pour l'environnement
mondial et les moyens de subsistance locaux en favorisant des investissements de GIRN pour un
impact à grande échelle.
16. Le projet proposé est l'un des 13 projets d'investissement dans le cadre du Programme
MENARID, qui est financé par le FEM et co-financé par la Banque africaine de développement,
l'Organisation pour l’Alimentation et l'Agriculture, le Programme des Nations Unies pour le
Développement, l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel, le
Programme des Nations Unies pour l'Environnement, et la Banque Mondiale. Les autres pays
5




Page 16
participant au MENARID sont l'Algérie, l'Egypte, l'Iran, la Jordanie, le Maroc et le Yémen.1 Le
projet proposé coordonnera, dans la mesure du possible, avec les autres projets MENARID en
Tunisie, à savoir avec le Projet de Support à la Gestion Durable des Terres dans le Gouvernorat
de Siliana géré par l’IFAD, et avec la composante sur la dégradation des terres du Deuxième
Projet de Gestion des Ressources Naturelles mis en œuvre par la Banque mondiale, même si les
zones de mise en œuvre de ces deux projets sont distinctes de celle du projet proposé.
17. Ce qui suit est un résumé de l'alignement du projet proposé avec les résultats attendus du
MENARID :
MENARID Résultats Attendus
Les cadres politiques et réglementaires
régissant les secteurs en dehors du secteur de
l'environnement (par exemple le tourisme)
incorporent des mesures visant à conserver
et utiliser de façon durable la biodiversité
Résultats Clés
Projet de décret du cadre législatif pour les Aires Protégées est
préparé
Décret révisé pour le classement des hébergements
Dans les zones d'intervention, des
investissements appropriés dans certains
écosystèmes et paysages productifs sont mis
en œuvre et les systèmes de ressources
naturelles sont restaurés et gérés de manière
intégrée
Des Systèmes de Subsistance Durables sont
promus dans les domaines d’investissement
12 techniques innovatrices de gestion durable des terres (GDT)
coordonnéés et promues par les PNs ciblés et dans les zones
environnantes.
12 accords sont signés entre les PNs ciblés et les associations
communautaires sur l’amélioration de l’environnement et la
GDT.
600 acteurs concernés reçoivent une formation en gestion d’AP,
développement de l’écotourisme, GDT et éducation
environnementale en utilisant l’approche de GIRN.
Les PNs ciblés atteignent de meilleurs notes en efficacité de
gestion (80 pour le PN de Jbil, 74 pour le PN de Dghoumes et
96 pour le PN de Bouhedma).
160 emplois créés pour la gestion du parc et activités
économiques liées pour les 3 PN ciblés.
184 sous-projets (associations communautaires et micro-
entreprises) sont soutenus par le projet (%genre)
3 staffs supplémentaires pour chaque PN ciblé (1 ingénieur de
conservation, 1 écogarde/animateur chargé des relations avec les
communautés et de l’éducation environnementale, et 1
coordinateur pour les activités socio-économiques) sont en
place.
18. Le projet répond à la Stratégie pour la Biodiversité et la Dégradation des Terres du Fond pour
l’Environnement Mondial (FEM)
2. Il contribuera aux 4 objectifs stratégiques du FEM suivants:
BD-SO1 "Catalyser la durabilité des aires protégées", et BD-SO2 "Intégrer la biodiversité dans
1 D'autres projets MENARID en Tunisie comprennent: (i) L’ Appui à la Gestion Durable des Terres dans le projet Siliana (Fonds
International de Développement Agricole), et (ii) la composante sur la dégradation des terres et des eaux internationales dans les
zones d’intervention du second projet de Gestion des ressources naturelles ( Banque Mondiale).

2 Le projet proposé fût approuvé pour la quatrième reconstitution du FEM.
6










Page 17
les paysages de production". Il contribuera également aux 4 Programmes Stratégiques du FEM
suivants: LD-SP1 "Soutenir l'agriculture durable et la gestion des parcours" et LD-SP3 "Investir
dans les approches nouvelles et novatrices en matière de gestion durable des terres». Le projet
contribuera également à la diffusion de connaissances et de leçons apprises dans la GIRN et la
préservation de la biodiversité
.
19. Le projet proposé a également des liens avec le Programme des Écosystèmes Désertiques et
des Moyens d’Existence du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA-DELP), à travers un
nouveau partenariat de la Banque Mondiale et du FEM. Le MENA-DELP a été approuvé par le
FEM en Novembre 2011, et comprend quatre projets pilotes nationaux dans 4 pays (l’Algérie,
l’Egypte, la Jordanie et le Maroc), ainsi qu'un projet régional de partage de connaissances. Le
cadre du MENA-DELP cherche à maintenir et à améliorer le flux des services des écosystèmes
désertiques pour un développement durable dans une boucle de rétroaction positive. Le
programme mettra l'accent sur le pilotage permettant des opportunités économiques spécifiques
aux déserts qui intègrent la santé et la diversité du biome désertique avec le vaste potentiel pour
la création de nouveaux emplois puisant de la masse considérable de connaissances et de
pratiques d'adaptation. On s’attend à ce qu’une telle approche apportera nécessairement de
nouvelles opportunités d’augmenter les moyens de subsistance en milieu désertique et
augmentera la résilience et l'adaptation des communautés et des écosystèmes désertiques aux
pressions projetées, en particulier aux impacts des changements climatiques. La priorité de ces
quatre projets de pays est sur différents secteurs de production et sur l’amélioration de la
durabilité des investissements à travers une approche de gestion intégrée des écosystèmes.
L'accent est également mis sur les approches participatives, le renforcement des capacités et sur
l’exploitation des connaissances locales du milieu. Le projet régional cadre vise à promouvoir le
partage des connaissances et expériences sur les possibilités d’emplois accrus du désert parmi les
quatre pays pilotes participants et potentiellement d'autres. Le Projet proposé bénéficiera et
contribuera par la même occasion aux activités de partage de connaissances au sein du MENA-
DELP. Le Projet met également l'accent sur le pilotage d'une approche intégrée de gestion de
services améliorés aux écosystèmes désertiques et de génération d’opportunités d’emploi. Et
cette approche est en train d’être développé de concert avec les approches en cours d'élaboration
dans d'autres pays du MENA en vertu de la DELP.
20. De plus, les leçons retenues du projet de la FAO sur l’Evaluation sur la Dégradation des
Terres dans les zones arides (LADA), duquel la Tunisie est un des six pays partenaires, pourra
d’une part bénéficier la mise en œuvre du projet proposé, et être partagé avec le réseau régional
MENA-DELP.
II. OBJECTIFS DU PROJECT
A. Objectif de Développement Proposé (ODP)
21. L'objectif de développement proposé est de contribuer à la préservation de la biodiversité du
désert et à la durabilité des terres désertiques dans les 3 parcs nationaux sélectionnés. Cet objectif
sera atteint à travers le pilotage d’une nouvelle approche pour la gestion des aires protégées qui
intègre le développement de l’écotourisme et l’engagement des communautés.
7




Page 18
22. En favorisant le développement de l'écotourisme dans certaines des régions les plus
défavorisées de la Tunisie, le projet contribuera également à la diversification économique rurale
et à la création d'emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes.
Localisation du Projet et Bénéficiaires
23. Localisation du Projet. Le projet se concentrera sur trois Parcs Nationaux (PN) situés dans
le désert au sud et au centre-ouest de la Tunisie. Dans le sud-ouest, les Dghoumès (Gouvernorat
de Tozeur) et Kebili (Gouvernorat de Jbil) PN seront ciblés. Dans le centre-ouest, le parc
national de Bouhedma qui est aussi la réserve de la biosphère et le PN Bouhedma (Sidi Bouzid et
Gafsa gouvernorats) seront ciblés. L'annexe 2 fournit une description détaillée de chaque PN
ainsi que la situation socio-économique autour de chacun.
Bénéficiaires du Projet:
24. Au niveau local, les communautés, y compris les groupes de base et organisations comme les
associations d'agriculteurs ou les coopératives, les organisations de femmes, organisations de
jeunes, les groupes de développement communautaire, et les ONG environnementales,
pourraient bénéficier du projet proposé. Ceci par le biais de leur participation à la préparation et
la mise en œuvre des plans de gestion des PNs, de programmes de formation visant à renforcer le
développement de compétences techniques et commerciales et de soutien des activités créatrices
d’emplois et génératrices de revenus liées au développement de l'écotourisme.
Au niveau national, les institutions suivantes seraient également des bénéficiaires clés du
25.

projet proposé, notamment à travers l'assistance technique et les activités de renforcement des
capacités:
les bureaux régionaux et centraux de la Direction Générale de l'Environnement et de
la Qualité de la vie (DGEQV), sous la tutelle du ministère de l'Environnement ; les
Commissariats Régionaux pour le Développement Agricole (CRDA) dans les gouvernorats
ciblés dans le cadre du Ministère de l'Agriculture (MA); la Direction Générale des Forêts (DGF)
du Ministère de l’Agriculture ; et l'office National du Tourisme de la Tunisie (ONTT), sous la
tutelle du Ministère du Tourisme (MT).
OPD Indicateurs de Niveau de Résultats
26. Les indicateurs de résultats proposés par le Projet pour le Suivi et l’Evaluation sont :
(i) Bénéficiaires directs du projet (nombre), dont les femmes et les jeunes (pourcentage) 3;
(ii)
Nombre d’emplois créés ;4 et
(iii)
Note de gestion efficiente des parcs5.
3 Ventilées par parc et par nombre de visiteurs nationaux et internationaux.
4 Ventilées par emploi lié à la gestion des parcs et par emploi lié à des activités économiques incluant les emplois
permanents et saisonniers.
5 Ventilés par parc. Référence FEM-4 Outils de Suivi de la Biodiversité.
8





Page 19
III. DESCRIPTION DU PROJET
A. Composantes du Projet
27. Composante 1: Promotion des conditions favorables pour la Gestion des Aires Protégées,
au renforcement de la Gestion Durable des Terres et au développement de l’écotourisme
(Total: US$ 2,71 million ; FEM US$ 1,40 million, Gvt US$ 1,31 million). Le soutien apporté par
cette composante sera organisé selon les trois sous-composantes suivantes:
(i) Renforcement du cadre institutionnel, légal et stratégique pour la gestion des parcs nationaux
en(a) révisant du cadre national législatif et institutionnel pour la gestion des parcs nationaux et
le développement de l’écotourisme, ainsi que la classification de la gestion de l’écotourisme; et
(b) le développant une stratégie marketing internationale, nationale et locale pour promouvoir
l’écotourisme les parcs nationaux, incluant des paquets de communication, avec l’aide de
services de consultants et de formations ; et
(ii) Renforcement et intégration des capacités nationales et locales dans la gestion durable des
terres et la préservation de la biodiversité en utilisant une approche de gestion intégrée des
ressources naturelles en: (a) le renforçant la capacité technique pour la gestion des parcs
nationaux à et des PN ciblés avec l’aide de services de consultants et de formations; et (b) le
renforcement des capacités des parties concernées du projet pour participer ou profiter des
résultats du projet dans les PNs par l’intermédiaire de plusieurs formation dans, entres autres :
(i) la gestion des aires protégées et les questions fiduciaires associées, la planification de
l’écotourisme, le développement de produits liés à l’écotourisme, le marketing et la sous-
traitance, l’hébergement touristique, le matériel éducatifs environnementale, la sensibilisation
environnementale ou la formation liée à l’écotourisme, tout ce qui concerne le personnel des
institutions et structures concernees dans la mise en œuvre du projet ou les communautés locales
et ses individus.

(iii) Mise en place et opérationnalisation du système de suivi et évaluation pour le Projet par
l’intermédiaire de bien, prestation de services de consultants et formations, en particulier en ce
qui concerne : (i) la mise en place et l’opération du système de S&E et le renforcement des
capacités associées des parties concernées institutionnelles du Projet.

28. Composante 2: Appuyer la mise en œuvre de la Gestion Intégrée des Ressources
Naturellesdes Parcs Nationaux ciblés et leurs zones adjacentes
(Total $US 5,34 million,
FEM US$ 2,7 million, GoT : 2,61 million, bénéficiaires US$ 0,36 million). L’appui pour cette
composante sera organise de la façon suivante :
(i)
Mettre en œuvre les investissements prioritaires identifiés dans les Plans de
Gestion des PN, à travers la fourniture de biens et de travaux publics
. Les plans
de gestion des PN sont en cours de mise à jour/ préparation avec le financement
du PPG. Le Projet financera des travaux prioritaires tels que la signalisation, la
construction et réhabilitation des kiosques d’accueil, des postes de gardes, des
hébergements pour le personnel et des tours d’observation, la réhabilitation des
sentiers, ainsi que des travaux des eaux et des sols (par exemple: les gabions).
(ii) Mettre en œuvre : (a) un programme de sous-projets communautaires visant à
améliorer la gestion des Parcs Nationaux et zones adjacentes ; et (b) un
sous-projets de micro-entreprises visant à améliorer
programme de
9

Page 20
l’écotourisme, à travers la fourniture de travaux publics, de biens et services de
consultants liés.
Alors que les fonds FEM pour ce programme seront gérés par la
DGEQV, la coordination technique sera exécutée par une institution partenaire
qui sera
sélectionnée à l’issue d’une procédure de sélection concurrentiel. Ce programme
appuiera (a) des sous-projets d’associations communautaires liées à la gestion et
au
développement des aires protégées et à la réduction de la dégradation des sols ; et
(b) des sous-projets de micro entreprises liées à l'écotourisme (individus ou
groupes, avec un accent sur les femmes et les jeunes entrepreneurs); et
29. Assurer la réhabilitation de l’écomusée existant et la mise en place d’un eco-shop dans les
structures existantes de chaque Parcs Nationaux, à travers la fourniture de biens, services de
consultants et travaux publics.
Composante 3: Gestion du Projet (Total: US$ 0,70 million;
FEM US$ 0,2 million, GoT: $US 0,5 million).

(i)
Appuyer les structures pertinentes du Ministère de l’Environnement et unités pour
la gestion et la mise en œuvre du Projet à travers la fourniture de biens, de
services de consultants et de formation.

(ii)
Effectuer les audits pour le Projet et financer les Coûts de fonctionnement
supplémentaires.

30. Cette composante appuiera la mise en place opérationnelle de l'Unité de Coordination du Projet
(UCP) au sein de la DGEQV, à travers la fourniture de biens, de services de consultants (visites
d'étude, de formation) et des coûts d'exploitation supplémentaires liés à la gestion et la mise en
œuvre du projet, y compris les achats, la gestion financière et les garanties sociales et
environnementales.
B. Financement du Projet
31. Le coût total du projet est de US$9,05 million. Il s’agit d’un Prêt d'Investissement Spécifique
financé par une subvention du FEM d'un montant de US$ 4,27 million et mis en œuvre sur une
période de 5 ans. Le montant total du cofinancement incluant le financement parallèle est de $US
4,78 millions provenant: (i) une contribution en nature du Gouvernement de la Tunisie (GT)
évaluée à un montant de $US 0,36 millionà travers le détachement de personnel de gestion de
projet et de fiduciaire, les contributions du personnel technique et de recherche, l'équipement, et
les coûts opérationnels ; (ii) un cofinancement en nature du Gouvernement tunisien d’un montant
total de $US 2,40 millions; (iii) la contribution des bénéficiaire de $US 0,37; et (iv) le
financement parallèle de l’Agence Française du Développement (AfD) (en tant qu’Institution
Partenaire du FEM français et du fond fiduciaire de la Principauté de Monaco) d’un montant de
$US 1,66 millions de USD se rapportant au projet du PN de Chaambi.

Coûts et Financement du Projet
Composantes du Projet
CP1. Promotion des conditions
favorables pour la gestion des
aires protégées, renforcement de
la GDT et le développement de
l’écotourisme
Couts Projet
(US$ M)
2,71
Financement FEM
(US$ M)
1,40
Co- Financement
(US$ M)
1,31
10

Page 21
CP2. Appuyer la mise en œuvre
de la GIRN dans les 3 PN et les
zones adjacentes
CP3. Gestion du Projet
Coût Total Projet
Imprévus
Financement Total Requis
5,34
0,70
8,75
9,05
2,37
0,20
3,97
0,30
4,27
2,97
0,50
4,78
4,78
C. Leçons Tirées et Utilisées pour la Conception du Projet
32. La conception du projet a été fondée sur les bonnes expériences pratiques6 de la communauté
internationale dans le cadre du développement de l'écotourisme. Cette expérience souligne
l'importance d'accroître la collaboration et la sensibilisation locale pour promouvoir un
développement de l'écotourisme basé sur la participation communautaire.
Ceci peut être réalisé à
travers (i) une approche participative de la planification du tourisme et de la gestion au niveau
des aires protégées, impliquant la création de réseaux multi sectoriels et d’alliances entre les
organisations communautaires, les gestionnaires des aires protégées, les représentants des
collectivités locales, et les opérateurs touristiques.
(ii) Le renforcement de l'autonomie et le
développement des compétences techniques (financières, de commercialisation, de promotion)
des membres de la communauté pour établir des entreprises touristiques, assuré par des
programmes de "formation de formateurs».
(iii) L’éducation continue et la sensibilisation des
membres de la communauté et d’autres parties prenantes concernant les avantages de la
préservation et les liens entre le tourisme et la préservation est essentielle; (iv) la mise en place
de systèmes de suivi des impacts. Et (v) la promotion d’alternatives économiques pour la
diversification de l’économie locale et l'investissement dans le développement communautaire
dans le but de réduire la pauvreté et d’assurer la viabilité (par exemple, de l'artisanat,
l'agriculture, le transport, les institutions culturelles, etc.)
33. L'expérience internationale souligne également l'importance fondamentale de l'amélioration de la
planification des activités et des compétences en administration.
Ceci peut être réalisé par la
promotion de plans d'entreprises transparents et réalistes comme condition préalable pour
investir dans le tourisme local ou dans des entreprises liées au tourisme, y compris (i) la
préparation d'études de faisabilité pour identifier les coûts, les marchés et les recettes. (ii) les
plans d’entreprises incluant tous les coûts d'investissement et d'exploitation, y compris l'entretien
des infrastructures de l'écotourisme, le suivi de l'impact, et la commercialisation qui doit être
évalué continuellement. Enfin, des relations solides avec les agences de voyage privées
nationales et internationales sont essentielles au succès, car elles facilitent la commercialisation
et la vente ainsi que l'expertise en gestion. Cette approche dépend de la volonté politique du
gouvernement à élaborer et à mettre en œuvre
un écotourisme basé sur la participation
communautaire,
et a fournir une bonne gouvernance, une transparence publique et le contrôle
administratif, un encadrement politique. Le gouvernement devra également fournir une assurance
à long terme aux futurs investisseurs et à leurs investissements, un accès facile au financement et
aux systèmes d’incitations destinés à soutenir la nouvelle approche du développement et à
encourager la demande du marché, ainsi que l'allocation des budgets pour le développement
d’infrastructures nécessaires dans et autour des aires protégées liées aux villages environnants.

6 Nature Conservancy, 2007. “ Tourism, Protected Areas and Communities: Case studies and lessons learned from
the Parks in Peril Program” <http://www.parksinperil.org/files/csp_c_11_turismo_tnc_ingles.pdf>
11






Page 22
«La mascarade écologique» et l'utilisation abusive du terme «écotourisme» ou «développement
communautaire» peut être abordée en établissant, dès le début, des définitions claires entre les
partenaires pour les différents produits, et mettant à jour le cadre juridique existant dans ce
domaine.
34. L’écotourisme basé sur la participation communautaire, peut être un outil efficace dans la
promotion de la préservation de la biodiversité en contribuant à la viabilité financière des aires
protégées et au soutien des communautés locales. L'expérience internationale suggère qu'il existe
d'importantes possibilités pour le tourisme de contribuer aux frais de gestion de l'AP. En plus des
frais d'entrée, une gamme de mécanismes fondés sur le tourisme, comprenant les programmes de
tarification, les concessions, les dons et les frais annuels de licence d'exploitation pour les
agences de voyage, pourraient faire partie d'un programme global de génération de revenus.
Cependant, il est essentiel de veiller à ce que (i) les systèmes de génération de revenus soient
informés par des évaluations économiques et de marché basés sur le potentiel touristique des
aires protégées. (ii) Un large éventail de partenaires locaux participe à l'élaboration et à la mise
en œuvre du système de revenus. (iii) des programmes de sensibilisation et d'éducation sont mis
en œuvre avec les acteurs locaux par exemple pour éviter les malentendus au sujet de la collecte
et de l'utilisation des frais d’entrée,
(iv) des mesures sont prises pour assurer que les activités
touristiques ne se développent pas de manière incontrôlée et dégradent l'environnement. Et
(v)
les revenus sont investis dans des sites générant des recettes pour couvrir les coûts de gestion du
tourisme et l'amélioration de la qualité de l'expérience touristique. Les objectifs de préservation
sont le plus efficacement servis en déléguant la collecte des recettes et des responsabilités de
gestion à un tiers formé en gestion financière et en administration touristique, tandis que la
gestion du parc se concentre sur les responsabilités de préservation.
35. La conception du projet proposé a également bénéficié des leçons apprises de la préparation du
projet Chaambi ainsi que celles du Projet de Gestion des Aires Protégées de la Tunisie (PAMP),
qui a pris fin en Février 2009. Le PAMP a établi des conditions préalables pour le
développement futur de l'écotourisme dans trois parcs tunisiens, mais n'a pas réussi à développer
l'écotourisme lui-même.
Le rapport final de mise en œuvre de ce projet décrit les principales
leçons apprises. Les leçons pertinentes au projet proposé incluent:
(i) Compléter la mise en œuvre des Plans de Gestion déjà formulés, y compris l'intensification /
l’élargissement du développement communautaire avec les populations locales à travers la
mise en place d'activités génératrices de revenus supplémentaires (y compris à travers
l'écotourisme).
(ii) Lier les activités de gestion du parc avec des partenariats locaux et des programmes de
sensibilisation a un impact extrêmement positif sur l'amélioration de la perception de la
communauté.
(iii)Encourager les partenariats locaux pour la production de connaissances de la biodiversité
existante dans un parc améliore sa capacité de gestion.
(iv) Développer progressivement des programmes de gestion des parcs est conseillé pour établir
de solides fondations institutionnelles et participatives ainsi que l'infrastructure nécessaire
avant d’essayer d’atteindre les objectifs plus ambitieux du développement de l'écotourisme.
(v) Intégrer des outils pour hiérarchiser les allocations d’investissements peut être utile pour
promouvoir l'efficacité dans un environnement aux ressources limitées.
12

Page 23
(vi) Aux fins d'assurer la durabilité de la gestion des parcs, revoir leur statut actuel en vue de
leur fournir une plus grande autonomie institutionnelle et financière.
IV. MISE EN ŒUVRE
A. Arrangements Institutionnels et de Mise en Œuvre
36. Prière de se référer à l'Annexe 3 pour des informations détaillées sur les arrangements
institutionnels et la mise en œuvre. L’agence d'exécution du projet est la Direction Générale de
l'Environnement et de la Qualité de Vie (DGEQV) du Ministère de l'Environnement (ME). La
DGEQV assurera la gestion fiduciaire et la passation des marchés de toutes les activités du
projet, et exécutera le projet en étroite collaboration avec: la Direction Générale des Forêts, les
Commissariats Régionaux au Développement Agricole (CRDAs)
7, l’Office National du
Tourisme en Tunisie (ONTT), et des institutions partenaires pour la Sous-composante 2.2 à
identifier sur une base compétitive. La DGEQV s'appuiera également sur ses trois
Représentations Régionales à Tozeur, Kébili et Sidi Bouzid pour gérer la mise en œuvre du
projet au niveau régional. Les activités du projet seront exécutées comme suit :
(i)
La DGEQV coordonnera les activités relatives (i) à la réforme du cadre national
de gestion des PNs ; (ii) de renforcement des capacités en collaboration avec la DGF ;
(iii) de développement de la réforme du cadre national sur l’écotourisme en étroite
collaboration avec l’ONTT et la mise en œuvre des activités de renforcement des
capacités y afférentes ; et (iv) de mise en place et du maintien du système de S&E. Plus
particulièrement, l'ONTT va gérer la mise en œuvre des programmes de formation ainsi
que la stratégie de promotion et de commercialisation de l'écotourisme. L'ONTT
s’appuiera sur ses trois représentations régionales à Tozeur, Kébili et Sidi Bouzid pour
la supervision de la mise en œuvre des activités au niveau régional. La DGF gérera la
réhabilitation des écomusées dans les PNs ciblés.
(ii)

Les CRDAs des gouvernorats de Sidi Bouzid (Bouhedma PN), Kébili (Jbil PN),
et Tozeur (Dghoumes PN) mettront en œuvre les activités de gestion des PNs, en
utilisant les nouveaux plans de gestion pour les PNs ciblées élaborés lors de la
préparation du projet, la mise en œuvre d’investissements prioritaires, ainsi que le
renforcement des capacités matérielles et humaines.
Les CRDAs sont des
administrations complètement décentralisées du Ministère de l’Agriculture (MA) qui
sont chargés de gérer les PN de leurs gouvernorats8 respectifs, parmi d’autres fonctions.
(iii)
technique du
identifiée assurera
programme de petites subventions pour des sous-projets communautaires et des sous-
projets de micro-entreprise. L'organisation des communautés locales en associations ou
en micro-entreprises pour exploiter et gérer le profit commercial potentiel des PNs
ciblés, représente une nouvelle approche en Tunisie, celle qui exige une étroite
collaboration avec les communautés. L'Unité de Coordination du Projet (UCP) va lancer
un appel d’offre pour sélectionner l’institution partenaire.
(iv)

de son UCP.
Les activités de gestion de projet seront mises en œuvre par la DGEQV à partir
L’institution partenaire
la coordination
7 Commissariat Régional au Développement Agricole.
8 Particulièrement le Département des Forets du CRDAs (Arrondissements des Forêts), sous la DGF centrale du
MA.
13


Page 24
(v)
La DGF, les CRDAs, l’ONTT et l’institution partenaire seront responsables de la
gestion de la mise en œuvre technique et de la supervision de leurs activités respectives
comme exposé ci-dessus. Les termes de collaboration entre la DGEQV et les principaux
partenaires, seront décrits dans les Conventions à être signées entre la DGEVQ et
chaque partenaire au plus tard 6 mois après le démarrage du projet.
37. Les principales structures institutionnelles sont les suivantes:
(i)
L'Unité de Coordination du Projet (UCP) sera composée (i) du personnel
détaché auprès de la DGEQV : Le coordinateur de projet, un spécialiste en gestion
financière, et un spécialiste de l'approvisionnement (détaché de la DGEQV), et (ii) du
personnel recruté dans le cadre du projet: un spécialiste en S&E, un spécialiste en
sauvegardes sociales et environnementales, et un spécialiste en écotourisme.
L'UCP sera
chargée de coordonner les aspects techniques et fiduciaires de la mise en œuvre du
projet à tous les niveaux, y compris la gestion des activités de mise en œuvre des
partenaires, de préparer les plans de travail et les budgets annuels, d’assurer la
collaboration entre les intervenants et de faire le suivi et l’évaluation (S & E) du projet.
L’UCP sera officiellement mise en place avant le lancement du projet.
(ii)
Comité de Pilotage National (CPN): L'UCP sera guidé par un Comité de
Pilotage National (CPN), présidé par le Ministère de l’environnement. En fonction des
rapports d’avancement de la mise en œuvre, présentés sur une base semi-annuelle par
l’UCP, le CPN fournira une supervision globale et un guide stratégique du projet (y
compris sur l’approvisionnement, la gestion financière, le décaissement, le S & E et les
questions de rapports). Il approuvera les plans de travail annuels et les budgets associés
la coordination avec d'autres programmes
présentés par
gouvernementaux au niveau national. Le CPN suggèrera aussi des mesures correctives
et participera à la résolution des conflits, le cas échéant. Le CPN comprendra des points
focaux dans les ministères et dans les organisations de la société civile et du secteur
privé concernés. Le CPN sera formalisé avant le lancement du projet et se réunira sur
une base semi-annuelle ou plus fréquemment selon les besoins.
l'UCP, assurera
La Commission Consultative Scientifique et Technique (CSSC)9 au niveau
(iii)

régional serait présidée par le Directeur Général du CRDA et comprendra un Agent de
Conservation du Parc, le responsable du Département des forêts du CRDA, autres unités
en chage de l’environnement, l’appui financier au secteur agricole, et développement et
planification. Les CSSC seraient chargés de fournir : (i) des conseils techniques et
pratiques sur la mise en œuvre du projet aux niveaux régional et local, en particulier en
ce qui concerne les aspects scientifiques et techniques de la gestion des Parcs
Nationaux, y compris la promotion des ressources naturelles des PNs à travers le
9 Il convient de noter que le CSSC ou Commission Consultative Scientifique et Technique est une
structure institutionnelle mandatée par décret pour la création de nouvelles Aires Protégées (AP),
dans ce cas Dghoumes PN, une qui peut être adoptée pour les anciennes AP visées par le projet,
les APs de
Bouhedma et de Jbil.
14





Page 25
développement de l'écotourisme et la participation communautaire ; (ii) la révision des
plans de travail et des budgets annuels; (iii) l’approbation de subvention pour les sous-
projets de lasous-composante 2.2).Les CSSCS peuvent également formuler des
recommandations qui seront examinées par le CPN. Les points focaux des CRDAs
respectifs, les représentations régionales des ministères de tutelle concernés, les
universités régionales et les ONGs environnementales, feront parties des membres des
CSSCS (voir Annexe 2 pour plus de détails). Les CSSCS seront formés avant le
lancement du projet, et se réuniront au moins au moins une fois par trimestre, ou plus
souvent si nécessaire.
38. Le projet sera mis en œuvre conformément aux procédures détaillées définies dans le Manuel
d’Opération de Projet (MOP) qui sera préparé avant le lancement du projet.
39. On doit toutefois souligner qu’il y a une appropriation importante du projet proposé au niveau
national, particulièrement par la DGEQV du ME, et les institutions partenaires de la DGF du
MA et de l’ONTT du MT. Les principaux intervenants, ainsi que le groupe central de
représentants des ministères concernés, a été étroitement associés à ce travail et s’est concerté
régulièrement sur la conception du projet. Par ailleurs, un atelier a été organisé pendant la
préparation du projet, avec la participation d’une centaine de participants de plusieurs
gouvernements et instituts de recherche, ONG, ainsi que la société civile, pour échanger des
idées sur l’élaboration du projet. Lors des discussions, il y avait un fort consensus sur le fait que
la gestion actuelle des aires protégées est sous-optimale et que des améliorations sont requises à
tous les niveaux, et qu’il y a du potentiel pour une nouvelle approche qui intègre le
développement de l’écotourisme avec l’engagement communautaire.
15


Page 26
Illustration 1. Arrangements Institutionnels du Projet
B. Suivi des Résultats et Evaluation
40. Prière de se référer à l'Annexe 3 pour des informations détaillées sur le S & E du projet. L'UCP
mettra en œuvre un système de S & E, qui facilitera le suivi des progrès réalisés et permettra
une évaluation efficace de la réussite du projet à atteindre son ODP
. En temps que tel, le
système de S & E agira comme un outil de gestion permettant à l'UCP, au CPN et à la Banque
Mondiale d’évaluer l'efficacité du projet en cours d'exécution et d'améliorer la performance du
projet de manière spécifique.
Le projet proposé va utiliser le système de S & E Multi-projets10
actuellement utilisé dans le Second Projet de Gestion des Ressources Naturelles, financé par la
Banque Mondiale Deuxième projet gestion des ressources naturelles (PGRN2), et auquel la
DGEQV est déjà habituée, étant donné qu’il est responsable du S & E de l'une des
composantes de ce projet. La formulation du Manuel de S&E du projet est en cours de
préparation avec le soutien de la Subvention pour la Préparation du Projet (SPP).
10 Mis à l'essai pour un projet de gestion des bassins versants financé par le FAD et également utilisé pour le secteur
de l'eau Deuxième Projet d'investissement co-financé par la Banque mondiale (PISEAUII)
16
National Regional Local Steering Implementation Coordination Project Coordination Unit National Steering Committee CRDAs Community Associations and Micro-enterprises Other Line Ministries: Agriculture, Regional Development and Planning, Equipment, Culture and Heritage Regional Consultative and Technical Steering Commissions Partner NGO ONTT Regional Representations Private Sector Entities: Tunisian Federation of Tour Operators, Tunisian Federation of Hoteliers Other Donor-funded Projects : Afd and Monaco Research Institutions and Universities Local Environmental and Sustainable Development NGOs DGEQV DGEQV Regional Representation DGF ONTT






Page 27
Suivi
41. L'UCP, et en particulier le spécialiste de S & E, sera responsable du S & E du projet. L'UCP
assurera le suivi des indicateurs de résultants au niveau de l’OPD et des niveaux intermédiaires
du projet (voir Annexe 1), y compris la collecte, la vérification et l'analyse des données reçues
des partenaires de mise en œuvre du projet. Il produira une mise à jour semi-annuelle de ces
indicateurs qui fera partie des rapports semi-annuels du projet. L'UCP veillera également à ce
que l'outil de suivi du FEM-4 pour le domaine d’intervention de la biodiversité est mis à jour à
mi-parcours et à la clôture du projet.
Si le besoin s'en fait sentir, le spécialiste de S & E sera
chargé de former les membres et les partenaires de mise en œuvre de l’UCP
. À la fin de chaque
année, les plans de gestion des PNs de même que le programme de petites subventions seront
spécifiquement évalués conjointement, en termes des progrès de leur mise en œuvre, par les
communautés, les CRDAs et l’ONG partenaire. Les résultats seront consolidés sur une base
annuelle aux niveaux régional et national pour fournir une évaluation initiale des impacts du
projet.

Évaluation
42. L'UCP engagera des consultants indépendants pour préparer les évaluations de mi-parcours et
de clôture du projet
. L'évaluation à mi-temps permettra d'évaluer les aspects opérationnels du
projet, c’est-à-dire les progrès dans l’accomplissement des activités et la réalisation de l'ODP.

L'évaluation à mi-parcours comprendra également des recommandations pour des mesures
correctives, si nécessaires, destinés à maintenir la mise en œuvre du projet sur la bonne voie.
L'évaluation à la fin du projet aura la même portée que l'examen à mi-terme, mais se
concentrera en particulier sur les résultats du projet et les résultats aux niveaux local, régional et
national. L'évaluation de clôture du projet fera également des recommandations en termes de S
& E et de réplication des meilleures pratiques, en particulier pour la gestion durable des PNs et
le développement de l'écotourisme autour des PNs.
Des termes de référence pour les
évaluations de mi-parcours et de clôture du projet seront inclus dans le MOP.
C. Durabilité
43. L’assurance de durabilité des interventions du projet est adressée à plusieurs niveaux. Au
niveau de la gestion de projet, la durabilité est promue par l’adoption des bonnes pratiques et
par l'intégration de la responsabilité de la gestion et la mise en œuvre du projet dans les
structures gouvernementales existantes et par le personnel du gouvernement, plutôt que de créer
une unité de mise en œuvre de projet distinct. L'intégration du projet est renforcée par la mise
en place d'un CPN dans lequel les principaux intervenants seront représentés et pourront
contribuer à la prise de décisions importantes concernant la mise en œuvre du projet et pourront
échanger leurs connaissances. La capacité à long terme des agences d'exécution sera
développée à travers des visites de formation et d'étude pour accroître leur connaissance et leur
compréhension de la gestion de projet, de la bonne gouvernance, du développement durable de
l'écotourisme, et de la participation communautaire.
44. La durabilité des interventions du projet sera favorisée par la mise en place d'un cadre juridique
amélioré, réglementaire, institutionnel et incitatif qui permet une gestion administrative et
financière plus autonome des aires protégées et la participation effective des communautés
locales et du secteur privé dans la prise de décisions relatives à la gestion des APs
. La mise en
17

Page 28
place de ces cadres améliorés sera informée par l'expérience de la mise en œuvre des activités
du projet dans les APs pilotes, et fera en sorte que les avantages du projet ne soient pas limités
aux APs pilotes, mais servent également à améliorer l'environnement pour d'autres projets dans
le réseau des APs de la Tunisie.
Le projet permettra également d'améliorer la durabilité aux
niveaux national et régional à travers l'approche du projet de favoriser l'émergence horizontale
(entre les entreprises locales) et verticale (les entreprises locales avec les opérateurs nationaux
et internationaux) de chaînes de valeur compétitives de tourisme et de grappes intégrées autour
des attractions clés dans les APs.
45. Au niveau local, l'approche d’intégrer les communautés locales dans la gestion et la
planification des PNs, et de veiller à ce que celles-ci bénéficient de l'écotourisme, va augmenter
leur soutien et leur engagement dans la viabilité des Parcs Nationaux. Les collectivités locales
bénéficieront de formation plus poussée leur permettant d’améliorer leurs compétences
commerciales et techniques nécessaires pour mettre en place des micro-projets ciblant les
restaurants et les éco-logis, les agences de voyage ou les activités d'écotourisme, ainsi que
l'artisanat dans et autour des PNs et des villages environnants
. Le projet contribuera également
aux objectifs de renforcer la durabilité de l'environnement en démontrant aux communautés
locales la valeur d'une biodiversité variée et d’une gestion durable des ressources en terres.

L'introduction d'une nouvelle approche du tourisme en Tunisie - basée sur un faible volume et à
forte valeur- aidera à s'assurer que le modèle à volume élevé et à faible valeur en cours dans les
zones côtières de la Tunisie n'a pas un impact négatif sur les ressources naturelles fragiles des
régions arides du pays.
Enfin, compte tenu du fait que la Tunisie a récemment triplé son réseau
d'aires protégées, mais manque les mécanismes de financement sous-jacents nécessaires, le
développement de l'écotourisme et l'amélioration de la capacité des aires protégées à générer
des revenus à partir des visiteurs, va contribuer au financement durable du réseau élargi d’APs
par la réforme de l'environnement réglementaire.

V. MESURES DES RISQUES ET MESURES D’ATTENUATION
A. Tableau Résumant le Classement des Risques
Risques
Risques des Intervenants
Risques Agences d’Exécution
- Capacité
- Gouvernance
Risques du Projet
- Conception
- Social et Environnemental
- Programme et Donateur
- Prestation Suivi et Durabilité
Risque Général de Mise en Œuvre
Classement
Substantiel
Substantiel
Peu élevé
Substantiel
Modéré
Modéré
Substantiel
Modéré
18



Page 29
B. Explication Générale du Classement de Risque
46. Le risque global de mise en œuvre du projet est jugé modéré. La contrepartie a de l'expérience
dans la mise en œuvre d'autres projets de la Banque / FEM. Cependant, l'équipe de travail devra
surveiller de près les progrès des activités du projet, en particulier compte tenu des longs
processus de l’approvisionnement national.
VI. ÉVALUATION SYNTHETIQUE
A. Analyses Economique et Financière
47. Une subvention de US$ 4,270,000 du FEM permettra d'améliorer la protection de la
biodiversité des déserts et son intégration au sein des secteurs de production, par le pilotage de
nouvelles approches de gestion participative des aires protégées et le développement de
l'écotourisme dans et autour de ces aires protégées.
La majeure partie de la subvention sera
donc utilisé pour tester de nouvelles approches dans deux principaux domaines:

(i) Améliorer la gestion des PNs à travers des réformes dans le cadre legislatif,
institutionnel et réglementaire national de gestion des PAs
, et à travers la mise en œuvre
de plans de gestion participative des PN intégrant les collectivités locales, complétées
par le renforcement des capacités dans la gestion de PNs au niveau national, et

(ii)
Développer l'écotourisme autour des PNs ciblés à travers la mobilisation des
communautés, y compris la création d'entreprises d'écotourisme à travers un programme
de petites subventions, complétés par des modules de formation de renforcement des
capacités, ainsi que par
la
commercialisation et le modèle d'initiative de PPP.
la mise en œuvre d'une stratégie promouvant
48. Le financement du FEM permettra ainsi l'exploitation de biens et services des écosystèmes
désertiques pour la préservation, la gestion durable des terres et la création d’emplois locaux
comparé à un scénario de statu quo. Les activités du projet sont étroitement liées à des projets et
programmes pertinents du gouvernement existant, ainsi qu’à d'autres investissements financés
par des donateurs dans les APs et dans l'écotourisme, dont le projet bénéficiera, résultant en un
co-financement total d'environ US $ 4,788 millions.
49. Les analyses du taux de rendement économique et financier ne sont généralement pas
effectuées pour ce type de projet du FEM, et une analyse des coûts marginaux sera effectuée à
la place (voir Annexe 6).

B. Technique
50. Le projet comporte trois composantes étroitement liées. L’appui financier focalise sur les
composantes 1 et 2, afin de veiller à ce que les cadres législatifs, réglementaires, et
institutionnels de gestion des APs et de développement de l'écotourisme soient améliorés vue
que ce projet représente un projet pilote pour le développement de l'écotourisme en Tunisie.
51. Les sites du projet ont été choisis par un système de classification basé sur des indicateurs
spécifiques, définis par le CPN. La préparation participative ou la mise à jour des plans de
gestion pour les PNs ciblés fera en sorte que les collectivités locales soient pleinement engagées
dans le processus de développement des PNs et de l'écotourisme. Ceci permettra également
19

Page 30
d’assurer que l’organisation interne minimale pour les PNs ainsi que les infrastructures de base
sont en place, prêts à recevoir les touristes.
52. Il est primordial de s’assurer que la population locale a une bonne connaissance du projet et de
son objectif de faciliter les entreprises d'écotourisme. La formation requise pour préparer ces
intervenants devra être fournie dès le début du projet.
53. Par le choix des sites du projet et des activités simplifiées entre les différents acteurs, un circuit
d'écotourisme sera finalement mis au point et pourra être promu et offert tant sur le marché
national qu’international en utilisant une campagne de promotion sur mesure. Par conséquent
l'image de la Tunisie comme une destination éco touristique sera régénérée et de nouveaux
clients seront attirés. Cela conduira à un flux accru de visiteurs dans la région du projet,
supportant son développement durable.
C. Gestion Financière
54. Gestion Financière (GF): L’évaluation des mesures de GF (y compris du système de
comptabilité et de politiques et procédures comptables, du système de budgétisation, de rapport,
de recrutement, de politiques et procédures de contrôle internes, des procédures d’audit interne
et externe de la DGEQV dans le cadre du Ministère de l'Environnement), reflète que ces
arrangements sont satisfaisants et conformes aux exigences minimales de la Banque. Ces
procédures sont bien connues par la DGEQV qui a un projet en cours d’exécution: Projet de
Protection des Ressources Marines et Côtières du Golfe de Gabès. Toutefois, certains risques
ont été identifiés et les actions suivantes seront prises pour atténuer ces risques:
(i) L'UCP utilise un système parallèle de suivi basé sur un chiffrier Excel pour produire des
Rapports Financiers Intermédiaires Non-vérifiés (RFIN-Vs) du projet. En outre, ce projet
peut tirer parti de l'expérience acquise par le DGEQV dans la gestion de plusieurs autres
projets financés par d'autres donateurs.
(ii) Les activités de renforcement des capacités et de formation ciblée pour le personnel
concerné à l'échelon régional
(iii)Un MOP sera préparé pour le projet par le DGEQV qui décrit clairement: (a) les
interrelations et les responsabilités de chaque partie, et (b) des procedures de transmission
de rapports financiers spécifiques entre les Directions Régionales et l'UCP
.
55. Compte tenu de l'ensemble des mesures qui seront prises pour atténuer les risques et les
faiblesses identifiés, les risques résiduels de la gestion financière à ce stade sont jugés
modérés.
56. Le projet sera mis en œuvre par la DGEQV sous la tutelle du ministère de l'Environnement, par
le biais d’une UCP. Elle sera responsable de la gestion des fonds du projet et des opérations
financières, y compris à celles se rapportant au programme de subventions. Le département de
Comptabilité et Finances de l’UCP sera en charge du suivi financier du projet, y compris la
fonction de comptabilité et des rapports du projet.
57. En outre, l’UCP sera responsable de préparer et de soumettre à la Banque au plus tard quarante-
cinq (45) jours après la fin de chaque semestre civil, les RFIN-Vs pour le projet couvrant le
semestre, en bonne et due forme pour satisfaire la Banque. Le format des RFIN-Vs sera
convenu avant la négociation.
20

Page 31
58. Les états financiers du projet y compris la réconciliation du compte désigné (CD) seront vérifiés
annuellement par un vérificateur externe
la Banque,
conformément aux normes d'audit internationalement reconnues. L'UCP soumettra le rapport
d'audit à la Banque, par l'intermédiaire du Ministère de l'Investissement et de la Coopération
internationale, au plus tard six mois après la clôture de l'exercice sujet à l’audit. Les Termes de
Référence pour vérification comptable seront préparés par la DGEQV et devront être
acceptables pour la Banque.
indépendant, acceptable pour
59. Pour s'assurer que les fonds soient disponibles pour la mise en œuvre du projet, le
Gouvernement ouvrira, maintiendra et exploitera un Compte Désigné (CD) en US $ à la Banque
Centrale de Tunisie. La DGEQV passera des instructions à la Banque Centrale de Tunisie pour
tous paiements sur le Compte Désigné.
60. Les retraits de montants de subvention seront basés sur les procédures de décaissement de la
Banque et seront utilisés pour financer les activités du projet au moyen des procédures de
décaissement actuellement utilisées. Celles-ci incluent : les demandes de retraits pour les
paiements directs, les demandes pour des engagements spéciaux et / ou des demandes de
remboursement, soit avec des devis ou des pièces justificatives, conformément aux procédures
décrites dans la Lettre de décaissement de la Banque et dans le Manuel de Décaissements.
\
61.
La DGEQV sera chargée de présenter les pièces justificatives appropriées pour les services
rendus ou les activités mises en œuvre, soit à la Banque Centrale de Tunisie, de sorte que les
paiements puissent être effectués à partir du CD ouvert à cet effet, soit pour soumettre des
demandes de paiement direct à la Banque qui sont au-dessus du seuil de paiement direct.
62. Un Compte Désigné (CD) sera ouvert à la Banque Centrale de Tunisie ; les demandes de
réapprovisionnement de retrait seront soumises à la Banque par les signataires autorisés à la
Banque Centrale de Tunisie par le biais de la Client Connection. Ce compte désigné sera ouvert
en Dollars Américain. Les edecaissement seront utilisés par la Banque Centrale pour initier des
demandes de retrait via Client Connection. Et se fera conformément avec les procédures
décrites dans la Lettre de Décaissement de la Banque et le Guide de Décaissement.
D. Passation de marchés
63. En général, et suite à sa révision en Mai 2011, la législation tunisienne en passation des marchés
pour les biens va dans le sens des directives de la Banque en passation des marches et dans le
pays des organisations de contrôle appropriées sont en place. Cependant, des divergences
substantielles existent dans les procédures de sélection et d’emploi pour les consultants, qui selon
la législation locale, dépendent d’un processus de sélection concurrentiel. La passation des
marchés pour le projet suivra les Directives de Passation des Marchés de la Banque mondiale, et
les dispositions prévues dans l’Accord de Don.
64. Le financement du FEM couvrirait des activités des trois composantes du projet : (i) Travaux
(investissements physiques dans les PNs ciblées et des mesures de conservation du sol et de
l'eau).
(ii) Produits (équipements ajoutés aux investissements physiques et l’UCP) ; (iii) CPN,
Services non Consultants (campagne de diffusion et d'information, soutien aux communautés,
coûts associés aux visites de formation et d'étude, etc.), et (iv)
SC, les services de consultation
(documents de conception et d'appel d'offres pour les investissements physiques, la conception
d’une stratégie de promotion et de communication, formateurs pour les éco-guides et le
personnel, et spécialistes dans divers domaines comme jugé nécessaire par l'UCP). Certaines

21

Page 32
activités au niveau local, comme la mise en œuvre des sous-projets, nécessiteront des achats pour
la
participation communautaire, y compris la participation des ONGs. Le plan de passation de
marchés (PA) couvrira les dépenses prévisibles des 18 premiers mois. Il sera mis à jour lors de la
mise en œuvre du projet une fois chaque année ou moins souvent, selon les besoins.
L'approvisionnement et la sélection des consultants seront régis par les directives de 2011. Les
méthodes d’approvisionnement ainsi que les révisions mentionnées précédemment seront
détaillées dans le PA (à finaliser par l'UCP au plus tard à l’étape Négociations).
65. En termes de modalités de mise en œuvre, au niveau central, l'Unité de Coordination du Projet
(UCP) établi au sein de la DGEQV et dirigé par un coordonnateur de projet, comprendra un
spécialiste de passation de marchés (à désigner officiellement parmi l’équipe fiduciaire de la
DGEQV). Ce personnel de passation de marchés sera responsable, (avec l'aide de consultants
externes, lorsque nécessaire), du traitement de la gestion des achats transversaux bénéficiant à
toutes les composantes du projet. L'UCP sera également chargée de la consolidation et la mise à
jour des PA et des rapports de progrès sur l’approvisionnement ainsi que d'assurer que les
fichiers sont correctement conservés pour permettre un post-examen efficace.
66. Au niveau régional, un comité de gestion locale dans chaque CRDA sera responsable de la
définition des orientations du projet régional. La mise en œuvre du projet dans les aires protégées
sélectionnées sera déléguée au CRDA respectif suivant les dispositions spécifiques de la
convention signée entre la DGEQV et le CRDA.
Ce dernier appuiera la DGEQV dans la
passation des marchés et la signature des contrats primés ainsi que dans le suivi de l'exécution
technique et physique de ces contrats. Ils fournissent également les informations nécessaires pour
permettre à l'UCP de faire rapport sur les progrès d'approvisionnement et de consolider le PA du
projet
. Les paiements provenant des recettes de la subvention seront traités par la DGEQV après
vérification et approbation des factures et leur transmission par les services pertinents du CRDA.
67. La capacité de la DGEQV pour procéder aux achats a été évaluée. Il a été conclu qu'elle aurait la
capacité d'effectuer et de gérer l'approvisionnement en vertu de ce financement, à condition que
les mesures recommandées dans l'évaluation des capacités (i) définissent clairement toutes les
responsabilités de coordination et d’établissement des rapports, en général, et celles du personnel
en charge de la passation des marchés, en particulier à la DGEQV, dans le MOP ; et (ii) de
former/informer/mettre à jour le personnel sur les procédures de la Banque se rapportant
notamment aux services des consultants) soient prises avant le lancement du projet. Le risque a
été classé comme
Modéré.
E. Sociale (Y compris les sauvegardes)
68. Le Gouvernement a réalisé une évaluation sociale, et a élaboré le cadre fonctionnel du projet qui
vise à garantir que les activités à entreprendre sont conformes à la politique de sauvegarde de la
Banque Mondiale, Réinstallation (Déplacement de population) PO/PB 4 .12. Le but est
d'identifier les problèmes et les attentes des communautés vivant dans et aux alentours des trois
Parcs Nationaux, ainsi que d'identifier les besoins potentiels des groupes cibles les plus
vulnérables en particulier les femmes et les jeunes, de sorte que
leur intégration dans la
conception du projet puisse être assurée. Des réunions et des groupes de discussion spécifiques
ont été menés avec les représentants des communautés et des ONGs locales.
69. Les analyses effectuées ont montré que les activités du projet ne devraient engendrer aucune
restriction d’accès. Le projet vise au contraire à apaiser d’avantage la situation et renforcer les
22

Page 33
capacités des populations locales pour générer de nouvelles sources de revenus et protéger
davantage leurs ressources naturelles. Le Cadre de Processus a été préparé avant l'évaluation et a
été soumis pour consultation le 27 Avril 2012, il décrit: (i) les composantes du projet, y compris
toute activité qui peut limiter davantage l'accès de la communauté aux ressources naturelles ; (ii)
Les conflits potentiels (le cas échéant) découlant du projet ; (iii) Les critères d'admissibilité des
personnes affectées ; (iv) Les mesures qui seraient prises pour soutenir l’amélioration des
moyens de subsistance des PAPs ; (v) Les modalités administratives et juridiques prévues pour la
mise en œuvre du CP ; et (vi) le système de surveillance qui doit être établi pour mettre en œuvre
le plan d'action pour l’atténuation des mesures proposées dans le Cadre de Processus.
70. Les critères d’éligibilité concernent principalement les personnes historiquement affectées par la
création du parc de Bouhedma et résidant à l’intérieur de Parc. Ils sont à peu près 448 familles
dont 200 familles de l’imadat de Haddaj habitants dans la zone tampon et dans la zone
périphérique du Parc, et 248 familles de l’imadat de Bouhedma habitant dans la zone tampon.
71. Les mesures pour impliquer les populations locales et les mesures d’attenuation pour les
personnes affectées seront définies de façon participative au cours de la réactualisation du Plan
d’Aménagement et de Gestion du parc de Bouhedma. Les membres de ces communautés seront
consultés suivant l’approche participative intégrée et bénéficieront des effets induits par
l’écotourisme. Il est aussi important de noter l’intérêt porté par ces communautés au projet tel
que confirmé lors des consultations effectuées au mois d’avril 2012. En outre, ces populations
participeront à la conception, à la gestion et au suivi des différentes activités du parc, avec
l’appui d’organisations locales ayant une expérience en gestion communautaire, renforcement de
capacités et conservation. Une évaluation des impacts sera réalisée au travers d’études et avec la
consultation des populations.
72. Les mesures de compensation seront principalement orientées vers une participation aux activités
l’intégration des gardes
éco
communautaires dans toutes les activités du Parc. Le recrutement prioritaire et la formation des
personnes issues des populations riveraines seront un principe de base.
touristiques, de surveillance du PAG et en particulier
73. Un processus de règlement des éventuels conflits sera défini et mis en œuvre sous la forme d’une
structure de médiation, composée des représentants de l’administration territoriale, de
représentants des ministères concernés, des ONG et des populations concernées. La méthode de
consultation utilisée est basée sur les trois points suivants : l’information des populations
concernées, l’évaluation des impacts du projet, les mesures d’atténuation proposées. En cas de
contentieux, les populations affectées devront appliquer l’article 220 du code forestier.
74. Les activités du cadre fonctionnel sont une partie intégrante des composantes du projet. Le coût
global a été estimé à 20000 dollars ES par parc naturel non compris les mesures
d’accompagnement nécessaires qui feront l’objet d’un traitement spécifique dans les différents
PAG. Ce budget sera imputé sur les ressources du projet pour la mise en œuvre de ce cadre.
75. Le cadre de processus a été soumis à la consultation des parties prenantes en avril 2012 et a été
publié sur le site web du ministère de l’environnement ainsi que sur info shop le 05 juin 2012.
23


Page 34
F. Environnement (Y compris les Sauvegardes)
76. Le projet s'inscrit dans
l'OP 4.01
la Catégorie B, conformément à
(Evaluation
Environnementale), compte tenu du fait que les activités financées dans le cadre de ce projet sont
de petite à moyenne envergure, et ont des impacts négatifs limités et localisés.
On s'attend à ce
qu'aucun des risques de ces effets négatifs ne soit très important ou à grande échelle ou sans
précédent, et aucun impact n'est considéré irréversible. Le projet consiste principalement en des
activités d'assistance technique avec seulement quelques petits sous-projets à être financés dans
les trois PNs de Bouhedma, Jbil et Dghoumes, situé dans le centre- ouest et au sud-ouest de la
Tunisie. Les sous-projets sont décrits en détail à l'Annexe 2 et comprennent à la fois des activités
d’associations communautaires comme le nettoyage de l'environnement et la lutte contre la
dégradation des terres, ainsi que des sous-projets de micro-entreprise qui sont liés à
l'amélioration des conditions et de la gestion des parcs grâce à l'écotourisme.
Le projet permettra
également de financer des investissements relativement faibles dans l’écotourisme et dans
l’infrastructure de conservation de sol comme la réhabilitation des écomusées, la mise en place
d'installations d'hébergement / camping et réfectoires, des sentiers sauvages éducatifs,
l'amélioration des routes d'accès, l'installation de panneaux de signalisation et de gabions anti-
érosion. Ils sont pour la plupart petits, très localisés et sensiblement du même genre pour les
trois PNs.
77. L’emplacement et la conception de ces petites structures seront déterminés lors de la mise en
œuvre du projet et feront parties des Plans de Gestion définitifs pour chacun des trois PNs que le
projet se propose de financer.
La conservation de l'écosystème désertique et les menaces et
impacts pour la biodiversité de même que les mesures d'atténuation et de suivi proposés seront
discutés avec les parties prenantes, et seront conséquemment incorporés dans les Plans de
Gestion des PNs.
78. Étant donné que les activités du projet ne pouvaient pas être complètement précisés avant
l'évaluation, un Cadre de Gestion Environnementale et Sociale- (CGES) par opposition à un Plan
de Gestion de l’Environnement (PGE), a été préparé par le gouvernement, il a été soumis à la
consultation dues parties prenantes et a été divulgué sur le site Web du ME le 12 Octobre, 2012
et sur Infoshop le 17 Octobre, 2012.
Le CGES, résumé en Annexe 3 est constitué d'une
description du cadre institutionnel et juridique, des impacts positifs et négatifs des composantes
du projet, des procédures de dépistage et de sauvegarde pour examiner les sous-projets. Il
comprend également des termes de référence et des mesures génériques de suivi et d’atténuation
pour les sous-projets qui nécessitent un PGE spécifique au site, et une description des techniques
appropriées de consultation / participation du public pour identifier les éventuels impacts
environnementaux et sociaux.
Le CGES sera utilisé en tant que guide environnemental et social
qui sera inclus dans le Manuel d’Opération du Projet (MOP). Par conséquent toutes les activités
du projet seront examinées par la DGQEV pour dépister tout impact potentiellement négatif sur
l'environnement en suivant les directives du guide environnementale et sociale.
79. Le projet devrait générer des impacts environnementaux positifs locaux et mondiaux qui
dépasseraient de loin les potentiels impacts négatifs envisagés. Les impacts environnementaux
positifs sont les suivants: (i) la participation active de toutes les parties prenantes (organismes
publics, opérateurs touristiques, les populations locales, ONGs, etc), ce qui va générer un
changement positif par rapport à la situation actuelle. (ii) Le soutien attendu de la population
locale au projet. (iii) La restauration et l'amélioration de la végétation. (iv) La conservation de
24

Page 35
l'eau et du sol. (v) L’introduction de certaines espèces disparues. (vi) L'amélioration des services
et des infrastructures d'écotourisme. (vii) Le développement des activités économiques locales.
(vii) La création d'emplois et de micro-entreprises, l'amélioration des revenus de la population,
etc, ce qui contribuera à la préservation et l'amélioration du capital naturel et au développement
de l'écotourisme.
80. Les impacts négatifs potentiels sont (i) les impacts de petites constructions dans les zones
protégées (amélioration du réseau routier, centres touristiques, écomusée, et installations
sanitaires). Et (ii) la gestion des déchets et des eaux usées de l'infrastructure écotouristique. Pour
les travaux de construction de n'importe quelle envergure, (amélioration de piste, nouvelles
structures
lignes directrices
environnementales claires furent établies dans le CGES et appliquées par les entrepreneurs
suivant le format élémentaire et pragmatique du PGE et des conditions environnementales tel
que présentées dans le CGES.
l'écomusée, etc.) des
touristiques et
les centres
telles
81. La DGEQV est l'une des directions générales opérationnelles du ME. Elle a un personnel de 40
techniciens répartis dans trois départements: Ecologie / Biodiversité, Développement Industriel,
et Développement Urbain. Cinq membres du personnel technique agissant comme des experts
techniques examineront les Evaluations d'Impacts Environnementaux (EIE) de l'Agence
Nationale pour la Protection de l'Environnement (ANPE)
11, qui est l'organisme de
réglementation du ME pour l’EIE. Ils ont reçu une formation substantielle en EIE, et deux de ces
agents ont reçu une formation sur les politiques de sauvegarde de la Banque et font la gestion ou
ont géré deux projets financés par le FEM, c’est-à-dire le Second Projet de Gestion des
Ressources Naturelles et le Projet de Protection des Ressources Côtières et Marines du Golfe de
Gabès.
En outre, l'ANPE dispose d'un personnel adéquat et de l'expertise sur l'évaluation
environnementale et pourrait fournir une expertise technique en plus de celle du consultant
national en S & E / sauvegardes environnementales et sociales, qui sera financé à travers ce
projet, et sera un membre de l'UCP.
La Banque a élaboré quatre Etudes de Diagnostic de
Sauvegarde (EDS) pour l'utilisation des systèmes nationaux dans la gestion des déchets, des
ressources naturelles, ainsi que pour le Second Projet de Gestion du Secteur de l'Eau (PISEAU
II) et Quatrième Projet du Nord-Ouest pour le Développement des Zones Montagneuses Boisées.
Le EDS a évalué la capacité de l'ANPE et l'a jugé acceptable.
82. Le cadre de gestion environnementale et sociale fournit les lignes directrices suffisantes pour
garantir que les mesures de sauvegarde environnementales identifiées seront effectivement
intégrées et mises en œuvre au cours de l'exécution du projet. La DGEQV a déjà exécuté
plusieurs projets du FEM tels que le « Second Projet de Gestion des Ressources Naturelles » et le
« Projet de Protection des Ressources Côtières et Marines du Golfe de Gabès». Les membres du
personnel de la DGEQV sont parfaitement familiarisés avec les politiques de sauvegarde de la
Banque et ont supervisé les questions environnementales et sociales liées à ces projets. En outre,
l'Agence Nationale pour la Protection de l'Environnement est l'organisme de réglementation du
ME et dispose du personnel adéquat et de l'expertise sur l'évaluation environnementale.
G. Autres Politiques de Sauvegarde déclenchées
83. Les politiques de sauvegarde suivantes sont déclenchées:
11 Agence Nationale de Protection de l’Environnement (ANPE)
25


Page 36
84. Habitats Naturels (OP 4.04). Cette politique est déclenchée parce que, avant le projet, les PNs
de Bouhedma et Jbil ont souffert du surpâturage, de la pression sur les ressources en eau, de la
présence de déchets de toutes sortes, de l'érosion par le vent et l'eau de ruissellement. D’autres
facteurs y ont également contribué : les nuisances créées par les véhicules 4x4 et les quads, la
perturbation de la faune et le braconnage qui ont affecté les ressources naturelles dans ces parcs.
Le projet financera des travaux sur le terrain dans les zones protégées désignées légalement
comme telles, par exemple, la délimitation des sentiers pour les éco-touristes et / ou les écogîtes.
Le CGES comprend des mesures d'atténuation afin de réduire ou d'éviter des dommages aux
habitats naturels.

85. Ressources Physiques et Culturelles (OP/BP 4.11). Cette politique est déclenchée parce
qu’avant le projet, Bouhedma était le siège de nombreux vestiges archéologiques (pont romain,
canaux hydrauliques contournant l’oued d‘Haddaj, ruines de maisons romaines, réservoirs d'eau
bien conservés, monuments de sépultures romains, tombes, néolithiques, traces d'eau, des grottes
berbères, silex taillés). Le PN de Jbil détient également des vestiges historiques (traces des
civilisations antérieures, constituées principalement de morceaux de silex taillés). Ces ressources
physiques et culturelles devraient être protégées et le projet financera les travaux de clôtures,
barrières et signaux pour protéger ces ressources culturelles. De même, les travaux financés dans
le cadre du projet peuvent entraîner la découverte d’artefacts et de silex, et dans ce cas, les
procédures de découverte au hasard telles que décrites dans le CGES seront appliquées.
86. Divulgation des Instruments de Garanties. Le CGES et le CP ont été soumis à tous les
partenaires pour examen et observations au cours d'un atelier tenu à Tunis le 27 Avril 2012.
Trente-Six (36) représentants de ministères sectoriels, des autorités locales, des représentants des
populations résidant dans les zones adjacentes aux Parcs, du secteur du tourisme, du secteur
privé et des ONGs locales impliquées dans les PNs y ont assisté. Les objectifs de la CGES et du
CP ainsi que leurs exigences ont également été expliqués et clarifiés.
Les intervenants ont
également exprimé leur intérêt dans le projet. Ils sont prêts à contribuer à la préparation des plans
de gestion respectifs des PNs, et de toutes les activités décrites dans la composante 2 du projet.
Leurs préoccupations ont toutes été constatées et des recommandations ont été incorporées dans
les documents de sauvegardes révisées et la conception du projet en conséquence. Le CGES et le
CP ont été divulgués dans le pays sur le site Web du Ministère de l’Environnement le 12 Octobre
et sur l'Infoshop de la Banque le 17 Octobre 2012.
26

Page 37
REPUBLIQUE DE TUNISIE: Projet d’Ecotourisme et de Préservation de la Biodiversité Désertique
Annexe 1: Cadre de Résultats et de Suivi12
Objectif du Développement du Projet (ODP): Contribuer à la conservation de la biodiversité désertique dans les trois parcs nationaux ciblés.
Cumulative Target Values**
YR 1 YR 2 YR 3 YR 4 YR5
2000
1000
90
(65%)
(45%)
(20%)
400
(35%)
1500
(55%)
e
r
o
C
Unit of
Measure
Baseline
Nombre
0/0
X
PDO Level
Results
Indicators*
Indicateur 1
:
Bénéficiaires
directs du projet
(nombre),
désagrégé en
nombre de
femmes et jeunes
Indicateur 2:
Création
d’emplois
Nombre
D 0/0
0/0
B 0/0
0/0
J 0/0
0/0
D 63
B 64
J 47
63
64
47
2
2
2
20
40
15
70
75
60
50
80
30
74
96
80
Indicateur 3:
Gestion du Parc
Indicateur
d’efficacité
Score
Frequency
Data Source/
Meth.
Resp. for Data
Collection
Annuel
Rapports
DGEQV/
CRDA
Annuel
Rapports
CRDA
Description (indicateur, definition
etc.)
- Au niveau local, communautés
locales, y compris organizations/
groupes locales, associations/
coopératives, organisations de
femmes, organizations des jeunes,
groupes pour le développement
communautaires, ONG
environnementales.
- Au niveau national, central et
régional de la DGEQV, CRDA,
DGF, et l’ONTT
Inclus les emplois saisonniers
désagrégés par le Par cet par :
-
Emplois en rapport avec la gestion
du Parc
- Emplois en rapport avec les
activités économiques
Annuel
Rapports
CRDA
Désagrégés par le Parc
Se réfère au GEF-4 Biodiversity
Tracking Tool
12 To be updated/completed during appraisal.
RESULTATS INTERMEDIAIRES
27


























Page 38
Résultats Intermédiaires (Composante 1): Promouvoir les conditions nécessaires pour la Gestion des Aires Protégées, le renforcement de la Gestion Durable des Terres et le
développement de l’écotourisme

Résultats
Intermédiaires*
Unité de
Mesure
e
r
o
C
Baseline
Cumulative Target Values**
Fréquence Data Source/
Meth.
YR 1 YR 2 YR 3 YR 4 YR5
Resp. pour
Collection de
Données
Description (indicateur, définition
etc.)
Indicateur
résultats
Intermédiaires 1:
Niveau de progrès
accompli vers la
révision du cadre
législatif pour les
PN
Indicateur de
résultats
Intermédiaires 2:
Niveau accompli
vers la révision
du cadre
réglementaire
pour
l’écotourisme
Indicateur de
résultats
Intermédiaires 3:
Niveau accompli
vers la révison du
cadre
réglementaire
pour
l’écotourisme

Niveau
0
1
3
3
3
3
Annuel
Rapports
DGEQV
Niveau
0
1
2
2
2
2
Annuel
Rapports
ONTT
-
Système à points (1 points par
étape)
1. Rapport d’analyse pour la
révision des options du cadre
législatif
2. Consultation avec tout les
parties concernées
3. Projet de décret
-
Système à points (1 points par
étape)
1. Consultation avec toutes les
parties concernées sur le
besoin d’hébergements
touristiques "verts"
2. Proposition d’une nouvelle
révision du texte du Décret
pour la classification des
hébergements.
Niveau
D0
B0
J0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
Annuel
Rapports
DGEQV/
CRDA/ DGF
Désagrégés par le Parc.
Système à points (1 points par étape)
1. Plan de Gestion adopté
28






Page 39
Nombre
D 1b/
2
3
3
3
3
Annuel
Rapports
DGQEV/DGF/
CRDA/ONTT
Désagrégés par le Parc.
B 1
1
J 1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
Au moins 3 positions additionnelles
par parc:
-Ingénieur pour la Conservation
(CRDA/DGF)
- Ecoguarde animateur – (DGEQV)
- Coordinateur d’activités socio-
économiques (marketing, écotourisme)
(ONTT)
Nombre
0
30
100
240
395
600
Annuel
Rapports
Partenaire
Composante 2
Nombre de personnes formées
(désagrégés selon le type de parties
prenant)
Indicateur de
résultats
Intermédiaires 4:
Nombre de
personnes
formées

Indicateur de
résultats
Intermédiaires 5:
Nombre de
personnes
formées
(désagrégés selon
le type de parties
prenant)
Intermediate Result (Component Two): Soutenir la mise en œuvre de la Gestion Intégrée des Ressources Naturelles dans les Parcs Nationaux ciblés et leurs zones adjacentes.
PDO Level
Results
Indicators*

Unité de
Mesure
e
r
o
C
Baseline
Cumulative Target Values**
Frequence Data Source/
Meth.
YR 1 YR 2 YR 3 YR 4 YR 5
Nombre
0
0
3
6
9
12
Annuel
Rapports
Indicateur de
résultats
Intermédiaires 1 :

Nombre
d’accords entre le
PN et les
associations
communautaires

Resp. pour la
Collection de
Données
Partenaire
Composante 2
Description (indicateur definition
etc.)
Critères opérationnels pour
l’association :
-
Minimum 5 membres
-

-
- Budget annuel
-
Accord de partenariat (ou autre
Statut officiel (visa)
Plan Opérationnel
type de contrat) entre l’association
et le parc
29







Page 40
Nombre
0
0
6
1
52
111
178
184
Annuel
Rapports
Partenaire
Composante 2
18
50
98
120
Nombre
0
2
5
7
10
12
Annuel
Rapports
Partenaire
Composante 2
Définir “succès”:
1. Suivant les spécifications pour
les sous-projets d’associations
communautaires
2. Générer des revenus pour les
sous-projets d’associations
communautaires
Indicateur de
résultats
Intermédiaires 2:
Sous-projets
appuyés par le
projet (% de
femmes)
Indicateur de
resultants
Intermédiaires 3:

Techniques de
GDT innovatrices
coordonnés et
promu dans les
PN ciblés et leurs
zones adjacentes

Legend: D=Dghoumes NP; J=Jbil NP; B=Bouhedma NP
30











Page 41
Annexe 2: Description Détaillée du Projet
REPUBLIQUE DE TUNISIE
Projet d’Écotourisme et de Préservation de la Biodiversité Désertique
Localisation du Projet et Bénéficiaires
1. Le projet se concentrera sur trois PNs situés dans les régions Centre et Sud de la Tunisie.
Dans la région Sud, les PNs de Dghoumes (Gouvernorat de Tozeur) et de Jbil (Gouvernorat de
Kébili) seront ciblés. Dans la région Centre, le PN de Bouhedma (Gouvernorat de Sidi Bouzid)
sera ciblé.
2.
Parc National de Bouhedma13. Le PN de Bouhedma couvre 16.488 ha (environ 11.000 ha
dans le gouvernorat de Sidi Bouzid et à peu près 5.500 ha dans le gouvernorat de Gasfa). Il fait
partie de la chaîne de montagne Orbata-Haddej-Bouhedma des montagnes de l'Atlas saharien
oriental du Sud. L'écosystème se caractérise par une zone bioclimatique aride supérieure, avec
des précipitations annuelles de 160 mm en moyenne. Il y a une saison pluvieuse principale en
automne, de Septembre à Novembre. Les températures varient autour de 4 degrés Celsius en
hiver à 38 degrés Celsius en été.

3. L'habitat dans le PN de Bouhedma est dominé par une steppe arborée, semblable à l'habitat
pseudo-savane qui existe en Tunisie. Le PN abrite 8 des 14 espèces dans le centre et le sud de la
Tunisie, mis en évidence pour une protection prioritaire dans l'étude nationale sur la biodiversité:
Acacia raddiana, Juniperus phoenicea, Pistacia atlantica, Thymelaea sempervirens, Tetrapogon
villosus, Tricholaena teneriffae
, et deux espèces de graminées actuellement en régression et à
valeur pastorale élevée,
Cenchrus ciliaris, et Digitaria communtata. L’Acacia tortilis représente
également une espèce importante pour la réhabilitation de la couverture végétale et la prévention
de l'érosion dans les régions arides, avec un système de racines profondes, qui donne une
résistance particulière à la sécheresse, en plus d'autres caractéristiques adaptées
.
4. Le PN abrite une faune qui est caractéristique des vestiges d'un ancien écosystème pré-
saharien de savane, semblable à celui du Sahel africain. La steppe Acacia raddiana et la présence
de faune menacée ou disparue à travers le Sahel et le Maghreb constituent l’importance
internationale principale du PN en termes de biodiversité. Certaines de ces espèces de faunes qui
sont répertoriées comme vulnérables ou pires sur la Liste Rouge UICN comprennent: l’Oryx
algazelle (éteint à l'état sauvage), l’Addax (danger critique d'extinction), la Gazelle dama (danger
critique d'extinction), la Gazelle dorcas (vulnérable), la Tortue Mauresque (vulnérable), le
rhinolophe de Mehely (vulnérable), l’Aoudad (vulnérable), l'outarde houbara (vulnérable), la
Chauve-souris à long doigts de Schreiber (quasi menacée), et Hyène rayée (quasi menacée). Les
premiers Addax et Oryx ont été réintroduits dans le PN en 1985.

5. En termes de situation socio-économique, le PN est situé à 100 Km de Sidi Bouzid dans la
délégation de Mezzouna et à 85 Km de Gafsa, dans la délégation d'El Belkher. On estime que
près de 940 ménages (environ 5.000 personnes) vivent autour du PN. La principale activité
économique est l'agriculture, en particulier l'élevage. La population locale est principalement
organisée en deux associations d'intérêt collectif pour l'eau potable et d'irrigation.

13 Information taken from the 2005 Bouhedma NP Management Plan.
31


Page 42
6. Dans le Plan de Gestion des PNs précédent, les principaux défis pour le PN ont été identifiés
comme suit: (i) un manque d'intégration des populations locales dans la gestion des PNs, en
particulier en ce qui concerne l'utilisation des ressources naturelles et le passage à travers le PN.
(ii) Un manque général de capacité et de moyens pour la gestion des PNs et un entretien
efficaces. (iii) Un manque de promotion des PNs conduisant à un manque d'intérêt des opérateurs
de tours et des acteurs économiques en général. (iv) La dégradation de l'habitat naturel
conduisant à une vulnérabilité accrue des biotopes et des niches écologiques, et (v) un manque
général de sensibilisation à l'environnement.

7. Dans l’ancien Plan de Gestion du PN, un certain nombre de possibilités à explorer pour le
développement des PNs ont également été mis en évidence, se concentrant sur: (i) la
réhabilitation et la préservation de l'écosystème de la steppe Acacia tortilis avec une productivité
biologique et une biodiversité élevée, comme un important patrimoine naturel. Et (ii) le
développement de l'écotourisme basé sur le paysage naturel varié et les traditions et les produits
locaux, en profitant de l'emplacement du PN à la croisée des chemins entre le circuit du tourisme
côtier et le circuit du tourisme intérieur.
8. Le Parc National de Jbil14. Couvrant 150.000 ha, le PN de Jbil est le plus grand PN en
Tunisie, faisant partie de l'immense désert et parcours sahariens de la région de Nefzaoua du
gouvernorat de Kébili. L'écosystème se caractérise par une zone saharienne bioclimatique, avec
des précipitations annuelles variant entre 50-80 mm. Le PN voit deux saisons des pluies: (i) du
début de Novembre à la fin de Décembre, et (ii) une saison plus courte en Mars.
L'évapotranspiration est très élevée à 2.000 mm par an. Les températures sont très variables,
allant de 3-6 degrés Celsius en hiver à 55 degrés Celsius en été.

9. La flore dans le PN de Jbil est dominée par les espèces sahariennes xéro-psammo-halo-
thermophiles: 106 taxons ont été identifiés dans le PN, dont 12 sont des espèces endémiques
diverses (3 tunisien, 5 d'Afrique du Nord, 2 de la Grande Erg Orientale, 1 Libano-Tunisien, et 1
Algéro-Tunisien). Les principales pressions exercées sur la flore du PN sont les suivantes: (i) le
surpâturage et l'absence de couloirs de transhumance. (ii) Le non-respect des règlements de
protection de l'environnement. (iii) L'assèchement des nappes d'eau souterraines, liée à la
multiplication des puits forés. (iv) L’augmentation de la consommation de l'eau provenant du
tourisme (v) le changement climatique et (vi) la destruction volontaire ou involontaire de la
couverture végétale.

10. Le PN abrite une faune saharienne variée, qui est caractéristique des biotopes du PN, c’est-à-
dire les montagnes, les pâturages sahariens, et les dunes. Certaines des espèces de faune
répertoriées comme vulnérables ou pire sur la Liste Rouge de l'UICN incluent: la gazelle des
sables (en voie de disparition), la Gazelle dorcas (vulnérable), l'outarde houbara (vulnérable),
Lark Dupont (quasi menacée), le chat des sables (quasi menacée) et hyène rayée (quasi
menacée). Plusieurs autres espèces aujourd'hui disparues dans le PN vont être réintroduites, y
compris l'Addax (danger critique d'extinction), l‘autruche, le Porc-épic à crête, et Gundi Val.
Les
principales menaces pour la faune comprennent: (i) le braconnage localisé utilisant des moyens
de plus en plus sophistiqués. (ii) L’augmentation du transport motorisé qui modifie le
comportement des animaux. (iii) Le manque de coordination dans la mise en œuvre des activités
touristiques, qui entraîne des modifications de l'habitat et la génération de déchets. (iv) La
concurrence avec le bétail qui utilisent la même zone de pâturage et les mêmes sources d'eau. (v)
14 Information taken from the 2008 Jbil NP Management Plan.
32


Page 43
La disparition des espèces fourragères indigènes due au changement climatique et au
surpâturage.

11. En ce qui a trait à la situation socio-économique, le PN est situé à 70 Km au sud de la
Délégation de Douz et à 45 Km de la localité de Sabria dans la Délégation d'El Faouar. La
population totale de ces deux délégations est d'environ 35.000 personnes (18.000 en Douz et
17.000 en El Faouar), soit environ 25 pour cent de la population du gouvernorat. La population
est très jeune, avec près de 30 pour cent de moins de 15 ans et environ 60 pour cent entre 16 et
59 ans.
Le taux d'analphabétisme chez les femmes est élevé dans ces zones, avec environ 30
pour cent à Douz et 40 pour cent à El Faouar. Le taux de chômage est de 15 pour cent à Douz et
7 pour cent à El Faouar
. Les populations pastorales locales ont longtemps utilisé le PN comme
une zone de transhumance pour le passage de l'Ouest vers le Sud et de retour. Les activités
économiques dans la région sont principalement le tourisme (61 pour cent), l'agriculture et le
pastoralisme (35 pour cent) et les services (4 pour cent).

12. La population locale est organisée dans les principaux groupes suivants: (i) les associations
d'intérêt collectif pour l'eau potable et l'irrigation. (ii) Les associations de micro-crédit de la
Banque Tunisienne de Solidarité. (iii) L’association des personnes à mobilité réduite. (iv) Le
syndicat des éleveurs de chameaux. (v) Le groupe des bergers. (vi) Le groupe de Jbil, et (vii) les
Groupes de Développement Agricole (GDA).

13. Dans l’ancien Plan de Gestion du PN, un certain nombre de possibilités à explorer pour le
développement des PNs ont également été mis en évidence,
en particulier: (i) le développement
de l'écotourisme durable et attractif. (ii) La préservation et la réhabilitation de la biodiversité
spécifique à l'environnement aride. (iii) La préservation des traditions locales, et (iv) la
contribution potentielle du PN au développement socio-économique de la région.

14. Parc National de Dghoumes. Le PN de Dghoumes couvre une superficie de 8.000 ha, et est
situé dans la partie orientale du gouvernorat de Tozeur, dans la Délégation de Degache, à 35 Km
de Tozeur. Le PN est uniquement accessible par les véhicules 4x4. L'écosystème se caractérise à
la fois par une zone inférieure bioclimatique aride et une zone saharienne supérieure
bioclimatique, avec des précipitations annuelles de 96 mm en moyenne. Il y a une saison
pluvieuse principale en automne. Les températures varient autour de 3 degrés Celsius en hiver et
45 degrés Celsius en été.

15. La flore dans du PN de Dghoumes est caractéristique d'une steppe arborale d’Acacia
raddiana avec un couvert végétal de base de Rhus tripartitum et de Retama retam dans la région
des plaines du PN. La végétation varie également selon les autres habitats du Parc, flanc de
montagne et de piémont et les espèces halophiles en particulier, peuvent être trouvées près du
Chott El-Jerid. L’Acacia raddiana a été réintroduit au cours de la dernière décennie, et la grande
majorité du PN n'a pas encore souffert de la suppression de la végétation ou du surpâturage.
Une
approche intégrale de mise en jachère, couplée avec des travaux de conservation de sols et de
l'eau et au réensemencement avec des espèces fourragères endémiques, a permis une
régénération rapide du couvert végétal, avec un retour de la faune associée.
16. Le PN abrite une faune caractéristique des espèces sahariennes et pré-saharienne. Le PN voit
aussi un grand nombre d'oiseaux migrateurs, en raison de la proximité du Chott El-Jerid.
Certaines des espèces de faune répertoriées comme vulnérables ou pire sur la Liste Rouge de
l'UICN incluent: la gazelle dorcas (vulnérable), l’Aoudad (vulnérable), et l'outarde houbara
33

Page 44
(vulnérable). Il convient de noter que la réhabilitation de l'Acacia raddiana dans l’écosystème du
PN, permettrait le retour de la Huppe Eurasienne et des Turdoides fulvus. En outre, afin de
restaurer la faune pré-saharienne la réintroduction de l'autruche (probablement en provenance du
PN de Souss-Massa au Maroc) est recommandée
.
17. Il n’existe pas encore de Plan de Gestion pour le PN de Dghoumes.
18. Avec le financement de la Subvention pour la Préparation du Projet (SPP), les plans de
gestion de Bouhedma et Jbil sont en train d’être mis à jour et le plan de gestion de Dghoumes est
en cours d’élaboration. Le SPP est également en train d’appuyer la préparation du Manuel de
S&E du projet. Tous ces documents seront finalisés avant le lancement du projet.

Description du Projet
19. Composante 1: Promotion des conditions favorables pour la gestion des aires protégées,
une meilleure gestion durable des terres et le développement de l’écotourisme (Total: US$
2,71 million; GEF US$ 1,40 million, Gvt US$ 1,31 million).
Le soutien apporté par cette
composante sera organisé selon les trois sous-composantes suivantes:
(i) Renforcer le cadre institutionnel, légal et stratégique pour la gestion des PNs. Le projet
permettra de financer: