Page 1
COMPTABILITE FINANCIERE
RESUME & REVISION
Chargé de cours : Dr Mounir Sarraj
1















Page 2
I- Définition et but de la comptabilité :
1- 1 Définition :
La comptabilité enregistre les flux d'entrée et de sortie dans une entreprise.
On obtient une masse d’informations. Il faut que les informations soient fiables.
De cette fiabilité découle des principes comptables.
La comptabilité est une technique quantitative de collecte de données, de traitement
et d’interprétation de l’information appliquée aux faits matériels, juridiques, et économiques,
ayant une incidence patrimoniale, pour un sujet économique (entité) : individu, ménage,
entreprise, Etat etc ...
Il y a deux types d'informations :
Le bilan
L’état de résultat
Le bilan est la photographie du patrimoine de l'entreprise : le bénéfice et les dettes, à un
instant donné.
Le résultat est l'expression de l'activité de l'entreprise. Toute l’année, l'entreprise consomme
des charges, les énergies, les matières premières, les salaires, et reçoit des produits, les ventes,
le chiffre d'affaires.
Côtés produits sont supérieurs aux charges il s'agit d'un bénéfice, quand les charges
supérieures aux produits il s'agit d'une perte.
Les annexes sont l’explication des chiffres passés dans le bilan et le compte de résultat.
2




Page 3
Ces informations comptables et financières sont transmises aux actionnaires/associés, à
l'autorité des marchés financiers si l'entreprise est cotée, à l’administration, aux banques, aux
fournisseurs et aux clients.
Le bilan est un document comptable qui fournit l’information sur la situation financière
de l’entreprise. L'égalité est posée ici entre les actifs et les capitaux propres et passifs. Les
éléments inclus dans le bilan sont par conséquent les actifs, les passifs et les capitaux propres.
La première source d'argent pour une entreprise est soit l'argent qu'un individu apporte
pour créer une entreprise individuelle, soit l'argent que plusieurs personnes (actionnaires,
associés...) réunissent pour créer une société : Société anonyme, (S.A.), Société à responsabilité
limitée (S.A.R.L.).
Les actifs indiquent les ressources économique, obtenues ou contrôlée par l’entreprise -
et c'est l'autre côté de notre première égalité - ce que l'entreprise fait de l'argent qui est à sa
disposition .Dans sa version la plus simple, le bilan se présente donc ainsi :
ACTIFS
CAPITAUX
PROPRES
et PASSIFS
Emplois par l'entreprise
Ressources de l'entreprise
ou
ou
Comment l'entreprise
D'où vient l'argent de
utilise les ressources à sa
disposition

l'entreprise
3







Page 4
Bien entendu, le comptable ne peut employer comme nous venons de le faire des noms
usuels pour présenter le bilan. Car chaque entreprise pourrait utiliser le terme "Orange" le
terme "Vêtement" suivant son type d'activité, aux lieux et places du terme générique
"marchandises" et ainsi de suite pour chaque élément composant l'actif ou le passif du bilan.
C'est pourquoi il existe une Norme à la quelle doit se soumettre le comptable.
Cette norme, c'est le plan comptable Tunisien (ou P.C.). Le P.C. est notamment une liste
de comptes.
Chaque compte est le terme officiel qui désigne le contenu de chaque élément du bilan.
Par exemple, le terme "camion" n'existe pas en comptabilité. Mais nous trouvons par contre
dans le P.C. le compte "Matériel de transport", que nous utiliserons désormais. Par ailleurs, à
chaque compte est associé un numéro, suivant un ordre très strict qui définit au sein du P.C.
une répartition des comptes en grandes classes.
La comptabilité est une source d’information et un outil de gestion qui aide le dirigeant à
prendre des décisions.
La comptabilité financière enregistre les flux alors que la comptabilité analytique ou de
gestion analyse les flux, les prévoit, met en place un contrôle de gestion, analyse l'écart entre
le provisionnel et le réel...
2- 1 Le but de la comptabilité :
Le but étant de dresser les états financiers pour chaque période (exercice comptable
de 12 mois). L'état financier représente votre entreprise. Ils sont une "carte de visite"
que vous déposez sur les bureaux suivants :
• Le gouvernement pour vos impôts ou celles de votre entreprise
• Votre institution financière pour une demande de crédit (marge, emprunt, prêt
et carte de crédit)
4




Page 5
• Tout autre prêteur ou créancier lors d’une collecte
de fonds ou d’une ouverture de compte
Les états financiers intègrent :
• Le bilan
• L'état des résultats, l’état des bénéfices non
répartis
• Les notes
• L’état des flux de trésorerie et utilisation de fonds
Le budget est un état financier prévisionnel pour le futur.
3- 1 Les Enjeux de la comptabilité :
C'est un outil de la gestion ;
Normalisée, elle permet d'évaluer et de contrôler l'entreprise et de comparer ses
performances à celles d'entreprises similaires, chronologique, elle fournit un
enregistrement des opérations qui ont modifié le patrimoine d'une entreprise entre
deux dates. Elle permet l'observation comparative (état des dettes, créances,
trésorerie, volume d'affaires réalisées, résultats dégagés, dividendes versés).
obligatoire, elle permet : l'établissement du bénéfice fiscal servant de base au calcul
de l'impôt sur les bénéfices ou l'impôt sur le revenu, aux tiers (dirigeants,
propriétaires, prêteurs actuels ou potentiels de l'entreprise) de mesurer sa solvabilité
(capacité à payer ses dettes), sa rentabilité (capacité à dégager du bénéfice) et servir
de base à une évaluation de sa valeur. accessoirement, produire des informations en
vue d'établir la comptabilité nationale.
5



Page 6
A la carte, elle permet : la consultation et l'édition des détails du solde des comptes
de tiers. la surveillance fiable et rentable du respect des conditions de règlements
des tiers.
II-Les principes comptables :
1-2 Le Principe de la partie double
La partie double consiste à enregistrer l'origine du flux et la destination.
La comptabilité en partie simple enregistre uniquement la destination. Elle est appelée aussi
comptabilité de la ménagère.
Les flux réels portent sur des biens et services.
Les prix monétaires sont les flux de paiement par tout moyen, chèque, virement, effet
de commerce.
Les flux financiers sont les flux de crédits tels que les emprunts.
Les flux quasi-réels sont les flux de salaires qui sont fournis par les employés.
Il y a aussi une classification des flux selon leur destination :
Les flux internes sont les flux qui ne sortent pas de l'entreprise comme les matières
premières ou les flux financiers entre succursales et maison mère.
Les flux externes sont les flux qui sortent de l'entreprise ou qui se dirige vers
l’entreprise. La comptabilité dans chaque entreprise enregistre les deux flux de départ
et d’arrivée, ceux qui arrivent à l'entreprise et qui partent de l'entreprise.
Le pôle d'arriver est un emploi, on débite le compte.
Le pôle de départ est la ressource, on crédite contre.
Toute somme portée en emploi dans un compte doit se retrouver en contrepartie dans
un où plusieurs autres comptes en ressource. Il y a obligatoirement une égalité.
6


Page 7
Il y a aussi réciprocité.
Le tableau suivant explique comment il est possible de décomposer un flux en plusieurs
lignes d'écritures comptables :
Flux au débit (emploi)
Flux au crédit (ressource)
Augmentation de charge
Augmentation de produit
Augmentation de possession (actif) Diminution de possession
Diminution du dû (passif)
Augmentation du dû
Diminution de produit (rare)
Diminution de charge (rare)
2-2 Le principe des coûts historiques et le principe de la nominalité
Les règles de la comptabilité générale s'imposent à toutes les entreprises industrielles
et commerciales (articles 7 du code du commerce en TUNISIE).
En TUNISIE, la comptabilité est en dinars. On enregistre les valeurs à la date d’entrée du
produit.
Le coût historique ne révèle pas la valeur financière des biens, c’est parce que
progressivement, dans le monde, par la norme IAS, International Accounting Standards, on
fait réévaluer en fonction de la valeur des marchés, FAIR VALUE.
7





Page 8
3-2
Le principe de la séparation des exercices
Un exercice est la période comptable qui permet d’enregistrer tous les flux. En général,
les exercices peuvent être décalés pour tenir compte de la réalité de l’activité. D’autres
entreprises ont un exercice plus court.
De ce principe découle le fait selon lequel on doit raccrocher à l’exercice uniquement
les charges et produits qui s’y rapportent.
4-2 Le principe de l’honnêteté comptable
C’est le résumé de ce qu'exige le plan comptable général : une régularité, et une sincérité en
vue de donner une image fidèle du patrimoine, du résultat de l'entreprise.
Il faut une vue objective, une vue honnête, une vue en toute transparence.
Ce principe est intangible. Les tribunaux condamnent dès qu’on a trompé les investisseurs
et qu'on présente un bilan tronqué.
5-2 Le principe de la non compensation
On ne peut pas compenser les créances avec des dettes. Il ne peut pas y avoir de compensation.
III- Les enregistrements de base :
1-3 La facturation
La facture de doit
Elle se décompose en un montant, des éventuels Remises, Rabais ou Ristournes qui se
calculent en cascade et qui ne sont jamais enregistrés en comptabilité. Il y a un éventuel
escompte pour obtenir paiement au plus tôt, et une TVA. Le tout faisant le net à payer.
8



Page 9
La facture d'avoir
Elle suppose qu'il y ait eu une difficulté depuis la facturation initiale. Il y a deux principaux cas :
Le retour de marchandises ou de produits non conformes, la facture d'avoir
répercutera tous les éléments de la facture initiale, l'enregistrement sera en sens
inverse de celui de la facture initiale.
Le fournisseur accorde à son client postérieurement à la facture initiale un Rabais,
Remise ou Ristourne en général c’est un Rabais pour compenser un préjudice, retard
de livraison, léger défaut. Dans ce cas, les Rabais, Remises ou Ristourne doivent être
enregistré dans un compte qui fonctionne en sens inverse du compte principal auquel
ils se raccrochent, suivi de la TVA. 609 si client ou 709 pour le fournisseur.
2-3 Les accessoires à une facture : transport et emballages
2-3-1 Le transport
Il peut être effectué :
Par une entreprise extérieure,
Par le vendeur, lui-même, le fournisseur.
Les modalités de facturation par le fournisseur sont multiples. Par contre, chez le client ce sera
toujours un transport sur achat, compte 6241.
& Le transport est effectué par une entreprise extérieure
Le fournisseur va décaisser des frais de transport sur vente, compte 6242. Il va les
récupérer lors du paiement.
9





Page 10
& Le transport est assuré par le fournisseur lui-même
Le fournisseur va évaluer le coût global de transport. Le coût global qu'il assure
comprend les frais de carburant, les salaires du chauffeur, l’amortissement du camion ...
L'activité principale du fournisseur n’est pas celle du transporteur. Donc, ce port
forfaitaire facturé aux clients sera enregistré au crédit d'un compte 706.
2-3-2 Les emballages
Un emballage est une enveloppe d’un produit qui permet de le conserver, le protéger,
le transporter. Suivant le type de produits, on va avoir plusieurs types d'emballages : carton,
aluminium, PVC, fer, verre, bonbonnes, caisses, citernes, fûts... Le traitement comptable sera
différent suivant la nature de l'emballage.
& Les emballages perdus
Ce sont des emballages vendus avec le produit et donc jetés ensuite par le client.
Carton, PVC.
Chez le fournisseur, le coût d'achat de l'emballage perdu sera inclus dans le prix de
vente. L'acquisition sera enregistrée au débit d'un compte 606, emballages perdus.
Quant au client, il n'y a pas de distinction à faire puisque les emballages sont inclus au
prix d'achat.
& Les emballages récupérables
Les emballages vont servir au transport des produits vendus et à leur stockage. On
distingue deux types d'emballages récupérables :
Ceux qui sont identifiables, c'est-à-dire marqués de l'entreprise avec des références
précises comme les bouteilles de gaz ou les fûts de bière
Ceux qui sont non identifiables, parce qu’ils ne sont pas marqués comme les bouteilles
de verre.
10








Page 11
Le traitement comptable des achats
Si l’emballage est récupérable mais non identifiable, l'achat sera enregistré en compte
de charge 6026.
Si l’emballage est récupérable et identifiable, il sera enregistré en immobilisations
corporelles compte 2286.
La consignation
Pour que le client restitue l'emballage récupérable, le fournisseur va lui facturer une
consignation qui est toujours hors taxes. Cette consignation doive être analysée.
Chez le fournisseur
Comme une dette, compte 4196 clients, dettes sur emballages et matériel consignés. On
crédite le compte car c'est une dette du fournisseur envers son client.
Chez le client
C’est l'inverse. La consignation sera considérée comme une créance compte 4096
fournisseurs, créances pour emballages et matériel à rendre.
Le retour des emballages
Il y a deux cas de figure.
Le retour des emballages est normal
La déconsignation s'effectuera au montant de la consignation. Le fournisseur va établir
alors une facture d'avoir correspondante.
Le retour n'est pas normal
Les emballages sont retournés dégradés, abîmés, salis. Ils vont faire l'objet d'un
retraitement chez le fournisseur. Donc, la déconsignations se fera à un prix inférieur à la
consignation.
11









Page 12
Chez le fournisseur, il s'agira alors d’un boni sur reprise d’emballages consignés
compte 7096 Le boni est soumis à la TVA.
Chez le client, il s'agira alors d’un mali sur emballages compte 613 malis sur emballages.
IV- Les effets de commerce et leur circulation :
1-4Définition et création
Dans la vie économique, et plus spécialement dans la vie des affaires, il y a une
coutume en Tunisie, à savoir que les fournisseurs accordent des délais de paiement à leurs
clients. Ces délais vont de 30 à 120 jours.
Si le délai est accordé d’une manière informelle, ce sera une relation créance/dette
ordinaire. Cela n’a aucune valeur juridique et ni le fournisseur, ni le client n’ont de protection
juridique. Le fournisseur va matérialiser sa créance en créant un effet de commerce sur lequel
s’est constitué tout un droit : le droit cambiaire. L’effet de commerce.
La création de l’effet de commerce peut prendre deux formes :
Une lettre de change
Support papier ou Support informatique.
Dans les deux cas, on doit retrouver les éléments essentiels :
Date d’échéance fixée
Montant de la créance
Motif
Coordonnées du tireur avec la domiciliation bancaire
Coordonnées du tiré avec les coordonnées bancaires
12









Page 13
La
lettre de change peut être envoyée postérieurement à
la
livraison ou
concomitamment.
L’acceptation se fait par une procédure explicite :
Une signature au dos de la version papier avec la mention « Bon pour Acceptation »
Une acceptation informatique après en avoir averti sa banque le tiré accepte l’ensemble
des éléments et retourne l’effet au tireur.
A la fin de cette étape, les parties sont liées et la créance est définitivement mobilisée.
Si le montant est très important ou si le fournisseur veut se prémunie contre un
éventuel risque, il peut demander au tiré qu’un tiers se porte aval, c’est-à-dire « caution » du
paiement au cas où le tiré serait défaillant.
Enfin, le tireur fait entrer la lettre de change dans son portefeuille réel ou virtuel via un
logiciel en douze mois.
Sur
le plan comptable,
la création et
l’acceptation s’analysent comme une
transformation de la créance et de la dette ordinaire en une créance et une dette mobilisée.
Chez le fournisseur, on solde 411 Client, Dettes Ordinaires par 413 Client, Effets à Recevoir.
Chez le client, on solde 401 Fournisseur, Dettes Ordinaires par 403 Fournisseur, Effets à Payer.
2-4 Le paiement
Chez le fournisseur, quelques jours avant l’échéance :
Soit, il sort de son portefeuille la version papier de l’effet de commerce
Soit, il demande à sa banque de présenter à l’échéance l’effet pour le paiement à la
banque du tiré
Le fournisseur utilisera alors 5313 Effets Remis à l’Encaissement en soldant 413.
13






Page 14
Quelques jours après l’échéance, il recevra de sa banque un bordereau sur lequel sera
mentionné le paiement de l’effet et le montant porté net en compte parce que al banque
retenant une commission soumise à TVA compte 6275 Frais Sur Effet. Il soldera 5313.
Chez le client, il paie l’effet le jour de l’échéance en soldant 403 par son paiement 532 Banques.
3-4 La circulation de l'effet
Cela signifie que pour différentes raisons, le fournisseur ne va pas conserver en
portefeuille l’effet. Il y a deux raisons principales.
& L’escompte
L’escompte d’un effet de commerce est un mécanisme par lequel le tireur ayant besoin
de liquidité va céder à sa banque dans la limite d’un plafond négocié avec elle ses effets de
commerce, laquelle banque peut les réescompter à la banque de France.
La banque, outre la commission soumise à TVA, va calculer des intérêts entre la date
de remise et la date d’échéance en nombre de jours +1. Ces intérêts seront enregistrés chez le
fournisseur dans un compte de charges financières 6516 Intérêts Bancaires sur Opération
d’Escomptes et ce lorsque le tireur recevra le bordereau d’escompte ; étant précisé que lors de
la remise en banque, il utilisera le compte 5314 Effets Remis à l’Escompte.
Par le mécanisme de l’escompte, le porteur de l’effet est la banque du tireur. C’est elle
qui, entant que porteur, demandera au tiré le paiement.
Il n’y a aucune écriture chez le client.
& L'endossement
C’est une opération par laquelle le tireur va utiliser une créance mobilisée pour
étendre une dette ordinaire auprès de l’un de ses fournisseurs.
14








Page 15
Pour endosser le tireur marquera au dos de la version papier « Veuillez payer à l’ordre
de … » Pour la version informatique, il donnera l’ordre à sa banque de transmettre cet effet à
son fournisseur.
Le dernier porteur de bonne foi s’adressera au tiré pour paiement. Pour protéger la
chaîne des endos, le droit cambiaire a créé le principe de l’inopposabilité des exceptions que le
tiré ne peut pas avancer au porteur dernier, il n’a plus de moyens de non paiement qu’il
aurait pu développer auprès de son tireur.
Il va transmettre à son fournisseur un effet de commerce qu’il détient en portefeuille
413 sera crédité par le débit du compte de dette qui sera soldé.
Chez le fournisseur, il enregistrera l’effet à recevoir, 413 par le solde de sa créance
ordinaire. Ce sera lui le porteur de bonne foi au moment de l’échéance donc chez le client, il
n’y a pas d’écriture.
V- L’état de rapprochement :
1-5
Définition et rôle
Le Code de Commerce et le Plan Comptable Général obligent que périodiquement,
une fois par mois en général, soit effectué un pointage entre le compte banque tenu par
l’entreprise et le relevé bancaire reçu par l’entreprise.
On va s’apercevoir que des opérations ont été imputées dans le compte banque tenu
par l’entreprise alors que ces opérations n’apparaissent pas sur le relevé bancaire.
On va constater que des opérations portées sur le relevé bancaire n’étaient pas encore
connues de l’entreprise.
15









Page 16
2-5 L’opération
On effectue un double pointage :
Débit du compte banque avec crédit du relevé
Crédit du compte banque avec débit du relevé
Sur un état de rapprochement, on reportera les opérations qui manquent dans l’un
et dans l’autre cas ; et ce, après avoir reporté les soldes initiaux.
Une fois les pointages terminés, on v a effectuer les sommes des débits et des crédits et
on doit alors arriver à deux soldes égaux mais de sens contraire. On enregistrera au journal de
l’entreprise les opérations qu’elle vient de découvrir.
Exemple: Le 29/02/08, le compte Eco bank présente dans nos livres un solde débiteur de 1
445 615. Et le relevé de compte à la même date que nous adresse Eco bank fait apparaître
un solde en notre faveur de 1 365 230.
Le pointage des deux comptes nous révèle que:
a) Des opérations inscrites sur le compte tenu par la banque n'ont pas encore été
enregistrées dans nos livres.
- agios de 8 134 sur remise de l'escompte du 28/02/07
-
commissions bancaires de 13 200
- virement à notre ordre, du client Charles de 57 400
- domiciliation n°51 réglée le 28/02 par Eco bank soit 266 741
-
coupons d'obligations encaissés, par Eco bank pour notre compte : 24 600
b) d'autres opérations enregistrées dans nos livres ne l'ont pas encore été à la banque :
-
-
chèque n°6341 à l'ordre du Fournisseur G 25 890
chèque n° 6342 à l'ordre du Fournisseur P 99 800
Tableau de rapprochement bancaire.
16





Page 17
Compte banque (dans nos livres)
Relève de compte
Libellés
D
solde à corriger
1 445 615
Agios
Commissions
-
-
C
-
8 134
13 200
Virement de Charles
57 400
-
Domiciliation
-
266 741
Coupons
24 600
Chèque n°6341
Chèque n°6342
-
-
-
-
-
D
C
-
-
-
-
-
-
25 890
99 800
1 365 230
-
-
-
-
-
-
-
Totaux
1 527 615
1 527 615
1 365 230
1 365 230
Solde rapproché
-
1 239 540
1 239 540
-
A la suite de ce rapprochement, nous enregistrons dans nos livres les opérations dont nous
avons pris connaissance par le relevé bancaire.
6
6
401
Autres intérêts
8 134
Autres frais bancaires
13 200
Fournisseurs
266 741
532
Banque
288 075
(suivant état de rapprochement)
17














Page 18
______________ _____________
532
411
7
Banque
Client
Intérêts de prêts
82 000
57 400
24 600
(suivant état de rapprochement)
Après ces enregistrements le compte Eco bank est bien dans nos livres (notre
comptabilité) débitrice de 1 239 540.
VI- Les subventions :
Ce sont des aides qui sont octroyées par des collectivités territoriales.
Il y a plusieurs types d’aides :
Les subventions d’équilibre, qui permet d’équilibrer les comptes en fin d’année
Les subventions d’investissement, qui permettent à l’entreprise d’investir
Les aides, notamment par exemple au niveau de la création d’entreprise en matière
d’allégement des charges sociales.
1-6
Les subventions d'équilibre
Elles permettent à une entreprise, plutôt sous forme associative, d’équilibrer les
comptes de fin d’année, lesquels en fait se seraient soldés par un déficit si la subvention
n’avait pas été versée.
Sur le plan comptable, dès la notification de l’octroi de la subvention, celle-ci sera
enregistrée dans un compte d’attente 431 Subvention à Recevoir par le crédit d’un compte de
produits exceptionnels 745 Subvention d‘Equilibre.
18












Page 19
Les subventions d’équilibre sont soumises à TVA. C’est une TVA collectée. Et la
subvention versée est supposée être TTC, donc il faut extraire la TVA. C’est imposable,
soumis à l’impôt.
Lorsque la subvention est versée quelques mois après, on solde 431.
2-6 Les subventions d'investissement
Elle est une subvention de la classe 1 c’est-à-dire 145 subvention d’investissement.
Elles sont subordonnées à la création d’emplois.
Le principe est qu’à l’origine, il s’agit d’un don et suivant une méthode, la subvention
devra ensuite être d’année en année progressivement rapportée au résultat.
L’octroi et la réception de la subvention d'investissement
Elle n’est pas soumise à TVA. Le mécanisme est le même lors de la réception de la
notification. L’enregistrement de la réception est le même que pour l’équilibre.
La quote-part annuelle rapportée aux résultats
Chaque année, on doit rapporter au résultat une quote-part de la subvention reçue,
compte 741/745Quote-part de Subvention visée au résultat par le débit du compte de
subvention.
La méthode la plus couramment utilisée est de s’aligner sur la durée de
l’amortissement. Si le bien n’est pas amortissable, on s’en référera au contrat qui prévoit, en
général, une clause d’inaliénabilité, et on tablera alors sur ce délai.
VII- Les transactions avec l'étranger :
Une entreprise peut exporter des produits dans un pays hors étranger et donc libeller les
factures en monnaie étrangère. Cette monnaie étrangère entre la date de facturation
et d’encaissement peut fluctuer.
19









Page 20
1-7
L’enregistrement de la créance et de la dette
Lorsqu’une créance ou une dette est libellée en monnaie étrangère, elle doit être
convertie en dinars au cours du jour du contrat, afin de permettre son enregistrement. Il n’y a
pas de TVA en matière ‘export.
2-7 La clôture de l'exercice
A la clôture de l’exercice, les créances et les dettes libellées en monnaie étrangère
doivent être évaluées au cours du jour de la clôture, si bien que l’on va arriver à deux
situations :
Quand il s’agit d’un emprunt au 31/12, à la clôture, on doit calculer les intérêts courus
entre la date de conclusion du contrat et le 31/12, intérêts courus évalués au cours de la
clôture.
3-7 L’encaissement de la créance libellés en monnaie étrangère
Au jour de l’encaissement de la créance, la banque retient ce cours. Donc, l’opération
définitive va dégager soit une perte de change, compte 655 ; soit un gain de change,
compte 756.
VIII-La régularisation de fin d’année :
Il y a plusieurs opérations à effectuer au moment de la clôture dans le cadre des
opérations d’inventaire.
1-8 Les amortissements
Ce sont des charges calculées qui constatent la perte de valeur définitive d’un bien
immobilisé du fait de son usure ou de son obsolescence.
Il y a deux méthodes ;
20










Page 21
La méthode de droit commun, le système linéaire
Le système exceptionnel
1-8-1 L’amortissement linéaire
Chaque année, il y aura le même montant d’amortissement. Pour cela, on divise 100%
de l’activité du bien par la durée de vie.
Les durées de vie sont fixées par le Code des Impôts
20-25 ans : immeubles et bâtiments
10-12 ans : installations techniques fixes
5 ans : machines matériels, matériels bureautiques
3 ans : matériels informatiques
1 an : frais d’établissement
La première annuité, le calcul se fait prorata temporis en nombre de jours depuis la
mise en service, ce qui oblige à créer une année supplémentaire.
1-8-2 L’enregistrement comptable
Le Plan Comptable Général a consacré l’amortissement indirect c’est-à-dire que ce
n’est pas le compte de l’immobilisation concernée qui sera crédité mais un compte
intermédiaire 28 Amortissement des immobilisations. Et chaque année, on va constituer une
Dotation aux Amortissements et aux Provisions compte 681 Dotation aux Amortissements et
Provisions d’Exploitation, 686 Dotation aux Amortissements et Provisions Financière, 687
Dotation aux Amortissements et Provisions sur éléments exceptionnels.
Le compte Dotation aux Amortissements et Provisions est une charge. Tous les ans, ce
compte est remis à zéro. Par contre, le compte d’amortissement est un compte permanent qui
sera crédité chaque année du montant de l’amortissement.
21






Page 22
1-8-3 Les amortissements au bilan et au niveau de l’état de résultat
Au compte de résultat, on n’enregistrera qu’une Dotation aux Amortissement
et Provision annuelle.
Au bilan, on enregistrera trois données :
La valeur d’origine, c’est-à-dire au coût historique
Le cumul des amortissements
La valeur au coût nominal
1-8-4 La cession d'une immobilisation en cours d'amortissements
Cette cession est considérée comme une opération exceptionnelle parce que
l’entreprise s’appauvrit en revendant une immobilisation non encore amortie, à moins que ce
ne soit pour effectuer un nouvel investissement.
La cession va se dérouler en 3 temps :
On enregistre le jour de la cession le règlement dans un compte de trésorerie .
Au 31/12, on doit effectuer une première régularisation c’est-à-dire calculer et
enregistrer un amortissement complémentaire entre le 01/01 et la date de cession
C’est la deuxième régularisation, il faut solder les comptes. L’immobilisation
sortira à son coût historique, donc au crédit du compte de la classe 2, et on soldera le
compte 28 Amortissement en extrayant la valeur du coût nominal compte 636 à cette
même date.
2-8 Les provisions :
Elles concernent des dépréciations sur des valeurs d'actif non amortissables (Fonds de
commerce
titres de participation, stocks, créances). Cependant une
immobilisation
amortissable peut aussi faire l'objet d'une provision pour dépréciation, si elle est
affectée
d'une perte latente.
Le cheminement comptable d'une provision est le suivant :
22





Page 23
Au moment de son constat. On débite le compte de dotations aux comptes de provisions 6816
6817. Par le crédit du sous-compte de provision ad hoc. (29, 39,49, 59).
L'écriture est la suivante:
_____________ __________
6816
Dotations aux comptes de provision
29
39
49
59
Provisions pour dépréciation de valeurs immobilisées
Provisions pour dépréciation des stocks
Provisions pour dépréciation financière des comptes de tiers
Provisions pour dépréciation financière des
placement

tiers de
La provision est la constatation comptable de la perte de valeur probable d'un élément
d'actif ou de passif. Il y a plusieurs types de provision :
Provision d'actif : perte de valeur des stocks, des créances, des titres
Provision de passif : risques importants reposant sur l'entreprise : risques et charges
pour un procès, grosses réparations, garantie donnée aux clients pour les produits
vendus.
2-8-1- Les stocks :
A l'inventaire, il faut tenir compte des changements en quantité et en valeur qui ont affectés
chaque stock entre le 1 èr Janvier et le 31 Décembre de l'année. En effet, pendant toute l'année,
la valeur du stock (initial) ne bouge pas, puisqu'au moment des entrées en stock c'est un
compte d'achat qui est employé, et au moment des sorties de stock c'est un compte de vente.
On va calculer une perte probable en constituant une dotation aux amortissements
et provisions compte 68173.
23









Page 24
2-8-2-Les créances clients :
L'entreprise tient un état de ses créances avec un client présent des difficultés de
paiement, est le sort du compte général 411 pour le verser dans 416 clients douteux puis client
douteux par clients douteux évaluera le risque encouru en des renseignements dont elle
dispose. Elle constituera donc une dotation aux amortissements et provisions par le crédit du
compte 49 de provision pour dépréciation des comptes client.
La comptabilisation est la suivante :
416
Clients douteux
411
Clients ordinaires
X
X
D'après la note commune N° 82 Une créance est considérée comme douteuse lorsque
son recouvrement devient incertain en raison d'événements antérieurs à la clôture de
l'exercice, tels que :
- déclaration en faillite du débiteur ;
- situation précaire du débiteur (retour de chèques ou de traites impayés, à titre
d'exemple, rupture de stock, méventes etc.)
- et tout autre indice susceptible de compromettre le recouvrement de la créance.
2-8-3- Les Provisions pour titre :
La dotation aux provisions pour les titres est constatée après comparaison du prix d’achat du
titre et du cours boursier à la date de la clôture de l’exercice, en débitons le compte dotation
aux provisions par le crédit du compte provision ad-hoc.
Le dit compte est obtenu en rajoutons un 9 en deuxième position au compte d’actif concerné.
24








Page 25
3-8
Les comptes de produits et de charge à régulariser
3-8-1 Les charges et produits constatés d'avance
Les charges constatées d’avance sont des charges qui ont été décaissées au cours d’un
exercice et elles ne concernent en fait qu’une partie de cet exercice. Donc, en vertu du principe
de la séparation des exercices, on doit basculer sur l’exercice suivant la fraction de la charge
qui le concerne. Pour cela, on va débiter le compte 471 Charges Constatées d’Avance, par le
crédit du compte de charge pour la fraction que l’on bascule sur l’exercice suivant. C’est donc
un compte de régularisation.
Les produits constatés d’avance reposent sur le même mécanisme mais en sens
inverse. On débitera le compte de produits par le compte 42 Produits Constatés d’Avance.
Au 1er janvier de l’exercice suivant, on effectuera une contre-passation pour permettre
à la charge ou au produit de figurer pour la bonne fraction dans le bon exercice.
3-8-2 Les charges à payer et les produits à recevoir
Souvent, vers la fin de l’exercice, l’entreprise n’a pas eu le temps matériel d’établir des
fractures bien que les marchandises et les produits aient été livrés. On va donc enregistrer la
vente réalisée dans un compte de produit mais d’une part en débitant un compte d’attente
4181 Client Facture à Etablir et un compte de TVA à régulariser 4368.
Inversement, l’entreprise a pu recevoir des matières premières, des marchandises mais
sans la facture. L’achat sera enregistré avec un compte de TVA à Régularise 4368 et le compte
408 Fournisseur, Factures Non Parvenues.
25








Page 26
Vocabulaire comptable
actif | actif net comptable | amortissement | annexe | balance comptable | besoin en
fonds de roulement | bénéfice | bilan | caisse | capacité d'autofinancement |
Capitaux propres | capitaux stables | charge | charge à payer | charge constatée
d'avance | chiffre d'affaires | Consolidation comptable | État de rapprochement
bancaire | clôture des comptes | Comptabilité en partie double | compte de résultat |
compte | crédit | crédit-bail | débit | déficit | écriture comptable | engagement de
retraite | exercice | exploitation | fonds de roulement | Grand Livre | IFRS | image
fidèle | immobilisation | imputation | inventaire | journal | logiciel de comptabilité |
passif | plan comptable | principes comptables | produit | produits constatés
d'avance | provision | Réserve comptable | résultat net | risque de change | situation
nette | solde | solde intermédiaire de gestion | tableau de financement | trésorerie |
valeur ajoutée | variation de stock |Lettrage comptable | tableau des amortissements
Références Bibliographiques :
Abderraouf Yaich A. (2005), L’intelligence comportementale comptable, Sfax, Edition
Raouf YAICH, 149 pages.
Abderraouf Yaich ; "Normes comptables internationales ce qui change version 2003" ;
RCF N°64-Deuxième trimestre 2004 ; P 35-42.
Abderraouf Yaich ; "Informations sur les parties liées guide d'application de la norme
39" ; RCF N°64-Deuxième trimestre 2004 ; P 45-51.
Abderrazzak Gabsi ; "le cadre conceptuel de la comptabilité financière en Tunisie" ;
RCF N°32-Deuxième trimestre 1996 ; p21-27.
26

Page 27
Abdessattar Mabkhout; "Recherche comptable et normalisation internationale" ; ITEC
27-28 Novembre 1997 ; PREMIER COLLOQUE INTERNATIONAL (la culture
comptable à travers les siècles de l'ère Babylonienne au nouveau système comptable
tunisien 1997), Hôtel Abou Nawas, Tunis, Congrès 2000 : congrès de l'OECT avec le
concours du CMF.
Faycal Derbel ; " le nouveau système comptable un évènement marquant l'histoire de
la comptabilité en Tunisie" ; 27 Novembre 1997.
Férid Kobbi
; " Le système comptable
tunisien : Démarche, Composants,
Caractéristiques" ; premier colloque de l'ITEC ; 27-28 Novembre 1997.
Mounir Sarraj (1996): « la comptabilité générale »centre d’études, de recherches et de
publications.
Samy Ben Naceur ; "La réforme comptable en Tunisie : apports et limites" ; RFC N°
305; Novembre 1998 ; p 63-68.
27








Page 28
FICHES TECHNIQUES
DES TRAVAUX DIRIGES
28


















Page 29
UNIVERSITE DE SOUSSE
FACULTE DES DROITS & DES SCIENCES ECONOMIQUES
& POLITIQUES DE SOUSSE
ANNEE
MATIERE
EQUIPE
T D N ° 1
1ére Année Gestion. Année universitaire 2009-2010
COMPTABILITE FINANCIERE
Chargé du cours : Dr Mounir SARRAJ
Chargé du TD :
Thème
Introduction à la comptabilité
Nombre de pages
5
La comptabilité se base sur le bon sens, la méthode, et la bonne réflexion.
L’information comptable et financière représente une condition sine qua none quant à une
gouvernance performante.
C’est pour cette raison qu’il convient de commencer par des exercices de réflexion et de
logique.
29










Page 30
EXERCICE 1
RAMS sont 4 frères. Un jour A a ramené 5 pains, M a apporté 3 pains. AMS ont pique-niqué. Ils ont
mangé les 8 pains d’une manière égale, vu que S n’a pas apporté de pain, il a donné 8 dinars à
partager entre A et M.
A propose de prendre 5 dinars et donner 3 à M.
M refuse et trouve qu’il convient de partager la somme en deux c'est-à-dire 4 dinars par personnes.
Afin de résoudre le problème, ils se sont adressés à leur sage R qui a partagé la somme d’une manière
équitable.
Quelle était la solution de partage ?
EXERCICE 2
Une collecte au profit d’une organisation humanitaire a été effectuée en milieu scolaire, à savoir
lycée, collège et primaire.
La population totale lycée + collège + primaire est égale à 1000 personnes.
Les dons étaient fixés à 10 dinars pour les lycéens, à 2 dinars pour les collégiens, et 0.5 dinars pour les
primaires.
Le total des fonds collectés s’élevaient à 2000 dinars.
Combien a-t-on de lycéens, de collégiens et enfin de primaires ?
EXERCICE 3
Rochdi veut faire le dallage de son terrain de forme rectangulaire de longueur 39 m et de largeur 36
en utilisant des dalles carrées isométriques de côté supérieur à 1m et inférieur à 2m.
Trouver la mesure du côté d’une dalle. Combien faut-il de dalles entières, de 2 cm d’épaisseur, de 3
cm et de 4 cm ?
EXERCICE N° 4
Le 1er Janvier 2007Monsieur Mohamed a constitue une entreprise. Il possède 6500 D en espèces et un
compte en banque pour un montant de 23.500 D
30




Page 31
Ce capital étant insuffisant pour l’activité, il emprunte au prés de la B.H. (Banque de l’habitat) une
somme de 50.000 D que Mohamed devra rembourser dans 5 ans.
Un an plus tard la situation de Monsieur Mohamed se présente de la façon suivante
- Avoir en Banque
- Créances sur les clients
- Dettes envers les fournisseurs
- lettre de change (à payer)
- lettre de change (à recevoir)
- Emprunt B.H
- Espèce en caisse
- Marchandises en magasin
- Matériel de transport
- Mobiliers et matériel de bureau
26.380
6.900
10.000
10.380
2.510
50.000
5.670
28.590
28.750
3.270
Travail à faire
Exercice n0 5
1) Présenter le bilan d’ouverture de l’entreprise MOHAMED.
2) Présenter le bilan, un an après l’ouverture, en faisant apparaître le résultat
réalisé au cours de l’exercice et en respectant l’ordre du plan comptable.
En janvier N Monsieur Mohamed et Madame Khadija ont constitué une SARL dénommée JARRAS qui
a pour objet la commercialisation de produits électroménagers .M. Mohamed apporte un fonds
commercial de 20 000 D, un camion d’une valeur de 35 000 D, un lot d’appareils d’électroménagers
destinés à la vente d’une valeur de 53 000 D, Me Khadija apporte 10 000 D en espèce déposés dans
compte bancaire ouvert au nom de ma société ainsi qu’un bureau, des tables et chaises destinés à
l’administration d’une valeur de 5 000 D.

TRAVAIL A FAIRE :
Etablir le bilan d’ouverture de la société JARRAS.
EXERCICE N°6
Au 1er janvier de l’année N, Monsieur Mohamed démarre une entreprise individuelle avec les
éléments suivants :
Il apporte :
31





















Page 32
- un fonds commercial évalué à 30 000 D
- Un terrain 9 000 D
-Une construction 45 000 D
- Du matériel 24 000 D
- Des marchandises 15 000 D
- des espèces en banque 12 000 D
Pour financer cet ensemble, il a fait un emprunt de 60 000 D auprès d’un organisme de crédit, le
reste correspondant à un apport personnel.
TRAVAIL A FAIRE :
Etablir le bilan, de Monsieur Mohamed au 1er janvier de l’année N.
EXERCICE N° 7 :
Etablissez avec les éléments donnés le bilan d’un commerce de gros :
Immeuble : 50 000 D, Mobilier 10 000 D, Matériel du magasin 20 000 D, Matériel de transport 60 000
D, Marchandises 50 000 D, Il y a en caisse 1 500 D et en banque 13 500 D.
Stockd’emballage8000D.
Les clients doivent 17 000 D. Il est du aux fournisseurs 10 000 D, à Monsieur Mehdi fournisseur 15 000
D
, à l’Etat 5 000 D.
EXERCICER N°8
Le 1ER janvier de l’année N, la situation de l’entreprise RAMS est la suivante :
-Matériel industriel : 25 308 Marchandises 77 830 Client Seief 12 820 Client Rochdi 12 360 6
Chèques postaux 19 700 Caisse 5 690 Fournisseur Achraf 23 708 Capital (à déterminer) du 1 au 6
janvier, on enregistre les opérations suivantes :
O1/01 : achat à crédit à Achraf de marchandises 7 630
02/01 : Paiement en espèces de frais de transport 234
03/01 : Paiement par chèques postaux à Achraf : 10 000
04/01 : Versement de Rochdi aux chèques postaux 12 360
32



Page 33
05/01 : Vente au comptant de marchandises 3 500 achetées 2 508
06/01 : Vente au comptant de marchandises 1 908, achetées 1 374
TRAVAIL A FAIRE :
1) Présenter le bilan de l’entreprise au 1er janvier
2) Analyser les opérations ci-dessus en précisant comment elles font évaluer les différents postes du
bilan et en distinguant l’emploi et la ressource,
3) Présenter un tableau indiquant comment ont évalué (en plus ou en moins) les différents postes du
bilan
4) Présenter le bilan au 6 - 1
5) Présenter les comptes schématiques
6) En déduire les règles de fonctionnement des comptes de bilan.
33

















Page 34
Correction du TD N° 1
Exercice 1 :
Les 8 dinars correspondent à la part de « S » donc à la part d’une seule personne. Chaque personne a
consommé 8/3 de pain. 8 dinars 8/3 de pain. Donc 1 pain 3 dinars.
A
M
S
A APPORTER
5 * 3 = 15
3 * 3 = 9
8
A DONNER
15 – 8 = 7
9 – 8 = 1
0
Exercice 2 :
Trois inconnus
L = nbre de lycéens 120
- Plus de références et documents sur Legaly Docs
C = nbre de collégiens240
P = nbre d’élèves du primaire 640
Exercice 3 :
39 = 3*13
36 = 3*3*2*2
Le ppcm = 3
1m < le coté des dalles carrées< 3m. On prendra un coté de 1,5 m
Le nombre de dalles nécessaires :
Longueur = 39/1,5 = 26
Largeur = 36/1,5 = 24
Nbre total = 26*24 = 624
34












Page 35
Exercice 4 :
1/ Bilan d’ouverture
ACTIFS
Actifs non courants
Immobilisations incorp.
Immobilisations corp.

Actifs courants
- banque
- Caisse
Total des actifs
Montant
CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Capitaux propos
Capital
Montant
30 000
73 500
6 500
80 000
Passifs
Passifs non courants
- Emprunt bancaire
Total des capitaux propres et passifs
50 000
80 000
2/ Bilan un an après l’inventaire
ACTIFS
Actifs non courants
Immobilisations incorp.
Immobilisations corp.
- Matériel de transport
- Matériel de bureau
Total actifs non courants
Actifs courants
Stocks de marchandises
Clients et comptes rattachés
(6 900 + 2 510)
Liquidités
Total des actifs courants
Total des actifs
Exercice 5 :
ACTIFS
Actifs non courants
Immobilisations incorp.
Immobilisations corp. (35 000
+15 000)
Total actifs non courants
Actifs courants
Stocks de marchandises
Liquidités
Total des actifs courants
Total des actifs
Montant
28 750
3 270
32 020
28590
9 410
32 050
70 050
102 070
Montant
20 000
40 000
60 000
53 000
10 000
63 000
123 000
CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Capitaux propos
Capital
Résultat
Total des capitaux propos
Montant
30 000
1 690
31 690
Passifs
Passifs non courants
- Emprunt bancaire
Passifs courants
- Fournisseurs et comptes rattachés
Total des passifs
Total des capitaux propres et passifs
50 000
20 380
70 380
102 070
CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Capitaux propos
Capital
Montant
123 000
Total des capitaux propos
Passifs
Passifs non courants
Passifs courants
Total des passifs
Total des capitaux propres et passifs
123 000
35




































Page 36
Exercice 6 :
ACTIFS
Actifs non courants
Immobilisations incorp.
Immobilisations corp.
- Terrain
- Construction
- Matériel
Total actifs non courants
Actifs courants
Stocks de marchandises
Liquidités
Total des actifs courants
Total des actifs
Exercice 7 :
ACTIFS
Actifs non courants
Immobilisations incorp.
Immobilisations corp.
- Construction
- M.O.I
- Matériel de transport
- Autres immos corp.
Total actifs non courants
Actifs courants
Autres appros.
Stocks de marchandises
Clients et comptes rattachés
Liquidités (1 500+13 500)
Total des actifs courants
Total des actifs
Exercice 8 :
1/
ACTIFS
Actifs non courants
Immobilisations incorp.
Immobilisations corp.
Total actifs non courants
Actifs courants
Stocks de marchandises
Clients et comptes rattachés
(12 820 + 12 360)
Liquidités (19 700 + 5 690)
Total des actifs courants
Total des actifs
Montant
30 000
9 000
45 000
24 000
108 000
15 000
12 000
27 000
135 000
CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Capitaux propos
Capital
Montant
75 500
Total des capitaux propos
Passifs
Passifs non courants
Passifs courants
Total des passifs
Total des capitaux propres et passifs
60 000
135 500
Montant
50 000
20 000
60 000
10 000
140 000
8 000
50 000
17 000
15 000
90 000
230 000
Montant
25 308
25 308
77 830
25 180
25 390
128 400
153 708
CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Capitaux propos
Capital
Montant
200 000
Total des capitaux propos
Passifs
Passifs non courants
Passifs courants
- Fournisseurs et comptes rattachés (10 000 +
15 000)
- Autres passifs courants
Total des passifs
Total des capitaux propres et passifs
CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Capitaux propos
Capital
Total des capitaux propos
Passifs
Passifs non courants
Passifs courants
- Fournisseurs et comptes rattachés
Total des passifs
Total des capitaux propres et passifs
200 000
25 000
5 000
30 000
230 000
Montant
130 000
130 000
23 708
30 000
153 708
36











































Page 37
2/ Le but de la distinction entre ressources et emplois
01/01 : les stocks : + 7 630 ; Fournisseurs et comptes rattachés : + 7 630
02/01 : Résultat : - 234 ; 03/01 : Fournisseurs et comptes rattachés : - 10 000 ; Liquidités : - 10 000
04/01 : Clients et comptes rattachés : - 12 360 ; Liquidités : + 12 360
05/01 : Liquidités : + 3 500 ; Stocks : - 2 508
06/01 : Liquidités : + 1 908 ; Stocks : - 1374
Solde de départ
Mouvement
0
+ 7 630 – 2 508 – 1 374
- 12 360
- 234 – 10 000 + 12 360
+ 3 500 + 1 908
-234
+ 7 630 – 10 000
Solde final
0
25 308
81 578
12 820
32 924
130 000
-234
21 338
3/
Postes du bilan
Immos incorp.
Immos corp.
Stocks
Clients
Liquidités
Capital
Résultat
Fournisseurs
4/
ACTIFS
Actifs non courants
Immobilisations incorp.
Immobilisations corp.
Total actifs non courants
Actifs courants
Stocks de marchandises
Clients et comptes rattachés
Liquidités
Total des actifs courants
Total des actifs
5/
25 308
77 830
25 180
25 390
130 000
23 708
Montant
25 308
25 308
81 578
12 820
32 924
127 322
152 630
D Stocks C
SI : 77 830
7 630
85 460
2 508
1 374
3 882
SD : 81 578
D Clients C
SI : 25 180
12 360
25 180
12 360
SD : 12 820
CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Capitaux propos
Capital
Résultat (bénéfice)
Total des capitaux propos
Passifs
Passifs non courants
Passifs courants
- Fournisseurs et comptes rattachés
Total des passifs
Total des capitaux propres et passifs
Montant
130 000
1 292
131 292
26 078
26 078
152 630
37




















Page 38
D Caisse C
SI : 5 690
3 500
1908
11098
234
234
SD : 10 864
D CHQ Postaux C
SI : 19 700
12 360
32 060
10 000
10 000
SD : 22 060
D Fournisseurs C
10 000
SI : 23 708
7 630
31 338
10 000
SC : 21 338
38

























Page 39
UNIVERSITE DE SOUSSE
FACULTE DES DROITS & DES SCIENCES ECONOMIQUES
& POLITIQUES DE SOUSSE
ANNEE
MATIERE
EQUIPE
T D N ° 2
1ére Année Gestion. Année universitaire 2009-2010
COMPTABILITE FINANCIERE
Chargé du cours : Dr Mounir SARRAJ
Chargé du TD :
Thème
Documents comptables et Factures
Nombre de pages
8
Rappel :
Le journal est une vue des mouvements triés chronologiquement.
C’est un document obligatoire qui peut servir de preuve devant un tribunal : c’est pourquoi il doit être
relié et tenu sans blanc ni rature.
Sont reportés: la date de l’opération, le numéro de compte, le contenu de l’opération, la référence de
la pièce justificative, le montant crédité ou débité.
39











Page 40
Le grand livre est une vue des mêmes mouvements triés selon le plan de comptes de l’entreprise.
Le grand livre est obligatoire et permet de visualiser les mouvements et le solde de chaque compte
ouvert à tout instant.
La balance est un tableau qui reprend, dans l’ordre du plan comptable, le solde au début de la
période, le total des mouvements du débit et du crédit, le solde à la clôture de la période pour chaque
compte du grand livre.
Elle permet donc de vérifier le principe de la partie double:
Total des débits = total des crédits
Total des mouvements de la balance = total du journal
Total soldes débiteurs = total soldes créditeurs
EXERCICE N°1
A) Engagé à l’essai comme comptable par la société « JARRAS », vous êtes chargé (e) par le chef
comptable de mener à bien la comptabilisation de quelques documents courants présentés en
annexe, concernant la fin du mois d’octobre. N, dans le journal classique de la société « JARRAS ».
Sont portées à votre connaissance les informations suivantes :
-
-
-
lorsque la colonne désignation n’apparaît pas sur les factures, il s’agit de marchandises.
L’exercice comptable se termine le 31/12 de chaque année,
L’entreprise utilise les comptes individuels de clients et de fournisseurs.
40













Page 41
ANNEXES :
(1)
Société JARRAS S.A.
Société LOR
Doit
Ets. El Amel
Doit
Sté. Jarras
Facture N° 406 le 10/10/.N
Facture N° 608-l le 17/10/N
Qt
é
P.U.
Remi-
P.U.
Montants
Qté
P.U.
Se
Net
Remi
-se
P.U .
Montants
Net
72
527
8%
484,840
34 908,480
25
481
5%
456,950
11 423,750
25
350
-
350
8 750,000
TVA 18 %
Transport 800
Total =
TVA
TVA 18 %
Timbre 0,3
10 emballa-
=
ges consignés 1 180
timbre 03
=
41

































Page 42
(3)
(4)
Sté JARRAS
Avoir
Ets TAL
Sté LOR
Avoir
Sté JARRAS
Facture N° 46 du 28/10/ N
Facture N° 608 du 28/10/.N
Omission d’une remise de 10 %
Retour de 6 emballages consignés
Sur la facture N° 312 du 10/09
Le 17/10/19N
Avoir H.T. 415,000
Avoir TTC : 708.
TVA 18 %
Net à votre crédit =
(5)
Doit
Sté LOR
(6)
Doit
Sté JARRAS
Sté JARRAS
Ets FARH
Facture N° 608-1 du 28/10/.N
Facture N) V.408
Facturation de l’emballage consigné
Du 28/10/. N
Le 17/10/19 N et conservé par vous.
Qté
P.U. HT
Montants
Qté
P.U.
Remise
P.U.
Net
Montants
42




















Page 43
1
150
150
54
155
-
155
8 370
10
300
5 %
285
2 850
TVA 18 % :
Total : 11 220
Timbre 0,3
TVA 18 %
Timbre 03
Total =
Total =
B/ Enregistrer dans le journal classique de l’entreprise JARRAS les opérations suivantes :
1 Novembre : adressé à Ali la facture N° 237 comprenant :
-
Marchandises 4 600
Remise 10 %
TVA
Emballage 118
Net à payer =
-
2 Novembre : Reçu de Rachid la facture N° 275 comprenant :
Marchandises 1 800
Escompte 1 %
TVA 18 %
43















Page 44
EXERCICE N°2
La fin d’un exercice le bilan d’une entreprise nous donne des informations suivantes :
Banque 20 000
Fournisseur 25 000
Caisse 1 500
Client 1 600
Nettes à plus d’un an 1 500
Capital 60 000
Marchandise (stock) 37 750
Matériel 16 750
Travail à faire :
Dresser le bilan et déterminer le résultat.
EXERCICE N° 3
L’entreprise « RAMS » fabrique des meubles à partir du bois qu’elle achète. Au cours du premier mois
d’activité du commerce et de l’atelier la société « RAMS » a enregistré les opérations suivantes (sauf
mention contraire, les paiements sont effectués par banque et les sommes indiquées sont en dinars).
02/01 : Achat de bois pour la fabrication des meubles : 10 000
Remise de 10 %
Escompte de règlement 2 %
03/01 : Achat de fournitures de bureau pour 250.
04/01 : Paiement par chèque postal, facture d’électricité 150
44






Page 45
05/01 : Vente de meubles 1 500
Remise 5 %
Escompte de règlement de 2 %
06/01 : Achat d’un lot de bois au fournisseur F : 3 600, payement à 3 mois,
07/01 : Retour d’un quart du lot fourni par F (qualité non conforme)
08/01 : La société « RAMS » paie le garagiste pour l’entretien de la camionnette : 70,
09/01 : Vente pour 2 500 de meubles, ½ comptant et ½ à crédit,
11/01 : Dépôt d’espèces en banque 3 000 D
TRAVAIL à FAIRE :
Enregistrer les écritures au journal de la société « RAMS » (abstraction faite de la TVA, c’est à dire sans
TVA )
EXERCICE N° 4
Les comptes de l’entreprise « KHADIJA » présentent les soldes suivants au 01/01/2009 :
Banque 4 017 D
Caisse 1 400
Capital 30 000
C.C.P. 3 010
Clients 10 500
Effet à recevoir 3 535
Construction 10 710
Créditeurs divers 403
Débiteurs divers 310
Dépôts et cautionne-
45




Page 46
ment versés 170
Fournisseurs 11 480
Effet à payer 2 900
Matériel de bureau et
Informatique 2 520
Terrain 5 222
Stock marchandises 2 540
Stock d’emballage 544
Participation 254
Résultat ?
Au cours du mois de janvier, les opérations suivantes ont été enregistrées : (taux de TVA 18 % droit de
timbre 300 millimes )
1) Facture de Halim :
Achat marchandises H.T. 200
Remise 10 % ……………………….
Transport H. T 200
10 emballages consignés TTC 180
TVA ……………………………..
Net à payer TTC
2/01 : Achat de timbres fiscaux 20 d, de timbres poste 30 D paiement en espèces,
03/01 : Facture à RACHID (vente à crédit) N° 333
Brut : 1 000
Remise 10 %
Port facturé 100
46



Page 47
A la charge du client
20 emballages consignés 236
TVA 18 %
Net à payer TTC =
04/01 : Ventes au comptant contre espèces : Net encaissé 4 586,400
Nous avons accordé sur ces ventes un escompte de 2 %
05/01 : Achat d’un micro-ordinateur à crédit, valeur 1 800 D HT
06/01 : Achat de diverses fournitures de bureau 250 D HT, paiement par chèque bancaire,
07/01 : Vente au comptant par chèque bancaire au client MOHAMED, facture 518,
Brut HT 8 800
Remise 10 %
Rabais 5 %
Escompte 1 %
TRAVAIL A FAIRE :
a- Dresser le bilan de la société « KHADIJA » au 01/01/2009
b- Passer les écritures au journal de l’entreprise
47










Page 48
UNIVERSITE DE SOUSSE
FACULTE DES DROITS & DES SCIENCES ECONOMIQUES
& POLITIQUES DE SOUSSE
ANNEE
MATIERE
EQUIPE
T D N ° 3
1ére Année Gestion. Année universitaire 2009-2010
COMPTABILITE FINANCIERE
Chargé du cours : Dr Mounir SARRAJ
Chargé du TD
Thème
LES ACHATS ET LES VENTES
Nombre de pages
5
Rappel :
ACHATS DES MARCHANDISES :
Emplois : les biens achetés viennent augmenter la valeur des stocks à l’actif du bilan, au prix
d’achat.
48















Page 49
Ressources :
-
Si l’achat est payé au comptant, la sortie d’argent diminue les disponibilités à l’actif du bilan: le
total de l’actif reste inchangé.
-Si l’achat est fait à crédit, une dette envers le fournisseur apparaît au passif du bilan: la valeur
totale de l’actif reste égale à la valeur totale du passif.
VENTES DES MARCHANDISES :
Emplois : le prix de vente augmente les disponibilités (vente au comptant) ou les créances clients
(vente à crédit) à l’actif du bilan.
Ressources :
-Les marchandises vendues disparaissent des stocks à l’actif, pour leur prix d’achat.
-le prix de vente est généralement supérieur au prix d’achat de la marchandise vendue. La
différence mesure l’enrichissement de l’entreprise : les capitaux propres augmentent au passif,
dans le poste résultat de l’exercice.
Exercice 1 :
Un industriel procède aux opérations suivantes payées au comptant par chèque :
1) Achat de matières premières 50.000 D
2) Achat de fournitures consommables 40.000 D
3) Achat d'emballages 20.000 D
4) Achat de fournitures de bureau (non stockés) 2.000 D
5) Achat vêtements de travail (non stockés) 3.000 D
Les 3 premiers types d'achat sont gérés en stocks et sont tenus selon la méthode de l'inventaire
Permanent.
Les montants sont exprimés hors TVA 18%.
Les fournisseurs accordent une remise de 5% et un escompte de 2% pour paiement au comptant.
Travail à faire : Comptabiliser ces différentes opérations dans le journal de l'industriel.
Exercice 2 :
L'entreprise commerciale Beta (assujettie à la TVA) réalise les opérations suivantes :
49




Page 50
Le 1er juin 1998 : Reçu facture d'achat de marchandises n° 8, TVA comprise 18% (fournisseur B).
59.000
Le 2 juin 1998 : Reçu facture électricité, TVA comprise 10%. 990 D
Le 3 juin 1998 : Payé par banque le fournisseur B moyennant un escompte de 2%.
Le 4 juin 1998 : Vendu la marchandise achetée auprès du fournisseur B au client C.
Montant encaissé en espèces net d'escompte 2% (TVA 18%). 80.948 D
Le 10 juin 1998 : Accordé un rabais de 10% calculé sur le montant net d'escompte au client C.
L'avoir commercial A4 est remboursé par chèque le jour même.
Le 11 juin 1998 : Reçu facture d'achat de marchandises du fournisseur B payée le jour même par
chèque
Montant hors TVA : 60.000 D / Escompte 2% / Remise 5% / TVA 18%.
Travail à faire : En sachant que :
1) Tous les achats stockables sont tenus selon la méthode de l'inventaire permanent, passez les
différentes écritures chez l'entreprise Beta.
2) Comptabiliser dans le journal de l'entreprise B les opérations réalisées avec l'entreprise Beta
(l'entreprise B a opté pour la méthode de l'inventaire intermittent).
3) Comptabiliser dans le journal du client C les opérations réalisées avec l'entreprise Beta (inventaire
permanent).
4) Etablir puis comparer le compte fournisseur B chez l'entreprise Beta et le compte Beta chez
l'entreprise B.
5) Etablir puis comparer le compte client C chez Beta et le compte Beta chez l'entreprise C.
Exercice 3 :
Un commerçant non assujetti dont la comptabilité est tenue selon la méthode de l'inventaire
intermittent réalise les opérations suivantes à comptabiliser au journal :
1) Marchandises vendues contre espèces 300 D
2) Achat de marchandises à crédit 1.200 D
3) Achat fournitures d'entretien du magasin payées en espèces 45 D
4) Facture électricité payée en espèces 60 D
50

Page 51
5) Facture sonède payée en espèces 10 D
6) Achat papier d'emballage à crédit 300 D
7) Payé par chèque les achats indiqués aux points 2 et 6 moyennant un escompte de règlement de 2%.
8) Achat à crédit 3.200 D
9) Obtenu un rabais de 5% sur l'achat indiqué au point 8. Ce rabais est matérialisé par une facture
d'avoir du fournisseur.
10) Vendu en espèces 1.500 D
11) Vendu à crédit 500 D
12) Encaissé en espèces le montant de la vente indiquée au point 11 moyennant un escompte
consenti de 2%.
13) Achat carburant en espèces 30 D
14) Achat fuel de chauffage en espèces 50 D
15) Achat fournitures informatiques 80 D
16) Achat imprimés administratifs 50 D
17) Rendu sur achats de marchandises objet du point 8 (10% de la quantité achetée)
18) Vente à crédit 600 D
19) Rabais accordé à la vente du point 18 de 5%. Encaissement de la créance en espèces moyennant
un escompte consenti de 4%.
20) Obtenu un rabais complémentaire de 5% sur l'achat indiqué au point 8 et payement de la dette
par chèque.
Question complémentaire :
Que devrait-on faire pour dégager en comptabilité le coût d'achat des marchandises vendues ?
Exercice 4 :
Comparer la méthode de l'inventaire permanent avec la méthode de l'inventaire intermittent en
précisant les avantages et limites de chacune de ces deux méthodes et dites quels sont leurs domaines
privilégiés d'application.
51



Page 52
Exercice 5 :
Une entreprise enregistre par erreur
les mouvements d'emballages (récupérables mais non
commodément identifiables) avec ses fournisseurs et ses clients dans un compte unique «326 Stocks
d'emballages récupérables non identifiables». En contrepartie, seuls les comptes des tiers «411
Clients» et «401 Fournisseurs» sont mouvementés.
Les emballages consignés aux clients sont repris au prix de consignation qui est égal à 1,2 du coût
d'achat.
Les emballages consignés par les fournisseurs sont repris par eux à 95% du prix de consignation.
Les opérations suivantes ont été enregistrées dans le compte 326 :
1) Achats d'emballages de l'exercice H TVA 18% : 100 000 D
2) Emballages consignés aux clients pour un prix de consignation de 90 000 D. La différence entre le
coût d'achat des emballages et le prix de consignation est porté en compte d'attente.
3) Emballages à rendre reçus des fournisseurs - valeur de consignation 100 000 D.
4) Emballages retournés aux fournisseurs pour un montant de reprise 47 500 D - le mali est
correctement comptabilisé.
5) Retour d'emballages consignés aux clients pour un montant de reprise de 38 400 D.
6) Emballages consignés qui ne seront jamais retournés par les clients 24 000 D (au prix de
consignation).
En plus, le comptable vous informe que :
7) Les emballages qui ne seront jamais rendus aux fournisseurs s'élèvent à 30 000 D (prix de
consignation).
Travail à faire :
a) Présenter les écritures telles que passées par le comptable (y compris les écritures erronées).
b) Etablir le compte 326 tel que tenu par le comptable. Ce compte présente un solde débiteur selon la
logique du comptable en fin de période de 158 000 D.
Vous êtes par conséquent appelé à déterminer le montant du stock initial du compte 326 dans le
compte tenu par le comptable.
c) Contre passer chaque écriture erronée et passer l'écriture correcte correspondante.
d) Refaites le journal en repassant de nouveau correctement toutes les écritures.
52

Page 53
e) Présenter la fiche de stock à partir du journal établi en réponse à la question (d) présentant toutes
les opérations effectuées sur lesdits emballages. Le stock initial en magasin représente 50% du stock
initial d'emballages et 50% sont consignés chez les clients. Aucun emballage à rendre aux fournisseurs
n'existe en début de période.
53























Page 54
UNIVERSITE DE SOUSSE
FACULTE DES DROITS & DES SCIENCES ECONOMIQUES
& POLITIQUES DE SOUSSE
ANNEE
MATIERE
EQUIPE
T D N ° 4
1ére Année Gestion. Année universitaire 2009-2010
COMPTABILITE FINANCIERE
Chargé du cours : Dr Mounir SARRAJ
Chargé du TD :
Thème
Amortissements &Provisions
Nombre de pages
5
Rappel :
La durée d’utilisation d’une immobilisation doit tenir compte de :
–l’usure physique–l’obsolescence technique –la protection juridique
Montant amortissable : Valeur brute (entrée) valeur résiduelle (Prix de cession coûts de sortie)
Amortissement : fraction annuelle du montant amortissable imputée à la valeur brute
Valeur nette comptable (valeur au bilan) : –Valeur d’entrée –amortissements cumulés -dépréciation
54








Page 55
Amortissement linéaire
–Taux d’amortissement: t = 100 / durée de vie
Annuité constante = VO x t
–Prorata temporis à la mise en service (jours d’utilisation au cours de l’exercice / 360)
Amortissement dérogatoire : Amt fiscal amt comptable
La provision est la constatation comptable d’un amoindrissement, qui n’est pas jugé irréversible
(probable et non définitive), de la valeur du patrimoine de l’entreprise.

Les provisions fiscalement déductibles sont :
Les provisions pour créances douteuses
Les provisions pour dépréciation du stock destiné à la vente
et les provisions pour dépréciation des actions cotées en bourse.
-
-
-
-
EXERCICE 1
La SARL Rochdi a procédé le 1/07/05 à l’acquisition d’une machine prix 300 000D, droit de douane
30 000 D, TVA 22 500 D.
Le paiement est effectué par chèque.
Passez toutes les écritures nécessaires pour 2005.
EXERCICE 2
Le 25 août 2003, la SA Achraf a acquis un matériel de transport pour une valeur de 200 000 D. Il s’agit
d’un camion d’une puissance fiscale de 22 chevaux, le taux de TVA est de 18 %.
Du point de vue économique ce camion va pouvoir effectuer 500 000 KM,
Répartis comme suit :
100 000 la première année
200 000 la deuxième année
150 000 la troisième année
55



Page 56
50 000 la quatrième année
Travail à faire :
1/ dresser le tableau d’amortissement fiscalement admis
2/ dresser le tableau de l’amortissement économique
3/ passer toutes les écritures de 2003.
4/ sachant que le 24 Janvier 2004, l’entreprise a procédé à la vente de ce matériel pour une valeur de
150000 D. passer les écritures de cession.
EXERCICE 3
Pour les besoins de ses investissements, l’entreprise RAMS a contracté un emprunt auprès de la
Banque du Sud pour un montant de 250 000 D. L’emprunt est contracté en janvier 2003 et
remboursable sur 5 années par amortissement constant au taux de 8% l’année. Cet emprunt a servi
pour l’acquisition d’un immeuble. L’expertise donne comme valeur du terrain 42 000 D, la
construction 168 000 D.
Travail à faire : passer toutes les écritures nécessaires pour tous les exercices concernés.
EXERCICE 4
Au 31 /12/2001 la société RACHID vous fournies l’état suivant de ses Immobilisations:
Immobilisation
Date d’acquisition Prix H.T
Durée de vie
REMARQUE pour
2001
terrain
01/07/1999
100 000
Selon la loi
--prov. 50%----
construction
01/07/1999
200 000
50 ans
Camion CLM
01/09/1998
150 000
Selon la loi
Voiture Clio
01/01/2000
10 000
Selon la loi
Machines
31/08/1999
500 000
Selon la loi
Ordinateurs
01/01/2001
5 000
Selon la loi
Meubles
01/01/99
5 000
Selon la loi
Vendu le
01/07/2001
56







Page 57
TRAVAIL A FAIRE
Passer les écritures nécessaires 31/12/2001.
EXERCICE 5
L’entreprise RAMS a acheté deux machines :
La première le premier avril 2003 acquise a crédit au pers du fournisseur pour 100 000 H TVA 18%
paiement dans 3 ans sans intérêt .Durée de vie10 ans.
La seconde est acquise le 01 juillet 2003 pour 200 000 H TVA, durée de vie 10 ans
TRAVAIL A FAIRE
Passer les écritures au 31/12/2003 sachant que l’amortissement fiscalement admis est le système
dégressif alors que le système appliqué par la société est le mode linéaire.
EXERCICE 6
A la date du 31/12 de l’année N, les titres de participation figurants au bilan de la société NOUR ont
une valeur d’origine de 10 000 D le cours moyen boursier d’élève respectivement à

11 500 D au 31/12/N,8 970 D au 31/12/N+1, 8 750 au 31/12/N+2
Le 15/07/N+3 la société à procédé à la cession de la totalité de ses titres pour une valeur de :
H1 8OOO D, H2 10 000 D, H3 12 000 D.
EXERCICE 7
Au 31 /12/2003 la société MOHAMED vous fournies l’état suivant de ses clients:
nom
Créance.TTC.
prov antérieure
prov 2003
REMARQUE
A
B
C
D
E
F
G
100 000
50 000
40 000
1180
45322
80000
50000
---20%
30%
25%
règle 5 322
40%
70%
30%----
20%
15%
75%
50%
90%
50%
il règle 1000pour solde
Règle 40 000 le 23/12/99
aucune écriture n’a été
passée
Il vous est demandé de reconstituer les écritures de régulation relatives aux clients au 31/12/2003.
57







Page 58
UNIVERSITE DE SOUSSE
FACULTE DES DROITS & DES SCIENCES ECONOMIQUES
& POLITIQUES DE SOUSSE
ANNEE
MATIERE
EQUIPE
T D N ° 5
1ére Année Gestion. Année universitaire 2009-2010
COMPTABILITE FINANCIERE
Chargé du cours : Dr Mounir SARRAJ
Chargé du TD :
Thème
La créance irrécouvrable
Nombre de pages
9
RAPPEL :
Si un client ne paie pas sa dette envers un fournisseur, ce fournisseur classe cette créance comme
une ___________________________.
Si le client signale au fournisseur qu’il a de grandes difficultés financières, le fournisseur estime de ne
plus recouvrir un certain ______ de cette créance. Tout de même il s’agit seulement d’une perte de
valeur estimée qui n’est ni______________ et ni ______________.
58









Page 59
Le fournisseur établie une ______________________ sur cette créance.
LA CRÉANCE IRRÉCOUVRABLE :
Si le client signale au fournisseur qu’il ne peut définitivement pas payer une partie, respectivement
toute
sa
dette
envers
le
fournisseur,
ce
dernier
constate
une
_____________________________________________.
Le fournisseur doit dans ce cas procéder aux travaux suivants :
a.) _______________________________________________________ :
___________________________________________________________________________
b.) _________________________________________________________:
____________________________________________________________________________
c.) _________________________________________________________ :
_____________________________________________________________________________
d.) __________________________________________________________ :
_____________________________________________________________________________
Journalisations :
a.) Annulation de la provision existante :
59













Page 60
b.) Annulation de la créance et enregistrement de la perte de valeur complète d’une
créance :
c.) Annulation de la créance et enregistrement de la perte de valeur partielle d’une
créance :
Exemple: le client paie pour solde une partie de sa dette par virement bancaire
Rappels :
a.) Le compte « Pertes sur créances irrécouvrables » est un compte de ______________.
b.) Le compte « TVA», un compte du ____________ est _____________ par le montant de
la TVA de la _________________________________ !
60




























Page 61
Exercice 1 :
La société « DALTO S.A. » possède au 1er janvier 2002 une créance douteuse envers salah de 10'000 d.
La perte probable enregistrée s’élève à 30 %.
Au 20 avril 2002 salah est déclarée complètement insolvable !
A faire :
a.) Présentez les comptes « 416 Client douteux salah » et « 491 Prov. pr. dépr. des comptes clients »
au 1
er janvier 2002.
b.) Enregistrez les écritures nécessaires résultantes de la déclaration d’insolvabilité du 20 avril 2002.
(Journal et Grand-livre)
Exercice 2 :
La société « KG S.à.r.l. » possède au 1er janvier 2003 une créance douteuse envers Lolo de 25'000 d. La
perte probable enregistrée s’élève à 45 %.
Au 16 mai 2003 Lolo paie pour solde 12'000 d!
A faire :
a.) Présentez les comptes « 416-01 Client douteux Lolo » et « 491 Prov. pr. dépr. des comptes clients »
au 1
er janvier 2003.
b.) Enregistrez les écritures nécessaires résultantes du paiement pour solde du 16 mai 2003 (Journal et
Grand-Livre)
Exercice 3
19.02.2002
Nous vendons des marchandises au client « Supermarché DOS SANTOS S.à.r.l. » d’ un
montant H.T. de 198'458,560 D. Remise 2 %, TVA 18 %
Il paie 10'000 D par virement bancaire (extrait # 524) et promet de payer le
reste plus tard. Facture # 2542
61





Page 62
20.02.2002
Le client « Supermarché DOS SANTOS S.à.r.l. » retourne 1/3 des marchandises
achetées au 19.02.2002. Facture d’avoir # 843
31.12.2002 Même après 3 lettres de rappel le client « Supermarché DOS SANTOS S.à.r.l. » n’a
toujours pas payé sa dette. Nous estimons la perte à 50 %.
06.04.2003
Le client « Supermarché DOS SANTOS S.à.r.l. » nous paie 47'000 D par virement
bancaire. Extrait # 9798
31.12.2003
Notre avocat estime la perte à 70 %.
09.04.2004
Le client « Supermarché DOS SANTOS S.à.r.l. » paie pour solde 20'000 D par virement
bancaire. Extrait # 9900
A faire : Faites les enregistrements nécessaires! a.) Journal b.) Grand-livre.
Exercice 4 :
Informations concernant les créances douteuses et des créances irrécouvrables:
Clients
Factures
N° et date
TVAC 18%
Provisions
1999
Observations
Klopps Sàrl
N°138 du 17.02.1999
7.425 d
2.000 d
N°243 du 04.03.1999
2.418 d
PGT SA
N°502 du 29.05.1999
5.740 d
550 d
Au cours de l’année 2000, le
curateur de la faillite « Klopps
Sàrl » a versé 850 d à Hodgson
SA pour solde de tout compte.
Au cours de l’année 2.000,
l’entreprise PGT a réglé la
facture N°502 en totalité.
62










Page 63
Zantz Sàrl
N°78 du 03.02.2000
4.830 d
----------
Au cours de l’année le client
a payé 2.185 d ; il faut
prévoir une perte de 10% du
solde HTVA.
Trein J.P.
N°728 du 03.07.2000
299 €
----------
Créance irrécouvrable.
Calculs se rapportant à la régularisation des créances douteuses au 31.12.2000:
Créances
Créances
31.12.2000
31.12.2000
TVAC 18%
HTVA 18%
Provisions
31.12.99
Provisions
31.12.00
Ajustement
Klopps Sàrl
PGT SA
Zantz Sàrl
Trein J.P.
1. Journalisez les écritures de régularisation des créances douteuses au 31.12.2000
2. Complétez l’extrait du bilan de la société Hodgson S.A.:
2000
Brut
C.V.
Net
1999
Net
Actif
Actif circulant
Clients douteux
63












































Page 64
Exercice 5 :
Au 31.12.1999, après inventaire, l’entreprise présente le tableau des clients douteux suivant :
Noms
Créances ttc
18 %
Provision établie
en 99
SINDT
SAUSY
172.500
109.250
PRINTZ
264.500
75.000
35.000
50.000
Règlement en
Observations
2000-
date/montant
-
Ramener à 25%
18.08. 109.250
19.9. 28.750
Paiement pour
solde
GAMBS
483.000
105.000
-
Porter à75%
Au 31.12.2000 le client MULLER n’a pas encore payé sa facture no 135 de 644.000 ttc et on
décide de constituer une provision de 60% de sa créance, parce qu’on présume qu’il a des
difficultés financières.
Travail à faire :
a) Complétez le tableau des créances douteuses ci-dessous.
Noms
Créances
Créances
Provisions
Provisions
Ajustements
ttc 18 %
Ht
au 31.12.99
au 31.12.00
SINDT
SAUSY
PRINTZ
GAMBS
MULLER
b) Comptabilisez dans le journal toutes les écritures nécessaires pour régulariser les créances
douteuses pour l’année 2000.
64































Page 65
Exercice 6 :
La société BIRDY vous fournit l’extrait de bilan après inventaire de l’année 1999 :
Extrait de bilan après inventaire au 31 décembre ‘99
POSTES DU BILAN
Brut
Correction Net
de valeur
D. ACTIF CIRCULANT
II. CREANCES
Clients
1.450.000
0
1.450.000
Clients douteux (4)
710.000
190.000
520.000
Informations concernant l’extrait de bilan 1999 :
(4)
Client SCHMIT :
Créance 1999 TVAC (18%) : 460.000 DT
Provision au 31 décembre 1999 : 25%.
et
Client MULLER :
Créance 1999 TVAC (18%) : …………… DT (à déterminer)
L’entreprise pensait pouvoir récupérer un jour 70%.
65
















































































Page 66
Informations relatives aux opérations de fin d’exercice 2000
Client SCHMIT :
Payement de 230.000 DT en cours d’exercice. Le reste de la créance est
irrécouvrable.
(Note : Vous n’avez pas besoin de comptabiliser ce payement).
Client MULLER :
Perte probable : 60%.
Client WEBER :
Des rumeurs circulent : WEBER connaît des difficultés financières. Il faut
prévoir une provision de 10%. La créance
s’élève à 201.250 DT TVAC (18%).
Travaux à faire :
a) Calculez le montant de la créance douteuse du client MULLER ci-dessus.
b) Établissez le tableau des créances douteuses au 31 décembre 2000.
c) Journalisez les écritures qui en résultent !
d) Pourquoi considère-t-on la perte irrécouvrable uniquement pour son montant hors TVA ?
66

















Page 67
UNIVERSITE DE SOUSSE
FACULTE DES DROITS & DES SCIENCES ECONOMIQUES
& POLITIQUES DE SOUSSE
ANNEE
MATIERE
EQUIPE
T D N ° 6
1ére Année Gestion. Année universitaire 2009-2010
COMPTABILITE FINANCIERE
Chargé du cours : Dr Mounir SARRAJ
Chargé du TD :
Thème
Les créances irrécouvrables- Les Amortissements- Les provisions
Nombre de pages
3
1.) Quelles sont les différences entre les amortissements et les provisions ?
2.)
Est-ce que la créance envers un client douteux est nécessairement perdue?
3.)
Pourquoi est-ce que le comptable réévalue à la fin de l'année comptable les comptes de l'actif
du bilan?
Exercice 1 :
Vous êtes comptable de la société « JARRAS S.A.».
L’extrait du bilan final de cette société se présente au 31.12.2001 ainsi :
67









Page 68
ACTIF

II. ACTIF CIRCULANT
Créances
411-06 Client Alpha
411-13 Client Beta
31.12.2001
Brut
Corr. Val.
Net
PASSIF
34'000,000
0,00
34'000,000
16'000,000
0,00
16'000,000
416-09 Client douteux Imed
64'650,000
40'250,000
24'400,000
416-10 Client douteux Hatem
149'000,000
34'394,560
114’605,440
416-19 Client douteux Hichem
69'000,000
6'745,650
62’254,350
Situation au 31.12.2002 :
Créances:
Client Alpha
Client Beta
Observations:
Il a payé sa dette.
Il nous a payé 1200 D au cours de l'exercice 2002.
68












































Page 69
1.) Nous considérons le client comme douteux.
2.) Nous estimons une perte de valeur de
50 %.
Client douteux Imed
Nous estimons la perte de valeur à 20 %.
Client douteux Hatem
Il nous a payé au cours de l'exercice 800
Nous estimons la perte de valeur à 40 %.
Client douteux Hichem
Le client nous a payé toute sa dette.
Client Yousef
Il a acheté au 12.02.2002 des marchandises pour
un montant TTC de 45987 D. Il nous a fait au 3
mars 2002 un virement partiel de 12000 D et
nous a promis de payer le reste dans un mois.
Au 31.12.2002, nous constatons qu'il ne nous a
toujours pas payé toute sa dette. Nous
le
considérons
comme douteux et estimons
récupérer seulement 80 % de cette créance.
À FAIRE :
1.) Enregistrez au journal les écritures d'inventaire de fin d'année 2002!
2.)
Présentez le bilan au 31.12.2002.
JUSTIFIEZ VOS CALCULS !!!
69










Page 70
UNIVERSITE DE SOUSSE
FACULTE DES DROITS & DES SCIENCES ECONOMIQUES
& POLITIQUES DE SOUSSE
ANNEE
MATIERE
EQUIPE
T D N ° 7
1ére Année Gestion. Année universitaire 2009-2010
COMPTABILITE FINANCIERE
Chargé du cours : Dr Mounir SARRAJ
Chargé du TD :
Thème
LA TVA
Nombre de pages
3
Rappel :
TVA : impôt indirect sur la consommation finale (18 ou 12 ou 6 %)
•Vente => TVA collectée : PVTTC –PVHT=> Vente HT au résultat
•Achat => TVA déductible : PATTC –PAHT=> Achat HT au résultat
•Versement à l’état = TVA collectée -TVA déductible
70









Page 71
EXERCICE N° 1
Qu’est-ce qu’une T.V.A collectée ?
Qu’est-ce qu’une T.VA déductible ?
Quelles sont les conditions de déductibilité de la T.V.A. ?
Expliquez la notion d’assujetti.
Les personnes suivantes sont elles assujetties a la TVA ?
Un médecin, un menuisier ; une banque ; une entreprise totalement exportatrice ; un épicier ; une
briqueterie
EXERCICE N°2
Une entreprise qui acquitte la T.V.A. sur l’ensemble des éléments de son chiffre d’affaires réalisé au
mois d’avril 2000 les opéra
tions suivantes, sachant que la T.V.A. supportée sur les achats est
déductible :
Ventes H.T. au comptant (18 %) 50 000 D
Ventes à crédit (10 %) 40 000 D
Achat au comptant (29 %) 10000
Achat au comptant (18 %) 33 740 D
Achat HT à crédit (10%) 26 260 D
Calculer le montant de la T.V.A à payer
EXERCICE N° 3
Une entreprise vous demande quelles sont celles parmi les factures suivantes qui donnent droit à
déduction de la T.V.A.
-
-
-
facture délivrée par un fournisseur de matières premières soumis au régime réel ;
facture délivrée
par un assujetti au régime réel pour l’achat de fournitures de bureau ;
facture délivrée par un forfaitaire pour la réparation d’un camion,
71





Page 72
-
-
-
facture délivrée par un assujetti au régime réel pour l’achat de pièces détachées pour un véhicule
de tourisme de transport de personnes
facture délivrée par un fabricant forfaitaire pour l’achat de produits de nettoyage
facture délivrée par un assujetti réel pour l’achat de cadeaux de fin d’année.
EXERCICE N°4
Ach ats : 850 d (TVA non comprise 6 %)
2100 d (Tva non comprise 12 %)
1500 d (TVA non comprise 18% )
Ventes : 4250 D (TVA non comprise 18%)
Quel sera le montant de la TVA déductible ?
EXERCICE N°5
Je reçois une facture de 1000 DTVA comprise. Quelques jours plus tard je reçois une note de crédit du
vendeur de 400 D TVA comprise.
Combien dois-je lui payer ?
EXERCICE N°6
quel est le taux de TVA :
Électricité : *6% *12% *18% pas de TVA
Facture d’eau : *6%*12%*18% pas de tva
Frais de comptabilité :*6%*12%*18% pas de tva
Journaux :*6%*12%*21% pas de tva
Rénovation bâtiment de plus de 5 ans : *6%*12%*18%
Eau à boire : *6%*12%*18% pas de tva
72









Page 73
UNIVERSITE DE SOUSSE
FACULTE DES DROITS & DES SCIENCES ECONOMIQUES
& POLITIQUES DE SOUSSE
ANNEE
MATIERE
EQUIPE
T D N ° 8
1ére Année Gestion. Année universitaire 2009-2010
COMPTABILITE FINANCIERE
Chargé du cours : Dr Mounir SARRAJ
Chargé du TD :
Thème
Réflexions comptables
Nombre de pages
9
Partie théorique
1.)
Pourquoi est-ce qu’il est absolument nécessaire que les immobilisations corporelles
et incorporelles doivent figurer au bilan avec leur valeur comptable?
2.)
Expliquez l’utilité des rubriques ci-dessous du bilan :
a.) la valeur brute de l’actif immobilisé
73












Page 74
b.) la correction de valeur de l’actif immobilisé
c.)
la valeur nette de l’actif immobilisé à la fin de l’exercice
Exercice 1 :
CARLUX SA
Facture
Numéro client
401-52
Garage du SUD S.à.r.l.
Numéro facture
254
Date de la facture
20.05.2002
19, rue BOUHSINA
SOUSSE
Votre commande
Date de votre commande
Bon de livraison no
Date de la livraison
56
11.02.2002
45
12.05.2002
No
article
Désignation de la
marchandise
Quantité Prix
unitaire
Taux
de
Prix
unitaire
Montan
t HT
brut HT
remise
net HT
Taux de
TVA
Montant
de
TVA
658
Pont élévateur
1
45'458,00 23 %
18 %
74