Page 1
MODES DE CONSOMMATION ET
PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE,
2020, MCPD ; RAPPORT GENERAL
GeoProtect-Samir Meddeb




Page 2
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

SOMMAIRE
1
Présentation générale de la Tunisie ..................................................................................................... 8
1.1
1.2
1.3
1.4
1.5
1.6
1.7
1.8
Géographie .................................................................................................................................... 8
Etat de l’environnement ................................................................................................................ 8
Climat et changements climatiques ............................................................................................ 11
Population ................................................................................................................................... 11
Régime politique ......................................................................................................................... 11
Organisation administrative ........................................................................................................ 12
Economie ..................................................................................................................................... 12
Niveau de vie et profil de la Consommation en Tunisie .............................................................. 13
2
3
Effets économiques et sociaux de COVID-19, en Tunisie, en 2020 .................................................... 17
Principaux acteurs en charge de la MCPD en Tunisie ......................................................................... 20
3.1
Le Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement ........................................................... 20
3.1.1
La Direction Générale du Développement Durable, DGDD ................................................ 20
3.1.2
La Direction Générale de l’Environnement et de la Qualité de Vie, DGEQV ....................... 21
3.1.3
L’Agence Nationale de Protection de l’Environnement, ANPE ........................................... 21
3.1.4
L’Observatoire Tunisien de l’Environnement et du Développement Durable, OTEDD ....... 21
3.1.5
Le Centre International des Technologies de l’Environnement de Tunis, CITET ................. 22
3.1.6
L’Agence Nationale de Gestion des Déchets, ANGed ......................................................... 22
3.1.7
La Banque Nationale des Gènes, BHG ................................................................................. 22
3.2
Le Ministère de Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale MDCI,
23
3.2.1
L’institut de la Statistique, ................................................................................................... 23
3.2.2
L’Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives, ITCEQ, ...................... 23
3.3
Le Ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines ................................................................ 23
3.3.1
L’Agence Nationale de Maitrise de l’Energie, ANME .......................................................... 23
3.3.2
L’Agence de Promotion et de l’Innovation Industrielle, APII .............................................. 24
3.3.3
L’Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle, INNORPI ............... 24
3.4
Le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche “MARHP” .............. 24
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
1





Page 3
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

3.4.1
La Direction Générale de la santé végétale et du contrôle des intrants agricoles .............. 25
3.5
Le Ministère du Commerce et du Développement des Exportations ......................................... 25
3.5.1
L’Institut National de la Consommation, INC ...................................................................... 25
3.6
Le Ministère de la Santé, ............................................................................................................. 25
3.6.1
La Direction d’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement, DHMPE .......... 25
3.6.2
L’Agence Nationale de Contrôle Sanitaire et Environnementale des Produits, ANCSEP .... 26
3.7
Le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat ................................................................................. 26
3.7.1
L’Office National du Tourisme Tunisien, ONTT ................................................................... 26
3.8
3.9
Les Communes ............................................................................................................................ 26
La Société Civile ........................................................................................................................... 27
3.9.1
Organisation Nationale de Défense du Consommateur, ONDC .......................................... 27
3.9.2
Institut de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en Tunisie, IRSET ........................... 27
3.9.3
Les organisations professionnelles ...................................................................................... 27
4
Principaux programmes, activités et initiatives liés aux MCPD en Tunisie ........................................ 28
4.1
4.2
Programme National de l’Economie d’Eaux en irrigation PNEE .................................................. 28
Développement de l’agriculture biologique et de l’agriculture de conservation ....................... 29
4.3 Maitrise de l’énergie et développement des énergies propres .................................................. 29
4.4
4.5
4.6
Valorisation des déchets et création de filières de recyclage et réutilisation ............................ 30
Promotion du Tourisme durable ................................................................................................. 32
Promotion des constructions durables ....................................................................................... 33
5
Processus de mise en œuvre du programme SwitchMed en Tunisie ................................................. 35
5.1
Pourquoi la Tunisie a adhéré à SwitchMed ? .............................................................................. 35
5.2
Composante politique : Plan d’Action National pour les modes de Consommation et de
Production Durable “PAN-MCPD” .......................................................................................................... 36
5.2.1
Processus d’élaboration du PAN-MCPD .............................................................................. 36
5.2.2
Priorités arrêtées ................................................................................................................. 38
5.2.3
Synergie entre les parties prenantes ................................................................................... 40
5.2.4
Projets concrets issus des PAN-MCPD agroalimentaire et tourisme .................................. 41
5.3
Composante Démonstration : MED TEST II ................................................................................. 42
5.3.1
Qu’est-ce que MED TEST II ? ............................................................................................... 42
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
2




Page 4
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

5.3.2 Mise en œuvre de MED TEST II en Tunisie .......................................................................... 43
5.3.3
Résultats de MED TEST II en Tunisie .................................................................................... 46
5.3.4
Difficultés rencontrées lors de la mise en œuvre de MED TEST II en Tunisie : ................... 48
5.4
Composante réseautage du programme Switch MED ................................................................ 48
6
Statut et état des lieux du PAN-MCPD et MCP en 2020 en Tunisie ................................................... 50
6.1
Evolution du cadre réglementaire en rapport direct ou indirect avec les MCPD ....................... 50
6.1.1
Constitution de la République Tunisienne en date du 27 janvier 2014 .............................. 50
6.1.2
Code des Collectivités Locales ............................................................................................. 52
6.1.3
Projet du Code des Eaux ...................................................................................................... 52
6.1.4
Autres lois et décrets récents en relation avec les MCPD ................................................... 53
6.2
Activités, projets et programmes déclenchés par le PAN MCPD ou qui y sont liés .................... 56
Activités, projets et programmes déclenchés par le PAN MCPD agro-alimentaire ou qui y
6.2.1
sont liés 56
6.2.2
Activités, projets et programmes déclenchés par le PAN MCPD tourisme ou qui y sont liés
64
6.3
Structures de Gouvernance des PAN MCPD agroalimentaire et Tourisme ................................ 71
7 Mise en œuvre des ODD en Tunisie ................................................................................................... 72
7.1 Mécanisme institutionnel pour la mise en œuvre des ODD. ...................................................... 72
7.2
Dispositifs de suivi des ODD ........................................................................................................ 73
7.2.1
Elaboration des Rapports Nationaux Volontaires de la Tunisie RNV 2019 et RNV 2021 .... 74
7.2.2
Portail des ODD en Tunisie .................................................................................................. 76
7.3
7.4
Plateforme des indicateurs de suivi des ODD en Tunisie ............................................................ 76
Alignement des ODD avec le cadre de planification National de Développement ..................... 77
8
Politiques, stratégies et programmes liés aux MCPD ......................................................................... 80
8.1
Stratégie Nationale de Développement Durable ........................................................................ 80
8.1.1
Processus d’élaboration de la stratégie et acteurs impliqués ............................................. 80
8.1.2
Principaux objectifs et axes stratégiques ............................................................................ 81
8.1.3
Principales activités ............................................................................................................. 82
8.2
Stratégie Nationale de l’Economie verte..................................................................................... 84
8.2.1
Coût et impact attendu de la mise en œuvre de l’économie verte en Tunisie ................... 86
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
3





Page 5
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

8.2.2
Accompagnement de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’Economie Verte ....... 87
8.2.3
Création du bureau d’appui à l’économie verte en Tunisie “Green Help Desk” ................. 87
8.2.4
Actualisation de la SNEV ...................................................................................................... 89
8.3
Stratégies et plans d’action liés aux changements climatiques .................................................. 89
8.3.1
La contribution Nationale Déterminée ............................................................................... 90
8.3.2
Le Plan National d’Adaptation ............................................................................................. 91
8.3.3
La Stratégie Nationale Bas Carbone et Résiliente aux CC ................................................... 92
8.4
8.5
Stratégie et Plan d’Action Nationaux pour la Biodiversité “SPANB” ........................................... 93
Stratégie Nationale de Gestion Intégrée et Durable des Déchets .............................................. 95
8.5.1
Cadrage de l’élaboration de la nouvelle stratégie de gestion intégrée des déchets .......... 95
8.5.2
Principes généraux de la gestion des déchets ..................................................................... 96
8.5.3
Vision et axes stratégiques de la stratégie .......................................................................... 97
8.6
8.7
Développement de l’économie circulaire en Tunisie ................................................................ 100
Stratégie Nationale de l’Economie Bleue .................................................................................. 102
8.7.1
Processus d’élaboration de la stratégie et acteurs impliqués ........................................... 102
8.7.2
Principaux objectifs et axes stratégiques .......................................................................... 102
8.7.3
Principales activités ........................................................................................................... 103
8.7.4
Défis et opportunités ......................................................................................................... 103
9
Principales initiatives engagées liées aux MCPD et bonnes pratiques ............................................. 106
9.1
9.2
Promotion de l’agriculture biologique en Tunisie ..................................................................... 106
Promotion de l’économie d’eau dans l’agriculture en Tunisie ................................................. 107
Renforcement des capacités des agriculteurs en matière de gestion des terres pour une
9.3
production durable dans un contexte de changement climatique. ..................................................... 108
9.4
Promotion d’une gestion intégrée et durable des déchets ménagers et assimilés basée sur les
principes d’une économie circulaire ..................................................................................................... 109
9.5
9.6
9.7
Actions anti-gaspillage alimentaire en Tunisie et digitalisation des solutions .......................... 111
Plan d’Action National pour les Achats publics Durables .......................................................... 112
Programme National des Villes Durables .................................................................................. 113
9.8
L’expérience associative Tunisian-Smart City en partenariat avec l’Institut Tunisien des Etudes
Stratégiques, ITES .................................................................................................................................. 115
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
4




Page 6
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9.9
Les premiers pas vers la promotion d’un tourisme durable en Tunisie .................................... 116
9.10
Les oasis durables ...................................................................................................................... 118
9.11 Projet pilote de construction d’un bâtiment à travers une procédure d’achat public durable, en
partenariat entre le CITET et le programme WES, UE .......................................................................... 120
9.12 Développement des énergies renouvelables en Tunisie : Chauffage thermique pour les bâtiments
résidentiels ............................................................................................................................................ 121
9.13 Evolution remarquable de l’intérêt des Entreprises envers la Responsabilité Sociétale des
Entreprises ; RSE ................................................................................................................................... 122
9.14 Développement de la chaine de valeur des déchets de textile : Projet Switch-MED/ONUDI .. 123
9.15
Le tri des déchets à l’échelle locale : Centre de Tri d’EL Guettar (Gouvernorat de Gafsa- Sud-
Ouest de la Tunisie) ............................................................................................................................... 125
10 Etat d’avancement des MCPD en Tunisie : Principales conclusions ................................................. 126
11
Les MCPD dans la Stratégie de Réponse POST COVID : Principales recommandations ................... 129
12 Bibliographie ..................................................................................................................................... 132
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
5






Page 7
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Figures
Figure 1 : Carte géomorphologique de la Tunisie ........................................................................................................ 10
Figure 2 : tableau de bord de la compétitivité de l’économie tunisienne, décembre 2019 ; ITCEQ. ............................ 12
Figure 3 : Structuration des dépenses des ménages en pourcentage pour l’année 2015 ; Enquête nationale
quinquennale sur le budget, la consommation et le niveau de vie des ménages, 2015. ............................................ 14
Figure 4 : Evolution des quantités de céréales consommées en kg par tête d’habitant. ............................................ 14
Figure 5 : Consommation et niveau de vie des ménages, 2015 ; Enquête nationale quinquennale sur le budget ..... 15
Figure 6 : Répartition des dépenses accordées au transport par habitant en transport privé et transport public. .... 16
Figure 7 : Composition moyenne des déchets ménagers ............................................................................................ 31
Figure 8 : Structuration du programme SwitchMed .................................................................................................... 35
Figure 9 : Mise en œuvre du programme SwitchMed en Tunisie ................................................................................ 36
Figure 10 : Processus d’élaboration du PAN-MCPD en Tunisie. ................................................................................... 38
Figure 11 : MED TEST II ; identification des options de production propre pour les entreprises sélectionnées. ........ 45
Figure 12 : Entreprises ayant bénéficié de MED TEST II. Tunisie ................................................................................. 46
Figure 13 : Bilan global du Projet MED TEST II ............................................................................................................. 47
Figure 14 : Mécanismes institutionnels de suivi des Objectifs de développement Durable en Tunisie ; ODD ............ 72
Figure 15 : Dispositifs de suivi de la mise en œuvre des Objectifs de développement Durable. ................................. 73
Figure 16 : Priorisation des cibles de l’ODD 12 pour la Tunisie. ................................................................................... 78
Figure 17 : Vision, principes directeurs et axes stratégiques de l’économie verte de tunisie, 2016. .......................... 85
Figure 18: Investissements pour l'EV en Tunisie, emplois crées et GES évités. ........................................................... 86
Figure 19 : Dispositif de gouvernance de l’économie verte en Tunisie. ...................................................................... 87
Figure 20 : Brochure sur les meilleures initiatives pour la promotion et la création des emplois vers et décents ..... 88
Figure 21 : Stratégies, plans d’actions et engagements de la tunisie liés aux changements climatiques ................... 90
Figure 22 : Vision et axes stratégiques de la stratégie nationale de gestion intégrée des déchets ménagers ; .......... 98
Figure 23 : Activités économiques maritimes en Tunisie, poids actuels et potentialités. ......................................... 104
Figure 24 : Enjeux de l’économie bleue pour la Tunisie ; extrait du diagnostic réalisé dans le cadre du processus
d’élaboration d’une stratégie d’économie bleue pour la Tunisie ; Secrétariat aux affaires maritimes, Ministère des
Affaires Locales et de l’Environnement, Banque Mondiale. ...................................................................................... 105

GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
6






Page 8
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Acronymes
Changements Climatiques
Institut national de la Statistique
Institut National de la Consommation
INC :
INNORPI : Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle
INS :
IRSET : Institut de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en Tunisie
ITCEQ : Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives
ANGed : Agence nationale de Gestion des Déchets
ANME : Agence Nationale de Maitrise de l’Energie
ANPE : Agence Nationale de Protection de l’Environnement
BNG : Banque Nationale des Gènes
CC :
CITET : Centre International des technologies de l’Environnement
CONECT : Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie
DGDD : Direction générale du Développement Durable
DGEQV : Direction Générale de l’Environnement et de la Qualité de Vie
DHMPE : Direction d’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement





MALE : Ministère des affaires locales et de l’Environnement.
MARHP : Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche
MCPD : Modes de Consommation et de Production Durables
MDCI : Ministère de Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale
ODD : Objectifs de Développement Durable
ONDC : Organisation Nationale de Défense du Consommateur
ONTT : Office National du Tourisme Tunisien
OTEDD : Observatoire Tunisien de l’environnement et du développement Durable
PAN-MCPD : Plan d’Action National pour les modes de Consommation et de Production Durable
PIB :
PNUD : Programme des nations Unies pour le développement
PRONAGDES : Programme National de Gestion des Déchets Solides
TND :
UTICA : Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat
PNUE : Programme des nations Unies pour l’Environnement
ONAS : Office national de l’Assainissement
Produit Intérieur Brut
Dinars Tunisiens
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
7
O
T
E
D
D
:






Page 9
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

1 Présentation générale de la Tunisie
1.1 Géographie
La Tunisie est située à l’extrémité septentrionale du continent africain. Elle donne pleinement sur la mer
méditerranée avec une façade littorale dépassant les 1300 km de cote. Elle délimite avec la Sicile au Nord-
Ouest le détroit siculo-sicilien, principal lieu de passage et de transition maritime entre les deux bassins
de la méditerranée.
Limitée à l’Ouest par l’Algérie sur une frange de plus de 960 km, au Sud-Est par la Libye à travers une
frontière commune de 460 km, la Tunisie présente une superficie d’un peu moins de 164 000 km². Il s’agit
d’un pays presque plat sur sa grande partie littorale, surélevé et montagneux à l’intérieur, particulièrement
dans sa partie septentrionale et occidentale à la frontière de l’Algérie.
1.2 Etat de l’environnement
Du fait de sa position géographique marquée par une aridité presque généralisée, les ressources naturelles
en Tunisie et plus particulièrement les eaux, les sols et la biodiversité sont limitées et inégalement
réparties sur le territoire national.
A ce titre, il y a lieu à mentionner que le tunisien dispose en moyenne de 400 m3/an d’eaux mobilisées
pour l’ensemble des usages, soit en dessous du seuil de stress hydrique de 500 m3/an admis à l’échelle
internationale. Au niveau des ressources en sol, la Tunisie dispose d’environ 4.5 Millions d’hectares de
terres arables, soit moins d’un demi-hectare par habitant ; pour ce qui est des forêts, celles-ci couvrent un
peu plus d’un million d’hectares, soit environ 1 000 m²/habitant et environ 7 % de la surface nationale.
Enfin pour ce qui est des ressources halieutiques, les mers tunisiennes offrent annuellement et en
moyenne autour de 150 000T de ressources exploitables, soit autour de 15 kg/hab.
Cependant et bien que ce capital naturel soit limité, il subit aujourd’hui et depuis quelques décennies une
surexploitation qui s’amplifie et se généralise de plus en plus.
Les ressources en eau sont de plus en plus sollicitées avec apparition de graves phénomènes de
surexploitation des nappes souterraines. Les sols subissent sur plus de 75% de la surface nationale
différentes formes de désertification, hydrique, éolienne, ensablement, salinisation, urbanisation et
artificialisation d’une manière générale engendrant annuellement la perte de l’équivalent de 25 000
hectares de terres arables.
Le stock halieutique, quant à lui, fait apparaitre, en Tunisie, des signes sérieux de surexploitation ; les
captures se déclinent et les espèces mises sur le marché offrent souvent des dimensions inférieures à
celles autorisées. Les forêts, de leur côté, subissent certaines formes de dégradation et plus
particulièrement dans les zones convoitées par l’urbanisation et le tourisme ; un Million d’habitants vit
dans les forêts tunisiennes, entrainant de plus en plus et particulièrement depuis la révolution de multiples
formes de nuisances.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
8






Page 10
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Enfin le littoral tunisien, zone considérée fragile et vulnérable, connait un phénomène de littoralisation
intense, conséquence d’une concentration exagérée de la population et de la majorité des activités de
développement ; plus de 70% de la population tunisienne y vit et environ les ¾ des infrastructures
routières, industrielles et touristiques y sont concentrées.
Au-delà des limites du capital naturel et de son niveau de surexploitation, celui-ci se trouve encore
aujourd’hui et malgré les grands efforts consentis, sous la pression de multiples formes de pollution qui
contribuent à sa dégradation et par conséquent à la détérioration de la santé humaine, et ceci à travers,
particulièrement les déchets et les eaux usées dont une grande partie demeure aujourd’hui mal assainie.
l’environnement relativement précaire,
les modèles de développement
Malgré cet état de
socioéconomique mis en place en Tunisie au cours des dernières décennies, ont particulièrement privilégié
la recherche de l’intérêt économique et social au détriment des impératifs de l’environnement et des
limites du capital naturel.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
9




Page 11
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Figure 1 : Carte géomorphologique de la Tunisie
L’interconnexion entre l’environnement et le développement fait apparaitre de ce fait certains décalages,
ceux-ci sont matérialisés essentiellement et comme nous l’avons déjà mentionné par une surexploitation
des milieux et des ressources naturelles, une pollution de plusieurs milieux continentaux et marins, une
littoralisation intense du pays et une qualité de vie en milieu urbain souvent en dessous des attentes de la
population.
Le coût de la dégradation de l’environnement calculé par la Banque Mondiale il y a plus de 15 ans et basé
sur la mortalité et la diminution de la qualité de la vie dues à différentes pollutions, la dégradation des
terres agricoles, l’envasement des barrages et la baisse des revenus touristiques à la suite de la
dégradation du littoral ; a été estimé à l’époque, à environ 2.1 % du PIB, chiffre qui parait aujourd’hui très
en dessous de la réalité et qui mérite correction et actualisation.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
10





Page 12
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

1.3 Climat et changements climatiques
Par rapport aux changements climatiques, la Tunisie est loin d’être à l’abri de ces aléas. En effet et bien
qu’elle ne figure pas parmi les pays grands émetteurs de GES globalement et par habitant, son défi
essentiel réside, dans sa capacité d’adaptation aux effets des changements climatiques du fait qu’elle se
situe au cœur de la méditerranée, considérée hotspot de changement climatique.
Les projections à l’horizon 2050 élaborées récemment (2019-2020) par l’Institut National de la
Météorologie dans le cadre du projet Adapt’action (selon une descente d’échelle de 5km) prévoit une
augmentation de la température moyenne annuelle sur l’ensemble du territoire variant entre 1.6°C (RCP
4.5) et 1.9°C (RCP 8.5), soit une augmentation entre 8% et 10% par rapport à la période de référence 1981-
2010.
Une réduction est également prévue du volume global des précipitations sur la Tunisie variant entre (- 14
mm/an, RCP 8.5) et (- 22 mm/an, RCP 4.5), soit entre 6% et 9% de la valeur moyenne sur l’ensemble du
territoire tunisien à l’horizon 2050, par rapport à la période de référence.
1.4 Population
La population tunisienne est évaluée à 11 708 370 en janvier 2020, soit une densité de 72 habitants au
kilomètre carré.
Durant ces deux dernières décennies, la population a suivi une croissance continue, toutefois assez
irrégulière, autour de 1.25% en moyenne, l’un des plus faibles de la rive sud de la méditerranée. Après une
légère augmentation de la croissance, observée en 2013, qui a atteint 1.5%, la tendance aujourd’hui est
de nouveau vers la baisse avec une valeur en 2017 légèrement supérieure à 1.2%.
L’espérance de vie à la naissance a observé une croissance continue et soutenue depuis 1960 à 1995, elle
est passée respectivement de 42 ans à plus de 71 ans ; depuis elle évolue plus lentement, en 2017, elle est
évaluée à 75.4 ans.
La population tunisienne est de plus en plus urbanisée, elle a dépassé en 2018 le seuil de 70%. Elle est
quasiment concentrée sur la frange littorale ; plus de 70% de cette population vit en effet dans les 13
gouvernorats situés sur le littoral tunisien.
1.5 Régime politique
La Tunisie dispose d’une nouvelle constitution, promulguée en 2014. Celle-ci a été conçue de manière à
minimiser le risque d’abus de pouvoir et de domination d’une institution, voire d’un acteur politique, au
détriment des autres. Le pouvoir exécutif se trouve ainsi partagé entre une présidence de la république, à
sa tête un président élu au suffrage universel et un gouvernement qui tire sa légitimité d’un parlement
élu. La constitution a favorisé également le développement d’un pouvoir local et régional qui se mettrait
progressivement en place au cours de la prochaine période.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
11




Page 13
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

1.6 Organisation administrative
Le pays est subdivisé à l’heure actuelle en 24 gouvernorats. Le gouvernorat constitue l’unité administrative
la plus grande. Chaque gouvernorat est subdivisé en délégations, lesquelles sont divisées en secteurs, qui
représentent l’entité administrative la plus petite.
La nouvelle constitution de la Tunisie promulguée en 2014 a instauré et définit les nouvelles modalités
d’organisation de la décentralisation du pouvoir à travers le développement d’un pouvoir local. Celui-ci
est concrétisé par des collectivités locales comprenant des communes, des régions et des districts.
Chacune de ces catégories couvre l’ensemble du territoire de la République conformément à un
découpage déterminé par la loi. La Tunisie compte aujourd’hui 350 communes dont 86 nouvelles
communes créées et 187 étendues de communes déjà existantes.
1.7 Economie
L’économie tunisienne demeure fragilisée depuis la fin de l’année 2010. Engagée dans une transition
politique qui peine aujourd’hui à prendre une forme définitive et se stabiliser, l’instabilité et les
évènements vécus depuis 2011 freine l’évolution des différents secteurs sur lesquels se base l’économie
tunisienne. Le PIB est de l’ordre de 1.4% en 2019.
La contribution des différents secteurs au PIB est illustrée dans le graphique suivant selon les données de
2019 :
Structure du PIB en 2019
11%
15%
9%
65%
agriculture
industrie manufacturière
industrie non
manufacturière
services
Figure 2 : tableau de bord de la compétitivité de l’économie tunisienne, décembre 2019 ; ITCEQ.
Le secteur agricole joue un rôle stratégique dans le développement du pays, il a contribué à 11 % du PIB
en 2019 (y compris la pêche) aux prix courants et à environ 11.5% de la main d’œuvre active
L'industrie manufacturière et non manufacturière a représenté 24% du PIB en 2019, elle emploie plus de
50% de la population active (données du 4ème trimestre 2019). Les secteurs industriels du pays sont
principalement orientés vers l'exportation. La croissance au cours de ces dernières années a été inégale
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
12





Page 14
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

d'un sous-secteur à l'autre. L'industrie agroalimentaire a maintenu son rythme de croissance, de même
que les industries mécanique et électrique, la transformation du textile et du plastique, tandis que les
industries de l'énergie, des mines et de la chimie ont connu un déclin assez rapide.
Le tourisme joue un rôle majeur dans l’économie tunisienne puisque sa contribution représente autour de
7% du PIB. La Tunisie compte parmi les grandes destinations touristiques du sud de la Méditerranée avec
plus de 269 000 lits en 2019, il est essentiellement à tendance balnéaire avec plus de 90% des lits d’hôtels
sur la bande littorale. Le secteur touristique est l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie ; a
vécu toutefois une période de régression relativement importante plusieurs années après la révolution,
situation qui s’est encore aggravée à la suite de la crise sanitaire mondiale causée par la pandémie Covid
19.
La part du transport dans le PIB est autour de 7%. Les équipements du transport ont vu leurs capacités
s’accroître considérablement. La Tunisie possède 9 aéroports, 7 ports commerciaux et un terminal
pétrolier, un réseau routier de 20 000 km, autoroutier de 370 km et ferroviaire de 2 256 km. La part du
transport collectif dans les déplacements ne cesse de baisser, particulièrement dans les trois plus grandes
villes (Tunis, Sousse et Sfax) où la part du transport individuel est d’environ 60 à 70%.
1.8 Niveau de vie et profil de la Consommation en Tunisie
L’Institut National de la statistique en Tunisie, INS, est l’organisme chargé de la réalisation de l’enquête
nationale quinquennale
sur le budget, la consommation et le niveau de vie des ménages (EBC). Elle touche
trois domaines d'étude : les dépenses, la consommation alimentaire et l'accès des ménages aux services
communautaires d'éducation et de santé.
D’après les résultats de la dernière enquête du genre, réalisée en 2015, le taux de pauvreté national est
évalué à 15.2% avec 10.1% au niveau communal contre 26% au niveau non communal. La pauvreté
extrême est évaluée à 2.1% au niveau national touchant 1.2% de la population au niveau communal et
6.6% au niveau non communal.
Les dépenses annuelles par personne s’élèvent à 3871 DT soit 1300 euros environ. Les disparités de
dépenses entre les régions sont flagrantes avec une moyenne annuelle plus élevée dans les grandes villes
comme Tunis (5 810 TND ; 1 950 EUR) per capita ou les gouvernorats comme Ariana (5 461 TND ; 1 832
EUR), Monastir (5 115 TND ; 1 716 EUR). Les dépenses des habitants des gouvernorats de Nabeul (3 919
TND ; 1 315 EUR) et Sousse (3 774 TND ; 1 266 EUR) avoisinent la moyenne nationale. La consommation
est plus modeste dans les régions du centre et du sud du pays. A titre d’exemple dans le gouvernorat de
Kairouan la moyenne des dépenses annuelle per capita est de 2 269 TND ; 760 EUR).
Les dépenses des ménages sont dominées par les dépenses allouées à l’alimentation (28.9%) ainsi que les
dépenses destinées au logement (26.6%). Le graphique suivant illustre la structuration des dépenses des
ménages en Tunisie en 2015 selon les résultats de l’enquête citée ci-dessus :
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
13




Page 15
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

0,2
4
1,1 2,2
4,4
26,6
9,3
9,4
3,7
28,9
2,6
7,6
alimentation
boissons alcooliques et tabac
habillement
logement
équipement électroménagers et
meubles
soins
transport
communications
Figure 3 : Structuration des dépenses des ménages en pourcentage pour l’année 2015 ; Enquête nationale
quinquennale sur le budget, la consommation et le niveau de vie des ménages, 2015.
L’alimentation occupe la première place avec un taux de 28.9 % par rapport à l’ensemble des dépenses
des ménages en Tunisie. Toutefois, cette alimentation à tendance à changer au fur du temps. Ce qui a été
révélé par l’EBC qui renseigne dans une de ses composantes, sur les quantités d’aliments consommés par
le citoyen tunisien. Nous remarquons particulièrement que :
-
Les quantités de céréales consommées/tête d’habitant ont légèrement baissé entre 1985 et
2015.Toutefois, ces quantités restent quand même élevées par rapport à d’autres pays voisins. Le
graphique suivant illustre l’évolution des quantités de céréales consommés/tête d’habitant :
204,4
196,4
187
180,4
182,6
180,7
174,3
1985
1990
1995
2000
2005
2010
2015
Figure 4 : Evolution des quantités de céréales consommées en kg par tête d’habitant.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
14






Page 16
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

-
-
-
-
Les quantités de légumes congelés consommés ne cessent d’évoluer, elles sont estimées à
64kg/habitant en 2015 contre 46.8 kg en 1985.
Les quantités de viandes consommées ont pratiquement doublé entre 1985 et 2015 passant de 17.8
kg /an / habitant à 32.5 kg/an / habitant.
Le lait occupe une place de plus en plus importante dans l’alimentation du citoyen tunisien : les
quantités sont passées de 37.5 kg/an /habitant en 1985 à 109.7kg/an/habitant en 2015. De même
pour les dérivés du lait dont les quantités ont évolué de 14.1 kg /an /habitant en 1985 à 109.7 kg/an
/habitant en 2015.
Le nombre d’œufs consommés annuellement a remarquablement évolué, il est passé de 77 œufs en
1985 à 186.9 œufs en 2015.
Le régime alimentaire du citoyen tunisien est toujours basé sur les céréales (174,4 kg/an /habitant
dont 63.8 kg de blé dur et 84.9 kg de blé tendre). Toutefois, une diversification des aliments
consommés a été observée. Le tunisien d’aujourd’hui consomme des quantités importantes de
viandes, de laits & dérivés, d’œufs et de légumes &fruits.
L’assiette du tunisien est aujourd’hui plus riche en produits d’origine animale et en graisses.
La diversification des produits consommés a permis au citoyen tunisien de couvrir l’ensemble de ses
besoins alimentaires et de dépasser les besoins nutritionnels recommandés. Le tableau suivant, extrait de
l’enquête sur le budget et la consommation des ménages en 2015, illustre ces dépassements :
Quota/habitant
Moyenne des besoins
nutritionnels par jour
Calories (kilocalories)
Protéines (grammes)
Calcium (milligrammes)
Fer (milligrammes)
Vitamines A (milligrammes)
Vitamine B1 (milligrammes)
Vitamine B 2(Milligrammes)
Vitamine B3 (milligrammes)
Vitamine C (milligrammes)
2381.0
79
718.2
16.1
1136.7
1.4
1.2
16.6
125.5
2265
30.6
468.2
14.6
651.3
0.9
1.2
14.9
27.4
Niveaux de
dépassement
%
5.1
158.2
53.4
10.9
74.5
52
-5.4
11.1
358.6
Figure 5 : Consommation et niveau de vie des ménages, 2015 ; Enquête nationale quinquennale sur le budget
D’après le tableau précédent, le citoyen tunisien a tendance à consommer beaucoup plus qu’il le faut pour
maintenir son régime alimentaire, chose qui pourrait engendrer des maladies telles que l’obésité,
l’hypertension et le diabète.
Le changement dans les habitudes alimentaires caractérise la « transition alimentaire » du tunisien.
Cette transition est à la fois quantitative et qualitative. Elle s’accentue sous l’effet conjugué de
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
15






Page 17
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

l’urbanisation et du développement socio-économique qui signent les transitions économiques et
démographiques.
Le budget alloué au transport s’élève en moyenne à 9.3% du budget d’un ménage tunisien avec, toutefois
un déséquilibre flagrant entre les dépenses accordées au transport privé et celles accordées au transport
public ;
Répartition des dépenses accordées
au transport par habitant
28%
72,00%
Acaht et entretien d'un moyen de transport privé
Dépenses accordées au transport public
Figure 6 : Répartition des dépenses accordées au transport par habitant en transport privé et transport public.
La part du transport collectif dans les déplacements ne cesse de baisser,
particulièrement dans les trois plus grandes villes (Tunis, Sousse et Sfax)
où la part du transport individuel est d’environ 60 à 70%.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
16












Page 18
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

2 Effets économiques et sociaux de COVID-19, en Tunisie, en
2020
L’économie tunisienne a connu en 2020 un recul sans précédent du PIB aux prix du marché, aux prix de
l’année 2010, de -8,8% (Source INS).
Globalement, Covid-19 a été, en Tunisie, un révélateur et un amplificateur puissant des maux de
l’économie et de la société.
Le chômage, stabilisé depuis 2015, sur un palier haut, autour de 15,5% de la population active, est passé,
sous l’effet du confinement, à 18% au titre du deuxième trimestre 2020, avant de terminer l’année à un
niveau comparable de 17,4% et de replonger de nouveau en 2021. Selon un rapport du Forum Tunisien
des Droits Économiques et Sociaux de 2021, les pertes d’emplois à la suite de la pandémie, sont de 4 points
plus importantes pour les femmes, pour les pertes définitives et de 8 points pour les pertes temporaires.
Avec COVID-19, le chômage frappe plus les femmes que les hommes avec un taux de 24,9%, contre 14,4%
chez les hommes. Le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur est encore plus élevé avec un
taux global de 30,1%, moyenne entre 17,6% pour les hommes et 40,7% pour les femmes, au titre du
troisième trimestre 2020 (derniers chiffres disponibles)
1. La vulnérabilité des travailleurs a augmenté
considérablement, notamment ceux travaillant sans contrat de travail ni sécurité sociale (essentiellement
dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, du commerce et de l’artisanat). Les travailleurs de
l’économie informelle (30 à 40% de l’économie totale) ont été fortement affectés, car privés de leur source
de revenus pendant le confinement.
La pauvreté a explosé courant 2020. La Banque Mondiale annonce en décembre 2020, qu’il est « attendu
que la pauvreté (sous le seuil de 5,5 dollars) passe de 14% de la population (taux enregistré avant
l’avènement de la pandémie) à 21% de la population en 2020 (+50%), avec de plus importantes
répercussions dans les régions du Centre-Ouest et du Sud-Est du pays
2 ». La pauvreté des enfants connait
une évolution encore plus forte (+53%). Selon l’UNICEF
3: « En 2020, la pauvreté des enfants, aggravée par
la pandémie, est passée de 19% à 29%, ce qui représente un recul de 15 ans. » Le nombre d’enfants
pauvres est ainsi passé de 688 000 avant pandémie à plus d’un million, mettant en cause la capacité de la
Tunisie à atteindre le premier des ODD.
La pandémie a frappé plus fortement les régions les moins développées et les moins pourvues en
infrastructures de santé. Un indice multirisques COVID, établi par l’Institut National des Statistiques, à
partir de dix composantes organisées autour de trois dimensions : exposition au risque, vulnérabilité et
(in)capacité de réponse, a permis de dresser une carte nationale de l’indice multirisque COVID par
délégation. « Les zones de forte fragilité se concentrent essentiellement au sud et dans les régions
1 Source : Institut National des Statistiques
2 Rapport annuel de suivi de la situation économique de la Tunisie, Banque Mondiale, 22 décembre 2020
3 Communiqué UNICEF du 22 Juin 2021
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
17





Page 19
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

intérieures. Les régions côtières présenteraient un profil plus favorable au regard du risque global 4 ». Cette
inégalité face à la maladie s’est reproduite avec l’accès (ou le non-accès) à la vaccination.
Le transport collectif des personnes a été le maillon faible de la gestion de la pandémie. Il a constitué un
cluster privilégié de propagation du virus, mettant à mal toutes les mesures d’étalement des horaires de
travail ou de préconisations de distanciation sociale. La pandémie a mis à nu l’inadéquation de l’offre de
transport collectif des personnes à la demande des populations. Les choix faits, dans le secteur depuis très
longtemps, ont montré leurs limites. Les politiques publiques ont, depuis toujours, favorisé l’usage de la
voiture particulière par les avantages accordés pour l’acquisition de la voiture dite populaire : peu taxée
et (sur)financée par les Caisses Sociales, au détriment du transport collectif par rail, certes plus couteux à
l’investissement, mais infiniment plus économique et plus structurant.
Sur un autre plan, la pandémie a mis en exergue le retard pris par le pays, notamment au niveau de
l’administration, des services publics, des établissements d’enseignement et des services financiers, en
matière de
digitalisation. L’encombrement observé au niveau des municipalités, des recettes des finances,
des bureaux de poste, des caisses sociales et autres administrations en relation avec le public n’ont pas
permis de contenir la propagation du virus.
Sur le plan de l’éducation, la pandémie et le confinement général adopté en mars 2020 ont approfondi le
gap entre les établissements d’enseignement des secteurs public et privé.
Les établissements privés ont, globalement, fait preuve de capacité d’adaptation aux nouvelles conditions
sanitaires en développant l’enseignement à distance. Cela n’a pas été le cas pour les établissements
publics. L’argument invoqué d’inégalité d’accès des élèves aux équipements et à la connexion à internet
rapide avec ce que cela pouvait générer comme inégalité devant le droit à l’enseignement a été
déterminant pour refuser l’enseignement à distance. D’après l’Association Tunisienne de Défense des
Droits de l’Enfant, « l’enseignement en alternance retenu pour l’année scolaire 2020-2021 a aggravé les
inégalités entre le secteur public et le secteur privé où les élèves ont continué à aller à l’école tous les
jours. Cela a généré des troubles de l’apprentissage et des difficultés scolaires chez les enfants qui ont
retenti sur leur santé morale. Cela est rapporté chez 50% des enfants qui consultent en pédopsychiatrie. »
5
La pandémie a réduit fortement les rythmes scolaires portant un préjudice certain à la socialisation de
cohortes entières de jeunes et à leur capacité d’acquisition des connaissances et contribuant à
l’augmentation de l’abandon scolaire.
Au niveau sectoriel, la baisse de la valeur ajoutée est quasi générale, hormis les secteurs de l’agriculture,
des industries agroalimentaires et du raffinage.
Les secteurs qui ont le plus souffert de la pandémie et du confinement qui l’a accompagnée ont été ceux
de l’hôtellerie et de la restauration (-44%), du transport (-28%), des industries manufacturières (-9,2%)
avec des évolutions différenciées entre le textile, habillement et Cuir (-15%), les industries mécaniques et
4 Indice multirisques COVID, INS
5 Interview de Dr. Moez Cherif, Président de l’Association Tunisienne de Défense des Droits de l’Enfant- La Presse du
17 Juillet 2021
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
18





Page 20
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

électriques (-13%), les industries agroalimentaires (+2%). En réalité, encore une fois, la pandémie a révélé
et approfondi des évolutions de long cours, en l’occurrence la désindustrialisation rampante de la Tunisie,
engagée depuis plus de dix ans.
L’agriculture a affiché une croissance de 4,5%, bénéficiant de récoltes exceptionnelles pour l’huile d’olive
et les dattes. Elle a bien résisté au printemps 2020 assurant l’approvisionnement du pays. Sa croissance
aurait pu être plus importante n’eut été l’effondrement de la demande hôtelière et de restauration et de
l’export. Il a également souffert de la déstabilisation de son approvisionnement en intrants et des services
de supervision et de soutien du ministère de l’agriculture.

Face à ces difficultés majeures, les entreprises, notamment les micros, les petites et les moyennes, n’ont
pas trouvé le soutien qu’elles attendaient des pouvoirs publics, à l’instar de ce qui a été fait ailleurs, dans
le monde. En l’absence de mécanismes de garanties simples et efficients, les facilités de crédit mises en
place par la Banque Centrale ont plus bénéficié aux grandes entreprises structurées, présentant le moins
de risques pour le secteur bancaire, même quand elles n’en avaient pas besoin.
Selon une enquête6 menée en février 2021 sur l’impact de la crise COVID-19 sur le secteur privé formel,
auprès de 2500 entreprises, couvrant tous les secteurs de l’économie tunisienne, il ressort que 11,2% des
entreprises ont fermé temporairement et 10,4% définitivement. Entre 20 et 35%, seulement, de ces
fermetures sont directement liées à Covid-19. En réalité les entreprises étaient déjà fragilisées de longue
date, COVID en a mis plusieurs à genoux. Près des trois quarts des entreprises déclarent avoir procédé à
des licenciements et seulement le quart déclare avoir bénéficié d’un soutien gouvernemental.
pendant
Le secteur informel a fortement souffert de l’interdiction faite à ses travailleurs (30 à 40% de la population
active) de se déplacer pour se rendre sur leurs lieux de travail, les rejetant dans une vulnérabilité d’un type
nouveau. Plus encore, il a été imposé aux institutions de microfinance l’interdiction d’opérer pendant six
ouvertes.

semaines,
Les ouvriers journaliers de l’agriculture, de la pêche et des industries agroalimentaires, les ouvriers des
chantiers sociaux en situation de chômage obligatoire ont été les plus exposés à l’impact économique et
social de la pandémie et aux risques sanitaires. Ils ont manqué de soutien et de moyens de protection, leur
permettant de faire face aux conséquences de la perte d’emploi et de revenus, générant des vulnérabilités
nouvelles.
restaient
banques
que
les
6 Business Pulse Survey Tunisie, menée par la SFI en association avec l’UE et la Confédération Suisse
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
19







Page 21
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

3 Principaux acteurs en charge de la MCPD en Tunisie
Depuis la mise en place des premiers pas vers les modes de Consommation et de Production Durables en
Tunisie, de nombreux acteurs se sont impliqués pour instaurer la culture des MCPD et doter les
intervenants dans différents domaines d’outils nécessaires pour la concrétisation des MCPD. Nous citerons
principalement :
3.1 Le Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement
A travers l’ensemble de ses départements et organismes sous-tutelle, le MALE joue un rôle majeur dans
la promotion des MCPD en Tunisie.
3.1.1 La Direction Générale du Développement Durable, DGDD
Cette direction est chargée d’effectuer des études économico-environnementales et de promouvoir les
moyens adéquats pour la vulgarisation du concept de développement durable et sa diffusion entre les
différentes parties concernées. Elle est chargée notamment de :
i.
ii.
iii.
iv.
Agir en vue d’intégrer la dimension environnementale dans les secteurs économiques et dans les
activités de développement et de concrétiser les principes et les approches de la durabilité du
développement,
Agir en vue d’intégrer la stratégie nationale et les programmes régionaux et locaux relatifs à
l’environnement et au développement durable dans les plans de développement économique et
social,
Elaborer les instruments en vue d’encourager le secteur privé à l’investissement et à la participation
aux projets de réalisation et d’exploitation des établissements et des services environnementaux,
Suivre les questions environnementales planétaires et les activités des institutions internationales et
régionales dans le domaine de l’environnement et du développement durable en vue d’en tenir
compte au niveau national et de participer à leurs processus.
Ainsi, la DGDD œuvre depuis sa création et en
concertation avec toutes les parties prenantes à
formuler des stratégies transversales en rapport
avec le développement durable et les modes de
production et de consommation durables. Elle a
la Stratégie Nationale de
ainsi élaboré
Développement Durable et
la Stratégie
l’Economie Verte. Elle assure
Nationale de
également
le Point Focal National du
Programme Switch Med.

La Stratégie Nationale de Développement Durable
(2015-2020), la Stratégie Nationale de l’Economie
Verte ainsi que la Stratégie Nationale des Villes
Durables représentent des documents stratégiques
de gestion durable des ressources et écosystèmes,
de développement durable des secteurs
économiques et de l’espace urbain.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
20







Page 22
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

3.1.2 La Direction Générale de l’Environnement et de la Qualité de Vie, DGEQV
Cette direction est chargée de proposer les grandes orientations de la politique nationale en matière de
protection de l’environnement. La DGEQV assure les points focaux nationaux des trois conventions
Onusiennes liées à la Biodiversité, la lutte contre la désertification et au Changements Climatiques. Elle
met en œuvre également des projets pilotes de préservation, conservation et valorisation des
écosystèmes et des ressources naturelles.
3.1.3 L’Agence Nationale de Protection de l’Environnement, ANPE
L’ANPE a pour missions notamment de :
i.
ii.
iii.
Participer à l'élaboration de la politique générale de l’Etat en matière de lutte contre la pollution
et de protection de l'environnement, et à sa mise en œuvre par des actions spécifiques et
sectorielles ainsi que des actions globales s'inscrivant dans le cadre du plan national de
développement
Proposer aux autorités compétentes toute mesure revêtant un caractère général ou particulier et
destinée à assurer la mise en œuvre de la politique de l'Etat en matière de lutte contre la pollution
et de protection de l'environnement, et notamment les mesures tendant à assurer la préservation
de l'environnement et à renforcer les mécanismes qui y conduisent, et en général à proposer les
mesures de prévention des risques et des catastrophes naturelles ou industrielles
Lutter contre toutes les sources de pollution et de nuisance et contre toutes les formes de
dégradation de l'environnement.
A travers les études d’impacts sur l’environnement, le contrôle des activités polluantes et l’appui
technique et financier aux entreprises par le biais du Fonds de Dépollution, l’ANPE contribue à la mise à
biveau environnementale des entreprises et à l’instauration de modes de production plus responsables et
respectueux de l’environnement.
3.1.4 L’Observatoire Tunisien de l’Environnement et du Développement Durable,
OTEDD
Actuellement rattaché à l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement “ANPE”, crée en 1997, il
est considéré comme le tableau de bord pour le suivi des activités du développement durable dans le pays.
Il vise à mettre en place un dispositif permanent de collecte, de production, d’analyse, de gestion et de
diffusion de l’information sur l’état de l’environnement et le développement durable, et ce afin d’aider les
planificateurs à prendre des décisions tenant compte des impératifs de la protection de l’environnement
et du développement.
Il a œuvré depuis le début des années 2000 à simplifier les concepts liés au développement durable et à
définir les orientations stratégiques de durabilité pour les principaux secteurs, ressources et écosystèmes.
De nombreux guides et études ont été alors produits dans ce sens, notamment en rapport avec la
durabilité des forêts, des zones humides, des systèmes oasiens, des systèmes insulaires, des ressources en
eaux, de l’énergie, de la pêche, de l’agriculture, du transport, de l’Industrie ...
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
21




Page 23
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Le processus d’élaboration de ces guides a permis de mener un dialogue multipartite sur la durabilité, de
se concerter sur les voies possibles à entreprendre pour concrétiser le développement durable et de
mettre les outils nécessaires permettant d’évaluer le processus dynamique de durabilité.
3.1.5 Le Centre International des Technologies de l’Environnement de Tunis, CITET
Depuis sa création en 1996, le CITET s’est engagé à développer les compétences nationales pour une
meilleure maitrise des technologies environnementales afin d’assurer un développement durable en
Tunisie et dans la région arabe et méditerranéenne. Il joue un rôle fondamental dans la mise à niveau
environnementale des entreprises via une panoplie de services d’assistance technique leur permettant de
satisfaire aux exigences des normes nationales et internationales et d’améliorer leur compétitivité. Les
principales missions et activités du CITET sont :
i.
ii.
iii.
iv.
v.
La formation et renforcement des capacités humaines et institutionnelles dans le domaine de la
protection de l'environnement.
L’analyse et évaluation environnementale conformément aux normes nationales et
internationales.
L’adaptation, transfert et innovation des écotechnologies et promotion des technologies propres.
La Collecte et diffusion de l'information environnementale à travers une large gamme d’outils.
La Promotion de la coopération régionale et internationale.
Etant donné ses missions en relation avec l’accompagnement des entreprises pour l’adoption de
technologies plus propres et plus respectueuses de l’environnement, le CITET est actuellement reconnu
comme Centre National de Production Propre.
3.1.6 L’Agence Nationale de Gestion des Déchets, ANGed
Créée en 2005, l’ANged assure 4 missions principales notamment :
i.
ii.
iii.
iv.
Le développement et le renforcement d’une infrastructure adéquate en matière de gestion des
déchets,
L’assistance aux communes et aux industriels,
Le lancement des filières de collecte, de recyclage et de valorisation des déchets,
Le développement d’un cadre propice pour la participation du secteur privé et pour la création
d’emploi.
L’ANGED, est ainsi l’organisme qui a pour rôle de promouvoir les modes de gestion intégrée des déchets
et de développer le cadre adéquat pour leur recyclage et valorisation en vue de favoriser l’économie
circulaire.
3.1.7 La Banque Nationale des Gènes, BNG
Créée en 2007, sous la tutelle du Ministère chargé de l’environnement, la BNG œuvre pour la conservation
active in situ et ex situ des semences locales et de la promotion de la valorisation des semences locales,
sélectionnées, et qui ont confirmé leur adaptation aux conditions édaphiques et bioclimatiques de la
Tunisie.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
22




Page 24
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Elle incite ainsi les exploitants agricoles à adopter des modes de production agricoles durables et adéquats.
Elle œuvre aussi à la promotion du savoir-faire local dans le domaine de l’agriculture et les domaines
connexes (plantes ornementales, plantes médicinales...).
3.2 Le Ministère de Développement de
Coopération Internationale MDCI,
l’Investissement et de
la
Désigné dans le gouvernement actuel par le Ministère de l’Economie, de la Finance et de l’Appui à
l’Investissement “MEFAI”, est chargé depuis 2015 du suivi de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et des
Objectifs de Développement Durable. Afin d’assurer cette mission, le Ministère a mis en place un Comité
National de suivi des ODD qui se compose de représentants des différents départements concernés.
3.2.1 L’institut de la Statistique,
Sous la Tutelle du MDCI est chargé de la production et de la diffusion des statistiques en Tunisie. Il est
chargé de l’enquête quinquennale sur la consommation et les dépenses des ménages. Il est également
chargé de mettre en œuvre une plateforme d’indicateurs de suivi des ODD.
3.2.2 L’Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives, ITCEQ,
Cet organisme sous la tutelle du MDCI, a pour principales missions :
i.
ii.
iii.
Le suivi, l’analyse de la compétitivité de l’économie tunisienne et ses déterminants ainsi que la
réalisation d’enquêtes sur la compétitivité de l’entreprise et le climat des affaires ;
L’élaboration d’études économiques et sociales se rapportant aux perspectives de développement
et aux questions inscrites dans les plans de développement ;
La réalisation des études d’impact des politiques et des réformes économiques et sociales sur la
réalisation des objectifs de développement.
3.3 Le Ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines
Ce département a pour mission d'élaborer et de mettre en œuvre la politique du gouvernement dans les
domaines se rapportant à l'industrie, aux industries agroalimentaires, aux services connexes à l'industrie,
à l'énergie et aux mines, à la coopération industrielle et à la sécurité industrielle, énergétique et minière.
La direction de Sécurité, rattachée au Ministère a pour mission de contrôler les normes de sécurité au sein
des entreprises industrielles.

3.3.1 L’Agence Nationale de Maitrise de l’Energie, ANME
sous la tutelle du Ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines a pour rôle d’élaborer les stratégies
et programmes liés à la maitrise de l’énergie et au développement des énergies renouvelables et de
mettre en place tous les instruments nécessaires permettant de concrétiser les objectifs nationaux dans
ce sens à travers les audits énergétiques, le développement du cadre réglementaire et législatif, les
incitations financières, la sensibilisation des citoyens et l’accompagnement des entreprises ainsi que la
contribution à la mise en œuvre de la stratégie de l’Etat en matière de changement climatique.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
23




Page 25
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Le contexte énergétique national est marqué par l’aggravation du déficit énergétique structurel, la
fluctuation du marché pétrolier et l’augmentation vertigineuse de la subvention de l’Etat dans le
domaine de l’énergie.
L’adoption de ressources énergétiques alternatives durables ainsi que
l’instauration d’une culture de maitrise de l’énergie dans tous les secteurs représentent aujourd’hui
une obligation et non un choix pour la Tunisie.

3.3.2 L’Agence de Promotion et de l’Innovation Industrielle, APII
Il s’agit d’un organisme sous la tutelle du Ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines ; il a pour
mission de mettre en œuvre la politique du gouvernement relative à la promotion du secteur industriel et
de l’innovation en tant que structure d'appui aux entreprises et aux promoteurs. Son
Centre d’Innovation
et de Développement Technologique a pour principale mission d’accompagner les entreprises dans leurs
démarches d’innovation et d’amélioration des performances, grâce à des conseils pertinents et des
prestations de haute valeur.

3.3.3 L’Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle, INNORPI
Cet institut rattaché également au Ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines, constitue le point
d’information national sur les normes. Il certifie la conformité aux normes des produits, des services et
des systèmes de management et gère les marques nationales de conformité aux normes. Il délivre les
brevets d’invention, enregistre les marques de fabrique, de commerce et de services et les dessins et
modèles industriels. Il reçoit et enregistre tous les actes affectant les droits de propriété industrielle.
3.4 Le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la
Pêche “MARHP”
l’ensemble des domaines connexes.
C’est le ministère en charge de l’exploitation des ressources
naturelles et de la production agricole. Il est de ce fait
responsable de l’approvisionnement du pays en produits
alimentaires locaux et de la mise en œuvre de la politique de
l’Etat dans
Il est
également chargé de promouvoir des modes de production
agricole durables à travers ses différents départements
techniques tels que la Direction Générale de la Production
Agricole, la Direction Générale de l’Agriculture Biologique, la
Direction Générale des Forêts, la Direction Générale du Génie
Rural et de l’Exploitation des Eaux et l’Agence de Vulgarisation
et de la Formation Agricole.
Dans un pays souffrant de stress
hydrique comme la Tunisie, le secteur
agricole, premier consommateur des
ressources en eaux est appelé à
la
promouvoir
valorisation de l’eau et à adopter des
techniques culturales permettant la
préservation
ressource
de
quantitativement et qualitativement.
l’économie
et
la
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
24





Page 26
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

3.4.1 La Direction Générale de la santé végétale et du contrôle des intrants agricoles
Sous la tutelle du MARHP, cette Direction Générale est chargée du contrôle de l’utilisation des intrants
(semences, pesticides, fongicides...) y compris leur certification et importation. Elle assure également le
suivi de la santé végétale des produits agricoles à travers tout le pays.
3.5 Le Ministère du Commerce et du Développement des Exportations
Ce département est responsable de la gestion et du suivi de deux moteurs économiques essentiels, la
consommation et l’exportation, soit une contribution à hauteur de 10% dans l’effort d’investissement et
autant dans le PIB. L’activité du ministère comporte également une dimension sociale, notamment en ce
qui concerne l’approvisionnement, la maîtrise des prix et la compensation des produits.
3.5.1 L’Institut National de la Consommation, INC
Sous la Tutelle du Ministère du Commerce et du Développement des Exportations, l’Institut National de
la Consommation INC
est amené à fournir un soutien technique et juridique aux consommateurs et à
appuyer les organisations et les structures exerçant dans les domaines de la consommation et de la qualité
des produits. Il contribue également à la promotion de l'information du consommateur et à l'orientation
de son comportement de consommation.

3.6 Le Ministère de la Santé,
À travers ses départements techniques et ses agences sous tutelles et dans les domaines de la
consommation et de la production durable, le Ministère de la Santé a pour mission le contrôle sanitaire
des produits et l’évaluation des risques liés à leur consommation.
3.6.1 La Direction d’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement,
DHMPE
Cette structure a pour principales attributions le contrôle sanitaire des eaux (eau de boisson, eau minérale,
eau usée brute et traitée, eaux de baignade), le contrôle de l’Hygiène dans les établissements ouverts au
public, le contrôle de l’Hygiène dans les établissements hospitaliers publics et privés, le contrôle et la lutte
l’importation
contre
de maladies,
technique
vecteurs
contrôle
insectes
les
le
à
( Insecticides, Désinfectants, Aflatoxine, Amiante), la lutte contre certaines formes de pollution,
atmosphérique, sonore, chimique, ionisantes, …) ainsi que l’éducation sanitaire et la sensibilisation dans
les domaines relevant de ses attributions.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
25






Page 27
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

3.6.2 L’Agence Nationale de Contrôle Sanitaire et Environnementale des Produits,
ANCSEP
L’Agence Nationale de Contrôle Sanitaire et Environnemental des Produits, ANCSEP, a été créée en 1999,
pour prévenir les risques liés aux produits et aux facteurs de l’environnement.
Sa mission principale est la coordination et la consolidation des activités de contrôle sanitaire et
environnemental des produits exercées par les différentes structures de contrôle concernées qui relèvent
des différents ministères.
3.7 Le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat
Le département ministériel du tourisme est chargé d’entreprendre toutes études et recherches relatives
au tourisme et aux loisirs touristiques, de proposer les projets de textes législatifs et réglementaires
relevant de son domaine d’activité et de veiller à leur application, de définir les programmes et projets à
réaliser dans le cadre du plan de développement ainsi que les mesures d’accompagnement appropriées
et les soumettre à l’approbation du gouvernement, et de mettre en œuvre les décisions prises par le
gouvernement relatives aux secteurs du tourisme, et des loisirs touristiques, soit directement, soit par
l’intermédiaire des organismes, établissements et entreprises publics placés sous sa tutelle.
3.7.1 L’Office National du Tourisme Tunisien, ONTT
L’ONTT est un organisme sous la tutelle du Ministère du Tourisme et de l’Artisanat, il a pour rôles de
développer le secteur touristique, réglementer et contrôler l’activité touristique, promouvoir le produit et
enfin assurer la formation hôtelière et touristique.
3.8 Les Communes
local.
La Tunisie s'est dotée le 9 mai 2018 d'un code des collectivités
locales. Ce Code permet d’octroyer aux communes un
pouvoir
Le développement des modes de
consommation et de production durables à travers les
services municipaux et non municipaux assurés par la
commune est désormais possible. La gestion intégrée des
déchets et leur valorisation, la valorisation des eaux usées
traitées, l’utilisation des ressources énergétiques alternatives
ainsi que la promotion d’un tourisme local durable entrent
dans le cadre des rôles attribués aux communes à une échelle
territoriale.
des
les Collectivités
A titre d’exemple,
le nouveau cadre
Locales, d’après
énergies
réglementaire
renouvelables en Tunisie (décret du 25
février 2020) peut produire de
l’électricité à partir des énergies
fins
pour
renouvelables
d’autoconsommation.
des
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
26






Page 28
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

3.9 La Société Civile
La société civile est aujourd’hui considérée un acteur clé dans la promotion des modes de consommation
et de production durables en Tunisie. Elle a pour rôle de sensibiliser l’ensemble des intervenants par
rapport aux enjeux des MCPD, de plaider pour les MCPD dans différents domaines et secteurs, de proposer
des pistes de concrétisation des MCPD et de mettre en œuvre des projets pilotes en relation avec les
différents axes des MCPD.
3.9.1 Organisation Nationale de Défense du Consommateur, ONDC
L’ONDC est l’une des ONG les plus actives en Tunisie. Elle a pour rôles d’assister les consommateurs,
protéger et défendre leurs intérêts à tous les niveaux et dans tous les secteurs ; les Conseiller et, les
informer sur tout ce qui concerne leur sécurité et leur inculquer les principes de la bonne gestion, les
représenter sur tous les plans et à tous les niveaux auprès des différentes instances et enfin œuvre de telle
sorte que les orientations nationales de développement tiennent compte des intérêts du consommateur
et de ses aspirations.
3.9.2 Institut de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en Tunisie, IRSET
Il s’agit d’une association créée en 2013, elle vise à se positionner comme le maillon fondamental dans la
chaine de promotion de la RSE en Tunisie en étant acteur fédérateur de l’information et de l’expertise en
matière d’implémentation de la RSE ; en jouant le rôle de trait d’union entre l'université et le monde
socioéconomique et les décideurs publics en matière de RSE et en représentant une force de proposition
pour les pouvoirs publics et un Vis-à-vis crédible et incontournable des initiatives internationales en
matière de la RSE. Par ailleurs, l’IRSET est l’organisation hôte du Réseau Pacte Mondial des Nations Unies
en Tunisie, il œuvre pour une meilleure implication du secteur privé dans la mise en œuvre de l’Agenda
2030. Afin de pouvoir assurer ses missions, l’IRSET fournit un effort important en matière de
sensibilisation, réseautage et accompagnement autour de la RSE.
3.9.3 Les organisations professionnelles
Jouent également un rôle important dans la promotion des MCPD. L’Union Tunisienne de l’Industrie, du
Commerce et de l’Artisanat (UTICA)
a adhéré en 2019, à travers une convention signée avec l’IRSET, au
Pacte Mondial des Nations Unies et s’est engagée ainsi à contribuer à la mise en œuvre de l’Agenda 2030
et des ODD. La Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT) a œuvré depuis 2015 en
collaboration avec ses partenaires à la mise en place d’un Label RSE. Créée le 11 octobre 2019
,
l'Union nationale des opérateurs de la filière bio (UNI bio)
œuvre pour la promotion de la filière bio en
Tunisie et la coordination entre les différents intervenants.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
27




Page 29
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

4 Principaux programmes, activités et initiatives liés aux MCPD en
Tunisie
La Tunisie est un pays connu pour la fragilité de ses écosystèmes et la modestie de ses ressources
naturelles :
-
-
-
-
-
La Tunisie est un pays vivant sous stress hydrique, sur 164 pays, elle est classée 30 -ème dans ce
sens, la part de l’eau disponible par habitant annuellement est de 330 m3 par habitant
7 ;
La désertification touche plus de 70 % du territoire tunisien et le couvert végétal représente de
l’ordre de 8.4% par rapport à l’ensemble du territoire ;
Les ressources en énergies fossiles sont limitées d’où l’aggravation du déficit énergétique
structurel en plus la fluctuation du marché pétrolier et l’augmentation vertigineuse de la
subvention de l’état dans le domaine de l’énergie.
Le littoral de plus en plus artificialisé et fragilisé par une pression humaine importante, plus des ¾
de l’activité socioéconomique est concentrée sur cette frange littorale ;
La Tunisie est fortement exposée aux impacts des changements climatiques qui se manifestent à
travers l’augmentation de la température, la baisse des précipitations, la multiplication des
phénomènes climatiques extrêmes ainsi que la montée du niveau de la mer.
Afin de faire face à ces défis environnementaux et écologiques qui aggravent certainement la fragilité
socio-économique du pays, l’Etat tunisien s’est engagée depuis les années 90 à mettre en place,
progressivement, des stratégies et des programmes permettant de contribuer à la rationalisation de
l’exploitation des ressources conventionnelles et au développement de ressources non conventionnelles
en vue d’instaurer des modes de consommation et de production plus responsables vis à vis de
l’environnement et plus rentables de point de vue économiques. Nous citerons dans ce qui suit les
principales réalisations dans ce sens :
4.1 Programme National de l’Economie d’Eaux en irrigation PNEE
Depuis son démarrage en 1995, le Programme National de l’Economie de l’Eau en Irrigation a permis
d’équiper à nos jours plus de 435 000 ha en équipements d’économie d’eau à la parcelle, soit 95% des
PI. Les investissements pour l’équipement en économie d’eau ont atteint depuis le démarrage du PNEE
en 1995 jusqu’à 2019 le montant de 1461,8 millions de dinars dont 676,6 millions de dinars
de subventions. Des applications et des outils simples ou plus élaborés sont actuellement développés pour
réaliser des économies d’eau et en améliorer l’efficience telles que l’application IREY pour l’irrigation des
céréales à Bous Salem (Nord-Ouest de la Tunisie). Par ailleurs, des solutions informatiques innovantes
genre SMART sont de plus en plus présentées pour offrir des solutions de pilotage « intelligent » de
l’irrigation, gérable à distance par application mobile.
7 Etude Eaux 2050.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
28





Page 30
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

4.2 Développement de l’agriculture biologique et de l’agriculture de
conservation
Le mode biologique est considéré parmi les modes de production les plus respectueux de l’environnement.
L’agriculture biologique a été lancée en Tunisie depuis 1999. Son introduction par des opérateurs
sensibilisés à ce type de production et à l’exportation vers l’Union Européenne a constitué une aventure
dans le passé. Toutefois le secteur s’est rapidement développé et la Tunisie est arrivée à occuper une
importante place à l’échelle internationale. Actuellement, l’agriculture bio est dominée en surface
emblavée par la production oléicole et phoenicicole qui sont à la tête des produits biologiques exportés.
Les autres cultures telles que le maraîchage et les plantes aromatiques et médicinales restent modestes.
Il en est de même pour l’élevage (apiculture, aviculture).
Afin de faire progresser le secteur, une Stratégie Nationale de l’Agriculture Biologique à l’horizon 2020 a
été élaborée. Elle repose sur un pilier économique en mettant tous les outils nécessaires permettant
l’amélioration du revenu de l’exploitant en mode biologique, un pilier environnemental relatif à la
conservation du sol et à la préservation de la biodiversité et enfin un pilier relatif à la santé humaine vue
que la consommation des produits biologiques limite les menaces sur la santé liées principalement aux
OGM et produits chimiques utilisés dans l’agriculture conventionnelle.
Grâce à cette politique volontariste, les indicateurs relatifs au secteur de l’agriculture biologique ne
cessent de s’améliorer d’une année à une autre. La Tunisie compte aujourd’hui environ 320000 ha de
superficies biologiques, 7218 intervenants, et 85500 tonnes de produits biologiques exportés.
L’agriculture de conservation, quant à elle, évolue timidement en Tunisie. Son introduction dans quelques
régions, principalement du Nord-Ouest se fait dans le cadre de projets pilotes ou d’initiatives ponctuelles
et individuelles. Elle repose sur un ensemble de techniques culturales permettant de maintenir le potentiel
agronomique des sols et la préservation des terres arables. La réduction du travail du sol (principalement
à travers le semis direct) et la diversification des espèces végétales cultivées (à travers la pratique de
l’assolement) sont les principales techniques pratiquées en Tunisie.

4.3 Maitrise de l’énergie et développement des énergies propres
L’Etat tunisien a opté pour la maitrise de l’énergie et le développement des énergies renouvelables depuis
les années 2000. A travers son Agence Nationale de Maitrise de l’Energie, ANME, le Ministère de
l’Industrie, de l’Energie et des Mines a mis en place un bon nombre d’outils et d’instruments en faveur de
l’efficacité énergétique, tel que l’audit énergétique, l’isolation thermique des bâtiments, et le contrôle des
appareils et machines consommateurs d’énergie.
D’un autre côté, un cadre institutionnel et réglementaire a été développé pour la promotion des énergies
renouvelables, des initiatives et des projets ont alors vu le jour depuis le milieu des années 2000 tel que
l’installation de parcs de production d’énergie éolienne et le développement de l’énergie photovoltaïque...
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
29






Page 31
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Toutefois les réalisations sont restées timides et le secteur énergétique tunisien fait face à des défis
multiples : stratégiques, économiques, sociaux et environnementaux. D’ailleurs, l’approvisionnement
énergétique, notamment pour le secteur électrique, dépend essentiellement du gaz naturel (97% de
l’énergie électrique produite), dont plus de la moitié provient de l’Algérie compte tenu des ressources
nationales limitées. De plus, la demande d’électricité n’a cessé de croitre. Ainsi, le déficit de la balance
d’énergie primaire n’a cessé de s’aggraver depuis une quinzaine d’années, il a atteint 5.8Mtep en 2020.
Pour faire face à cette situation, la Tunisie a adopté une stratégie de transition énergétique qui repose sur
deux axes dont notamment :
• L’utilisation rationnelle de l’énergie, avec l’objectif de
réduire de 30% sa consommation d’énergie primaire à
l’horizon 2030, et
• Une politique de diversification de son mix énergétique qui
repose essentiellement sur le développement des énergies
renouvelables.
Le Plan Solaire Tunisien (PST) est le programme national
devant permettre d’atteindre les objectifs de la stratégie de
développement des énergies renouvelables. Il vise à porter
la part des énergies renouvelables dans la production totale
d’électricité de 4% actuellement à 30% en 2030.
leur
des modes
Le Plan Solaire Tunisien est une
concrétisation
de
consommation et de production
durables dans
composante
énergétique, il développe l’ensemble
des outils techniques, financiers et
pour
réglementaires
la
promouvoir
consommation
énergies
renouvelables au niveau des différents
types
secteurs et par différents
d’intervenants.
nécessaires
la production et
des
Le cadre réglementaire relatif à la production des énergies
renouvelables s’est développé au fur du temps permettant ainsi la diversification des intervenants (public
et privé) et des technologies. En effet, l’année 2015 a été marquée par la promulgation, de la loi 2015-12
relative à la production de l’électricité à partir des énergies renouvelables à travers trois régimes
réglementaires, à savoir : (1) Le régime d’autoconsommation (2). Le régime des autorisations via des
appels à projets, et (3). Le régime des concessions par appels d’offres. En 2020, la loi 2015-12 a été
amendée par un décret du 25 février 2020 qui stipule dans son article 8 que toute collectivité locale ou
entreprise publique ou privée opérant dans les secteurs de l'industrie, de l'agriculture ou des services peut
produire de l'électricité à partir des énergies renouvelables à des fins d'autoconsommation. Il est
également possible de constituer une société d'autoproduction conformément aux dispositions du code
des sociétés commerciales sous forme de société anonyme ou à responsabilité limitée dont l'objet se limite
à la production et à la vente de l'électricité à partir des énergies renouvelables.
4.4 Valorisation des déchets et création de filières de recyclage et
réutilisation
Durant les dernières décennies, la Tunisie a vécu un développement démographique et socioéconomique
assez soutenu tout en étant variable et mitigé. Ce développement a entraîné surtout une forte croissance
urbaine et une transformation importante du niveau de vie de la population. Le changement des modes
de consommation qui a suivi s’est traduit par une augmentation de la quantité des déchets produits et
une diversification des qualités correspondantes.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
30




Page 32
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Les déchets municipaux et particulièrement ceux qualifiés de ménagers et assimilés occupent sans aucun
doute la place plus importante des déchets produits en Tunisie. En 2018 et pour une population de
11 582 075 habitants la production de déchets ménagers et assimilés a été estimée à 2 686 420 Tonnes
dont presque 2 Millions en provenance des 10 gouvernorats littoraux du Nord-Est et de l’Est de la Tunisie,
de Bizerte à Sfax, soit autour de 75% de la production totale.
La production par habitant et par jour, moyenne est estimée autour de 0.6Kg/hab./jour avec des disparités
importantes entre le milieu urbain où le taux dépasse parfois le 1 Kg et le milieu rural où le taux descend
jusqu’à 0.15 Kg/hab./jour.
Pour ce qui est de la composition des déchets et avec une nette croissante du caractère urbain en Tunisie,
nous assistons à des modifications significatives dans la proportion de certaines fractions par rapport à
d’autres, traduisant ainsi les changements observés dans les modes de vie de certaines franges de la
population tunisienne. Cette modification se traduit particulièrement et d’une manière générale au niveau
d’une nette régression de la proportion biodégradable des déchets au profit d’une part de plus en plus
grande de matériaux synthétiques et de plastiques.
Matière organique
1,60%
17,20%
Plastique
Papier
Métal
Reste
8,60%
9,40%
63,20%
la régression de
la
Toutefois et malgré
composante organique,
cette dernière
constitue encore la part la plus importante des
déchets produits en Tunisie, elle oscille entre
63 et 70%, avec une tendance, certes, vérifiée
de plus en plus vers une baisse substantielle.
Le plastique quant à lui qui était estimé à 7%
au début des années 90 a grimpé pour
atteindre les 11% et apparemment rechuté de
quelques points au cours de ces deux
dernières années pour
se positionner
actuellement autour de 9.4%,
Figure 7 : Composition moyenne des déchets ménagers
Un Programme National de Gestion des Déchets Solides, PRONAGDES, a été élaboré au début des années
90 par le Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire, il se basait sur trois principes
essentiels I) Pollueur payeur, II) Producteur récupérateur, III) Réduction à la source de la production des
déchets solides.
Ce programme prévoyait notamment, I) La réhabilitation ou la fermeture des décharges sauvages, II) La
réalisation de décharges contrôlées dans les villes chefs-lieux de gouvernorat et les communes
touristiques, II) La construction d’unités de compostage pour déchets ménagers et IV) La construction
d’unités de traitement et de stockage des déchets toxiques.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
31







Page 33
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Le Programme National de Gestion des Déchets avait pour objectifs de concrétiser le principe des 3R
de la gestion des déchets : La récupération, la réutilisation ainsi que le recyclage. De nombreuses
filières ont été ainsi créées afin de développer des modes de consommation et de production plus
durables, notamment ECOLEF (1997) pour la récupération des déchets d’emballage, ECOZIT (2002)
pour la récupération des huiles lubrifiantes usagers et ECO Piles pour la récupération des piles usagées.
D’autres filières comme celle de la récupération des pneumatiques usagers et des équipements
électriques et électroniques DEEE ont également vu le jour.
Une stratégie de gestion des déchets est venue plus tard renforcer ce premier programme, elle a couvert
la période 2006-2016 et s’est fixée quatre objectifs stratégiques majeurs ; I) la réduction des quantités de
déchets, II) le traitement des déchets à travers la valorisation, le recyclage et l’élimination des déchets
ultimes, III) l’amélioration du cadre institutionnel et juridique de la gestion des déchets et IV)
l’amélioration de la communication, de la concertation, de la sensibilisation et de la maitrise des données.
La nouvelle Stratégie de Gestion intégrée des Déchets, en cours de validation par le Ministère des Affaires
Locales et de l’Environnement et ses partenaires potentiels, favorisera l’économie circulaire et renforcera
les filières de recyclage et de réutilisation.
Par ailleurs, d’autres types de déchets commencent à attirer l’attention des planificateurs et des
investisseurs. Il s’agit notamment des déchets de démolition et de construction. Une étude lancée par le
Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement et financée par l’Agence des Etats Unis pour la
Coopération Internationale (USAID) a révélé que 15 millions de tonnes de déchets de construction et de
démolition sont produites chaque année en Tunisie. Ces déchets issus des chantiers de construction
constituent une vraie menace pour l’environnement et engendrent de graves contaminations de l’eau et
du sol en plus de la pollution atmosphérique. Pour mettre fin à ces menaces, et profiter de la valeur
économique de ces déchets, le gouvernement tunisien compte construire une unité de valorisation des
déchets de construction et de démolition dans la ville de Gabès au Sud-Est du pays. Cette installation sera
capable de valoriser 400 000 tonnes de déchets par an. Une trentaine de municipalités s’engageront pour
la collecte de ces déchets dans une première phase pilote avant de généraliser le système sur l’ensemble
des municipalités à partir de 2024.
4.5 Promotion du Tourisme durable
Le secteur du tourisme est un levier de croissance incontournable pour la Tunisie. Néanmoins, des efforts
supplémentaires restent indispensables pour le redynamiser et lui offrir une croissance solide et durable.
La diversification du produit et des destinations touristiques en dehors du tourisme balnéaire de masse
semble être l’orientation la plus adéquate pour redonner de l’espoir à ce secteur. Dans ce contexte une
étude stratégique sur le développement de l’écotourisme a été finalisée en 2009 et qui a identifié un
potentiel relativement important pour le développement de cette filière en Tunisie. Par ailleurs, dans le
cadre de la composante politique du programme Switch Med, la Tunisie a préparé, en 2016, son plan
d’action décennal sur les modes de production et de consommation durables dans le secteur du tourisme.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
32




Page 34
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Les initiatives et programme ne cessent de se développer pour promouvoir le tourisme durable, citons
particulièrement :




Le projet “Ecotourisme et conservation de la biodiversité désertique” mis en œuvre par le
Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement et financé par le FEM (Programme MENARID
du FEM), a pour objectif de contribuer à la préservation de la biodiversité du désert et à la
durabilité des terres désertiques dans trois parcs nationaux sélectionnés (Bouhedma, Jbil, et
Dghoumes) en intégrant le développement de l’écotourisme et l’engagement communautaire.
L’approche privilégiée vise en outre la contribution au développement local à travers la création
de nouvelles opportunités d’emploi et d’activités notamment pour les femmes et les jeunes.
Le Projet Gestion Durable des Systèmes Oasiens en Tunisie qui a été réalisé en vue d’améliorer la
gestion durable des ressources naturelles et de promouvoir la diversification des moyens de
subsistance dans des oasis traditionnelles ciblées.
La composante tourisme du Programme Tounes Wajhatouna (UE-GIZ) lancée en 2019 et qui a pour
objectif de contribuer à la diversification touristique de la Tunisie par le développement de
nouveaux produits écotouristiques et culturels, des produits du terroir et de nouvelles
destinations touristiques régionales, en favorisant les synergies entre les acteurs des filières
agroalimentaires, artisanales, du patrimoine culturel et de la promotion touristique ».
Les initiatives de la société civile telle que “Destination Dhaher” mise en œuvre par la Fédération
Tourisme Authentique Dhaher et le projet Tourisme d’aventures MEDUSA mis en œuvre par WWF.
Toutes ces initiatives restent toutefois embryonnaires comparativement à la masse de tourisme balnéaire
qui domine largement le marché national du moins en termes de lit d’hébergement et de nuitées passées.
Des initiatives personnelles ou familiales très encourageantes voient le jour à travers des maisons d’hôtes
nouvellement installées, des fermes agrotouristiques ou même des produits de découverte et de
randonnées. Tant de petits projets développés essentiellement après la révolution témoignant d’une
volonté spontanée à l’écart des procédures administratives classiques, qui s’écartent des modes de
planification standard développés jusqu’à maintenant en Tunisie dans le domaine du Tourisme.
4.6 Promotion des constructions durables
La Tunisie n’a pas encore élaboré et mis en œuvre une stratégie multidisciplinaire relative aux
constructions durables. Toutefois, des initiatives ont été lancées depuis les années 2000 dans ce sens. Elles
concernent principalement la maitrise de l’énergie dans les bâtiments, la valorisation des déchets de
démolition et de construction ainsi que la promotion des technologies d’écoconstruction. Nous citerons
ci-dessous les principaux mécanismes et initiatives en la matière :

L’Agence Nationale de Maîtrise de l’Energie “ANME” œuvre pour la maitrise de l’énergie dans les
bâtiments depuis la construction jusqu’à l’exploitation. Les programmes phares dans ce secteur
sont l’audit énergétique sur plan et l’audit énergétique de l’existant. Ils sont associés à des
mesures réglementaires comme la réglementation thermique des bâtiments et la certification
énergétique des équipements électroménagers.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
33




Page 35
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

L’ANME mène, également, des actions d’accompagnement des entreprises tertiaires dans l’étude
et la mise en place des projets de cogénération. Elle les assiste aussi dans le processus de
certification en Système de Management de l’Énergie – SME - selon la norme ISO50001 ainsi que
la labellisation des bâtiments selon le Label Tunisien
EcoBât. L’ANME veille en même temps à
concevoir des mécanismes spécifiques afin d’offrir des solutions d’économie d’énergie aux
ménages tunisiens compte tenu de leur répartition géographique.



de
pour
servir
Territoire
l’ensemble
l’aménagement
Le Projet de jumelage avec l'Union Européenne pour le développement de l’écoconstruction
(2012-2014) : Ce projet de jumelage entre la Tunisie et trois Etats membres de l’Union européenne
(la France, l’Allemagne, et le Portugal) avait pour objectif d’appuyer l’administration tunisienne
(Principalement le Ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire )
sur trois axes de travail fondamentaux dans le domaine de l’écoconstruction notamment (1)
Renforcer les lois et règles de construction au profit du développement durable. (2) Développer
et promouvoir sur l’ensemble du territoire, et pour tous les types de bâtiments, l’écoconstruction
et (3) Renforcer les expertises et le savoir-faire de la maitrise d’ouvrage publique. Une base
documentaire sur l’écoconstruction a été créée par le Ministère de l’Equipement, de l’Habitat et
acteurs
de
(http://www.mehat.gov.tn/fr/programmes-projets/eco-construction/base-documentaire/eco-
materiaux/);
Les initiatives du Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement dont principalement l’étude
de Diagnostic pour la mise en place du processus bâtiments et constructions durables (2012),
l’élaboration en 2019 d’un guide HQE (Haute Qualité environnementale) vers une construction
durable et enfin le projet Re-Med (lancé en 2020), de recyclage des gravats pour la construction
des routes en Méditerranée, qui vise le transfert technologique pour transformer les déchets de
construction et de démolition en ressources pour la construction et l’entretien des routes dans
des pays méditerranéens (France, Italie, Liban et Tunisie).
L’organisation des journées nationales de l’écoconstruction qui sont considérées comme un
évènement phare de l’immobilier en Tunisie regroupant tous les acteurs étatiques (Ministère des
Affaires Locales et de
l’Equipement, de l’Habitat et de
l’Infrastructure, Ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Energie) et privés (Sociétés
les organisations
immobilières, fournisseurs de matériaux de construction) ainsi que
professionnelles (UTICA, CONECT). Il s’agit d’un espace d’échange, de partage d’expériences et
réseautage en matière de technologies et de potentialités de constructions durables.
l’Environnement, Ministère de
des
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
34





Page 36
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

5 Processus de mise en œuvre du programme SwitchMed en
Tunisie
Le programme “SwitchMed” est une initiative régionale visant à faciliter la transition vers la CPD dans les
pays de la Région du Sud de la Méditerranée, et plus particulièrement à renforcer l’émergence de
l’entrepreneuriat vert, la société civile et les décideurs politiques à travers l'élaboration des politiques, les
activités de démonstration et le réseautage.
L’initiative SwitchMed comprend ainsi trois composantes : une composante politique, une composante
de démonstration et une composante de mise en réseau.
Figure 8 : Structuration du programme SwitchMed
5.1 Pourquoi la Tunisie a adhéré à SwitchMed ?
A l’instar de tous les pays du monde, surtout ceux en voie de développement, la Tunisie fait face à de
nombreux défis économiques, sociaux et écologiques. La réduction de la pauvreté et la création de la
richesse sans toutefois dégrader d’avantages les ressources et les écosystèmes naturels préoccupe de plus
en plus toutes les parties prenantes œuvrant pour le processus de développement durable. La promotion
des modes de consommation et de production durables s’avère alors un besoin et une réponse effective
pour répondre à des enjeux économiques et sociaux sans épuiser d’avantages le capital naturel.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
35






Page 37
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

La Tunisie est connue pour la vulnérabilité de ses ressources et écosystèmes. Les pressions
anthropiques ainsi que les impacts du changement climatique sont en train d’accélérer leur
dégradation. L’adoption d’une politique en faveur d’une transition vers des modes de production
et de consommation durables est une urgence pour confronter les défis actuels et futurs.
Le contexte politique national a été favorable pour que, l’Etat tunisien à travers le Ministère de
l’Environnement et du Développement Durable et ses partenaires potentiels, adhère au programme
SwitchMed. En effet, la nouvelle constitution tunisienne du 27 janvier 2014 a clairement stipulé dans son
article 12 que
« l’Etat œuvre à la réalisation de la justice sociale, au développement durable, à l’équilibre
entre les régions et à l’exploitation rationnelle des richesses nationales ».
De 2015 à 2020, la mise en œuvre du programme Switch Med en Tunisie a abouti à des actions touchant
aux trois composantes dudit programme. Le schéma suivant illustre ses différentes actions :
Figure 9 : Mise en œuvre du programme SwitchMed en Tunisie
5.2 Composante politique : Plan d’Action National pour les modes de
Consommation et de Production Durable “PAN-MCPD”
5.2.1 Processus d’élaboration du PAN-MCPD
Le Plan d'Action National tunisien sur les Modes de Consommation et de Production durables (PAN-MCPD)
est le fruit d’une collaboration entre le Ministère chargé de l’Environnement, appelé en 2016, Ministère de
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
36





Page 38
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

l'Environnement et du Développement durable et les départements techniques concernés avec le soutien
technique du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) dans le cadre du programme
Switch Med financé par l'UE.
Le plan fait partie des actions menées par la Tunisie pour atteindre les Objectifs de l'Agenda 2030,
particulièrement l’ODD 12.
Le PAN-MCPD répondant à la cible 12.1 (10YFP) n’est qu’une approche pragmatique et concrète de
clarification de la vision de la Tunisie relative aux MCPD et de définition des priorités nationales en la
matière.
Le processus d'élaboration du PAN-MCPD a démarré, en 2016, avec un état des lieux approfondi sur les
modes de consommation et de production durables et la publication d'un rapport détaillé. Ce rapport
accessible au public est composé de 6 chapitres :
i.
ii.
iii.
iv.
v.
vi.
Aperçu des MCPD au niveau international et l'expérience de certains pays dans leurs mises en
œuvre ;
Cadres institutionnels, juridiques et politiques pour mettre en œuvre les MCPD en Tunisie ;
Les MCPD dans les secteurs primaires à savoir l'agriculture et l'élevage, la pêche et la foresterie ;
Les MCPD dans les secteurs secondaires, à savoir l'industrie, la production et la construction ;
Les MCPD dans les secteurs des transports, du tourisme et du commerce ;
Les MCPD dans les secteurs de la gestion des déchets et de l'eau / assainissement.
A partir des résultats de ce rapport d'évaluation, deux plans d’action décennaux ont été développés
(tourisme et agroalimentaire). Ces plans d'action ont été élaborés à la suite d'un processus de consultation
approfondi impliquant un groupe important et diversifié de parties prenantes nationales en Tunisie
(gouvernement, secteur privé, société civile, médias, corps académique) et ont été construits sur des
stratégies et plans nationaux déjà existants et validés pour assurer cohérence, durabilité et mise en œuvre
des plans.
Parmi les documents de référence figuraient la stratégie industrielle nationale tunisienne à l'horizon 2016,
la stratégie nationale pour l'économie verte (2015), la stratégie nationale pour le changement climatique
(2012), le guide de l'industrie durable en Tunisie.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
37





Page 39
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Figure 10 : Processus d’élaboration du PAN-MCPD en Tunisie.
Le plan d’action qui a été élaboré en s’appuyant sur une large concertation entre tous les intervenants en
Tunisie comporte un volet «études» qui est parfois nécessaire avant de lancer des actions lourdes, un volet
«assistance technique» destiné à accompagner les acteurs dans la mise en œuvre d’actions nouvelles, un
volet «formation» qui représente un volet indispensable pour le renforcement des capacités de tous les
acteurs clés, et bien évidemment un volet «communication et sensibilisation» afin que les acteurs prennent
conscience des enjeux et des opportunités et risques qui se présentent
5.2.2 Priorités arrêtées
Le Plan d’action sur les modes de production et de consommation durables a identifié les secteurs dans
lesquels des changements de comportement doivent être opérés tant par les producteurs que par les
consommateurs. En d’autres termes, il s’agit de secteurs présentant un important potentiel de
changement et de transition vers des modes plus responsables et plus durables
. Les secteurs prioritaires
identifiés dans le cadre du PAN MCPD sont le secteur de l’agro-alimentaire et le secteur du tourisme.
L’objectif était de sensibiliser les organisations tunisiennes à l’impact de leurs actions sur la qualité de vie
des générations présentes et futures. Chaque plan d'action décennal présentait des objectifs clairs, des
activités clés et une liste de réalisations et impacts attendus.
5.2.2.1 Le secteur du Tourisme
Les principales parties prenantes impliquées dans les travaux d’élaboration du PAN MCPD du secteur
touristique (2016-2025) étaient : le Ministère du Tourisme, la Fédération Nationale des Hôtels, l’Agence
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
38





Page 40
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Foncière Touristique, le Centre International des Technologies de l’Environnement de Tunis, ainsi que
l'Office National du Thermalisme et de l’Hydrothérapie.
La vision des MPCD dans le secteur du tourisme a été formulée comme suit : “Développer un tourisme
moins polluant, moins consommateur de ressources, ayant un impact plus important, plus équilibré dans
l’espace et plus stable dans le temps sur le développement régional et la réduction de la pauvreté, et qui
se base sur la valorisation des richesses naturelles et culturelles de la Tunisie”,
et ce à travers les actions
suivantes :
Promouvoir la gestion durable des ressources et inciter aux actions collectives
Développer la gestion durable des déchets et leur valorisation
Améliorer la qualité de l’offre et développer la certification environnementale

Promouvoir la consommation des produits locaux de terroir et biologiques
Prendre en compte le risque de submersion et d’érosion côtière.
Inciter à l’intégration d’une démarche sociale et sociétale
5.2.2.2 Le secteur de l’agro-alimentaire
L'élaboration de la stratégie et du plan d'action pour le développement du secteur agroalimentaire (2016-
2025) a été fondée à partir d’une approche participative impliquant les différents acteurs du secteur entre
autre le Ministère de l'Industrie de l’Energie et des Mines, le Ministère de l'Agriculture des Ressources
Hydrauliques et de la Pêche, le Ministère de l'Environnement et du Développement Durable, le Ministère
de la Santé, l’Agence pour la Promotion de l'Industrie et l’Innovation, le Centre International des
Technologies de l'Environnement de Tunis (CITET), l’Agence Nationale de la Protection de l'Environnement,
le Centre Technique de l'Agroalimentaire, l’Union Tunisienne pour l'Agriculture et de la Pêche ainsi que des
associations.
La vision des MPCD dans l’agroalimentaire proposée consiste à “Assurer une chaine alimentaire durable
qui améliore les performances économiques, sociales et environnementales le long du cycle de vie des
produits et des services”
, et ce à travers les orientations suivantes :
Rationaliser l’utilisation des ressources naturelles et réduire les sources de nuisance (pesticides et
déchets)
Promouvoir les pratiques agricoles durables et le savoir-faire local
Assurer la viabilité de l’activité agricole.
Des mesures transversales touchant aux deux secteurs ont été également proposées, il s’agit de la
sensibilisation, de la communication, de la formation & renforcement de capacités et à l’appui du
partenariat public-privé.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
39




Page 41
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

5.2.3 Synergie entre les parties prenantes
5.2.3.1
Institutions impliquées
Le processus d’élaboration du PAN MCPD a été piloté par la Direction Générale du Développement
Durable, rattachée au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable. Un Point Focal
National Switch Med a été désigné au sein de la DGDD.
Une approche participative a été adoptée afin de renforcer la concertation entre les différents
intervenants et garantir l’appropriation du PAN-MCPD par les parties prenantes.
Dix ministères et seize institutions ont été mobilisés pour l’élaboration du PAN-MCPD, du PAN-MCPD agro-
alimentaire ainsi que du PAN-MCPD tourisme. :
Ministères impliqués :
Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (actuellement Ministère des Affaires
Locales et de l’Environnement) et l’ensemble de ses organismes sous-tutelle
Ministère des Finances
Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche
Ministère de l’Industrie
Ministère du Tourisme et de l’Artisanat
Ministère de l’Energie et des Mines
Ministère de l’Education
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique
Ministère de la Formation professionnelle et de l’emploi
Ministère de la Santé
Organismes impliqués
Institut National de la Consommation
Institut National de la Statistique
Centre International des Technologies de l’Environnement de Tunis
Direction Générale de l’Agriculture Biologique
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement


Organisation tunisienne de la Défense du Consommateur
Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux
Société Tunisienne de l’Électricité et du Gaz
Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche
Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat
Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie
La synergie entre les parties prenantes ne se limitait pas au processus d’élaboration du PAN MPCD. Elle
était nécessaire lors de la mise en œuvre des Plans d’Action Décennaux 2016-2025. D’ailleurs, le PAN-
MCPD a insisté sur l’implication des parties prenantes, à savoir les acteurs institutionnels, le secteur privé,
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
40




Page 42
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

les ONG, les communautés locales. Il est essentiel que la planification et la mise en place de la stratégie
MPCD ne reste pas limitées à des décisions à sens unique venant du gouvernement, et qu’elles impliquent
fortement l’ensemble des intervenants. Le portage politique et la contribution des différents acteurs à
l’échelle centrale, et locale sont des conditions indispensables pour dynamiser le processus de MCPD. La
société Civile, les organisations professionnelles ainsi que les organisations internationales ont une valeur
ajoutée dans cette démarche.
5.2.3.2 Structures de gouvernance des MCPD en Tunisie
Afin d’assurer la gouvernance des PAN-MCPD des secteurs “agroalimentaire” et “tourisme” en Tunisie, un
schéma de gouvernance
commun a été proposé, il est constitué :
- D’un organe de pilotage et de prise de décision : il s’agit du maître d’ouvrage, il se chargera de
définir les objectifs stratégiques, de superviser la mise en œuvre des actions, d’évaluer les résultats
et corriger les orientations si nécessaire.
- D’un coordinateur national MPCD : c’est le Project Manager qui se chargera de : - la coordination
globale du projet, le monitoring, le suivi et évaluation et enfin la communication et la relation avec
les médias
- Des unités de gestion : Il s’agit des Task forces qui joueront le rôle du maître d’œuvre et se
chargeront de la formulation et l’exécution des projets
- Des groupes thématiques : Il s’agit de groupes composés des cadres des organismes concernés,
de représentants du secteur privé, d’experts indépendants et de représentants de la société civile.
Ces groupes se réuniront pour concevoir les projets, les suivre et conseiller l’organisme de
pilotage.
Il a été également recommandé de mettre en place une structure de veille ou observatoire par secteur qui
se chargera de :
- Mettre en place et suivre les indicateurs qui traduisent les MPCD du secteur
-

-
Suivre les tendances internationales,
Publier des newsletters régulières et des alertes pour le profit des parties prenantes
Afin de ne pas multiplier les structures, il a été recommandé que l’ONTT joue le rôle de structure de veille
pour le secteur du tourisme et que l’ONAGRI et APII joue le rôle de structure de veille pour le secteur de
l’agro-alimentaire.
5.2.4 Projets concrets issus des PAN-MCPD agroalimentaire et tourisme
Afin de doter cette première composante d’un aspect opérationnel et de la lier à la composante 2
(Démonstration), trois projets ont été accompagnés par le programme SWITCH MED pour renforcer leur
engagement vis à vis des MCPD. Ces projets sont liés aux secteurs prioritaires arrêtés, entre autres
l’agroalimentaire et le tourisme, il s’agit de :
Projets
Projet Sabra Olive Oil pour la transformation de l’Huile d’olive
biologique et le développement de système de production durable
Localisations
Gouvernorat de Kairouan
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
41




Page 43
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Projet Dar Zaghouan pour le Développement du Tourisme écologique
Projet
Tunisie Tourisme écologique
Gouvernorat de Zaghouan
Gouvernorat de Bizerte
Les principales interventions du programme ont été axées principalement sur :
Offrir l’assistance aux projets pour l’obtention d’un Label reconnu au niveau international dans le
domaine du tourisme écologique ;
Elaborer un plan de communication efficace et innovant pour la promotion du tourisme
écologique ;
Offrir l’assistance technique pour la mobilisation des fonds nécessaires pour le développement
d’un nouveau produit touristique innovant ami de l’environnement ;
Offrir l’assistance technique pour l’obtention d’un Label reconnu au niveau international en
matière de production de l’huile d’olive biologique tout en tenant compte des normes exigées par
le Label bio tunisien.
Assister la ferme pilote pour l’équiper par un laboratoire Qualité.
5.3 Composante Démonstration : MED TEST II
5.3.1 Qu’est-ce que MED TEST II ?
Transformer les défis en opportunités est au cœur de la composante MED TEST II, une partie unique et
innovante du programme Switch Med. La méthodologie de transfert de technologies écologiquement
rationnelles (TEST) de l’ONUDI aborde les coûts croissants de l’énergie et des matières premières en
démontrant comment les meilleures pratiques en matière de production propre et d’économies des
ressources (ERPP), avec un retour sur investissement attrayant, peuvent être intégrées dans les opérations
commerciales courantes.
MED TEST II a pour objectif de mettre en œuvre des actions concrètes portant sur les barrières auxquelles
les acteurs-clés sont confrontés dans le cadre de la transition vers les modes de CPD.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
42




Page 44
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

5.3.2 Mise en œuvre de MED TEST II en Tunisie
Le programme MED TEST II, mis en œuvre en Tunisie de 2015
à 2017, aborde les défis et les obstacles que rencontrent les
industries nationales pour devenir plus économes en
ressources et en énergie non polluantes et pour générer des
produits gérés de manière responsable tout au long de leur
cycle de vie, tout en augmentant la productivité et en
maintenant un accès aux marchés internationaux avec des
produits de bonne qualité conformes aux normes
internationales.
MED TEST II rassemble des organisations et des institutions
influentes pour réaliser une application durable et une mise
en œuvre de l’ERPP en Tunisie. Les acteurs ayant été
impliqués dans la mise en œuvre de cette composante sont
les suivants :
Partenaires institutionnels
MED TEST II Tunisie :
28 mois d’exécution
5 Centres Techniques impliqués
Budget, 860 mille DT soit 330 mille Euros
Mécanismes de financement :
-Fonds de Transition Energétique (FTE)
-Fonds de Dépollution (FODEP)
-Fonds de Développement de la Compétitivité
(FODEC)
Ministère de l'Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises
Ministère des Affaires Locales et de l'Environnement
Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED)
Agence Nationale de Maitrise de l’Energie (ANME)
Office National de l'Assainissement (ONAS)
Agence Nationale de Protection de l’Environnement (ANPE)
Centre International des Technologies de l’Environnement de Tunis (CITET)

Institut de Santé et Sécurité au Travail (ISST)
Partenaires de mise en œuvre
Bureau de Mise à Niveau (BMN)





Le Centre National du Cuir et de la Chaussure (CNCC)
Le Centre Technique du Textile (CETTEX)
Le Centre Technique de l’Agro-alimentaire (CTAA)
Le Centre Technique des Industries Mécaniques et Electriques (CETIME)
Le Centre Technique de la Chimie (CTC)
La Société civile
Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA)
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
43




Page 45
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL


Les Chambres de Commerce et de l’Industrie (CCI)
et
les
systèmes
de management
L’approche TEST de l’ONUDI porte sur l’association d’outils
pour une production durable, à savoir l’Audit de Production
Propre (APP), la comptabilité des coûts de flux de matières
(MFCA)
de
l’environnement et de l’énergie (SME/SMEn). Les résultats
de l’intégration et de la mise en œuvre sur mesure de ces
outils et de leurs éléments incluent l’adoption de bonnes
pratiques, de nouvelles compétences et une nouvelle
culture de gestion, permettant à
l’entreprise de
s’acheminer vers
la voie du progrès axée sur une
production durable.
La méthodologie TEST renforce la compréhension et les
capacités transversales au sein des différents domaines de
gestion d’une entreprise, permettant une compréhension
et un soutien holistiques de l’ERPP au sein de l’entreprise.

Le processus de mise en œuvre de MED TEST II en Tunisie
pourra être récapitulé ainsi :
Sélection des entreprises
Tunisie
L’approche TEST de l’ONUDI exige
un travail d’équipe pluridisciplinaire
et ne saurait aboutir en comptant
sur les talents d’une seule personne.
De ce fait, cette approche a pu
promouvoir
les
en
opportunités de partenariat entre
les prestataires de services et les
experts dans
la
production durable et en impliquant
les niveaux de gestion de
tous
l’entreprise. Cette approche a
permis de faire un grand pas vers la
mise en réseau des partenaires
potentiel, objectif de la composante
III du programme Switch MED
les secteurs de
Démarchage de 200 entreprises des secteurs concernées
Établissement d’une liste courte de 45 entreprises pour la revue initiale
Sélection de 26 parmi les 45 entreprises, en concertation avec l’ONUDI
Identification des options de production propre
L’identification des options de production propre s’est faite sur 03 étapes : une phase initiale d’inventaire,
une analyse détaillée et une identification et sélection des options. Les Détails de chaque étape sont
récapitulés ci-dessous :
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
44





Page 46
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Figure 11 : MED TEST II ; identification des options de production propre pour les entreprises sélectionnées.
Formation


Formation intra-entreprise de 2 jours sur
l’approche TEST pour les entreprises de cuir et
chaussure, textile et agroalimentaire.
Formation de 5 jours en inter-entreprises pour
les entreprises de la chimie et de l’électrique,
mécanique et électronique.
Plan d’Action Test
Description des options PP choisies
(enjeux,
objectifs, responsable, coût…)
Plan de surveillance et mesurage (monitoring)
Etudes de cas
390 personne-jours de formations
ont été consacrés à la formation de
professionnels des secteurs industriels
publics et privés dont des institutions
d’appui, des bureaux d’études et des
entreprises ont reçu une formation sur
les outils TEST durant
la phase de
démonstration du projet en Tunisie.
Quantification des résultats globaux atteints (eaux, énergie…)

Etudes de cas réalisées et validées par l’ONUDI (4 entreprises ont mis en place un SME complet
certifiable selon la Norme ISO 14001 (version 2015) ; une entreprise est en train d’appliquer les
principes de l’ACV).
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
45







Page 47
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

5.3.3 Résultats de MED TEST II en Tunisie
Les résultats du MED TEST II consistent en ce qui suit :
Renforcement des capacités des prestataires de services nationaux
Réalisation de 26 projets de démonstration dans l’industrie, via l’identification et la mise en œuvre
de pratiques et de technologies de production durable. Ces projets ont ciblé les secteurs
industriels prioritaires.
Figure 12 : Entreprises ayant bénéficié de MED TEST II. Tunisie
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
46





Page 48
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

L’évaluation préliminaire des résultats du projet MED TEST II dans les 26 entreprises
concernées en Tunisie a permis de démontrer l’existence d’un potentiel de réduction de la
consommation des ressources en matières, eau et énergie estimé à des gains de 7 097 t/an
de matières premières, 111.2 GWhs/ an en énergie, 448 950 m3 d’eau, ainsi qu’une réduction
de la charge polluante de 19.7 T/an de DBO5 et de 29.8 T/an de DCO, 2 371 T/an de déchets
solides et 35 227 T/an de CO2.
Figure 13 : Bilan global du Projet MED TEST II
La méthodologie TEST a introduit l’outil innovant de comptabilité des flux matière (MFCA) qui permet de
révéler à l’entreprise le coût réel des pertes de matières ou les coûts cachés qui sont des signes
d’inefficacité et de gaspillage. Par le biais de cette méthode MFCA, les données quantitatives et financières
sont identifiées par un travail de collaboration entre les services de « comptabilité » et de « production ».
Grâce à cette méthode, les coûts des pertes sont identifiés et les pistes d’amélioration sont balisées.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
47





Page 49
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

5.3.4 Difficultés rencontrées lors de la mise en œuvre de MED TEST II en Tunisie :
Bien que les résultats du projet MED TEST II en Tunisie ont
été encourageants, de nombreuses difficultés ont été
rencontrées
citons
particulièrement :
la mise en œuvre,
lors de



l’équipe du projet au sein de
L’instabilité de
l’entreprise
Difficulté d’accès au financement (préparation de
dossier bancable) nécessaire pour assurer la mise en
œuvre des plans d’actions.
Désintérêt des directions générales de certaines
entreprises en cours de mise en œuvre d projet à
cause des problèmes, sociaux, économiques….
La fragilité socio-économique du pays
ainsi que l’instabilité politique freinent
la transition vers une économie verte et
des modes de production durables.
Un portage politique de haut niveau et
le renforcement des mécanismes de
sont
financement
obligatoires
cette
transition.
nécessaires
assurer
pour
5.4 Composante réseautage du programme Switch MED
Les activités de réseautage de SwitchMed visent à renforcer l'internationalisation des startups et des PME
dans la région sud-méditerranéenne grâce à l'amélioration de leur capacité à gérer l'innovation,
l'écologisation et l'efficacité des ressources. Ces actions sont mises en œuvre par l'ONUDI dans quatre pays
(Égypte, Liban, Maroc et Tunisie) en développant le partenariat commercial et industriel entre les
entreprises locales et les entreprises éco-innovantes de l'UE.
En Tunisie, l'activité de réseautage a vu la réalisation de 2 événements de partenariat qui se sont déroulés
le 2 décembre 2016 et le 3 novembre 2017.
Ces initiatives ont enregistré la participation de 17 porteurs européens de projets Eco-innovants qui ont
réalisé 135 rencontres de partenariat avec des homologues tunisiens, qui ont abouti à la conclusion de 5
accords de transfert technologique et assistance technique.
Un troisième événement de réseautage organisé en 2018 avait ciblé le secteur du recyclage du plastique.
Cet événement est organisé en partenariat avec le ministère de l’Industrie et des PMEs, le ministère des
Affaires Locales et de l'Environnement, l'ANGed – Agence Nationale de Gestion des Déchets, le CTC –
Centre Technique de la Chimie, le PACKTEC – Centre Technique du Packaging et du Conditionnement et la
CONECT – la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie.
Les activités se sont concentrées sur l'industrie du plastique et en particulier sur les produits, processus et
applications qui contribuent à la fermeture de la boucle de l'économie circulaire. De ce fait, l'ONUDI
promeut l'échange de savoir-faire, de meilleures pratiques et de technologies qui servent de soutien pour
le développement de l'industrie du recyclage en Tunisie.
Enfin et dans un contexte sanitaire difficile causé par la Pandémie COVID 19, l’ONUDI en collaboration avec
la Fédération Tunisienne du Textile et de l’Habillement FTTH a organisé le 16 juin 2021 un webinaire relatif
aux perspectives de création de chaines de valeurs de déchets textiles en Tunisie. L’évènement virtuel,
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
48




Page 50
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

auquel avait participé des représentants des institutions tunisiennes, des experts internationaux en
matière de valorisation de déchets textiles et des opérateurs textiles privés, a été essentiellement marqué
par la présentation des résultats de l’étude menée par l’ONUDI pour identifier le potentiel de recyclage et
différents scénarios de développement d’une filière textile en Tunisie. A l’occasion de cet évènement
virtuel, des projets pilotes ont été présentés et une table ronde regroupant des cheffes d’entreprises ayant
développé des filières recyclage de déchets textile, a été organisée.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
49






Page 51
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

6 Statut et état des lieux du PAN-MCPD et MCP en 2020 en Tunisie
Le Plan D’action National des modes de consommation et de production durables, élaboré par la Tunisie,
dans le cadre du programme Switch Med propose une vision globale stratégique des modes de
consommation et de production durables. Il propose également un PAN MCPD pour le secteur de l’agro-
alimentaire ainsi qu’un autre pour le secteur du tourisme pour la période (2016-2025).
Ainsi et dans le cadre de ce présent rapport, il est utile de relever l’état d’avancement et les principales
réalisations de la Tunisie pour la mise en œuvre de ses PAN MCPD tourisme et agroalimentaire.
6.1 Evolution du cadre réglementaire en rapport
direct ou indirect avec les MCPD
6.1.1 Constitution de la République Tunisienne en date
du 27 janvier 2014
Aujourd’hui nous parlons en Tunisie de constitutionnalisation du
développement durable. En effet, la nouvelle Constitution tunisienne
du 27 janvier 2014 a intégré la protection de l’environnement d’une
manière claire et globale tout en privilégiant certaines composantes
de l’environnement en mettant l’accent sur les liens indissociables
entre environnement et développement durable et en mettant en
place certaines garanties législatives et institutionnelles.
Il en est ainsi de la mention claire de :





La lutte contre la pollution (préambule et article 45) ;
La sauvegarde de la sécurité du climat (préambule et article
45) ;
Le droit à l’eau (article 44)
La gestion des ressources, richesses nationales et naturelles préambules et articles 12 et 13)
La protection du patrimoine culturel (article 42)
La constitution de la Tunisie offre le cadre général national adéquat pour l’instauration des modes de
consommation et de production durables, c’est en effet la conséquence de la préservation des
ressources naturelles et des écosystèmes ainsi que la lutte contre les différentes formes de pollution,
de surexploitation et de gaspillage, choix et options prônés par la nouvelle constitution tunisienne de
janvier 2014.
Le tableau suivant résume les différents aspects en relation avec l’environnement et le développement
durable d’une manière générale annoncés dans la nouvelle constitution tunisienne de janvier 2014.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
50







Page 52
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
51






Page 53
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

6.1.2 Code des Collectivités Locales
Le code des Collectivités Locales adopté en 2018 par le parlement tunisien (Loi organique n° 2018-29 du
9 mai 2018
, relative au Code des Collectivités Locales) accorde au pouvoir local certaines attributions en
rapport avec le développement durable et la préservation des ressources naturelles et des milieux :
:
et
les
prend
local
(1)
Ainsi et au niveau de, l’article 106, le conseil de
la collectivité locale approuve les plans de
développement
en
considération
exigences du
développement durable, (2) l’encouragement
des jeunes à créer des projets, (3) l’égalité entre
les personnes et l’égalité des chances entre les
sexes, (3) la promotion de l’emploi, (4) le
soutien des personnes porteuses d’handicaps,
(5) la lutte contre la pauvreté, (6) l’équilibre
entre les zones de la collectivité locale.
Le conseil municipal crée les services publics
municipaux et les gère.
L’article 240 mentionne la liste de ces services municipaux très diversifiés et
touchant pratiquement à l’ensemble des services de base à l’échelle locale (routes et trottoirs, éclairage
public, ordures ménagères, jardins et parcs...). Le conseil municipal soutient toutes les actions tendant à
l’animation de la vie sociale, culturelle, sportive et environnementale au sein de la commune, soit
directement par le biais des services municipaux, soit par l’intermédiaire des organisations et associations
dont l’activité concerne les secteurs susvisés (
Article 241 du CCL).
Par suite de la promulgation du Code des Collectivités locales en vue d’une décentralisation du pouvoir
en Tunisie, la commune sera considérée dans le futur comme locomotive du développement durable à
l’échelle locale. Ceci sera concrétisé entre autres à travers des actions et des projets de consommation
et de productions durables (Energies renouvelables, Eaux non conventionnelles, valorisation des
Déchets, écotourisme). Pour ce faire, elle pourra compter sur ses propres ressources mais également sur
la mobilisation de fonds dans le cadre de la coopération internationale ou en partenariat avec le secteur
privé ou avec les composantes de la société civile (
article 40 du CCL).
6.1.3 Projet du Code des Eaux
La Commission parlementaire de l'agriculture, de la sécurité alimentaire, du commerce et des services
annexes a adopté, le 17 juin 2021, le projet du nouveau code des eaux après un long processus de
négociations et de discussions. Ce nouveau projet de Code des Eaux veillera à la préservation de la
ressource en question et à l’exploitation des ressources non conventionnelles selon une approche intégrée
impliquant toutes les parties prenantes et l’ensemble des consommateurs de la ressource.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
52






Page 54
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

A titre d’exemple, l’article 71 du projet du code en question stipule que l’Etat veillera à la maitrise de
l’utilisation des ressources en eaux et leur développement à travers différents moyens (utilisation des eaux
non conventionnelles, recharge artificielle des nappes, incitation à l’emploi de technologies à usage
collectif ou individuel, permettant l’économie d’eau, la mobilisation des eaux de pluies à travers différents
moyens...). D’un autre côté, l
’article 67 du Projet du Code des Eaux stipule que les unités industrielles,
touristiques et de loisir couvrent la totalité ou une partie de leur besoin en eaux par le biais des eaux non
conventionnelles.
La rationalisation de l’exploitation des ressources en eaux et le développement des ressources non
conventionnelles constituent un axe principal de l’instauration des modes de consommation et de
production durables surtout que la Tunisie vit sous stress hydrique.
6.1.4 Autres lois et décrets récents en relation avec les MCPD
6.1.4.1 Loi de Partenariat public-privé PPP
La Tunisie a adopté la loi n°2015-49, du 27 novembre 2015, relative aux contrats de partenariat public
privé (PPP) et qui a pour objectif de diversifier les modalités de satisfaction des commandes publiques et
ses sources de financement afin de développer et de renforcer
l’infrastructure, d’encourager
l’investissement public en partenariat avec le secteur privé et de bénéficier du professionnalisme et de
l’expérience de ce dernier. Cette loi pourra inciter les PME à élargir leurs champs d’intervention dans
différents domaines tels que la valorisation des ressources en eaux usées traitées, le recyclage des déchets,
la promotion de l’utilisation des énergies renouvelables...
6.1.4.2 Loi des Start up
Un cadre juridique, dénommé "Startup Act" a été développé en Tunisie. Ce cadre juridique intègre 20
mesures structurées autour d’un Label de mérite et d’avantages aux entrepreneurs, aux investisseurs et
aux Startups. Il est matérialisé principalement par : (i) la Loi n°2018-20 du 17 avril 2018 relative aux
Startups ; (ii)
le Décret n°2018-840 du 11 octobre 2018 portant fixation des conditions, des procédures et
des délais d’octroi et de retrait du label startup et du bénéfice des encouragements et des avantages au
titre des Startups et de l’organisation, des prérogatives et des modalités de fonctionnement du comité de
labellisation ; et (iii) des Circulaires de la Banque Centrale de Tunisie n°2019-01 et 2019-02. Les entreprises
vertes et opérant dans l’économie circulaire ont déjà commencé à voir le jour, bénéficiant ainsi du cadre
de promotion des Start up.
6.1.4.3 Loi de l’économie sociale et solidaire
La Tunisie a adopté sa loi n° 2020-30 du 30 juin 2020, relative à l’économie sociale et solidaire. Ladite loi
détermine le cadre de référence de l’économie sociale et solidaire. Elle définit également son concept, ses
objectifs et les modalités de son organisation, ainsi que les structures et les mécanismes à même de
l’instaurer, d’assurer son suivi, de l’évaluer, de le développer et de le renforcer. Le Ministère des Affaires
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
53




Page 55
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Locales et de l’Environnement, à travers la Direction Générale de Développement Durable a lancé une
étude pour identifier les domaines “verts” qui pourraient se développer à travers cette loi.
6.1.4.4 Loi de production de l’électricité à partir des énergies renouvelables
La Tunisie a adopté sa loi n° 2015-12 du 11 mai 2015, relative à la production d'électricité à partir des
énergies renouvelables.
La présente loi a pour objectif de définir le régime juridique relatif à la réalisation des projets de production
d'électricité à partir de sources d’énergie renouvelables, soit pour l’autoconsommation ou pour répondre
aux besoins de la consommation locale ou en vue de l'exportation, et ce, nonobstant les dispositions du
décret-loi n° 62-8 du 3 avril 1962 relatif à la création et l’organisation de la Société Tunisienne de
l’Electricité et du Gaz, ratifié par la loi n° 62-16 du 24 mai 1962. La présente loi a également pour objectif
de définir le régime juridique régissant les installations, les équipements, les biens immeubles et les
matériels nécessaires pour assurer la production d'électricité à partir des énergies renouvelables et le
transport de celle-ci.
Cette loi a été amendée en 2020 par le décret gouvernemental n° 2020-105 du 25 février 2020, modifiant
et complétant le décret gouvernemental n° 2016-1123 du 24 août 2016, fixant les conditions et les
modalités de réalisation des projets de production et de vente d’électricité à partir des énergies
renouvelables. En effet toute collectivité locale ou entreprise publique ou privée opérant dans les secteurs
de l'industrie, de l'agriculture ou des services peut, désormais, produire de l'électricité à partir des énergies
renouvelables à des fins d'autoconsommation. Il est également possible de constituer une société
d'autoproduction conformément aux dispositions du code des sociétés commerciales sous forme de
société anonyme ou à responsabilité limitée dont l'objet se limite à la production et à la vente de
l'électricité à partir des énergies renouvelables.
Le nouveau cadre réglementaire de la production d’électricité à partir des énergies renouvelables
incitera les collectivités locales ainsi que les entreprises publiques et privées à produire de l’énergie
propre et durable.
6.1.4.5 Loi de la responsabilité Sociétale des Entreprises RSE
La Tunisie a promulgué en 2018 sa loi RSE. En vertu de son article 1er, la loi n°2018-35 du 11 juin 2018
portant sur la responsabilité sociétale des entreprises vise à consacrer la conciliation des entreprises avec
leur environnement social à travers la participation au processus du développement durable et la bonne
gouvernance. Cette loi renforcera entre autres l’engagement des entreprises pour l’adoption de modes
de production responsables et durables.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
54




Page 56
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

6.1.4.6 Décret relatif à la réduction des déchets en plastiques
Afin de faire face à la pollution engendrée par les déchets plastiques, un Décret gouvernemental n° 2020-
32 du 16 janvier 2020, fixant les types de sacs en plastique dont la production, l'importation, la distribution
et la détention sont interdites sur le marché intérieur a été promulgué.
Est interdite la production, selon l’article 3 du présent
décret gouvernemental, l'importation, la distribution et
la détention sur le marché intérieur des types suivants de
sacs en plastique :
de
nouvelles
contribuera
ce décret
L’entrée en vigueur de
gouvernemental
d’une
manière significative à la réduction des
la source et à
déchets plastiques à
l’adoption
pratiques
sociétales en faveur d’une consommation
plus durable et plus responsable des sacs
d’emballage. Le retour vers les emballages
et les sacs traditionnels est en train d’être
redynamisé petit à petit.
Les sacs en plastique à usage unique,
Les sacs d'emballage primaire dont l'épaisseur
est supérieure à 15 microns,
Les sacs en plastique oxodégradables ou oxo-
fragmentables, ainsi que les sacs portant la
mention "sac biodégradable" dont les essais et
analyses montrent qu'ils ne répondent pas aux
exigences de biodégradation,
Les sacs en plastique qui comprennent dans leur composition chimique une concentration totale en métaux
lourds supérieure à 100 ppm. Ce seuil peut être révisé, le cas échéant, par arrêté du ministre chargé de
l'environnement,
Les sacs en plastique destinés à entrer en contact avec les denrées alimentaires qui ne répondent pas aux
exigences du décret susvisé n° 2003-1718 du 11 août 2003,
Les sacs en plastique ne portant pas le marquage mentionné à l'article 4 du présent décret gouvernemental.
i.
ii.
iii.
iv.
v.
vi.
6.1.4.7 Loi du Crowdfunding
La Tunisie a promulgué sa loi relative au Crowdfunding en 2020 (Loi n° 2020-37 du 6 août 2020), ladite loi
a pour objectif d’organiser le « Crowdfunding » pour fournir le financement nécessaire aux projets et aux
sociétés en vue de promouvoir l'investissement, l’entrepreneuriat, la créativité et l’innovation.
On entend par « Crowdfunding » : le mode de financement qui repose sur la levée de fonds auprès du
public via une plateforme internet dédiée à cet effet en vue de financer des projets ou des sociétés à
travers l’investissement dans des valeurs mobilières, des prêts, des dons ou des libéralités.
La promulgation de cette loi et sa mise en application auront sûrement des retombées positives sur
l’entreprenariat vert en Tunisie.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
55




Page 57
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

6.2 Activités, projets et programmes déclenchés par le PAN MCPD ou qui
y sont liés
6.2.1 Activités, projets et programmes déclenchés par le PAN MCPD agro-alimentaire
ou qui y sont liés
Le PAN MCPD agro-alimentaire repose sur 04 axes stratégiques, chacun des axes stratégiques est décliné
en un ensemble d’objectifs opérationnels. Les Objectifs opérationnels seront concrétisés à travers des
actions répartis en 4 volets, entre autres le volet “Etudes”, le Volet “assistance Technique”, le volet
“formation” et enfin le volet “sensibilisation et communication.
La partie qui va suivre évoquera, d’une manière synthétique, les programmes, projets et initiatives liés à
chacun des axes stratégiques, selon ses objectifs opérationnels, que ce soient des actions mises en place
dans le cadre de ces PAN MCPD ou des actions qui contribuent à l’atteinte des objectifs opérationnels sans
qu’elles soient forcément faites dans de le cadre de la mise en œuvre des présents PAN MCPD. De
nombreux programmes et projets cités ci-dessous ont été largement décrits dans la partie III du présent
rapport. D’autres feront l’objet de bonnes pratiques dans la partie IX du rapport.
Axe 1 : Garantir une production agricole durable et adaptée à l’industrie
Objectif opérationnel 1 : Rationaliser l'utilisation des ressources naturelles et réduire les sources
de nuisance (pesticides et déchets)

De nombreux programmes et projets en relation avec l’économie d’eau et la gestion rationnelle
des ressources naturelles ont été développés en Tunisie, entre autres le Programme National
d’Economie d’eau dans le secteur de l’agriculture, les Stratégies nationales de Conservation des
eaux et des sols (1992-2001 ; 2002-2011 ...).
La réutilisation des eaux usées traitées en agriculture demeure timide. La revue sectorielle de
l’Eau pour l’année 2019 reporte qu’à peine 7.4% du volume épuré a été réutilisé en 2019, tous
secteurs confondus. La réutilisation des EUT dans le domaine agricole occupe la plus grande part
et continue à être le secteur le plus ciblé pour développer la réutilisation. La superficie totale
aménagée est de 8 530 ha répartis sur 33 périmètres et au niveau de 17 gouvernorats alimentés
par 32 stations d’épuration. Les cultures prédominantes sont l’arboriculture et les fourrages. La
réutilisation des eaux épurées en irrigation se heurte principalement au problème de la qualité
chimique des eaux qui demeure instable. En effet, la salinité des eaux épurées est souvent élevée,
ce qui limite sa réutilisation en irrigation. Un Plan Directeur National de Réutilisation des Eaux
Usées Traitées en Tunisie
« Water Reuse 2050 » est en cours d’élaboration dans le cadre du
programme Adapt Action, il couvrira l’ensemble des aspects réglementaires et techniques y
compris ceux proposés dans le cadre du PAN-MCPD agro-alimentaire.
La consommation directe de l’énergie dans le secteur agricole est estimée à environ 7% de la
consommation énergétique totale du pays. La part de la consommation énergétique de
l’irrigation s’élève à 2%. Le pompage pour l’irrigation avec des moteurs électriques constitue le
principal domaine de consommation de l’énergie en irrigation. D’après l’Agence Nationale de la

GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
56




Page 58
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Maîtrise de l’Energie, la consommation énergétique spécifique d’électricité varie de 0,260 à
0,377 Kwh/m3 d’eau selon les régions.
La consommation d’énergie pour le pompage des eaux pour l’irrigation est estimée à 0,6 tep/ha.
Les facteurs principaux qui font augmenter la part de l’énergie consommée en irrigation sont :
La multiplication des forages ;
L’approfondissement des puits et des forages à la suite du rabattement du niveau
piézométrique des nappes surexploitées ;
L’extension des systèmes d’économie d’eau à la parcelle ;
La modernisation des réseaux d’irrigation avec le passage des réseaux gravitaires aux
réseaux sous pression.

L’utilisation future des énergies alternatives (éolienne, photovoltaïque) est une grande
opportunité pour le secteur irrigué. L’expérience de l’énergie géothermale qui a fait ses preuves
au Sud dans le réchauffement des serres agricoles mérite d’être développée. Des expériences
plus ou moins réussies avec l’énergie solaire ont été mises en œuvre à petite échelle (pompage,
dessalement) :
Un premier projet a été installé en 2006 à Ksar Ghilène à l’extrême Sud-Est du gouvernorat
de Kébili (180 km). Le projet a consisté à la construction d’une station de dessalement de
capacité 15 m3 /j, équipée en photovoltaïque, pour alimenter une cinquantaine de familles,
en électricité.
Le projet de réalisation de 45 stations de dessalement de capacité cumulée 200 m3 /j dans
les gouvernorats de Médenine, Tataouine et Kebili a été programmé par l’Agence Nationale
de Maitrise de l’Energie avec la collaboration du MARHP.
Un projet d’installation d’une station de dessalement des eaux saumâtres (5,7 g/l) équipée
par le photovoltaïque au périmètre irrigué de 80 ha de superficie « Ben Kamla » à Mahdia
est en cours d’étude par la DGGREE. La station d’une capacité de 1000 m3 /j est prévue dans
le cadre du Projet PROSIM, financé par l’UE.
Objectif opérationnel 2 : Promouvoir les pratiques agricoles durables et le savoir-faire local
De nombreux projets ont été mis en œuvre par le Ministère de l’Agriculture, des Ressources
Hydrauliques et de la Pêche pour promouvoir les pratiques agricoles Durables, citons d’une
manière non exhaustive, le projet Agriculture Durable et Développement Rural mis en œuvre par
la GIZ en collaboration avec le MARHP, le projet “Aide à la Décision pour l’Intégration et
l’extension de la gestion durable des terres mis en œuvre par le MARHP en collaboration avec la
FAO , le projet Gestion Durable des Systèmes oasiens en Tunisie, mis en œuvre par le Ministère
des Affaires Locales et de l’Environnement et financé par le FEM ainsi que de nombreuses autres
initiatives de promotion de
l’agriculture de conservation (assolements, semis direct,
agroforesteries).
La Tunisie a été dotée de sa stratégie d’agriculture biologique 2016-2020
(voir partie Bonnes
pratiques)
. Cette même période a connu la publication de plusieurs textes réglementaire
organisant le secteur (intrants, matériel végétal, structures de contrôles accréditées, certification
Qualité-Sécurité –Environnement QSE du Centre Technique de l’Agriculture Biologique” pour 03
nouvelles années...). Afin de diversifier les produits biologique, un cahier de charge ainsi qu’une
ferme pilote d’élevage d’escargots en mode biologique ont été mis en place.

GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
57




Page 59
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL


L’Agence de Vulgarisation et de Formation Agricole, sous la Tutelle du Ministère de l’Agriculture,
des Ressources Hydrauliques et de la Pêche est en train d’innover ses programmes de formation
et de les adapter aux défis du secteur. La promotion des pratiques agricoles durables est devenue
une priorité de ladite Agence. Pour ce faire, elle a développé en collaboration avec la GIZ (Projet
Agriculture Durable et Développement Rural)
un référentiel du développement agricole durable
en Tunisie (2016),
qui constitue, aujourd’hui, un document de référence pour la formation et le
conseil agricole.
Afin de promouvoir le savoir-faire local et de le valoriser, le Ministère des Affaires Locales et de
l’Environnement, avec l’appui du PNUD et en collaboration avec la Société Civile a pu enregistrer,
en 2020, deux sites sur la liste SIPAM (Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial.) Il
s’agit des systèmes culturaux
Ramli dans les lagunes de Ghar El Melh ( Gouvernorat de
Bizerte) et
des jardins suspendus de Djebba el Olia (Gouvernorat de Béja). La Tunisie a ainsi pu
depuis l’année 2011 inscrire 03 sites SIPAM, vu qu’elle a déjà inscrit les
Oasis de Gafsa sur cette
liste de la FAO depuis 2011.
Objectif opérationnel 3 : Assurer la viabilité de l’activité agricole

En termes d’investissement, la promulgation de la loi 2019-47 du 29 mai 2019 relative à
l’amélioration du climat des Affaires a eu des retombées positives sur l’investissement
agricole. En moyenne, 8200 déclarations d’investissement /an et 4450 opérations
d’investissement / an ont été enregistrées durant la période 2016-2020. 5200 emplois ont
été créés annuellement par suite de ces investissements ;
La période 2016-2020 a enregistré la réalisation de nombreux projets agricoles intégrés
permettant l’amélioration du revenu des petits agriculteurs et le développement de
l’infrastructure de base dans le milieu rural ; Ils ont couvert les gouvernorats de Zaghouan,
Gafsa, Kairouan, Gabès, Kasserine et le Kef, Sidi Bouzid, Médenine et Sfax. Ils ont pour
objectifs d’améliorer le revenu des agriculteurs, la consolidation des chaines de valeurs, la
protection des ressources naturelles et l’amélioration de l’infrastructure dans les zones
d’intervention ; le secteur de la pêche traditionnelle a été également couvert à travers un
projet de développement intégré réalisé dans le gouvernorat de Gabès au profit des
pêcheurs de moules ;
Afin de résoudre le problème de l'endettement du secteur de l'agriculture et de la pêche et
d'aider les petits agriculteurs et les pêcheurs, à saisir de nouveau les systèmes de
financement bancaire pour poursuivre l'activité, et activer les décisions prises en 2015
concernant l'abandon des dettes liées aux emprunts financés par le budget de l'Etat et les
banques et leur échéancier, une décision a été prise début 2016, par le Ministre des Finances
pour fixer les formules et normes d'abandon des sommes dues au titre de ces emprunts et
fixant la composition du comité régional chargé d'examiner les demandes d'abandon et
l’approche à suivre.
Afin d’aider l'agriculteur à surmonter les conséquences des conditions climatiques difficiles
et maintenir la durabilité de l'activité agricole l’année 2019 a été marquée par l’annonce
officielle du lancement du fonds d’indemnisation des dommages causés par les catastrophes
naturelles (qui a été créée conformément à la loi n°66 du 18 décembre 2017).
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
58




Page 60
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Dans le cadre de l’initiative « un seul Monde sans faim », initié par le ministère fédéral
allemand de
la Coopération économique et du Développement, un programme
d’innovations vertes pour le secteur agricole et agroalimentaire est lancé en Tunisie parmi
14 autres pays du monde, visant, à promouvoir les petites exploitations agricoles afin d’aider
celles-ci à augmenter durablement leurs productions ainsi que les revenus ;
Le projet « innovation pour l’agriculture et l’agroalimentaire (IAAA) mis en œuvre par la GIZ
en partenariat avec l’APIA durant la période 2015-2021 introduit des innovations dans
plusieurs filières (lait, pommes de terre…) et crée de l’emploi en appuyant les startups et les
idées innovantes des jeunes diplômés.

GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
59






Page 61
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Axe 2 : Elaborer des produits durables utilisant des procédés écologiquement rationnels ;
Objectif opérationnel 1 : Rationnaliser la consommation d'énergie, d'eau et des autres intrants


La Tunisie est en train de préparer sa Stratégie Nationale Bas Carbone et Résiliente aux
Changements Climatiques SNBC&RCC comme exigé par l’Accord de Paris sur le Climat. Elle visera
la Neutralité carbone d’ici 2050 avec un processus accéléré au moyen terme. L’industrie figure
évidement parmi les principaux secteurs de ladite Stratégie en plus de l’Agriculture, le Transport,
le Tourisme et l’Energie.
La mise en œuvre d’un système de management de l’environnement (SME) ISO 14001 permet
de réduire les coûts “environnementaux” de l’entreprise et d’améliorer ses performances. La
norme ISO 14001 repose sur 3 engagements fondamentaux de la direction à déployer pour la
certification ISO 14001, entre autres le respect de la réglementation ; la prévention des pollutions
; l’amélioration continue de la performance environnementale. En Tunisie, et d’après la Base de
Données en Ligne du Ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Energie relative aux entreprises
certifiées,
seulement 17 entreprises industrielles agroalimentaires sont certifiées, un nombre
qui demeure très limité. Les incitations et la communication devraient être renforcées pour
encourager les industriels du secteur-agroalimentaire à adhérer à la certification 14001 et mettre
en place toutes les mesures nécessaires.
les établissements appartenant au secteur
En ce qui concerne les outils mis en place pour le contrôle et la maîtrise de la consommation
d’énergie par le secteur industriel figure l’audit énergétique. En effet, l’audit énergétique est
obligatoire pour
industriel et ayant une
consommation totale d’énergie égale ou supérieure à 800 Tonne équivalent pétrole (tep)/an.
L’audit énergétique demeure valable pendant 5 ans. Il doit être réalisé par un expert auditeur
habilité tout en respectant les cahiers des charges sectorielles préparés par l’ANME. La
réglementation en vigueur impose aux contrevenants des sanctions pécuniaires qui varient entre
20 mille et 50 mille dinars compte tenu du caractère obligatoire de l’audit.
Le programme SUNREF, label de la finance verte de l’AFD, développe en Tunisie une offre de
crédit innovante, pour les entreprises engagées dans des projets de maîtrise de l’énergie et de la
protection de l’environnement. Il facilite ainsi le développement d’une économie verte, fait
émerger des projets durables, aide les acteurs privés à saisir les opportunités de la transition
écologique et à rester compétitif et contribue à la lutte contre le changement climatique. Les
industries agro-alimentaires pourraient saisir cette opportunité pour financer leurs projets
d’efficacité énergétique ou de maîtrise de l’énergie. Ils peuvent par ailleurs, développer leurs
projets de production propre (valorisation des déchets) ou de réduction de la pollution.

GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
60







Page 62
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Objectif opérationnel 2 : Développer l'aspect social et sociétal au niveau de l'industrie

La Tunisie a promulgué sa loi RSE en 2018. Un Label RSE a été également mis en place par
Confédération Nationale des Entreprises Citoyennes CONECT.
(Voir partie Bonnes pratiques).
Une étude sur les perspectives de développement de la RSE dans l’industrie agro-alimentaire,
comme indiquée dans le PAN MCPD demeure nécessaire.
D’autre part, l’Union Tunisien de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) a adhéré en
décembre 2019 au Pacte Mondial des NU, ce qui constitue un pas important de l’engagement de
l’entreprise tunisienne envers la RSE et la contribution à la mise en œuvre de l’Agenda 2030.
Objectif opérationnel 3 : Réduire et valoriser les rejets
En vue de prévenir les rejets issus de l’ensemble des activités anthropiques, un Arrêté du ministre
des affaires locales et de l’environnement et du ministre de l’industrie et des petites et moyennes
entreprises du 26 mars 2018, fixant les valeurs limites des rejets d’effluents dans le milieu
récepteur a été adopté.
Axe 3 : Promouvoir les circuits de distribution qui valorisent les produits durables
Objectif opérationnel 1 : Promouvoir la distribution des produits issus de modes de production
ou d'approvisionnement durables

Les travaux du MARHP pour la mise en œuvre du plan quinquennal 2016-2020 ont porté sur la
valorisation des produits locaux par l'attribution de labels de qualité, le développement de la
production locale, et la poursuite de l'organisation professionnelle autour de ces labels et
l'amélioration de leur qualité, rénover les activités de développement visant à les faire connaître
et à les promouvoir.
Plusieurs projets de coopération internationale ont été ainsi mis en œuvre dans ce domaine. Le
projet PAMPAT (Projet d’Accès aux Marchés des Produits Agro-alimentaires et de Terroir), mis
en œuvre par l’ONUDI en étroite collaboration avec le Ministère de l’Industrie et le Ministère de
l’Agriculture de l’Agriculture et de la Pêche financé par le Secrétariat d’Etat à l’Economie de la
Confédération Suisse (SECO) dans sa phase I (2013-2019) a réalisé d’importants résultats en
faveur des produits de terroir. L’approche PAMPAT 1 était axée sur le développement des
chaînes de valeur agroindustrielles de l’amont à l’aval, la promotion des labels de qualité liés à
l’origine ainsi que le marketing pour assurer le rayonnement des produits du terroir aussi bien
sur le marché national que sur les marchés internationaux. L’évaluation finale indépendante du
PAMPAT 1 a souligné le rôle pionnier que le projet a joué dans la mise en place de l’approche
chaîne de valeur en Tunisie depuis l’agriculteur, en passant par les entreprises de transformation
jusqu’aux marchés d’exportation. L’évaluation a également confirmé l’importance du PAMPAT 1
pour mettre sous les projecteurs le thème des produits de terroir au niveau national, aussi grâce
à la préparation du premier inventaire tunisien des produits du terroir. Pendant la première
phase, les activités se sont focalisées notamment sur la valorisation de la harissa avec Food
Quality Label Tunisia
, la figue de Djebba avec Appellation d’Origine Contrôlée et la figue de
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
61




Page 63
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

barbarie biologique ainsi que sur la mise en place bisannuelle du Concours Tunisien des Produits
du Terroir dont la première édition a eu lieu en 2017 alors que la deuxième a eu lieu en 2019.
Lors de la phase II de sa mise en œuvre (2020-2025), PAMPAT II fournira de l’assistance pour
l’amélioration du cadre juridique pour le développement des indications géographiques et
contribuera au développement
d’une stratégie nationale de promotion des produits du terroir,
qui sera mise en œuvre dans deux régions pilote de la Tunisie.
La composante “Chaines de Valeur et Exportation du Projet PAD II (Projet Agriculture Durable et
Développement rural” mis en œuvre par la GIZ en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture,
des Ressources Hydrauliques et de la Pêche (2015-2019) a de son côté soutenu le développement
d’une approche régionale de financement des chaînes de valeur à travers des cellules régionales
réunissant régulièrement les principaux intervenants du secteur financier agricole ainsi que les
acteurs du conseil et d’appui.

Objectif opérationnel 2 : Lutter contre les marchés parallèles

L’année 2019 a été distinguée par l’adoption du Décret gouvernemental n° 2019-376 du 22 avril
2019
, relatif à la création d'une commission nationale et de commissions régionales de suivi de
l'évolution des prix, de la régularité de l'approvisionnement et de lutte contre la contrebande, la
spéculation, le commerce parallèle, l'installation anarchique et la sécurité sanitaire des aliments.
Axe 4 : Promouvoir la culture de consommation durable et inciter à l'élimination sélective des
déchets
Objectif opérationnel 1 : Assurer la transparence et la diffusion de l'information



L’année 2019 a été distinguée par la promulgation de la loi n°25 du 26 Février 2019 relative à la
sécurité sanitaire des aliments et des aliments pour animaux. Cette loi a instauré un cadre
juridique afin d'assurer la santé humaine et prévenir les risques sanitaires liés à la consommation
des produits alimentaires. Deux structures ont été mises en place sous la tutelle du Ministère de
la Santé qui contribueront à la mise en œuvre de la politique de l'Etat en matière de protection
des consommateurs et de sécurité sanitaire des aliments, ces structures sont :
- L'Autorité Nationale de Sécurité sanitaire des produits alimentaires (INSPA), qui est une
autorité unique en matière de gestion et de communication des risques.
- La migration de l'Agence nationale de Contrôle Sanitaire et Environnemental des Produits
de sa mission actuelle de coordination des activités de gestion des risques en une agence
d’évaluation des risques pour l’aide à la décision (activité 4.1.1 du PAN MCPD)
Objectif opérationnel 2 : Ancrer la dimension environnementale dans le comportement des
consommateurs et renforcer le tri

L’institut National de la Consommation “INC” s’est lancé depuis quelque temps dans la
sensibilisation du consommateur tunisien en matière de consommation éco-responsable. Dans
ce sens, il a mené deux enquêtes sur "le gaspillage alimentaire" et "la consommation du pain" en
Tunisie (réalisées en 2016), qui ont permis d’estimer l'ampleur du Gaspillage, Identifier les causes
et proposer quelques pistes de solutions permettant de réduire le gaspillage alimentaire. À la
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
62




Page 64
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL



suite de ces travaux, l'INC a joué son rôle fondamental dans la sensibilisation des consommateurs
et des acteurs impliqués dans la réduction du gaspillage alimentaire. En plus de l’organisation
des visites de la caravane nationale de l’éducation à la consommation (en partenariat avec le
ministère de l'éducation, l'INNTA et l'ANCSEP), l'institut a procédé à travers de multiples actions
de renforcement des capacités au profit des parties prenantes.
L’INC mène avec le Ministère de l’Education depuis 2016 un projet s’intitulant
“la caravane
nationale de l’éducation à la consommation dans le milieu scolaire
”. Ce projet mène des
activités participatives et ludiques dont les objectifs sont éducatifs, formateurs et de
sensibilisation, aussi bien pour les élèves des écoles primaires que pour les instituteurs et le cadre
pédagogique qui assistent aux séances.
Ce programme vise particulièrement à sensibiliser, et développer chez les enfants leur mode de
consommation et leur permettre d'acquérir les connaissances nécessaires pour développer leur
prise de conscience sur les thématiques liées à leur santé et à la qualité des produits et services
offerts sur le marché, afin qu’ils puissent remplir leur rôle de consommateur responsable, averti
et influent. Les thèmes sont la santé, l’alimentation, l’activité physique, la consommation
durable, et le gaspillage. Le champ d’intervention couvre tous les gouvernorats selon les
ressources allouées. Cinq (05) éditions ont été organisées jusqu’à aujourd’hui (2016-2017-2018-
2019-2020).
La Société Civile joue un rôle important dans la sensibilisation du consommateur à la
consommation éco-responsable. Les initiatives sont multiples dans ce sens. Les plus développées
sont celles en relation avec la réduction des emballages plastiques. Heinrich Boll Stitftung a par
exemple produit un court métrage sur les déchets plastiques intitulé “Plastocratie”. Par ailleurs,
le Collectif Zéro Déchet Tunisie est un ensemble de citoyens et d’associations qui militent pour
la préservation de l’environnement et l’amélioration de la qualité de vie, à travers la promotion
du concept Zéro Déchet en Tunisie. Il incite le consommateur tunisien à réduire la consommation
de plastique à la source. WWF a lancé son projet STOP Plastic Pollution qui est axé
essentiellement sur la sensibilisation de toutes les catégories de consommateurs.
Objectif opérationnel 3 : Développer la consommation des produits labellisés
Bien que les produits bio de la Tunisie soient destinés plutôt à l’exportation, le marché local est
en train de se développer. La vente en ligne ainsi que la vente en magasins progressent. Des
évènements, tels que la semaine de l’agriculture biologique, ont fortement contribué à la
promotion des produits biologiques. D’autres pratiques comme celle organisée par la
coopérative de consommation « Tunisie Coop », en collaboration avec la Direction Générale de
l’Agriculture Biologique, du 5 au 16 mai 2017 pour la vente directe des produits agricoles et agro-
alimentaires issues de l’agriculture biologique, durable et des petits exploitants agricoles et des
femmes rurales contribuent à faire connaître les produits agro-alimentaires labellisés.
Le projet PAMPAT, cité auparavant, a largement contribué à l’instauration de cette culture,
particulièrement à travers l’organisation du Concours Tunisien des Produits du Terroir qui a lieu
à une fréquence biannuelle
(http://www.concours-terroir.tn/).
Le Ministère des Affaires Culturelles à travers l’organisation de l’évènement “Journée des
Régions” qui a lieu tous les vendredis à la Cité de la Culture, depuis l’année 2019 (évènement
suspendu à cause de la crise sanitaire) a constitué une occasion pour faire connaitre les produits


GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
63




Page 65
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

locaux des 24 gouvernorats et a offert l’espace aux participants pour la commercialisation de
leurs produits (Produits terroir, produits bio...).
6.2.2 Activités, projets et programmes déclenchés par le PAN MCPD tourisme ou qui
y sont liés
Axe stratégique 1 : Assurer la durabilité du tourisme balnéaire et son adaptation au changement
climatique
Objectif opérationnel 1.1. Promouvoir la gestion durable des ressources et inciter aux actions
collectives

La plupart des établissements hôteliers en Tunisie, principalement de catégories 4 * et 5*
utilisent la carte magnétique pour la fermeture des portes des chambres d’hôtels. Toutefois,
les statistiques officielles ne sont pas disponibles.


Plusieurs façons de contrôler et de minimiser les consommations en eau telles que des
robinets spécialisés, des chasses d’eau divisées, la réutilisation d’eaux usées pour d’autres
usages tels que l’arrosage et le recours à l’eau des pluies grâce à la bâche à eau sont pratiquées
dans des établissements hôteliers en Tunisie (généralement appartenant à des groupes
internationaux). Toutefois la généralisation de ces pratiques est loin d’être faite.
La sensibilisation des clients résidents à la maitrise de la consommation des ressources (eaux,
électricité) reste limitée, elle ne dépasse pas les petits autocollants collés sur les miroirs ou des
brochures suspendues au poignets aux portes d’entrées des chambres d’hôtels qui ne sont pas
généralement consultées par les clients résidents.
Le secteur touristique est considéré comme un client potentiel des eaux usées traitées.
L'arrosage des terrains de golf par les EUT est une pratique très courante en Tunisie. Les golfs
de la Soukra, Gammarth, Hammamet, Sousse, Monastir, Djerba et Tabarka sont irrigués à
partir des eaux épurées. En 2019, 10 terrains de golf sont en activité et sont alimentés à partir
de 8 STEP. La surface irriguée est de 612 ha, le volume utilisé a été de 7,6 Mm3.
Le secteur du tourisme à travers la Fédération Tunisienne de l’Hôtellerie, bénéficie des actions
menées par le projet “AdéSoCol” : Programme d'appui au développement de la filière solaire
thermique collective en Tunisie, mis en œuvre par l’ANME. Ledit projet qui est financé en
partie par l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie ‘ADEME’, a pour objectif
général d'appuyer le développement de la filière du solaire thermique collective à l’échelle
nationale et régionale, à travers la mise en œuvre d’activités techniques et d’autres de
communications et de renforcement de capacités. La première phase du projet a été réalisée
durant la période 2018-2019, une deuxième phase couvrira la période 2020-2022.

Objectif opérationnel 1.2. Développer la gestion durable des déchets et leur valorisation

Le tourisme de masse, essentiellement balnéaire, pour lequel la Tunisie est connue engendre
de vrais problèmes liés aux déchets (déchets organiques, déchets plastiques ou en carton) et
ce à cause de la formule “All Inclusive” qui est très répandue en Tunisie.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
64





Page 66
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Malgré l’ampleur de cette problématique, de gestion durable des déchets et leur valorisation
dans les établissements hôteliers, les initiatives restent très timides dans ce sens et
ponctuelles.

Objectif opérationnel 1.3. Améliorer
environnementale
la qualité de
l'offre et développer
la certification

La certification environnementale des établissements touristiques n’a pas eu lieu jusqu’à
l’heure actuelle. En revanche la Tunisie a adhéré à d’autres initiatives en rapport avec la qualité
des plages et au tourisme balnéaire. Il s’agit notamment du
Programme Pavillon Bleu qui
consiste en un programme complet pour atteindre le développement durable en valorisant les
plages et les ports de plaisance en les aménageant selon les critères du « Pavillon Bleu » qui
concernent les quatre volets suivants : La qualité de l’eau, l ’éducation et l’information
environnementales, la gestion environnementale, la sécurité et les services. Une commission
Nationale qui regroupe des représentants de tous les Ministères concernés a été établie pour
examiner chaque année les dossiers de candidature des différents participants avant de les
soumettre à travers l’ATPNE à la commission internationale d’attribution du Pavillon Bleu.
Objectif opérationnel 1.4. Inciter à l’intégration d’une démarche sociale et sociétal

La RSE est récente en Tunisie. Le Label RSE de la CONECT a été mis en place en 2015 tandis que
la loi RSE a été promulguée en 2018. Des efforts importants restent à faire pour sensibiliser les
acteurs touristiques dans l’engagement au niveau d’une démarche RSE
Objectif opérationnel 1.5. Promouvoir la consommation des produits locaux de terroir et bio

L’action n’est pas encore structurée, à travers par exemple la prise en compte dans les critères
de classification des hôtels et des restaurants. Toutefois, des initiatives ponctuelles ont vu le
jour depuis quelques années. Des conventions entre des producteurs biologiques et des
restaurants ont eu lieu. Ces restaurants offrent à leur clientèle des produits bio et les affichent
d’ailleurs sur la carte de menu pour attirer une clientèle de qualité intéressée par les produits
biologiques. Cette approche est très répandue pour l’huile d’olive produite en mode
biologique.
Objectif opérationnel 1.6. Prendre en compte du risque de submersion et d'érosion côtière

La Stratégie Nationale Bas Carbone et Résiliente aux Changements Climatiques à l’horizon
2050, en cours d’élaboration prend en compte la vulnérabilité côtière de la Tunisie et
considère l’adaptation du Littoral comme axe important de cette stratégie. D’ailleurs afin de
tenir compte de cette vulnérabilité par le secteur du tourisme, de nombreuses mesures vont
être considérées dans le cadre de cette stratégie pour une adaptation du secteur touristique
dans un contexte de changement climatique.
Un Projet pour Lutter contre les Vulnérabilités et les Risques liés aux Changements Climatiques
dans les Zones Côtières Vulnérables de la Tunisie est en cours de mise en œuvre (2014-2021)
par l’APAL en collaboration avec le PNUD. Le projet « Résilience Côtière » a pour objectif de
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
65




Page 67
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

lutter contre les vulnérabilités et les risques liés aux changements climatiques dans les zones
côtières vulnérables de la Tunisie. Le projet s’articule autour des axes suivants :
- La mise à jour des cadres réglementaires et législatifs pour réduire les impacts des
changements climatiques sur le développement côtier et rendre l’infrastructure
existante plus résiliente ;
- L’application de mesures souples et innovantes de réduction des risques liés aux
changements climatiques et à la gestion de l’eau en adéquation avec la Gestion Intégrée
des Zones Côtières ;
- La mise à disposition d’une meilleure information sur le climat pour la surveillance des
risques côtiers, le système d’alerte précoce et la planification d’un développement
résilient au climat ;
- La mobilisation de fonds publics et privés pour financer des projets d’adaptation côtiers
au niveau national et local ;
- L’introduction des méthodes de transfert de risque auprès des secteurs public et privé.
Une Stratégie Nationale de Gestion Intégrée des Zones Côtières (SNGIZC) a été
développée
Axe stratégique 2 : Développer le tourisme culturel et naturel
Objectif opérationnel 2.1. Prioriser les branches de l’écotourisme, l’agritourisme et le tourisme
culturel et développer l'offre d'hébergement tout en prenant en considération la vulnérabilité et la
capacité de charge des systèmes

La diversification des types d’hébergement se développe timidement en Tunisie. Toutefois, il
faut reconnaitre que le nouveau cadre d’investissement qui est entré en vigueur en 2017 a
incité à la création de maisons d’hôtes et gites ruraux et autres types d’hébergement alternatif.
En 2019, la commission technique des établissements de tourisme a examiné 09 dossiers de
gites ruraux et 33 dossiers de chambres d’hôtes. L’année 2019 a connu la mise en exploitation
de 17 chambres d’hôtes (une capacité de 187 lits) et 07 gites ruraux (une capacité de 141 lits).
La Tunisie présente en 2019 une capacité des gites ruraux estimée à 244 lits et des chambres
d’hôtes dont la capacité totale est de 443 lits (ONTT, 2019)
Afin de promouvoir les hébergements touristiques de petite taille (chambres d’hôtes,
hébergements de charme, gîtes ruraux et campements), une convention a été signée durant
le mois d’octobre 2020 réunissant la FTH et l’association EDHIAFA qui rassemble les
hébergements touristiques de petite taille. Cette convention va permettre à l’association, de
pouvoir émettre des avis, des propositions et des recommandations qui permettront de
promouvoir les hébergements touristiques de petite taille en Tunisie. Grâce à cette
convention, l’association pourra accompagner la FTH dans les réunions techniques ayant trait
à son domaine d’activité. En d’autres termes, les hébergements de petites tailles se feront
représenter dans les processus de prise de décision des professionnels du secteur touristique.
Objectif opérationnel 2.2. Aménager, réhabiliter et valoriser les sites

L’aménagement des sites, leur réhabilitation et leur valorisation revient à de nombreuses
entités et institutions de l’Etat, citons particulièrement, l’Office National du Tourisme Tunisien
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
66




Page 68
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

“ONTT” sous la Tutelle du Ministère du Tourisme et de l’Artisanat, l’Agence de Mise en Valeur
du Patrimoine et de la Promotion Culturelle AMVPPC sous la tutelle du Ministère des Affaires
Culturelles , la Direction Générale des Forêts “DGF” sous la tutelle du Ministère de
l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche ainsi que le Ministère des Affaires
Locales et de l’Environnement.
De nombreux projets ont été mis en œuvre pour l’aménagement des sites, citons
particulièrement le Projet Ecotourisme et Conservation de la Biodiversité Désertique mis en
œuvre par le Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement et dont les composantes
ont été réalisées par le MALE, la DGF et l’ONTT. L’objectif du projet est de contribuer à la
préservation de la biodiversité du désert et à la durabilité des terres désertiques dans trois
parcs nationaux sélectionnés (Bouhedma, Jbil, et Dghoumes) en intégrant le développement
de l’écotourisme et l’engagement communautaire. L’approche privilégiée vise en outre la
contribution au développement local à travers la création de nouvelles opportunités d’emploi
et d’activités notamment pour les femmes et les jeunes.
Objectif opérationnel 2.3. Objectif opérationnel 2.3. Aménager les infrastructures d'accès


L’aménagement des infrastructures d’accès se fait dans le cadre de projet de développement
ruraux ou agricoles intégrés mis en œuvre par le MARHP ;
Les Pistes d’accès dans le domaine forestier est à la charge de la DGF et se fait généralement
dans le cadre de Projet de Développement Forestier.
Objectif opérationnel 2.4. Améliorer la qualité de l'offre, renforcer les capacités et développer la
labellisation

La Tunisie a lancé officiellement, en septembre 2017, un label Qualité Tourisme Tunisie, Le
projet a été mené dans le cadre d’un jumelage institutionnel entre la France, l’Autriche et la
Tunisie, au bénéfice de l’ONTT et des professionnels (hôtels et hôtels de charme ; gîtes ruraux
et chambres d’hôte ; restaurants touristiques ; agences de voyages. Il a pour but de
repositionner la Tunisie sur les marchés internationaux. Six engagements, orientés vers la
satisfaction des clients, ont été retenus : (1) réserver un accueil disponible, courtois et efficace
(2) fournir des informations claires, actualisées et fiables sur les services à destination des
touristes (3) offrir une prestation et une expérience uniques (4) faciliter la découverte de la
destination (5) proposer les services d’équipes compétentes (6) être à l'écoute afin de
satisfaire toutes les attentes.

Wild Tunisia, soutenu par la fondation Drosos est un label mis en
place en 2020 par WWF en collaboration avec ses partenaires potentiels,
essentiellement la Direction Générale des Forêts et l’Institut National de
Normalisation et de la Propriété Industrielle. Il s’inscrit dans le cadre de la
préservation des ressources naturelles, la promotion durable des produits et
services issus des aires protégées, de leurs alentours et des zones à haute
valeur écologique par l’amélioration des conditions socio-économiques des populations de ces
zones et l’utilisation durable des ressources naturelles. Le label de certification Wild
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
67




Page 69
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Tunisia est un gage de qualité et un signe d’excellence pour les consommateurs des produits
et services issus des aires protégées et de leurs alentours.
Les bénéficiaires du label Wild Tunisia sont les producteurs de miel, d’huiles essentielles et les
fournisseurs de services de randonnée écotouristique dans les aires protégées de la Tunisie et
leurs alentours ainsi que les sites naturels à haute valeur écologique. Ce label permettra de
stimuler l’économie de la région tout en respectant les principes du développement durable.
Un Label Green Destination est prévu par la Fédération Tourisme Authentique Dhaher
“FTADD” dans le cadre du Projet “DHAHER
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
68






Page 70
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Objectif opérationnel 2.5. Renforcer l'approche participative, impliquer les communautés locales et
développer le réseautage à travers les ONG


Les initiatives sont multiples dans ce sens. Citons d’une manière non exhaustive :
Le
Projet WILD TUNISIA mis en œuvre par WWF (voir ci-dessus)
Le
projet MEDUSA : (2019-2022) mis en œuvre par WWF et financé par l’UE, œuvre pour
développer une forme de tourisme d’aventure (AT) compétitive en Méditerranée, fondée sur
les valeurs de durabilité environnementale et économique et créant davantage de débouchés
commerciaux et de nouveaux emplois dans les sites naturels. Il a pour objectifs de: (1) Identifier
et valoriser les atouts territoriaux pour développer des produits AT (hors saison), (2) Promouvoir
un engagement multipartite dans un processus de renforcement des capacités et d'échange
d'expériences, qui formalisera les rôles et responsabilités pour l'intendance des destinations
Tourisme d’Aventure (3) Mettre en œuvre des actions pilotes pour déployer des produits AT
améliorés et nouveaux et développer des forfaits touristiques par le biais d'alliances de
marketing transfrontalières.
Le Projet
“ Jebel Dhaher “, réalisé dans le cadre de la coopération tuniso-suisse et qui regroupe
des intervenants des gouvernorats de Tataouine, Médenine et Gabès. Son objectif est d’attirer
des touristes tunisiens et étrangers intéressés par la découverte de paysages grandioses et
insoupçonnés en Tunisie par la rencontre avec l’habitant, la culture et l’histoire du pays, la
randonnée et la géologie...Ledit projet offre une alternative au modèle touristique tunisien
encore axé sur le balnéaire et de plus en plus de masse. La Fédération Tourisme Authentique
Destination Dhaher (FTADD) officiellement statuée en 2018 est chargée de la mise en œuvre du
Projet, de la mise en réseau des différents intervenants du secteur du tourisme dans les
gouvernorats concernés. Le projet favorisera aussi les valeurs de l’économie sociale et solidaire
en offrant un cadre adéquat de coopération et de solidarité entre l’ensemble des intervenants
à l’échelle locale.

Axe stratégique 3 : Mettre en place un Marketing adapté aux spécificités des régions
Objectif opérationnel 3.1. Sensibiliser les touristes du balnéaire et valoriser les initiatives des hôtels
engagés
Objectif opérationnel 3.2. Faire connaitre l'offre de tourisme culturel et naturel et la richesse des sites
tunisiens à l’échelle nationale et internationale


Le nouveau site Web développé par l’ONTT depuis l’année 2016 “www.discovertunisia.com”
témoigne de la volonté de l’Etat tunisien de présenter un produit touristique diversifié
valorisant les atouts du pays (naturels, culturels, culinaires...). Les spots promotionnels diffusés
sous le Slogan “La Tunisie, le pays aux multiples voyages” tentent de dépasser l’image de la
Tunisie en tant que destination balnéaire et la doter d’une nouvelle image de marque
caractérisée par la diversification des produits touristiques offerts.
Les campagnes de communication autour du tourisme tunisien se diversifient de jour en jour.
Les opérations faites dans le cadre de salons internationaux de tourisme ou à travers les réseaux
sociaux mettent en valeur aujourd’hui un produit touristique très diversifié en dehors du
tourisme balnéaire. D’autres RDV internationaux, en dehors de ceux liés au secteur, peuvent
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
69




Page 71
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL



être saisis pour faire connaitre le tourisme tunisien, il s’agit de la COP sur les changements
Climatiques ainsi que la COP sur la Biodiversité.
Le renforcement des capacités des acteurs de la promotion touristique est indispensable pour
rénover les outils. Une Formation en Commercialisation électronique des produits touristiques
a eu lieu début 2021. Cette formation est organisée par l’OIT et éco-certifiée par la Fédération
Tunisienne de l’Hôtellerie FTH et l’Agence de Formation des Métiers du Tourisme (AFMT).
La FTAV et la FTH ont créé durant le premier semestre 2021 un Comité Stratégique Innovation
dans chacune de leurs fédérations. Ces comités stratégiques visent à réfléchir sur l’innovation
dans le secteur touristique et promouvoir des actions favorisant cette dernière.
En effet, à l’image de ce qui se passe dans d’autres secteurs au niveau national et international,
ces comités auront pour rôle d’initier un écosystème de l’innovation à travers une action
collaborative entre l’Etat, les universités, les opérateurs classiques, les entreprises innovantes,
les start-ups, les investisseurs, les organismes de soutien aux entrepreneurs (accélérateurs,
incubateurs, etc.), les bailleurs de fonds ainsi que toutes autres parties prenantes.
Ils se pencheront sur les best practices des plus grandes destinations touristiques en matière de
technologies et d’innovation pour déterminer les approches les plus adaptées pour le secteur.
Ils travailleront également à effectuer un mapping des entreprises innovantes et des startups
existantes et à favoriser toute forme de collaborations avec des opérateurs classiques du
secteur.


. Objectif opérationnel 3.3. Impliquer la population locale

L’implication de la population locale à travers une approche participative lors de la conception
et mise en œuvre de projets se fait de plus en plus actuellement en Tunisie. C’est le cas du
Programme “Tunisie notre Destination” décrit ci-dessous ou le projet Dhaher mentionné dans
le cadre de ce travail ou également le projet Développement de l’Ecotourisme dans les aires
protégées mis en œuvre par le MALEn , les projets Wild Tunisia et MEDUSA mis en œuvre par
WWF adoptent également cette approche.
Objectif Opérationnel 3.4. Développer la coopération internationale et l'échange d'expériences


Le programme d’appui au tourisme tunisien “Tounes wijhatouna”, “Tunisie notre destination”
est le fruit le plus récent de la coopération internationale dans le domaine du tourisme. Il s’agit
d’un projet de soutien à la diversification du tourisme, au développement de l’artisanat et à la
valorisation du patrimoine culturel, mis en œuvre par la Délégation de l’union Européenne en
Tunisie. Le projet qui s’étalera sur six ans jusqu’à 2024 œuvrera pour la création de réelles et
profitables connexions entre les secteurs du tourisme, de l’artisanat et de la culture, pilotée par
une centrale d’expertise.
La priorité de ce programme est d’améliorer et de renforcer la qualité de l’offre touristique. En
effet le développement du tourisme durable et des segments spécialisés comme l’éco-tourisme
et le tourisme culturel permettra au tourisme tunisien de se positionner sur les marchés de
hautes gammes, à forte valeur ajoutée, de préserver un environnement fragile et de valoriser
l’image de la destination TUNISIE.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
70




Page 72
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

De nombreux projets évoqués dans le cadre de ce travail ont été également développés dans le
cadre de la coopération internationales et favorisent l’échange et partage d’expériences (Projet
Dhaher, Projet MEDUSA...)
6.3 Structures de Gouvernance des PAN MCPD agroalimentaire et
Tourisme
Afin d’assurer la gouvernance des PAN-MCPD des secteurs “agroalimentaire” et “tourisme” en Tunisie, un
schéma de gouvernance
commun a été proposé, il est constitué
- D’un organe de pilotage et de prise de décision
-
D’un coordinateur national MPCD
-
D’unités de gestion :
-
De groupes thématiques
Il a été également recommandé de mettre en place une structure de veille ou observatoire par secteur qui
se chargera de :
- Mettre en place et suivre les indicateurs qui traduisent les MPCD du secteur
-

-
Suivre les tendances internationales,
Publier des newsletters régulières et des alertes pour le profit des parties prenantes
Afin de ne pas multiplier les structures, il a été recommandé que l’ONTT joue le rôle de structure de veille
pour le secteur du tourisme et que l’ONAGRI et l’APII joue le rôle de structure de veille pour le secteur de
l’agro-alimentaire.
Les informations disponibles relatives à ce schéma de gouvernance révèlent que :
Seul le coordinateur National MCPD a été désigné par le MALE, il est rattaché à la Direction
Générale de Développement Durable.

Les données concernant la création de ces structures de gouvernance ne sont pas disponibles.
D’ailleurs, il faut mentionner que le document officiel du PAN MCPD agroalimentaire est
disponible sur le Site WEB de l’ONAGRI. Aucune indication de celui relatif au tourisme n’est
disponible sur le site WEB de l’ONTT qui devrait d’après le schéma de gouvernance assurer la
structure de veille pour la mise en œuvre du PAN MCPD en question.
Ces éléments peuvent témoigner des limites d’appropriation des PAN MCPD par les secteurs concernés
bien que les plans d’action préparés et validés aient été élaborés en adoptant une approche participative
et en élargissant le cadre de concertation.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
71









Page 73
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

7 Mise en œuvre des ODD en Tunisie
7.1 Mécanisme institutionnel pour la mise en œuvre des ODD.
Depuis l’adoption d’Agenda 2030 en 2015, la Tunisie a opté pour un co-pilotage de mise en œuvre des
ODD. En effet, le volet politique est confié au Ministère des Affaires Etrangères “MAE “alors que le “Volet
Technique & coordination interministérielle” est confié au Ministère chargé de la Coopération
Internationale aujourd’hui appelé Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Appui à l’Investissement
MEFAI.
Le schéma suivant illustre le montage institutionnel chargé du suivi des ODD en Tunisie :
Figure 14 : Mécanismes institutionnels de suivi des Objectifs de développement Durable en Tunisie ; ODD
Extrait du Rapport National Volontaire : RNV 2019
Le MEFAI, s’est lancé depuis 2016 dans la communication, la sensibilisation et l’éducation autour des ODD
en partenariat avec l’ensemble des parties prenantes à l’échelle nationale mais également à l’échelle
régionale et locale. Le Processus a été initié par la consultation nationale
“La Tunisie que nous voulons
qui a été conduite dans le cadre du processus global de réflexion sur les priorités de développement pour
l'agenda post-2015. Avec l’appui du SNU, la consultation nationale a été menée auprès de toutes les
parties et de toutes les composantes de la société civile afin d'identifier les priorités de développement en
Tunisie pour la période post-2015.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
72





Page 74
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Les résultats de cette consultation nationale ont démontré que les Tunisiens ont six domaines prioritaires
dans lesquels ils veulent voir des améliorations dans leur pays
: l'éducation, la pauvreté et l'alimentation,
la santé, l'emploi, la gouvernance et les disparités régionales.

Afin de faciliter la coordination du suivi de mise en œuvre des ODD, le Ministère des Affaires Locales
et de l’Environnement a créé, en mois de mars 2019, son Comité interministérielle de suivi des ODD. Il
est composé de représentants des directions techniques générales, des points focaux nationaux des
trois conventions de Rio, et des organismes sous-tutelle. La Direction Générale de Développement
Durable a été désignée Président dudit comité alors que l’OTEDD a été désigné Rapporteur.
7.2 Dispositifs de suivi des ODD
Trois dispositifs (03) sont prévus par la Tunisie pour le suivi de mise en œuvre de l’Agenda 2030, il s’agit
de l’élaboration du Rapport National de suivi de mise en œuvre des ODD, le portail national des ODD ainsi
que la plateforme des Indicateurs de suivi des ODD.
Figure 15 : Dispositifs de suivi de la mise en œuvre des Objectifs de développement Durable.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
73





Page 75
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

7.2.1 Elaboration des Rapports Nationaux Volontaires de la Tunisie RNV 2019 et RNV
2021
L’objectif global de cet examen, est de présenter le processus engagé par le gouvernement Tunisien pour
assurer l’intégration des ODD dans le cadre national de développement et pour favoriser leur
appropriation nationale par l’implication des différents acteurs nationaux. Cet objectif intègre, également,
les efforts engagés pour assurer une réelle intégration des trois dimensions du développement durable en
mettant en exergue les avancées réalisées dans le cadre de la mise en œuvre de l’Agenda 2030, au niveau
des objectifs eux-mêmes et au niveau des moyens utilisés pour les atteindre ainsi que les défis et les
difficultés rencontrées dans la mise en œuvre.
Afin de préparer le premier rapport (RNV 2019), une feuille de route a été élaborée par suite d’une large
concertation et un comité de pilotage national (COPIL) présidé par le MDICI a été mis en place. Ayant pour
tâches le suivi du processus de préparation de l’ENV, la validation du plan du rapport et la vérification de
son contenu, il regroupe les points focaux des ministères et agences nationales, les représentants de la
société civile, les représentants des organisations nationales (UTAP, UGTT, UTICA), l’INS, des représentants
du secteur privé et des universitaires. Le COPIL a été appuyé par le SNU et par des consultants recrutés
pour la rédaction du rapport. Parallèlement des groupes de travail par ODD ont été créés au niveau des
ministères concernés regroupant tous les acteurs ayant pour objectifs d’alimenter les travaux du COPIL.
La rédaction de ce rapport a été préparée conformément aux
directives fournies par le FPHN des Nations Unies pour la
préparation d’un examen national volontaire par pays et selon
une approche participative impliquant les principales parties
prenantes. Avec l’appui des experts, les 17 groupes de travail
ont organisé une série de réunions pour préparer leurs
contributions dans le rapport. Au terme de ce travail, un atelier
national a été organisé, en Mars 2019, ayant pour objectif la
restitution de l’état d’avancement des travaux de ces groupes.
Le MDICI (coordinateur national des ODD), avec l’appui du
système des Nations-Unies et les experts, a organisé trois
ateliers régionaux afin d’assurer une meilleure implication des
acteurs régionaux (citoyens et collectivités locales), les acteurs
de la société civile et les élèves dans la préparation du RNV.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
74




Page 76
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Ce rapport a été présenté le 18 juillet 2019 à New York, dans le cadre d’un forum politique de haut niveau
sur le développement durable organisé par l’ONU, du 15 au 19 juillet 2019.
En 2019, la Tunisie a occupé la deuxième place en matière de mise en œuvre des ODD à l’échelle du
continent africain avec un score de 66.12 devancée par les Iles Maurice ayant obtenu un score de
66.19, selon le “Africa SDG Index”2019.
Au titre de l’année 2020, la Tunisie a occupé la première place pour le même Index à l’échelle de
l’Afrique sur 52 pays.
Le rapport précise que le taux de réalisation de la Tunisie des ODD a atteint 67.7%, devant l’Ile Maurice
(66.8%), le Maroc (66.3%) et l’Algérie (65.9%).
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
75






Page 77
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

En qui concerne l’élaboration du 2ème Rapport National Volontaire 2021, la Tunisie a renouvelé son
adhésion à la revue volontaire en présentant son second RNV-2021 qui s’inscrit dans la thématique du
FPHN : "
Une reprise durable et résiliente de la pandémie du COVID-19 qui favorise les dimensions
économiques, sociales et environnementales du développement durable: construire une voie inclusive et
efficace pour la réalisation de l'Agenda 2030 dans le contexte de la décennie d'action et de réalisation
pour le développement durable”
.
Les travaux relatifs à l’élaboration de cet examen ont été déclenchés lors d’un atelier virtuel durant le mois
de novembre 2020. La même démarche a été suivie pour l’élaboration DU RNV 2021. Les ateliers de
concertation ainsi que les réunions du Comité de Pilotage ont été organisés d’une manière virtuelle.

7.2.2 Portail des ODD en Tunisie
Ce portail accessible à l’adresse https://www.tunisiaodd.tn/ est mis en place par le MEFAI avec l’appui du
PNUD. Il s’agit d’une plateforme collaborative de l’ensemble des acteurs engagés dans la mise en œuvre
de l’Agenda 2030. Le portail offre également un espace “Jeunes” et un espace enfants “Kids zones” afin
de sensibiliser la jeunesse et l’enfance aux ODD et les impliquer dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030.
7.3 Plateforme des indicateurs de suivi des ODD en Tunisie
Le processus a été déclenché au mois de juin 2019. Le Système des Nations Unies à travers le Fonds des
Nations Unies pour la Population UNFPA apporte son appui à l’Institut National de la Statistique pour la
réalisation de cette plateforme. Il s’agit en d’autres termes d’une base de données des indicateurs de suivi
des ODD. Les services Compétents de la Banque Africaine de Développement apporte leur expertise
technique pour le développement de ladite plateforme.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
76





Page 78
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

7.4 Alignement des ODD avec le cadre de planification National de
Développement
En plus de l’effort concentré sur le reporting du suivi de mise en œuvre des ODD, la Tunisie a entrepris,
avec l’appui du SNU des travaux techniques ayant pour objectifs d’accélérer l’atteinte de l’agenda 2030 à
travers l’intégration des ODD dans la planification nationale. Le modèle MAPS (intégration, accélération et
appui aux politiques) développé par le Groupe de développement des Nations Unies pour le
développement (UNDG) – par le biais de son Groupe de travail sur le développement durable (SDWG) a
été adopté en Tunisie pour l’atteinte de cet objectif.
Le modèle MAPS signifie :



L’intégration (Mainstreaming) où on vise à intégrer le Programme 2030 et ses ODD dans les plans
de développement nationaux, régionaux et locaux
L’accélération (Acceleration) qui a pour objectif de cibler et orienter les ressources nationales (et
de l’ONU) sur des domaines prioritaires identifiés au cours du processus d’intégration, en
accordant une attention particulière aux synergies et aux compromis intersectoriels (reflétant
ainsi le caractère intégré du programme), aux goulets d’étranglement, aux financements, aux
partenariats et à la mesure. Chargé de la planification, suivi &évaluation et communication au
bureau des Nations Unies à Tunis.
L’appui aux politiques (Policy Support) qui a pour but de veiller à ce que les compétences et
l’expertise détenues par le SNU soient mises à disposition des pays d’une manière efficiente et
rapide.
Ainsi et afin d’appliquer ce modèle au cas tunisien, d’importants travaux ont été réalisés d’une manière
concertée, il s’agit notamment de :
i.
ii.
iii.
iv.
La Data Gap Analysis (DGA) et le Rapid Integrated Assessment (RIA) réalisés en 2018 ;
Les fiches d’alignement et d’intégration pour chaque cible, réalisées en 2019 ;
Les matrices d’intégration/accélération des cibles réalisées en 2019
La priorisation des cibles dans un contexte post Covid réalisée entre juillet et septembre 2020.
En ce qui concerne l’Intégration des ODD dans le Plan Quinquennal de Développement et les stratégies
nationales, l’Analyse Rapide Intégrée (RIA) a révélé que sur les 105 cibles retenues, 84 cibles sont
couvertes par les objectifs/actions du PQD dont 49 cibles sont parfaitement alignées. Malgré le nombre
important et la diversité des objectifs stratégiques identifiés et retenus, de nombreuses problématiques
soulevées par les cibles des ODD ne sont pas couvertes dans le PQD. Au regard de ces résultats, le
gouvernement s’engage à combler les gaps constatés au niveau de l’actuel cadre de planification et
d’ajuster les objectifs stratégiques du pays à l’occasion du prochain plan de développement pour qu’ils
cadrent avec les cibles des ODD. Le gouvernement accordera plus d’importance à la quantification pour
faciliter le suivi et la mise en œuvre des ODD.
Quant aux fiches d’alignement, elles ont été renseignées par les 17 groupes ODD crées avec l’appui
d’experts nationaux mobilisés par le PNUD.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
77




Page 79
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

L’exercice de priorisation des cibles des ODD pour la Tunisie, a été également fait d’une manière
participative et en suivant la « Grille de Priorisation des Cibles des Objectifs de Développement Durable
(GPC-ODD) » développée par l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD –
Canada). Son principe de base consiste à considérer que « Plus une cible est jugée importante et peu
performante, plus elle sera prioritaire ». Elle a été utilisée par les NU dans différents pays comme le
Sénégal ou Madagascar.
L’approche a permis d’identifier les cibles de première priorité, les cibles de seconde priorité, des cibles
priorité à long terme, d’autres à pérenniser en plus des cibles non prioritaires ou non pertinentes pour la
Tunisie.
Les cibles de 1ère priorité ne vont pas servir uniquement à construire une vision de la Tunisie pour 2030,
mais doivent faire partie du plan quinquennal de développement 2021-2025 (PQD). La participation des
projets structurants dans la réalisation des cibles de 1ère priorité qui seront choisis dans le PQD, doit être
indiquée.
Pour l’ODD 12 ; l’exercice de priorisation des cibles a révélé les résultats suivants :
4 cibles ont été classées comme première priorité
4 cibles ont été classées comme seconde priorité
Le tableau suivant résume les résultats de priorisation des cibles relatives à l’ODD 12 :
Figure 16 : Priorisation des cibles de l’ODD 12 pour la Tunisie.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
78




Page 80
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Les résultats de cette priorisation pour les cibles de l’ODD 12 démontrent que l’instauration des différents
modes de consommation et de production durables est une priorité pour la Tunisie. Leur intégration dans
les processus de planification et de développement devra être fait d’une manière explicite et
systématique.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
79







Page 81
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

8 Politiques, stratégies et programmes liés aux MCPD
8.1 Stratégie Nationale de Développement Durable
8.1.1 Processus d’élaboration de la stratégie et acteurs impliqués
A partir de 2010 le département de l’environnement, faisant partie à cette époque d’un Ministère élargi
regroupant l’agriculture et l’environnement, a engagé un processus d’élaboration d’une Stratégie
Nationale de Développement Durable, SNDD.
Le processus d’élaboration de la stratégie, entamé à la fin de l’année 2010, au sein de la Direction Générale
du Développement Durable et en collaboration avec
le Programme des Nations Unies pour
l’Environnement/Plan d’Action pour la Méditerranée (PNUE/PAM), a abouti dans un premier temps à
l’élaboration d’un rapport devant constituer dans une deuxième phase la base d’une concertation élargie
entre les différents acteurs concernées et impliqués.
Il a été ainsi retenu par l’ensemble des intervenants et dès l’enclenchement du projet que la Stratégie
Nationale de Développement Durable, SNDD, devrait constituer un processus de planification participative
et récurrent, destiné à atteindre, de manière équilibrée et intégrée des objectifs de développement qui
prennent en considération en même temps et de manière équilibrée les aspects économiques, sociaux et
environnementaux. Ce processus doit toucher en même temps tous les niveaux, du national jusqu’au local.
Il s’inscrit dans une perspective d’équité intra et intergénérationnelle.
Six principes ont été retenu dès le départ, devant guider l’élaboration et la mise en œuvre de la SNDD ; il
s’agit de :
i.
ii.
iii.
iv.
v.
vi.
L’équité : Une démarche centrée sur les besoins de toutes les franges de la population sans aucune
discrimination,
Le long terme : Une ambition à long terme inscrite dans un calendrier précis et suscitant l’adhésion
de toutes les parties prenantes,
L’analyse systémique complète et fiable de la situation et des risques prévisibles qui entraveraient
la durabilité,
L’intégration : Un processus global et intégré conciliant dans la mesure du possible les impératifs
économiques, sociaux et environnementaux,
L’identification d’objectifs consensuels et précis de durabilité,
Le suivi et l’évaluation : Des dispositifs de suivi et d’évaluation de ces objectifs moyennant des
indicateurs définis et intégrés aux stratégies de façon à permettre de conduire les processus, de
mesurer les progrès et de tirer les enseignements des expériences précédentes.
En termes de démarche, le processus a été organisé en trois principales étapes ;
Une première étape d’identification et de validation des domaines prioritaires et des défis
correspondants ;
Une deuxième étape d’identification et de validation des axes stratégiques et des objectifs
opérationnels de la durabilité ;
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
80




Page 82
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Une troisième étape d’identification, de validation et de quantification des indicateurs de suivi et
d’évaluation des objectifs de la durabilité.
La stratégie de développement durable préconisée à cette époque s’inscrivait dans le long terme au niveau
des principes et des orientations générales ; elle s’est donnée toutefois un horizon temporel de plus courte
durée en termes d’actions et surtout d’objectifs à atteindre. Cette durée correspondait à
l’horizon 2016.
Cette date et sur la base des documents de planification disponibles, a été retenue comme horizon
temporel de la stratégie nationale de développement durable.
Dans le cadre de ce processus et en vue d’une concertation élargie sur la stratégie proposée notamment
les défis/domaines prioritaires, les indicateurs et les objectifs de développement durable en Tunisie, une
conférence nationale a été organisée le 15 décembre 2011 à Tunis en présence de plus de 150 participants
représentants des institutions publiques, autorités régionales, organisations professionnelles, société
civile et spécialistes/experts dans le domaine du développement durable.
8.1.2 Principaux objectifs et axes stratégiques
La stratégie nationale de développement durable pour la Tunisie, s’est appuyé essentiellement dans son
élaboration sur le principe de la concertation, de l’échange et de l’identification commune des axes
stratégiques et des objectifs à atteindre au moins jusqu’au niveau de l’horizon temporel prédéfini de 2016.
Les éléments de cette stratégie et après un travail d’expertise ont été discutés et approuvés par la majorité
des acteurs concernés. Dans ce sens, l’élément central de la stratégie a été constitué par ce qui a été
appelé en ce moment les défis de la durabilité de la Tunisie, ils étaient au nombre de onze. Chacun de ces
défis a été présenté et analysé de manière à définir son contexte de l’époque et les enjeux qui
l’accompagnent. À la suite de cela, des choix stratégiques et des indicateurs correspondants ont été
proposés pour chacun de ces défis.
L’ensemble des éléments constitutifs de la stratégie, à savoir les défis de la durabilité, les enjeux, les axes
stratégiques, les indicateurs ainsi que les objectifs ont fait l’objet d’une large concertation entre
l’ensemble des intervenants.
Onze domaines conditionnant la durabilité du développement en Tunisie ont été ainsi retenus tout le long
du processus de concertation ; il s’agit de :
i.
ii.
iii.
iv.
v.
vi.
vii.
viii.
ix.
x.
xi.
Les modes de consommation et de production,
L’équité sociale et la création d’emplois,
La disponibilité en ressources naturelles et leurs modes de gestion,
Le niveau de la qualité de vie des citoyens,
Le niveau de contribution de la ville à l’essor social et économique des populations,
Les modalités d’occupation, de gestion et de préservation du littoral,
Le niveau de performance du transport des personnes et des marchandises,
La capacité d’économiser l’énergie et la promotion des ER
La capacité d’adaptation aux changements climatiques,
Le degré et le niveau de connaissance de la société,
Les modalités de gouvernance en matière de promotion du développement durable.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
81




Page 83
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Déjà à l’époque, en 2010-2011, les modes de consommation et de production ont été retenu comme le
premier défi à la durabilité et la base de tout développement durable pour la Tunisie ; il était déjà écrit
dans la stratégie : « Nos modes de consommation ont considérablement évolué en Tunisie au cours de ces
dernières décennies, nous nous rapprochons très rapidement des modes de consommation des pays
développés. Ainsi, notre société se caractérise de plus en plus par une consommation de plus en plus
intense de biens et de services, alliée à des durées de vie des produits de plus en plus courtes, ce qui
accroît nos consommations de ressources naturelles ainsi que nos productions de déchets et de nuisances.
Ces nouveaux modes de consommation touchent l’ensemble des aspects de la vie, depuis les produits
alimentaires de première nécessité jusqu’aux produits considérés secondaires en passant par les services
de transport et surtout de construction et de bâtiment.
Dans ce contexte, l’enjeu est d’orienter nos modes de production et de consommation vers une économie
plus durable, qui limite l’exploitation des ressources naturelles, les impacts sur l’environnement tout en
améliorant notre compétitivité, notre qualité de vie ainsi que les conditions sociales de production. »
Cet aspect relatif aux modes de consommation et de production concernait au niveau de la SNDD
l’ensemble des activités et tout particulièrement celles liées aux produits de grande consommation
comme le secteur agroalimentaire, le bâtiment et le transport et se décline à chaque étape du cycle de vie
des produits, depuis leur conception jusqu’à leur valorisation après usage, en passant par les différentes
étapes de production, de distribution et d’utilisation.
Relever ce défi repose en conséquence sur la mobilisation de tous les acteurs : citoyens, consommateurs,
entreprises de production, distributeurs et pouvoirs publics. Le comportement et l’implication de chacun
sont déterminants pour assurer le succès des changements profonds qui touchent à l’organisation de nos
modes de vie. Modifier nos modes de production et de consommation implique d’agir simultanément sur
l’offre et la demande.
8.1.3 Principales activités
Rien qu’au niveau des modes de consommation et de production, la SNDD de 2010-2011 a relevé quatre
défis essentiels qu’il y a lieu à relever, dont chacun est spécifique à un domaine d’activité socioéconomique
important en Tunisie ; il s’agit particulièrement de l’agriculture, de l’industrie, du tourisme et du bâtiment.
L’agriculture a été jugé ainsi comme une activité largement consommatrice en ressources naturelles. En
effet et dans un contexte marqué par la recherche d’une autonomie alimentaire et d’une satisfaction des
besoins sociaux de la population, les pouvoirs publics ont axé leurs efforts depuis au moins une
quarantaine d’années sur une exploitation de plus en plus intense des ressources naturelles disponibles
et plus particulièrement, les eaux, les terres agricoles, les parcours et les ressources halieutiques. C’est
uniquement à travers une meilleure valorisation de ces ressources et un souci d’adaptation des modes
d’alimentation aux moyens des tunisiens, à leur culture et à leurs spécificités qu’il serait possible dans
l’avenir d’assurer un meilleur équilibre entre les disponibilités naturelles et la production agricole.
Sur un autre plan ; non moins important ; la SNDD a insisté sur l’impact des changements climatiques sur
le secteur agricole. Ainsi, certaines activités agricoles, voire des exploitations aujourd’hui compétitives
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
82




Page 84
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

pourraient ne pas résister dans l’avenir aux impacts des changements climatiques. Un résultat lourd de
risques pour l’économie agricole et par voie de répercussion pour les équilibres sociaux du pays.
Dans le domaine industriel, la SNDD a insisté sur le fait que le paysage industriel tunisien apparaît constitué
d’une multitude de zones industrielles plus ou moins grandes regroupant des activités diverses et
présentant un niveau environnemental différent d’une zone à une autre. La plupart des installations
industrielles présentent encore des formes de pollution diverses. Il est de ce fait indispensable que le
développement du secteur industriel devra être pensé dorénavant dans le but de renforcer sa
compétitivité ; et ce du fait essentiellement que les unités industrielles seront de plus en plus confrontées
à la concurrence internationale. La SNDD insiste dans ce sens sur le fait que les années à venir vont
constituer une étape cruciale pour la pérennité des entreprises, celles-ci seront appelées à mener des
actions de fond pour renforcer davantage leur compétitivité afin de lutter contre la concurrence sur le
marché national et pour préserver et accroitre leur présence sur les marchés extérieurs.
La mise à niveau environnementale des entreprises industrielles paraît de plus en plus comme la réponse
la plus appropriée à la promotion de l’industrie durable en Tunisie à un moment où le pays s’ouvre de plus
en plus sur le marché extérieur. Les produits nationaux doivent en effet et dans cette nouvelle conjoncture
améliorer leur positionnement sur le marché international en se conformant aux normes et pratiques
internationales en vigueur. La mise à niveau environnementale assurerait une gestion appropriée des
différents types de rejets, elle rationaliserait également la gestion des ressources naturelles au niveau de
l’entreprise et plus particulièrement l’eau et contribuerait à l’économie d’énergie et la promotion des
énergies renouvelables.
Pour ce qui est du secteur touristique, la SNDD l’a qualifié de secteur à prédominance balnéaire, à faible
valeur ajoutée, faiblement orientée vers la valorisation du capital naturel et culturel. L’activité touristique
dans laquelle s’est en effet engagée la Tunisie depuis au moins une quarantaine d’années a été focalisée
essentiellement sur le développement d’un tourisme balnéaire de masse. Le pays disposait au moment de
la rédaction de la SNDD d’une capacité hôtelière d’environ 250 000 lits concentrés en très grandes parties
et à plus de 92%, sur les plages tunisiennes.
En réponse à cette situation la SNDD a jugé que la durabilité du tourisme tunisien est tributaire de sa
capacité à la diversification et la valorisation des produits touristiques ainsi qu’à l’offre correspondante.
L’enrichissement du produit touristique par des apports culturels, historiques et naturels issus des réalités
tunisiennes tout en étant parfaitement intégré dans des contextes plus élaborés faisant intervenir des
professionnels de tout bord ferait gagner le produit en valeur et permettrait en même temps d’attirer une
clientèle plus exigeante et disposée à pays des séjours à des prix meilleurs.
Au niveau du secteur du bâtiment, la SNDD est jugé que la construction d’une manière générale, apparait
en Tunisie de plus en plus en nette décalage avec les spécificités culturelles et climatiques de du pays. Les
techniques ancestrales parfaitement adaptées aux spécificités culturelle et climatiques de la Tunisie ont
été ainsi rapidement délaissées laissant la place à des techniques basées de manière presque exclusive sur
la brique et le béton, avec souvent et au niveau des établissements collectifs, des façades souvent en verre
donnant à l’édifice l’aspect d’une serre. Le secteur apparaît de ce fait un secteur énergivore au niveau des
différentes phases de la construction depuis la fabrication des matières premières jusqu’à l’exploitation
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
83




Page 85
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

des bâtiments eux-mêmes. Une métamorphose doit être opérée dans l’avenir dans ce domaine afin que
le bâtiment puisse s’intégrer réellement dans une dynamique de durabilité. Il doit être réfléchi et conçu
de manière à économiser le maximum de matières premières au niveau de la construction et le maximum
d’énergie au moment de son exploitation. Des incitations doivent être initiées et développées dans ce
sens.
Au niveau du défi relatif à la promotion des modes de consommations durables et qui a été retenu comme
étant l’un des plus pertinents, la Stratégie Nationale de Développement Durable a préconisé à ce
sujet d’agir simultanément sur l’offre et la demande et développer l’information sur les qualités
écologiques des produits et services pour changer les comportements.
Le résultat recherché à ce niveau consiste à favoriser la promotion continue des produits et des services
les plus performants au regard de l’environnement et du développement durable. Pour cela, il convient,
en amont, de développer et diffuser les méthodes, les outils et les techniques basés sur des conceptions
écologiques, en vue notamment de réduire les consommations de ressources naturelles et d’énergies et
la production de déchets, d’eaux usées et de gaz nocifs.
Simultanément, en aval, il s’agit de rendre l’offre, respectueuse de l’environnement, plus attractive et plus
crédible auprès des consommateurs et de développer dans ce sens l’information environnementale
correspondante tout en soutenant les comportements des consommations les plus vertueux.
Le changement des comportements doit être engagé, tout en étant soutenu et amplifié et ceci afin de
placer résolument l’économie tunisienne sur une trajectoire de croissance plus verte et plus responsable.
En même temps, le développement des marchés doit diminuer les coûts et les prix de vente des produits
et des services les plus performants au regard de l’environnement et du développement durable, ce qui
améliorera leur accessibilité. Des incitations fiscales peuvent être envisagées dans ce domaine, telles que
des réductions de la TVA.
Ce développement sera favorisé par l’achat public, la réglementation, l’incitation économique, le
partenariat avec la grande distribution et l’innovation sous toutes ses formes : technique, commerciale,
organisationnelle et financière.
8.2 Stratégie Nationale de l’Economie verte
Le besoin pour une économie verte en Tunisie est éminent parce que l’érosion du capital naturel induite
par le modèle de croissance traditionnel risque de mettre en péril le développement. Afin de faire face aux
défis hydriques, énergétiques, climatiques d’une part et de construire un nouveau modèle
socioéconomique durable permettant de réduire les disparités régionales et la création d’emplois d’autre
part, la mise en œuvre d’une stratégie nationale d’économie verte représente en quelque sorte un plan
de sauvetage à moyen et long terme.,

L’élaboration de la Stratégie Nationale de l’Économie Verte (SNEV) part de la formulation d’une vision de
l’économie verte pour la Tunisie. Celle-ci a fait l’objet d’une réflexion inspirée d’abord de la réalité de la
Tunisie, et ensuite des visions proposées par des organismes tels que le PNUE, l’OCDE, et par d’autres
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
84




Page 86
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

pays. De cette vision découlent les principes directeurs qui sous-tendent et guident l’action en faveur de
la SNEV. Ces principes sont déclinés en neuf axes stratégiques.
Le graphique ci-dessus donne une illustration schématique de la structure de mise en œuvre proposée
pour la SNEV.
Figure 17 : Vision, principes directeurs et axes stratégiques de l’économie verte de tunisie, 2016.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
85







Page 87
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

8.2.1 Coût et impact attendu de la mise en œuvre de l’économie verte en Tunisie
L’investissement nécessaire pour la réalisation des projets de l’EV a été estimé à environ 33 mille millions
de dinars tunisiens ce qui génèrerait plus de 263 mille emplois additionnels dont 200 mille emplois
permanents et permettrait une réduction cumulée des émissions de 148 MtéCO2 à l’horizon 2030.
Quant au coût de mise œuvre de la SNEV à l’horizon 2030, plus particulièrement à travers les mesures
d’accompagnement ils ont est évalué à 574 MDT représentant ainsi 1,7% du montant global de
l’investissement dans les projets qui est de près de 33 mille MDT.
Le coût global de mise en œuvre se répartit à raison de 58% pour les axes stratégiques (334 MDT) et de
42% pour les mesures transversales (240 MDT).
Les graphiques ci-dessous illustrent la répartition des coûts estimés selon les neufs axes retenus, les
postes d’emploi qui seront créés à la suite de la mise en œuvre de la SNEV ainsi que la réduction des
émissions de GES estimés :
Figure 18: Investissements pour l'EV en Tunisie, emplois crées et GES évités.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
86





Page 88
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

8.2.2 Accompagnement de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’Economie
Verte
Le dispositif de gouvernance proposé pour le pilotage et le suivi de la mise en œuvre de la SNEV est
composé d’un Responsable National EV, d’un bureau assurant le “project Management” et d’unités de
gestions de projets au sein des ministères concernés. Le dispositif prévoit également la création de comités
de concertation par secteur /axe (comité bi ou tri-partites). L’ensemble des composantes sont illustrées ci
dessous:
Figure 19 : Dispositif de gouvernance de l’économie verte en Tunisie.
8.2.3 Création du bureau d’appui à l’économie verte en Tunisie “Green Help Desk”
Un bureau d’appui à l’économie verte (Green Help Desk, GHD) a été créé, officiellement, en Tunisie le 26
février 2014, avec l’appui de la commission économique et sociale pour l’Asie Occidentale des Nations
Unies (UN-ESCWA). La Tunisie fait partie du réseau régional des bureaux similaires basés dans des pays
membres de l’UN-ESCWA en l’occurrence ceux du Liban, de la Jordanie, de l’Egypte, d’Oman et du Maroc.
Le bureau a pour objectifs :
D’assurer les conditions propices à l’éclosion de l’initiative économique verte et la levée des
barrières face aux jeunes porteurs de projets ;
D’Investir dans les activités vertes, et innovantes, à travers les fournitures d’informations et de
faveur de
l’établissement des partenariats public–privé en
l’encadrement,
conseils,
l’entreprenariat vert. »
De Mobiliser des partenaires internationaux afin de bénéficier de leurs appuis en matière de
financement, et de renforcement des capacités du GHD. »
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
87





Page 89
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

De Mettre en œuvre la feuille de route nationale de l’économie verte.
Afin d’apporter l’appui technique aux investisseurs dans les domaines de l’économie verte en Tunisie, le
Bureau d’appui à l’EV a entrepris un processus pour l’élaboration d’un ensemble de guides d’orientations
des investisseurs en économie verte. Ces guides ont couvert les secteurs
suivants :
Secteur de l’agroforesterie ;
Secteur de Gestion et de valorisation des déchets
Secteur de l’Energie Renouvelable et de l’efficacité énergétique ;
Secteur de l’écotourisme.
En plus d’une brochure sur les meilleures initiatives pour la promotion et la création des emplois verts et
décents en Tunisie.
Figure 20 : Brochure sur les meilleures initiatives pour la promotion et la création des emplois vers et décents
Toutefois, et en absence d’un dispositif institutionnel facilitant l’appropriation sectorielle des axes
de la SNEV et leur intégration dans la planification et d’une structure permanente dotée d’un outil
opérationnel de suivi, la mise en œuvre de la SNEV reste limitée et les actions sont fragmentées,
éparpillées et parfois non durables.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
88








Page 90
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

8.2.4 Actualisation de la SNEV
Afin de dynamiser l’économie verte en Tunisie, dans un contexte post-covid complexe et difficile et
nécessitant un effort colossal pour une sortie de crise à moyen terme, la Direction Générale de
Développement Durable, avec l’appui du PNUD, a lancé en 2020 un processus pour l’élaboration d’une
feuille de route stratégique pour l’actualisation de la stratégie nationale de l’économie verte. Elle a a
pour
objectif d’analyser les défis et les opportunités pour appuyer la mise en œuvre d’une politique d’économie
verte en Tunisie. L’étude prévue comporte 05 parties :

1. Un état des lieux au niveau international
2.
Dresser un bilan des réalisations au niveau national
3.
Mener une analyse approfondie des défis et opportunités
4.
Une feuille de route stratégique
5. Elaborer une note politique
La feuille de route (point 4) de l’étude et après identification des acteurs potentiels et des secteurs
prioritaires permettant le verdissement de l’économie tunisienne, proposera les réformes structurelles et
mesures institutionnelles nécessaires pour une relance économique post-covid “verte”. La Mise à jour de
la SNEV prendra en considération plusieurs aspects dont l’inclusion, le genre, les principes de ne laisser
personne de côté et la déclinaison régionale et territoriale.
8.3 Stratégies et plans d’action liés aux changements climatiques
La Tunisie est un hotspot avéré du changement climatique en Afrique du Nord. Elle subit les effets négatifs
de ce phénomène planétaire sur les plans économique, social et environnemental. Les différents modèles
et prévisions climatiques globaux et/ou régionaux indiquent une élévation probable des températures, et
une possible baisse des précipitations moyennes annuelles combinées à des perturbations des saisons...,
et des effets extrêmes récurrents.
Face à ces défis, la Tunisie a entrepris depuis une quinzaine d’années l’élaboration une série de stratégies
pour définir les orientations stratégiques permettant d’améliorer la résilience des ressources naturelles,
écosystèmes et secteurs économique aux CC. La figure ci-dessous récapitule les travaux de la Tunisie dans
ce sens :
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
89




Page 91
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Figure 21 : Stratégies, plans d’actions et engagements de la tunisie liés aux changements climatiques
D’autres processus ont également eu lieu pour définir les actions à entreprendre par les secteurs afin
d’atténuer leurs émissions de GES, il s’agit des NAMA (Nationnaly Appropriate Mitigation Actions). La
Tunisie a alors développé, à des états plus au moins avancés la NAMA énergie (actuel plan solaire tunisien
PST), la NAMA ciments, la NAMA assainissement, la NAMA déchets ainsi que la NAMA agriculture.
Plus de détails, ci-dessous, sur les travaux les plus récents ou ceux dernièrement engagés en matière de
changements climatiques.
8.3.1 La contribution Nationale Déterminée
L’Accord de Paris sur le climat prévoit de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète
bien en-dessous de 2°C et de poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5°C. Pour atteindre cet objectif,
chaque pays a défini sa propre Contribution Déterminée au niveau National (CDN) pour participer à la
riposte mondiale au changement climatique.
Dans sa Contribution Déterminée au niveau national (CDN), élaborée en 2015 avec l’appui du PNUD et
suite à une large concertation entre les différentes parties prenantes, la Tunisie s’est engagée
volontairement à réduire ses émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs (énergie, procédés
industriels, agriculture, forêts et autres utilisations des terres, et déchets) de manière
à baisser son
intensité carbone de 41% en 2030 par rapport à l’année de base 2010
.
L’effort d’atténuation proviendra plus particulièrement du secteur de l’énergie qui représente à lui seul
75% des réductions des émissions, sur les bases desquelles a été réalisée cette baisse de l’intensité.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
90





Page 92
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Pour réduire les émissions visées, la Tunisie compte s’appuyer sur ses propres moyens (efforts
inconditionnels) pour baisser son intensité carbone de 13% par rapport à 2010 et fera appel à la
communauté internationale (efforts conditionnels) pour la réalisation du reste de l’objectif, soit une baisse
additionnelle de l’intensité carbone de 28% par rapport à celle de 2010.
En ce qui concerne l’adaptation, la Tunisie reste très vulnérable au réchauffement climatique attendu dans
la région et ses implications en termes de fortes hausses des températures, de baisses de précipitations et
d’augmentation du niveau de la mer. Face à cette vulnérabilité environnementale accompagnée
évidement par une vulnérabilité socio-économique, la Tunisie a identifié dans sa NDC, six secteurs
prioritaires pour l’adaptation aux CC : les ressources en eaux, le littoral, l’agriculture, les écosystèmes, le
tourisme et la santé. Le portefeuille des projets proposés touche essentiellement à la rationalisation de
l’utilisation des ressources, l’utilisation des ressources non conventionnelles et la restauration et
réhabilitation des écosystèmes. La prévention, la gestion des risques et l’alerte précoce sont également
pris en considération dans la CDN.
Le processus de mise à jour de la CDN, lancé en 2020, vise principalement :


L’identification concertée des actions prioritaires et des objectifs de réduction des émissions des
gaz à effet de serre à l’horizon de 2030, dans les secteurs clés : l’énergie, l’industrie, l’agriculture
et forêt et autres utilisations des terres et la gestion des déchets.
L’identification des domaines clés pour l’adaptation et des objectifs prioritaires en 2030,
notamment dans les secteurs de l’eau, de l’agriculture, des écosystèmes, du littoral, de la santé et
du tourisme.
La CDN dans sa version actualisée, mettra l’accent sur le genre et la territorialisation de l’action climatique.
8.3.2 Le Plan National d’Adaptation
Le processus de développement d’un Plan National d’Adaptation (NAP) vise à intégrer l’adaptation aux
changements climatiques dans la planification du développement et la budgétisation aux niveaux national,
sectoriel et communal. Son but ultime est la réduction de la vulnérabilité du pays aux impacts climatiques
à moyen et à long terme.
Le processus d’élaboration du Plan National d’Adaptation (PNA) aux changements climatiques pour la
Tunisie a été lancé en 2018, dans le but de réduire la vulnérabilité du pays à ces changements, de renforcer
la capacité d’adaptation de l’activité agricole et garantir la sécurité alimentaire, la protection du littoral et
des ressources hydrauliques, de la santé et de l’infrastructure. Le PNA, composé de deux axes, entre autres
l’axe aménagement du territoire et infrastructure et l’axe agriculture et sécurité alimentaire, est financé
par le Fonds Vert pour le Climat.
Les objectifs du 2ème axe du PNA, piloté par la FAO, visent surtout la réduction de la vulnérabilité du
secteur agricole aux changements climatiques à travers le renforcement de la capacité de son adaptation
et de son intégration dans les stratégies de développement.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
91




Page 93
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

8.3.3 La Stratégie Nationale Bas Carbone et Résiliente aux CC
L’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, nécessite l’engagement de tous les pays à mettre
en place des politiques nationales permettant d’assurer un développement durable, à faible émission des
gaz à effet de serre, respectueux de la nature et contribuant à la préservation des ressources pour les
générations futures. Dans cette optique, la Tunisie a démarré en 2020 le processus de l’élaboration de sa
Stratégie Nationale Bas Carbone et Résiliente aux Changements Climatique à l’Horizon 2050. Cette
Stratégie comporte un volet atténuation/neutralité carbone et un volet “Résilience aux CC).
La vision Neutralité Carbone, présentée lors d’un atelier national le 03 mars 2021, comporte trois points
essentiels :
Prévoir l’accélération de la transition bas-carbone sur le court-terme, de façon à se préparer à s’inscrire
rapidement dans les mutations et ruptures économiques, sociales et technologiques, qui conduiront
vers une société neutre en carbone en 2050, tout en s’adaptant aux changements climatiques
Poser les vrais jalons intermédiaires 2025-2030 et 2040, ainsi que le pic des émissions, pour dessiner le
parcours national vers la neutralité carbone en 2050,

Inscrire les grandes ruptures technologiques et grandes transformations (piliers de la neutralité) dans
le temps à travers :
i.
ii.
iii.
La généralisation de l’utilisation des énergies renouvelables et des combustibles alternatifs (ex.
hydrogène) dans tous les secteurs ; y compris les secteurs aujourd’hui moins captifs comme le
transport
La Revalorisation de l‘espace rural et recentrage de la croissance sur cet espace
L’introduction, si nécessaire, des technologies de captation et de stockage du carbone.
Les objectifs généraux de la vision « Résilience 2050 », présentés lors d’un atelier national le 24 et 25 juin
2021, s'inscrivent dans les objectifs préconisés par le Comité Adaptation de la CNUCC à savoir :
1. Réduire la vulnérabilité aux effets du changement climatique, en renforçant la capacité d'adaptation
pour améliorer le développement social et économique de manière durable sur le long terme.
2. Faciliter l'intégration de l'adaptation au changement climatique, de manière cohérente, dans les
politiques nouvelles et existantes, programmes et activités, en particulier dans le processus de
planification du développement national et des stratégies à différents niveaux (national, régional et
sectoriel).
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
92






Page 94
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Bien que ce n’est pas encore mentionné de manière explicite dans les documents drafts des travaux
en cours d’élaboration à l’échelle nationale (Mise à jour de la CDN, PNA, SNBC&RCC), les modes de
consommation et de production durables occuperont une place importante dans les documents
stratégiques futurs. En effet, la rationalisation de l’exploitation des ressources et le recours aux
ressources alternatives paraissent comme axe commun entre tous ces processus. Par ailleurs, les
modes de consommation durables devraient être au cœur du changement de paradigme tant
souhaité. Ceci permettra au citoyen d’être au cœur de la politique climatique à moyen et long terme.
En optant pour des modes de consommation durables, Il agira en tant qu’acteur de cette politique et
non plus en tant que juge de la politique Climat de son pays.
8.4 Stratégie et Plan d’Action Nationaux pour la Biodiversité “SPANB”
La Tunisie est signataire de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB, 1992), qui offre un cadre pour
les efforts menés afin de réduire la perte de la biodiversité et des services fournis par les écosystèmes. En
2010, les Parties à la Convention ont adopté le « Plan stratégique 2011-2020 pour la diversité biologique
» et développé les objectifs d’Aichi afin de catalyser l’action pour la préservation de nos écosystèmes. Pour
donner corps à cette stratégie mondiale, la Tunisie a entrepris d’actualiser la stratégie et le plan d’action
nationaux pour la biodiversité 2018-2030 (SPANB). Le processus d’élaboration de la SPANB 2018-2030 a
été coordonné et suivi par le Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement, point focal de la CDB,
et a bénéficié de l’appui du PNUD et du soutien financier du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM).
L’élaboration de la stratégie et de son plan d’action 2018-2020 a été précédée de 3 étapes :
• Un examen et un bilan des processus de planification de la biodiversité au niveau national ;
• Une évaluation de la valeur économique des éléments de biodiversité et des services écosystémiques au
niveau national ;
• Une définition des objectifs nationaux et d’indicateurs pertinents « SMART » de suivi de la diversité
biologique.
La SPANB actualisée a pour vision que d’ici 2030, « la biodiversité nationale est résiliente aux
changements climatiques, à l’abri des menaces, conservée et gérée de manière à contribuer
durablement au développement socio-économique du pays. Les objectifs de la stratégie tiennent compte
du contexte national et sont considérés comme des instruments à intégrer dans les politiques de
planification et de développement socio-économique »
. Elle vise :
• La réduction du rythme de l’appauvrissement des éléments constitutifs de la biodiversité avec ses trois
niveaux hiérarchiques (écosystèmes, espèces et diversité génétique) ;
• L’utilisation durable de la diversité biologique ;
• La réduction des principales pressions qui pèsent sur la diversité biologique, exercées par les pressions
anthropiques, les espèces exotiques envahissantes, les changements climatiques, la pollution ;
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
93




Page 95
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

• La préservation des écosystèmes et des services rendus par leur biodiversité ;
• La protection des connaissances, innovations et pratiques traditionnelles et le partage juste et équitable
des bénéfices découlant de l’utilisation des ressources génétiques ;
• La mobilisation des ressources financières pour la biodiversité ainsi le renforcement des capacités en
matière de biodiversité.
La stratégie développe 5 priorités nationales déclinées en 15 objectifs stratégiques, 40 objectifs cibles et
48 actions à mettre en œuvre d’ici 2030.
La mise en œuvre de la Stratégie est en faveur des pratiques agricoles et non agricoles durables permettant
la conservation de la biodiversité à travers la réduction des causes de son déclin, entre autres
l’artificialisation et la destruction du des habitats, la pollution du milieu naturel à la suite de l’intensification
de l’agriculture ou aux rejets domestiques, industriels et touristiques non conformes aux normes.
Les actions, prises en considération par le Plan d’action National sur la Biodiversité (2018-2030), et qui
sont directement liées aux MCPD sont listées ci-après :
Action 19 : Favoriser l’intégration de la biodiversité et des services écosystémiques dans les
chaines de valeur
Action 21 : Elaborer et mettre en place un système de protection des connaissances traditionnelles
liées aux ressources génétiques
Action 23 : Soutenir et intégrer les connaissances traditionnelles et les innovations dans la
conservation et l’utilisation de la biodiversité ;
Action 23(a) : Un sous-programme sur l’inventorisation et la documentation des connaissances du
savoir-faire traditionnel
Action 23(b) : Un sous-programme dédié à la conservation impliquant les collectivités locales et
scientifiques pour la valorisation des connaissances et des savoir-faire traditionnels
Action 23(c) : Un sous-programme pour la valorisation des métiers artisanaux utilisant comme
matière première les produits issus des écosystèmes.
Action 31(a) : Elaborer et mettre en œuvre un programme d’appui à la promotion des pratiques
agricoles durables favorisant la conservation de la biodiversité domestique
Action 34 : Elaborer et mettre en œuvre un programme intégré de prévention et de lutte contre
les pollutions dans les écosystèmes
Action 36(c) : La protection et la valorisation durable du patrimoine des connaissances/savoir-faire
traditionnels associées aux ressources génétiques ;
Action 39(a) : Actualiser et mettre en œuvre la stratégie de conservation valorisation des
ressources génétiques agricoles locales et son plan d’action
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
94






Page 96
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Une dizaine d’actions (sur les 48 actions identifiées) dans le cadre du Plan d’Action National sur la
Biodiversité (2018-2030) sont en faveur de l’instauration des modes de production durables dans le
domaine de l’agriculture. Elles couvrent essentiellement la valorisation du savoir-faire local et
traditionnel ainsi que la valorisation des ressources génétiques locales qui présentent une grande
capacité d’adaptation aux conditions édaphiques d’une part et aux impacts des changements
climatiques d’autres part.
8.5 Stratégie Nationale de Gestion Intégrée et Durable des Déchets
8.5.1 Cadrage de l’élaboration de la nouvelle stratégie de gestion intégrée des
déchets
La situation de la gestion des déchets solides en Tunisie a souvent été marquée par des difficultés et des
entraves sérieuses depuis de longues années et ce, malgré les efforts déployés par les gouvernements
successifs, que ce soit au niveau de la structuration du secteur ou de l’appui aux collectivités locales.
Le secteur des déchets, positionné d’une part entre une autorité centrale et une autorité locale et d’autre
part entre un département chargé de l’environnement et un département chargé des collectivités locales,
se trouve tiraillé entre des approches et des priorités assez souvent différentes. Cette particularité
institutionnelle a clairement impacté le dispositif de gouvernance du secteur des déchets mettant les
communes dans des situations assez inconfortables en matière de gestion des déchets. Les performances
des programmes actuels dans le domaine se sont trouvées par conséquent ralenties et parfois bloquées.
Le nouveau code des collectivités locales est venu apporter certaines orientations pour l’organisation des
structures et le développement urbain à l’échelle régionale et locale. La promulgation de ce code en 2018,
influencera directement les processus de planification et les opérations à l’échelle locale dont notamment
ceux liés à la gestion des déchets qui se retrouve au cœur de cette dynamique.
Ces deux éléments, ont motivé le lancement, fin 2018, du processus d’actualisation et/ou d’élaboration
d’une nouvelle stratégie de gestion des déchets en Tunisie. Ce processus a été décidé et programmé par
le Ministère chargé des Affaires Locales et de l’Environnement, il comprend deux aspects essentiels : un
diagnostic de l’état actuel de la gestion des déchets ménagers en Tunisie et une proposition d’une nouvelle
stratégie de gestion des déchets ménagers et assimilés et d’un plan d’actions pour la période 2020-2030.
Cette démarche a été menée d’une manière concertée, impliquant l’ensemble des acteurs publics et
privés, ceux de la société civile, les représentants nationaux et locaux. Le travail a été enrichi par une
enquête auprès des principaux intervenants dans la gestion des déchets dans le cadre d’ateliers
thématiques : technique, institutionnel, financier et de communication.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
95






Page 97
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Le processus a démarré par un diagnostic de l’état des lieux de la gestion des déchets ménagers en Tunisie
avec un focus sur les résultats de la stratégie menée en 2006. Le diagnostic a été enrichi par une enquête
et par un ensemble d’entretiens menés avec différents responsables et acteurs nationaux et locaux
impliqués dans le domaine. Un premier rapport de diagnostic a été soumis en Septembre 2019 et avait
pour objectif essentiel de mettre en évidence les problèmes majeurs et les dysfonctionnements, qui ont
entravé la promotion d’une gestion performante et durable des déchets ménagers.
Sur la base du diagnostic, discuté et partagé par les différents acteurs dans un atelier de concertation, les
orientations principales ont été dégagées, de même que les axes de développement de la nouvelle
stratégie ont été esquissés. Un comité technique, issu des secteurs de l’administration, des collectivités
locales et du secteur public a passé en revue et vérifié la validité des options soumises en préparation ou
à la suite des ateliers thématiques.
Six ateliers thématiques avaient été initialement planifiés dans le cadre de ce processus :
i.
ii.
iii.
iv.
v.
vi.
Atelier de finalisation du diagnostic, de définition des orientations et des axes stratégiques ;
Atelier technique ;
Atelier institutionnel et de gouvernance ;
Atelier financier ;
Atelier relatif à la communication et à la participation citoyenne ;
Atelier d’homogénéisation et de finalisation des différents outputs.
8.5.2 Principes généraux de la gestion des déchets
La stratégie proposée s’est appuyée sur les principes directeurs suivants de la gestion des déchets :
Principe de précaution ;
Principe de proximité ;
Principe du pollueur payeur ;
Principe de coopération entre les parties prenantes.
L’adoption de ces principes clés a guidé le développement d’une stratégie nationale de gestion intégrée
des déchets ménagers et assimilés et a couvert aussi bien les aspects organisationnels que la gouvernance,
les finances et les aspects liés à la communication et la participation. Elle a envisagé à la fois le cycle de vie
complet du produit, des matières premières jusqu’aux déchets, ainsi que toute la chaîne de gestion des
déchets, depuis la collecte jusqu’à l’élimination, dans le cadre d’une économie circulaire.
Les mécanismes d’aide à la gestion des déchets sont présentés selon les catégories suivantes :


Les modes de production et de consommation durables, basés sur les approches de cycles de vie,
l’utilisation efficace des ressources, l’éco-conception et la production propre. A travers ces outils, le
découplage de la croissance économique et de la consommation des ressources sera préconisé.
La responsabilité élargie des producteurs, distributeurs et importateurs qui mettent sur le marché des
produits générant des déchets, doivent prendre en charge, notamment financièrement, la gestion de
ces déchets. Leur responsabilité est élargie, non seulement aux produits mis sur le marché, mais à
toutes les phases de leur cycle de vie, dont celui de leur gestion comme déchets, soit en fin de vie.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
96




Page 98
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL


L’optimisation des économies d'échelle en définissant des systèmes régionaux de traitement des
déchets et d’enfouissement, associés à des installations de proximité de tri, déchetteries et de
transfert, permettant le transport des déchets de manière économique.
8.5.3 Vision et axes stratégiques de la stratégie
Prenant en considération les éléments du diagnostic effectué et les échanges avec les principaux acteurs
nationaux et locaux, publics et privés impliqués dans la gestion des déchets ménagers et assimilés, un
consensus s’est dégagé, lors du premier atelier organisé, autour des éléments constitutifs de la vision en
matière de gestion des déchets ménagers et assimilés à l’horizon 2030.
Cette vision s’est construite autour de cinq piliers essentiels :
i.
ii.
iii.
iv.
v.
La promotion d’une gestion intégrée mettant fin aux pratiques sectorielles et appuyée sur une
approche multisectorielle
, globale et qui prends en compte de manière simultanée l’ensemble
des maillons de la chaine de valeur et les différents aspects technique, financier et institutionnel ;
L’intégration de la gestion des déchets ménagers dans le processus de l’économie circulaire.
L’objectif est de réduire la consommation de ressources naturelles en concevant des modèles de
production et de consommation « régénératifs », c’est-à-dire permettant de maintenir le plus
longtemps possible la valeur ajoutée des matières et produits dans l’économie, et de « boucler »
au mieux les flux de matières et de réduire par conséquent les quantités de déchets produits.
Le renforcement des capacités et le développement des moyens humains, techniques et
financiers des municipalités
, acteur principal de la gestion des déchets ménagers et garant de
l’intégration du processus.
La protection de l’environnement et particulièrement les ressources naturelles et les milieux à
travers la réduction des pressions engendrées par les déchets ménagers tout le long de la chaine,
particulièrement lors de la collecte et l’enfouissement.
L’amélioration de la qualité de la vie, particulièrement en milieu urbain, aujourd’hui très souvent
dégradée à cause d’une gestion inappropriée des déchets ménagers et source d’entraves au
développement socioéconomique.
La Vision pour la stratégie GIDMA a été reformulée comme suit :
« Promouvoir une gestion intégrée des déchets ménagers et assimilés, dans le cadre d’une économie
circulaire en s’appuyant sur des communes performantes en vue de protéger l’environnement et de
rehausser le cadre de vie ».
Nous présentons ci-dessous la stratégie de gestion intégrée des déchets ménagers déclinées en axes
stratégiques :
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
97




Page 99
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Figure 22 : Vision et axes stratégiques de la stratégie nationale de gestion intégrée des déchets ménagers ;
La stratégie s’est fixé un ensemble d’objectifs spécifiques en matière de prévention et de gestion des
déchets :
Objectifs de la Stratégie Nationale de Gestion des Déchets Ménagers à l’Horizon 2030 :
1. Réduire de 10 % la quantité de déchets ménagers et assimilés (DMA) produits par habitants en
2030, par rapport aux chiffres de l’année 2020.
2. Augmenter le taux de recyclage matière des déchets ménagers et assimilés pour atteindre un
taux de 20% à l’horizon de 2030.
3. Augmenter la quantité de déchets ménagers et assimilés faisant l’objet d’une valorisation
organique ou énergétique, pour atteindre un taux de 40% en 2030.
4. Réduire la mise en décharge de 60 % des DMA à l’échéance 2030.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
98





Page 100
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
99






Page 101
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

8.6 Développement de l’économie circulaire en Tunisie
L'économie circulaire désigne un concept économique qui s'inscrit dans le cadre du développement
durable et dont l'objectif est de produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le
gaspillage des matières premières, de l'eau et des sources d'énergie. Il s'agit de déployer, une nouvelle
économie, circulaire, et non plus linéaire, fondée sur le principe de « refermer le cycle de vie » des produits,
des services, des déchets, des matériaux, de l'eau et de l'énergie."

Les déchets, et en particulier les déchets en plastique constituent l’élément “phare de l’économie
circulaire” en Tunisie, pays où la consommation des eaux conditionnées ne cesse d’augmenter et la
réduction de l’utilisation des sacs en plastique à usage unique n’atteint pas le niveau souhaité.
Comme il a été indiqué tout au long de de ce rapport, de nombreux programmes en rapport avec la
circularité ont été initiés en Tunisie, citons particulièrement les programmes de récupération et de
recyclage de déchets de tout genre (ECOLEF, ECOZIT, ECOPILES, Ecoconstruction...) en plus de projets de
recyclages de déchets textiles ainsi que les initiatives ponctuelles liées au compostage.
S’agissant toujours de circularité, les déchets électriques et électroniques (DEEE) sont évalués à plus de
100.000 tonnes par an en Tunisie. Le pays a donc légiféré dès 2000 (décret n°2339 du 10 octobre 2000)
pour répertorier et classifier les déchets devant faire l’objet d’un traitement spécifique. Ce décret régit les
conditions de collecte, de tri et d’élimination des déchets, notamment par leur valorisation et leur
recyclage à la manière de la directive européenne WEEE. Un Projet pilote de collecte, transport, recyclage
et valorisation des déchets électriques et électroniques a été initié en 2010, dans le cadre de la coopération
tuniso-coréenne (ANGED/KOICA). L’unité de capacité totale de 24000 tonnes par an comprend
5 lignes :
(machines à laver, réfrigérateurs, télévisions, ordinateurs, climatiseurs)
Dans le même sens, la Tunisie compte aujourd’hui (selon les données reportées sur le site WEB de
l’ANGed), 17 entreprises opérationnelles dans le domaine du recyclage des équipements informatiques.
Toutefois, ces programmes n’ont pas atteint les objectifs escomptés jusqu’à heure actuelle soit par
manque d’incitations ou par manque de structures solides de pilotage et de gouvernance. Les barrières
réglementaires ainsi que la bureaucratie constituent également un frein pour un vrai décollage de
l’économie circulaire en Tunisie. Les initiatives restent éparpillées et parfois isolées.
La nouvelle Stratégie de Gestion Intégrée des Déchets (2020-2030) que le Ministère des Affaires Locales
et de l’Environnement vient de finaliser durant l’année 2020, avec l’appui de USAID repose sur les principes
de l’économie circulaire et prévoit de développer l’ensemble des outils nécessaires pour la promotion du
tri et de recyclage.
De son côté, le bureau de la GIZ à Tunis, a entrepris, en début de l’année 2020, en collaboration avec le
MALE et l’ANGed, la mise en œuvre d’un nouveau projet qui lie l’économie circulaire à la lutte contre les
changements climatiques. Il s’agit notamment du projet “Protection du Climat à travers l’économie
circulaire en Tunisie”, intitulé “
ProtecT”,
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
100






Page 102
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

La GIZ accompagnera la Tunisie, dans le cadre de ce projet, pour le renforcement des capacités des acteurs
nationaux et locaux pour l’intégration des aspects liés à l’économie circulaire et au changement climatique
dans la gestion des déchets solides tout en favorisant la création de l’emploi et le respect du genre (d’une
durée de 4 années, de juin 2020 à mai 2024).
- Plus de références et documents sur Legaly DocsLes objectifs principaux consistent à accompagner la Tunisie dans la mise en œuvre de la stratégie
nationale de gestion de déchets et l’élaboration d’une stratégie de l’économie circulaire respectueuse du
climat et aussi renforcer les capacités institutionnelles des acteurs clés pour la mise en œuvre de la
stratégie de l’économie circulaire.
Il s’agit également de repositionner l’ANGed en appuyant son rôle stratégique et organisationnel et
renforcer les capacités opérationnelles des municipalités à travers un programme de formation sur le
système de gestion durable de déchets (traitement et valorisation), recensement des besoins, préparation
de requêtes de financement et la préparation des plans communaux de gestion de déchets.
Au plus concret, le projet ProtecT cible la sensibilisation d’au moins 200 Décideurs politiques sur les
principes de l’économie circulaire, la mise en place d’un programme d’éducation à la protection de
l’environnement au sein de 10 écoles pilotes et l’activation du Partenariat Public-Privé (PPP) dans le
secteur de la gestion de déchets à travers la mise en place d’un projet pilote afin d’ancrer le “model-
concept “.
Les Impacts attendus dudit projet seront :






Les décideurs politiques possèdent les instruments nécessaires (plan d’action) pour une meilleure
intégration de l’EC et le CC ;
Les partenaires utilisent les concepts innovants pour leur développement ou repositionnement
institutionnel à moyen et long terme ;
L’unité de changement climatique au sein de l’ANGed est renforcée, et capable de fournir les
données et le suivi nécessaire pour la mise en œuvre de la CDN et les rapports exigés par l’Accord
de Paris ;
Les acteurs locaux et employé(e)s communaux sont formé(e)s dans le domaine de l’EC et le CC ;
Les modèles de partenariats public-privé (PPP) et les solutions technologiques respectueuses du
climat seront utilisés ;
La société civile et le système éducatif sont mieux sensibilisés sur l’EC et le CC.
De son côté, le bureau du PNUD en Tunisie, vient de lancer en août 2021 une étude sur l’économie
circulaire en Tunisie. L’objectif de cette étude est de favoriser la compréhension de l’économie circulaire
en Tunisie (i) en dressant un état des lieux de l’économie circulaire en Tunisie ; (ii) en identifiant les
opportunités, les enjeux et les défis socio-économiques que représente cette dernière en Tunisie en
termes de création de richesses, de création d’emplois, d’investissements en faveur du développement
durable, d’inclusion et de réduction des inégalités ; et (iii) en vulgarisant le concept, afin de favoriser sa
compréhension à destination des décideurs politiques, du secteur privé, de la société civile ou de tout
autre acteur. Le but étant de favoriser la réalisation de ce modèle de développement afin d’assurer la
résilience et la durabilité de l’économie tunisienne.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
101




Page 103
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

L’objectif spécifique de cette mission sera d’élaborer une étude sur l’économie circulaire qui inclura une
définition du concept, un état des lieux, un benchmark régional et international, une analyse des enjeux
socioéconomiques et environnementaux, des initiatives en la matière, une identification des secteurs
d’activités appropriés, notamment dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, et les liens avec les
ODD à travers des recherches et des entretiens avec les acteurs du domaine.
8.7 Stratégie Nationale de l’Economie Bleue
8.7.1 Processus d’élaboration de la stratégie et acteurs impliqués
Le gouvernement tunisien représenté par le Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement et le
Secrétariat Général des Affaires Maritimes en partenariat avec la Banque Mondiale s’est engagé depuis
2020 dans un processus de préparation d’une stratégie nationale d’Economie Bleue. Ce processus s’est
appuyé particulièrement sur un diagnostic d’experts, élaboré à partir de la documentation et les
statistiques les plus récentes et enrichi par un questionnaire et une concertation élargie entre les
différents acteurs impliqués dans la gestion du littoral et de la mer.
Les échanges menés, lors de ce processus, ont permis de dégager un concept consensuel de l’économie
bleue. Celle-ci a été, ainsi présentée, comme une économie créatrice de richesse et d’emplois, garantissant
à la fois et simultanément les avantages et les équilibres environnementaux du capital naturel ainsi que
l’équité et l’inclusion auprès des populations concernées. L’économie bleue favorise de ce fait la croissance
économique, l’inclusion sociale, la préservation ou l’amélioration des moyens de subsistance, tout en
assurant la viabilité environnementale de la mer et des zones côtières. Elle doit également offrir les
meilleures conditions pour une plus grande résilience et une adaptation aux changements climatiques.
Trois groupes d’activités majeures sont amenés à ce stade à constituer une économie bleue pour la
Tunisie ; i) Les activités traditionnelles ou établies, mais en les rendant plus durables, ii) les activités
émergentes à dimension vertes et iii) les activités liées à la protection de l’environnement et des services
fournis par les écosystèmes marins et littoraux.
8.7.2 Principaux objectifs et axes stratégiques
Sur la base de ce qui s’est dégagé du diagnostic et de la concertation avec les parties prenantes ; une vision
de l’économie bleue pour la Tunisie s’est matérialisée, celle-ci se structure autour de quatre impératifs : i)
la création de richesses aux bénéfices socio-économiques, contribuant à la sécurité alimentaire, l’emploi,
la santé, la sécurité et l’équité sociale…ii)
la préservation du capital naturel, à travers d’une part la
protection et la restauration des écosystèmes marins et d’autre part, la prévention et la réduction des
pollutions d’origine telluriques, iii)
l’investissement dans les activités émergentes et les technologies
propres
, en appliquant les principes de l’économie circulaire, et vi) l’adaptation et la résilience aux
changements climatiques
.
Trois objectifs stratégiques matérialisent cette vision : i) la promotion de la croissance économique des
activités maritimes, traditionnelles et nouvelles, ii) l'inclusion sociale et l’égalité de genre, par la création
d’emplois verts et bleues, la préservation et l'amélioration des moyens de subsistance, et iii)
la
pérennisation des ressources naturelles et des services écosystémiques
.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
102




Page 104
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Six axes stratégiques ont été identifiés, devant conduire ensemble à la concrétisation des objectifs fixés ;
il s’agit de, i) arrêter une vision commune pour l’économie bleue en Tunisie, ii) développer les
connaissances et les bases de données nécessaire à la mise en œuvre d’une réelle économie bleue, iii)
instaurer une gouvernance adaptée à l’économie bleue à travers un cadre juridique et institutionnel
approprié, vi) assurer l’intégration des politiques, plans et programmes sectoriels, v) favoriser le
financement du programme d’investissement en Economie Bleue, vi) veiller à l’intégration des impératifs
climatiques et sociaux dans les choix arrêtés.
8.7.3 Principales activités
Toutefois et afin que les objectifs annoncés et les axes stratégiques fixées puissent se réaliser, un
accompagnement à la conception de la stratégie d’économie bleue et sa mise en œuvre est dès à présent
nécessaire, celui-ci permettra de créer les conditions idoines à l’ensemble des intervenants pour qu’ils
puissent ensemble et dans une vision globale favoriser une création de richesse en relation avec la mer et
le littoral, qui répondrait aux attentes des populations tout en étant inclusif et respectueuse des équilibres
écologiques. Cet accompagnement peut se faire au minimum au niveau des aspects suivants annoncés
dans le diagnostic et approuvé dans le cade de la concertation par une grande partie des participants, il
s’agit de :
Mettre en place et le plus tôt possible, les fondements d’une gouvernance systémique et concertée
entre l’ensemble des secteurs et aux trois échelons du pouvoir : national, régional et local.
Accélérer la ratification du Protocole GIZC, puis veiller à sa mise en application.
Préparer le cadre juridique et institutionnel, soutenu par la présidence du gouvernement, qui
prendrait en charge le processus de développement de l’économie bleue : Une loi-cadre de l’économie
bleue pourrait être envisagée.
Donner les moyens nécessaires aux collectivités locales pour s’approprier les principes de l’économie
bleue et les prendre en considération dans leurs plans de développement locaux.
Renforcer les capacités organisationnelles et humaines des principales institutions impliquées
directement dans la gouvernance de l’économie bleue : Affaires maritimes ; Environnement ;
Développement et planification ; Affaires locales ; Aménagement du territoire ; Transport ; Energie...
Définir un programme d’investissements (public et public-privé) pour appuyer l’élaboration et la mise
en œuvre de la SNEB.
Asseoir une fiscalité adaptée et des incitations aux investissements bleus dans les secteurs émergeants
et les métiers verts de la mer.
8.7.4 Défis et opportunités
La dynamique de concertation engagée depuis 2020 autour de l’économie bleue en Tunisie développée
par le gouvernement tunisien en partenariat avec la Banque Mondiale a permis de révéler que l’économie
bleue telle qu’envisagée constituerait une opportunité réelle à la Tunisie qui favoriserait le développement
et la diversification de son économie maritime, l’émergence de nouvelles activités « vertes » et à forte
valeur ajoutée, l’amélioration de sa sécurité alimentaire et son bilan énergétique.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
103




Page 105
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Toutefois et pour cela, il est nécessaire à l’ensemble des parties prenantes et aux pouvoirs publics de se
faire une vision partagée et bien concertée de l’économie bleue telle qu’envisagée, qui soit holistique,
systémique et prospective aux différents horizons 2030, 2040 et 2050, tout en étant en harmonie avec les
engagements internationaux et régionaux de la Tunisie, particulièrement méditerranéens et ceux relatifs
à l’Agenda planétaire 2030.
Dans un premier temps et à court termes, il est opportun de saisir le processus d’élaboration du plan
quinquennal (2021-2025) en cours pour y occuper une place et commencer à faire valoir les principes et
les retombées positifs possibles d’une économie bleue actuellement pour la Tunisie, à cette période de
reconstruction post Covid.
Figure 23 : Activités économiques maritimes en Tunisie, poids actuels et potentialités.
Le développement de l’économie bleue est un processus long et complexe, une bonne gouvernance et
une grande coordination intersectorielle seraient nécessaires à instaurer graduellement dès à présent.
Une restructuration de la gouvernance d’une manière générale et celle relative aux affaires de la mer et
du littoral est plus que nécessaire. Le caractère intégré de cet espace où s’enchevêtrent en même temps
les composantes environnementales, sociales et économiques
impose un gestion systémique
intersectorielle et multi-acteurs au niveau horizontal et une continuité et une homogénéité des visions et
des politiques depuis le national jusqu’au local en passant par le régional.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
104







Page 106
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Le diagnostic élaboré dans le cadre du processus d’élaboration d’une stratégie d’économie bleu en tunisie
présente les enjeux de celle-ci, qu’il y a lieu à prendre en considération de la manière suivante :
Figure 24 : Enjeux de l’économie bleue pour la Tunisie ; extrait du diagnostic réalisé dans le cadre du processus
d’élaboration d’une stratégie d’économie bleue pour la Tunisie ; Secrétariat aux affaires maritimes, Ministère
des Affaires Locales et de l’Environnement, Banque Mondiale.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
105







Page 107
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9 Principales initiatives engagées liées aux MCPD et bonnes
pratiques
9.1 Promotion de l’agriculture biologique en Tunisie
L’agriculture biologique se positionne de plus en plus comme une alternative et une solution qui
contribuerait fortement à la concrétisation des Objectifs de Développement Durable d’une manière
générale et plus particulièrement des objectifs 2, 3, 12 et 15.
La conduite de la production agricole en mode biologique est reconnue aujourd’hui comme bonne
pratique de production durable permettant de préserver les ressources naturelles.
La Tunisie s’est lancée sur le chemin de l’agriculture biologique depuis 1999. La politique de l’Etat en la
matière a permis de mettre en place tout l’arsenal juridique et institutionnel nécessaire pour la promotion
des productions en mode biologique.
La réglementation adoptée par l’Etat tunisien dans le domaine est reconnue équivalente aux exigences
internationales. Également, un système de contrôle officiel et de certification relevant des organismes de
contrôle et de certification accrédités par des instances internationales et agréés par le ministère de
l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche a été mis en place. Cela a permis de préserver la
crédibilité de la qualité des produits biologiques produits en Tunisie.
Afin de donner de l’élan au secteur, une Stratégie Nationale de l’Agriculture Biologique à l’horizon 2020 a
été élaborée en 2015. Elle repose sur un pilier économique en mettant tous les outils nécessaires
permettant l’amélioration du revenu de l’exploitant en mode biologique, un pilier environnemental relatif
à la conservation du sol et à la préservation de la biodiversité et enfin un pilier relatif à la santé humaine
vue que la consommation des produits biologiques limite les menaces sur la santé, liées principalement
aux OGM et produits chimiques utilisés dans l’agriculture conventionnelle.
Grâce à cette politique volontariste, les indicateurs relatifs au secteur de l’agriculture biologique ne
cessent de s’améliorer d’une année à une autre. La Tunisie compte aujourd’hui environ 320 000 ha de
superficies biologiques, 7 218 intervenants, et 85 500 tonnes de produits biologiques exportés
8.
Ces chiffres ont permis de positionner la Tunisie, au premier rang mondial en termes des superficies
oléicoles (265 000 ha) pour l’année 2019 ainsi qu’au premier rang en Afrique en termes de superficies
certifiées et produits exportés avec 326 000 ha conduits en mode biologique pour la même année
9.
8 Rapport National sur l’Etat de l’Environnement et du Développement Durable, OTEDD, 2020
9 Rapport National sur l’Etat de l’Environnement et du Développement Durable, OTEDD, 2020
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
106





Page 108
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

Les principaux produits biologiques exportés sont l’huile d’olive (80.4% par rapport à l’ensemble des
exportations), les dattes (17.5%), les huiles essentielles extraites du romarin, la caroube ainsi que les figues
de barbarie
10 (3).
9.2 Promotion de l’économie d’eau dans l’agriculture en Tunisie
Devant les difficultés croissantes de la satisfaction des besoins en eau, la Tunisie a développé depuis le
milieu des années 90 et en parallèle à sa politique d’accroissement de l’offre en eaux, une nouvelle
approche basée sur la gestion de la demande. Celle-ci s’appuie sur un ensemble d’outils à caractère
institutionnel, économique et technique. La gestion participative des aménagements hydrauliques, la
tarification de l’eau ; la valorisation et l’économie de l’eau sont autant d’approches et d’outils utilisés dans
le cadre de cette nouvelle politique de gestion de la demande en eau.
L’agriculture apparait en Tunisie comme étant de loin le plus grand consommateur de la ressource en eau ;
plus de 82% du potentiel disponible est orienté régulièrement vers les pratiques agricoles au niveau des
périmètres irrigués.
C’est ainsi que depuis 1995, un programme national de l'économie d'eau dans les périmètres irrigués a été
initié, PNEE. Celui-ci vise à équiper les parcelles par des équipements d’économie d’eau à travers des
subventions aux agriculteurs concernés allant jusqu’à 60% du coût de l’investissement.
Ce programme a permis de faire évoluer la superficie équipée en technique d’économie de l’eau de 127
255 ha en 1995 à 435 000 ha
11 en 2018, atteignant ainsi un taux de 93% des périmètres irrigués. L’irrigation
localisée, plus performante, commence à se généraliser et à se substituer aux autres équipements, elle
représente aujourd’hui 49 % des surfaces équipées (198 000 ha), contre 8% en 1995.
De 1995 à la fin de l’année 2018, la subvention totale accordée pour l’économie de l’eau a dépassé le
Milliard de DT, pour plus de 1 100 bénéficiaires à travers tout le pays.
L’étude menée en 2016 visant à évaluer l’impact du programme d’économie d’eau a montré que
l’introduction des équipements d’économie d’eau à partir de 1995 a engendré une baisse moyenne de la
consommation en eau à l’hectare de l’ordre de 16 %, avec une consommation moyenne de 5.200 ha/m3
/an. Le PNEE a permis une augmentation de la productivité de l’eau : celle-ci a plus que doublé en 20 ans
pour les fourrages, le maraîchage et l’arboriculture, en particulier pour l’orge en vert, le piment, la vigne
et le pommier
12.
10 Fiches indicateurs Bio, ONAGRI, mai 2019
11 Rapport national du secteur de l’eau année – 2018.
12 Inventaire des bonnes pratiques dans le secteur de l’eau ; projet CREM ; GIZ/OSS, 2017.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
107







Page 109
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9.3 Renforcement des capacités des agriculteurs en matière de gestion des
terres pour une production durable dans un contexte de changement
climatique.
La Tunisie est considérée parmi les pays méditerranéens les plus exposés au changement climatique. A
dominance aride et semi-aride (près de 96% de son espace géographique), elle subit des périodes de
sécheresses récurrentes et une grande variabilité spatiale et interannuelle des précipitations. Le pays est
confronté à la hausse des phénomènes climatiques extrêmes (inondations, sécheresses, désertification,
tempêtes en mer et vents violents, orages foudres et grêles, feux de forêts, etc.) qui engendrent des
impacts néfastes majeurs sur les écosystèmes et les ressources naturelles, sur la santé et sur les activités
économiques.
Le secteur agricole est considéré parmi les secteurs les plus vulnérables aux impacts du changement
climatique (perturbations des précipitations, évènements climatiques extrêmes...) et l’agriculteur tunisien
est appelé aujourd’hui à maitriser tous les outils nécessaires pour adapter ses pratiques agricoles et
améliorer la résilience de ses exploitations afin d’assurer la durabilité de ses productions dans un contexte
de changement climatique difficile.
Conscient de ces enjeux et des priorités du secteur, le Projet “ Promotion de l’Agriculture Durable et du
Développement Rural en Tunisie PAD II”, mené par la GIZ Tunisie, durant la période 2016-2019, en
partenariat avec le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche a mené un
processus pour l’identification des Bonnes Pratiques Agricoles “BPA” pour l’adaptation au changement
climatique et le renforcement des capacités des acteurs dans le domaine, notamment à travers :





La formation des formateurs,
La conception de matériel et de contenu pédagogique,
La formation des agriculteurs ;
La mise en place d’un système de suivi-évaluation de la formation
La Dynamisation du dialogue institutionnel.
Une équipe de 26 formateurs a bénéficié d’une formation de formateurs en matière d’adaptation aux
changements climatiques. Ces mêmes formateurs ont assuré 52 sessions de renforcement de capacités
pour 800 agriculteurs répartis sur 9 gouvernorats et 27 délégations. Le projet a permis ainsi de sensibiliser
les agriculteurs aux modes de production durable permettant de préserver le capital naturel
(essentiellement eaux, sols et biodiversité) et d’améliorer leurs connaissances pour maitriser les
paramètres et techniques nécessaires pour une meilleure adaptation au changement climatique.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
108






Page 110
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9.4 Promotion d’une gestion intégrée et durable des déchets ménagers et
assimilés basée sur les principes d’une économie circulaire
La gestion des déchets ménagers et assimilés en Tunisie a été orientée pendant les dernières décennies
essentiellement vers la collecte des déchets et leur enfouissement en très grande partie dans des
décharges contrôlées.
Bien que la loi sur les déchets de 1996 en Tunisie ait mis l’accent sur le recyclage et la valorisation, nous
n’observons pas aujourd’hui dans la pratique et de manière significative un développement des différents
modes de valorisation que ce soit organique, matière ou énergétique.
En réponse à cette situation, appuyée par une prise de conscience croissante de l’intérêt économique des
déchets et devant une gestion de plus en plus complexe des décharges et un refus sans cesse affiché par
les populations concernées, les pouvoirs publics en Tunisie se sont engagés au cours des dernières années
dans une révision profonde de la stratégie nationale de gestion des déchets ménagers et assimilés dans le
but essentiellement de réduire la quantité des déchets produits, de favoriser la valorisation, de réduire les
quantités enfouies et d’augmenter la durée de vie des décharges.
La nouvelle stratégie en cours de finalisation, dans le cadre d’une large dynamique de concertation avec
les différents acteurs concernés, s’est donnée pour vision générale à l’horizon 2030 de promouvoir en
Tunisie une gestion intégrée des déchets ménagers et assimilés, dans le cadre d’une économie circulaire
en s’appuyant sur des communes performantes en vue de protéger l’environnement et de rehausser le
cadre de vie des citoyens.
Par rapport à l’axe relatif à l’intégration de la chaine de valeur de la gestion des déchets aux principes de
l’économie circulaire et en relation avec les MCPD, cinq objectifs ont été retenus dans le cadre de cette
nouvelle stratégie, il s’agit essentiellement de : I) la prévention et la réduction de la production des
déchets, II) l’introduction du tri des déchets auprès des ménages et des principaux producteurs, III)
l’amélioration de la performance de la collecte et du transport des déchets ménagers et assimilés, IV) la
promotion du recyclage et la valorisation des déchets ménagers et assimilés et V) la limitation de

l’enfouissement dans les décharges contrôlées exclusivement aux déchets ultimes.
Plus spécifiquement et au niveau de la réduction des déchets, un ensembles d’actions ont été
programmées, parmi lesquelles, nous trouvons la promotion des modes de production, faiblement
générateurs de déchets à travers particulièrement le développement de l’éco- conception, l’éco
labellisation et la responsabilité élargie des producteurs, REP ; l’établissement de normes de restriction
des déchets d’emballage à la consommation, la mise en place de dispositifs d’incitation à la réduction des
déchets dans les processus de production ainsi que la capitalisation, la sensibilisation et la communication
en la matière.
En application aux principes énoncés dans la stratégie de gestion intégrée des déchets ménagers et
assimilés en Tunisie en cours de finalisation, les pouvoirs publics représentés par le Ministère des Affaires
Locales et de l’Environnement, ont lancé ces derniers mois un appel d’offres pour les études, la conception
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
109




Page 111
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

et la réalisation d’unités de traitement et de valorisation des déchets ménagers et assimilés dans plusieurs
gouvernorats de la Tunisie.
En effet et au niveau du dossier d’appel d’offre, il est indiqué clairement que les analyses de la situation
actuelle en matière de gestion des déchets en Tunisie jusque-là effectuées ont révélé plusieurs facteurs
constituant un frein à la gestion durable des déchets et à l’amélioration du système actuel. De ce fait, il est
devenu impératif de relancer, mettre à jour et renforcer les choix stratégiques adoptés pour la gestion des
déchets ménagers et assimilés à l’échelle nationale en privilégiant le traitement et la valorisation des
déchets comme alternative à la mise en décharge à travers des schémas appropriés qui devront s’adapter
aux particularités démographiques, sociales, géographiques et économiques de chaque région. C’est dans
cette perspective que l’Agence Nationale de Gestion des déchets, ANGed, envisage la réalisation d’unités
de traitement et de valorisation des déchets ménagers et assimilés, UTV, comme alternative à
l’enfouissement technique, avec une durée d’exploitation d’environ 15 ans.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
110






Page 112
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9.5 Actions anti-gaspillage alimentaire en Tunisie et digitalisation des
solutions
La Lutte contre le gaspillage alimentaire est considérée comme l’un des piliers de l’instauration des modes
de consommation durable. Selon une étude faite par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation
et l’Agriculture FAO, le gaspillage s’élève à environ 200 Kg d’aliments par personne et par an dans les pays
de la région MENA.
Afin de contribuer au renforcement de capacités des parties prenantes en Tunisie, l’Organisation des
Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture a organisé en 2019 à Bizerte (Nord-Est de Tunisie), dans
le cadre d’un projet mis en œuvre par le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la
Pêche et financé par l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS), une formation sur
la réduction du gaspillage alimentaire et la conservation des aliments au profit de 17 formatrices, en
collaboration avec l’Union Nationale des Femmes Tunisiennes (UNFT) et le Conseil municipal de Bizerte.
Dispensée par des experts de la FAO et de l’UNFT, cette formation vise à consolider les efforts de
sensibilisation de l’organisation dans la région du Proche-Orient et l’Afrique du Nord dans le cadre du
projet de ” Réduction des pertes et du gaspillage alimentaire et développement des chaînes de valeur pour
la sécurité alimentaire en Egypte et en Tunisie”.
En plus des techniques classiques visant la sensibilisation et la communication relatives à la réduction du
gaspillage alimentaire, la digitalisation a été adoptée par certains pour traiter la problématique. En effet,
des start ups tunisiennes ont vu le jour offrant des solutions digitales innovantes en matière de lutte contre
le gaspillage alimentaire. Elles emploient les opportunités de l’Intelligence Artificielle pour sensibiliser les
citoyens par rapport aux dégâts économiques et environnementaux causés par le gaspillage alimentaire
d’une part et pour les impliquer dans des processus anti-gaspillages gagnant-gagnant d’autre part. De
nombreuses applications mobiles ont alors été développées telle que
Foodealz.
Lancée en 2020, avec un seul objectif de lutter contre le gaspillage alimentaire, Foodealz est l’application
mobile qui met en relation des particuliers avec des restaurateurs ou pâtisseries partenaires afin de venir
récupérer leurs invendus alimentaires à prix réduit. Ladite application a enregistré 14 000 téléchargements
sur Android en plus de quelques centaines sur IOS. Des milliers de repas sont ainsi récupérés annuellement
chez les restaurants adhérents à cette initiative.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
111






Page 113
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9.6 Plan d’Action National pour les Achats publics Durables
Les achats publics représentent en Tunisie en moyenne autour de 13% du PIB et plus de 40% du budget
de l’Etat. Ils constituent de ce fait un levier important auprès des pouvoirs publics pour en faire un outil
important de promotion des modes de productions et de consommation durables d’une manière générale
à l’ensemble des activités.
C’est ainsi que les départements concernés se sont engagés depuis 2012 dans l’élaboration d’un premier
plan national des achats publics durables pour la période 2012-2021, PNAPD.
En conséquence concrète à cette dynamique, une révision de la réglementation des marchés publics a vu
le jour dans le cadre du décret 2014-1039 du 13 Mars 2014. Malgré les principes novateurs évoqués dans
cette nouvelle réglementation tels que l’intégration des procédures de bonne gouvernance, les exigences
du développement durable et le respect de l’environnement, le code des marchés publics dans sa version
actuelle n’offre pas encore assez de garanties pour favoriser des achats publics durables.
Une actualisation du PNAPD a été engagée de ce fait en 2019 avec une priorisation des secteurs
d’intervention. Cette dernière a été menée sur la base de l’importance des dépenses publiques au niveau
de chaque secteur, des possibilités d’amélioration dans le domaine de l’environnement et de l’existence
ou non de normes appropriées et de programmes gouvernementaux d’incitation. L’analyse effectuée dans
ce sens a arrêté le bâtiment et l’informatique comme secteurs prioritaires.
L’actualisation du plan a reconsidéré les taux des réalisations et les échéances prévues par le PANAPD
2012 et à envisager des objectifs quantitatifs progressifs, en termes de commande publique durable pour
le quinquennat 2019-2023.
Des préalables à la réussite de la mise en œuvre du plan ont été également proposés tels que
particulièrement la création d’une unité type d’APD au sein d’un organisme public avec les moyens
humains et matériels nécessaires et
formation et
d’accompagnement approprié.
le développement d’un programme de
Des propositions d’amendement et d’adaptation du décret 1039 ont été également formulées ; elles
portent essentiellement sur la définition précise de certains concepts en relation avec le développement
durable et les modalités de leur prise en compte dans toutes les étapes du cycle de vie de l’objet du marché
public.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
112






Page 114
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9.7 Programme National des Villes Durables
Conscients de l’importance du rôle de la ville dans la promotion du développement durable aux échelles
territoriale, sociale, environnementale et économique, les pouvoirs publics tunisiens ont engagé au cours
de ces dernières années un programme national de promotion des villes durables.
Ce programme articulé autour de trois phases principales s’est étalé sur les deux années 2019-2020. Il a
commencé par la caractérisation du niveau de durabilité des villes tunisiens par rapport aux principes du
développement durable tel que préconisé par les instances internationales de référence en la matière et
ce à travers un échantillon de villes tunisiennes représentatives sélectionnées selon un modèle d’analyse
multicritère. L’aménagement, l’urbanisme, les paysages, le patrimoine, l’habitat, le transport, l’énergie et
le développement socioéconomique ont été les principaux domaines analysés dans le cadre de l’évaluation
de la durabilité des villes.
Dans une seconde phase, le programme a arrêté de manière concertée la vision stratégique pour la
transition des villes tunisiennes vers le statut de villes durables. Cette vision consiste à : « Créer des
opportunités de développement économique et social durables et promouvoir des plans d’investissement
susceptibles de favoriser la création de richesses, d’améliorer les conditions de vie et de sécurité des
populations et de partager avec elles leurs attentes et leurs préoccupations de manière participative et
inclusive ».
Cette vision stratégique s’est articulée autour de quatre axes stratégiques portant respectivement sur la
protection de l’environnement, la promotion sociale et culturelle, le développement économique et la
gouvernance et l’organisation institutionnelles des villes. Un programme d’actions est venu ensuite
matérialiser et concrétiser la vision ainsi que les quatre axes stratégiques.
Enfin, la 3ème phase de l’étude a préconisé à partir du scénario proposé, de procéder à l’établissement
d’un cahier des charges type des villes durables en Tunisie qui doit refléter l’ensemble des exigences et
conditions à remplir pour accéder au statut de ville durable. Ce cahier des charges se compose de deux
dossiers de référence, I) un dossier de dispositions générales et d’engagement contractuels et II) un dossier
d’adhésion au programme de transition vers le statut de ville durable.
Les dispositions générales portent essentiellement sur les engagements qui ensemble assurent la
faisabilité de la démarche. Il s’agit essentiellement de l’établissement de l’état des lieux, de la mobilisation
citoyenne, de la mobilisation financière, de l’inscription du programme dans la dynamique de
développement local et enfin de l’évaluation et du suivi.
Il est prévu dans le cadre de ce processus de développer une plateforme des villes durables afin de
permettre :
-
A l’ensemble des acteurs locaux dans les villes Tunisiennes « Durables » : Celles qui ont choisi
d’entamer le statut de ville durable à travers l’appropriation des engagements et l’application
des articles des Cahiers des charges conçus par l’étude des Villes Durables qui vient d’être
achevée par le Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement, de poursuivre le
processus pour obtenir le statut de “Villes Durables”.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
113




Page 115
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

-
-
Aux municipalités de mobiliser des financements pour faire avancer leurs Programmes de
Développement Durable, et plus particulièrement d’œuvrer en faveur de la réalisation de
l’ODD11 à travers l’établissement de passerelles entre les communes et les institutions
financières nationales et internationales.
Aux décideurs au niveau des communes de bénéficier d'un ensemble d’informations
pertinentes et stratégiques sémantiques et cartographiques.
A titre d’exemple, cette Plateforme vise aussi à engager un débat collectif pour concevoir des solutions
appropriées aux défis spécifiques aux zones urbaines en Tunisie, notamment dans les domaines suivants:
Planification stratégique et mise en œuvre des politiques de durabilité nécessaires pour leurs
territoires.
Innovation et recherche de technologie écologique pour la ville durable et intelligente

Développement de la dynamique territoriale et urbaine par l’économie verte pour la ville durable
Renforcement de la gouvernance et du partenariat financier pour la ville durable et inclusive
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
114




Page 116
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9.8 L’expérience associative Tunisian-Smart City en partenariat avec
l’Institut Tunisien des Etudes Stratégiques, ITES
Les villes d’aujourd’hui, espace de concentration d’une grande part de la croissance économique, sont
confrontées à de nombreux défis environnementaux, économiques et sociaux. Des solutions innovantes
et intelligentes devraient être apportées pour y faire face. La planification intégrée ; la concertation, la
promotion d’une gouvernance performante,
le développement d’outils novateurs sont autant
d’approches et de solutions à promouvoir en vue d’apporter des solutions durables à la ville. Le
renforcement des capacités des différents acteurs impliqués dans la gestion des villes s’avère également
nécessaire pour faciliter la transformation tant souhaitée.
C’est dans ce cadre que l'Institut Tunisien des Etudes Stratégiques (ITES) a signé le 1er Octobre 2020, une
convention de partenariat avec l'association Tunisian Smart Cities (TSC).
L’association Tunisian Smart Cities (TSC) est une association prospective, porteuse du programme national
des villes durables et intelligentes. Son projet consiste à créer et développer un réseau national des villes
tunisiennes qui se veulent intelligentes et durables. Celles-ci doivent disposer d’un cadre urbain,
architectural et paysager harmonieux. Elles utilisent pour cela les nouvelles technologies, la connectivité
et les systèmes d’information comme outils d’aide à la décision et de promotion de la compétitivité de la
ville et du cadre de vie de ses citoyens.
Le partenariat stratégique signé entre l’ITES et l’association Tunisian Smart Cities vise à mener une analyse
et une réflexion large et globale autour du Smart City- modèle Tunisien. Ce modèle est amené à se
développer autour et à travers la contribution du citoyen tunisien dans la conception de sa ville de demain.
Il doit permettre également la conception et la mise en œuvre d'un programme d'activités de plaidoyer
en faveur du développement territorial inclusif et de renforcement des capacités des acteurs locaux.
Cette convention vise principalement la production d'études prospectives et stratégiques en lien avec les
villes de demain et les interfaces Urbanisme / Bâtiment / Digital ...
Un processus d’implémentation des projets est modélisé́ pour la réussite des différentes activités de ce
programme.
L’appel à candidatures lancé au début du mois de décembre 2020 par l’Institut tunisien des études
stratégiques (ITES) avec l’Association Tunisian Smart Cities pour intégrer le programme national des villes
intelligentes et durables a dépassé toutes les prévisions. Et ce, avec un total de plus de 200 candidatures
comptabilisées. 24 gouvernorats, 75 municipalités, 76 associations, 57 entreprises dont 04 multinationales
et 02 startups, 07 instances régionales et 04 instances nationales ont manifesté leur intérêt, et ce pour
participer à mettre en place les fondations et le socle de la ville de demain et de faire partie de la première
cohorte qui constitue l’écosystème Tunisian Smart Cities.
GEOPROTECT-SAMIR MEDDEB
115





Page 117
MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION DURABLES EN TUNISIE, 2020, MCPD ; RAPPORT
GENERAL

9.9 Les premiers pas vers la promotion d’un tourisme durable en Tunisie
La crise que traverse le secteur du tourisme en Tunisie a prouvé l’extrême fragilité du produit touristique
tunisien tel que développé dans les années 90 et 2000, basé quasiment sur un mono produit, le tourisme
balnéaire de masse, et dépendant à 80% de la programmation des tours opérateurs occidentaux.
Ce même produit touristique, de masse, dont l’efficacité économique est fluctuante d’une année à une
autre, exerce de fortes pressions sur l’environnement et les écosystèmes. Mise à part l’infrastructure
hôtelière qui occupe la quasi-totalité de la ligne littorale, l’activité touristique aggrave les problèmes liés à
l’environnement, essentiellement pendant la haute saison : évolution remarquable des rejets hydriques,
augmentation des déchets solides principalement organiques...
Conscients de l’ensemble des enjeux, les acteurs de ce secteur stratégique ont commencé, à repenser le
tourisme tunisien et à diversifier le produit touristique offert sur le marché afin qu’il soit un tourisme de
qualité, économiquement plus efficace, écologiquement plus responsable et socialement plus solidaire.
Le produit touristique lié à la nature se développe et se diversifie de jour en jour, qu’il s’agit de tourisme
écologique (ornithologie, parcs naturels, géo-tourisme.), de tourisme d’aventure (randonnées pédestres,
équestres, cyclotourisme, chasse), de tourisme solidaire, ou d’hébergement alternatif (maisons d’hôtes,
gites ruraux, hôtels de charme), le secteur est en train de muter et de se révolutionner.
Les initiatives se sont multipliées et de nombreux projets ont été mis en place, partout en Tunisie, du Nord
au Sud. Le Nombre de maisons d’hôtes et de gîtes ruraux a remarquablement augmenté bien que les
encouragements de l’Etat ne soient pas encore au niveau de la dynamique remarquée.
A titre d’exemple, l’année 2018 a vu la création de la “Fédération Tourisme Authentique Dahar” dans le
cadre du Projet tuniso-suisse “Djebel Dhaher” et qui regroupe des intervenants des gouvernorats de
Tataouine, Médenine et Gabès (Sud du pays). Ledit projet a pour objectif de promouvoir un tourisme
alternatif durable dans la région valorisant le potentiel écologique et culturel et développant des
mécanismes de coopération et de solidarité entre les différents intervenants du secteur. Il est prévu
également dans le cadre du projet de créer un Label “Green Destination”.
L’année 2019 a été marquée par le démarrage du projet “Promouvoir le Tourisme Durable” mis en œuvre
par le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat” avec l’appui technique et financier de la GIZ. Ledit projet
mis en œuvre durant la période 2019-2024, dans les régions sélectionnées, essentiellement à l’intérieur
du pays, a pour objectif de créer de nouvelles offres touristiques axé